Archive | Santé

16 mars 2019 ~ 0 Commentaire

climat 16 mars (fr3 huff’)

mars 16

500 personnes défilent pour le climat à Concarneau, ce samedi (OF)

Lannion. 1300 marcheurs pour le climat (Le Trégor)

Rennes, 6 000 personnes marchent pacifiquement pour le climat (OF)

Climat : des miliers de manifestants en Bretagne pour la “Marche du siècle” (FR3)

Marche du siècle: des milliers de manifestants à Paris et partout en France (Le Huff’)

De la grève des lycéens à la « Marche du siècle », pourquoi toutes les luttes pour le climat convergent à la mi-mars (Le Huff’)

Marche pour le climat : des centaines de milliers de manifestants partout en France (Le Monde)

« Marche du siècle » : 45 000 manifestants à Paris selon un comptage indépendant pour un collectif de médias (OF)

 

Lire la suite

15 mars 2019 ~ 0 Commentaire

manif climat (le-huff-post fr3 cb)

huff

Lire aussi:

La marche des lycéens pour le climat à Paris a rassemblé au moins 29.000 personnes (Le Huff’)

« Demain, il sera trop tard » : des milliers de jeunes ont marché pour le climat (OF)

Marche pour le climat : forte mobilisation en Bretagne (FR3)

Grève pour le climat : les jeunes bretons répondent à l’appel  (FR3)

Plus de 4 000 jeunes mobilisés à Brest pour le climat (Côté Brest)

Douarnenez. Les jeunes mobilisés pour le climat (OF)

Quimper : les jeunes mobilisés pour le climat (Côté Quimper)

Marée jeune pour le climat à Quimper (OF)

450 lycéens marchent pour le climat à Lannion (Le Trégor)

Manifestation des jeunes pour le climat à Morlaix ce vendredi 15 mars: une belle mobilisation! (PCF)

« Il n’y a pas de planète B » : de Paris à Kampala, la jeunesse se mobilise pour le climat (Le Monde)

Grève pour le climat : un concours de slogans à Rennes ! (Le Peuple Breton)

Mouvement pour le climat : « Dans toutes les luttes, les femmes sont présentes » (Les Inrocks)

Ces trois « jeunesses » qui se mobilisent pour le climat (The conversation)

 

Lire la suite

14 mars 2019 ~ 0 Commentaire

brest climat

brest

Lire la suite

14 mars 2019 ~ 0 Commentaire

capitalisme (gauche révolutionnaire)

clim.jpgccc

Le capitalisme fait chauffer le climat!

Engager une transformation pour changer de système est urgent : le capitalisme basé sur l’accaparement des moyens de production et sur leur propriété privée implique une logique de court terme : le profit via l’exploitation des Hommes et des ressources naturelles !

Or, selon le discours politique actuel, nos problèmes seront résolus grâce au développement de nouvelles productions : énergies vertes, voitures électriques, objets recyclés…

– Les énergies vertes ?

Depuis 2001, la loi Y. Cochet oblige EDF à racheter 2 fois plus cher l’énergie verte pour financer de « pauvres » investisseurs privés, Ikea, Total, des fonds de pension… Ce cadeau ? Une ligne sur notre facture : la CSPE ! Depuis 2010, ce marché spéculatif est soutenu par la loi obligeant EDF à céder à prix coûtant ¼ des mégawatts nucléaires à ses concurrents !

– Les voitures électriques ?

Leur production énergivore nécessite eau et produits chimiques pour l’extraction et le raffinage de métaux particuliers ! La pollution est alors déplacée vers des pays pauvres. La pollution n’ayant pas de frontière, la solution n’est donc pas en des subventions publiques à l’électrique ni en des taxes sur le diesel. N’en déplaise à Macron qui défend les marchés et les profits des lobbies sous prétexte de nouveaux emplois et développement !

– Trier et recycler ?

Au contraire de la nature, l’Homme produit des déchets qui pour être recyclés nécessitent transports, eau, énergie: «beaucoup de sale pour faire du propre»! Veolia spécule sur ce marché dans plus de 30 pays, un marché juteux surtout si chacun trie et paie pour sa poubelle! Alors arrêtons de croire que l’on peut sauver le monde seulement par notre rôle de consomma-teurs, en triant ou en mangeant bio : c’est mieux, mais l’impact est limité car on ne pourra jamais faire de l’écologie avec des multinationales capitalistes!

Le capitalisme tue notre planète!

Rejoignons les luttes et les manifestations qui s’amplifient partout dans le monde. On ne peut changer les comportements si on reste dans le capitalisme où on ne décide de rien et où le seul et unique objectif est le profit !

Changer la production, la planifier, supprimer les produits nocifs… en nationalisant les multinationales et principaux moyens de production et en les passant sous contrôle démocratique des travailleurs et de la population.

Seules des prises de décisions collectives peuvent nous préserver d’intérêts et d’accapare-ments privés destructeurs ! Rejoignons et amplifions tous les mouvements de lutte pour le climat.

Partout dans le monde, le peuple se révolte uni déjà par une grève mondiale le 15 mars. Faisons en sorte que ce ne soit qu’un début !

Par Christine 14/03/2019

http://www.gaucherevolutionnaire.fr/

Lire la suite

13 mars 2019 ~ 0 Commentaire

15 mars (npa)

3 petis peruvienss

Climat

« Nous serons moins activistes quand vous serez moins merdiques

Au Canada, en Irlande, en Australie, en Suisse, en Allemagne, en Belgique, en Italie, au Royaume-Uni, au Luxembourg, en Suède… des dizaines de milliers de jeunes étudiantEs, lycéenEs, collégienEs quittent leurs salles de classe pour souligner l’urgence climatique.

Des mobilisations variables ont eu lieu, qui ont pu rassembler des dizaines de milliers de jeunes à Bruxelles en janvier, des centaines de lycéenEs dans des dizaines de villes d’Allemagne en février et, dès la fin novembre, 15 000 personnes en Australie autour d’une opposition au gouvernement fédéral.

« La marche du siècle » ?

L’appel international à la grève pour le climat lancé par la lycéenne suédoise Greta Thunberg pour le 15 mars, semble, dans ce contexte, avoir un large écho puisque des actions sont prévues dans plus de 150 villes et 40 pays à travers le monde.

En France, l’initiative se double d’une marche pour le climat et de l’Acte 18 des gilets jaunes, prévus le jour suivant dans de nombreuses villes. Le but reste pour le moment de faire pression sur les gouvernements pour qu’ils légifèrent enfin sérieusement en faveur du climat.

Ces derniers jouent la carte de la bienveillance, en revoyant à la hausse leurs objectifs de réduction des gaz à effet de serre (comme s’ils suffisaient de les inscrire dans la loi pour qu’ils aient un effet), en faisant voter des motions de soutien, ou en déployant le tapis rouge pour les figures du mouvement. Greta Thunberg, qui s’exprimait fin janvier à Davos, est invitée cette semaine au Parlement européen par les groupes parlementaires de gauche…

« Il n’y a pas de planète B »

Le 15 février, lors du premier rassemblement lycéen à Paris, la porte du ministère de l’Écologie restait ouverte et une secrétaire d’État tentait un discours électoral, heureusement refusé par les manifestantEs :

« Derrière les portes de ce ministère vous n’avez que des alliés, pas des adversaires. »Le gouvernement et d’autres tentent aussi d’opposer la mobilisation pour le climat « responsable et raisonnable », à celle des Gilets jaunes. L’ancien ministre Hulot, la CFDT et 17 autres organisa-tions lançaient le 5 mars un « appel pour un pacte social et écologique »énumérant 66 propositions « pour donner à chacun le pouvoir de vivre ».

Il y a dix jours Merkel, suivant l’opinion publique allemande, disait soutenir les lycéens.

Mais le slogan « Il n’y a pas de planète B », le plus repris en Allemagne, montre l’urgence et la centralité du problème écologique. Le problème est mondial, et cela semble bien compris par les milliers de jeunes qui manifestent, quitte à être parfois peu nombreux, notamment à Paris pour cause de vacances scolaires.

Pas sûr que des déclarations d’intention suffiront à résoudre un problème qui implique de contester le pouvoir des grandes firmes capitalistes à l’échelle internationale.

Marc Emard Mardi 12 mars 2019

https://npa2009.org/

Lire aussi:

Mobilisation. Les lycéens ne goûtent pas le débat à la sauce Blanquer (Anti-k)

Changement climatique : une organisation sociale à combattre (Lutte Ouvrière)

Lire la suite

13 mars 2019 ~ 0 Commentaire

15 16 mars (bastamag)

affiche_20190315

Grève mondiale pour le climat, printemps social

Marche des solidarités: vers un front commun les 15 et 16 mars

Les 15 et 16 mars, les mobilisations éclosent encore plus vite que la flore :

Une grève internationale de la jeunesse pour le climat tentera de gagner collèges, lycées et universités ;

Une « marche du siècle » ambitionne de marquer l’arrivée d’un « printemps climatique et social » ;

Les gilets jaunes célèbreront leur 18ème acte et autant de semaines de contestation ;

Une marche des solidarités veut mobiliser contre les violences policières et le racisme d’État.

Ces différents mouvements ont décidé de faire « front contre un même système qui détruit l’Humain et la planète ».

13 mars 2019

Voici le détail de ces rendez-vous printaniers:

Lire la suite

 

Lire la suite

12 mars 2019 ~ 0 Commentaire

jeunes (reporterre)

sud

5e leçon des jeunes au gouvernement

Sortons du capitalisme

Le mouvement des jeunes pour le climat s’installe en France. Une partie de ces jeunes lancent au gouvernement, dans cette tribune, un cinquième « ultimatum punitif » : balayer l’organisation capitaliste mondialisée ou une large participation à la manifestation du vendredi 15 mars.

Pour ce vendredi 15 mars, nous proposons au gouvernement de réfléchir sur les causes profondes du désastre écologique.
.
Nous le répétons depuis déjà quatre semaines : l’organisation capitaliste mondialisée est intrin-sèquement anti-écologique. Nicolas Hulot, en démissionnant, a formulé les choses clairement : « On s’évertue à entretenir un modèle économique responsable de tous ces désordres clima-tiques. » Cette organisation, dont l’État est complice, mène inévitablement à une surconsom-mation généralisée, rendue possible par une surproduction massive destructrice de l’environne-ment. Elle n’est cependant pas une fatalité, mais un choix politique écocide, et ce n’est pas le nôtre.Cette semaine, le gouvernement devra donc faire un travail préalable de mémoire, afin de se souvenir de ce pour quoi il existe originellement : représenter et servir ses citoyens, afin de leur assurer une existence décente et désirable. Il devra inscrire dans sa Constitution son devoir de protéger les femmes, les hommes, ainsi que l’ensemble du vivant, de toutes les dérives envisageables du capitalisme, et créer une instance décisionnaire et citoyenne responsable de l’encadrement de l’activité économique.
.

Face à la catastrophe, cet enseignement est celui de notre futur, l’échec n’est donc pas une option 

À la suite de ce travail préliminaire, des mesures contraignantes pourront ainsi être prises pour lutter efficacement contre ces dérives. Parmi elles, devront notamment figurer les décisions suivantes :

  • Réglementer la taille des entreprises : plus la taille d’une structure économique est importante, plus elle peut disposer de moyens d’exploiter considérablement l’humain et la nature. Un rapport de l’ONG Carbon Disclosure Project montre que 100 multinationales sont à elles seules responsables de 71 % des émissions de gaz à effet de serre de ces 20 dernières années
  • Interdire la publicité marchande incitant à la consommation, sous toutes ses formes : panneaux publicitaires de rue, spots télévisuels, publicité en ligne… La création continue de nouveaux besoins superflus alimentant une demande croissante est un des moteurs principaux du système capitaliste
  • Affirmer la séparation des pouvoirs politique, économique et médiatique, et ainsi interdire à toute personne présentant des conflits d’intérêts dans un secteur économique ou dans un média, ainsi qu’à ses proches, d’occuper un poste d’élu.e. Le lobbying est aujourd’hui l’un des obstacles majeurs à la transition écologique. Tant que le pouvoir de l’État et le discours médiatique seront accaparés par les premiers responsables de la catastrophe environnementale, aucun progrès significatif ne pourra être réalisé. [1] [2]

Si le gouvernement persiste dans son manque de volonté et maintient ses notes aussi proches de 0, un conseil de discipline sera organisé pour envisager une réorientation. Face à la catas-trophe, cet enseignement est celui de notre futur, l’échec n’est donc pas une option. Nous saurons vous le rappeler incessamment.

huelga15marzo_europa

Nous donnons rendez-vous à tous les grévistes, ce vendredi 15 mars, à 13 heures, Place du Panthéon.

Ce texte a été écrit par les Camille du groupe « revendications » constitué à la suite de l’assemblée générale (AG) interfac rassemblée vendredi 8 février 2019 et comportant des étudiant.e.s et lycéen.ne.s de divers établissements de la région parisienne. Cette AG a été organisée par plusieurs associations étudiantes parisiennes écologistes en vue de lancer le mouvement de grève pour l’environnement de la jeunesse reconduite chaque vendredi à partir du 15 février. Le 12 février 2019, Reporterre publiait leur manifeste pour le climat et leur premier ultimatum : déclarer l’état d’urgence écologique et sociale afin de débloquer un plan inter-ministériel à la hauteur des risques encourus. Leur deuxième ultimatum concernait l’énergie, le troisième, l’alimentation et le quatrième, l’écoféminisme.

12 mars 2019

https://reporterre.net/

Lire aussi:

Manifeste pour un soulèvement étudiant et lycéen le vendredi 15 mars 2019

Lire la suite

11 mars 2019 ~ 0 Commentaire

climat (reporterre)

Lire la suite

11 mars 2019 ~ 0 Commentaire

unl (france info)

climat bandeau

Le président de l’Union nationale lycéenne

« Pas disponible pour le débat le 15 mars: on a manif’ »

Le président de l’Union nationale lycéenne, Louis Boyard, a décliné sur franceinfo l’invitation du Ministre de l’Education. Jean-Michel Blanquer a annoncé l’organisation de débat, ce vendredi, dans tous les lycées pour parler du climat. Une décision prise « à la va vite » selon le représentant syndical, qui soupçonne une manoeuvre politique pour dissuader les élèves de suivre une nouvelle grève pour le climat.

« Le 15 mars de 16h à 18h, on est pas disponible pour le débat, on a manif », a déclaré le président de l’Union nationale lycéenne Louis Boyard sur franceinfo. Le jeune syndicaliste a ainsi décliné la proposition du Ministre de l’Éducation. Jean-Michel Blanquer a annoncé ce lundi l’organisation de débat sur l’environnement, dans tous les lycées, vendredi 15 mars, de 16h à 18h. Date qui coïncide avec la grève des lycéens pour le climat.

C’est dommage de prendre le créneau de 16h à 18h. Moi je ne pourrai pas aller au débat : je suis en manifestation ! Louis Boyard, de l’UNLà franceinfo

Ces débats doivent permettre « de travailler à des propositions concrètes pour que les lycéens s’engagent », selon le Ministre de l’Education. Louis Boyard y voit surtout une manière « politique et très maladroite » de dissuader les lycéens de sécher l’école. Des appels à bloquer et à manifester se multiplient pour le 15 mars.

« C’est une décision qui a été prise un peu à la va-vite, a estimé le président de l’Union nationale lycéenne Louis Boyard sur franceinfo. Ils voyaient que le 15 mars, ça allait être quelque chose de gros. Il y aura des blocages des lycées, nous on va bloquer des lycées. Et Jean-Michel Blanquer il a toujours en tête ce qu’il s’est passé en décembre contre la réforme du baccalauréat. »

De son côté, Jean-Michel Blanquer rappelle que si les élèves veulent descendre dans la rue, ils auront toujours l’occasion de le faire lors des autres mobilisations pour le climat prévues le lendemain, samedi 16 mars. Sous-entendu : en dehors du temps scolaire.

Marie Roussel Alexis 11/03/2019
.
.

Lire la suite

11 mars 2019 ~ 0 Commentaire

fukushima (la dépêche)

fuk

Fukushima : huit ans après

La question du nucléaire toujours en suspens

Le 11 mars 2011, un tsunami au large de l’île principale du Japon atteignait la centrale nucléaire de Fukushima, provoquant la fusion du cœur des réacteurs et des explosions. Huit ans après la catastrophe, le nucléaire est toujours discuté au Japon comme en Europe.

C’est une catastrophe du même degré de gravité que celle de Tchernobyl. Il y a huit ans, plus de 18 000 personnes périssaient dans le tsunami qui a ravagé la région de Tohoku, au nord-est du Japon. Mais le nombre de décès liés à l’irradiation de la zone reste indéterminé. Les statistiques du ministère de la Santé japonais évoquaient en 2016 environ 1 700 cancers mortels directement liés à la catastrophe nucléaire.

Certains experts concluaient dès 2013 que le taux de cancers de la thyroïde chez les enfants de Fukushima était 30 fois supérieur à la normale. Mais, les campagnes entreprises, très poussées, ont détecté des cancers qui étaient en fait déjà présents chez les enfants avant même l’accident.

Des conséquences politiques

Un rapport publié ce lundi par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), Sciences Po et l’Institut technique de Tokyo affirme qu’en plus de problèmes sanitaires, la catastrophe a entraîné un problème de confiance des Japonais en leurs élus et leurs experts.

Les habitants sont tiraillés entre le fait d’abandonner leur village ou non, qui peut être mal vu au Japon, quand bien même la décision est prise pour protéger les enfants face aux risques radioactifs. Malgré les 46 milliards d’euros investis pour décontaminer de nombreux villages, seuls 15 % des habitants sont rentrés chez eux et beaucoup se sont tournés vers la justice.

L’ancien Premier ministre, en poste en 2011, a lui-même entrepris une campagne l’année dernière en faveur de la sortie du nucléaire.

Naoto Kan confiait alors à Franceinfo : « Jusqu’au 11 mars 2011, j’avais confiance en la technologie japonaise. Avec Fukushima, j’ai vu qu’une catastrophe nucléaire pouvait créer l’apocalypse dans la moitié d’un pays. Il faut absolument changer notre politique énergétique du jour au lendemain comme certains pays d’Europe ».

Selon lui, seuls cinq réacteurs sur 54 fonctionnaient au Japon l’année dernière, avec une économie prospère, preuve que le pays « n’a pas besoin des centrales ». Et d’ajouter : « L’erreur humaine est possible n’importe où. Le risque est beaucoup trop grand pour être pris. »

Dimanche dernier, 200 manifestants se sont réunis à Paris à l’appel du réseau Sortir du nucléaire pour commémorer la catastrophe de Fukushima et demander « la sortie du nucléaire en France et au Japon ». « Les particules radioactives sont encore dans les sols, elles y resteront pendant des siècles et on n’arrête pas de découvrir de nouveaux cas d’enfants malades de la thyroïde », a affirmé Charlotte Mijeon, porte-parole de l’association pour une sortie du nucléaire.

En Europe, une prise de conscience ?

Conséquence de la catastrophe de Fukushima, la chancelière allemande Angela Merkel a fait fermer sept des centrales nucléaires les plus âgées. Elle a annoncé par la suite une transition énergétique. D’ici 2022, toutes les centrales nucléaires devraient être fermées et l’énergie devrait provenir de sources durables.

Un défi gigantesque approuvé par la population. En 2015, les énergies renouvelables avaient déjà couvert 33 % de la consommation brute d’énergie en Allemagne. En décembre 2015, l’énergie éolienne avait été pour la première fois la principale source d’énergie pour l’électricité, devant l’énergie nucléaire, le charbon et le lignite.

En France, au contraire, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, avait annoncé le 24 mars 2011 que le choix de l’énergie nucléaire n’était aucunement remis en question. Mais le gouvernement avait tout de même chargé une commission d’étudier des scénarios incluent une sortie progressive du nucléaire à l’horizon 2040.

En novembre dernier, Emmanuel Macron confirmait le report à 2035 de l’objectif de réduction de la part du nucléaire à 50 % du mix électrique, contre un peu de 70 % aujourd’hui. 14 réacteurs devraient donc être mis à l’arrêt d’ici seize ans. Le président de la République a tranché entre les vœux du ministre de la Transition écologique qui souhaitait six arrêts supplémentaires d’ici 2028 et Bercy — comme EDF — qui voulaient repousser les fermetures à l’après 2029.

Mais les catastrophes nucléaires ne connaissant pas de frontières, certains militants souhaitent mettre en place des mesures de sortie du nucléaire à l’échelle européenne notamment.

11/03/2019

https://www.ladepeche.fr/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin