Archive | Syndicalisme

11 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

santé: sud finistère ( le télégramme)

manifestants-hopital-SUD

Les inquiétudes des comités de défense des hôpitaux du Sud Finistère perdurent

À leur tour, après le comité de défense de Morlaix, après la CGT 29, les comités de défense des hôpitaux de Douarnenez et Concarneau s’inquiètent de la situation des hôpitaux publics, inquiétude renforcée par la mise en route le 1er juillet dernier des GHT (Groupements Hospitaliers du Territoire) prévus par la loi Touraine qui fait peser de lourdes menaces sur l’accès aux soins.

Les comités de défense des hôpitaux tirent à nouveau la sonnette d’alarme.

Ils avaient rencontré le directeur de la délégation territoriale de l’Agence régionale de santé, le 1er juillet, à l’issue d’un pique-nique devant les locaux de la délégation. Les représentants des comités de défense des hôpitaux de Concarneau et Douarnenez demeurent inquiets quant à l’avenir des deux établissements.

Concarneau. Après la suppression des urgences de nuit, le comité de défense craint la fermeture totale du service. « Concarneau est en train de rechercher une solution avec une maison médicale de garde. Pour le reste, on nous répond que le département à la chance d’avoir des hélicoptères, l’ARS estimant que seules les urgences vitales sont du ressort d’un service des urgences. À terme, nous craignons que l’hôpital se résume à un service de soins de suite en gériatrie et à la rééducation fonctionnelle », explique Hélène Derrien, porte-parole du comité de défense. Dans ces conditions, « Concarneau n’aurait pas besoin de scanner », résume le comité.

Douarnenez. Le comité de défense a, à nouveau, réclamé des moyens, en anesthésiste notamment, pour le maintien de la chirurgie ambulatoire. « Le directeur de l’ARS nous dit qu’il n’y a pas de décision administrative de fermeture, mais la chirurgie n’a pas pu fonctionner depuis fin 2015 », souligne Yves Jardin. Il craint, là aussi, la disparition de services comme l’ophtalmologie et les urgences, au profit de Quimper, « au détriment de petits hôpitaux de proximité. » Les deux comités de défense profiteront de l’été pour rencontrer les élus et communiquer sur ces éléments auprès de la population.

Le Télégramme / 9 juillet 2016

http://www.letelegramme.fr/finistere/sante-les-inquietudes-des-comites-de-defense

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/comites-de-defense-des-hopitaux-du-sud-finistere

Lire la suite

11 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

corse (a manca )

STCbanderolelogocorsecorsica

Justice coloniale : une grave atteinte au libre exercice du droit syndical du STC

La décision du Tribunal de Grande Instance du 15ème arrondissement de Paris qui prive le STC de représentation aux élections professionnelles pour les TPE constitue un véritable déni de démocratie syndicale.

Cette décision, explicitement hostile sur le fond à toute idée de revendication corse, n’a pas été rendue sur la réquisition du parquet anti-terroriste ou du patronat. Cette décision répond à une demande conjointe des syndicats CGT, CFDT, CFTC et FO !

C’est inadmissible! A Manca condamne cette attitude anti-démocratique et colonialiste de la part de syndicalistes tricolores intéressés à la défense de leur pré carré au détriment des aspirations légitimes des travailleurs corses d’origine et d’adoption. C’est indigne de leur part et c’est en outre une insulte aux traditions du mouvement ouvrier.

Une telle décision s’inscrit en toute logique dans le droit fil du mépris institutionnalisé par le gouvernement Valls pour le peuple corse et sa composante majoritaire, le monde du travail. Cette décision inique peut ouvrir demain la voie à d’autres décisions de justice fondamen- talement opposées à tout droit nouveau octroyé au peuple corse.

Ces régressions majeures et un tel mépris ne sont que le produit d’une faillite militante. En concentrant toutes les énergies sur la seule lutte institutionnelle, les directions nationalistes se heurtent au cynisme d’un appareil d’Etat qui n’a aucun intérêt à négocier pour quelques avancées que ce soit, puisqu’il n’y a plus aucun rapport de force populaire organisé en Corse, si ce n’est par délégation, le temps d’une élection.

L’heure est moins que jamais à la capitulation. Le temps de la résistance populaire est au contraire venu. Pour l’heure, il est impératif que le STC soit rétabli dans son droit de représentation syndicale et qu’il bénéficie de tous les soutiens possibles en ce sens.

A Manca compte se montrer attentive à la décision de la Cour de cassation concernant cette question. A MANCA

http://a-manca.org/

http://www.corsicainfurmazione.org/

Un précédent en 2012 en Bretagne

Lire la suite

09 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

le ministère du travail autorise le licenciement d’un délégué cgt (le point)

ob_137dfa_a-larbins

La décision va à l’encontre de celle de l’Inspection du travail. Le délégué avait été licencié pour avoir poursuivi une grève après la signature d’un accord.

C’est une décision forte qui a été prise Rue de Grenelle le 27 juin dernier. Alors que l’Inspec- tion du travail avait contesté le licenciement d’un délégué CGT de Sodexo, l’avocat du syndi-caliste a expliqué à l’Agence France-Presse que le ministère était revenu sur cette décision. Dénonçant « une décision politique », dans le contexte du conflit autour du projet de loi travail, Me Steve Doucet a annoncé qu’il engagerait « un recours en annulation » devant le tribunal administratif.

Sodexo avait licencié, en décembre 2015, 18 grévistes pour faute lourde. Onze d’entre eux avaient finalement été réintégrés, après un accord entre la CGT et le groupe. Ces salariés avaient été licenciés pour n’avoir pas repris le travail au lendemain d’une grève à la cuisine centrale des cantines marseillaises et de la signature par plusieurs délégués syndicaux d’un protocole de fin de conflit, qui prévoyait notamment des augmentations de salaire.

Parmi ces délégués, Yvon Caprice, 22 ans d’ancienneté dans l’entreprise, avait poursuivi la grève le lendemain, a précisé son avocat, Me Steve Doucet. L’Inspection du travail s’était opposée à son licenciement pour faute lourde, estimant notamment, selon Me Doucet, qu’il ne faisait qu’exercer son droit de grève.

« Répression syndicale »

Saisi par Sodexo, le ministère du Travail a cependant estimé, toujours selon Me Doucet, que le délégué avait joué un rôle d’incitation sur ses collègues grévistes. Le ministère du Travail n’a pu être joint ce vendredi soir.

« C’est une décision politique », a jugé Me Doucet en soulignant « les inexactitudes et les erreurs juridiques » contenues dans le document du ministère. « Le gouvernement a pour ambition de répondre à toutes les doléances du patronat et la ministre fait coup double » dans la bataille autour du projet de loi travail « en s’en prenant à un délégué CGT », a-t-il ajouté.

De son côté, la CGT a dénoncé dans un communiqué, « la répression syndicale qui vise clairement la CGT » après la décision de la ministre du Travail Myriam El Khomri qui « vole au secours de Sodexo pour licencier un salarié protégé, allant à l’encontre de la décision de l’inspection du travail ».

Groupe français fondé il y a près de 50 ans à Marseille, Sodexo se présente comme « le leader mondial des services de qualité de vie », fournissant aussi bien hôpitaux et prisons qu’univer-sités. Il emploie 37 000 personnes en France et se présente comme le 1er employeur français dans le monde. 09/07/2016

http://www.lepoint.fr/societe/le-ministere-du-travail-autorise-le-licenciement-d’un-delegue

Lire aussi:

http://www.anti-k.org/sodexo-le-gouvernement-pire-que-la-multinationale

Lire la suite

08 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

rennes (sud ptt)

la poste

MARDI 19 JUILLET  12H

RASSEMBLEMENT  MANIFESTATION

DEVANT LE BUREAU DE POSTE DE ST HELIER (Rennes)

Le 23 juin, à la veille de l’été, les dirigeants de La Poste ont annoncé leur intention de supprimer 7 bureaux de poste sur 19 à Rennes et 1 bureau de poste sur 5 à Saint Malo.

Le 8 juillet, le directeur régional du réseau des guichets de Haute Bretagne, M. Yvan Levy convoque un CHS-CT pour entériner ces suppressions et la casse du réseau des bureaux de Poste en zone urbaine à Rennes et à Saint Malo. Il s’agit des bureaux suivants : A Rennes, Saint Hélier, La Poterie, Rapatel, Coetlogon, Hoche, Oberthur, Danton / A St Malo Intra muros

Ceci veut dire que :

  • A partir d’octobre 2016, les 7 bureaux rennais vont progressivement disparaitre de la carte postale rennaise et les locaux qu’ils occupent aujourd’hui seront libres…
  • Les activités postales seront alors sous-traitées dans des commerces qui accepteront de le faire pour la modique somme mensuelle de 316 euros. Ils seront baptisés pompeusement « relais-poste ».
  • Mais il est évident que ces relais poste ne feront pas toutes les activités financières que font aujourd’hui les bureaux de Poste actuels.
  • La population sera alors redirigée et concentrés sur les bureaux restants, ce qui veut dire plus d’affluence et d’attente dans ces bureaux.
  • En faisant cette casse des bureaux de poste, la direction supprime 17 postes de travail qu’elle dit redéployer sur les autres bureaux. Momentanément puisqu’au fur à mesure des départs et des mutations , la direction ne remplacera personne.

Il s’agit donc d’un véritable plan social et d’une remise en cause du service rendu aux usagers.

Pourtant, les patrons de La Poste ont reçu sur les 2 années cumulées 2014 et 2015, 647 millions de CICE qui paraît-il devaient servir à améliorer l’emploi et les services!

Le syndicat SUD-PTT d’Ile et Vilaine fait d’ailleurs observer que les documents préparatoires au CHS-CT du 8 juillet ne font nullement mention de la localisation de ces « relais poste commerçants ». Ce qui montre le niveau de dialogue social auquel est arrivé le directeur régional, M. Lévy.

Quant aux élus locaux, la député maire de Rennes préfère avoir comme obsession la création de centres d’affaires (Urban Quartz, etc..) plutôt que défendre un service public. Contre les mauvais coups de l’été et contre la casse des bureaux de poste,

Le syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine appelle à se rassembler le mardi 19 juillet à 12h devant le bureau de poste de St Hélier pour manifester jusqu’à celui de place Hoche. Rennes le 7 juillet

http://www.rennes-info.org/MARDI-19-JUILLET-2016-12H

Lire la suite

08 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

hôpital de morlaix (crm)

manifestants-hopital-SUD

Comité de défense du service public hospitalier du Pays de Morlaix

JUSQU’OÙ NE PAS ATTENDRE ?

Depuis des semaines, le personnel tire la sonnette d’alarme mais personne ne répond…

Aujourd’hui, c’est presque insidieusement que les services de psychiatrie de l’hôpital de Morlaix (CHPM) subissent de plein fouet la politique de rentabilité financière imposée par les respon- sables politiques et les tutelles de l’Hôpital Public. On ne traite plus des patients, on cherche à gagner de l’argent…

C’est une restructuration sauvage qui a lieu à l’heure actuelle au sein du Centre Hospitalier du Pays de Morlaix, via la fermeture de deux services et la perte programmée de 40 lits d’hospitalisation. La direction prend le risque de porter un coup fatal à la qualité des soins prodigués. La psychiatrie n’est pas un milieu comme les autres, les personnes accueillies dans ces services ont besoin de repères, d’un cadre structurant qui les aident à se porter mieux.

La conjoncture morose imposée par l’administration permet-elle encore cela ?

Depuis des années, les moyens humains ont été sévèrement réduits, les personnels doivent faire aussi bien, sinon mieux, en dépit de cette diminution de moyens. La fermeture de ces nombreux lits sur le CHPM prive la population d’une offre de soins appropriée et locale, ce qui risque aussi d’impacter le fonctionnement des urgences.

Si la qualité des soins à l’hôpital, en psychiatrie comme ailleurs, renvoie directement à l’huma- nité des soignants, à leur disponibilité, à leur écoute et à leur réactivité auprès des patient-e-s, les sous-effectifs, la pression pour «se débarrasser» des patient-e-s au plus vite et libérer des lits, le manque de sécurité physique et professionnelle vont clairement à l’encontre de ces valeurs.

Les patient-e-s accueilli-e-s en psychiatrie sont en souffrance. Ils ou elles traversent une période difficile et doivent recevoir des soins de qualité. Ce travail demande des moyens, une formation spécifique et un savoir-faire de la part des équipes au service des personnes hospitalisées.

La psychiatrie ça semble lointain, ça effraie parfois, cela met mal à l’aise d’en parler ou d’y avoir recours mais c’est un outil de soin d’une importance primordiale. En s’attaquant d’abord à ce secteur, la direction espère sans doute que les protestations seront discrètes. Déjà, les mauvais coups à venir dans d’autres services et sur d’autres spécialités sont programmés, et interviendront d’ici au mois de novembre.

Soignant-e-s, patient-e-s, familles, futurs usagers, nous sommes toutes et tous concerné-e-s par cette restructuration et par la dégradation des services de santé en Pays de Morlaix. Nous ne pouvons pas accepter que les moyens dus aux personnes hospitalisées soient diminués par la casse du service public.

Ce que nous ne voulons pas, c’est l’obligation de nous déplacer de plus en plus souvent et de plus en plus loin pour recevoir les soins dont nous avons besoin. Ce que nous continuerons de défendre, c’est une politique de santé publique de proximité.

N’attendons pas qu’il soit trop tard pour réagir, et exiger le maintien d’une offre de soins de qualité pour la population du Pays de Morlaix.

morlaix

Écrivez-nous :

Comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix (CDHPPM)

s/c de Martine Carn, St Eutrope – 29640 Plougonven

Mail cdhchpm@gmail.com

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/

Lire la suite

06 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

nddl: cgt vinci

cgt vinci

 Notre-Dame-des-Landes : Non aux expulsions, non aux travaux

Le Collectif national des syndicats CGT du Groupe VINCI considère que la consultation du 26 juin 2016 sur le « transfert » de l’aéroport de Nantes-Atlantique à Notre-Dame-des-Landes n’a été pour le gouvernement qu’un nouveau moyen de manipuler l’opinion pour tenter de justifier son désengagement au profit du privé, dans un déni de démocratie avéré.

Cet ersatz de référendum ne résout en rien les problèmes légaux posés par le projet de cons- truction d’un nouvel aéroport ; il reflète avant tout la volonté des parties intéressées: gouver- nement Valls et VINCI de passer en force avant l’échéance de la déclaration d’utilité publique.

C’est pourquoi, face à autant de mépris, nous réitérons notre demande qu’il ne soit procédé à aucune expulsion ni expropriation sur le site, que rien ne soit entrepris tant que tous les recours ne seront définitivement tranchés, et qu’il soit mis un terme à toutes les opérations d’intimidation et de stigmatisation des habitants de la ZAD, auxquels nous réaffirmons notre solidarité.

La question simpliste posée aux seuls électeurs de Loire-Atlantique, sur la base de données incohérentes, voire périmées, n’a fait que contourner la nécessité d’une remise à plat d’un projet compromis de toutes parts. Cette consultation, orchestrée et orientée par des promoteurs avides, prive le Grand-Ouest et les citoyens de la région d’une authentique réflexion sur leur avenir et les choix de développement qui leurs sont nécessaires.

C’est pourquoi nous réclamons à nouveau qu’une étude indépendante et sérieuse soit menée, notamment pour étudier les avantages et inconvénients du maintien en exploitation et du développement de l’aéroport de Nantes Atlantique, sur la base de données fiables et actualisées.

En tant qu’organisations syndicales responsables et motivées par les intérêts collec- tifs de nos concitoyens et des salariés du groupe VINCI, nous réaffirmons notre volonté de travailler sur des projets dont nous puissions être fiers pour leur utilité sociale et sociétale.

Aussi, nous dénonçons toutes formes de PPP, dites de « Partenariat Public Privé », qui ne font qu’alimenter des profits privés sur des biens publics, au détriment de l’intérêt collectif – comme nous en avons eu l’exemple en 2006, avec la grande braderie des concessions d’autoroutes à des grands groupes dont VINCI fait partie.

Nous renouvelons notre mise en garde contre la menace que ce genre de contrats fait peser sur les emplois, les salaires et les conditions de travail, le dumping social étant la seule façon de satisfaire les conditions abusives de rentabilité imposées à de telles conces- sions.

C’est pourquoi, en tant que salariés de VINCI, directement concernés par cette affaire, nous refusons d’être associés en quoi que ce soit aux basses œuvres d’AGO, filiale du Grou- pe, et répétons notre refus de servir de mercenaires pour démarrer un chantier dans les pas d’une nouvelle opération « César ».

Nous appelons l’ensemble des salariés et des citoyens qui partagent les termes de cette déclaration à se rendre sur la ZAD de Notre Dame des Landes les 9 et 10 juillet prochains pour en témoigner et défendre l’intérêt de tous.

Montreuil, le 30 juin 2016

http://construction.cgt.fr/cgt-de-vinci-reclame-labandon-du-projet-de-l’aeroport

Notre-Dame des Landes : vers un conflit de légitimité démocratique !

 

Lire la suite

05 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

solidaires (l’humanité)

sire

Si le gouvernement utilise le 49-3, il faudra le renverser

« Depuis le début du mouvement, le gouvernement persiste dans sa stratégie d’affrontement. On l’a encore vu lors de la manifestation surréaliste du 23 juin, d’abord interdite puis autorisée dans des conditions très particulières.

Ceux qui ont réussi à défiler ce jour-là ont dû subir plusieurs fouilles. Plusieurs mili- tants ont fait l’objet de répression, certains pour des motifs inconnus, d’autres parce qu’ils détenaient un foulard, un drapeau ou des lunettes. Un militant SUD a été placé en garde à vue. Au passage, les revirements sur l’éventuelle interdiction de la manifestation traduisent égale- ment la grande fébrilité qui règne au sein de l’exécutif.

Qui décide ? Le premier ministre ? Le président de la République ?

Toute cette agitation révèle enfin une absence d’arguments de fond. Finalement, les seuls à discuter du cœur de ce projet de loi, ce sont les organisations syndicales qui le combattent ! Les Français sont majoritairement opposés au texte, car ils se rendent bien compte de son caractère régressif. Leurs droits à être défendus, à conserver leur emploi ou à avoir accès à la médecine du travail sont remis en cause.

Pour toutes ces raisons, je réaffirme le message que nous portons chez Solidaires depuis le départ : ce texte doit être rejeté. Si le gouvernement utilise à nouveau l’article 49-3 pour faire passer le projet de loi à l’Assemblée, alors il faudra le renverser.

Motion de censure de droite ou de gauche, peu importe : l’essentiel pour nous est que ce texte ne soit pas adopté. »

Eric Beynel, porte-parole de Solidaires Jeudi, 30 Juin, 2016 Humanité Dimanche

http://www.humanite.fr/si-le-gouvernement-utilise-le-49-3-il-faudra-le-renverser

 

Lire la suite

05 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

gattaz (l’humanité)

ob_137dfa_a-larbins

Pour calmer sa base, Gattaz mène la charge contre la CGT

« Le sigle CGT est égal à chômage », «une minorité qui se comporte comme des voyous, des terroristes », etc. on en passe et des pires… La charge de Gattaz contre le 1er syndicat de travailleurs du pays reflète la doxa patronale.

Depuis quelques mois, le patron du MEDEF semble être en roue libre. Pierre Gattaz multiplie les provocations, n’hésitant pas à traiter les syndicalistes opposés au projet de loi travail de « terroristes ». Une stratégie jusqu’au-boutiste… mais savamment calculée.

Pierre Gattaz n’a jamais fait montre d’un grand sens de la nuance, mais il s’est surpassé depuis le début de la contestation contre le projet de loi travail. Il suffit de reprendre quelques- unes de ses dernières déclarations. Sur le mouvement syndical : « Faire respecter l’État de droit, c’est faire en sorte que des minorités qui se comportent (…) comme des terroristes ne bloquent pas tout le pays. » Sur la CGT en particulier : « Elle se radicalise. Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage. » Sur le projet de loi travail : « Il ne faut surtout pas toucher à cet article 2 : c’est la seule disposition intéressante qui subsiste après les réécritures successives du texte. » Comme si le reste du texte ne lui donnait pas également entière satisfaction !

À quel jeu joue le patron du MEDEF ? Pourquoi Pierre Gattaz a-t-il besoin de chausser ses rangers et de dégainer la sulfateuse, alors même que le gouvernement lui a concocté une loi travail sur mesure après l’avoir caressé dans le sens du poil pendant trois ans ? En réalité, le dirigeant du MEDEF est moins à l’aise qu’on l’imagine. Au sein du patronat, il est confronté à une double menace : une fronde menée en coulisses par une partie des fédérations du MEDEF d’une part, et une radicalisation de sa base, d’autre part.

Pierre Gattaz, ainsi que son « monsieur relations sociales », Alexandre Saubot, doivent faire face à une campagne interne menée par des « faucons » qui les accusent de laxisme à l’égard du gouvernement. Vu de l’extérieur, ce laxisme ne saute pas aux yeux. Mais certaines fédérations du MEDEF (assurances, bâtiment, etc.) reprochent aux deux hommes de ne pas avoir réussi à faire capituler le gouvernement sur le compte pénibilité et de ne pas avoir été suffisamment fermes quant à une éventuelle taxation des contrats courts.

Cette fronde tient pour partie à un contexte électoral interne au MEDEF. Pierre Gattaz ayant annoncé son intention de passer le relais à la fin de son mandat, les ambitions s’aigui- sent déjà entre les prétendants à sa succession en 2018. Et c’est Alexandre Saubot, négocia- teur social mais aussi patron de la métallurgie (UIMM), qui se retrouve dans le collimateur des frondeurs, depuis qu’il a pratiquement annoncé son intention de se porter candidat.

Bref, la fin de mandat de Gattaz s’annonce agitée. Et pour faire taire des contestations internes, rien de tel que de rouler des mécaniques à l’extérieur… Mais ces coups de menton visent aussi à répondre à la radicalisation de la base du patronat. Depuis trois ans, les patrons de PME durcissent le ton, quitte à adopter parfois un discours qui fleure bon le poujadisme d’antan.

On se souvient par exemple de cette réunion d’octobre 2013, à Lyon, au cours de laquelle 2 000 chefs d’entreprise chauffés à blanc avaient déclaré la guerre à l’impôt. À l’épo- que, certains ultras appelaient carrément à cesser de payer leurs taxes, pour refuser le « matraquage » fiscal. Aujour­d’hui, les petits patrons en colère ont temporairement délaissé le terrain de la lutte fiscale pour se concentrer sur une autre cible classique : les syndicats (CGT et FO) qui menaceraient de faire basculer la France dans le « chaos ». En tapant à bras raccourcis sur les « voyous » syndicaux, Pierre Gattaz flatte sa base à peu de frais… quitte à frôler la sortie de route permanente.

Cyprien Boganda Jeudi, 30 Juin, 2016 Humanité Dimanche

Lire la suite

05 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

sbfm hennebont (ouest france)

sbfm

Les 50 ans de la SBFM se tiendront à Hennebont

La fête aura finalement bien lieu. La CGT Fonderie de Bretagne a choisi de célébrer les 50 ans de la SBFM à la halle de Kerbihan, à Hennebont, samedi.

La fête aura bien lieu mais pas à Caudan. La CGT Fonderie de Bretagne a choisi de célébrer les 50 ans de la SBFM à la halle de Kerbihan, à Hennebont. La fête se tiendra samedi, de 9 h à 23 h.

Fête interdite à la fonderie Jeudi, le tribunal avait interdit aux syndicalistes d’organiser la fête sur le parking de la fonderie de Bretagne.

Expo photos, concertLe programme demeure le même avec une exposition photos et vidéos, une exposition de voitures anciennes, des structures gonflables et un concert à partir de 21 h. La journée est gratuite et ouverte à tous. Lorient -05/07/2016

http://www.ouest-france.fr/les-50-ans-de-la-sbfm-se-tiendront-hennebont

Lire la suite

04 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

guerlesquin tilly-sabco (le trégor)

Manara-marre

Les salariés sont à bout de nerfs

Les salaires de juin vont être versés. C’est peut-être la seule certitude qu’a le personnel de l’entreprise Tilly-Sabco à Guerlesquin.

Pour les prochains jours, les salariés n’ont aucune visibilité sur la production. Mardi 28 juin, à l’embauche, les salariés de Tilly-Sabco présents pour l’abattage des poulets ont décidé de débrayer. Inquiets, ils ne veulent pas être baladés. « Nous n’avons aucune information avec le président du directoire [NDLR : Idris Mohammed, de la société britannique MS Food], pointe Corinne Nicole, représentante du personnel au comité d’entreprise. Nous n’avons aucun élément sur le devenir de l’entreprise. On navigue au jour le jour. »

Chômage partiel

Depuis de longs mois, les journées de chômage partiel succèdent aux courtes journées d’abattage et de production dans l’atelier saucisses. « À chaque fois, il n’y a que 50 salariés sur les 200 qui travaillent. » Et le chômage partiel, ce n’est pas des vacances. Les salariés dans le doute ne peuvent pas décrocher.

Leur conscience professionnelle a des limites. Alors, avant de poursuivre toute production, ils voulaient des réponses. « Nous avons obtenu une réunion avec Alain Moysan. » Le directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Morlaix s’est rendu sur place pour rencontrer les salariés qui ont abattu, entre-temps, 14 000 poulets. « Et mercredi, nous en abattrons 24 000. » Seule production de la semaine. On est loin des 650 000 poulets annoncés par MS Food.

Toujours pas de réponse

Alain Moysan n’a pas apporté plus de réponses pour effacer les inquiétudes des salariés « mais il a apporté de l’humanité ». Depuis de trop longues semaines, les salariés n’avaient que deux chaises vides face à eux. « Pour nous, Idris Mohammed a perdu toute crédibilité. Il n’a pas respecté sa parole. Il ne répond même pas à nos sollicitations », dénonce Corinne Nicole. Certes, la CCI, encore actionnaire majoritaire mais non gestionnaire, essaie de trouver des solutions. Des négociations sont en cours pour retrouver la confiance des investisseurs. Mais à courte échéance, il n’y a aucune production engagée. « Notre prochain rendez-vous est une nouvelle rencontre avec la CCI. » Attendre. Encore et encore.

30/06/2016  Bertrand Dumarché

http://www.letregor.fr/tilly-sabco-les-salaries-sont-a-bout-de-nerfs

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin