Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Où va l’Egypte ? (Esther Vivas)

Où va l’Egypte ? (Esther Vivas) dans International egypt-protest-1

L’emblématique Place Tahrir du Caire a de nouveau été le cœur de la protestation sociale en Egypte. Et c’est un cri unanime exigeant la démission du président Mohammed Morsi qui s’est imposé. Mais la prise du pouvoir par l’armée, après quatre journées de protestations massives dans tout le pays, ouvre une série de questionnements sur l’avenir de la révolution. Nombreux sont ceux qui se demandent : où va l’Egypte ?

La montée des Frères Musulmans au pouvoir fut aussi rapide que leur chute. Les aspirations et les espoirs de changements que beaucoup avaient posés en eux se sont évaporés après un an de gouvernement. Non seulement la situation ne s’est pas améliorée depuis lors, mais elle a empiré. La continuité dans la politique sociale et économique avec l’ancien régime a été la tonalité dominante. Leur enracinement social et leur forte structuration organisationnelle ont permit aux Frères Musulmans de s’ériger en tant que force électorale dominante, mais ceux qui avaient vus en eux et en Mohammed Morsi une alternative les désignent aujourd’hui comme les responsables de la situation de crise.

Leur arrogance au pouvoir a aiguisé le mécontentement social. La nouvelle Constitution fut approuvée de manière unilatérale dans un Parlement dominé par les Frères Musulmans. Et Mohammed Morsi s’est auto-octroyé une immunité totale en tant que président. Les reculs dans les libertés individuelles et collectives, particulièrement pour les femmes, et la persécution de journalistes critiques avec le gou- vernement et les Frères, n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu.

En conséquence, les aspirations émancipatrices du peuple égyptien l’ont fait descendre à nouveau dans les rues du pays. Et le cri « Pain, liberté et justice sociale », à l’origine de la révolte de 2011, est à nouveau d’actualité, à côté de nouveaux slogans. Vastes et très diversifiés sont les secteurs politiques et sociaux qui ont exprimé ces derniers jours leur profond mécontentement avec les politiques gouvernementales et leur opposition au projet néolibéral, conservateur et autoritaire de Morsi. On a clairement vu comment des élections n’apportent pas une pleine démocratie et encore moins la justice économique.

L’armée, alliée à un premier moment avec les Frères Musulman, a de nouveau pris les rennes du changement de cap. Une armée qui, quand elle était au pouvoir, n’avait pas hésité à utiliser la répression contre ceux qui protestaient, qui est étroitement liée aux Etats-Unis par des liens tant politiques qu’économiques (les forces armées reçoivent chaque année 1,3 milliards de dollars du gouvernement étasunien) et qui contrôle une partie très importante de l’économie du pays.

Une fois de plus, les militaires tentent de prendre le contrôle de la transition démocratique et de freiner la révolution. On ne peut avoir aucune confiance dans l’armée. Au-delà de sa rhétorique, son objectif n’est pas la défense de la révolution mais bien sa domestication et sa canalisation afin de la rendre inoffensive pour les structures du pouvoir.

Il s’ouvre maintenant une période d’incertitudes. Et la fragmentation et la faiblesse de l’ensemble de la gauche sociale et politique loyale avec le processus révolutionnaire grève les perspectives futures. Dans ce contexte, la ferme volonté et le potentiel de mobilisation du peuple égyptien afin de construire une société plus juste et égalitaire constituent, comme cela a été démontré à plusieurs reprises, la prin- cipale espérance pour le changement. Les événements de ces derniers jours – des protestations massives mais avec un dénouement capitalisé par l’armée – illustrent ses forces et ses faiblesses.

« Les révolutions – disait le philosophe Daniel Bensaïd – ont leur propre rythme, marqué par des accélérations et des décélérations. Elles ont également leur propre géométrie, où la ligne droite est interrompue par des bifurcations et des tournants brusques ». Alors que beaucoup considéraient que la révolution égyptienne était morte, l’histoire nous surprend une fois de plus avec de brusques changements de cap dont l’évolution est imprévisible.

Source :
http://blogs.publico.es/esther-vivas/2013/07/05/adonde-va-egipto/
Traduction française pour Avanti4.be : Ataulfo Riera

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Le nucléaire : trop cher et non rentable (Odn)

Le nucléaire : trop cher et non rentable (Odn) dans Ecologie & climat

Sia Partners est un « cabinet de conseils » qui produit à la chaine de la désinformation au services des grands prédateurs, prioritairement banques et multinationales polluantes, et en particulier les entreprises atomiques . Rien d’étonnant donc à voir Sia protester avec véhémence contre la production massive d’électricité renouvelable qui entraine des prix de l’électricité… négatifs : on vous paye pour la consommer !

D’ailleurs, le 26 juin, Les Echos nous apprennent que « EDF a mis à l’arrêt cinq réacteurs le week-end dernier et a baissé la puissance de dix autres, pour éviter que les prix ne basculent encore dans le rouge. » : des réacteurs arrêtés à cause de la production d’électricité renouvelable, ces énergies si longtemps raillées pour leur prétendue « faiblesse » ! Hélas, malgré ces importations plus que rentables, l’électricité est vendue en France de plus en plus cher : entretenir des réacteurs nucléaires vieillissants coûte des sommes astronomiques… et ce n’est qu’un début.
C’est d’ailleurs probablement pour réduire les coûts (à moins que ce ne soit pour engraisser les actionnaires) que des « responsables » du chantier du réacteur EPR de Flamanville (Manche) se sont laissés aller à quelques irrégularités. Ils sont poursuivis en justice, accusés « de ne pas avoir payé leurs cotisations sociales, de prêt illicite de main-d’oeuvre et de marchandage » !
Quant aux EPR que EDF espère toujours construire en Grande-Bretagne (cf de nombreuses revues de presse : http://bit.ly/17DhUMf ), les négociations vont toujours bon train. Pour mémoire, produire de l’électricité nucléaire est une activité tellement déficitaire qu’EDF exige de Londres le remboursement des pertes… pendant 40 ans !  Aux dernières nouvelles, ces escrocs se sont mis d’accord « pour indexer le prix fixe de l’électricité sur l’inflation »… mais pas sur le prix lui-même. Pas si facile de rendre le nucléaire « rentable »…
La France à son tour rattrapée par les prix négatifs de l’électricité
Dépêche AFP, 19 juin 2013 :
http://bit.ly/14Zrw3n
Nucléaire : près d’un réacteur EDF sur trois à l’arrêt
Les Echos, 26 juin 2013 :
http://bit.ly/12jkbL2
EPR : Bouygues fortement soupçonné de travail illégal
Le Monde.fr , 27 juin 2013 :
http://bit.ly/15IP89z
EDF et Londres d’accord pour indexer le prix fixe de l’électricité sur l’inflation
Dépêche Dow Jones, 18 juin 2013 :
http://bit.ly/17EMRmK

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

EPR : Ouest-France abandonne le journalisme (Odn)

EPR : Ouest-France abandonne le journalisme (Odn) dans Ecologie & climat la-priere-de-la-serenite_3342864-M

Le « chantier de tous les records », « dix fois la Tour Eiffel », « le commerce boosté »… même le service de communication d’EDF aurait fait moins grossier que cette salve de propagande offerte par Ouest-France au lobby de l’atome. Offerte car il s’agit d’ « articles » de la rédaction, qui relèvent pourtant de la (mauvaise) publicité et non du journalisme ! Ce pauvre réacteur EPR ( cf http://reacteur.epr.free.fr ) ne sera toutefois pas sauvé par cette dérisoire manoeuvre…

Nucléaire : le réacteur EPR, chantier de tous les records
« Article » de Ouest-France, 24 juin 2013 :
http://bit.ly/176jeXv
EPR. Dix fois le poids de la Tour Eiffel pour le seul ferraillage!
« Article » de Ouest-France, 25 juin 2013 :
http://bit.ly/10in0v7
La construction de l’EPR booste les commerces
« Article » de Ouest-France, 27 juin 2013 :
http://bit.ly/19ECoVn

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

EPR : ridicule en France et en Finlande, rejeté en Inde (Odn)

EPR : ridicule en France et en Finlande, rejeté en Inde (Odn) dans Ecologie & climat india

Areva tente désespérément depuis 2005 de construire en Finlande un réacteur EPR qui devait entrer en service… en 2009 ! Aux dernières nouvelles, cela pourrait être 2016 : 11 ans pour faire un réacteur (!), 7 ans de retard, sans parler du coût multiplié par 3.  Une procédure judiciaire internationale – un « arbitrage » comme les aime l’escroc Tapie ! – oppose Areva aux Finlandais pour savoir qui va payer : probablement les Français. En attendant, les actionnaires Finlandais sont dans la panade et cherchent de l’argent, bien punis d’avoir choisi l’atome et, pire, l’atome français !
EDF est tout aussi ridicule avec son propre chantier EPR, lancé en 2007 à Flamanville (Manche) : au moins 5 ans de retard, coût triplé, et malfaçons grossières : il a d’ailleurs fallu détruire une partie de ce qui avait été construit. Comme le chantier a continué par ailleurs, il n’est plus possible d’installer une pièce gigantesque, le dôme. Pour y parvenir, EDF loue à grands frais la plus grande grue du monde, Big Benny, qui a commencé ses activités (cf http://bit.ly/1cUWf2r ) et doit conclure par la pose du dôme. Si tout va « bien »…
Quant au projet de réacteurs EPR en Inde, que les atomistes tentent de justifier par les innombrables malheureux qui n’ont pas accès à l’électricité, eh bien il est justement rejeté par ces malheureux, et massivement (cf http://bit.ly/14XtDCN ou http://bit.ly/Xplu6P ) : ils veulent bien de l’électricité, mais pas nucléaire. Des organismes français mafieux – la BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole – sont pourtant tout disposés à aider les « élites » indiennes à financer leur projet de mort. La lutte populaire continue…
Les retards de l’EPR finlandais poussent TVO à solliciter ses actionnaires
AFP, 12 juin 2013 :
http://bit.ly/16QBcfY
EPR : la grue « Big Benny » prête à lever le dôme
Ouest-France, 21 juin 2013 :
http://bit.ly/1253KPu
Mobilisations des villageois de Jaitapur contre les banques françaises et l’EPR
Sur Médiapart, 7 juin 2013 : http://bit.ly/15NuYNk

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Risque nucléaire et kamikazes d’EDF : le ridicule va tuer (Odn)

Risque nucléaire et kamikazes d'EDF : le ridicule va tuer (Odn) dans Ecologie & climat kamikaze
Régulièrement prise en défaut, coupable des pires catastrophes (en particulier Tchernobyl et Fukushima), l’industrie nucléaire tente vainement d’attester de sa capacité à assurer la « sûreté » de ses installations. Avouant toutefois ne pas pouvoir empêcher une situation critique, EDF prévoit désormais d’envoyer de véritables kamikazes dans une centrale en perdition.

On peut déjà douter de la possibilité d’acheminer ces malheureux sur place si l’on se souvient par exemple de la nuit du 27 au 28 décembre 1999 au cours de laquelle la centrale nucléaire du Blayais (Gironde) a frôlé la catastrophe : la seule route d’accès était impraticable, et la violence de la tempête empêchait tout vol d’hélicoptère.
Mais, de toute façon, il existe d’innombrables situations empêchant la reprise en main d’une centrale accidentée : toutes les situations non envisagées. EDF et l’ex-ministre de l’écologie ont parlé (sans peur du ridicule) de « prévoir l’imprévisible« , on peut hélas désormais penser que le ridicule va tuer. Au vu du délabrement accéléré des centrales nucléaires françaises, la seule question est de savoir quand et où le drame aura lieu?
Cf graphique édifiant (merci à Michel Guéritte) : http://bit.ly/16TdrUw …
La Farn, nouvel élément de sûreté des centrales nucléaires
Dépêche AFP, 27 juin 2013 :
http://bit.ly/14wFLKI
Force d’action rapide du nucléaire : les malheureux kamikazes d’EDF
Avis de l’Observatoire du nucléaire, 27 juin 2013 (ci-dessous)

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Transports radioactifs et THT : le trafic continue, la répression aussi (Odn)

Transports radioactifs et THT : le trafic continue, la répression aussi (Odn) dans Ecologie & climat 3212

Un train de déchets nucléaires entre les Pays-Bas et le pays de Hollande, un convoi naval de MOX français envoyé au Japon (malgré Fukushima, le business continue !) mais, curieusement, ce ne sont pas les dirigeants politiques et industriels qui sont poursuivis en justice !
Bien au contraire, de courageux citoyens qui s’étaient opposés au passage d’un train nucléaire en novembre 2010 sont condamnés, et voient même leurs sanctions alourdies pour leur apprendre à faire appel. Pour mémoire, et en pesant soigneusement nos mots, nous vous rappelons qu’à cette occasion, des militants ont été délibérément torturés par la police française : tendons sectionnés, brulures au 3ème degré entrainant des greffes de peau : voir ici ( http://ganva.noblogs.org ), attention photos  « pouvant choquer la sensibilité »…
Dans le même genre, même si les exactions policières ont heureusement été moindres, de dignes citoyens comparaissent à Laval pour avoir osé se lever contre la construction (immorale mais aussi illégale !) de la ligne THT venant du chantier EPR.
Arrivée à La Hague d’un convoi de combustibles usés néerlandais
Dépêche AFP, 26 juin 2013 :
http://bit.ly/1cmRfmV Un convoi de combustible nucléaire MOX arrive au Japon, le 1er depuis Fukushima
Dépêche AFP, 27 juin 2013 :
http://bit.ly/19Ffux8
Blocage d’un convoi nucléaire à Caen : peine alourdie en appel
Tendance Ouest, 5 juin 2013 :
http://bit.ly/12nx4nx
11 juillet : rassemblement de soutien à 12h au tribunal de Laval
Appel :
http://antitht.noblogs.org/708

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Mines d’uranium : Areva contamine de Limoges au Niger en passant par l’Asie (Odn)

Mines d'uranium : Areva contamine de Limoges au Niger en passant par l'Asie (Odn) dans Ecologie & climat nukleyaire

Entre autres tares, les réacteurs nucléaires sont alimentés par un minerai, l’uranium, dont l’extraction cause de terribles dommages à l’environnement et aux populations locales. Ces derniers temps, Areva tente de diversifier ses approvisionnements en faisant ami-ami avec les pires dictateurs d’Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, etc).

Mais depuis 50 ans, Areva (anciennement la Cogéma) a principalement contaminé la France et le Niger. Pour ce dernier, le saccage continue sur fond de « pratiques relevant de la corruption » : cette accusation vaut à l’Observatoire du nucléaire d’être trainé en justice (cf http://bit.ly/14I0cFn ) par les dirigeants d’Areva dont les mains sont aussi « propres » que leurs installations atomiques.
D’ailleurs, Areva a décidé de célébrer la contamination de la France par ses mines d’uranium, dont la dernière a fermé en 2001 mais dont les conséquences persistent comme démontré par le documentaire « La France contaminée » (cf http://bit.ly/fXAJXj ).
C’est ainsi qu’est fixée au 6 juillet l’inauguration d’ « Urêka », un stupéfiant « Musée de la mine » situé à Bessines-sur-Gartempe (près de Limoges) où sont d’ailleurs stockés 180 000 tonnes de déchets « faiblement » radioactifs. Des citoyens ont décidé de manifester contre cette indécente cérémonie et son musée dont l’installation a d’ailleurs fait l’objet de fortes subventions publiques…
Areva en terrain miné au Niger
Les Echos, 13 juin 2013 :
http://bit.ly/1bygTET
Contre l’ouverture du musée de la mine Urêka à Bessines
Zad, 22 juin 2013 :
http://bit.ly/10GLd0v

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Le flop de la voiture nucléaire (Odn)

Le flop de la voiture nucléaire (Odn) dans Ecologie & climat renault_invente_la_voiture_nucleaire

Pour mémoire, la voiture « verte » n’existe pas car un véhicule (thermique ou électrique) est trois fois polluant, du fait de :
- l’énergie et les matières nécessaires à la construction
- les éléments utilisés par le véhicule, comme les pneus et les batteries
- l’énergie utilisée pour avancer, qu’il s’agisse d’essence ou d’électricitéNous pouvons donc dire que l’article de LaTribune.fr est mauvais, le journaliste allant même jusqu’à asséner « Pollution nulle, pas de rejets de CO2 c’est l’objectif absolu atteint par le véhicule électrique. »  Affligeant. Pourtant, l’auteur est au courant de certains problèmes : « L’électricité, il faut la produire. Et dans des pays comme la Chine ou même l’Allemagne, où l’électricité est fabriquée souvent à partir de charbon ». Pour lui, l’électricité nucléaire est propre : il n’a pas entendu parler des catastrophes (Fukushima connait pas), des déchets radioactifs, des mines d’uranium, etc.

Ceci dit, malgré d’innombrables articles et reportages ridicules faisant la promotion de l’atome par la voiture électrique, cette dernière patine sérieusement et n’a aucune perspective développement significatif, malgré le gaspillage de lourdes sommes d’argent public en subventions à l’achat (bonus prétendu « écologique » ) et à l’installation de milliers de bornes de recharge.
A ce sujet, une fois de plus, le lobby électrique français s’est signalé par son arrogance et son incompétence : son modèle de prises de recharge pour voitures électriques est finalement marginalisé, il va falloir remplacer toutes celles qui ont déjà été installées !
La voiture « verte » avance… mais au ralenti
La Tribune.fr, 12 juin 2013 : http://bit.ly/19oVKQO
Voitures électriques : comment la France a perdu la bataille des prises
Les Echos, 26 juin 2013 : http://bit.ly/1494Hcr 

07 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Des privilégiés gavés d’argent public

Des privilégiés gavés d'argent public dans Hollandie

Comme vous le savez, Laurence Parisot, la grande pourfendeuse des dépenses publiques vient de rejoindre le Conseil Economique Social et Environnemental où elle touchera 3786,76 euros mensuels issus du budget de l’Etat. On pourra s’étonner que notre amie Laurence qui déclarait, il y a encore peu : « Nous avons besoin de faire des économies. La France est adduite à la dépense publique et il faut qu’on sorte de cette logique-là » ne fustige pas le coût exorbitant d’une institution dont l’utilité reste à prouver, et qui a un budget de près de 40 millions d’euros !

Elle y retrouvera plusieurs membres du Medef qui siègent déjà dans le groupe des entreprises dont Benoît Roger-Vasselin, l’actuel Président de la Commission Relations du Travail, Emploi et Formation de l’organisation patronale. Gattaz, un de ses prédécesseurs au MEDEF qui s’appelait alors le CNPF (Conseil National des Pleurnichards Français) fait partie des récipiendaires de la Légion d’Honneur qui est désormais donnée « à n’importe qui ! ». Il faut supprimer tous ces pseudos commissions, ces groupes et leurs chargés de mission, les rapporteurs de n’importe quoi, qui n’existent souvent que pour recycler d’anciens grands patrons, des politiques n’ayant pas été réélus et tout un système de copinage.

« La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? » disait entre autre cette grande philosophe à la tête du MEDEF. La précarité ne concerne bien sûr que les manants. Les bels gens, eux, sont génétiquement pérennes et indispensables à la nation, tout en gardant bien sûr des rémunérations annexes et leurs jetons de présence  des conseils d’administration de diverses sociétés du CAC 40. Les trois à quatre milles euros qu’ils perçoivent d’argent public ne représentent pas grand-chose pour eux, alors qu’ils feraient le bonheur de millions de français…

Oui Madame, il faudra, un jour, que vous m’expliquiez pourquoi vous êtes totalement « contre l’Etat » mais que vous sollicitez, enfin le MEDEF, des millions de subventions par an. Et oui, l’Etat providence que Laurence Parisot et le Medef rêvent de démanteler à parfois de bons côtés… car en fait ce qui gêne ces gens, ce n’est pas tant que l’Etat soit en déficit ou dépense de l’argent dans l’éducation, la santé, pour embaucher dans la fonction publique ou aider les plus défavorisés, non, ce qu’ils ne supportent pas c’est que d’autres qu’eux profitent de cet argent.

Pensent-ils vraiment qu’ils sont meilleurs que les autres et qu’ils le méritent ? Ne se rendent–-ils pas compte que sans la puissance publique, ils ne sont rien ? Depuis les infrastructures, route, énergie,  assainissement, en passant par la formation de leur personnel et sans oublier les juteux marchés publics, tout ce qu’ils ont, ils nous le doivent directement ou indirectement.

Non contents de vouloir de plus en plus d’argent sous forme de subventions, ils demandent  constamment des réductions d’impôts ou de cotisations, pour être compétitif et stopper le chômage, parait-il ! Alors que cette politique n’a pas réduit le chômage, mais l’a au contraire augmenté. Quand à la compétitivité, elle est sérieusement plombée par les rémunérations et les dividendes qu’ils se distribuent allégrement ! Si eux ont besoin de nous, nous, nous n’avons pas besoin d’eux, ils ne servent à rien, ne créent rien, ne produisent rien, ils vivent seulement du fruit de notre travail. Il est grand temps de les mettre à la porte et de réquisitionner ce qu’ils nous ont pris. Ces riches peuvent partir ou ils veulent, mais avant, il leur faut rendre ce qu’ils nous ont volé ! Alex TERRIEUR Posté par 2ccr le 6 juillet 2013

« Tout État génère une classe parasite. » …BAKOUNINE

http://2ccr.unblog.fr/2013/07/06/des-privilegies-gaves-d-argent-public/

06 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Obama en Afrique : derrière la « com »

Obama en Afrique : derrière la « com » dans International obama-imperialism1

Pour un impérialisme cool!

S’il est bien compréhensible après des siècles de racisme et d’humiliation que les Africains aient eu un sentiment de fierté qu’un homme dont le père est Kényan puisse accéder à la tête de la première puissance mondiale, la déception fut à la hauteur des espoirs.

Comme pour le reste, Obama s’est inscrit dans le sillon des politiques africaines précédentes sans apporter une quelconque note positive. Lors de sa tournée en Afrique, il évitera soigneusement le Kenya, où se trouve la tombe paternelle, mais dont le dirigeant Kenyatta est inculpé par le tribunal pénal international pour crime contre l’humanité. Il préférera le Sénégal, la Tanzanie et l’Afrique du Sud, afin de donner une image des États-Unis soutenant la démocratie en Afrique. Mais on a affaire à une véritable opération de « com », doublée d’une parfaite hypocrisie.

Concurrence entre grandes puissances En effet, Washington reste un soutien de taille pour les dictatures des pays comme l’Éthiopie, le sud-Soudan, le Rwanda et l’Ouganda. Ces deux derniers soutiennent des milices qui se rendent coupables des pires violations des droits humains contre les habitants notamment au Kivu dans la partie nord-est du Congo Kinshasa. L’existence d’une dictature à Dji- bouti ne semble pas non plus gêner l’administration d’Obama, Djibouti où est installée une base de l’armée américaine alors que récemment les sbires de Guelleh ont torturé à mort un jeune opposant(1).
Mais derrière ce voyage particulièrement médiatique se cache un autre enjeu: contrecarrer le poids important de la Chine sur le continent. En effet, cette présence est un élément majeur de la décennie, comme en témoigne l’importance des échanges économiques qui s’élèvent à 160 milliards de dollars. Les États-Unis poursuivent un double objectif en Afrique : permettre une plus grande diversification de leurs sources d’approvisionnement – notamment énergétique – et lutter contre le terrorisme. Si ce dernier point n’est pas nouveau, avec la mise en place en 2008 du commandement militaire unifié pour l’Afrique (Africom), cette tendance s’est largement renforcée notamment avec l’implantation de bases US au Sahel après l’intervention française au Mali.

Paul Martial
1. http ://www.afriquesenlutte.org/afrique-de-l-est/djibouti/article/sahal-djibouti-ali-youssouf-24-ans

Jeudi 4 juillet 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 202 (04/07/13)

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin