Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

24 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Pays-Bas : “Révolte au sein du PvdA au sujet des sans-papiers” (Presseurop)

Pays-Bas : “Révolte au sein du PvdA au sujet des sans-papiers” (Presseurop) dans Sans-papiers ss-pap-300x201

 Presseurop  De Volkskrant, 24 avril 2013

Plusieurs milliers de membres du Parti travailliste (PvdA), mais aussi des maires et les Jeunes Socialistes (JS) s’opposent au projet du gouvernement de poursuivre pénalement les sans-papiers. Les contestataires ont lancé une pétition. Et lors du congrès du parti, le 27 avril, il vont demander au leader socialiste, Diederik Samsom de “rompre avec le projet, changer de cap et rétablir le principe fondamental du parti, celui du ‘droit à une vie décente’”.

Cette mesure fait partie de l’accord de gouvernement conclu à l’automne dernier entre le PvdA et le parti libéral (VVD) du Premier ministre Mark Rutte, explique le quotidien. La contrepartie était que les demandeurs d’asile mineurs ne soient pas renvoyés dans leur pays.

http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/3714161-revolte-au-sein-du-pvda-au-sujet-des-sans-papiers

24 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Pour la démocratie, les droits, l’égalité, le 1er Mai (LDH)

Pour la démocratie, les droits, l’égalité, le 1er Mai (LDH) dans Antifascisme anti-r-1-r2-150x150

Communiqué LDH
La République est en souffrance et les citoyennes et les citoyens, celles et ceux qui le sont déjà par la loi et celles et ceux qui aspirent à le devenir par la résidence le vivent sous les deux acceptions, souffrance de résultat, souffrance d’attente.

Face à une situation économique qui va se dégradant et à des choix d’austérité qui vont aggraver les inégalités et les difficultés, dans un contexte politique profondément marqué par les affaires et la suspicion à l’égard de la représentation politique, et alors que le gouvernement ne cesse, de reniement en atermoiements, de renvoyer le changement à plus tard, le 1er Mai 2013 revêt une dimension toute particulière.

La Ligue des droits de l’Homme, préoccupée de la montée des provocations verbales et physiques qui se développent dans le pays à l’initiative des droites rassemblées autour des mêmes haines, considère que les forces démocratiques et sociales se doivent d’affirmer la pérennité de la République, de la démocratie et du progrès social. Elle appelle à développer les mobilisations, rassemblements et manifestations, dont les citoyens ont grand besoin.

La LDH invite ses sections, ses militantes et ses militants à être parties prenantes de tous les événements qui, ce jour, dans des modalités et avec certains partenaires ou d’autres, porteront le combat pour les droits, la démocratie et la solidarité.

Paris, le 24 avril 2013

http://www.ldh-france.org/Pour-la-democratie-les-droits-l.html

24 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Zéro voix au Parlement contre la Françafrique

Zéro voix au Parlement contre la Françafrique dans Hollandie afric-300x187
*
NPA 23 avril 2013

L’intervention au Mali est en cours depuis 4 mois et Hollande n’a pu évité un débat au Parlement pour décider du maintien des troupes alors qu’il s’était engagé à leur départ au mois d’avril. Jamais qu’un coup de bluff de plus.

Aucun vote contre ! Des inquiétudes, des réserves, mais pas de quoi alimenter la moindre opposition ! Et pourtant les raisons de s’opposer ne manquent pas : ces quatre mois d’intervention militaire coûte 200 millions d’euros, aucune solution politique n’est en vue, la relève malienne n’est pas à l’ordre du jour, et la « puissance d’influence de la France », comme le dit Laurent Fabius, est renforcée.

Ce vote honteux permet en fait le maintien de la présence militaire au Mali pour longtemps et devenir une véritable occupation territoriale pour le compte des intérêts de la France et des grandes puissances qui la soutiennent. Comme au Gabon, au Sénégal, à Djibouti, au Tchad, en Côte d’Ivoire, en République Centre Africaine.  Le mot d’ordre « Troupes Françaises hors d’Afrique ! » n’a jamais été autant d’actualité.

NPA, Montreuil, le 23 avril 2013

24 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Brest. Mariage gay : pro et anti se retrouvent devant la mairie (LT)

Brest. Mariage gay : pro et anti se retrouvent devant la mairie (LT) dans Brest et région drapeau_gay_breton-300x198

24 avril 2013 à 10h26

Etonnant spectacle hier soir, vers 22 h, pour les badauds de la Place de la liberté, à Brest. Le mouvement des veilleurs (proche de Christine Boutin) avait donné rendez-vous à ses militants pour une veillée de prière contre le mariage gay. Par le biais des réseaux sociaux, l’information est rapidement arrivée jusqu’aux oreilles de farouches opposants du mouvement catholique.

« Les prières de rue, c’est interdit ! »
Face à la centaine de veilleurs, qui alternaient chants en latin et lecture de la Bible, une trentaine de manifestants scandait des slogans contre l’homophobie ou pour le principe de laïcité affirmant que « Les prières de rue, c’est interdit !  »

Le recueillement souhaité par les anti-mariage gay a aussi été perturbé, vacances solaires obligent, par de nombreux jeunes qui s’étaient rassemblés sur la place de la Liberté pour faire la fête. Ils ont donc improvisé un « Harlem shake » dans cette ambiance qu’ils jugeaient « trop chelou ». C’est finalement le vol d’un livre de chant de messe, par un contre-manifestant qui sonna la dispersion générale dans chaque camps, vers 23 h.

http://brest.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/brest-mariage-gay-pro-et-anti-se-retrouvent-devant-la-mairie-24-04-2013-2082119.php

24 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Manifestation en Suisse

Manifestation en Suisse dans Jeunes etudiants-f

23 avril 2013 ~ 0 Commentaire

La bataille de Kerguidu – Révolte contre-révolutionnaire en Basse-Bretagne (Skol Vreizh)

La bataille de Kerguidu - Révolte contre-révolutionnaire en Basse-Bretagne (Skol Vreizh) dans Histoire chouans

Mythe et réalité

« Elle (la bataille) eût duré davantage si le général n’avait fait fondre sur eux bayonnette au bout du fusil, ils furent enfin dispersés… Ces brigands attroupés par leur désordre même et par les retranchements qu’ils trouvaient dans les fossés et les genêts étaient des ennemis vraiment redoutables. Le canon en a atteint quelqu’un mais on en serait venu difficilement à bout sans l’ordre exécuté de les charger à la bayonnette, les moins lestes ont été pris et tués par l’effet de cette manoeuvre. » (Rapport des commissaires de la Révolution au département suite à la révolte de mars 1793)

La bataille de Kerguidu, en Tréflaouénan (Finistère), 24 mars 1793, a laissé dans les mémoires des habitants du Léon un souvenir vivace nourri par des publications telle Emgann Kergidu (La bataille de Kerguidu) de Lan Inisan. Considéré comme une révolte paysanne – il n’est pas associé à la Chouannerie, cet affrontement meurtrier a opposé des paysans contre-révolutionnaires à la troupe républicaine dirigée par le général Canclaux.

Les exécutions d’ennemis de la Révolution, la remise en cause de la religion et, surtout, en février 1793, la décision de la levée en masse afin de « défendre la patrie en danger », ont favorisé les révoltes dans toute la France. Le sud-est de la Bretagne et tout le Léon sont concernés. Aucun historien sérieux ne s’était penché sur cet épisode de la Révolution. Des pertes humaines considérables (jusqu’à 400 morts) furent mises en avant au point que la bataille de Kerguidu est devenue un véritable mythe.

C’est le mérite d’Albert Laot de nous présenter une étude solidement documentée, sur le contexte et sur l’événement lui-même, à partir des registres de décès, des sources historiques ou littéraires. Il rétablit la vérité et nous dévoile ce qu’a été véritablement la bataille de Kerguidu.

84 pages, tout quadri, Illustrations, cartes, 20 x 22 cm

http://www.skolvreizh.com/catalog?page=shop.product_details&category_id=19&flypage=flypage_images.tpl&product_id=238

Enquête sur la bataille de Kerguidu (OF)

Intrigué par la découverte de plusieurs erreurs de chiffres dans des documents concernant la bataille de Kerguidu, Albert Laot a voulu se pencher sur cette « révolte contre-révolutionnaire »,devenue un véritable mythe dans la région. Aucun historien ne s’était sérieusement penché sur cet épisode de la Révolution, auparavant. Cet ouvrage est le résultat d’une étude solidement documentée qui tente d’éclairer le lecteur sur ce qui s’est réellement passé au cours de cette journée du 24 mars 1793, sur les terres de Plounévez-Lochrist, entre les paysans du Léon et la troupe républicaine dirigée par le général Canclaux.

La bataille de Kerguidu, révolte contre-révolutionnaire en Basse-Bretagne, d’Albert Laot, aux éditions Skol Vreizh. 80 pages illustrées, 12 €.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Enquete-sur-la-bataille-de-Kerguidu-_29151-avd-20130309-64713170_actuLocale.Htm

23 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Troupes françaises hors d’Afrique. Non à la guerre au Mali !

Troupes françaises hors d'Afrique. Non à la guerre au Mali ! dans Antimilitarisme 2963244701_1_3_ts4xxjhb-183x300

Depuis le 11 janvier, la France est en guerre au Mali et on veut nous faire croire qu’il faut être solidaire de cette guerre, parce qu’elle ne servirait qu’à sauver tout un peuple de la barbarie islamiste, à préserver le monde d’une grande menace terroriste.
La France prétend ainsi pouvoir éteindre une situation qu’elle a pourtant largement créée. La société malienne a été laminée par des années de plans d’ajustement structurel imposés par le FMI pour le remboursement de la dette malienne, dans lequel la France est directement intéressée.
Ce ne sont pas des raisons humanitaires qui motivent la guerre française au Mali, mais des intérêts impérialistes, dans la plus pure tradition de la Françafrique. Cette guerre est le révélateur des intérêts des entreprises françaises (Areva et Bouygues entre autres) qui convoitent un sous-sol riche en uranium et en or.
Cette guerre n’a rien à voir avec le combat contre l’intégrisme religieux dont Hollande n’a que faire. Elle est au contraire dans la droite ligne d’une longue tradition coloniale. L’armée française est un peu chez elle en Afrique, entre ses nombreuses bases militaires permanentes et ses interventions répétées depuis 50 ans. Et Hollande et Ayrault se sont d’ores et déjà engagés à y laisser en permanence au moins un millier de soldats français.

Lire… et lutter
Nous dénonçons cette guerre impérialiste qui comme toutes les précédentes, Irak, Afghanistan, ou Somalie…, n’alimentera que la chaos et la guerre civile.
Peu d’organisations françaises se sont prononcées clairement contre l’intervention et aujourd’hui pour le retrait des troupes. En février dernier, nous avions co-organisé avec Lutte ouvrière et Alternative libertaire un premier rassemblement devant Areva. Nous pensons qu’il faut continuer à tenter de prendre des initiatives avec celles et ceux qui se positionnent sans ambiguïté face à l’impérialisme de notre propre gouvernement.
Afin d’alimenter lé débat et de défendre nos positions, nous publions une brochure sur le Mali qui sera disponible auprès de touTEs les militantEs et à la librairie La Brèche à Paris.

Denise Sarraute

Lundi 22 avril 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 191 (18/04/13)

23 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Sans-papiers : vers l’unité du mouvement

Sans-papiers : vers l'unité du mouvement dans Sans-papiers arton1409-b570e-300x201

C’est tout un symbole. Ce samedi 13 avril, dans le grand réfectoire du foyer Saint-Just de Paris où habitent de nombreux sans-papiers, le processus d’unification du mouvement des sans-papiers a franchi un nouveau pas. Lors de la deuxième réunion nationale autour de l’appel « Faut-il mourir pour avoir des papiers », une quinzaine de collectifs de sans-papiers ont décidé la création de l’Union nationale des sans-papiers (UNSP)


Le lieu est symbolique parce que cette unification du mouvement exige d’abord l’unité et la remobilisation des sans-papiers. C’est un des objectifs que se donne l’UNSP. La réunion a ensuite associé des représentantEs d’organisations et syndicats – Solidaires, Fasti, ATMF, FUIQP, Droits Devant, NPA… – pour articuler l’autonomie des sans-papiers avec la construction d’un mouvement impliquant beaucoup plus largement autour de la lutte pour la régularisation des sans-papiers et contre le racisme.
Des échéances de mobilisation
L’unité se construira en redonnant une visibilité à la lutte. Des mobilisations nationales ont été décidées, dont une manifestation en décembre, à l’occasion du trentième anniversaire de la marche pour l’égalité de 1983, pour exiger la régularisation de tous les sans-papiers et le droit de vote pour les étrangers. Des manifestations et concerts seront organisées fin août au moment de l’anniversaire de l’occupation de l’église Saint-Bernard et des marches régionales en septembre. L’UNSP va rencontrer la CGT et des associations historiquement partenaires afin de discuter de manière transparente des divergences qui ont divisé le mouvement et de trouver les moyens de mener des combats communs.
Denis Godard

Lundi 22 avril 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 191 (18/04/13)

23 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Allo, l’Europe? Des enfants grecs et espagnols crèvent de faim… (Express.be)

Allo, l'Europe? Des enfants grecs et espagnols crèvent de faim... (Express.be) dans Austérité angela-merkel-la-femme-la_15-half

10% des écoliers grecs de l’enseignement primaire et secondaire souffrent de ce que les professionnels de la santé publique appellent « l’insécurité alimentaire », rapporte le New York Times.

En d’autres termes : ils souffrent de la faim, ou ils menacent d’en souffrir. « Du point de vue de l’insécurité alimentaire, la Grèce est maintenant tombée au niveau de certains pays africains », affirme le Docteur Athena Linos, une professeur de l’école médicale de l’université d’Athènes qui dirige également une association caritative qui lutte contre la faim, Prolepsis. Un rapport de l’Unicef pour 2012 indique que plus de 26% des foyers avec enfants ont un « régime alimentaire économiquement médiocre ».

L’année dernière, Prolepsis a débuté un programme pilote pour distribuer des repas composés d’un sandwiches, de fruits et de lait aux enfants de 34 écoles publiques dans lesquelles plus de la moitié  des 6.400 familles participantes ont rapporté avoir fait l’expérience d’une faim « modérée à grave».    Après la mise en place de ce programme, la proportion des personnes qui s’étaient déclarées affamées était tombée à 41%. Le programme a été financé par la Fondation philanthropique Stavros Niarchos, et il a depuis étendu pour couvrir 20.000 enfants dans 120 écoles.

Cette semaine, le journal régional La Opinion avait rapporté que les écoles sur les îles espagnoles des Canaries allaient être transformées en refuges pour accueillir 5.700 enfants âgés de 3 à 12 ans qui souffrent de la faim. Ils pourront ainsi bénéficier d’au moins un repas par jour pendant les vacances. Jeudi, El Pais a rapporté que le gouvernement régional de l’Andalousie a annoncé la mise en place d’un plan contre l’exclusion sociale incluant la garantie de fournir 3 repas par jour aux enfants des familles les plus pauvres.

Selon le quotidien, 6% des enfants de l’Andalousie se trouvent dans une situation d’«extrême pauvreté». La moitié des 200.000 écoliers andalous qui mangent à la cantine ont leurs repas pris en charge grâce à des subventions régionales. En 2008, ils n’étaient que 20% à bénéficier de ces repas gratuits.

http://www.express.be/business/fr/economy/allo-leurope-des-enfants-grecs-et-espagnols-crevent-de-faim.htm

23 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Dette et croissance : une erreur d’Excel à l’origine de l’austérité ? (Avanti.be)

Dette et croissance : une erreur d’Excel à l’origine de l’austérité ? (Avanti.be) dans Economie 20120707-the-economist-juillet-300x288

Dans ce court article, Francisco Louça revient sur l’ « affaire Reinhart et Rogoff », les deux économistes qui ont affirmé, étude à l’appui, qu’un pays ayant une dette élevée ne pouvait connaître une croissance importante.

C’est sur base de leurs travaux que de nombreux gouvernement justifient l’austérité afin de résorber les dettes publiques. Or, une étude récente a démontré que les calculs des deux économistes étaient grossièrement faux, tout comme leurs conclusions. Au-delà de la nécessaire remise en question du concept de « croissance » capitaliste, comme l’écrit l’économiste néo-keynésien Paul Krugman : « Ce que met en lumière l’affaire Reinhart et Rogoff, c’est la manière avec laquelle on nous a vendu l’austérité avec de faux prétextes. » Bien entendu, la source de l’austérité ne provient pas d’une « simple erreur de calcul en Excel » : il s’agit d’un choix politique dicté par les intérêts de la classe dominante et tout est bon pour le justifier (Avanti4.be).

Francisco Louça

Carmen Reinhart, ancien haut fonctionnaire du FMI, et Kenneth Rogoff, universitaire, ont publié un livre influent sur la dette au long de l’histoire (« This Time is Different », traduit dans de nombreuses langues). J’avais mentionné ce livre pour sa démonstration selon laquelle presque tous les pays développés ont renégocié et restructuré leurs dettes de manière unilatérale quand cela était nécessaire.

Mais ce qui attire aujourd’hui l’attention publique aux Etats-Unis c’est un autre argument : que les pays les plus endettés ont une croissance moindre, thèse qu’ils ont résumé dans un article qui a eu un énorme impact : « Growth in a Time of Debt » . Les Républicains ont cité cet article pour justifier leur volonté d’interdire toute augmentation de la dette publique.

Or, il se fait que l’article était erroné. Sa base de données (*) fut mal construite ; la feuille de calcul Excel qu’ils ont utilisé pour faire leurs calculs était mal programmée, la statistique est défectueuse et les conclusions sont erronées. Michael Ash, directeur du département d’économie de l’Université du Massachusetts à Amherst, a publié avec deux collègues une critique dévastatrice du travail de Reinhart y Rogoff.

Ce que cette critique démontre, c’est que les pays étudiés, avec plus une dette de plus de 90% par rapport à leur PIB, n’ont pas eu, entre 1946 et 2009, une croissance moyenne de 0,1% (comme l’avaient calculés Reinhart y Rogoff), mais bien de 2,2%. Cette croissance fut moindre que celle des pays qui n’avaient pas une dette importante (dans ce cas : 4,2%) ; soit approximativement la moitié. Mais il y a bel et bien eu croissance et, par conséquent, une dette élevée ne peut être liée avec l’effondrement de l’économie : cela dépend de la quantité payée, de l’intérêt, du financement futur et des décisions économiques et politiques.

En outre, il y a plusieurs raisons qui expliquent les différences entre les taux de croissance et elles peuvent prendre le contrepied du raisonnement de Reinhart y Rogoff : une croissance faible alimente la dette parce que des revenus fiscaux limités créent du déficit. En conséquence, par son impact sur l’économie nationale, l’hémorragie provoquée par la réduction des fonds public pour payer la dette accentue les difficultés et les récessions.

D’autre part, cet article critique montre comment la croissance (et la dette) varient fortement avec le cycle économique : depuis 1946 jusqu’à aujourd’hui il y a eu une période de grande croissance et plusieurs périodes de récession intense et de crises. Cela renforce donc l’argumentation contre l’austérité, qui provoque la récession de 2013.

Francisco Louça est un économiste marxiste portugais et dirigeant du Bloc de Gauche dont il fut le porte-parole.

Source :
http://www.esquerda.net/opiniao/d%C3%ADvida-e-o-crescimento/27512
Traduction française pour Avanti4.be : Ataulfo Riera

(*) La Belgique – et d’autres pays similaires avec une dette importante mais ayant tout de même connus un taux de croissance positif – n’aurait pas été reprise dans les pays étudiés. (Note d’Avanti)

http://www.avanti4.be/actualite/article/dette-et-croissance

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin