Archive | Syndicalisme

19 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

30 ans (la conf’)

conf 30

Pour fêter ses 30 ans, la Confédération paysanne vous propose un numéro de Campagnes Solidaires spécial : La Conf’ a 30 ans, eux aussi !

Les paysannes et les paysans de la Conf’ forment une palette multicolore où tous les tons se marient allègrement. Vous pourrez le constater dans ce numéro spécial, publié à l’occasion des 30 ans de la Confédération paysanne, en lisant les parcours et portraits d’une trentaine de paysan·nes confédéré·es trentenaires.

Toutes les productions sont présentes, toutes les circonstances d’installation. Et toutes ces expériences se retrouvent dans le syndicat. Toutes cette diversité, c’est l’énergie de la Conf’. Elle s’harmonise et réalise le tour de force de porter tous ses combats en dehors du corporatisme et au-delà des dissensions qu’il peut y avoir entre les différentes productions. Bien sûr qu’il est parfois difficile de se comprendre, mais nous passons chaque fois le cap et en sortons grandis.

Pour que ces hommes et ces femmes continuent de vivre de leur métier, pour que d’autres envies se concrétisent, nous avons besoin de la Conf’ afin de porter ensemble les combats nécessaires contre toutes les aberrations idéologiques qui peuvent très vite nous broyer, quels que soient les choix réalisés, et de manière insidieuse consumer doucement mais sûrement toute la masse paysanne et laborieuse.

Les projets de chacun, de chacune, sont différents, les portraits témoignent d’une diversité créative  pour être « en accord avec soi », pour « relocaliser », pour « donner du sens à sa production »…

Toutes ces initiatives individuelles ou collectives localement nourrissent le projet de la Conf’, mais en aucun cas ne peuvent suffire aux nécessaires changements politiques pour enrayer la doctrine libérale qui pour l’instant voudrait régir nos vies. Pour universaliser ces initiatives, il faut porter notre projet politique au quotidien, oser le retravailler régulièrement pour l’adapter aux problématiques nouvelles.

La Conf’ avance toujours sur ses deux pieds, entre le développement d’une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs. Nous ne pouvons penser la lutte pour notre revenu, la lutte pour nos droits sociaux, sans envisager la nécessaire transition de systèmes agricoles à bout de souffle car inféodés à une pensée et à des politiques qui auraient du s’arrêter au XX siècle.

Enfin, chaque jour nous constatons que notre condition est semblable aux autres travailleuses et travailleurs : nous sommes méprisés, nous sommes déshumanisés, il nous faudra imaginer plus qu’une solidarité, mais bien une convergence des luttes pour résister.
Alors, oui la Confédération paysanne a plus que jamais de l’avenir. Ses fondations sont solides, il faut les renforcer, se les approprier, les faire évoluer et nous les faire nôtres.

Nous ne sommes pas seuls face à l’adversité et aux politiques iniques, nous sommes des milliers pour imaginer et porter la Conf’. Pourvu que ça dure, car y a du pain sur la planche !

Cécile Muret,18.07.2017
paysanne dans le Jura, 37 ans,
secrétaire nationale

http://www.confederationpaysanne.fr/

Télécharger le numéro spécial de Campagnes Solidaires

Lire la suite

19 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

pays basque

 bzh euskadi

.

Plusieurs organisations associatives, des droits de la personne, politiques, syndicales, qui faisaient, pour une majorité, partie en 2016 du “Collectif jusqu’au retrait de la loi travail »,  ont constitué un collectif de luttes contre les futures lois Macron.

Un rassemblement d’environ 100 personnes a eu lieu ce mardi 18 juillet devant la sous- préfecture de Bayonne afin de protester contre la future loi sécurité instituant un état d’urgence permanent contre le terrorisme, loi qui menace l’ensemble de la population, en particulier militante.

Elles ont prévues de se retrouver fin août afin de préparer la mobilisation pour la journée d’action du 12 septembre.

Sylvie  Comité NPA Pays Basque

Amis de Karl Marx, Comité Défense Droits Homme Pays Basque, CGT Territoriaux Biarritz, Euskal Herria Bai, EELV, France Insoumise, Indar-Beltza, Syndicat LAB, LDH Pays Basque, NPA Pays Basque, PCF64, Solidaires Pays Basque, CGT Cheminots Bayonne et Saint Jean de Luz, Ensemble.

Lire la suite

18 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

nddl (npa)

npa

Notre-Dame-des-Landes : sous le soleil d’un autre monde possible

Ces 8 et 9 juillet 2017, près de 20 000 personnes venues de toute la France se sont rassem- blées à Notre-Dame-des-Landes. Cette dix-septième édition du rassemblement estival a vu converger toutes les luttes pour un autre monde.

Loin de la pression de l’année 2016, quand le Premier ministre Valls promettait une expulsion à l’automne… Le contexte politique s’est modifié. Le PS et la droite traditionnelle ont été évincés du pouvoir, laissant la place à un gouvernement qui n’entend pas payer les errements des précédents. Un optimisme dubitatif s’est installé : la nomination de « médiateurs » par le gouvernement laisse espérer la nouvelle étude du projet d’aéroport que les opposantEs réclament depuis tant d’années.

Comme un parfum de victoire

C’est pourquoi cette édition s’interrogeait déjà sur l’avenir : que faire de la Zad après l’abandon possible du projet d’aéroport? «Travailler avec les jeunes à construire de nouveaux modèles pour une agriculture différente», répond Sylvain Fresneau, agriculteur militant. C’est que, depuis 2009, la rencontre improbable de jeunes révoltéEs et de paysanEs militants s’est faite. Les projets d’installation agricole et l’expérimentation d’un mode de vie différent, aussi à l’abri que possible du monde capitaliste, ne sont pas qu’une utopie. Des solidarités concrètes sont à l’œuvre.

Des solidarités qui ravivent la mémoire locale. Car en Loire–Atlantique, l’alliance des militantEs ouvriers et des paysans est un héritage historique : de 1968 au mouvement des paysans-travailleurs ou à la lutte contre la centrale nucléaire du Pellerin, cette alliance a été porteuses de victoires ancrées dans les mémoires. Des victoires qui ont permis les solidarités avec celles de Plogoff ou du Larzac, des victoires réciproques en somme. À NDDL, la conver- gence des luttes traverse le temps. C’est sur ce terroir qu’a mûri la lutte contre le projet d’aéroport à NDDL, comme un bon vin aux arôme riches et complexes. Jusqu’à faire converger toutes les luttes actuelles.

Une cité politique

D’année en année, les débats à NDDL se font plus politiques. Non seulement parce que les demandes d’intervention sont si nombreuses qu’il faut bien que les organisateurs les regrou- pent dans des thèmes plus généraux, mais surtout parce que la solidarité est contagieuse. Des projets miniers à Europacity, les luttes locales se répondent. De la répression à la solidarité avec les migrantEs et au racisme policier, les luttes globales se discutent. NDDL est devenue une véritable cité politique.

C’est pourquoi le NPA s’est efforcé d’associer autant que possible les syndicalistes aux débats de cette année. Presque absents les années précédentes, ceux de Solidaires et de la CGT (sur les transports, l’emploi, l’écologie ou l’exploitation des marins) ont répondu présents. Il y a quelques années, nombre d’habitantEs de la Zad, d’inspiration « autonome », ne voulaient même pas entendre parler des syndicats ouvriers, assimilés à l’institution étatique. Depuis, les solidarités de la lutte contre la loi travail ont porté leurs fruits.

Le débat sur la loi travail et les ordonnances Macron, avec notre camarade Simon, a rassem- blé près de 450 personnes sous le grand chapiteau. Celui sur les transports gratuits associait notre camarade Patrick Le Moal et un cheminot de Sud-Rail ; un syndicaliste du groupe Vinci (constructeur possible de l’aéroport) et un postier de Solidaires ont débattu du lien entre luttes écologiques, luttes sociales et capitalisme avec notre porte-parole Christine Poupin…

Si la lutte de Notre-Dame-des-Landes n’a pas encore gagné l’abandon du projet d’aéroport, elle a déjà gagné, par les convergences qu’elle a permises, la certitude que l’unité des luttes est possible.

Bertrand Achel et Sandra Cormier Jeudi 13 juillet 2017

https://npa2009.org/ 

http://www.anti-k.org/

Lire la suite

16 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

ordonnances (anti-k)

34 1

mont 2

http://www.anti-k.org/

Brest: Réunion Lundi 17 Juillet, 18H, Maison du Peuple

Lire la suite

15 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

marche noire (asturies 2012)

Le 12 juillet 2012, manif des mineurs de charbon espagnols, les asturiens en tête

Lire la suite

09 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

syndicats (la croix)

concertation

Code du travail, un front syndical étrangement calme

La réforme du code du travail par ordonnance a commencé son parcours parlementaire le 4 juillet au soir. Pour le moment, la mobilisation syndicale et citoyenne reste très limitée. Tout y est : la réforme par ordonnances, dans la torpeur de l’été ; le plafond obligatoire pour les indemnités prud’homales, qui avait ulcéré les opposants à la loi dite El Khomri et même la possibilité de créer un étrange hybride de CDI et de CDD…

Et pourtant, rien ne se passe. La ministre du travail Muriel Pénicaud est saluée comme une femme de dialogue par les organisations syndicales. Lesquelles se disent prêtes à travailler tout l’été sur une réforme qui, si tous les détails n’en sont pas encore connus, s’inscrit bel et bien dans la droite ligne de la réforme tant contestée d’août 2016. Quelle mouche lénifiante a donc piqué les syndicats ? Que devient le « troisième tour social » tant annoncé ?

Un programme clair et une majorité

« L’arrière-plan politique a totalement changé », relève Jean-Pierre Basilien, expert des rela- tions sociales pour le groupe de réflexion Entreprises et personnel. Emmanuel Macron vient d’être élu sur un programme clairement annoncé et bénéficie en outre d’une large majorité parlementaire.

« Nous avons la légitimité pour faire ce que nous avions dit que nous ferions », a résumé le 5 juillet la députée La République en marche, Monique Iborra, lors du début de l’examen du projet de loi d’habilitation en commission des affaires sociales. Un paysage politique bien différent de celui d’une fin de mandat pour François Hollande, avec des frondeurs relayant l’opposition syndicale à l’intérieur de la majorité et la proximité… des échéances électorales.

50 réunions pendant l’été

La méthode employée par l’actuel gouvernement se révèle aussi payante. Certes, la réforme du code du travail sera bel et bien adoptée rapidement par ordonnances. Mais le gouverne- ment a pris soin d’organiser une véritable concertation avec les organisations syndicales, en programmant une série de 50 réunions tout au long de l’été. « Des réunions qui se tiennent en bilatéral, ce qui permet de parler du fond des dossiers et d’éviter les jeux de posture exacerbés dans les grandes réunions plénières où chaque syndicat observe ce que fait l’autre », relève Jean-Pierre Basilien, qui vient de publier une note sur la conjoncture sociale.

Des concessions ont été accordées dès le début du processus en gage de bonne volonté : le calendrier a été légèrement desserré, les ordonnances devant être adoptées fin septembre et non fin août comme prévu initialement ; et la ministre du travail Muriel Pénicaud a affirmé ne pas vouloir dépouiller la branche de l’essentiel de ses prérogatives à l’issue du premier round de négociations avec les syndicats. « Pour nous, c’est clairement une avancée par rapport aux indications initiales », se félicite le négociateur de Force ouvrière (FO), Michel Beaugas.

FO satisfaite de la concertation

« Le retour de FO dans le jeu social est l’élément marquant de la séquence en cours », souli- gne Jean-Pierre Basilien. La centrale de Jean-Claude Mailly avait souffert d’avoir été mise hors jeu lors du quinquennat précédent, au bénéfice d’un dialogue privilégié avec la CFDT. FO avait donc formé avec la CGT le front du refus à la loi EL Khomri.

Rien de tel aujourd’hui : Jean-Claude Mailly ne cache pas sa satisfaction de voir sa centrale considérée par le gouvernement et se félicite régulièrement du déroulé de la concertation. La nomination d’un ancien de FO Stéphane Lardy, au cabinet de la ministre du travail n’est sans doute pas pour rien dans ce changement d’humeur.

Mais plus largement, FO ne veut pas regarder passer les trains des réformes. « On ne veut pas se mettre hors jeu alors que d’autres concertations sont à venir sur l’assurance-chômage, la formation professionnelle ou les retraites », explique Michel Beaugas.

Peu de manifestants depuis mai

Seule la CGT – et, dans une moindre mesure, la CFE-CGC – affiche pour le moment une opposition résolue et appelle à une journée de mobilisation le 12 septembre. Sans grande illusion sur sa capacité de mobilisation actuelle. Les manifestations organisées depuis le mois de mai par le Front social – qui fédère des associations et des sections syndicales de la CGT et de Sud – n’ont guère fait le plein.

Quant à la nouvelle pétition en ligne intitulée « Loi travail : c’est toujours non, merci ! », elle n’aurait suscité pour le moment que 30 000 signatures, contre plus d’un million au plus fort de la contestation contre la loi El Khomri.

Reste que rien n’est écrit à l’avance. Le contenu détaillé des ordonnances ne sera connu que fin août. « Nous jugerons sur pièces », ne cessent de clamer les patrons des centrales syndi- cales. Et d’autres éléments – tels que les efforts qui pourraient être demandés à la fonction publique peuvent gâter le climat social de la rentrée.

Les syndicats de la fonction publique inquiets

Plusieurs syndicats de la fonction publique ont exprimé leur déception mercredi 5 juillet, après le discours de politique générale du premier ministre, qui leur fait craindre des « mesures régressives » pour le service public « garant de la cohésion sociale ».

Ils réfutent notamment une expression utilisée par Édouard Philippe : l’« addiction à la française à la dépense publique » nécessitant de se « désintoxiquer ».

Emmanuelle Réju  05/07/2017
Commentaire: N’oublions pas qu’il y a quelques années la CGT et la CFDT se rapprochaient pour un syndicalisme responsable, « de concertation, de dialogue social ». Or le patronat et son gouvernement, ne veulent plus rien lâcher et même « récupérer » les acquis obtenus par la lutte. Dans ces condition, avec un patronat qui s’appuie sur l’état d’urgence pour intimider, le syndicalisme de couloir et de conférence n’a aucun avenir. Sauf pour certains dirigeants qui se verraient bien « reclassés » dans le fromage!

Lire la suite

04 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

front social

loroeint

front

Facebook

Lire la suite

04 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

ordonnances (saf)

]

Lire la suite

03 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

hôpital morlaix (le télégramme)

manifestants-hopital-SUD

La CGT appelle également au débrayage ce lundi

Après la CFDT et Sud, c’est la CGT qui est revenue sur la situation que rencontre le centre hospitalier des pays de Morlaix.

« Nous sommes solidaires de Sud et appelons le personnel à se joindre au mouvement de débrayage organisé lundi (demain) matin, de 10 h à 11 h », commence le syndicat en expli- quant les raisons de son mécontentement.

« A ce jour, il n’y a plus de place sur l’hôpital général quand des patients de psychiatrie, de soins de suite ou de maison de retraite décompensent. Ils doivent être maintenus dans leur service au lieu d’être orientés vers celui adapté à l’aggravation de leur santé, et ce malgré une prise en charge lourde et complexe pour le personnel qui est déjà en effectif réduit, parfois même isolé et sans médecin.

Comment allons-nous pouvoir supporter tout l’été ces conditions de prise en charge?», s’interroge la CGT, en livrant quelques exemples : « Le week-end dernier, l’interne de garde a dû faire des sorties dès le dimanche matin pour pallier le manque de lits. Et cela n’a pas été suffisant ». Selon la CGT, « des enfants de pédiatrie ont été transférés dans d’autres établissements car l’hôpital a fermé des lits dans ce service. Des patients relevant de la gastro-entérologie ont été admis en maternité faute de lits ».

« Chaque année, nous connaissons des difficultés estivales. Mais jamais nous n’avons été confrontés à tant de fermetures de lits. Cette situation est très inquiétante. Elle promet beaucoup de difficultés pour cet été ».

02 juillet 2017

http://www.letelegramme.fr/

Lire la suite

03 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

nddl (sud)

sud

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin