Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Suicide : l’extrême droite fait une bonne action

Suicide : l'extrême droite fait une bonne action dans Antifascisme hitler-suicide-pink-l

Le 21 mai, Dominique Venner, écrivain d’extrême droite militant depuis plus de 50 ans, s’est tiré une balle dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris.

Il a ainsi mis fin à une vie marquée par plusieurs facettes d’activisme d’extrême droite, allant du terrorisme dans les milieux de l’OAS jusqu’à son activité plus récente d’« historien ». Un geste « éminemment politique » et une tentative de « réveiller le peuple de France », d’après l’hommage de Marine Le Pen… Sa vie militante commence dans les années 1950 dans les rangs du mouvement Jeune Nation, animé par Pierre Sidos, futur dirigeant du groupuscule Œuvre française. Par la suite, il rejoint le combat de l’OAS, mais tire un bilan critique de son engagement une fois que la décolonisation de l’Algérie était acquise : « L’échec algérien a mis un point final aux prétentions des politicards d’extrême droite. Il a montré la stérilité du seul activisme (…). Il a par contre confirmé comme seules justes les perspectives de la révolution nationaliste », écrit-il en juillet 1962, mois de l’indépendance algérienne.  Dans ce contexte historique, Venner chercha à contribuer à une refondation idéologique de l’extrême droite. Il prône un nationalisme « européen », celui des États ex-coloniaux s’étant révélé insuffisant, vu la perte des anciens empires. Fondateur de la revue Europe-Action (1963 à 1966), Venner propose en juillet 1967 de fonder un club de pensée sous forme du futur GRECE (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne).
Tout comme le « racialiste » Pierre Vial, Venner défendait des considérations relatives à la « défense de notre race », contre ceux qui à l’extrême droite, défendent le « réveil des identités culturelles » (vues comme immuables) partout sur la planète. Son héritage idéologique se trouve aujourd’hui plutôt du côté de la mouvance « identitaire ».

Hommages unanimes…
Son suicide s’est voulu acte mobilisateur, présenté comme protestation contre « la décadence de notre civilisation », symbolisée à ses yeux par le mariage pour touTEs. Ceci tout en invitant le mouvement anti-mariage homosexuel, qu’il avait soutenu (notamment dans le cadre du groupement Printemps français), à élargir son horizon idéologique à la lutte contre l’« immigration afro­-maghrébine ». Sa mémoire a donc été saluée à la fois par Marine Le Pen, qui rompt ainsi avec la tentative de « dédiabolisation » en se référant ouvertement à un idéologue fasciste, par son père, par son ex-rival Bruno Gollnisch, par l’ex-député UMP Christian Vanneste – exclu de son parti pour homophobie trop ouvertement affichée –, mais aussi par Christine Boutin. Cette dernière a déclaré : « J’espère que cet homme, qui ne croyait visiblement pas en Dieu – Venner appartenait en effet au courant néo-païen de l’extrême droite –mais qui avait choisi Notre-Dame pour mettre fin à sa vie, s’est converti à la dernière seconde ». Une fois de plus, les digues entre une partie de la droite et l’extrême droite sont ouvertement rompues.

Bertold du Ryon Vendredi 31 mai 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 197 (30/05/13) 

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Allocations familiales, le compte n’y est pas !

NPA

Allocations familiales, le compte n’y est pas ! dans NPA calb99285allocation_familiale_jpg-300x165

Le gouvernement a renoncé à la modulation des allocations.

Cette mesure aurait constitué une atteinte au principe d’universalité de la Sécurité sociale institué en 1945. Étendu à la branche maladie comme le réclament certaines voies patronales, elle transformerait la Sécurité sociale en un système d’assistance aux plus démunis, le recours pour le reste de la population devenant l’assurance privée. Mais la diminution du plafond du quotient familial n’est pas suffisante : il doit être totalement supprimé, car chaque enfant apporte une réduction d’impôts d’autant plus forte que les revenus de ses parents sont élevés et la fiscalité doit être beaucoup plus fortement progressive. Cette mesure et la suppression des exonérations de cotisations permettraient de financer une véritable politique familiale car les allocations actuelles sont très insuffisantes pour faire face aux besoins des familles. C’est pourquoi le NPA revendique aussi la revalorisation des allocations familiales, leur attribution dès le premier enfant et le développement des équipements collectifs notamment des crèches.

Lundi 3 juin 2013

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

En Allemagne, la légalisation de la prostitution est un échec (Rue 89)

En Allemagne, la légalisation de la prostitution est un échec (Rue 89) dans Europe prostitution-2

La légalisation de la prostitution est un échec.

C’est la conclusion que tire Der Spiegel dans son dernier numéro qui fait le bilan du changement de la législation, en 2001, quand la prostitution a été considérée « comme un travail comme les autres ». Selon un rapport du ministère de la famille allemand, la loi n’a donné lieu à aucune amélioration notable de la protection sociale des prostitué(e)s. Et ni les conditions de travail ni les possibilités de quitter le métier ne se sont améliorées. La législation n’a pas réduit la criminalité et seulement 1 % des femmes interrogées ont signé un contrat de travail de prostituées.

Le magazine constate :

« Aujourd’hui, beaucoup de policiers, d’associations de femmes et de politiciens qui connaissent le milieu de la prostitution sont convaincus que la loi bienveillante n’est guère qu’un programme de subvention aux proxénètes et qu’elle rend le marché plus attractif pour la traite. »

Der Spiegel rapporte que l’introduction des prix forfaitaires dans les maisons closes est un coup marketing qui a empiré les conditions de travail des prostituées en Allemagne. (Par exemple : « Du sexe avec toutes les femmes pendant autant de temps que vous voulez, autant de fois que vous voulez, de la manière que vous le voulez. Sexe. Sexe anal. Sexe oral sans préservatif. Triolisme. Partouze. Gang bangs. Le tout pour 70 euros la journée. ») En outre, depuis que la Roumanie et la Bulgarie ont rejoint l’Union Européenne, l’afflux de femmes provenant de ces pays a cru de façon dramatique et « les prix ont chuté ». Le chef de la police de Munich note pour sa part « une augmentation explosive de la traite ». La rédaction de Der Spiegel se demande pourquoi les nombreux cas sordides de jeunes femmes victimes de traite ne font pas réagir les autorités et avance la thèse suivante : « Dans le débat autour de la prostitution une position politiquement correcte pèse plus lourd que les réalités déplorables. »

Signalé par Florencia Rovira Torres

http://www.rue89.com/rue69/2013/06/03/allemagne-legalisation-prostitution-est-echec-242913

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Droit à la terre: un paysan corse menacé d’expulsion (Bastamag)

Droit à la terre: un paysan corse menacé d’expulsion (Bastamag) dans Luttes paysannes et alimentation village_corse_panneau_1

Un paysan expulsé manu militari de sa ferme, avec femme et enfants, pour laisser la place à un investisseur fortuné.

C’est le cauchemar bien réel que vit Jean-Michel Seni, paysan en Corse-du-Sud. L’agriculteur est locataire du domaine de Rovani, un coin superbe qui domine les golfes et plages de l’île de beauté. En 2006, les terres sur lesquelles vit et travaille Jean-Michel Seni depuis près de 30 ans sont mises aux enchères, les héritiers des propriétaires ne s’entendant pas. Les actes d’adjudication – qui encadrent la vente aux enchères – omettent [1] de mentionner qu’un bail rural est en cours, prouvant qu’un agriculteur travaille sur place et qu’il ne peut être expulsé avant sa retraite.

Le bail rural protège plutôt bien les agriculteurs. D’une durée minimale de 9 ans, il est habituellement de 18 ans et donne la possibilité au paysan locataire de préempter en cas de vente de la propriété. Mais sur le domaine de Rovani, officiellement, il n’y a donc pas d’agriculteur. Le lieu a donc été vendu bien au-delà de sa valeur agricole (350 000 €) à une personne à la retraite vivant sur le continent, et n’ayant aucun projet agricole. La société d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer), qui aurait pu préempter pendant le délai de deux mois qui court de la vente à sa validation, ne s’est pas manifestée.

De la ferme au HLM

Depuis, un marathon judiciaire s’est engagé. De recours en requête, de tribunal en cour d’appel, l’affaire a finalement atterri sur le bureau du Préfet. Qui s’est prononcé le 24 avril dernier pour « le concours de la force publique ». C’est à dire l’expulsion de la famille Seni. Sommée de plier bagage, avec ses 40 vaches, de dire adieu à ses pâtures et à ses vergers de 500 oliviers. « Ces sept années de procédures ont ruiné financièrement M. Seni, dont les seules ressources proviennent de sa petite exploitation agricole, rappelle un juriste qui a suivi le dossier de près. Le nouveau propriétaire fait bloquer par voix d’huissier ses comptes bancaires pour s’indemniser. Depuis 2008 la famille Seni doit se débrouiller pour vivre avec 400€ par mois. » Difficile, dans ces conditions, de faire face à des spéculateurs fortunés, à même de se payer une solide défense.

Préfecture et mairie assurent à la famille Seni qu’ils auront un logement social. Un paysan, vivement modestement mais sûrement du fruit de son travail, enfermé entre quatre murs : voilà une perspectivement résolument enthousiasmante. « Nous demandons simplement que la famille Seni ne soit pas expulsée, dit Jean-Yves Torre de Droit paysan. Nous sommes près à constituer un groupement foncier agricole (GFA) pour racheter les terres au nouveau propriétaire. » En attendant, une requête en annulation doit être déposée ce lundi 3 juin 2013 au tribunal administratif de Bastia, pour demander l’annulation de l’accord au concours de la force publique du 24 avril 2013. Il a par ailleurs été demandé aux ministres du Logement, de l’Agriculture, de la Justice et au Premier ministre d’intervenir pour que le Tribunal paritaire des baux ruraux puisse arbitrer le litige concernant le bail « omis » dans les actes d’adjudication.

> Pour joindre le comité de soutien : lacellu.dinisula@gmail.com

Notes [1] La famille Seni et leur comité de soutien soupçonnent une falsification volontaire.

Par Nolwenn Weiler (3 juin 2013) http://www.bastamag.net/article3103.html

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Le pacs écologique entre la CFDT de Laurent Berger et le Medef (LM)

Le pacs écologique entre la CFDT de Laurent Berger et le Medef (LM) dans Economie esclavage-cfdt-e1358251889314

Ah quelle joie, quel bonheur! Nouveau maire de Kronikékologie-sur-Biosphère, c’est sans réticence que j’ai célébré le premier mariage entre le Medef et la CFDT.

Leur contrat, publié le 28 mai, et titré «Réinventer la croissance», est un trésor d’anticipation imaginative. Bon, nulle part on ne sait de quelle croissance il s’agit. De la culture des escargots, du nombre de Chinois gravissant la tour Eiffel, de la taille des scoubidous réalisés dans les écoles de surdoués? Mais à Kronikékologie, on est malin: on a deviné qu’il s’agissait de la croissance é-co-no-mi-que, la croissance du produit intérieur brut, quoi. Bon, comme tout le monde, les jeunes mariés confondent croissance du PIB et économie, mais ils sont émus, c’est normal qu’ils pataugent un peu.

Ah, ce n’était pas évident, si on réfléchit d’où ils viennent.

Le Medef était un gros plein de soupe, avec un chapeau et un cigare. Il ne pensait qu’à l’argent. Maintenant, il est devenu un fin quadragénaire, un pigeon sacrifié, un organisme quasi caritatif. Quant à la CFDT, imaginez une espèce de barbu avec des fleurs dans les cheveux et un bleu de travail, qui écrivait des livres comme Les Dégâts du progrès (Seuil, 1977) ou Le Dossier électronucléaire (Seuil, 1980), des libelles écolos, quoi! Quelle horreur! Ils n’arrêtaient pas de se chamailler, ces deux-là. Combien de fois j’ai dû envoyer le garde champêtre pour les calmer! Mais là, ils sont doux, ils s’embrassent à pleine bouche, ils s’aiment. Le secret de leur union? Ils se sont découverts dans un club, Le Siècle, où patrons, politiques et journalistes se font des papouilles – la patronne est, depuis 2011, Nicole Notat, ex-secrétaire générale de la CFDT. Enfin, je cause, je cause.

Ah, le contrat ! Ré-vo-lu-tion-nai-re!

Il faut «retrouver une croissance forte dans la durée», «imaginer un nouveau paradigme de croissance»: puissant et réaliste, non? Plutôt qu’une «Europe de la consommation et de l’environnement», il faut construire «une Europe prospère et offensive du travail». Il faut «encourager le dynamisme entre- preneurial, améliorer partout la compétitivité, promouvoir l’esprit d’entreprise dès l’école». Oh, c’est beau, j’en tremble. Quand je pense que ce grand fou de CFDT parlait d’autogestion et de partage du travail! Maintenant, il jure que «les partenaires sociaux doivent devenir des partenaires économiques». Et sur les moyens de la croissance miraculeuse, alors là! Plus modernes que jamais: des biotechnologies, des nanotechnologies, du gaz de schiste, du nucléaire! En avant! J’ai même appris que «les centrales nucléaires sans déchet ne relèvent plus du mythe»! Trop forte, la CFDT. D’ailleurs, les deux tourtereaux parlent d’environnement. Enfin, très peu, je dois dire. C’est une «opportunité de croissance». Bon, je vous quitte, il faut que j’aille voir si les travailleurs et les écologistes, qui boudent toujours chacun dans leur coin, ne voudraient pas se parler. C’est que j’ai pris goût aux mariages!

Publié par Alencontre le 3 – juin – 2013 Par Hervé KempfArticle paru dans le quotidien français Le Monde du 1er juin 2013

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Municipales : le PCF repousse ses arbitrages à l’automne (LM)

Municipales : le PCF repousse ses arbitrages à l’automne (LM) dans A gauche du PS pcf-225x300

Le Parti communiste a ouvert la porte des municipales pour la refermer aussitôt.

A quelques jours d’un conseil national sur le sujet, samedi 25 et dimanche 26 mai, la direction du parti a décidé de repousser la question des alliances. « L’heure est à amplifier les rassemblements locaux pour mener une politique de rupture avec l’austérité », explique Pierre Laurent, secrétaire national du PCF. « Nous ne sommes pas dans le temps des alliances mais dans celui du projet, complète Pascal Savoldelli, chargé des élections. Cette question viendra en son temps : il faudra faire un choix qui interviendra à l’automne. »

Officiellement, les communistes souhaitent se concentrer sur le fond – logement, emploi, services publics, démocratie locale –

avant de s’attaquer à la constitution des listes. Mais le calendrier se révèle compliqué à gérer pour le PCF, qui espère bien mobiliser à la rentrée contre la réforme des retraites envisagée par le gouvernement. Autre difficulté : dans certaines villes, les stratégies locales sont déjà arrêtées ou sur le point de l’être. A Paris, les communistes doivent ainsi définir leur feuille de route – union avec le PS ou autonomie au premier tour – lors d’un vote des militants les 29 et 30 juin. Une décision qui pourrait être repoussée. « Je ne crois pas que cela pourra se faire en juin, juge M. Savoldelli. Il faut aller à la rencontre de dizaines de milliers de Parisiens. » « En faisant ce choix, les communistes ne veulent pas laisser quatre mois d’espace politique à Mélenchon qui va faire le tam-tam sur l’autonomie », analyse un cadre socialiste. Le Parti de gauche a en effet déjà défini sa stratégie. Les yeux rivés sur les européennes, le parti de Jean-Luc Mélenchon, qui a peu d’élus municipaux sortants, prône « l’autonomie conquérante » – comprendre l’indépendance vis-à-vis du PS.

ENJEU FINANCIER

Pour les communistes, la situation est bien différente. L’enjeu est aussi bien électoral que financier. Sur les quelque 9 200 élus que compte le parti, plus de 8 800 sont des élus municipaux. Autant de cadres qui reversent leurs indemnités au parti. En 2011, selon les chiffres de la Commission nationale des com- ptes de campagne et des financements politiques, 46 % des revenus du PCF, soit plus de 14 millions d’euros, provenaient de ses élus. Place du Colonel-Fabien, on continue à appeler au « rassemblement le plus large possible à gauche », PS compris. Sans les socialistes, il sera difficile au PCF de reconduire ses sortants. Pour David Cormand, chargé des élections à EELV, leur décision est un signal envoyé au PS. « Plus on attend, plus on va vers l’union, juge-t-il. Quand on veut faire des listes autonomes, il faut s’y prendre en amont pour préparer la stratégie, les candidats… » D’ailleurs, rue de Solférino, on ne semble pas mécontent de ce choix. « Le fait que nos partenaires décident à l’automne ne nous dérange pas, au contraire, c’est notre calendrier », se félicite Christophe Borgel, chargé des élections au PS.

BESSE DESMOULIERE Raphaëlle * LE MONDE | 25.05.2013 à 09h56.
Le Front de gauche avance en ordre dispersé à Toulouse (le Monde)

Samedi 1er juin, Jean-Luc Mélenchon devait défiler à Toulouse pour une des « répliques » de la marche du 5 mai organisées dans plusieurs villes de France ce week-end. Au même moment, le PCF toulousain ouvrait les portes de sa Fête de L’Humanité locale. Pas rancuniers, les communistes avaient tout de même prévu de participer à la manifestation « pour une VIe République et pour une alternative à l’austérité ». La « coïncidence » illustre le fossé qui sépare le PCF toulousain de son allié local du Parti de gauche (PG). A un an des municipales, entre les deux partenaires du Front de gauche, les relations sont à couteaux tirés. Pour un dirigeant socialiste, le choix de M. Mélenchon de se rendre dans la capitale de la région Midi-Pyrénées ne doit d’ailleurs « rien au hasard » : « Il est surtout là pour soutenir ses amis. »

Après la théorie, le Front de gauche doit passer à la pratique.

Le cas toulousain est emblématique des difficultés qui attendent le PCF et le PG dans plusieurs villes. Ainsi au Capitole, les communistes, avec huit élus sortants, laissent planer le suspens jusqu’à l’automne sur leurs intentions. Pour beaucoup, l’issue ne fait pourtant guère de doute : ils devraient rempiler avec le maire sortant socialiste, Pierre Cohen. « Les communistes sont déjà en pyjama pour se coucher plus vite », plaisante-t-on au sein de la majorité municipale. « Le bilan est plutôt bon, mais nous pensons que nous pouvons faire mieux avec une régie publique de l’eau et le développement des services publics », explique de son côté Pierre Lacaze, secrétaire départemental PCF de la Haute-Garonne et conseiller municipal, qui continue d’appeler au « rassemblement le plus large possible à gauche ». Le PG fait entendre un autre son de cloche, en défendant l’autonomie vis-à-vis des socialistes. « Il faut créer un rapport de force », plaide Jean-Christophe Sellin, son porte-parole à Toulouse. Ce dernier a d’autant moins de scrupules à s’affranchir du PS qu’il s’est vu retirer sa délégation d’adjoint aux musiques pour s’être abstenu en décembre sur le volet recettes du budget 2013. Une position qui le démarque des communistes. « Ils n’ont pas refusé le préalable sur l’austérité, attaque le conseiller municipal. Il peut y avoir des discours anti-austérité, mais ce qui compte, ce sont les actes. » M. Lacaze, lui, n’hésite pas à critiquer le choix de l’autonomie du PG, qu’il qualifie de « posture politique gauchiste fermée et étroite ».

« LES RELATIONS SONT TRÈS DISTENDUES »

Une bonne ambiance qui ne date pas d’hier : le porte-parole du PG s’est fait débarquer à l’été 2012 du groupe Communiste, républicain et citoyen à la mairie, et les deux partis ont fêté séparément les 15,91 % de M. Mélenchon au soir du premier tour de la présidentielle. « Les relations sont très distendues pour une raison simple : la direction départementale du PCF a une vision du Front de gauche à géométrie variable », tacle M. Sellin. Du choix des deux partenaires dépendra aussi un éventuel accord avec les écologistes qui devraient choisir en juin l’autonomie vis-à-vis du PS au premier tour. « Ce n’est pas pareil de discuter avec le PCF et le PG, ils ne pèsent pas la même chose », souligne Gérard Onesta, conseiller régional Europe Ecologie-Les Verts en Midi-Pyrénées. Si les deux alliés partent en ordre dispersé se posera aussi la question de l’étiquette. Quelle liste pourra se revendiquer du Front de gauche ? A l’heure actuelle, les deux camps ne semblent pas prêts au compromis. Dans ce contexte, la présence de M. Mélenchon, député européen de la circonscription du sud-ouest, ne pouvait que raviver les tensions. Pour M. Sellin, il est venu « réaffirmer que le Front de gauche est l’artisan d’un débouché aux politiques d’austérité et conforter tous ceux qui sont pour l’autonomie du Front de gauche ». « Ce sont les Toulousains qui décideront de ce qui se passe à Toulouse », prévient M. Lacaze. La campagne ne fait que commencer.

BESSE DESMOULIERE Raphaëlle * LE MONDE | 01.06.2013 à 10h12.

 

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Le monde produit plus d’automobiles que de pétrole pour les faire rouler (Reporterre)

Le monde produit plus d’automobiles que de pétrole pour les faire rouler (Reporterre) dans Altermondialisme essence

Plus de voitures produites que de pétrole : pour l’instant, cela passe, parce que, dans les pays du sud, elles roulent relativement peu. Mais la crise d’approvisionnement est programmée. Durant les dix dernières années, la production mondiale d’automobiles est passée de 41 millions d’unités à 63 en 2012, soit une augmentation de 52 %. Presque deux tiers de cette augmentation est le fait de la Chine. Mais durant la même période, les combustibles liquides n’ont vu leur production s’élever que de 16 % : il y a un décalage évident. Sur le graphique, on constate qu’en 2005, la production automobile mondiale a commencé à croitre plus vite que les combustibles disponibles. Incidemment, cette date correspond au début du pic de pétrole. La crise financière de 2007-2008, induite par la coïncidence de prix du pétrole élevés et de la dette accumulée, a interrompu la croissance, mais pas dans les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du sud).

Comment expliquer ce fossé entre la production d’automobiles et celle de pétrole ?

Dans les pays du BRICS, le nombre de voitures produites était avant 2005 inférieure au volume de consommation de pétrole de ces pays. Cela a changé après 2005. La situation est supportable parce que les voitures des BRICS roulent moins que dans les pays du nord, et consomment moins. Mais si cela changeait, cela conduirait à un fossé de production de pétrole de plus de 25 millions de barils par jour, soit un quart de la production mondiale de ce liquide… Le conflit est programmé.

autos_et_petrole_v_1-7ec76 dans Ecologie & climat

autos_et_petrole_2_v_1-b76aa dans Economie

Les statistiques sont ici

Source : Camille Martin pour Reporterre, traduit de Crude oil peak. lundi 3 juin 2013 - Traduction de l’article « World car production grows 3 times faster than global oil supplies » par Matt Mushalik, paru dans Crude oil peak 

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Sauvegarde de la vallée du Restic

Sauvegarde de la vallée du Restic dans Brest et région 1

En participation décalée à la « Journée mondiale de l’environnement » du mercredi 5 juin 2013, le collectif « Pour la sauvegarde de la vallée du Restic » organise la mise en valeur d’un vieux chêne vénérable le samedi 8 juin 2013.

Ce vieux chêne oublié de tous se trouve exactement sur le tracé du projet de voirie dans la vallée et serait donc voué à une destruction certaine. Nous pouvons nous en servir comme symbole de résistance au même titre que les autres plantations effectuées dans la vallée depuis quatre ans : le ginkgo et les pommiers. Avec l’accord de sa famille, nous dédierons cette action à la mémoire de notre ami Roger ABIVEN fervent défenseur de l’environnement et initiateur de la résistance dans la vallée.

Rendez-vous le SAMEDI 8 JUIN 2103 à 14H45 au niveau du 110 rue du Restic (http://tinyurl.com/3dmpxqp) ou sur la parcelle de résistance pour celles et ceux qui connaissent les lieux.

- Équipement : gants et bottes.

- Matériel : débroussailleuses, faucilles, serpes, crocs, fourches.

Si vous n’avez pas de matériel, vos bras feront l’affaire.

Que chacun-e apporte quelque chose à boire et à manger pour la fin de l’opération.

Le Conseil Collégial d’AE2D

 

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Turquie. Les raisons de la colère (OF)

Turquie. Les raisons de la colère (OF) dans Europe trr

Plus de 1 700 manifestants opposés au gouvernement du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan ont été interpellés au cours des trois derniers jours, mais la plupart ont été remis en liberté, a annoncé dimanche le ministre de l’Intérieur, Muammer Güler.

Malgré les appels au calme du Premier ministre Erdogan, des manifestants se sont de nouveau rassemblés, dimanche, à Istanbul et à Ankara pour dénoncer les tours de vis du gouvernement.

Au départ simple initiative pour protéger un parc et ses arbres, les manifestations qui ont été violemment réprimées pendant cinq jours à Istanbul sont devenues un immense mouvement de contestation. Comment la démolition d’un parc a pu cristalliser autant de colère contre le leader de l’AKP (conservateur) que les Turcs ont réélu pour la troisième fois en 2011 avec 49,9 % des votes ? « Les gens ne manifestent pas uniquement pour le parc Gezi, écrit Cengiz Çandar dimanche dans le journal Radikal. Ce mouvement reflète la colère contre votre refus de les entendre. » Une colère nourrie par les récentes politiques autoritaires d’Erdogan allant jusqu’aux intrusions dans la vie privée. Même le succès économique de la Turquie, sortie presque intacte de la crise et affichant des chiffres de croissance records, ne suffit pas à calmer la grogne. Le sentiment que ce boom ne profite qu’aux milieux proches du pouvoir est de plus en plus répandu.

Islamisation en douceur

Les intellectuels et les milieux démocrates, qui ont soutenu Erdogan parce qu’il avait promis plus de démocratie et la fin de la tutelle des militaires, com- mencent à être désenchantés. La liberté d’expression s’élargit en apparence avec la fin de la tutelle des militaires, puisqu’on peut parler et écrire sur les sujets aussi sensibles que la question kurde ou le génocide arménien. Mais les signes alarmants d’un processus «d’islamisation en douceur » de la société deviennent visibles. Des cours de Coran et la vie de Mahomet sont inclus dans le programme des écoles primaires. C’est dans ce contexte qu’Erdogan a annoncé en 2012 de nouvelles restrictions du droit à l’avortement. Le recours à la césarienne a été par la même occasion limité, parce qu’elle réduit le nombre d’accouchements possibles pour une femme. Or pour Erdogan les familles doivent avoir au minimum trois enfants. La restriction à la vente d’alcool votée la semaine dernière au Parlement a augmenté les inquiétudes. L’intolérance qu’il affiche face aux critiques va jusqu’à imposer aux patrons de presse le licenciement des journalistes qui osent le critiquer. L’auto-censure et la peur sont de rigueur dans les médias. Les chaînes télévisées ont ignoré les manifestations d’Istanbul pendant quatre jours. Les simples protestations sont ainsi sévèrement réprimées par la police, comme lors de la célébration du 1er mai sur la place de Taksim. La manifestation pacifique, qui a réuni au départ une centaine de personnes au parc Gezi, a tourné en révolte contre l’impossibilité d’être pris en considération.

Burcin GERCEK.Istanbul. De notre correspondante

http://www.ouest-france.fr/actu/international_detail_-Turquie.-Les-raisons-de-la-colere_3637-2198601_actu.Htm

 

03 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Turquie : OccupyGezi

Turquie : OccupyGezi dans Altermondialisme turkiec

Rassemblement de soutien aux campeurs du Parc de Gezi à Taksim

Nous appelons à exprimer votre solidarité en participant au rassemblement le mardi 4 juin à de 19h à la Fontaine des Innocents. Nous condamnons le recours excessif à la force contre des manifestants pacifiques à Taksim en Turquie. Nous sommes préoccupés par l’usage excessif de la force, y compris spray de gaz poivré contre des manifestants pacifiques dans un parc au centre d’Istanbul.

Gezi Park à Taksim, Istanbul, est confronté à la démolition pour donner place à la construction d’un centre commercial. Des milliers de manifestants opposés à ce projet campent dans le parc depuis plusieurs jours. Depuis le début de l’occupation du parc, plusieurs milliers de personnes sont venues témoigner de leur soutien : des associations culturelles, des syndicats, des groupes d’artistes, d’étudiants, des défenseurs de la nature, des anticapitalistes…

Le vendredi 31 mai à l’aube, la police est intervenue pour détruire leurs tentes, et a utilisé du gaz poivré pour disperser les manifestants. Plus de 23 manifestants ont été grièvement blessés. Les droits fondamentaux internationaux exigent que lors des dispersions, les policiers évitent l’utilisation de la force. Nous appelons l’ouverture d’une enquête rapide, indépendante et impartiale sur les allégations d’excès et l’utilisation inutile de la force, et de veiller à ce que les fonctionnaires de la police responsable d’usage arbitraire ou abusif de la force soient poursuivis. Nous exprimons notre solidarité avec ce mouvement et appelons à un rassemblement de soutien aux campeurs de Gezi Park à Taksim.

Le rassemblement de ce mardi à 19h se veut une manifestation de soutien à la lutte pour la sauvegarde de Gezi park et contre les violences faites par la police. Par conséquent, l’objectif est d’informer l’opinion publique française et de sensibiliser la société française (syndicats, partis politique, citoyen,…) pour que de tels comportements policiers ne se produisent plus ni en Turquie ni dans d’autres pays. Il ne s’agit pas d’une lutte « nationale » mais bien d’une lutte internationale pour un autre monde. Aussi, nous ne permettrons pas les banderoles des organisations politique turque, ni la présence des drapeaux, ni le portrait de qui que ce soit. Tout les nationalistes de tous bords sont priés de ne pas venir déranger notre manifestation. Nous essayons d’organiser une prise de paroles des organisations et des partis politiques français pour soutenir notre lutte. Parce ce qu’un autre monde, sans drapeau, sans étiquette, international et de solidarités entre les peuples est possible.

Les premiers signataires:

  • L’ACORT -L’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie
  • Ligue des droits de l’Homme – LDH
  • Assemblée européenne des citoyens (AEC-HCA France)
  • CEDETIM – Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale
  • Réseau IPAM – Initiatives pour un autre monde
  • FTCR- Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rive
  • ATMF- Association des Travailleurs Maghrébins de France
  • Comité pour le Respect des libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
  • FASE (Fédération pour une Alternative Sociale et écologique)

Lien : http://www.demosphere.eu/rv/26715
Source : https://www.facebook.com/events/1265593742168
Source : message reçu le 2 juin 20h

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin