Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

03 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Pologne, ordre d’expulsion, le message des agriculteurs de Zurawlow

Pologne, ordre d’expulsion, le message des agriculteurs de Zurawlow dans Europe 509752833

Un ordre pour expulser les agriculteurs avec l’aide de la police a été signé. Les agriculteurs se préparent à affronter les forces de l’ordre. Voici leur message :

Depuis le 3 Juin, les agriculteurs et les résidents dans le petit village rural de Zurawlow en Pologne sont en confrontation avec la société Chevron. Ils défendent leur terre, leur activité et leur façon de vivre. Ils craignent la pollution de leur nappe phréatique, ce qui s’était déjà passé il y a deux ans dans leur voisinage après des recherches sismiques de gaz de schiste. Ils savent que quand Chevron trouvera du gaz sur leurs terres rien ni personne ne pourra arrêter le développement industriel  et impérial de l’extraction du gaz de schiste sur leurs terres, transformant de manière irréversible et en quelques années leur magnifique et paisible région, le grenier de la Pologne, en un désert industriel et pollué.

Sous la protection d’une compagnie de sécurité et dans une atmosphère très tendue, Chevron a pris possession d’un terrain, essayant d’installer une clôture et de commencer des tests sismiques. Les agriculteurs locaux savent que quand la recherche sismique sera terminée et que la présence de gaz sera confirmée, le forage et la fracturation suivront et en quelques années, des centaines ou des milliers de puits apparaîtront. Alors il n’y aura pas de place pour l’agriculture et le tourisme, et leur vie perdra tout leur sens.

Les agriculteurs polonais sont opposés aux forages non conventionnels de gaz de schiste car ils pourraient conduire à la contamination de leur eau, du sol et de l’air. Lors des essais sismiques précédents effectués sur place, des explosifs ont été utilisés et ont déjà provoqué la pollution de l’eau la rendant impropre à la consommation. Toutes les licences accordées à Chevron par le ministère polonais de l’Environnement sont situées sur les trois plus grands réservoirs d’eau souterrains en Pologne, de sorte que le risque de pollution générale de l’eau dans la région est très fort – ce n’est juste qu’une question de temps. Cela ne concerne pas seulement la Pologne, mais aussi l’Ukraine, en raison de l’emplacement transfrontalier de l’un des réservoirs, mais l’Ukraine n’a probablement été ni consultée ni informée sur les risques.

Chevron refuse d’écouter les agriculteurs et les autorités locales refusent de résoudre le conflit en cours. La pression du gouvernement de l’État sur les collectivités locales et l’ensemble des institutions publiques fait que les gens sont gardés sous surveillance, leurs téléphones sont sur écoute, ils sont soumis à des contrôles fiscaux et sanitaires, et sont menacés de sanctions. Chevron intimide et soudoie les individus et les familles, empêchant toute possibilité de contrôle démocratique, ne signant que des contrats secrets, même avec les autorités locales, l’utilisation de la route n’étant qu’un exemple.

Les pratiques de Chevron en Pologne sont très fortement soutenues par le gouvernement polonais et il n’y a presque aucun média grand public qui oserait dire la vérité sur les risques de la fracturation hydraulique. C’est pourquoi l’opinion publique est plutôt en faveur de l’exploitation des gaz de schiste.

L’opinion publique polonaise doit être informée et nous avons besoin de renforcer la pression publique sur le gouvernement, sur Chevron et d’autres compagnies de gaz, d’autorités locales et d’aider les collectivités locales à défendre leur mode de vie et prendre en main leur avenir.1er Juillet 2013 

Les agriculteurs de Zurawlow

02 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

CIF : sortir de l’isolement, c’est urgent

CIF : sortir de l'isolement, c'est urgent dans Services publics CIF

Une lutte révélatrice de la situation… Ce mercredi 19 juin, un rassemblement était organisé par l’UD CGT à Bordeaux pour l’emploi et les retraites. Nous étions une centaine de militantEs. Beaucoup d’entre nous étions pour le moins sceptiques sur la stratégie adoptée par les structures CGT.
En effet, la multiplication des actions durant ces derniers jours, chacun dans son coin, ne s’avère pas du tout efficace (EDF, postiers, cheminots, santé… rien que sur cette seule semaine). En rentrant de cette mobilisation, nous, syndiquéEs de Ford, sommes tombés quasiment par hasard sur un autre rassemblement à quelques centaines de mètres : celui des employés du Crédit immobilier de France. Les 80 salariés de Bordeaux étaient en grève à l’occasion d’une journée d’action nationale contre la liquidation annoncée de leur banque. Une banque qui se porte bien ! Avec la complicité du gouvernement qui laisse liquider une banque à vocation sociale, les dirigeants du CIF finalisent un PSE se traduisant au final par 2 500 suppressions d’emplois au niveau national.

Combattre l’éparpillement
Rassemblés devant leur agence, ces salariéEs avaient besoin de parler de leur situation, révoltéEs par les trahisons du PS qui avait promis de sauver le CIF. Des salariéEs sans perspectives car isoléEs, sans « expérience » et du coup sans trop savoir quoi faire. Nous avons parlé du rouleau compresseur qui touche l’ensemble des salariéEs, qui trop souvent se retrouvent impuissants face aux licenciements. Rien qu’à Bordeaux et aux alentours, plusieurs usines disparaissent (Labso-Chimie, Mondi, Mod’8), le magasin Virgin vient de fermer, Oxbow licencie 80 personnes, soit les deux tiers du personnel … et pourtant il n’y a aucune initiative centrale, unitaire sur le département. Notre vrai problème est de savoir comment se défendre face à l’offensive patronale. Et de suite se pose la question du manque de liens de solidarité entre salariéEs, l’absence de coordination entre les secteurs qui résistent. Et aujourd’hui, les structures syndicales n’aident pas à combattre cet éparpillement. La rencontre avec les salariéEs du CIF met en évidence cette nécessité de construire un réseau militant qui permettrait de retrouver la confiance et de lutter efficacement. À suivre… et vite !

Philippe Dimanche 30 juin 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 201 (27/06/13)

02 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Voir ou revoir La Porte du paradis

Voir ou revoir La Porte du paradis dans Histoire lest-we-forget.1287074637.thumbnail

Trente-deux ans après sa première sortie, une version restaurée et remastérisée du Heaven’s Gate (La Porte du paradis) de Michael Cimino a été mise à l’affiche dans nos cinémas. Une occasion de voir ou revoir cette œuvre unique en son genre, illustration de la lutte des classes dans l’Amérique naissante, aujourd’hui considérée comme un chef d’œuvre.

En 1980, s’appuyant sur le succès de son Voyage au bout de l’enfer (The Deer Hunter), film choc sur la Guerre du Vietnam, le cinéaste italo-américain Michael Cimino se lançait dans la réalisation de La Porte du paradis, œuvre revisitant les mythes fondateurs de la nation américaine. D’un réalisme absolu, avec la conception d’une ville entière, une profusion de costumes, des centaines d’acteurs et figurants, un tournage s’étalant sur des mois, des remontages incessants (220 heures de pellicule), le film attint le budget, colossal pour l’époque, de 40 millions de dollars.

De l’histoire du film… Dès ses premières pré-projections, le film fut détruit par les critiques. En 1981, Ronald Reagan venait d’être élu, l’offensive néolibérale et conservatrice battait son plein. L’heure était à la contre-offensive généralisée, sociale et idéologique, contre l’Amérique rebelle et libertaire des années 1960 et 70. Les grands éleveurs préparant l’élimination physique des paysans et travailleurs pauvres du comté de Johnson, le tout avec l’appui écrit du président des Etats-Unis ? Les pauvres d’abord désemparés mais finissant par s’armer pour se défendre ? Pour l’impérialisme US revanchard du début des années 1980, il n’était pas acceptable de montrer à une si large échelle la naissance sanglante de l’Amérique moderne, l’âpreté de sa lutte des classes, le rôle criminel de sa bourgeoise et de ses institutions. Des prétextes artistiques divers et variés (trop long, trop lent, trop compliqué…) furent ainsi mis en avant pour masquer des raisons profondément politiques, forçant Michael Cimino à remonter son film dans une version courte et « diffusable », ce qui n’aidera pas à son succès. Influencé par un climat délétère, le public boudera l’œuvre qui deviendra le plus grand échec de l’histoire du cinéma américain, conduisant les studios United Artists à la banqueroute et ruinant la carrière du cinéaste. La Porte du paradis a aujourd’hui acquis une renommée tardive, ce qui a amené Michael Cimino a en refaire une version aux couleurs, sons et montage restaurés, qui rend justice à cette pièce hors norme.

…à l’Histoire elle-même La majeure partie des événements relatés sont réels. En 1890, les USA connaissaient l’une des plus grandes migrations de l’Histoire. En un siècle, plus de 40 millions de personnes quittèrent l’Europe, ses famines, sa pauvreté et ses guerres, pour tenter une nouvelle vie dans ce pays en construction. La plupart de ces émigrants étaient britanniques, irlandais (fuyant la Grande famine) et allemands. Les suivirent des slaves, scandinaves, juifs, italiens. Beaucoup étaient des paysans, cherchant de nouvelles terres à cultiver. Une partie y parvint, au prix de grandes souffrances et au détriment des Amérindiens. D’autres, dont beaucoup d’Irlandais, s’installèrent dans les villes et servirent de main-d’œuvre aux capitalistes, en pleine révolution industrielle. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la bourgeoisie américaine naissante accueillit ces migrants sans restrictions légales, malgré de graves tensions sociales, avant de changer de politique et de commencer à fermer les frontières.

L’action du film se déroule dans le Wyoming, Etat rural de l’Ouest, pays de grands éleveurs, riches propriétaires terriens exploitant des travailleurs agricoles et des paysans pauvres, n’hésitant pas à s’en servir comme bouc-émissaires en cas de vol de bétail ou autres problèmes. Dans le comté de Johnson, en 1892, l’Association des éleveurs dressa ainsi une liste de 125 paysans pauvres à éliminer, et engagea dans ce but des mercenaires. En résulta une série d’affrontements entre grands et petits éleveurs, connus sous le nom de « Johnson County War » (la guerre du comté de Johnson). Ainsi, deux des personnages principaux du film furent en fait pendus par les mercenaires en raison de leur soutien aux petits paysans. Il fallut l’intervention de l’armée pour « ramener le calme », en fait sauvegarder les intérêts des propriétaires terriens. Parce qu’elle dépeint ces événements méconnus et volontairement occultés de l’histoire officielle des Etats-Unis, que sa réalisation, sa bande-son, ses décors, le jeu de ses acteurs (Kris Kristofferson, Christopher Walken, Isabelle Huppert, John Hurt…) sont uniques, La Porte du paradis est une œuvre incontournable et indispensable pour qui est attaché à une vision anticonformiste et politique de l’art et de la culture.

Par Yohann Segui Lundi 1 juillet 2013Publié dans : Revue Tout est à nous ! 44 (juin 2013)

02 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Contre la politique Ayrault-Filipetti, la Bibiliothèque Nationale de France en grève

Contre la politique Ayrault-Filipetti, la Bibiliothèque Nationale de France en grève dans Médias, culture 10014

La BNF (10% du budget total du ministère de la culture, 10% de ses agents) a particulièrement souffert sous le gouvernement Sarkozy :

subventions en baisse, près de 200 postes sur 2700 supprimés en 5 ans. Dans un établissement où les personnels manifestent un fort attachement à leurs missions, ces dégradations ont entraîné de nombreux cas de souffrance au travail. En même temps, la direction engageait des partenariats publics privés (PPP) faisant la part belle au privé. L’un des plus scandaleux fut d’octroyer des espaces inutilisés à MK2 pour une redevance symbolique. Une partie des personnels avait espéré que la défaite de Sarkozy permettrait une rupture avec les politiques suivies, un arrêt de la RGPP. Or le ministère Filipetti suit clairement une orientation dans la continuité du précédent. La ministre a confirmé la filiale crée par le président de la BNF pour porter les PPP. Les 59 suppressions de postes supplémentaires prévues pour 2013 par le précédent gouvernement sont confirmées, et près de 50 sont annoncées pour 2014. La DRH elle-même parle de « plan social » ! Mais ce n’est pas assez, et la direction de la BnF a été sommée d’établir des « pistes d’optimisation » pour accroître encore les économies. Face au refus de l’intersyndicale CGT-FSU-SUD de participer à un pseudo « dialogue social », la direction proposa une pseudo concertation avec les personnels. Les agents n’ont pas été dupes. Ces dernières semaines, ils manifestaient leur colère et posaient la question de construire une mobilisation liant les questions de la BnF à celle de la politique du gouvernement.

En mouvement… vers la rentrée Après une grève très suivie des vacataires le 8 juin, les agents se sont donc mis en grève le 21, pour l’arrêt des suppressions de postes, le maintien des budgets et l’arrêt des privatisations d’espaces et de services publics. Le mouvement a été très suivi et massivement soutenu par les usagers. Tout le monde l’a vu comme la répétition de la probable grève reconductible de la rentrée de septembre, en défense des retraites. Dans le même temps se met en place la convergences entre la BnF, la bibliothèque de Beaubourg, et celle de la Cité des sciences. Conscients que ce qu’ils subissent n’est qu’une déclinaison de la politique générale du gouvernement, les agents sont soucieux des attaques contre les retraites. La CGT BNF a ainsi pris position pour le retrait du rapport Moreau et conte la participation à la conférence sociale.

Antoine Delluc Lundi 1 juillet 2013 http://www.npa2009.org/node/37973

02 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Brest, le Front de Gauche aura une liste aux municipales (OF+LT)

  Brest, le Front de Gauche aura une liste aux municipales (OF+LT) dans A gauche du PS melenchon

Parce que le gouvernement du Parti socialiste, d’Europe Écologie-Les-Vert-e-s et du Parti radical de gauche, mène, selon lui, « une politique libérale centrée sur l’austérité » et « déjà à l’œuvre sous Sarkozy », le Front de Gauche va constituer une liste bâtie sur « un projet d’alternative sociale et écologique ». Cette annonce a été faite ce lundi par des représentants brestois du Front de Gauche. Au niveau national, le FdG rassemble sept composantes ; à Brest, quatre : Parti de Gauche, Parti communiste français, la Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologique), la Gauche anticapitaliste. Aucun des élus municipaux actuels issus de ces composantes, à savoir les cinq du PCF et les trois du Parti de Gauche, n’était présent lors de cette annonce.Politique lundi 01 juillet 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Brest.-Le-Front-de-Gauche-aura-une-liste-aux-municipales_40779-2207984——29019-aud_actu.Htm

Municipales. Une liste du Front de gauche annoncée

2 juillet 2013

Le Front de gauche se prépare en vue des municipales à Brest. Sa future liste entend « proposer une alternative sociale et radicale à tous ceux qui refusent les politiques d’austérité ». Reste qu’en son sein tout n’est pas encore très clair…

empty dans Brest et région

Depuis vingt ans, la « gauche de la gauche » est toujours représentée à Brest par au moins une liste à toutes les municipales. Celles de 2014 n’échapperont pas à la règle avec une liste du Front de gauche, annoncée hier par Bertrand Seys, co-secrétaire du Parti de gauche dans le Finistère. Cette liste, pour l’heure en phase de préparation, a l’ambition de fédérer tous ceux qui refusent « la politique libérale, centrée sur l’austérité, dans le respect des règles de l’Union européenne, conduite pendant des années par l’UMP et poursuivie par le gouvernement PS-EELV-PRG ».

« Proposer une rupture » À tort ou à raison, Bertrand Seys, candidat aux législatives de 2012 sur Brest-rural, fait déjà figure de possible tête de liste à ce scrutin. Il explique que cette future liste répond à deux motivations : « Tout d’abord, les municipales sont des élections nationales. L’alignement de Hollande et Ayrault sur la politique d’austérité aura des répercussions sur les dotations versées aux collectivités. Il faut proposer une alternative à cette ligne. Ensuite, il faut proposer une rupture avec les politiques menées localement par l’UMP et le PS, comme sur la question de la désindustrialisation du pays de Brest, sur une meilleure intégration de l’agriculture biologique dans la restauration collective ou sur l’application d’une démocratie locale plus active, étendant, par exemple, le rôle des conseils de quartier ». Au travers de sa charte, le Front de gauche brestois défend aussi, notamment, une « reconquête des services publics, qui refuse les délégations de service public, les partenariats public-privé et les sociétés d’économie mixte qui ne font que léser au final la collectivité », une aide au développement des petites et moyennes entreprises « dans la sphère éco-solidaire » et la mise en pratique d’une « autre conception du sport et de la culture pour lutter contre leur marchandisation ».

Des absences remarquées La démarche du Front de gauche, même si elle s’inscrit dans une volonté nationale de se distinguer des listes menées par le PS, n’est pas sans poser question. Hier, lors de l’annonce de cette liste, Bertrand Seys n’était paradoxalement entouré d’aucun élu brestois du Parti communiste ni du Parti de gauche, les deux principales composantes du Front de gauche, tous deux membres de la majorité de François Cuillandre. Seuls, à ses côtés, se tenaient des membres de deux petites composantes du Front : la Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologique) et la gauche anticapitaliste… L’attelage du Front de gauche brestois apparaît pour le moins fragile à neuf mois des municipales…

Des choix à faire… Bertrand Seys affirme cependant qu’il « n’y aura pas de candidats du Parti de gauche sur la liste de François Cuillandre ». Traduction, s’ils font le choix de poursuivre avec le maire actuel, Patrick Appéré et Paulette Dubois (Alain Jouis et Laurence Landry ayant, semble-t-il, décidé de ne pas briguer de nouveau mandat) devront changer d’affiliation… Quant au PC, « s’il fait, lui aussi ce choix, il faudra que nous discutions de ce que nous ferons du nom Front de gauche… ». Bertrand Seys et ses camarades pourraient, en revanche, se consoler en accueillant, à leurs côtés, quelques-uns des animateurs de la « Gauche debout » qui avait réalisé plus de 9 % aux municipales de 2008 à Brest… Contact Courriel fdgbrest2014@yahoo.fr

02 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Saint-Nazaire. Les salariés de gad SAS manifestent aujourd’hui (LT)

Saint-Nazaire. Les salariés de gad SAS manifestent aujourd'hui (LT) dans Luttes sociales en Bretagne y-en-a-marre

Ce mardi après-midi, les salariés de Gad SAS -mise en redressement judiciaire en février- vont défiler dans les rues de Saint-Nazaire en riposte à la décision de fermeture de certains sites de l’entreprise spécialisée dans l’abattage et la transformation de cochons. Le site de Saint-Nazaire est concerné : 80 emplois sont directement menacés sur le site du groupe installé zone de Brais note Presse Océan. 2 juillet 2013 à 08h44

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/nantes/saint-nazaire-les-salaries-de-gad-sas-manifestent-aujourd-hui-02-07-2013-2157894.php

 

01 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Affaires : Tapie, Lagarde, Sarkozy, une « bande organisée »

Affaires : Tapie, Lagarde, Sarkozy, une « bande organisée » dans Droite républicaine rapetous

Bernard Tapie a été placé lundi en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur l’affaire du Crédit lyonnais.

Avant de se rendre à la convocation des juges, il s’était exclamé sur Europe1 : « Qu’est-ce que vous croyez ? Des rendez-vous comme celui-là, j’en ai eu sept avec Eva Joly. Résultat : six non-lieu et une relaxe […] même système, même procédure, j’en ai rien à foutre »… Tapie a sûrement raison de ne pas s’inquiéter de son sort personnel mais cette affaire donne un tableau éloquent des amitiés particulières entre le monde de l’argent, le pouvoir et ceux qui le servent. De rebondissement en rebondissement, se déroule la série des complicités et acteurs compromis dans cette escroquerie d’État où se mêlent l’avidité sans borne d’un homme d’affaire véreux et la complaisance affichée d’un Président de la République à l’égard des voyous de la haute et du fric…
Un autre personnage, Pierre Estoup, vient d’être mis en examen. C’est lui qui a rédigé en 2008 l’arbitrage qui a donné raison à Tapie et obligé le Consortium de réalisation (CDR), l’organisme public chargé de liquider les vieilles affaires du Crédit lyonnais, à lui verser 403 millions d’euros… dont 45 millions au nom du « préjudice moral ». Ses liens anciens avec Tapie étaient, semble-t-il, connus de tout ce milieu des copains et des coquins. Tout avait commencé en 1992. Bernard Tapie entre au gouvernement alors que Mitterrand est Président de la République. Il cède l’essentiel de ses entreprises, dont Adidas acheté deux ans plus tôt et revendu par le Crédit lyonnais deux milliards de francs, prix inespéré pour Tapie. Mais ce dernier estimera avoir été floué par son banquier. Il engage alors une bataille judiciaire contre l’État représenté par le Consortium de réalisation (CDR).

Escroquerie d’État En 2007, Sarkozy — que soutient Tapie — est élu. En octobre de la même année, la nouvelle ministre de l’Économie, Christine Lagarde, ordonne au CDR de régler le conflit par un arbitrage privé plutôt que par la justice ordinaire, arbitrage de complaisance qui octroie donc 403 millions à Tapie Le 4 août 2011, la Cour ouvre enfin une enquête visant Lagarde pour « complicité de faux » et « complicité de détournement de biens publics ». Puis une information judiciaire contre X est ouverte en septembre 2012 pour « usage abusif des pouvoirs sociaux et recel au préjudice du Consortium de réalisation (CDR) », ensuite étendue à « détournement de fonds publics ». Le 10 juin dernier, l’ancien directeur de cabinet de Lagarde, Stéphane Richard, aujourd’hui PDG d’Orange, et l’ex-président du CDR, Jean-François Rocchi, sont mis en examen pour « escroquerie en bande organisée ». Tout ce petit monde se tenait par la barbichette avec la bénédiction de l’Élysée où Guéant organisait les réunions… À travers les méandres de l’affaire s’étale la nullité de ce milieu qui gravite autour du pouvoir ou l’exerce au plus haut niveau. Comme cette lettre à Sarkozy de Mme la marquise Christine Lagarde qui lui « demande pardon » pour avoir « échoué périodiquement » et conclut : « Utilise-moi pendant le temps qui te convient » ! Pas très brillants les sommets de l’État et de la finance.

Yvan Lemaitre Vendredi 28 juin 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 201 (27/06/13)

01 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Hollande à Lorient lundi : la liste des manifs s’allonge (OF)

Hollande à Lorient lundi : la liste des manifs s’allonge (OF) dans Luttes paysannes et alimentation la-verite-si

Personnels hospitaliers, personnels civils de la Défense… La visite présidentielle annoncée lundi 1er juillet à Lanester et Lorient attise les revendications.

Le président de la République doit inaugurer lundi 1er juillet l’hôpital du Scorff à Lorient (11 h 15), après avoir signé des contrats d’avenir à la mairie de Lanester.

La CGT DCNS veut rencontrer Le Drian Après Sud-santé, la CGT, le Parti de gauche, c’est au tour de la CGT DCNS d’appeler à la mobilisation. Le syndicat souhaite s’entretenir avec Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, à propos du « programme de Fremm (Frégates multimissions), des suppressions d’emplois dans le ministère et des risques de fermetures d’établissements au sein du ministère de la Défense ».

Rassemblement porte Colbert Un premier rassemblement est prévu lundi 1er juillet à 10 h 45 porte Colbert à Lorient, et un second, dans la foulée, à la Cité Allende toute proche.

Les territoriaux de Lanester aussi… La CGT des territoriaux de Lanester entre aussi dans le mouvement de contestation contre la politique du gouvernement, en appelant à se réunir à 9 h lundi place Jean-Delaune à Lanester, pour rejoindre ensuite la Cité Allende à Lorient via le Pont des Indes.Politique vendredi 28 juin 2013

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Hollande-a-Lorient-lundi-la-liste-des-manifs-s-allonge_40811-2207227_actu.Htm

01 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Gad. Vers la fermeture de trois sites, 1 000 emplois menacés (OF)

Gad. Vers la fermeture de trois sites, 1 000 emplois menacés (OF) dans Luttes ouvrières y-en-a-marre

Le comité central d’entreprise extraordinaire de Gad, qui s’est tenu ce vendredi, à Rennes, a acté la fermeture de trois sites, dont l’abattoir de Lampaul-Guimiliau. 1 000 emplois sont concernés.  En l’absence de repreneur, la Cecab, actionnaire majoritaire du groupe industriel charcutier Gad SAS, a présenté un plan de sauvegarde de l’emploi et un plan de continuation aux terribles conséquences pour l’emploi.

1 000 emplois menacés Trois sites semblent condamnés. L’abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère), qui emploie 850 salariés, pourrait fermer dès septembre, suivi par le siège (50 emplois) à Saint-Martin-des-Champs, près de Morlaix, et le site de Saint-Nazaire (80 salariés). 1 000 emplois sont donc menacés et seuls 300 reclassements seraient proposés vers le site de Josselin (Morbihan).

La colère des syndicats « C’est un hold-up, a réagi Olivier Le Bras, secrétaire du CCE – FO, très en colère. La Cecab a démantelé les meilleurs abattoirs bretons. On va essayer de trouver un plan B pour éviter cette casse. »

100 millions de dettes L’entreprise, qui emploi près de 1 700 salariés dans l’Ouest, a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Rennes le 27 février, avec une période d’observation de six mois. Elle affiche une dette colossale de 100 millions d’euros. Le plan présenté ce vendredi sera soumis au tribunal de commerce, le 21 août. Social samedi 29 juin 2013

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Gad.-Vers-la-fermeture-de-trois-sites-1-000-emplois-menaces_55257-2207141_actu.Htm

01 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Egypte. Les manifestants envoient un carton rouge à Morsi (LT+OF)

Egypte. Les manifestants envoient un carton rouge à Morsi (LT+OF) dans International image

La BBC a confirmé ce que disait CNN, 33 millions de manifestants le 30 juin en Egypte, déclarant que c’est la plus grande manifestation de l’histoire de l’humanité: il y aurait donc eu 3 fois plus de manifestants que d’habitants en Tunisie, presqu’autant que d’espagnols… Le chiffre de 33 millions est contesté ( Reuters dit 14 millions). (Selon nos sources, Blog)

____________________________________

Criant « Dégage ! » et brandissant des cartons rouges, des milliers d’Egyptiens ont hué, ce dimanche, Mohamed Morsi sur la place Tahrir, site emblématique qui a retrouvé l’ambiance et les mots d’ordre de la révolution de 2011 contre Hosni Moubarak.

empty dans Jeunes« Le peuple veut la chute du régime », a lancé la foule, reprenant le slogan-phare déjà crié sur ce haut lieu de manifestation politique au Caire par les opposants à l’ancien président. Ce dimanche, hommes, femmes et enfants ont agité une multitude de cartons rouges en scandant « Morsi, dégage », au son des sifflets et des vuvuzelas.

« Une deuxième révolution »« C’est une deuxième révolution et elle va partir d’ici, car Tahrir en est le symbole », a affirmé Ibrahim Hammouda, un charpentier venu de Damiette, sur la côté méditerranéenne, pour se joindre aux manifestants dans la capitale. En 2011, la foule était descendue dans la rue en portant des portraits des dignitaires du régime Moubarak barrés d’une croix rouge. Ce dimanche, les manifestants ont brandi des photos des dirigeants des Frères musulmans, le mouvement dont est issu Mohamed Morsi, eux aussi barrés de rouge. Mohamed Morsi avait été élu en juin 2012, à l’occasion de la première présidentielle libre de l’histoire du pays. Mais, aujourd’hui, ses détracteurs l’accusent de gouverner au seul profit du camp islamiste et de renier les idéaux démocratiques de la révolution sans laquelle il ne serait sans doute jamais arrivé au pouvoir.
« Morsi m’a trahi »
« Je suis ici, parce que Morsi, pour qui j’ai voté, m’a trahi et n’a pas tenu ses promesses. L’Egypte sera, une nouvelle fois, libérée à partir de la place Tahrir », a déclaré Mohamed Samir, venu de la ville de Mansourah, dans le delta du Nil. Les manifestants se sont regroupés sur la place Tahrir plusieurs heures avant des marches programmées en fin d’après-midi, au départ de différents endroits du Caire, pour converger vers le palais présidentiel situé dans le quartier d’Héliopolis, où l’essentiel des rassemblements est prévu.
« Nous protégeons la révolution de ceux qui la menacent »

A l’heure actuelle, des haut-parleurs diffusent à pleins décibels des chants patriotiques et, aux abords de la place, un service d’ordre porte des gilets fluorescents sur lesquels on peut lire : « Accès interdit aux Frères musulmans ». « Nous protégeons la révolution de ceux qui la menacent », a assuré un manifestant. « Les Frères ne continuent pas la révolution, ils veulent monopoliser l’Etat », a ajouté Mohammed Abdel Wahab, un cadre en marketing venu à Tahrir avec sa famille . N. A. avec AFP30 juin 2013 à 16h36

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/monde/egypte-les-manifestants-envoient-un-carton-rouge-a-morsi-30-06-2013-2155385.php

Deux morts en Egypte lors de manifestation monstre

Politique dimanche 30 juin 2013

Deux personnes ont été tuées dimanche dans des heurts entre partisans et adversaires du président islamiste égyptien Mohamed Morsi, en marge de manifestations monstre à travers tout le pays à l’appel de l’opposition pour réclamer son départ. L’armée estime à «plusieurs millions» le nombre de manifestants anti-Morsi descendus dans la rue, un an jour pour jour après son investiture, a déclaré une source militaire.

«ll s’agit de la plus grande manifestation dans l’histoire de l’Egypte», a ajouté cette source sous couvert de l’anonymat. Une personne a été tuée à Beni Suef et une autre dans la province d’Assiout, au sud du Caire, au cours d’affrontements qui ont aussi fait des dizaines de blessés aux abords de locaux des Frères musulmans, selon les services de sécurité Au Caire, le QG de la confrérie islamiste, dont est issu Mohamed Morsi, a été attaqué dans la soirée avec des cocktails Molotov et des tirs de chevrotine. Sur la place Tahrir, site emblématique de la révolte contre M. Hosni Moubarak début 2011 puis de nombreux autres rassemblements politiques, la foule a afflué en brandissant des cartons rouges à l’adresse du président. Sur la place Tahrir dans le centre du Caire, site emblématique de la révolte qui fit chuter le régime de Hosni Moubarak en février 2011, la foule a afflué en scandant « le peuple veut la chute du régime ». De nombreux manifestants brandissaient des cartons rouge portant l’inscription « dégage » à l’adresse du président, issu du mouvement des Frères musulmans. « C’est une deuxième révolution, et Tahrir en est le symbole », affirmait Ibrahim Hammouda, un charpentier de Damiette (nord) venu participer aux rassemblements dans la capitale.

Le canal de Suez protégé Des manifestations anti-Morsi ont également lieu à Alexandrie (nord), deuxième ville du pays, à Menouf et Mahallah, dans le delta du Nil, ainsi qu’à Port-Saïd et Suez, sur le canal du même nom, ou encore dans la ville natale de M. Morsi, Zagazig, au nord-est du Caire. Redoutant de graves troubles dans cette épreuve de force, l’armée et la police se sont déployées à travers le pays pour renforcer la protection des installations vitales, notamment du canal de Suez. Alors que des heurts entre pro et anti-Morsi ont fait huit morts cette semaine dont un Américain, les militaires se sont dit garants de la stabilité du pays si le climat de crise dégénérait.

Manifestation en soirée Le gros des manifestations est attendu en fin d’après-midi et en soirée, avec plusieurs défilés anti-Morsi qui doivent converger vers le palais présidentiel à Héliopolis. Non loin delà, dans le quartier de Nasr City, des militants islamistes campent depuis vendredi pour défendre la « légitimité » du premier chef de l’Etat égyptien à avoir été librement élu. Le Parti de la liberté et de la justice, émanation des Frères musulmans, a lui aussi mobilisé ses partisans pour soutenir M. Morsi, premier président civil et islamiste du pays.

Consignes de prudence Plusieurs pays, dont la France et la Grande-Bretagne, ont diffusé des consignes de prudence à leurs ressortissants, leur recommandant d’éviter les rassemblements ou de limiter leurs déplacements. La crainte d’une aggravation de la crise provoque en outre depuis plusieurs jours une ruée des automobilistes sur les stations service, et pousse de nombreux Egyptiens à faire des provisions. Dimanche, premier jour de travail de la semaine, de nombreuses entreprises et bureaux étaient fermés par mesure de sécurité.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Deux-morts-en-Egypte-lors-de-manifestation-monstre_55257-2207805_actu.Htm

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin