Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

22 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

France, 8 000 emplois détruits dans les centres d’appels (OF)

France, 8 000 emplois détruits dans les centres d’appels (OF) dans Crise licenciement-caricature-actionnaire

 Quelques 8 000 emplois dans les centres d’appels seront détruits d’ici fin 2014, à la suite de la guerre des prix qui se joue sur le marché de la téléphonie mobile. C’est ce qui ressort des chiffres d’un syndicat professionnel, cité par le Journal du dimanche. « Depuis un an,
4 000 emplois ont été détruits en France et 4 000 autres suivront dans l’année qui vient. La profession, qui compte 55 000 salariés dans l’Hexagone, a été décimée à hauteur de 15 % en deux ans », affirme le Syndicat des professionnels des centres de contact (SP2C). Le journal affirme que la chute des prix provoquée par l’arrivée sur le marché de Free Mobile en janvier 2012 a été compensée par les opérateurs en taillant dans les coûts, notamment dans les services de relations clients. Emploi dimanche 22 septembre 2013
Commentaire: Attention ne pas confondre la « bonne concurrence qui est favorable aux clients », avec la vraie , celle qui opprime les salariés!

22 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Ouessant, défense de la liaison aérienne : la brume, ennemie des manifestants (LT)

Ouessant, défense de la liaison aérienne : la brume, ennemie des manifestants (LT) dans Brest et région uessant-manifavion

Depuis le mois d’avril, la Finist’Air a réduit la toile en matière de desserte de l’île d’Ouessant.

Si la compagnie, pilotée par le conseil général du Finistère, a obtenu une dérogation pour le vol aux instruments d’un nouvel appareil Cesna de neuf places, il y a eu des conséquences mal vécues par les Ouessantins. « Il n’y a plus de vols le week-end et il n’y en a pas eu au plus fort de la saison estivale, là où il y a le plus de monde, du 14 juillet au 15 août. C’est à ne rien comprendre », tempête Jean-Paul Lucas, conseiller municipal et un des piliers du Comité de défense des îliens.


« Pour la fête, on a droit à l’avion »
Ces derniers avaient prévu une nouvelle mobilisation ce samedi matin, afin de protester contre la mise en place spécifique de liaisons pendant le festival des « Insulaires ». « Pour la fête, on a droit à l’avion, mais pas l’hiver quand les îliens en ont besoin », regrette Jean-Paul Lucas.


« Ce n’est que partie remise »
Le brouillard a modifié la donne. L’avion de la Finist’Air n’a pas décollé de Brest, à cause des conditions météo et les manifestants attendus à l’aéroport, imaginant que tout était annulé, ne se sont pas déplacés. Une vingtaine de personnes seulement, dont Jean-Yves Cozan, étaient là avec quelques banderoles. « Ce n’est que partie remise. On fera du bruit », ont prévenu les manifestants qui craignent que le conseil général ne veuille, à terme, « annuler purement et simplement la ligne ». A noter que le brouillard a aussi provoqué l’annulation de sorties ornithologiques prévues ce samedi, sur l’île de Molène.21 septembre 2013 à 18h36

http://brest.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/strenanouess/ouessant/ouessant-defense-de-la-liaison-aerienne-la-brume-ennemie-des-manifestants-21-09-2013-2242176.php

22 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Poullaouen, appel à la grève chez Marine Harvest (LT+OF)

Poullaouen, appel à la grève chez Marine Harvest (LT+OF) dans Carhaix Kreiz Breiz bras

Les négociations sont compliquées entre la direction de Marine Harvest et les représentants du personnel. Alors qu’une réunion avait lieu ce matin à Landivisiau au sujet de la fermeture des usines de Poullaouen (29) et Châteaugiron (35), la CGT vient de faire savoir qu’un appel à la grève a été lancé pour demain vendredi ainsi que pour la nuit de dimanche à lundi. Le syndicat explique cela par « un profond désaccord survenu ce matin », sans plus de précision. La prochaine réunion avec la direction est prévue mercredi. 19 septembre 2013 à 18h44 Morvan Dominique

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/carhaixregion/poullaouen/poullaouen-appel-a-la-greve-chez-marine-harvest-19-09-2013-2239750.php

Poullaouen. La CGT appelle le personnel « à ne pas travailler » vendredi (OF)

Social jeudi 19 septembre 2013

La CGT de l’usine Marine Harvest Kristen de Poullaouen a appelé le personnel « à ne pas travailler » ce vendredi, ainsi que dans la nuit de dimanche à lundi. Cette décision a été prise, explique Michel Crespin délégué CGT du syndicat, « suite à un profond désaccord survenu ce jeudi matin » lors de la réunion du comité d’entreprise qui se tenait à Landivisiau. La négociation reprendra mercredi 25 septembre.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Poullaouen.-La-CGT-appelle-le-personnel-a-ne-pas-travailler-vendredi_40781-2230455——29024-aud_actu.Htm

Poullaouen. Grève bien suivie chez Marine Harvest (OF)

Social vendredi 20 septembre 2013

Seul le site de Poullaoouen a été affecté, ce vendredi, par le mouvement de grève.

Les salariés de l’usine Marine Harvest Kristen de Poullaouen (production de saumons et truites fumés, 187 titulaires plus les intérimaires) ont répondu nombreux à l’appel à la grève lancé, hier, par la CGT suite à « un profond désaccord » survenu lors de la réunion de comité d’entreprise jeudi à Landivisiau. Le site de production centre-finistérien n’a donc pas fonctionné ce vendredi, comme cela devrait être le cas, également, dans la nuit de dimanche à lundi.

Favoriser le dialogue Certains intérimaires, faute d’encadrement, ont été invités à rentrer chez eux. Les autres sites du groupe, en revanche, n’ont pas été affectés par le mouvement. Pour autant, dit le directeur général de Marine Harvest, Christian Pasquier « le dialogue n’est pas rompu. Une série de réunions est prévue pour favoriser ce dialogue avec les représentants syndicaux ». La prochaine rencontre aura lieu le mercredi 25 septembre à 14 h, soit à Landivisiau, soit à Poullaouen. Rappelons que Marine Harvest Kristen a annoncé, au printemps dernier, la fermeture des deux de ses unités de production en Bretagne : Poullaouen dans le Finistère et Châteaugiron en Ile et Vilaine. Soit plus de 400 emplois.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Poullaouen.-Greve-bien-suivie-chez-Marine-Harvest_40781-2230812——29024-aud_actu.Htm

22 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Lutte des classes!

Lutte des classes! dans Europe convegnoeuropeo_sindalternat_sept2013

Hier se sont réunis à Rome des syndicats d’enseignants de toute l’Europe (du Sud!).

21 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Olivier Besancenot a dialogué avec les Hennebontais (Ouest France)

NPA
Olivier Besancenot et Pierre Le Ménahès, « une vraie rencontre sociale et politique ».

Olivier Besancenot et Pierre Le Ménahès, « une vraie rencontre sociale et politique ». Ouest-France

Olivier Besancenot a rencontré une centaine de personnes, ce vendredi soir, au bar Le Spot.

« Ce matin je bossais. Demain ? J’emmène mon fils au foot. » Olivier Besancenot, facteur et membre de la direction du Nouveau parti anticapitaliste, a dialogué, ce vendredi soir, au bar Le Spot avec les Hennebontais, à l’invitation de Pierre Le Ménahès.

« Opposition à la gauche du gouvernement »

L’ancien syndicaliste de la Fonderie de Bretagne, camarade de lutte d’Olivier Besancenot depuis un bail, est depuis un mois adhérent du NPA, un parti qui revendique un peu moins de 3000 militants en France. Une centaine de personnes, parmi lesquelles des dockers lorientais et des ouvriers de la fonderie de Caudan, ont échangé autour des municipales et sur la façon de « construire une opposition à la gauche du gouvernement. »Politique vendredi 20 septembre 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Olivier-Besancenot-a-dialogue-avec-les-Hennebontais_40811-2230929——56121-aud_actu.Htm

21 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Encore une conférence environnementale… pour (presque) rien

Encore une conférence environnementale... pour (presque) rien dans Ecologie & climat fancois-hollande-pipeau-r

Les conférences environnementales se suivent et se ressemblent.

Il y a un an Hollande avait affiché l’ambition de « faire de la France la nation de l’excellence environnementale ». Le bilan est plus que maigre. Cette année, il annonce la loi sur la transition énergétique comme « l’un des textes les plus importants du quinquennat ». Prévue pour 2013, elle a été repoussée au printemps 2014 et maintenant à fin 2014 !

Il fixe comme perspective de réduire de 50% notre consommation d’énergie finale (pétrole, gaz, charbon) à l’horizon 2050. Mais cette annonce est loin de ce qui serait nécessaire. La France devrait diminuer chaque année ses émissions de CO2 fossile pour atteindre au minimum 80 à 95% de réduction d’ici 2050, avec une étape intermédiaire de 25 à 40% en 2020.

Sur le nucléaire, c’est toujours le flou sur la fermeture de Fessenheim et pas un mot sur les réacteurs de plus de trente ans  (Tricastin, Bugey etc…).

Les mesures annoncées sont des mesurettes et surtout elles restent dans la droite ligne de la politique gouvernementale. Premier exemple : 2 000 emplois d’avenir seraient formés « pour conseiller les ménages dans la démarche de rénovation thermique de leur logement », rien à voir avec un véritable service public avec des moyens réels, mais le recours à la précarité et à la surexploitation des jeunes. Deuxième exemple la future contribution climat-énergie, ne sera que la transformation d’une partie du montant des taxes sur les produits énergétiques recalculée en fonction de leur teneur en CO2. Et Hollande de s’empresser d’ajouter qu’elle « donnera à nos entreprises un avantage compétitif en permettant de moins taxer le travail ». C’est toujours la même obsession, ne rien faire payer aux entreprises, ne pas toucher aux profits. Dans ces conditions les objectifs, plus que limités, ne seront même pas atteints.

Sauver le climat ou sauver le capitalisme ? Il faut choisir ! Montreuil, le 20 septembre 2013

21 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Pavlos Fryssas tué par les fascistes. Mobilisation

Pavlos Fryssas tué par les fascistes. Mobilisation dans Antifascisme vermine

 

L’extrême droite fasciste grecque a, une fois de plus, montré son visage violent.

En assassinant notre camarade, le chanteur de rap et de hip-hop engagé Pavlos Fryssas, des membres du parti néonazi « Aube Dorée » (Chrissi Avgui) ont rajouté un crime de plus à une liste déjà longue. Le jeune artiste, âgé de 34 ans, était engagé dans des activités antifascistes et dans des initiatives sociales au niveau de son quartier. Il était aussi militant d’Antarsya, un parti politique en Grèce partageant de nombreuses orientations avec le NPA.

Mardi soir 17 septembre, le jeune chanteur assistait à la transmission d’un match de football dans un café. Au cours de celui-ci, il a eu un échange tendu avec un néonazi membre d’« Aube Dorée ». A la sortie du café, une bande, de vingt à quarante néonazis selon les sources, a tendu un piège à Pavlos et ses amis. Ceux-ci ont essayé de fuir, mais une voiture leur a bloqué le passage. Son conducteur est descendu et l’a frappé de plusieurs coups de couteau. Selon le médecin qui a soigné la victime, celle-ci aurait été poignardée par « un professionnel ». Le parti Antarsya a déclaré : « Les fascistes l’ont tué pour son activité antifasciste. »

Le tueur a reconnu, face à la police, avoir agressé Pavlos et être membre d’« Aube Dorée ». Les locaux du parti néonazi à Athènes ont été perquisitionnés, ce mercredi. Mais lorsqu’on sait que 50 % des policiers à Athènes voteraient pour ce même parti, on peut avoir des doutes sur son zèle.

Le parti « Aube Dorée » s’est structuré pour la première fois en 1993, lors des très grandes manifestations nationalistes organisées en Grèce par les partis au pouvoir pour dénier à la République de Macédoine le droit de porter ce nom (dénomination historique revendiquée par la Grèce). Mais au plan électoral, il est resté longtemps groupusculaire, jusqu’en 2012, où il a su remplacer le parti LAOS, parti traditionnel de l’extrême droite discrédité pour sa participation au gouvernement et sa cogestion des plans d’austérité.

Aux élections de mai et de juin 2012, « Aube Dorée » a obtenu respectivement 7 % des voix. Mais les sondages lui pronostiquent aujourd’hui près du double, faisant de lui la troisième force politique. Ce parti néonazi est en même temps ouvertement négationniste, pro-hitlérien et violent. La liste de ses crimes va d’innombrables agressions contre des immigrés ou des migrants jusqu’à la gifle publiquement infligée, sur un plateau de télévision, à une députée communiste. C’est l’ennemi principal du mouvement ouvrier et des travailleurs.

Le NPA est pleinement solidaire de ses camarades d’Antarsya, mais aussi de touTEs les antifascistes en Grèce. Il participera aux mobilisations pour dénoncer ce nouveau crime fasciste rappelant celui commis trois mois plus tôt contre Clément Méric, en France.

Montreuil, le 19 septembre 2013 Vendredi 20 septembre 2013

21 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

“La France n’a pas été immunisée contre le fascisme” (les Inrocks)

“La France n’a pas été immunisée contre le fascisme” (les Inrocks) dans Antifascisme milice

L’histoire de la France de Vichy a-t-elle levé tous ses secrets ? Pas certain. Dans “La Milice française” (ed. Fayard), un ouvrage nourri et très documenté, l’historienne Michèle Cointet revient sur ce qui fut le fer de lance du régime. Institution nouvelle, la Milice a véritablement transformé la France en un État fasciste et meurtrier. Entretien.

Pourquoi le régime de Vichy décide-t-il de créer la milice ? A quels objectifs correspond-elle ?

Les raisons sont stratégiques et politiques. Pendant deux ans, le régime de Vichy a cru que l’armistice assurait encore sa souveraineté. Il disposait d’un territoire sans occupation (la zone libre), d’une petite armée, d’une flotte de guerre, d’un empire. Il était reconnu par de nombreux pays qui, comme les Etats-Unis et l’URSS, envoyaient des ambassadeurs dans sa petite capitale. Tout cela vole en éclat à la suite du débarquement des Américains en Afrique du Nord en novembre 1943. L’Empire se rallie à la nouvelle autorité d’Alger, la zone libre est envahie par les Allemands, l’armée d’armistice est dissoute, la flotte de guerre se saborde à Toulon  pour ne pas être saisie par les occupants. Les diplomates français à l’étranger rallient peu à peu les Alliés et, à Vichy, la quarantaine de représentations diplomatiques se réduit aux alliés de l’Allemagne et aux neutres.

Les Allemands ne réduisent pas pour autant leurs exigences vis-à-vis du gouvernement de Vichy. Ils lui demandent de continuer à assurer leur sécurité et de protéger leurs lignes de communication avec l’Allemagne et avec l’Italie. Vichy doit aussi contenir les actions de la Résistance encouragée dans ses espoirs d’une libération du territoire. Le 19 décembre 1942, Hitler le dit de vive voix à Laval, le chef du gouvernement français. Pour ce collaborateur, une proposition allemande est un ordre. La milice est  créée en janvier 1943 pour assurer la sécurité des occupants et le maintien de l’ordre.

Le chef du gouvernement a aussi obéi à une motivation politique. Il craint la concurrence des partis collaborateurs de Paris, le RNP de Marcel Déat, le PPF de Jacques Doriot qui ont lancé leurs propres milices et qui dénoncent son “inertie” face aux résistants. Laval crée donc la milice, parti de volontaires ultras, police auxiliaire, organisation paramilitaire avec sa branche armée, la franc-garde. La milice devient une organisation de l’Etat français. Sa mission : le maintien de l’ordre.

Quelles sont les sources d’inspiration structurelle et méthodologique de cette organisation paramilitaire ?

Les modèles sont les S.A. et les S.S. allemands et les faisceaux italiens. Des volontaires s’offrent à participer à la lutte contre les adversaires politiques de l’Etat. Leurs actions rencontreront l’impunité même lorsqu’elles vont jusqu’au crime. Les miliciens fournissent une force politique qui offre des cadres. Ils se glissent dans les administrations, cherchent à contrôler la société. Laval croyait garder la maîtrise de la milice mais c’était compter sans le dynamisme propre  à toute organisation et sans la protection que les Allemands offriront à ses chefs qui obtiennent d’eux les armes que Laval leur refusait.

La milice est à la fois de son temps (les totalitarisme du XX° siècle) et du passé, une résurgence de la contre-révolution et de la terreur blanche de 1815.  A la veille de la guerre, de nombreux chefs miliciens ont fait leurs armes dans la Cagoule (le CSAR), organi- sation secrète créée contre le Front populaire. Ils y ont appris la violence allant jusqu’au crime d’antifascistes italiens. A Nice, berceau régional de la milice, le chef Joseph Darnand et ses amis ont appartenu alors à une des branches de la Cagoule, “Les chevaliers du glaive”.  L’idéologie de défense religieuse est renforcée par l’antisémitisme et un anticommunisme célébrant la lutte à mort de l’Europe contre les barbares soviétiques.

Quelles étaient les autres options du régime de Vichy pour assurer sa souveraineté ?

Dès lors que le maréchal Pétain ne s’était pas envolé pour Alger en novembre 1942, les débris de souveraineté se racornissaient de jour en jour. Pourtant, il entendait se maintenir avec, chez Laval, l’espoir d’une paix de compromis où la France aurait joué les intermédiaires et en aurait tiré un rétablissement de puissance. Cet homme avait des illusions !

L’administration qui avait constitué jusque-là la grande force de Vichy conservait une façade derrière laquelle les fonctionnaires pratiquaient le double-jeu, guettant, dans le “noyautage des administrations publiques” une possibilité de s’en sortir. Le cas de la justice est révélateur. Même les magistrats siégeant dans les fameuses  sections spéciales qui jugeaient résistants et opposants politiques en viennent à déclarer qu’ils ne condamneront plus personne. C’est qu’ils sont terrorisés par les assassinats de magistrats par la Résistance, plus ou moins annoncés par l’envoi de petits cercueils à domicile ; les procureurs généraux qui font état de cette menace de grève (totalement ignorée par l’histoire) demandent à Laval de leur substituer  des cours martiales de miliciens. L’appareil d’Etat ne réagit plus à l’impulsion du gouvernement.

Le film Lacombe Lucien a contribué à donner la vision d’une milice issue des bas fonds. Cela correspond-il à la réalité ?

C’est en effet l’image que les Français en gardent. Elle est partielle et on se tromperait lourdement sur ce que fut la milice si on s’en contentait. Une autre réalité sociologique surgit de l’examen des archives, en particulier des listes départementales et des procès d’épuration. A côté des “Lacombe Lucien” attirés par la violence, l’exemption du STO, le profit, parfois une revanche sociale , la milice recrute dans les classes moyennes françaises : commerçants, professions libérales, employés, cadres du public (pas mal d’anciens officiers d’active et de réserve  dont les compétences sont recherchées pour la franc-garde) . On trouve des rejetons de la vieille noblesse militaire et des hobereaux nombreux dans le sud-ouest. Les cadres du mouvement sont des notables et Joseph Darnand  est intellectuellement dépendant de son entourage de professeurs de l’enseignement secondaire. On remarque la présence de femmes (environ 8% des effectifs). L’idéologie a constitué le ciment nécessaire pour que notables et marginaux travaillent de concert.

La milice est-elle responsable de la transformation du régime de Vichy en État meurtrier ?

La milice est le bras exécutif de l’État français. La peur de perdre le pouvoir fait accepter aux dirigeants de Vichy les pires exactions de la milice qui se charge de tout ce que d’autres répugnent à commettre mais qu’ils acceptent pour rester aux affaires.  Le pouvoir s’inquiète des actions de la Résistance, surtout lorsqu’elle est dirigée par des officiers comme dans le maquis des Glières en Haute-Savoie. Il panique devant les mutineries dans les prisons. L’assassinat de Français à l’issue de beuveries, au cours de représailles ou même sans raison, est rarement réprimé (il y a eu quelques miliciens fusillés sur ordre de Darnand). Les assassins de Maurice Sarraut, le directeur de La Dépêche de Toulouse, sont relâchés, ceux de Georges Mandel ne sont finalement pas inquiétés. Le meurtre devient pour l’État français un moyen d’imposer sa propre survie.

Sous l’occupation, quelle opinion la société française avait-elle de la milice ?

Au début, la milice n’est pas armée. Certains Français, effrayés par l’insécurité qui règne dans leur région, en attendent le rétablissement de l’ordre. On voit même des parents et des curés pousser des adolescents à adhérer à une organisation qui offre situation, profits et pouvoir social. Et puis une escalade se produit. Les délations sont encouragées, la population est mise en surveillance, Des vols accompagnent les visites domiciliaires. Des enlèvements se produisent. Des fonctionnaires de ministère sont molestés à Vichy pour ne pas avoir cédé le trottoir à des miliciens. Enfin, après le débarquement de juin 1944, des tueries locales se déclenchent (en particulier en Bretagne) et culminent en août dans les régions d’où les miliciens n’ont pu partir. La haine des Français contre la milice est devenue générale. Elle se traduit par des exécutions sommaires au cours de la Libération et par des condamnations à mort au cours de l’épuration judiciaire. Lorsqu’est accordée une grâce la population envahit les prisons pour tuer les condamnés graciés.

La violence et les innombrables crimes comme ceux de Georges Mandel ou de Victor Basch perpétrés par la milice relèvent-ils davantage de la pression de l’occupant allemand ou d’une décision autonome ?

La milice revendiquait une action autonome. Ainsi se défendait-elle des crimes de Mâcon et de Rillieux en juillet 1944 en invoquant des représailles pour l’assassinat par des résistants du ministre milicien, Philippe Henriot. Mais quand Joseph Lécussan assassine les époux Basch, il agit en fonction d’une décision commune avec le lieutenant allemand Moritz. L’assassinat de Georges Mandel est révélateur d’une milice exécutant les basses œuvres des Allemands. Mandel, otage renvoyé par les Allemands en France, est tué par des miliciens qui le convoyaient de Paris à Vichy. Ils ont assassiné l’homme politique pour complaire aux nazis et signifier, de leur part, à Pierre Laval , tenté de “retourner sa veste” que son sort est lié à celui du Reich. Ils obéissent aux mêmes motifs en assassinat les hommes politiques républicains Jean Zay et Maurice Sarraut. Étonnante est la psychologie des miliciens qui ne se sentent plus Français mais  “Européens”. Ils se voient, comme les Allemands, en rempart contre la barbarie soviétique.

Pensez-vous comme l’historien israélien Zeev Sternhell que la France n’a pas été immunisée contre le fascisme ?

Une vive polémique a opposé les historiens français qui voyaient la France des années trente immunisée contre le fascisme grâce à sa culture républicaine et Sternhell qui pensait qu’elle y avait cédé. L’histoire de la milice prouve qu’elle ne l’était pas. Il a bien existé un fascisme français. Ses sources sont repérables dans l’émergence de la Cagoule, qui constitue une mutation de l’extrême droite française convaincue de ce que le meurtre est nécessaire dans l’action politique. Nombre de dirigeants de la milice ont eu cette expérience de la Cagoule  et ont constitué alors des réseaux qu’ils réveillent en 1943. La milice est fasciste par sa volonté de conquérir le pouvoir, par sa doctrine, par sa volonté d’attirer des couches sociales diverses, par ses pratiques. La chance de la France a tenu à une Libération précoce et rapide. Je n’ose imaginer ce que serait devenu ce pays si l’occupation avait duré jusqu’en avril 1945.

Recueilli par David Doucet La milice française, Michele Cointet, Fayard, 2013. 19/09/2013 | 11h35

http://www.lesinrocks.com/2013/09/19/actualite/la-france-na-pas-ete-immunisee-contre-le-fascisme-11428099/

21 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Elevage,1000 vaches: symbole d’un choix pour l’avenir (la Conf’)

Elevage,1000 vaches: symbole d’un choix pour l’avenir (la Conf') dans Ecologie & climat zeibhqa4xdt8fykt6r6gkufazvg

La semaine dernière, nous avons martelé, et écrit, « Non aux 1000 vaches ! ».

L’avenir de cette ferme-usine sera le symbole de ce que nos dirigeants veulent faire des paysans. La Confédération paysanne appelle donc à rejoindre en masse la mobilisation annoncée sur le site par Novissen le 28 septembre prochain. D’ici là, et encore après, nous ne lâcherons rien.

Michel Ramery, qui se fait passer pour un modeste self made man du Nord devant les caméras de télévision, n’hésite pas à user de tous les leviers à sa disposition pour sauver son projet. Fort de ses appuis politiques, il a porté plainte après l’action syndicale de jeudi, contre le porte-parole de la Confédération paysanne, et contre l’association d’opposants Novissen. Il n’a surtout eu aucune retenue pour aller menacer physiquement le président de Novissen dans une mise en scène digne d’un western. Voila l’homme auquel l’Etat donne carte blanche pour anéantir un territoire, l’emploi paysan et l’environnement.

Il n’était pas nécessaire d’en faire autant pour nous conforter dans notre volonté de stopper définitivement ce projet. Avec la Confédération paysanne du Nord-Pas-de-Calais, nous proposons à ce brave homme d’investir les 10 millions d’euros prévus pour sa ferme-usine dans des projets d’installation pour de futurs paysans.

Mais, à voir ses agissements, il semble bien que ce soit l’argent qui commande. Il va falloir des actes forts de l’Etat pour nous convaincre du contraire ! La Politique agricole commune qui se dessine peut asseoir le pouvoir des grands exploitants et des industriels pour qui l’agriculture est une marchandise comme une autre. Si François Hollande et Stéphane Le Foll ne mettent pas en place une convergence totale des aides, une majoration conséquente sur les premiers hectares et un couplage en direction des productions les plus en difficulté, nous en tirerons les conséquences. Ils auront choisit le pouvoir de l’argent, contre l’emploi paysan, l’avenir des territoires ruraux, le respect de l’alimentation des citoyens et de l’environnement.

Des fermes, pas des usines ! L’appel à signatures Envie de paysans, la campagne de la Conf’ pour changer les politiques agricoles : cliquez ici

http://www.confederationpaysanne.fr/actu.php?id=1918&PHPSESSID=tcc2jtludhkj6ij53c2r4r4gq7

Lire aussi: http://www.bastamag.net/article3253.html

21 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Conférence environnementale 2013 : les engagements de 2012 à la traîne (Essf)

Conférence environnementale 2013 : les engagements de 2012 à la traîne (Essf) dans Ecologie & climat ecolo1

 « Je pèse mes mots : ce discours du Président de la République est historique et infiniment émouvant à entendre pour une écologiste. » Voilà ce que tweetait Cécile Duflot il y a un an après le discours d’ouverture de François Hollande lors de la première confé- rence environnementale du quinquennat. A l’époque, le chef de l’Etat avait su séduire un parterre d’associations, pourtant échaudées par les promesses déçues du Grenelle de l’Environnement. Douze mois plus tard, les écologistes menacent de quitter le gouvernement et les ONG font triste mine. Nicolas Hulot, bombardé ambassadeur de François Hollande à l’ONU, dresse un sombre constat : « Ce qui manque le plus pour l’instant, c’est une vision » et « une cohérence entre les différents acteurs », déplore l’ancien animateur. Le même qui saluait en septembre 2012 un « moment fort » dans l’histoire de l’écologie française. Que s’est-il passé ? Pas grand chose, justement.

RÉNOVATION THERMIQUE : une « priorité » qui tarde à devenir réalité. En 2012, François Hollande en avait fait sa « grande priorité », puis présenté en mars 2013 ce vaste chantier censé doper l’emploi non délocalisable dans le BTP et favoriser les économies d’énergie chez les ménages modestes. A l’époque, le président s’était engagé à rénover 500.000 logements d’ici 2017 pour un gain d’énergie de 38%. Problème, les aides promises (dont la prime sans condition de ressource à la rénovation) n’ont toujours pas vu le jour. Et le guichet unique à la réno- vation, censé guider les ménages dans leurs démarches, ne sera là qu’en 2014. D’où l’impatience grandissante des ONG. Effet rattrapage, Jean-Marc Ayrault a lancé le plan rénovation ce jeudi. Et en gage de bonne volonté, François Hollande a annoncé dimanche dernier un crédit d’impôt sur la rénovation thermique qu’il devrait détailler ce vendredi.

GAZ DE SCHISTE : une épine dans le pied gauche En 2012, François Hollande avait été très applaudi en marquant son opposition à toute exploration hydraulique des gaz non conventionnels en France. Promesse réaffirmée le 14 juillet dernier : « Tant que je suis président, il n’y aura pas d’exploration de gaz de schiste » en France. Un engagement qui n’a pas découragé les lobbyistes en tout genre qui, sur fond de crise économique et énergétique, pressent le gouvernement de rouvrir le débat. Arnaud Montebourg, le remuant ministre du Redressement productif, a plusieurs fois mis les pieds dans le plat, en promouvant une exploitation « écologique » des gaz de schiste français. Des déclarations recadrées par Matignon mais qui ont ulcéré les écologistes et inquiètent encore les associatifs, alors qu’une réforme du code minier est toujours en cours.

FISCALITE ECOLOGIQUE : peut mieux faire En 2012, François Hollande et Jean-Marc Ayrault avaient fait un premier pas en la matière en annonçant une hausse de la taxe sur les activités polluantes. Depuis, silence radio avant que l’exécutif ne se décide à frapper un grand coup en annonçant la mise en place d’un taxe carbone (contribution climat énergie), voulue puis abandonnée par Nicolas Sarkozy. Objectif : transférer la fiscalité qui pèse sur les entreprises sur la base de leurs émissions polluantes. Une annonce applaudie par les défenseurs de l’environnement mais dont les contours, pour l’heure très flous, restent à définir. Son « périmètre et sa trajectoire » seront précisés le 25 septembre lors de la présentation du budget 2014.

DIPLOMATIE ENVIRONNEMENTALE : l’attente L’an dernier, François Hollande avait placé la « diplomatie environnementale » parmi les priorités du Quai d’Orsay. Mais rares sont les dossiers à avoir abouti. Dossier prometteur mais complexe, la communauté européenne de l’énergie promise par le chef de l’Etat s’est heurtée à une fin de non-recevoir de l’Allemagne. Du coup, le dossier a été reporté aux lendemains des législatives outre-Rhin et pourrait servir de grand chantier en vue des européennes de 2014.

MORATOIRE SUR LES OGM : le bon point Les ONG le reconnaissent, le gouvernement a tenu bon. En 2012, Jean-Marc Ayrault avait promis que le gouvernement maintiendrait le moratoire sur la mise en culture des semences OGM. Promesse tenue lorsque le conseil d’Etat a finalement autorisé la culture du maïs Monsanto. François Hollande a dans la foulée réaffirmé le moratoire sur les cultures OGM.

ENERGIES RENOUVELABLES : objectifs inatteignables Malgré les appels d’offre pour relancer l’éolien offshore, la France est loin d’avoir rattrapé son retard en matière d’énergies renouvelables. L’éolien traverse même une crise systémique. Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a averti que « si rien ne bouge », la France risque d’être seulement à 17% d’énergies durables dans son mix energétique en 2020. Loin, très loin de son objectif de 23%. Malgré la tenue d’un long débat sur la transition énergétique, l’adoption du projet de loi a été reportée à fin 2014 au mieux, repoussant les mesures de rattrapage réclamées par les ONG.

TRANSPORT : Le diesel pomme de discorde En 2012, le gouvernement avait fait de la voiture roulant au 2 litres/100 la martingale de la réduction des émissions de CO2. Objectif réaffirmé lors de la présentation des 34 chantiers de réindustrialisation du futur. Mais depuis, l’épineuse question de la fiscalité du diesel s’est invitée dans les débats. Une pomme de discorde pour les écologistes qui pointent les risques pour la santé des particules fines.

SANTE : fini le bisphenol A Chose promise, chose due. Jean-Marc Ayrault s’était engagé à soutenir l’interdiction du bisphénol A. Ce fut chose faite en décembre 2012. L’interdiction générale a été fixée, après des débats animés, au 1er janvier 2015. Mais pour les contenants de produits alimentaires destinés à des enfants de moins de trois ans, l’interdiction est entrée en vigueur en 2013.

AGRICULTURE BIOLOGIQUE : le compte n’y est pas L’an dernier, Jean-Marc Ayrault avait promis « un nouveau plan en faveur du développement de l’agriculture biologique ». Mais l’ambitieux plan « agro écologie » du ministre Stéphane Le Foll ne devrait pas être déployé avant 2014. La loi d’avenir de l’agriculture vient à peine d’être présentée. Or l’agriculture française peine à atteindre ses objectifs de production. Malgré un fort développement de la consommation du bio, les conversions n’ont pas suivi depuis le Grenelle de l’Environnement : seulement 4% des surfaces utiles sont bio aujourd’hui, contre 6% attendus.

CLAVEL Geoffroy

     * Le HuffPost. Publication : 20/09/2013 06h51  http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article29807

Commentaire:  Sur le diesel: pas question de faire payer aux plus pauvres le choix industriel des capitalistes!  En Bretagne, l’assouplissement des règles d’extension des porcherie, c’est pas très écolo!  Sans compter l’usine à vaches: 1000 au même endroit !

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin