Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Cahuzac : un cas ordinaire, un puissant révélateur

Cahuzac : un cas ordinaire, un puissant révélateur dans Economie banksters-tucker-300x171

*
Le scandale Cahuzac est une boîte de Pandore.

Ouverte, il en sort toutes les turpitudes du système : la fraude et l’évasion fiscales, le conflit d’intérêts d’un responsable politique travaillant pour des firmes pharmaceutiques, d’un ministre du Budget fraudeur chargé de lutter contre la fraude, la symbiose entre la classe politique, y compris socialiste, et les milieux d’affaires, et même le copinage avec l’extrême droite.
Cette affaire illustre, non seulement la corruption d’une grande partie de la classe politique, mais aussi ce qui, pour les riches, est parfaitement banal : échapper à l’impôt, par des moyens aussi bien légaux qu’illégaux. Car, avant d’être un politicien ripoux, Cahuzac est un riche ordinaire. L’enquête a même, semble-t-il, établi que la banque suisse qui a accueilli ses fonds aurait d’abord hésité, car c’est une « personnalité exposée » par ses activités politiques. Sinon, à part ça, tout était normal, la routine !
Cette normalité de la fraude, au cœur du capitalisme, est confirmée par les révélations des journalistes de l’opération « offshore leaks » (« fuites des paradis fiscaux »). La liste des évadés fiscaux (un tout petit échantillon) va de l’armateur grec au dentiste américain, de l’oligarque russe… au bourgeois français ordinaire. S’y ajoutent des grandes entreprises. Les plus grandes banques, BNP Paribas, Crédit agricole, la Société générale, organisent l’évasion fiscale. N’en seraient-elles d’ailleurs pas elles-mêmes bénéficiaires ? Au fond, les multinationales sont aujourd’hui des grands groupes financiers possédant, aussi, des actifs industriels. Elles gèrent leur trésorerie par l’intermédiaire de filiales établies « offshore », qui centralisent les crédits et emprunts, et la répartition mondiale des profits.
La pratique est d’ailleurs ancienne, et peut être légale. La famille Peugeot est la première fortune française… de Suisse, estimée à 4, 4 milliards d’euros par Challenges (22 % du constructeur automobile PSA, participations dans des entreprises comme Faurecia, Seb, Zodiac, via la holding familiale Foncière et financière de participation). Là est la fortune des licencieurs.
La saignée
Le coût de l’évasion fiscale est énorme pour la société. Rien qu’en France, 60 à 80 milliards d’euros par an. Plus que le budget de l’Éducation nationale. Plus que la charge annuelle de la dette, au nom de laquelle les Cahuzac nous imposent la casse de nos droits sociaux et de nos services publics, et la hausse des impôts sur les classes populaires. Au total, avec la fraude patronale aux cotisations sociales, on arriverait à 95 milliards, soit l’équivalent du déficit public en 2012 (98 milliards).
Sans rire, Hollande disait : « Le monde de la finance est mon adversaire » Faux, il l’a placé au cœur de son gouvernement et de sa politique. « Il n’a pas de nom, il n’a pas de visage. » Faux, des visages et des noms, il en a, quelques dizaines de milliers. C’est même son ministre­-baudruche, Montebourg, qui l’a dit le mieux, dans un entretien au Monde daté du 10 avril 2013 : « Ce que nous visons à présent à travers l’échange automatique de renseignements, ce sont des noms. Les noms des dizaines de milliers de ressortissants français et d’entreprises logés dans les paradis fiscaux que la France doit ­obtenir. »
Socialiser les banques
Donc des noms, pour récupérer l’argent planqué, volé ? Mais les rodomontades ne suffisent pas. Il faut mettre au pas la finance. Montebourg, toujours plus clair quand il fait mine d’oublier qu’il fait partie du gouvernement, s’énerve : « Les banques ont provoqué la crise en obligeant les États à se porter à leur secours. Et voilà qu’elles ralentissent les efforts de rétablissement des comptes publics en favorisant les paradis fiscaux. Il faut prendre des sanctions contre les établissements financiers qui organisent le blanchiment de fraude fiscale et la dissimulation des avoirs, comme le retrait de licence ou l’embargo sur les activités de filiales dans les paradis. »
Mais alors… il est donc possible d’agir ? Surprise ! Qu’attend alors ce gouvernement pour mettre ainsi le couteau sous la gorge des banques suisses, luxembourgeoises, mais surtout françaises ? Celles-ci d’ailleurs ne vivent-elles pas tout simplement aux crochets de l’État ? Ne les a-t-il pas sauvées avec notre argent ?
Des annonces ont été faites récemment au niveau européen. Mais on a toutes les raisons de se méfier. Il faut arrêter tout net l’austérité. Il faut récupérer les fortunes dérobées au fisc et les mettre au service de la société. Pour cela, il faut lever le secret bancaire, et mettre les banques sous la tutelle des salariés et de la population. Autrement dit : chasser leurs administrateurs, exproprier leurs actionnaires, et les ­socialiser.
C’est ce coup de balai-là qui s’impose.
Yann Cezard

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Paradis fiscaux : tout le monde savait !

Paradis fiscaux : tout le monde savait !  dans Economie banquier-300x300

Bien sûr Cahuzac est un vilain menteur, mais il ne faudrait pas oublier qu’il a été sérieusement aidé à arranger ses petites affaires.

Car il ne s’agit en rien d’un cas individuel. Depuis les années 80 et la déréglementation financière mondiale, dont la France de Mitterrand et Bérégovoy a été pionnière, toutes les banques, françaises et étrangères, ont des filiales offshore afin de répondre à la demande de particuliers et d’entreprises recherchant la discrétion et l’impunité fiscale.


Un excellent document du CCFD-Terre solidaire datant de décembre 20101 rassemble et analyse les informations disponibles sur une soixantaine de paradis fiscaux. Ces territoires sont un lieu privilégié d’implantation de filiales de banques et d’entreprises. Beaucoup de ces filiales sont de simples boîtes à lettres destinées à localiser des bénéfices. Ainsi, dans les îles Vierges britanniques, petit territoire des Caraïbes, il y a 34 entreprises enregistrées par habitant… (contre 0, 04 en France, nombre d’entreprises divisé par le nombre d’habitants).
Le document du CCFD est centré sur les principaux clients de ces paradis fiscaux : une cinquantaine de grandes banques et entreprises multinationales. Si l’on se restreint aux filiales d’entreprises françaises dans ces pays, on constate du côté des banques que la BNP a 347 filiales (oui, 347 !), le Crédit agricole 107, la Société générale 40, AXA 30 et Dexia 29. Du côté des entreprises, Carrefour 82, Saint-Gobain 58, Peugeot 37, France Télécom 42, GdF-Suez 18, EdF 14. Ferodo, fabricant de pièces automobiles (et membre du groupe PSA), a une filiale dans un autre île des Caraïbes : la Barbade. Gageons qu’il n’en sort pas beaucoup de pièces pour les usines !
Mécano financier
Au-delà des milliardaires qui veulent y cacher leur magot à l’abri du fisc, les paradis fiscaux sont un rouage essentiel de la mondialisation. Plus que la délocalisation de la production physique des biens, il s’agit pour les grandes entreprises de délocaliser des services et des revenus. Par exemple, une filiale est créée aux îles Vierges et devient propriétaire de tous les brevets du groupe (c’est beaucoup plus facile et rapide de délocaliser des actifs immatériels comme les brevets ou les marques). Ensuite, les autres entreprises du groupe qui produisent avec ces brevets doivent payer de fortes redevances, ce qui diminue voire annule leurs bénéfices imposables, alors que la filiale brevet localisée aux îles Vierges n’est pas soumise à l’impôt sur les sociétés…
Il faut aussi souligner que le document du CCFD date de 2010, que les gouvernements, français et étrangers, de droite ou « de gauche », en connaissaient (ou auraient pu et dû en connaître) les informations, mais depuis, à part des discours lors du G20 d’octobre 2011, il ne s’est rien passé. Il semble que l’affaire Cahuzac va peut-être les obliger à bouger un peu, mais on ne peut pas être très optimiste en voyant la façon dont le puissant lobby bancaire a fait adopter en France une loi dérisoire sur la séparation des activités de dépôts et d’investissement (à peine 2 % des actifs seront distingués au sein de la même banque…).
Jacques Cherbourg
1. http://ccfd-terresolidaire.org/e_upload/pdf/ed_110110_bd.pdf

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Paradis fiscaux : et maintenant, paroles, paroles, paroles…

Paradis fiscaux : et maintenant, paroles, paroles, paroles... dans Economie ca-va-chier-300x272

Depuis la crise, les grandes puissances économiques rassemblées dans le G20 ou l’OCDE ont proclamé leur volonté d’en finir avec les paradis fiscaux.

« L’ère du secret bancaire est terminée » décrétaient ainsi les pays du G20 en 2009, en s’engageant à « prendre des mesures à l’encontre des juridictions non-coopératives, y compris les paradis fiscaux ».
Dans la foulée, des listes de pays ont été établies. Certains territoires n’y ont jamais figuré, d’autres en sont sortis au fur et à ­mesure qu’ils donnaient des preuves plus ou moins réelles de leur volonté de coopérer. L’ONG CCFD-Terre solidaire souligne les traitements de faveur dont ont bénéficié certains territoires liés directement ou indirectement aux pays du G20, comme l’État du Delaware aux USA ou la City de Londres, qui figurent pourtant parmi les centres financiers les plus importants de la planète.
De bons conseils…
L’origine du problème de la fraude ou de l’optimisation fiscale internationales se trouve d’abord dans les sociétés et individus qui jugent bon de placer ou dissimuler une partie de leurs capitaux ou activités dans les institutions financières qui les aident. Le cœur du problème se trouve chez nous avec cette kyrielle d’intermédiaires, banques ou grands cabinets d’audit ou de conseil en optimisation fiscale. Le Monde daté du 10 avril dernier a publié l’édifiante histoire de l’avocat Alain Maillot, « apporteur d’affaires » pour la banque genevoise Reyl & Cie, celle de Cahuzac. Il conseille aussi des entreprises françaises (Eads, Lagardère) pour des opérations diverses et boucle ses fins de mois en travaillant à l’occasion pour l’État français, tant sous la droite que sous la gauche. Bien sûr, il ne connaît personne et surtout pas Laurent Fabius, même si son associé est un ami et l’avocat de ce dernier…
Outre les listes de pays, le G20 a poussé à la conclusion de traités fiscaux bilatéraux devant permettre l’échange d’informations entre les administrations de deux pays. Là aussi, c’est de l’ordre de l’affichage, comme l’a montré justement l’affaire Cahuzac, car, pour que cela marche, il faut que le pays demandeur d’informations sache que l’individu soupçonné a un compte dans un pays précis, voire dans une banque particulière… Le ministère des Finances français a ainsi – de bonne foi ? – interrogé la Suisse sur un compte Cahuzac. Chou blanc ! La banque incriminée n’était pas la bonne, la période était trop restreinte et, de toute façon, l’argent avait déjà migré à Singapour !
Faire ou faire semblant ?
À la suite d’une série de scandales mettant en cause des banques, les États-Unis ont adopté une loi (« loi sur l’acquittement des obligations fiscales relatives aux comptes à l’étranger » : FATCA pour Foreign Account Tax Compliance Act) qui oblige les institutions financières étrangères établies aux USA à effectuer un rapport périodique et automatique aux autorités fiscales américaines sur les comptes de leurs clients US à l’étranger.
Comme leurs banques veulent rester sur le marché américain, certains paradis fiscaux européens, comme le Luxembourg ou l’Autriche, ont dit vouloir faire des concessions. Dans la foulée, Pierre Moscovici et ses homologues allemand, britannique, italien et espagnol ont proposé aux pays européens de mettre en place par étapes une telle réglementation. « Le secret bancaire est passé de mode » a déclaré sans rire Pierre Moscovici. Et la question de l’évasion fiscale sera à l’ordre du jour du prochain Sommet des chefs d’État le 22 mai. Reste à savoir ce qui sera effectivement décidé.
Car derrière tout ça, il y a la nécessité de faire au moins semblant de faire quelque chose quand les peuples sont de plus en plus scandalisés. Impôts et cotisations sociales accrues pour la masse de la population, alors que les « gros » y échappent.
Le problème des paradis fiscaux, c’est accessoirement le problème d’îles exotiques des Caraïbes. Il s’agit avant tout du comportement de « nos » banques et de « nos » capitalistes. L’expérience nous a appris à ne pas faire confiance aux gouvernements bourgeois, de droite ou de gauche, pour les mettre au pas.
Henri Wilno

Dossier réalisé par le groupe de travail économique du NPA

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

La psychiatrie en Bretagne sacrifiée (Sud santé)

La psychiatrie en Bretagne sacrifiée (Sud santé) dans Quimper et pays glazik bergerie-de-la-blaquiere-larzac-entonnoir-de-debre-300x225

vendredi 19 avril 2013 Sud Santé Sociaux 35

Alors que l’Objectif National de Dépense de l’Assurance Maladie (ONDAM) 2013 prévoyait une Dotation Annuelle de Financement (DAF) en progression nationale de 2.07% pour la psychiatrie, le ministère vient de changer les règles.

Plus question d’appliquer uniformément cette augmentation. A partir d’un objectif national, il y aura une répartition différenciée au niveau régional, puis au niveau de chaque établissement. Un nouveau critère domine tous les autres : la consommation d’euros par habitants pour prendre en charge les soins psychiatriques. La Bretagne, avec un coût de 170 € par habitant est largement au dessus de la moyenne nationale et se verrait donc imposer un taux de progression de l’ONDAM psychiatrie de…. 0%. Que la Bretagne soit une des régions où le taux de suicides et d’addiction est un des plus élevés de France importe assez peu dans l’affaire

Précision : ce coût est évalué en tenant compte du privé lucratif et non lucratif.

Dans le secteur 5 (L’Ille et Vilaine moins la région de St Malo) le privé représente un tiers des capacités d’hospitalisation. Mais en Bretagne tout le monde ne serait logé à la même enseigne. Si l’objectif de 0% d’augmentation sera maintenu, des établissements pourraient avoir une Dotation en baisse et d’autres une Dotation en légère progression en fonction du cout de prise en charge par habitant instaurant ainsi une concurrence entre établissements. Le ministère n’indique pas comment sera traité le privé. Cette façon de concevoir la prise en charge des besoins de santé publique à l’aune du coût par habitant est une aberration mais s’inscrit dans le contexte de contraction de la dépense publique pour atteindre les 3% de déficit censé amadouer les marchés financiers.

Cela va servir de prétexte à une accélération des attaques contre les acquis sociaux, va accentuer les restructurations avec des fermetures de services, des suppressions de lits, des suppressions d’emploi comme c’est déjà le cas au Ch. de Gourmelen à Quimper où la nouvelle direction prend prétexte d’un hypothétique déficit en fin d’année pour supprimer des postes dans chaque service, supprimer des RTT aux agents… Le syndicat SUD Santé Sociaux va tout mettre en œuvre pour monter une mobilisation qui fasse échec à la casse programmée du service public de psychiatrie. Des contacts sont d’ores et déjà pris avec les établissements concernés pour des actions communes.

Sud Santé Sociaux 35

http://www.sudsantesociaux35.org/

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Mariage pour tous, homophobie : des violences qui mettent la République en ligne de mire (LDH)

Mariage pour tous, homophobie : des violences qui mettent la République en ligne de mire (LDH) dans Antifascisme vermine-150x150

LDH  dimanche 21 avril 2013 – 22h56rien dans Antifascisme

Bars gays saccagés, « chasse à l’homo », organisation systématique d’affrontements avec les forces de l’ordre, prise à partie personnelle des parlementaires, débats publics sabotés…

La protestation contre le mariage pour tous, veut faire prévaloir la force sur le débat parlementaire, et sur le respect des engagements pris devant les électeurs. Elle recourt aux pires méthodes, et révèle son mépris du processus démocratique et l’homophobie qu’elle prétendait dissimuler, sous couvert de la « défense des familles ».

La Ligue des droits de l’Homme, qui a toujours soutenu le droit au mariage pour tous et l’adoption, sans considération de l’orientation sexuelle, comme des avancées fortes de l’égalité des droits, condamne avec force cette explosion calculée de violences. S’il est normal que les enjeux de société fassent débat, que les craintes et les refus s’expriment, et que la protestation s’inscrive dans l’espace public, en l’espèce, il s’agit de tout autre chose. Les organisateurs de ces manifestations construisent le cadre idéologique qui légitime les violences perpétrées contre les biens et les personnes. Ils fournissent un espace d’accueil et de rencontre à divers courants politiques et religieux de droite, historiquement marqués par leur haine de l’égalité, de la liberté et de la République. Cette stratégie de montée de la violence s’exprime également au sein de l’Assemblée nationale ; l’opposition marque ainsi son dépit, mais aussi sa disponibilité à des alliances sulfureuses, enjeux électoraux obligent.

La Ligue des droits de l’Homme s’inquiète de la conjonction de cette radicalisation avec la fragilisation politique induite par les suites de l’affaire Cahuzac. Elle demande au gouvernement de prendre conscience de l’exaspération de la population, toujours en attente des mesures de justice sociale et de rénovation éternellement remises à plus tard. Elle invite le président de la République et le gouvernement à en prendre la juste mesure, et demande aux citoyennes et citoyens de continuer à se mobiliser pour la légalisation du mariage pour tous. Au-delà, la Ligue des droits de l’Homme appelle à la plus grande vigilance face à toutes les provocations visant à affaiblir la République et délégitimer la représentation nationale.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article134898

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

GDF Suez. 4 000 suppressions de postes sur 3 ans ? (OF)

GDF Suez. 4 000 suppressions de postes sur 3 ans ? (OF) hausse-gaz

Économie lundi 22 avril 2013

Le groupe GDF Suez prévoit de supprimer plus de 4 000 emplois sur trois ans dans le cadre de Perform 2015, son plan de réduction de coûts, selon la CGT.

« Le groupe prévoit de supprimer 1 400 emplois par an, soit plus de 4 000 en trois ans », affirme le syndicat, qui s’inquiète pour l’avenir du groupe et demande à l’Etat, actionnaire à 36 %, de prendre ses responsabilités. En fin d’année dernière, GDF Suez avait annoncé un nouveau plan d’économies de 3,5 milliards d’euros à l’horizon 2015, mais son PDG Gérard Mestrallet avait rejeté l’idée d’un plan social.

Ce lundi, la direction n’a pas encore réagi aux affirmations de la CGT.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-GDF-Suez.-4-000-suppressions-de-postes-sur-3-ans-_55257-2185923_actu.Htm

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Finistère, banque alimentaire. Toujours plus de bénéficiaires (LT)

Finistère, banque alimentaire. Toujours plus de bénéficiaires (LT) dans Crise rich-poor-283x300

22 avril 2013

« D’année en année, la situation se détériore.

Avec une nouvelle augmentation de 3 % des bénéficiaires, 2012 n’a pas échappé à la règle ». Jean Tirilly présidait, mardi dernier, à Châteaulin, l’assemblée générale de la Banque alimentaire du Finistère. Forte de 80 bénévoles et de deux salariés, elle a aidé 11.000 personnes, dont 7.400 de façon régulière, via la centaine de CCAS et la trentaine d’associations qui distribuent les 1.440 tonnes collectées par la Banque. « Ce tonnage représente une valeur de 5 M€. Il nous est fourni pour moitié par les grossistes, les distributeurs et les industriels qui nous donnent les produits avant qu’ils ne soient périmés. L’essentiel de ce que nous collectons aurait été jeté ». Une lutte contre le gaspillage à laquelle la Banque est très attachée. D’où le travail qu’elle mène pour développer les épiceries sociales. « L’aide alimentaire évolue. Nous distribuons de plus en plus de produits frais que ces épiceries permettent d’écouler rapidement, sans attendre des distributions tous les quinze jours ». Il en existe neuf dans le département et d’autres sont en projet à Morlaix, Concarneau, Plouescat, Plabennec, etc.

2014 : une année blanche

La grande collecte de novembre, qui mobilise quelque 2.000 bénévoles, représente 17 % des produits collectés. Le reste provient essentiellement du Programme européen d’aide aux plus démunis, dont on ne sait pas encore ce qu’il en adviendra pour 2014. « Il y a eu des avancées, notamment grâce aux propositions de la députée européenne Agnès Le Brun. Au mieux, une décision interviendra à l’automne. Mais 2014 sera une année blanche et on ignore la teneur des mesures transitoires qui ont été promises par le gouvernement ».

  • Loïc L’Haridon

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/banque-alimentaire-toujours-plus-de-beneficiaires-22-04-2013-2078570.php

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Mariage pour tous. Des veillées contre, à Auray et Lorient (LT)

Mariage pour tous. Des veillées contre, à Auray et Lorient (LT) dans LGBT don-camillo-pepone_697-300x219

22 avril 2013

Une grosse centaine de personnes, parmi lesquelles de nombreux enfants, ont participé à une veillée contre le mariage pour tous, hier soir à Auray.

Ces opposants à l’adoption de la loi Taubira se sont rassemblés à partir de 20 h 30 sur la place Notre-Dame, à quelques mètres de la permanence parlementaire du député UMP Philippe Le Ray, qu’ils souhaitaient encourager dans son opposition au texte. Une veillée à l’initiative de la Lorientaise Marie-Gabrielle Lucas, qui en avait organisé une similaire, de protestation, la veille, à Lorient, devant la permanence du député PS Gwendal Rouillard, cette action voulait montrer « que notre mouvement n’est pas extrémiste ». Après un « pique-nique familial » les manifestants avaient l’intention de veiller jusqu’à 23 h en alternant chants et lectures de textes « philosophiques ou de grands auteurs ».

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/mariage-pour-tous-des-veillees-contre-a-auray-et-lorient-22-04-2013-2078576.php

 

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Mélenchon. « Hollande peut me nommer Premier ministre » (LT)

Mélenchon.

22 avril 2013 à 09h59 -

Jean-Luc Mélenchon ne cache plus ses ambitions. Le leader du Front de Gauche, ex-candidat à la présidentielle, vise le poste de Premier ministre. Ce lundi matin, il l’a indiqué sur Europe 1. « Je travaille à cela », a-t-il, en effet, reconnu.

« François Hollande avait une chance de faire quelque chose de bien, il l’a ratée. Il peut se rattraper, il peut me nommer Premier ministre. Je n’ai pas peur ! », a-t-il lancé, assurant toutefois ne pas avoir été contacté dans le cadre d’un éventuel remaniement. Et de conclure : « Diriger un gouvernement, oui, mais pour changer complètement de cap… » Jean-Marc Ayrault, l’actuel locataire de Matignon, est prévenu…

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/melenchon-hollande-peut-me-nommer-premier-ministre-22-04-2013-2079659.php

22 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Le Npa hier à la Bastille

Le Npa hier à la Bastille dans LGBT npa1

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin