Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

09 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Une expo sur les fosses du franquisme refusée au Parlement européen (Rtbf)

Une expo sur les fosses du franquisme refusée au Parlement européen (Rtbf) dans Europe arton1021-25375-300x199

mercredi 8 mai 2013 à 13h49

Une exposition qui montre les fosses où avaient été jetés les opposants au franquisme, ou les simples gens qui ne plaisaient pas au « Caudillo », aurait dû se tenir au Parlement européen. Mais le parlement en a décidé autrement, au grand dam des organisateurs qui ne comprennent pas ce refus. L’exposition a été refusée par le Parlement européen au motif que les images étaient choquantes et qu’elles suscitaient une controverse. Les organisateurs y voient plutôt une pression sur le Parlement des partis conservateurs au pouvoir en Espagne. Le parti populaire ne voit en effet pas d’un très bon œil que l’on exhume les morts et l’Histoire d’Espagne avec eux.

Hier midi, des familles regroupées en association se sont rassemblées sur la place du Luxembourg pour protester contre la décision du Parlement européen de refuser cette exposition. Parmi elles, Raül Romeva (Eurodéputé, groupe des Verts) s’indigne : « Plus choquant que les images, c’est le silence. C’est pour ça que nous voulions montrer notre indignation par rapport au fait que cette exposition ne puisse pas être montrée dans la maison de la démocratie européenne« .

Un deuil difficile

Isabelle Durant (vice présidente du Parlement européen, groupe des Verts), regrette aussi cette décision. A ses yeux, dans ce cas précis, le règlement a été appliqué de manière trop stricte. On évalue à 110 000 le nombre de personnes jetées dans les fosses sous Franco. Pour beaucoup des descendants de ces personnes, il est difficile de faire le deuil, et donc de tourner la page, sans connaître la vérité. Beaucoup aspirent simplement à pouvoir enterrer dignement leurs ancêtres.

L’expo « L’exhumation des fosses, la récupération des dignités » se tiendra jusqu’au 23 juin prochain aux Halles Saint Géry à Bruxelles.

RTBF http://www.rtbf.be/info/dossier/toute-l-info-europeenne-de-la-rtbf/detail_une-expo-sur-les-fosses-du-franquisme-refusee-au-parlement-europeen?id=7990400

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

L’Union ouvrière de Flora Tristan

L'Union ouvrière de Flora Tristan dans Féminisme flora

Publié par la militante révolutionnaire Flora Tristan en 1843,

cet ouvrage est désormais disponible sur Gallica.fr. Sa lecture est facile et gratuite sur le web. L’intérêt principal de ce petit livre est de prêcher l’union des prolétaires et des femmes contre la société de classe et l’ordre patriarcal. Flora Tristan, influencée par la doctrine de Saint-Simon et la militante féministe Mary Wollstonecraft, poussa son engagement révolutionnaire jusqu’à tenter pour la première fois de susciter l’union organisée des prolétaires, à travers un tour de France et ce petit livre : l’Union ouvrière, qui connut alors un grand succès.
Femme libre, partisane du divorce et des droits des femmes à disposer d’elles-mêmes, elle est également l’auteure des Pérégrinations d’une Paria. Avant Marx, on trouve chez elle une première approche de la lutte des classes, intrinsèquement liée à la lutte des femmes pour leur émancipation. Pour l’auteure la seule issue pour établir l’égalité entre les hommes et les femmes passe par la destruction de la société de classes. Elle écrit : « Jusqu’à présent, la femme n’a compté pour rien dans les sociétés humaines. Qu’en est-il résulté ? Que le prêtre, le législateur, le philosophe, l’ont traitée en vraie paria. […] De même, pendant six mille ans, les sages des sages ont porté un jugement non moins terrible sur une autre race de l’humanité : les prolétaires […] Or donc, tâchez de bien comprendre ceci : la loi qui asservit la femme et la prive d’instruction, vous opprime, vous, hommes prolétaires ».
À l’heure où le pouvoir socialiste communique sur l’égalité salariale entre hommes et femmes tout en appliquant une politique de droite qui brise les droits des salariés, cette lecture rafraîchissante offre un démenti cinglant. De ce fait, l’Union ouvrière est une lecture actuelle, utile et salutaire, en dépit du siècle et demi qui nous sépare de sa première publication.

Essai : l’Union ouvrière de Flora Tristan, Gallica.fr, gratuit
T. Schoumaker

Lundi 6 mai 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 193 (01/05/13)

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Allemagne : Le vrai procès de la NSU reste à faire (Die Welt)

Allemagne : Le vrai procès de la NSU reste à faire (Die Welt) dans Antifascisme

Benedicte

A peine ouvert, le procès de cinq membres du groupuscule néo-nazi a de nouveau été reporté. Mais il ne faut ni s’attendre à toute la lumière sur le terrorisme d’extrême droite, ni oublier le vrai scandale de cette affaire : l’incompétence et l’aveuglement des autorités.

Le procès qui s’est ouvert le 6 mai à Munich [et a été suspendu à la demande de la défense] n’est pas le procès de la NSU [Nationalsozialistischer Untergrund, Clandestinité nationale-socialiste]. Pas plus que le procès de Nuremberg de 1945-46 ou le procès d’Auschwitz à Francfort, de 1963 à 19­65, n’ont été les procès du national-socialisme, et pas plus que le procès de Stammheim (1975-77) n’a été celui de la Fraction armée rouge. Chaque fois, il s’est agi – et c’est le cas encore aujourd’hui – de juger des accusés individuels, nazis et terroristes de droite et de gauche. Munich sera le procès de Beate Zschäpe et d’autres néonazis. Rien de plus, rien de moins. Un tribunal a la capacité et le devoir de déterminer la responsabilité individuelle de chacun et de punir les coupables – il n’est pas habilité à juger une époque ou une idéologie, ni son enracinement dans la population. Cela peut en décevoir plus d’un. Car ceux qui se présentent à la barre sont généralement des individus tristes, déboussolés, butés – ni impressionnants, ni monstrueux, mais très petits. Si on les regarde dans les yeux, on ne voit pas le mal et ses mobiles.

Obstination coupable

C’est pourquoi le battage suscité par le procès de Munich bien avant son ouverture est un peu exagéré. Car ce procès, qui semble déjà vain, ne permettra pas de dévoiler ce qu’attend avec avidité une partie de l’opinion. Il dote inévitablement la principale accusée d’une personnalité intéressante et énigmatique qu’elle n’a visiblement pas – d’après ce que l’on sait, malgré son silence. Encore une fois, le mal est banal, et l’on refuse de l’accepter. C’est ainsi que l’opinion, aussi scrutatrice soit-elle, risque de ne pas voir le vrai scandale. Le scandale, c’est qu’il a fallu toutes ces années pour comprendre et élucider les meurtres de la NSU – alors que le mobile, comme il est aisé de s’en rendre compte a posteriori, était limpide.

De 2000 à 2006 au moins, des meurtriers ont sillonné l’Allemagne, assassinant des gens très clairement pour la seule raison qu’ils étaient d’origine étrangère ou d’anciens immigrés. Les motivations racistes de ces homicides sautent aux yeux aujourd’hui. On sait aujourd’hui qu’il aurait dû être clair, après le deuxième, au plus tard après le troisième meurtre, dans quelle direction il fallait orienter l’enquête : vers les milieux d’extrême-droite. Au lieu de quoi, les services chargés de l’enquête se sont obstinément attardés sur une autre piste. Certes, ils avaient fait le lien entre les neuf homicides, mais ce lien jetait d’emblée le discrédit sur les victimes, sans aucune justification, les assimilant à des malfaiteurs. Si tous sont étrangers ou d’origine étrangère, supposait-on, il y a de fortes chances qu’ils soient eux-mêmes des criminels. Encore une fois, le fait qu’il s’agissait d’un acte d’ostracisme délirant saute aux yeux a posteriori : les victimes ont été dissociées des Allemands de souche qui, eux, sont intègres et ne fraient pas avec les criminels.

Le fait que sept des neuf personnes assassinées étaient des entrepreneurs n’a pas été interprété comme le signe de la réussite de ces immigrés qui avaient eu le courage de se mettre à leur compte, mais simplement comme un indice laissant supposer qu’il s’agissait forcément d’affaires louches et que les individus assassinés étaient sans doute les victimes de règlements de comptes au sein de la communauté turque. Les néologismes associés à l’affaire – « Döner-Morde » [littéralement, "meurtres de vendeurs de kébab"] , « commission ‘Bosphore’ » [pour désigner la commission chargée de l’enquête] – parlent d’eux-mêmes, avec leurs consonances réductrices et diffamantes.

Evidence ignorée

Cette consternante méconnaissance de la réalité, les ratés de l’enquête, la destruction abracadabrante de documents et l’échec de l’Office de la protection de la Constitution, notamment en Thuringe, ont hélas permis à la série de se poursuivre. Le président du tribunal munichois a sa part de responsabilité dans le ridicule dans lequel se retrouve la justice allemande. Il n’a pas saisi la perche que lui tendait la Cour constitutionnelle – de libérer trois places supplémentaires pour les journalistes turcs [dans la salle d’audience]. En essayant de tenir ainsi les journalistes judiciaires à l’écart, il a une nouvelle fois fait la preuve qu’il n’avait pas saisi toute l’importance de ce procès. Aucun autre pays au monde ne s’est confronté de manière aussi systématique et volontaire à un lourd passé criminel. On le doit à des fonctionnaires infatigables, par exemple l’ancien procureur général de Hesse, Fritz Bauer, un juif revenu s’installer en Allemagne et sans qui le procès d’Auschwitz à Francfort n’aurait pas eu lieu. Et le mérite en revient également à une opinion qui a osé le débat et qui – tardivement, certes – a fait du national-socialisme un passé qui ne peut et ne doit pas être occulté. C’est une bonne chose, et le pays peut en être fier. Pour autant, cette conscience du passé et cette autocritique n’ont pas empêché la justice et les médias de garder des œillères pendant des années et de passer à côté de l’évidence au sujet de ces homicides. Il n’est pas facile de conjuguer au présent les leçons du passé.

Traduction : Jean-Baptiste Bor 7 mai 2013 Die Welt Berlin

Commentaire: On voit bien que c’est un journal de droite, mais les infos sont intéressantes.

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Irlande : avortement, le débat sans fin (Politis)

Irlande : avortement, le débat sans fin (Politis) dans Europe prochoice1-289x300

Sujet récurrent depuis une vingtaine d’années, le débat sur l’avortement fait son retour en Irlande avec un projet de loi visant à autoriser une interruption de grossesse lorsque la vie de la mère est en danger.

L’Irlande est, avec Malte, le dernier pays de l’Union européenne à considérer l’avortement comme illégal. Dans ce pays toujours attaché aux valeurs catholiques, l’avortement est un crime passible d’emprisonnement à perpétuité (durée que le Premier ministre Enda Kenny entend abaisser à 14 ans).  Le gouvernement vient de rouvrir timidement le débat la semaine dernière, avec une proposition de loi légalisant l’avortement lorsque la vie de la mère est en danger. Cette proposition fait suite à la mort d’une dentiste indienne, décédée d’une septicémie en octobre dernier après s’être vu refuser un avortement : Savita Halappanavar, 31 ans, avait demandé d’avorter pour éviter une fausse-couche, mais les médecins ont refusé tant que le cœur du fœtus battait encore, de peur d’aller à l’encontre de la loi. La mort de la jeune femme a provoqué des protestations au-delà des frontières irlandaises contre une législation jugée trop stricte.  Avec son projet de loi, le gouvernement cherche à faire appliquer une décision rendue par la Cour Suprême en 1992 qui autorisait l’avortement lorsque la vie de la mère était mise en danger par la grossesse. En absence de loi, femmes et personnel médical sont dans une situation de flou depuis plus de 20 ans, ne sachant pas clairement ce qui est légal et ce qui ne l’est pas. Selon le Premier ministre, le projet de loi va « clarifier les circonstances selon lesquelles un médecin peut intervenir lorsque la vie de la femme enceinte est en danger ».

« Un droit constitutionnel déjà existant »

Mais certains députés du parti au pouvoir, Fine Gael (centre-droit), ainsi que de nombreux militants « pro-life », ont déjà émis des réserves : ils s’opposent notamment à une mesure qui autoriserait l’avortement lorsque la femme est gravement dépressive, craignant que ce ne soit une porte ouverte à « l’avor tement à la demande ». Le Premier ministre assure que le nouveau projet de loi ne fera que « garantir des droits constitutionnels déjà existants sans créer de nouveaux droits », ni aller à l’encontre des différentes restrictions sur l’avortement.  Un sondage Ipsos commissionné par le quotidien Irish Times en février 2013 montre que près des 3/4 des personnes interrogées sont en faveur d’une loi permettant l’avortement lorsque la vie de la mère est en danger (en incluant le risque de suicide). 11% sont contre tandis que 18% n’ont pas d’opinion sur la question. Le sondage montre aussi que l’avortement en cas de viol ou d’inceste ainsi qu’en cas d’anormalités du foetus est soutenu par près de 80% des répondants. En revanche, près de deux tiers des personnes interrogées sont contre « l’avortement sur demande ».

Pour la majorité des femmes souhaitant recourir à un avortement, la proposition de loi ne changera pas grand-chose puisqu’elle maintient l’interdiction en cas de viol, d’inceste, d’anomalies du fœtus ou de difficultés socio-économiques. Dans ces cas-là, la seule solution pour interrompre leur grossesse est d’aller ailleurs en Grande-Bretagne ou à l’étranger, lorsque les femmes en ont les moyens.  Selon le Ministère de la Santé britannique, elles seraient plus de 4 000 Irlandaises à s’être rendues en Angleterre pour avorter en 2011. Au cours des 30 dernières années, elles seraient au moins 150 000. Mais l’Association irlandaise pour le planning familial rappelle que ces chiffres restent des estimations puisque certaines femmes ne communiquent pas leur adresse irlandaise pour des raisons de confidentialité. Paradoxalement, le débat sur l’avortement a lieu alors que la légalisation du mariage entre personnes de même sexe s’apprête à devenir une réalité en Irlande. Une convention constitutionnelle composée de 66 citoyens et de 33 politiciens s’est prononcée à 79 % en faveur du mariage pour tous en avril dernier. Un référendum sera organisé en 2014, probablement après les élections locales et européennes.

http://www.politis.fr/Irlande-avortement-le-debat-sans,22058.html

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Une promesse vite amnistiée (Lce)

Une promesse vite amnistiée (Lce) dans Hollandie logo-canard

amnistie-canard dans Hollandie

http://blog-de-canard.blog4ever.com/blog/articles-cat-442415-729155-le_canard_du_30_04_2013.html

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Cérémonie du 8 mai 1945

Cérémonie du 8 mai 1945 dans Brest et région img_2199

8-mai-2013 dans Justice & libertés

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

De la lutte à la scène politique (JDD)

De la lutte à la scène politique (JDD) dans A gauche du PS 753683_menahes-300x203 Pierre Le Ménahès

Ils ont lutté de Florange à Clairvoix en passant par Lorient. Aujourd’hui, ces héros éphémères de la crise se cherchent un futur au service de la République.

Depuis plus de deux ans, on suit leurs combats. Qui ne se souvient d’Édouard Martin, casque blanc et gilet orange dans le froid, au pied des hauts-fourneaux de Florange ou au petit matin à Bercy en train de partager un croissant avec Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif? Figure emblématique de la CFDT d’ArcelorMittal et visage de l’acier lorrain en crise. Et puis on l’a revu, crevant l’écran dans On n’est pas couché face à Laurent Ruquier, cette fois en auteur*. Avant lui, Pierre Le Ménahès, ancien métallo de la SBFM (devenue Fonderie de Lorient) et délégué CGT avait mené la lutte pour sauver les fondeurs de son entreprise. Mission accomplie puisque Renault reprendra la fonderie en 2010. Comme Édouard Martin, Pierre Le Ménahès a eu son heure de gloire cathodique sur TF1, dans Paroles de Français, frondeur à souhait face à un Nicolas Sarkozy en responsabilité. Moins, toutefois, que Xavier Mathieu, le cégétiste leader des Conti mobilisés pour sauver leurs emplois à Clairvoix (Oise) en 2009. Avec ses copains, il n’hésitait pas à brûler des pneus et avait saccagé la sous-préfecture de Compiègne. Depuis, il est intermittent du spectacle et interprète des rôles de syndicalistes.

Être des gisements de voix

Tous avouent réfléchir à une suite. Pas dans l’entreprise, où ils sont « cramés » sans pour autant l’être dans leur syndicat. « Les organisations syndicales sont encore pétries de valeurs fondées sur la préservation de l’outil de travail. On astique les machines pour la reprise. On ne les détruit pas. Or, depuis les Conti, on n’hésite pas à casser l’usine. Les leaders de ces mouvements deviennent des membres déviants, mal acceptés par leur appareil », raisonne le sondeur d’Ipsos, Jean- Marc Lech. Mais leur médiatisation en a fait de « bons clients » pour la République. Les partis politiques l’ont compris qui les courtisent. « Ils ont su capter l’intérêt des médias dans la mise en scène de leurs combats. Pour les partis, ce sont des héros de la France en crise », analyse le chercheur Dominique Andolfatto. Xavier Mathieu ne dit pas le contraire : « Depuis quatre ans, tous sont venus me voir. Ils me disent que je représente quelque chose. Mais ça ne m’intéresse pas. Je crois plus au combat que l’on mène dans la rue. » Lui pourrait toutefois s’engager s’il y avait un front uni de la gauche absorbant le NPA et les Verts, « un vrai parti de terrain ». « Beaucoup de Français se sont reconnus dans le combat de l’acier. Je pourrais être un gisement de voix », estime Édouard Martin.

Le Ménahès au NPA? Martin au PS?

Pierre Le Ménahès, lui, est presque décidé. En retraite depuis un an, il y pense presque tous les jours en se rasant. Olivier Besancenot, fondateur du NPA, lui fait des appels du pied. Les deux hommes devraient se revoir avant l’été pour parler de son adhésion. « Je me sens proche de ses idées. C’est un parti de militants. Je n’ai pas de prétention nationale mais cela m’intéresse de maintenir le lien avec les gens en lutte en Bretagne, notamment dans la filière automobile. » À condition de ne pas se faire récupérer. Édouard Martin jure être toujours « en réflexion ». Certains l’attendent chez Jean-Luc Mélenchon. Mais il n’a pas aimé son « coup de balai sur les élus de la République ». D’autres le voient plus sûrement rejoindre les rangs du PS. Il est proche d’Aurélie Filippetti, qui lui aurait volontiers légué sa circonscription en Moselle, et d’Arnaud Montebourg. Depuis qu’il a lancé l’hypothèse d’un engagement, il a reçu des messages d’encouragement. « Mais on m’a surtout taillé des costards », ajoute-t- il. Avec une quinzaine d’irréductibles de Florange, il voudrait inventer un nouveau mode de fonctionnement, comme les comités de quartier brésiliens. Une forme de démocratie directe. Il faudra en passer par un parti existant. « Sans étiquette, on n’a aucune chance d’avoir un mandat. » Édouard Martin l’imaginerait bien européen. Mais il réfléchit…

*Ne lâchons rien. Contre l’économie cannibale (Cherche Midi)

Bruna Basini – Le Journal du Dimanche 6 mai 2013  |  Mise à jour le 7 mai 2013

http://www.lejdd.fr/Societe/Social/Actualite/De-la-lutte-a-la-scene-politique-605914

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Rennes Semaine de 4,5 jours. Les directeurs d’école en grève des inscriptions (OF)

Rennes Semaine de 4,5 jours. Les directeurs d’école en grève des inscriptions (OF) dans Educ'action affiche-en3_0.preview-214x300

Mécontents des nouveaux rythmes scolaires à Rennes, la plupart des directeurs dans les écoles publiques refusent d’inscrire les élèves pour la prochaine rentrée. La Ville de Rennes doit s’organiser dans l’urgence.

La semaine des 4,5 jours n’en finit pas de faire des vagues à Rennes. Les écoles privées ont décidé de ne pas appliquer la réforme dès cette rentrée, préférant la reporter à 2014. Et dans le public, on vient d’apprendre que la majorité des directeurs fait la grève des inscriptions.

Aucune concertation

Jusqu’à présent, cette compétence leur était dévolue par délégation de la mairie. « Nous avons décidé de rendre à la ville ses attributions, explique Pascale Boucq-Roigt, présidente de l’Association des directeurs d’écoles publiques de Rennes (Adepur). Nous n’avons rien contre le bien-fondé de la réforme. Seulement, dans le cas de Rennes, les décisions ont été prises sans concertation. » De son côté, la Ville de Rennes réfléchit à une alternative pour les écoles où les directeurs n’assurent plus les inscriptions. « Notre priorité, c’est d’assurer la continuité et la qualité du service public, grâce à une solution de proximité », insiste Gwenaële Hamon, l’adjointe à l’éducation. Dans les prochains jours, une information « détaillée et très pratique » sera diffusée auprès des familles, pour leur indiquer la marche à suivre.

Éducation lundi 06 mai 2013

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Semaine-de-4-5-jours.-Les-directeurs-d-ecole-de-Rennes-en-greve-des-inscriptions_40823-2190138_actu.Htm

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Finistère Missile M51. Les pêcheurs dénoncent la « mer poubelle » (OF)

Finistère Missile M51. Les pêcheurs dénoncent la « mer poubelle » (OF) dans Antimilitarisme requins-300x254

Reportage. Il est 17 h. Le ballet des bateaux de pêche, rentrant au port, débute au Guilvinec. Mais le temps n’est pas au beau fixe sur le port.

Les marins ont appris hier matin le prolongement d’une zone sécurisée, interdite à la pêche, suite à l’échec du tir de missile M51 dimanche matin. « On est restreint, confie Jean-Baptiste Bongi, patron du Squale. Ce sont des zones de langoustines que l’on fréquente quasiment toute l’année. » À chaque bateau, sa réaction. Colère. Dépit. Résignation. Inquiétude. « Ça limite le travail et le champ de pêche, acquiesce, de son côté, Jean-Jacques Tanguy, président du comité des pêches du Finistère. C’est des emmerdements pour tout le monde. »

« Après le clapage, le missile. La coupe est pleine, tance Patrice Donnart, patron du Risten.

C’est une mer poubelle. » Les langoustiniers sont à la peine, alors que c’est la « grosse saison » du crustacé. « De mars à octobre, c’est la période des langoustines. Faut pas se louper », explique Yves Le Brenn, patron, avec son frère Olivier, de l’Oxalis, qui note aussi que l’hiver avait déjà été « catastrophique ». L’interdiction de pêcher dans cette zone de pêche est un vrai manque à gagner. Ne peuvent-ils pas aller ailleurs ? « Vers l’est, les Glénan », indique un pêcheur, mais ça ne va pas durer. Ils ont besoin de changer régulièrement de secteur. Les bateaux côtiers se trouvent limités. Ils ne peuvent aller au-delà des 20 milles nautiques (environ 37 kilomètres). « On paie les pots cassés de l’essai raté », déplore Jean-Baptiste Bongi.

Cette zone a été définie pour permettre le nettoyage des débris du missile. Les pêcheurs craignent de retrouver des morceaux dans leurs chaluts. « 56 tonnes tombées dans la mer, relève Yves Le Brenn avant de redouter. Ils ne pourront jamais tout récupérer. » « C’est beaucoup de travail en plus, à réparer les filets », glisse un pêcheur du Risten. Patrice Donnart dénonce le préjudice provoqué par cet essai, raté. « L’État doit indemniser les pêcheurs et nettoyer. »

Thibault QUARTIER. Marine mardi 07 mai 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Missile-M51.-Les-pecheurs-denoncent-la-mer-poubelle-_55257-2190423_actu.Htm

08 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Kokopelli lourdement condamné!

Kokopelli lourdement condamné! dans Ecologie & climat eeeee-300x264

Inculpation !

Voilà la méchante faute illégale de Kokopelli : conserver le levain des savoirs populaires, agronomiques et génétiques ancestraux !

A l’heure où l’on veut nous faire croire que le tout hybride/OGM/chimique/pétrole, sont les seules possibilités d’assurer notre alimentation, propager l’autonomie semencière par l’exemple est devenu répréhensible.

Ce qu’il faut retenir de ces condamnations, c’est la volonté affichée d’éradiquer les alternatives techniques et semencières autonomes …

Résistance : achetez vos graines, toutes vos graines, chez Kokopelli, Graines Del Païs (11) et le Réseau Semences Paysannes, tous les autres travaillant contre la liberté des semences et contre le droit des peuples à se nourrir !

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin