Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

La meilleure retraite, c’est l’attaque !

La meilleure retraite, c’est l’attaque ! dans Luttes sociales en Bretagne tractrecto-15618

Face à l’austérité et contre une énième réforme des retraites qui verra le jour dés la rentrée, organisons nous maintenant.

Le rapport Moreau commandé par le gouvernement sur « l’avenir des retraites » sera dévoilé le 14 juin, son contenu sera sans surprise. Une seconde Con- férence sociale du gouvernement où seront conviés les «  partenaires sociaux » est prévue les 20 et 21 juin prochains afin de préparer les esprits à une ré- forme cet automne. Nous saisissons ce moment pour agir dans la rue afin de contribuer à une rentrée des luttes. préparons dès aujourd’hui les conditions d’une lutte de masse contre l’austérité des salarié-e-s, des chômeur-ses, des retraité-e-s et de la jeunesse. La « contre- »réforme des retraites n’est qu’une des multiples attaques du capital dans sa perspective de « plumer » toujours plus les droits des travailleurs-ses (ANI : « accord national interpro-fessionnel », qui détruit les bases du code du travail ; licenciements massifs à répétition), de casser les services publics (privatisations notamment de l’éducation avec la LRU 2.0, réduction des effectifs et des moyens,…), de réduire les revenus (probable baisse des allocations UNEDIC en fin d’année, risque de baisse des pensions, stagnation des salaires sans tenir compte de l’augmentation du coût de la vie,…).

MEDEF / PS, faisons les battre en retraite !

PDF - 59.3 ko
La meilleure RETRAITE, c’est l’ATTAQUE : MERCREDI 19 juin, 18h place de la mairie.

Contact  : comiteretraite35@laposte.net Comité de lutte contre l’austérité et pour la défense des retraites :

Solidaires 35, Sud Éducation, Sud Télécom, Sud Lycéen, Sud Étudiant SITF, SLB-Roazhon, MCPL, CLAR, Alternative Libertaire, NPA, Gauche Anticapitaliste 35, et des militants de l’UNEF

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Gaz de schiste : coup de force de Chevron en Pologne ( Bastamag)

Gaz de schiste : coup de force de Chevron en Pologne ( Bastamag) dans Ecologie & climat occupy_chevron-ff4fc

Le 2 juin au matin, sous la protection d’agents de sécurité, la multinationale américaine Chevron a pris possession d’une parcelle située près de Zurawlow, en Pologne, sur le permis de Grabowiec, pour installer le matériel nécessaire à l’exploration de gaz de schiste.

Les habitants des villages avoisinants se sont interposés. Une militante a été blessée par un véhicule de la compagnie et a du être hospitalisée. Depuis, plus de 150 personnes occupent le terrain visé par Chevron, réclamant son départ. Sous une grande tente installée pour l’occasion, ont pris place une cuisine collective, animée par des débats sur les dangers de la fracturation hydraulique et les stratégies pour s’opposer aux multinationales. Les camions de Chevron, prêts à revenir, seraient postés à 6 km. Chevron prétend détenir toutes les autorisations nécessaires, y compris celles du ministère de l’Envi- ronnement, pour mener ses projets sur des terrains d’une surface de 2,7 hectares. Selon les riverains, l’autorisation des études sismiques ne serait valable que jusqu’au 6 décembre 2013. Et l’autorisation de forer aurait été annulée en juin 2012. Quelques mois plus tôt, Chevron avait provisoirement renoncé à débuter des forages sur la commune de Zurawlow, après une très forte mobilisation locale qui est retracée dans le documentaire La Malédiction du gaz de schiste, récemment diffusé sur Arte et réalisé par Lech Kowalski. A nouveau présent sur place, le réalisateur s’étonne de l’entêtement de Chevron alors que deux nouveaux pétroliers nord-américains, Talisman Energy Inc. et Marathon Oil, après Exxon Mobil, viennent d’annoncer quitter le pays en raisons de recherches non fructueuses. Face au silence médiatique en Pologne et en raison de la très grande mansuétude des autorités locales et nationales envers Chevron, les opposants appellent à un vaste soutien international dans leur lutte. Les collectifs français contre les gaz et pétrole de schiste ont publié un communiqué de soutien et une pétition vient d’être mise en ligne. Selon Lech Kowalski sur Twitter, « Occupy Chevron va au-delà de la question des gaz de schiste, il s’agit de multinationales qui veulent imposer un certain mode de vie aux citoyens. Les fermiers (polonais) veulent que le monde sache cela. »

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

14 juin 2013 ~ 1 Commentaire

Retrait des pesticides néonicotinoïdes : une mesure urgente ! (Bastamag)

Retrait des pesticides néonicotinoïdes : une mesure urgente ! (Bastamag) dans Ecologie & climat jardiner_autrement_visuel_agence_300_dpi-253x300

Le retrait du marché des insecticides « néonicotinoïdes », qui contribuent à la surmortalité des abeilles, risquent de prendre du temps.

En attendant, les plantes mutées, contenant un pesticide, gagnent du terrain, et les mesures mises en place par le ministère de l’Agriculture pour soutenir la filière apicole semblent bien maigres. Des membres de la Confédération paysanne critiquent « des pouvoirs plus soucieux des intérêts privés des multi-nationales de l’agrochimie et des semences que de l’intérêt général ». La proposition de suspension de 3 insecticides néonicotinoïdes présentée par la Commission Européenne arrive dans un contexte de crise importante pour la profession apicole et pour les consommateurs. Elle concerne une interdiction temporaire (sauf céréales d’hiver et betteraves) jusqu’en septembre 2015. Leur retrait du marché apparaît très tardif. Aujourd’hui, un tiers de notre nourri- ture dépend directement de l’abeille. La disparition massive des abeilles à l’échelle internationale est une alerte. L’abeille est en danger, c’est une menace pour la biodiversité, la surmortalité de l’abeille domestique (Apis mellifera) et autres papillons, bourdons et abeilles solitaires inquiète. Les molécules de la famille des néonicotinoïdes sont devenus les insecticides les plus efficaces jamais synthétisés.

La France, championne d’Europe des pesticides

De nombreuses études ont démontré la dangerosité des pesticides. La moitié des colonies en France a déjà été décimée depuis la mise sur le marché de ces produits. Cela constitue une menace de disparition pour de nombreuses espèces végétales. La France est championne d’Europe des pesticides, le troisième utilisateur mondial après les États-Unis et le Japon. Malgré le moratoire des cultures OGM, de nombreux miels d’importation en contiennent, produits avec des plantes modifiées qui n’ont fait l’objet d’aucune étude d’impact sanitaire sur l’homme et les animaux. Les plantes-pesticides (cultures de tournesol et colza de type VTH) constituent aujourd’hui une réelle menace. L’environnement téléphonique, les ondes GSM, 3G et wifi provoquent une électro-sensibilité chez l’abeille en la perturbant. Les interactions entre ces différents facteurs amplifient fortement leurs effets sur les abeilles. La combinaison des patho-logies (virus, maladies et varroa, un parasite des abeilles), des pesticides et de l’appauvrissement de leurs ressources alimentaires cause leur perte.

Des alternatives existent

Les analyses récentes traduisent des faiblesses majeures dans l’évaluation des risques et des conflits d’intérêts récurrents entre la recherche privée d’éva-luation, l’administration ministérielle (DGAL) et l’industrie chimique. Ces évaluations sont à la charge des industries qui évacuent les risques à long terme. De même, les effets cocktails ne sont pas évalués, l’abstraction des effets de synergie est récurrente, les évaluations des molécules demeurent individuelles. L’expérimentation grandeur nature en Italie de la suppression des traitements de semences avec des insecticides systémiques (néonicotinoïdes et fipronil) et les résultats obtenus (baisse de la mortalité des ruches de 37,5% à 15%, maintien des rendements de production de maïs, diminution importante des chrysomèles) nous rappelle que des alternatives existent. L’intérêt des industriels de la chimie et des tenants de l’agriculture toxique prime sur la santé des personnes exposées. Le développement technologique dont l’enrobage des semences (traitement permanent) correspond à la période de déclin des abeilles au milieu des années 1990.

Le plan de défense de l’apiculture : une illusion ?

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a rendu en 2013 un avis scientifique très sévère sur les néonicotinoïdes (imidaclopride, clothia- nidine et thiaméthoxame) confirmant des études antérieures et conduisant à un moratoire sur le Gaucho, Cruiser, Poncho, etc. De même, la dispersion des poussières d’enrobage est constante pendant les semis malgré la présence de déflecteurs. Un groupe d’experts (Comité scientifique et technique de l’étude multifactorielle des troubles des abeilles, ou CST), composé de chercheurs d’universités et d’organismes publics de recherche (CNRS, INRA, etc.) avait déjà conclu dans son rapport en septembre 2003 que l’imidaclopride (commercialisé sous le nom Gaucho) présentait un risque inacceptable pour les abeilles sans écarter la contribution des pathogènes naturels (virus, varroa). Alors qu’attend-t-on ? Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll vient de lancer un plan de défense de l’apiculture, celui-ci vise à l’installation de 200 à 300 apiculteurs professionnels par an. Cette mesure gouvernementale crée une illusion supplémentaire (au vu de la faiblesse des moyens financiers mis en œuvre) du développement de la filière à l’heure de la mortalité importante des cheptels (-30%) et donc d’une forte précarité économique de la profession. Les races productives (buckfast) et les abeilles d’importation (Amérique sud) qui pré- sentent un prix d’achat plus faible, n’en demeurent pas moins d’une forte sensibilité pathogène et donc plus vulnérables.

Les plantes-pesticides gagnent du terrain

La lutte chimique montre ses limites. Le varroa tend à être résistant. Des traitements alternatifs contre ce parasite doivent être encouragés (thymol, acides organiques…). Les agriculteurs doivent faire évoluer leurs modes de production pour des méthodes plus respectueuses de la santé et de l’environnement par la promotion de la polyculture-élevage et des couverts hivernaux pour faire barrage à l’appauvrissement de la biodiversité lié à la monoculture. L’alternative associative offerte par Apicool propose de financer l’installation de ruches dans les fermes biologiques. Selon la commission apicole de la Confédération paysanne, « l’interdiction est insuffisante car la réglementation ne concerne pas les céréales d’hiver soit près de 85 % des céréales semées en France, environ 5 millions d’hectares traitées avec ces pesticides. Une suspension de deux ans est trop courte par rapport à la persistance très longue de ces produits dans les sols. » Aujourd’hui, les semences mutées de colza qui arrivent sur le marché vont présenter une menace supplémentaire pour les essaims. Les plantes-pesticides gagnent chaque jour un peu plus de terrain à l’échelle française. « Paysans, apiculteurs, consommateurs, nous sommes tous pris en étau par des pouvoirs plus soucieux des intérêts privés des multinationales de l’agrochimie et des semences que de l’intérêt général. » C’est le message issu de l’Appel de Poitiers pour sauver la biodiversité (juin 2012) des États généraux « Abeilles, semences et biodiversité ». Poursuivre notre engagement en demandant l’interdiction de tous les insecticides néonicotinoïdes, c’est vital !Par Rédaction (13 juin 2013) http://www.bastamag.net/article3120.html William Élie & Olivier Gervais, les Amis de la Confédération paysanne

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Commémoration de la résistance prolétarienne de Turquie des 15 et 16 juin 1970 (Al’e)

Commémoration de la résistance prolétarienne de Turquie des 15 et 16 juin 1970 (Al'e) dans Europe brief03

Photo: Coup d’état militaire

Dans la seconde moitié des années 1960, une montée des luttes ouvrières s’est affirmée en Turquie.

Sur le plan syndical, cela s’est traduit par la création du «Conseil de solidarité entre les syndicats» en 1967 qui a été à l’origine de la création du DISK: Con- fédération des syndicats ouvriers révolutionnaires. Les militants qui sont à l’origine de cette nouvelle expression du mouvement de classe viennent de l’in- dustrie du verre, de la métallurgie, des pneumatiques et de la presse. L’émergence de syndicats marque une rupture avec une structure syndicale offi- cialiste: le TÜRK-IS, lié aux structures du pouvoir.

Les mesures d’intimidation, les interdictions, la répression n’ont pas pu arrêter une vague de grèves dans les verreries, dans le textile de Kula. Les ouvriers du pétrole de la compagnie nationale vont mener une grève de trois mois. En 1968, les mineurs des mines de charbon de Zonguldak (mer Noire) ont réussi à imposer une convention collective. L’usine de pneumatiques Derby a été occupée. Les mineurs de lignite de la région de Corum ont fait 43 jours de grève. Comme ils n’étaient payés, ils ont organisé eux-mêmes la vente de charbon qu’ils ont extrait lors de la reprise de leur travail. Il a fallu la force militaire pour les faire plier. Les groupes nationalistes d’extrême droite se réorganisèrent dans le Parti du mouvement nationaliste (MHP) du colonel Türkes. Ce sont les célèbres «Loups gris» qui étaient leur bras paramilitaire. Face à cette montée ouvrière, le gouvernement Demirel prit des me- sures pour limiter les droits syndicaux et frapper le DISK qui regroupait 500 000 membres en 1970. Face à ces mesures, une grève fut lancée les 15 et 16 juin 1970. Ce fut un véritable soulèvement contre le pouvoir des patrons et de leur Etat. Le 15 juin, des dizaines de milliers de travailleurs descendent dans la rue. Le 16, le double occupe la rue, malgré la fermeture des routes, le blocage des ponts et l’arrêt des bateaux reliant les rives du Bosphore. Les ouvriers s’attaquent à la fonderie Haymak qui appartenait à un des frères du premier ministre. Des travailleurs sont tués. Des centaines sont blessés. La mobilisation prévue pour le 17 juin doit atteindre un nouveau seuil. La direction du DISK est débordée et son président, Kemal Türkler, lance un appel à la radio comme quoi les travailleurs ne doivent pas s’affronter à «l’honorable armée turque». Ce coup de frein va donner le feu vert à la réaction qui passe à l’offensive. Les militaires vont renverser le gouvernement Demirel et surtout s’attaquer aux travailleurs et travailleuses. C’est un coup d’Etat contre la classe ouvrière, à la différence des coups d’Etat précédents. S’installe alors un état d’urgence prolongé. Ce moment clé de l’histoire doit être rappelé et doit être le thème d’une éducation politique, de la construction d’une mémoire politique et d’un débat de stratégie.  Journée organisée par Bir-Kar de Lausanne

Dimanche 16 juin dès 13h30 Refuge du Laviau à Saint-Sulpice, rue du Centre 47  Journée organisée par Bir-Kar, Lausanne

Le Mouvement pour le socialisme, le site alencontre.org s’associent à cette commémoration.

http://alencontre.org/events/commemoration-de-la-resistance-proletarienne-de-turquie-des-15-et-16-juin-1970-lausanne-16-juin-saint-sulpice

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Bosnie-Herzégovine. Une première depuis 1995: un mouvement réunissant tous les citoyens et citoyennes (Al’e)

Bosnie-Herzégovine. Une première depuis 1995: un mouvement réunissant tous les citoyens et citoyennes (Al'e) dans Europe sarajevo

Les manifestations se succèdent à Sarajevo et dans d’autres villes de Bosnie contre le blocage d’improbables institutions

Depuis une semaine, cortèges et manifestations se succèdent à Sarajevo, mais aussi dans d’autres villes du pays, toujours «bloqué» par la mécanique infernale d’improbables institutions. Mercredi, des milliers de personnes ont défilé à Banja Luka, la capitale de l’entité serbe.

«A bas le nationalisme, vive la Bosnie-Herzégovine citoyenne»: le panneau, rédigé dans les deux alphabets en usage dans le pays, le cyrillique et le latin, flottait au-dessus de la foule massée mardi devant le parlement de Sarajevo. Plus de 10’000 personnes étaient au rendez-vous: des agriculteurs ou des employés dont le salaire n’est pas payé depuis des mois sont venus, en cortège, grossir la foule. Solidaires, les taxis de Sarajevo ont bloqué le trafic durant plusieurs heures. Tout a commencé pour un prétexte presque «futile»: un bébé de trois mois qui avait besoin d’un traitement urgent à l’étranger n’a pas pu voyager, faute de disposer d’un passeport. En effet, depuis le 12 février dernier, les nouveau-nés ne peuvent plus obtenir de numéro national d’identification, en raison d’un désaccord entre les partis politiques sur la nouvelle dénomination des communes de Republika Srpska, l’entité serbe du pays. De ce fait, tous les bébés nés depuis cette date sont des «sans-papiers».

Le 6 juin, quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant le parlement de Sarajevo. La foule n’a cessé de grossir tout au long de la journée, et les manifestants ont décidé de «faire le siège» du bâtiment, empêchant les députés de sortir tant qu’ils n’auraient pas adopté une loi réglant le problème. Le texte n’a pas été adopté, mais le «siège» a été levé le lendemain à 4?heures du matin. Depuis, le mouvement se poursuit. Les étudiants sont entrés en action, aussi bien à Sarajevo qu’à Banja Luka, la capitale de la Republika Srpska. D’autres manifestations ont également eu lieu à Zenica, Tuzla, Prijedor, Brcko ou d’autres villes moins importantes du pays.

C’est la première fois depuis la fin de la guerre en 1995 qu’un mouvement commun rassemble ainsi tous les citoyens de Bosnie-Herzégovine.

Pour Darko, militant d’un petit groupe anarchiste de Sarajevo, «la coupe était pleine depuis très longtemps. On se demandait juste quand arriverait l’étincelle qui mettrait le feu»… Cette «étincelle» est peut-être venue de Turquie, pays dont la Bosnie-Herzégovine est toujours très proche, politiquement et culturellement. La semaine dernière, des rassemblements de soutien aux manifestants turcs de la place Taksim avaient été organisés à Sarajevo. Ils ont «fusionné» avec les cortèges de protestation. Mercredi, à Banja Luka, des milliers de protestataires ont bravé l’interdiction de manifester émises par les autorités, les étudiants ayant été rejoints par les retraités et les anciens combattants. Ici aussi, le rapprochement avec le mouvement «Occupy Gezi Park» a été vite fait. Depuis plus d’un an, les citoyens de la ville manifestent régulièrement pour essayer de sauver le parc de Picin, que les autorités locales veulent aussi transformer en centre commercial. «En Republika Srpska, les gens sont habitués à écouter le pouvoir. Tout le monde vit mal, mais il n’y a jamais eu le moindre mouvement social depuis la fin de la guerre», explique la journaliste Dragana Tadic. «La mobilisation pour le parc représentait donc quelque chose d’inédit, le tout début d’une prise de conscience citoyenne.» Ces prémices de «printemps bosnien» inquiètent beaucoup les autorités. Rajko Vasic, le secrétaire général du Parti des sociaux-démocrates indépendants (SNSD), la formation de Milorad Dodik, le président de la Republika Sprska, a dû présenter sa démission après avoir traité, sur son blog, de «bâtards» les étudiants protestataires de Banja Luka. En réalité, la classe politique fait l’objet d’un même rejet dans les deux entités du pays. D’ailleurs, à l’exception du nouveau maire de Sarajevo, le très populaire Ivo Komsic, qui est apparu dans une des manifestations, tous les politiciens du pays sont aux abonnés absents depuis le début du mouvement.Par Jean-Arnault Dérens

Jean-Arnault Dérens est depuis 1998 responsable de la publication Le Courrier des Balkans. Il contribue à diverses publications telles que Le Monde diplomatique, La Libre Belgique, Ouest-France, Le Temps. Il a publié divers ouvrages, dont Balkans, la crise, chez Gallimard dans la collection Folio. Cet article a été publié dans le quotidien Le Temps, en date du 13 juin 2013.

http://alencontre.org/europe/bosnie/bosnie-herzegovine-une-premiere-depuis-1995-un-mouvement-reunissant-tous-les-citoyens-et-citoyennes.html

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Lorient,les agents de la collecte des poubelles bloquent la circulation (OF)

Lorient,les agents de la collecte des poubelles bloquent la circulation (OF) dans Luttes écolos en Bretagne 130506163334387_47_000_apx_470_-300x225

Une quarantaine d’agents de la collecte des poubelles bloquent la circulation en centre-ville de Lorient, depuis ce vendredi 11 h.

Prime panier Bus et voitures sont immobilisés au rond-point devant le MacDo. Les agents espéraient être reçus ce matin par les élus de la communauté d’agglomération, leur employeur. Ils le seront en fait ce vendredi en début d’après-midi. Les agents réclament l’attribution d’une « prime panier de 5 € par jour », explique leur représentant CGT. Le blocus devait être levé à midi. Économie vendredi 14 juin 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Lorient.-Les-agents-de-la-collecte-des-poubelles-bloquent-la-circulation_40811-2202496——56121-aud_actu.Htm

 

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Rosporden. Débrayage chez Boutet-Nicolas (OF)

Rosporden. Débrayage chez Boutet-Nicolas (OF) dans Concarneau, Fouesnant, Rosporden 130109103520043_7_000_apx_470_

La dernière réunion du Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) à Boutet-Nicolas a lieu ce vendredi matin à Rosporden. Avec un dernier débrayage des salariés, postés à l’entrée de la Rocade nord, dès  8 h 30. Excédé par le déroulement du PSE, le personnel avait déjà débrayé jeudi matin, bloquant l’accès du site de la Rocade Nord, une partie de la journée.

« Rien n’a évolué »

« Rien n’a évolué au fil des réunions, déplorait hier Fabien le Corre, délégué CFDT du comité d’entreprise. Notre revendication principale, au sujet du reclassement interne, est le maintien du salaire, actuellement de deux ans seulement. On estime que le PSE est nettement inférieur à celui qui avait été négocié, lors de la fermeture en 2008, du site de Carhaix. À ce jour, la direction n’a rien accepté, hormis s’agissant de la mutuelle. »

« On va dénoncer le PSE » Après cette dernière réunion, le dossier du PSE sera déposé au tribunal de grande instance. « On va dénoncer à nouveau le PSE, trop faible, et insister sur l’absence de raison économique », annonce d’ores et déjà Fabien Le Corre. Samedi, à 10 h 30, à l’ancienne salle de la mairie, une assemblée générale réunira le personnel et les avocats. Faits de société vendredi 14 juin 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Rosporden.-Debrayage-chez-Boutet-Nicolas_40771-2202479-pere-redac–29232-abd_filDMA.Htm

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Finistère. Les agents du conseil général appelés à manifester jeudi prochain (LT)

Finistère. Les agents du conseil général appelés à manifester jeudi prochain (LT) dans Luttes sociales en Bretagne le-changement-dans-tes-reves-300x219

Agents des centres d’exploitation des routes, des services d’action sociale, des collèges, assistants familiaux… Le syndicat CGT du conseil général du Finistère, pointant notamment la politique de promotion et de mutation, appelle à la mobilisation « pour un changement de cap », jeudi 20 juin, à 10 h 30, sur le parvis de la Maison du Département à Quimper. Ce jour-là, les conseillers généraux se réuniront en séance plénière. 13 juin 2013 à 16h21

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/finistere-les-agents-du-conseil-general-appeles-a-manifester-jeudi-prochain-13-06-2013-2135985.php

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, La Poste: la CGT souligne le retour de la souffrance au travail (LT+OF)

Quimper, La Poste: la CGT souligne le retour de la souffrance au travail (LT+OF) dans Luttes sociales en Finistère jpg-300x148

Les préconisations du rapport de Jean Kaspar, mandaté par la Poste, après une série de suicides auront-elles fait long feu ?

C’est ce qu’affirme la CGT qui organisait, hier, une journée nationale d’action. « En 2010, les maladies professionnelles à la Poste ont augmenté de 47 % et de 38 % en 2011. Les chiffres de 2012 ne sont pas connus », a argumenté, hier matin, Alain Le Berre, secrétaire départemental de la CGT FAPT, devant la direction du regroupement de la Poste, à Quimper, avec des délégations de centres courriers du Sud-Finistère.

Il évoque les suppressions d’emplois, les réorganisations incessantes de services, « la course effrénée à la rentabilité et la sécabilité (…) On ne veut plus revivre la souffrance au travail ». Un peu plus tôt dans la matinée, la quasi-totalité des postiers de Quimper s’était mise en grève 24 heures pour protester contre une réorganisation du service courrier, prévue en fin d’année, à l’appel de la CGT et de Sud, projetant la suppression de six à douze tournées de facteurs sur 55. Un autre préavis de grève est déposé la semaine prochaine, contre le transfert du courrier de Plogonnec vers Douarnenez. 14 juin 2013

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/la-poste-la-cgt-souligne-le-retour-de-la-souffrance-au-travail-14-06-2013-2136141.php

Quimper. Les facteurs en grève contre une réorganisation en vue (OF)

Une bonne partie des facteurs quimpérois sont en grève ce jeudi à l’appel de la CGT et de Sud. Ils protestent contre un projet de réorganisation de la distribution.

Mouvement bien suivi. Selon la direction, 47 facteurs sur 86 ont suivi le mouvement. Les facteurs redoutent les conséquences de cette réorganisation. La direction se montre rassurante, assurant que rien n’est encore décidé. « Nous sommes en phase de discussion et de partage… » précise la Poste. La nouvelle organisation devrait être mise en place d’ici la fin de l’année. Social jeudi 13 juin 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Les-facteurs-en-greve-contre-une-reorganisation-en-vue_40820-2202266——29232-aud_actu.Htm


14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Vannes. En direct : les salariés de Gad forcent le passage (LT)

Vannes. En direct : les salariés de Gad forcent le passage (LT) dans Luttes sociales en Bretagne y-en-a-marre

La Cecab, actionnaire majoritaire de Gad SAS, tient son assemblée générale ce vendredi matin à Vannes, au Palais des arts.

A l’extérieur du bâtiment, des salariés de Gad sont réunis depuis 9 h. Une opération escargot a été menée sur la voie express entre Auray et Vannes. Vers 10 h 30, les salariés de Gad ont pénétré de force dans la salle de réunion. Rappelons que la Cecab travaille actuellement à un plan de continuation de l’activité de Gad SAS.empty dans Luttes sociales en Bretagne

10 h 30. Les salariés entrent de force dans le grand théâtre
L’assemblée générale de la Cecab est suspendue. Une cinquantaine de salariés de Gad ont pénétré dans la salle du grand théâtre du Palais des arts où se tient la réunion, sans y être invités. Présents à l’extérieur depuis 9 h, ils ont tout simplement demandé d’accéder aux toilettes pour se soulager avant de forcer l’accès au théâtre. Jean-Michel Jannez, le directeur général de la Cecab, leur a proposé de sortir discuter dans une autre salle. Ils refusent. Ambiance très tendue.

9 h 45. L’opération escargot arrive à Vannes
Partis d’Auray vers 9 h, l’opération escargot menée par les salariés de Gad sur la voie express arrive à Vannes. Dans le cortège, des représentants de Doux venus afficher leur solidarité.

9 h 30. Une délégation reçue à 10 h 30
Une délégation de salariés de Gad sera reçue à 10 h 30.

9 h. Les salariés rassemblés
L’assemblée générale de la Cecab débute à Vannes. Devant les portes, les salariés de Gad manifestent leur inquiétude. Yoann Jaffré, délégué CFDT, pointe les responsabilités (voir la vidéo). Pendant ce temps-là, une opération escargot est menée par d’autres salariés de Gad sur la voie express entre Auray et Vannes. La Cecab, actionnaire majoritaire de Gad SAS, tient son assemblée générale ce vendredi matin à Vannes. A l’extérieur du bâtiment, des salariés de Gad sont réunis depuis 9 h. Une opération escargot a été menée sur la voie express entre Auray et Vannes. Et une délégation doit être reçue à 10 h 30 par les dirigeants de la Cecab. Rappelons que la Cecab travaille actuellement à un plan de continuation de l’activité de Gad SAS. 14 juin 2013 à 09h44

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/vannes-ag-de-la-secab-operation-escargot-et-manifestation-des-employes-de-gad-14-06-2013-2137136.php

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin