Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Coup de tabac pour Marine (LCE)

Coup de tabac pour Marine (LCE) dans Antifascisme logo-canard

marine2 dans Antifascisme

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Les militant-e-s malien-ne-s opposé-e-s à l’intervention française doivent pouvoir venir en France s’exprimer ! (AL)

Les militant-e-s malien-ne-s opposé-e-s à l’intervention française doivent pouvoir venir en France s’exprimer ! (AL) dans International aminata-241x300

Aminata Traoré (ancienne ministre démissionnaire de la culture du Mali, initiatrice de l’appel des Femmes du Mali contre la guerre), a été invitée à Paris pour exposer ses prises de position contre l’intervention française au Mali, lors d’une réunion publique prévue le 22 avril à l’AGECA et intitulée « Non à la guerre au Mali ! Retrait des troupes ! ».

Lors du Forum Social Mondial de Tunis, elle déclarait en effet : « La guerre qui a été imposée aujourd’hui au Mali n’est pas une guerre de libération du peuple malien, mais une guerre de pillage des ressources. Je regrette que nombre de militants se trompent de défi en soutenant une guerre qui est une guerre de positionnement pour une ancienne puissance coloniale ».

Aminata Traoré, qui s’est vue accorder un visa pour se rendre à Berlin du 17 au 19 avril, a été informée par l’ambassade d’Allemagne que la France a empêché l’obtention d’un visa pour tous les pays Schengen. Comment ne pas faire le lien entre les convictions politiques d’Aminata Traoré et le fait qu’elle soit persona non grata en France ?

Cette censure d’une militante antiguerre malienne est scandaleuse. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’Etat français procède de la sorte, puisque Oumar Mariko, Secrétaire Général de SADI (Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance), a été renvoyé au Mali au printemps 2012 alors qu’il était en transit à Roissy pour se rendre aux USA. Il n’a toujours pas la liberté de circuler à l’heure actuelle.

Nous exigeons du Quai d’Orsay de ne pas faire obstruction à la venue en France de ces militantEs, aujourd’hui comme à l’avenir.

Premiers Signataires :

Alternative Libertaire (AL), Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique (AFASPA), Emergence, Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti des Indigènes de la République (PIR), Sortir du Colonialisme.

http://alternativelibertaire.org/spip.php?article5289

 

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Brest. La grève des transports poursuivie (OF)

Brest. La grève des transports poursuivie (OF) dans Brest et région tram-bmo1

Social samedi 20 avril 2013

Cent cinquante salariés de Bibus, réunis en assemblée générale ce samedi matin, ont décidé la poursuite du mouvement de grève lancé par la CFDT, le syndicat majoritaire dans l’entreprise de transport en commun de l’agglomération de Brest. Le préavis de grève court jusqu’à fin juin. S’ils décident de se mettre en grève d’ici-là, les conducteurs devront respecter un délai de prévenance de 48 h. Ce samedi, aucun tram ne circule, ni aucun bus de la compagnie. Le mouvement porte essentiellement sur des revendications salariales.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Brest.-La-greve-des-transports-poursuivie_40779-2185447——29019-aud_actu.Htm

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Penmarch Tir de missile stratégique début mai au large (OF)

Penmarch Tir de missile stratégique début mai au large (OF) dans Antimilitarisme m51-300x150
*
Sécurité samedi 20 avril 2013

Deux demi-sphères blanches, qui ressemblent fort à des radars de poursuite de tir, sont installées depuis le début du mois au pied du sémaphore de Penmarc’h. Le même matériel qui, en juillet 2010, avait précédé le tir d’un missile stratégique de type M51 à bord du sous-marin Le Terrible au large de Penmarc’h.

Week-end ou jour férié

Le tir de ce missile mer-sol balistique intercontinental, de 8 000 km de portée, n’avait échappé à personne. Vendredi, l’Amiral Jean-Pierre Labonne, préfet maritime, a annoncé à la commission langoustines du Comité départemental des pêches au Guilvinec que le tir était prévu pour le début du mois de mai.

La date exacte ainsi que le périmètre de sécurité maritime de six milles autour du point de tir seront communiqués aux navigateurs par Avurnav (avis d’urgence aux navigateurs). On sait juste que ce tir sera effectué un week-end ou un jour férié, où les pêcheurs ne sont pas en mer. En revanche, les pêcheurs ont dû renoncer à une demi-journée de travail pour permettre la bonne tenue de la répétition générale qui précédera le tir.

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Tir-de-missile-strategique-debut-mai-au-large-de-Penmarc-h_40818-2185569_actu.Htm

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Portrait de la France qui bosse « au noir » (OF)

Portrait de la France qui bosse « au noir » (OF) dans Crise prolongeau
*
dimanche 21 avril 2013 Entretien avec Hubert Prolongeau, 51 ans, journaliste et écrivain.

D’où vient l’expression, « travail au noir » ?

Du Moyen Âge, semble-t-il, lorsque les serfs allaient travailler en cachette du seigneur, discrètement, à la tombée de la nuit, donc au noir.

Qu’est ce qui vous a donné l’idée de cette enquête ?

La prise de conscience que nous étions tous concernés plus ou moins. Qui n’a pas payé de petits travaux de la main à la main ? Employé une baby-sitter de même ? Il y a le petit coup de main récompensé et le travail au noir structuré. J’ai voulu rencontrer ces travailleurs cachés, silencieux.

Vous avez payé de votre personne ?

Je me suis, en effet, fait embaucher dans le bâtiment, sur un chantier de construction, alors que je ne suis pas spécialement taillé pour cela. J’avais remarqué des groupes d’hommes stationnant chaque matin devant de grands magasins de bricolage. Une sorte de nouveau marché aux esclaves. Ces hommes se proposent à la tâche. Les camionnettes des entreprises passent tôt, dès 7 h 30, et embauchent au gré des besoins.

Beaucoup d’immigrés sans doute ?

Oui, mais le travailleur au noir n’est pas forcément un sans-papiers. On y retrouve notre célèbre plombier polonais. D’un côté les Blancs, de l’autre les Africains. J’ai vécu cette vie de tâcheron, mais dès l’instant où j’ai demandé à être déclaré, j’ai été viré illico.

Existe-t-il un hit-parade des secteurs qui font du « black » ?

L’Urssaf en dresse un. Avec le bâtiment, l’hôtellerie-restauration, le petit commerce alimentaire, le gardiennage… Très peu de secteurs sont indemnes. Il y a des intellectuels précaires, des intermittents du spectacle payés au noir, des nègres dans l’édition payés au noir. Des nounous, des employées de maisons, comme ces jeunes Philippines exploitées dans les beaux quartiers de Paris.

Ce travail au noir se développe-t-il avec la crise ?

Je ne suis pas économiste. Mais on serait passé de 5 % de la richesse nationale produite au noir, à 10 %. J’ai rencontré des retraités qui, du fait de leurs maigres retraites, s’adonnent à de petits travaux payés de la main à la main. Certains chômeurs de longue durée n’ont pas d’autre choix pour survivre. Mais vous avez aussi des avocats, des chirurgiens qui demandent une rallonge discrète aux familles…

Comment se justifient les employeurs rencontrés ?

Beaucoup mettent en avant la simplicité. J’ai un vieil ami restaurateur qui m’a expliqué qu’en fin de saison, s’il a encore besoin de quelques bras, c’est trop compliqué de passer par un contrat d’embauche. Personne ne vous dit : j’emploie au noir parce que je peux virer les gens comme je l’entends. Certains petits employeurs pris à la gorge n’ont parfois pas d’autre choix. Et puis existe une certaine mentalité poujadiste : l’État me pique des impôts, je me rattrape.

Certaines grandes entreprises y font appel ?

Rarement de façon directe, mais tout un système de sous-traitance le permet. Je raconte l’histoire de Flamanville et de ces grands chantiers dont la main-d’oeuvre passe d’un pays à l’autre. Là, on avait fait appel à une société chypriote qui employait des Polonais. Les contrats sont tellement tirés qu’une partie du travail ne peut se faire qu’au noir. Le donneur d’ordre, à l’abri, s’en lave les mains. Sauf s’il y a des accidents mortels sur le chantier.

Les inspecteurs du travail ont-ils les moyens d’intervenir ?

Ceux que j’ai rencontrés se disent de plus en plus démunis, de moins en moins nombreux.

Une part de cette activité au noir n’offre-t-elle pas une flexibilité nécessaire au marché du travail ?

C’est la grande question. Les frontières sont floues entre ce qui relève d’une forme d’entraide temporaire, d’une économie de survie par temps de crise et ce qui est structurellement organisé. On ne peut pas mettre dans le même sac le taxi clandestin, la femme de ménage sans contrat, l’étudiante qui se prostitue et l’entreprise de pizzas qui n’emploie que des livreurs au black.

Avec la fraude fiscale, cela gangrène certains pays ?

On pourrait citer la Grèce, l’Italie… et de multiples pays hors Europe. Le travail au noir fragilise le droit du travail, prive l’État, c’est-à-dire nous tous, de certaines ressources. Il ne faut pas se laisser abuser par le côté parfois pittoresque de cette économie parallèle.

Recueilli par Bernard LE SOLLEU.

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Notre-dame des Landes. Repli stratégique des gendarmes (OF)

Notre-dame des Landes. Repli stratégique des gendarmes (OF) dans Luttes écolos en Bretagne 040_0011-300x143

 dimanche 21 avril

Les forces de l’ordre ont quitté la zone de Notre-Dame-des-Landes, qu’ils surveillaient jour et nuit depuis six mois… Il est pour autant interdit aux opposants de « tenir » les carrefours.

Dès 4 h du matin, hier, les Zadistes (les opposants qui campent sur l’emprise du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes) criaient victoire, dans un mail circulaire adressé aux rédactions : « Le carrefour de la Saulce est sous contrôle des Zadistes. Ils entendent le garder et préserver ainsi la libre circulation de tous. »

Un geste d’apaisement

Ce carrefour n’a pas été gagné dans une bataille rangée, comme on a pu en voir, lundi dernier. Ce sont les gendarmes qui, dans la nuit, ont levé le camp. Délaissant les axes routiers stratégiques qu’ils gardaient depuis près de six mois. Ce geste d’apaisement se situe dans la suite logique du travail des commissions qui ont rendu leurs rapports cette semaine, expliquait, hier matin, le directeur de cabinet du préfet, Patrick Lapouze. « C’est simplement la fin d’un dispositif exceptionnel pour revenir à une présence plus normalisée. »

Les autorités estiment que l’objectif « à court terme » est « de mettre en oeuvre les préconisations des différentes commissions ». « Après concertations avec les partisans et opposants institutionnels », un « consensus » semble s’être dégagé : « Cet objectif peut être atteint sans la présence permanente des gendarmes, dans un climat constructif. »  On peut donc lire ce repli stratégique comme une condition. Si tout se passe en « bonne intelligence », pas de forces de l’ordre. Mais au moindre « incident », « les gendarmes sont prêts à intervenir immédiatement ». Par incident, il faut comprendre que « la libre circulation des habitants de la zone ne doit pas être entravée. »

Autrement dit, pas question de laisser les Zadistes « tenir » les carrefours. En outre, les arrêtés préfectoraux interdisant le transport de matériaux destinés à la construction de nouvelles cabanes restent « d’actualité ».

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Notre-dame-des-Landes.-Repli-strategique-des-gendarmes_55257-2185660_actu.Htm

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Côtes-d’Armor Mariage gay. Lettre ouverte de l’asso LGBT au député Marc Le Fur (LT)

Côtes-d'Armor Mariage gay. Lettre ouverte de l'asso LGBT au député Marc Le Fur (LT) dans LGBT drapeau_gay_breton-300x198

20 avril 2013 à 16h34

Hier, le président, le bureau et les membres de l’association lesbienne, gay, bi et trans (LGBT) d’Armor ont adressé une lettre ouverte au député UMP Marc Le Fur. «Quand il s’est agi de critiquer le projet de loi ouvrant le mariage aux homosexuels, vous avez su vous exprimer publiquement. C’est votre droit et nous le respectons. Aujourd’hui, alors que des homosexuels, que vous dîtes respecter, sont insultés, agressés, menacés de mort (eux ou ceux qui défendent leur cause) par des gens qui se réclament de vos idées, pourquoi vous taisez-vous, comme vos collègues parlementaires ? Pourquoi n’exprimez-vous pas fortement votre désaccord et votre condamnation ? Nous n’osons croire que vous seriez d’accord avec les actes que se sont déroulés de Paris à Rennes. Nous attendons votre condamnation de tels actes ».

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/mariage-gay-lettre-ouverte-de-la-lgbt-au-depute-marc-le-fur-20-04-2013-2077883.php

21 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Nantes. Un millier de manifestants contre l’homophobie (LT)

Nantes. Un millier de manifestants contre l'homophobie (LT) dans LGBT mobili-generale-ok1-300x119

20 avril 2013 à 19h22 -

Un millier de manifestants ont investi cet après-midi la place Royale à Nantes pour dénoncer les actes d’homophobie qui sont intervenus ces derniers jours en France ainsi que les « dérapages verbaux » entourant ceux-ci et le débat sur le mariage pour tous.

Aujourd’hui, l’association lesbienne, gay, bi et trans d’Armor a également adressé une lettre ouverte à Marc Le Fur pour lui demander de condamner les agressions homophobes après ses prises de position radicales à l’assemblée nationale.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/nantes-un-millier-de-manifestants-contre-l-homophobie-20-04-2013-2077921.php

20 avril 2013 ~ 0 Commentaire

« Ayraultport » : sous les rapports, la Zad

« Ayraultport » : sous les rapports, la Zad dans Luttes écolos en Bretagne affiche-nddl_0.preview1-300x215

Les trois commissions – agriculture, expertise scientifique et dite « de dialogue » – mandatées par Ayrault pour tenter de mettre fin à la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont donc rendu leurs rapports. Prochaine étape de la mobilisation : la chaîne humaine du 11 mai.


Sans surprise, chaque partie y trouve repris ses arguments, à tel point que la litanie des communiqués a des allures de match nul. C’est l’effet recherché : une trêve démobilisatrice, un faux-semblant de concertation qui revient à justifier des choix politiques et économiques derrière des arguments techniques. Ce qu’on pourrait appeler la technocratie participative… Car le gouvernement ne renonce pas à l’« Ayraultport », dont les travaux pourraient être repoussés après les élections municipales.
Pour autant, si le gouvernement suivait réellement les recommandations des commissions comme il s’y est engagé, le projet serait reporté bien loin. La liste des recommandations d’études complémentaires et de révisions est telle qu’il lui faudrait entièrement réviser le projet : les certitudes économiques des élites locales sont devenues dans le rapport de simples hypothèses, voire des objectifs dépendant des perspectives économiques. Les aménagements de transport et de la Zad elle-même sont à revoir. Quant aux « compensations environnementales », elles sont carrément invalidées. Le gouvernement est cependant capable d’ ignorer superbement ces recommandations : pour lui comme pour la droite et le patronat locaux, la démocratie est une simple affaire de communication. C’est notre mobilisation qui les contraindra à abandonner ce projet.
« La Zad est à nous » !
Espoir qui reste bien vivant du côté des opposantEs, zadistes, paysans et leurs soutiens. Samedi 13 avril, 3 000 personnes se sont retrouvées sous la pluie et outils à la main, pour l’opération « Sème ta Zad » : une remise en culture des terres expropriées qui doit permettre à terme aux occupantEs de vivre de leur production maraîchère. L’alliance des agriculteurs-paysans et des zadistes est au cœur de la lutte, au cœur de l’occupation d’un territoire réclamé à la fois par l’État et Vinci, au cœur d’un espoir : « que nos vies, nos habitats, nos champs ne soient plus broyés par les logiques marchandes et par les visions stériles de l’aménagement du territoire ».
La situation se tend, comme l’a montré l’intervention policière lundi 15 avril. Pour faire céder Vinci et le gouvernement, il est crucial de renforcer la mobilisation, et en particulier l’occupation de la Zad. Nous serons des dizaines de milliers à y contribuer le 11 mai prochain lors la grande chaîne humaine autour de la Zad.


Bertrand Achel et Claudine Jégourel
http://www.chaine-humaine-stop-aeroport.org

Samedi 20 avril 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 191 (18/04/13)

20 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Nord Pas-de-Calais : à qui profitent les affaires du PS ?

Nord Pas-de-Calais : à qui profitent les affaires du PS ? dans Hollandie kucheuda-270x300

Six mois de prison avec sursis et 70 000 euros d’amende ont été requis la semaine dernière contre Jean-Pierre Kucheida, « le baron du bassin minier » et ancien député-maire socialiste de Liévin.


Le chef d’accusation est « abus de biens sociaux » en tant que président de la Soginorpa, le bailleur social gestionnaire d’anciens logements miniers. Ce n’est que le premier des quatre procès qui attendent Kucheida, accusé aussi de financement occulte de la section PS de Liévin (la plus grosse section de la puissante fédération du Pas-de-Calais) ou de l’attribution de marchés publics, notamment à une société gérée par son fils. L’affairisme gangrène la vie politique locale : bijoux, virées à Abou Dhabi dans le Falcon de Serge Dassault, repas gastronomiques avec des maires PS ou UMP… Le tout au nom de la valorisation de logements sociaux ! Des pratiques qui ont amené le procureur à parler d’un « vol chic, un vol de bourgeois sans violence, presque imperceptible. »
Des règlements de compte ?
Les scandales à répétition qui éclaboussent depuis des années la fédération PS du Pas-de-Calais, le dégoût suscité, ont nourri le FN. Le 27 mai prochain s’ouvrira le procès de Gérard Dalongeville, ancien maire d’Hénin-Beaumont, l’actuel fief de Marine Le Pen, accusé avec vingt autres personnes de « détournements de fonds publics », « faux et usage de faux » et « favoritisme ». Dalongeville a demandé l’audition de François Hollande, à l’époque premier secrétaire du PS, tandis que Kucheida dénonce une machination et accuse Martine Aubry « de se venger de sa défaite aux primaires socialistes ».
Ils refusent de porter seuls le chapeau et voudraient même se transformer en chevaliers blancs de la lutte contre la corruption… Après « Rose mafia » où il décrivait le « système de corruption organisé par les élus socialistes » dans le Pas-de-Calais, Dalongeville sort cette semaine son nouveau livre « PS je t’aime moi non plus » sous-titré « quand les affaires rattrapent la gauche ». Ce fils spirituel de Kucheida, qui a annoncé sa candidature aux municipales de 2014, semble prêt à tout balancer pour retrouver « son » fauteuil de maire d’Hénin-Beaumont. Quitte à ouvrir un boulevard à l’extrême droite.
Jan Pauwels

Samedi 20 avril 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 191 (18/04/13)

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin