Archive | Sans-papiers

20 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

La décision de François Hollande est honteuse, incohérente, révoltante

La décision de François Hollande est honteuse, incohérente, révoltante dans Antiracisme logo-horizontal1-300x153

En conformité avec la commission d’enquête François Hollande ose valider l’expulsion de Léonarda. Conforme à la loi dit-il s’appuyant sur l’ensemble des lois répressives adoptées contre l’immigration depuis Chevènement, Chirac, Sarkozy, Besson. Que son gouvernement s’est bien gardé de modifier.

En même temps qu’il valide l’expulsion, il décide, du fait du prince, que Léonarda, seule, pourrait revenir en France poursuivre ses études. Comment peut-il la forcer à choisir entre sa famille et ses études ? Qu’en est-il des frères et des sœurs, qui ont été scolarisés, eux aussi, jusqu’à maintenant en France ? Que reste-t-il donc du droit de vivre en famille ? Le scandale de l’expulsion de Léonarda n’est pas seulement une question de forme. Son expulsion, comme celle de sa famille, est inacceptable.

Hollande espère, avec sa décision honteuse et en comptant sur les congés scolaires, mettre fin à la mobilisation lycéenne. Il refuse d’entendre que la revendication des manifestants se dresse tout autant contre l’expulsion de Léonarda que contre celle de Khatchik, et de tous les autres. C’est toute la logique de la politique du gouvernement qui est en cause.

Les lycéenNEs qui sont descenduEs dans la rue ne se laisseront pas abuser par une manœuvre aussi minable. Le NPA apporte tout son soutien à leurs mobilisations qui prévoient de reprendre massivement dés la rentrée scolaire.

Montreuil, le 19 octobre 2013

Lire la suite

11 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Lampedusa: Qui sont les coupables ?

Lampedusa: Qui sont les coupables ? dans Antiracisme 42282_couronne-fleurs-migrants-lampedusa_440x260

On en est toujours à compter les morts de l’immense tragédie de Lampedusa. Ils sont probablement plus de 300. Et sans doute 500 disparus. Il s’agit d’un gigantesque massacre annoncé. Tout au long des confins de l’Europe, la Méditerranée s’est en effet littéralement transformée en cimetière.

Ils sont des milliers à s’être noyés dans ces eaux. Ils n’ont souvent pas de nom. Ce sont des femmes, des hommes, des enfants qui fuient la misère d’un continent africain dans lequel le capitalisme, hier sous sa forme colonialiste, aujourd’hui sous sa forme néolibérale et post-coloniale, se manifeste dans toute sa barbarie, en produisant continuellement des guerres, en pillant et en détruisant des territoires entiers. En ce moment, il convient de rappeler la responsabilité de l’Italie dans les affrontements de Somalie et d’Erythrée, les deux pays d’où provenaient la majeure partie des naufragés.

Par contre, nous connaissons les noms des coupables. Ceux-ci se trouvent au cœur des institutions de cette Europe. Ce sont ceux qui ont élaboré et construit la « Forteresse Europe » ; eux qui financent les coûteux projets sécuritaires comme Frontex, eux qui financent les polices de l’autre rive qui tentent de réprimer les révolutions en cours.

Les coupables occupent aussi les principales institutions italiennes. Ceux là mêmes qui versent en ce moment les larmes de crocodiles habituelles. Comme le président Napolitano qui, à l’ époque Ministre de l’Intérieur, a introduit en 1997 en Italie la détention administrative des étrangers soupçonnés du « délit » d’immigration clandestine. Mesure inscrite ensuite dans la Loi Bossi-Fini toujours en vigueur et qui considère même comme criminel ceux qui prêtent assistance en mer au bateaux de réfugiés en perdition.

Les coupables sont ceux qui ont propagé le racisme le plus vulgaire dans le but de diviser les travailleuses et les travailleurs. Les coupables sont ceux qui secondent et gèrent un système qui, au nom du profit, admet la libre circulation des marchandises, des services et des entreprises, mais qui empêche par la force la libre circulation des personnes et offre ainsi au patronat une main d’œuvre bon marché qu’on peut facilement soumettre au chantage.

En outre, il y a aussi le droit pénal car, comme le disait Marx en son temps, « le criminel ne produit pas seulement le délit, mais aussi le droit pénal ». Et en ce moment, tandis que la droite la plus raciste spécule sur l’énorme tragédie, les membres du gouvernement se disent prêts à abroger la Loi Bossi-Fini, considérée comme inadéquate par les institutions européennes. Pour faire quoi ? Pour préserver la défense du coupable.

Ainsi s’est exprimée à chaud la Commissaire de l’Intérieur de l’Union Européenne, Cecilia Malmstroem : « Il faut redoubler les efforts destinés combattre les trafiquants qui profitent du désespoir humain ». Et c’est dans le même sens qu’abondent les principaux représentants du centre-gauche et de la droite du gouvernement en parlant d’augmenter les moyens pour obtenir les « instruments les plus adéquats ». Bien entendu, il s’agit de moyens policiers.

Ils savent pourtant tous parfaitement bien que c’est grâce aux politiques répressives que des milliers de personnes courent le risque de mourir chaque jours afin d’échapper à la faim et à la guerre. Toute autre voie est rendue impossible pour eux.

La réponse à cette immense tragédie qui frappe la Méditerranée ne peut pas être un contrôle sans cesse plus renforcé des frontières internes et externes de l’UE. Une gauche digne de ce nom doit se rebeller contre ces lois injustes et criminelles ; elle doit se consacrer à reconstruire un vaste mouvement pour la libre circulation à travers les frontières et pour un droit d’asile plus large, tout en pointant les véritables coupables.

Une gauche digne de ce nom ne peut être qu’internationaliste et ne reconnaître qu’une seule frontière : celle qui sépare les exploités et les exploiteurs. Gippò Mukendi Ngandu

Source : http://anticapitalista.org/2013/10/04/lampedusa-chi-sono-i-colpevoli/ Traduction française pour Avanti4.b

http://www.avanti4.be/actualite/article/lampedusa-qui-sont-les-coupables

 

Lire la suite

09 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Europe forteresse, Europe criminelle

Europe forteresse, Europe criminelle dans NPA antik212-la-une.preview

À l’heure où ces lignes sont écrites, le bilan le plus récent du naufrage, face à Lampedusa, de 500 migrants Erythréens et Somaliens entassés sur un bateau de pêche parti de Libye se monte désormais à plus de 200 morts. Mais comme seuls 155 naufragés ont pu être ramenés à terre, on peut estimer que le nombre de victimes dépassera, les 350.
Les médias, les politiques européens de tous bords parlent à qui mieux mieux de « drame » ou de « tragédie ». Ils veulent ainsi se dédouaner de toute responsabilité en évoquant quelque chose qui serait de l’ordre de la catastrophe naturelle, genre tsunami, dont on aurait pu limiter les conséquences… en élevant des digues un peu plus hautes !
Alors qu’il ne fait aucun doute que c’est en cherchant à se barricader toujours davantage, au nom de ce qu’ils appellent communément la « maîtrise des flux migratoires », que l’Europe capitaliste tue et pas seulement à Lampedusa…

Derrière les larmes de crocodile
Cette nouvelle « tragédie » n’est que le dernier épisode d’une longue série dont le cadre n’est pas seulement le canal de Sicile, mais aussi l’Adriatique ; l’Atlantique au large des Canaries ou dans le détroit de Gibraltar ; l’Océan Indien où d’autres embarcations de fortune tentent de rallier le département de Mayotte dont le camp de rétention qui accueille les rescapés jouit, à juste titre, d’une réputation des plus sinistres ; le Sahara bien sûr ; tandis que, sur le « front » oriental, la Turquie, aux termes d’un accord de réadmission signé avec l’UE, prend en charge avec un zèle croissant la traque des migrants.

En septembre dernier, 61 réfugiéEs, Syriens et Irakiens et Palestiniens, dont la moitié étaient des enfants, se sont encore noyés non loin des côtes grecques. Au total, près de 20 000 morts au bas mot depuis 25 ans ! Et, en dépit des larmes de crocodile et des proclamations des (ir)responsables européens, cela continuera ou plutôt s’aggravera. Cela durera tant que, sur fond de xénophobie montante soigneusement entretenue par des variations infinies sur le thème de cette « misère du monde » que nous ne saurions accueillir, ou par des déchaînements haineux contre des étrangers désignés comme délinquants ou non respectueux de nos « valeurs », l’Europe poursuivra dans la même voie.

Un continent fait de barbelés
Une voie qui consiste à entretenir des dispositifs de surveillance d’un coût faramineux, suffisamment efficaces pour tuer en obligeant les migrants à emprunter des routes de plus en plus dangereuses mais pas assez pour sauver les naufragés ni priver les capitalistes de nouveaux arrivages de sans-papiers. Ajoutons, pour faire bonne mesure, que le voyage se fait le plus souvent sur les frêles barques de pêcheurs que la raréfaction des ressources halieutiques (développement de la pêche industrielle oblige !) conduit à émigrer ou… à se reconvertir en passeurs : décidément tout se tient !
Ainsi en est-il de l’Agence Frontex, créée pour gérer la coopération aux frontières extérieures de l’Union européenne, dont le budget par temps de crise est passé de 6, 3 millions d’euros en 2005 à plus de 118 millions en 2011 et qui disposait en février 2010 d’une flottille de 113 navires, 25 hélicoptères et 22 avions ! Il est vrai que lorsqu’un ministre espagnol se félicitait naguère des performances de cette Agence en constatant une chute du nombre de migrants débarquant sur les côtes espagnoles, il omettait de signaler que, dans le même temps, le nombre de cadavres échoués avait augmenté de 50 %.
Et la mort continue à frapper les rescapés désormais en « situation irrégulière » : au-delà de la surexploitation dont ils sont désormais l’objet, ils se voient exposés, plus que quiconque, aux accidents de travail parfois mortels, au risque d’être carbonisés dans des logements insalubres, au développement de maladies que les entraves à l’accès au système de santé ne leur permettent même pas de traiter…
Il est vraiment temps que les peuples se dressent pour dire non à un système capitaliste qui engendre ces frontières meurtrières.

François Brun Mercredi 9 octobre 2013 Publié dans : Hebdo L’Anticapitaliste – 212 (10/10/2013)

Lire la suite

07 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Brest, fermeture du service étrangers de la mairie (Casss-papier)

Brest, fermeture du service étrangers de la mairie (Casss-papier) dans Brest et région refugies1
*
Lettre ouverte des CASSS-paPIER aux élu-e-s, mairie, sous-préfecture et préfectureCette lettre ouverte s’ adresse à tous les élue-e-s de la ville de Brest, à tous les partis politiques, à la sous préfecture et à la préfecture de Quimper

Nous venons d’apprendre que le service des étrangers de la mairie de Brest a été fermé le 2 septembre 2013.

Cela nous inquiète fortement.

Jusqu’à présent les élue-e-s de Brest, qui considéraient leur service des étrangers comme une référence nationale, estimaient qu’il était sécurisant pour les personnes migrantes de pouvoir faire leur demande en mairie car elles avaient la garantie d ́être au moins bien conseillées et de ne pas de se faire arrêter en entrant ou en sortant de ce lieu public. Auparavant les personnes sans papiers obtenaient une Autorisation Provisoire de séjour qu’elles retiraient en mairie de Brest. Elles/ils doivent désormais se rendre à la Préfecture de Quimper. Comment vont elles/ils s’y rendre ? Qui va financer leur titre de transport ?

Nous sommes en droit de nous demander pourquoi l’administration semble rechercher, par l’éloignement des services, à compliquer leurs démarches…

Autrefois contacter par téléphone le service des étrangers de la préfecture était un véritable parcours du combattant. Le service des étrangers de la mairie, lui, assurait alors l’accueil de nombreuses personnes chaque jour de la semaine, matin et après-midi. Maintenant que cet accueil est supprimé, la ligne de la Préfecture ne risque-t-elle pas d’être encore plus encombrée ? Est-il prévu que ce service préfectoral embauche du personnel pour répondre à la demande ? Demande qui ne peut qu’augmenter puisque les migrant-e-s devront contacter la Préfecture pour obtenir un rendez-vous à Quimper. Allons nous avoir, en Finistère, la même situation qu’à Rennes où des personnes en demande d’asile sont nombreuses à attendre l’ouverture dès 5h du matin et ne sont parfois pas reçues ? Où les personnes sont mal conseillées, trop peu suivies et où les demandes sont non faites ? Où elles risquent de se faire contrôler et arrêter puisqu’elles n’ont pas été reçues et n’ont donc pu se mettre en règle.

Nous constatons que ces récents changements constituent une dégradation du service public destiné aux personnes migrantes.

Cela démontre une volonté de leur compliquer les choses (manque d’argent pour téléphoner, circuler…) et de leur faire peur. On chercherait à les décourager de faire des demandes pour qu’elles demeurent sans papiers, privées de leurs droits qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Mais cela ne peut être le but recherché par une majorité socialiste soucieuse du bien-être de chacun et notamment des plus faibles… Le 02/10/2013

http://www.galeresdebrest.fr/2013/10/02/brest-migrants-demandeurs-dasiles-lettre-ouverte-des-casss-papier-aux-elu-e-s-mairie-sous-prefecture-et-prefecture/

Lire la suite

07 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Immigration, la Cimade veut déminer le débat à Quimper (LT)

Immigration, la Cimade veut déminer le débat à Quimper (LT) dans Quimper et pays glazik cimade_assez0ccc-a367e

« Les révolutions arabes : nouveau fardeau pour la France ? » Sous ce titre sciemment provocateur, la Cimade veut provoquer le débat public, vendredi, à Quimper.

empty dans Sans-papiers

Rencontre avec Pauline Gomez-Monfort et Magali Id Belaid, bénévoles à la Cimade du Finistère.

Dans quel esprit provoquez-vous ce débat sur l’immigration ?
L’étranger est un bouc émissaire facile de nos maux à quelques mois des élections municipales et européennes. Il s’agit de sortir d’une logique d’instrumentalisation politique du thème pour livrer des clefs précises de compréhension aux citoyens.

Vous ferez le lien avec les révolutions arabes…
La présidente nationale de la Cimade, Geneviève Jacques, qui coanimera le débat, rentre de missions en Libye, Égypte et Tunisie. Elle fera le lien entre ce qu’elle a observé dans des camps de réfugiés et les flux migratoires. Des intervenants nantais de la Cimade évoqueront les conséquences sociales et économiques de ces révolutions arabes sur l’immigration en France. Il s’agit vraiment de changer le regard, de démonter des idées reçues quant à un prétendu envahissement de la France. Nous donnerons des chiffres concrets.

Lesquels ?
Les migrations se font essentiellement selon des axes Sud-Sud. Elles interviennent à 80 % entre des pays situés sur un même continent. Ce nouveau drame de Lampedusa (Le Télégramme de vendredi), quelle honte ! Ce qui est choquant, c’est qu’en vingt ans, près de 20.000 personnes ont perdu la vie aux frontières de l’Europe, et qu’au lieu de se donner les moyens d’empêcher ces drames, la réponse a été à chaque fois plus répressive. La Convention de Genève garantit la liberté d’installation des migrants souvent arrêtés aux frontières de l’Europe.

Comment la Cimade s’implique-t-elle pour changer les choses ?
D’une part, nous menons des actions, organisons des débats pour éclairer les citoyens afin qu’ils contribuent à faire bouger les politiques. Vendredi, nous montrerons, par exemple, des cartes issues de l’Atlas des migrations du réseau Migreurop, pour mieux faire comprendre les tenants et les aboutissants des migrations vers le continent européen. D’autre part, la Cimade participe à la concertation alors qu’une nouvelle loi sur l’immigration est annoncée en France en 2014, qu’une réforme du droit d’asile est prévue en Europe.

Comment avez-vous entendu les propos de Manuel Valls sur les Roms ?
C’est fou ce qu’il a pu dire. Qui peut croire que des gens ont envie de passer leur vie dans des caravanes, qu’ils ne veulent pas s’intégrer ! Ses propos ont sapé le travail associatif de terrain.

Deux débats en quelques mois à Quimper. La Cimade se rend-elle plus visible ?
Nous sommes moins d’une dizaine de bénévoles dans le Finistère, nous avons besoin de troupes. Nous tenons des permanences juridiques, à Quimper, tous les mardis, et une bénévole accueille sur rendez-vous à Brest. Nous avons animé des séances de débat autour de la projection de film, de lecture de livre. La sensibilisation est complémentaire de notre accompagnement des personnes en voie de régularisation, en lien avec d’autres associations, des assistants sociaux, etc. Pratique Débat vendredi, à 20 h, à la MJC de Kerfeunteun. Tél. 06.02.50.72.79. Permanence le mardi, de 14 h à 16 h, 45, rue Bourg-les-Bourgs à Quimper. Propos recueilli par Bruno Salaün 7 octobre 2013

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/immigration-la-cimade-veut-deminer-le-debat-a-quimper-07-10-2013-2259237.php

Lire la suite

05 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Lampedusa : Le capitalisme tue !

Lampedusa : Le capitalisme tue ! dans NPA 42282_couronne-fleurs-migrants-lampedusa_440x260

Au moins 130 morts hier encore au large de l’île italienne de Lampedusa.

Probablement bien davantage puisque seulement 151 des 400 à 500 demandeurs d’asile naufragés, pour la plupart originaires de Somalie et d’ Érythrée, ont été ramenés à terre. Autant de victimes de ce qu’ils appellent la « maîtrise des flux migratoires » ! Nouvel épisode d’une longue série qui a déjà fait des milliers de morts pour la seule Méditerranée et qui, en dépit des larmes de crocodile et des proclamations des (ir)responsables européens, n’a aucune raison de s’arrêter.

Sur fond de xénophobie montante, L’Europe entretient des dispositifs de surveillance d’un coût faramineux, (tels que Frontex, dont le budget par temps de crise est passé de 6, 3 Millions d’€ en 2005 à plus de 118 Millions en 2011), suffisamment efficaces pour tuer, mais pas assez bien entendu pour sauver les naufragés ni priver les capitalistes de nouveaux arrivages de sans-papiers si utiles pour s’attaquer aux salaires et aux conditions de travail de toutes et tous.

La violence contre les immigrés s’exerce des rivages de Lampedusa, au travail sans papier, à l’exclusion du logement, au racisme qui se développe, jusqu’à Calais où les réfugiés, notamment syriens, qui cherchent à gagner l’Angleterre, sont traqués par les forces de l’ordre jusque sur les grues du port.

Le NPA est partie prenante de toutes les mobilisations pour la régularisation de tous les sans-papiers, la liberté de circulation et d’installation, la fermeture des centres de rétention, le respect du droit d’asile.

Le capitalisme fait sa loi. Les peuples doivent construire entre eux les solidarités nécessaires pour résister ensemble à cette violence et construire un monde libéré de la loi du profit et de la concurrence entre toutes et tous.

Montreuil, le 4 octobre 2013

Lire la suite

04 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Accueil des usagers étrangers à la préfecture d’Ille-et-Vilaine

Accueil des usagers étrangers à la préfecture d’Ille-et-Vilaine dans Sans-papiers refugies Non aux sévices publics, oui aux services publics!
Le réseau 35 de vigilance contre le racisme et la xénophobie d’Etat appelle à manifester contre les conditions d’accueil des étrangers à la préfecture d’Ille-et-Vilaine.
1) STOP aux changements organisationnels à répétition!
Depuis 1 an, la préfecture a modifié 3 fois son système d’accueil des usagers pour le «service étrangers». Ces changements à répétition rendent incompréhensibles le système d’accueil pour les usagers.
2) STOP à la diminution des horaires d’ouverture du «service étrangers»! En août 2013, la préfecture a encore diminué les horaires d’accueil des usagers pour le «service étrangers». Avant cet été, ces usagers étaient accueillis 10 h par semaine, ce qui était déjà inadmissible et source de files d’attente. Aujourd’hui, ces usagers ne sont plus accueillis que 6 h par semaine.
3) STOP aux files d’attente interminables!
A cause de la diminution des horaires d’ouverture, les files d’attente des usagers du «service étrangers»ont à nouveau augmenté devant la préfecture. Pour espérer être accueillis, ces usagers arrivent plusieurs heures avant l’ouverture (5 h pour certains !). Jusqu’à 100 personnes
font ainsi la queue!
4) STOP aux humiliations pour les usagers du « service étrangers»!
La préfecture laisse les gens attendre dehors, y compris quand il pleut.  Quand une République fait attendre des êtres humains dehors et sous la pluie, la dignité humaine est en jeu !
5) STOP à la division xénophobe des usagers!
Comme sous Sarkozy, la préfecture met en place des systèmes d’accueil de qualité inégale selon les services. Par exemple, le « service cartes grises » est ouvert plus de 20 h par semaine tandis que les usagers de ce service ont le droit d’attendre à l’intérieur quand la préfecture est ouverte. Les usagers du « service étrangers » sont aussi des usagers et doivent être traités comme les autres!
6) STOP au tout Internet pour les usagers!
Depuis août 2013, les étrangers qui souhaitent renouveler leur titre de séjour doivent obligatoirement prendre rendez-vous par Internet . Ils n’ont plus aucune autre solution pour le traitement de leur dossier (ni téléphonique, ni postale).
7) STOP aux contrôles d’identité des bénévoles qui aident les étrangers!
Depuis 6 mois, la préfecture a mis en place un système de contrôle d’identité des gens qui accompagnent les usagers du «service étrangers ». Pour justifier ce contrôle, la préfecture a utilisé l’argument de Vigipirate et, aujourd’hui, elle utilise celui de « la sécurité des titres et des
personnes ».Les bénévoles ne sont pas des terroristes et ils sécurisent les étrangers car ils les SOUTIENNENT!
Le réseau local 35 de vigilance contre le racisme et la xénophobie d’Etat revendique le retour à des services publics de qualité pour tous, à un traitement digne de tous les usagers et à un fonctionnement non discriminatoire des services de l’Etat.
RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE DE BEAUREGARD
Jeudi 10 octobre de 12 h à 13 h 30 (apportez votre sandwich!)
Depuis sa création en juin 2011, le réseau 35 a mis en lien les organisations suivantes:
AC! – AFPS – ATMF– CADTM – CAR – Conseil des migrants – EELV – FASE – FSU – GA – GU – JC – Mix-Cité – MRAP –NPA – PCF – PG – PS – Solidaires – UDB – UNEF – UTUD.

Lire la suite

02 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Bientôt des drones pour traquer squatteurs et travailleurs clandestins ? (Basta!)

Bientôt des drones pour traquer squatteurs et travailleurs clandestins ? (Basta!) dans Justice & libertés gamaniak_degage-cigogne

Un étrange avion a survolé Slough, une ville de la banlieue de Londres, il y a quelques semaines.

Équipé de caméras thermiques, l’aéronef avait pour objectif de détecter, grâce à la chaleur, des traces de vie humaine dans des cabanes ou garages de la ville. Et de dresser ainsi une carte 3D de toutes les constructions, pour recenser les habitations illégales potentielles. Le conseil de la ville de Slough (120 000 habitants) estime que jusqu’à 3 000 personnes pourraient vivre illégalement dans des remises ou des dépen- dances, converties en habitations de fortune pour clandestins ou travailleurs précaires. La municipalité a donc décidé de passer à l’action pour traquer ces locataires non déclarés.

Il s’agit avant de tout de veiller à la sécurité des personnes concernées, ont annoncé les responsables locaux. De nombreux locataires paient jusqu’à 120 euros par semaine pour vivre dans ces conditions insalubres, sans eau ni véritable chauffage. « Ces gens génèrent des déchets, ils utilisent les services de la municipalité, ils ont un coût qui n’est pas compensé car ils ne paient pas d’impôt », poursuit cependant James Swindlehurst, un des élus municipaux. La location de l’aéronef et le traitement des images a coûté 28 000 euros, en partie compensés par les amendes perçues.

La caméra thermique ne peut déceler la chaleur des corps, mais celle de radiateurs allumés au fond du jardin, ou de réchauds dans des remises. Après la cartographie par les airs, une enquête de terrain vient confirmer les éventuels « délits ». Les propriétaires incriminés risquent 200 euros d’amende par jour s’ils ne mettent pas un terme à cette situation, ainsi que la destructions du bâtiment concerné. Les drones de la police viendront-ils bientôt guetter à nos fenêtres ? Par Agnès Rousseaux (2 septembre 2013)

http://www.bastamag.net/article3229.html

Lire la suite

31 août 2013 ~ 0 Commentaire

Côtes-d’Armor, mineurs étrangers. Expulsés, ils vivent dans un camping-car (LT)

Côtes-d'Armor, mineurs étrangers. Expulsés, ils vivent dans un camping-car (LT) dans Antiracisme

Situation kafkaïenne à Saint-Brieuc : depuis le début de l’été, huit mineurs étrangers isolés ne sont plus pris en charge par le conseil général. Motif : ils seraient en fait majeurs. Une majorité qu’aucune autre autorité ne reconnaît. Pour leur éviter la rue, des Briochins s’organisent.empty dans Sans-papiers

Un camping-car raccordé à l’électricité : rien d’anormal, fin août, dans cette paisible rue du quartier Saint-Michel, à Saint-Brieuc. À l’intérieur, pourtant, l’ambiance n’a rien de la joyeuse effervescence qui annonce le départ en vacances. Paciencia essaye d’y trouver le sommeil, tordu de douleur à cause de son pneumothorax. Cet Angolais, comme huit autres jeunes Africains ont été priés de quitter leurs logements payés par le conseil général au début du mois d’août. Sans l’intervention d’Alain et des militants de leur comité de soutien (syndicalistes, associatifs, chrétiens pratiquants, etc.), Ismaël, Ibrahima, Mohamed, Dieumerci, Emmanuel, Khevy, Andry, Jorge et Paciencia seraient à la rue.

Un «état de majorité» discuté

Depuis le printemps, le conseil général des Côtes-d’Armor, qui les prenait en charge dans le cadre de la protection des mineurs étrangers isolés, leur fait passer des tests osseux. Invariablement, ils concluent à un «état de majorité», malgré des papiers qui leur donnent 16 ans. Interrogé à ce sujet, Claudy Lebreton, président du conseil général, affirme qu’ils devraient être pris en charge non pas par le Département mais par l’État : «On a les lois de la République, on a le droit de les appliquer, tranche-t-il fermement. Mais l’Ofpra (Organisme public chargé de l’application des conventions relatives à la reconnaissance des réfugiés NDLR) se base non pas sur ces tests, mais sur les dates de naissances inscrites sur leurs papiers. C’est kafkaïen !».

Un réseau mobilisé

En attendant une issue administrative (*), c’est chez Alain que les jeunes sont venus trouver refuge. L’un d’eux, Dieumerci, le connaît bien. Son hôte n’est autre que son ancien conseiller principal d’éducation. Il a immédiatement réagi «On n’allait quand même pas les mettre à la rue !», s’énerve-t-il. Quatre jeunes logent désormais dans son camping-car. Les autres, après avoir logé quinze jours chez Corine, une amie d’Alain, se sont fait prêter un appartement en centre-ville, entièrement meublé par Emmaüs. Enfin, Joëlle et Jean-François de leur côté, accueillent Andry, désormais officiellement majeur.

Des cours de cuisine avant la rentrée

«Depuis qu’ils sont en France, ils n’ont jamais mangé qu’à la cantine, explique Pascale, la femme d’Alain, qui a découvert, avec l’accueil des jeunes, les files d’attente aux Restos du coeur ou au Secours populaire. Ils n’ont aucune idée de la manière de cuisiner nos aliments. Régine et Patricia sont allés donner des cours de cuisine aux Guinéens qui logent dans le centre-ville de Saint-Brieuc pour leur apprendre à élaborer des repas avec ce qu’on récupère». «Il n’est pas exclu que l’on soit entendu par les renseignements généraux mais ils savent où me trouver», admet Alain qui ne craint pas cette éventualité. Tout l’été, il a contacté les lycées des environs et six des neuf jeunes (Andry compris) seront scolarisés à la rentrée. Les proviseurs de trois établissements sont même disposés à leur offrir l’internat. Restent la prise en charge des week-ends et vacances scolaires, non résolue, et aussi les cas de Jorge, Ibrahima et Emmanuel, arrivés il y a peu.

* Une réunion entre préfecture, conseil général et comité de soutien sera prochainement organisée. Justin Daniel Freeman 31 août 2013

http://www.letelegramme.fr/chutier/mineurs-etrangers-expulses-ils-vivent-dans-un-camping-car-31-08-2013-2217465.php

Lire la suite

27 août 2013 ~ 0 Commentaire

Un bénévole de la Croix-Rouge poursuivi pour avoir aidé une sans-papiers (Francetv)

Un bénévole de la Croix-Rouge poursuivi pour avoir aidé une sans-papiers (Francetv) dans Antiracisme genda1

L’homme a délivré une fausse attestation à une Congolaise en situation d’irrégularité. Il comparaît mardi malgré l’abrogation du délit de solidarité.

Le délit de solidarité n’existe plus, mais Léopold Jacquens comparaît tout de même, mardi 27 août, devant le tribunal correctionnel du Havre (Seine-Maritime). Son délit : avoir délivré une fausse attestation d’hébergement à une femme sans papiers. Sa convocation lui a été envoyée au début de l’été, alors que l’histoire remonte à 2012. Bénévole à la Croix-Rouge, l’homme reçoit une Congolaise dans les locaux de l’association, raconte France Info. Il souhaite l’aider dans ses démarches pour obtenir des papiers et remplit une attestation d’hébergement. « Comme elle ne connaissait personne, je lui ai donné mon adresse, raconte le retraité. A la sous-préfecture, si vous n’avez pas une adresse au Havre, vous ne pouvez pas commencer votre domiciliation. » Quelques mois plus tard, la police le convoque au commissariat pour lui signifier une amende. Léopold Jacquens refuse de la payer, puisque selon lui, il n’a rien fait d’illégal.

Un an de prison En effet, en décembre 2012, le délit de solidarité, qui punissait les personnes facilitant le séjour de personnes en situation irrégulière, a été supprimé. Le retraité du Nord pense donc qu’il ne risque rien. Mais au début de l’été, il est convoqué devant le tribunal correctionnel du Havre pour faux et usage de faux. Il risque un an de prison et 15 000 euros d’amende. Léopold Jacquens estime n’avoir donné qu’une adresse postale à la femme, mais pour le procureur, il faut réellement héberger la personne pour lui délivrer une telle attestation, peu importe s’il s’agit d’aider une personne en difficulté.

Les associations d’aide aux migrants s’insurgent contre cette situation. Pour Marie-Hélène Boileau, la présidente de la Ligue des droits de l’homme du Havre, il s’agit d’un « harcèlement des militants associatifs. Faire peur aux gens pour qu’ils rentrent dans le rang et qu’ils n’enfreignent pas la loi. » Selon elle, « on ne favorise pas le séjour de personnes en illégalité, au contraire, on fait tout pour qu’elles puissent obtenir une régularisation. On devrait nous remercier, pas nous faire des procès. »  

Par Francetv infoMis à jour le 27/08/2013 | 09:00 , publié le 27/08/2013 | 08:25

http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/un-benevole-de-la-croix-rouge-poursuivi-pour-avoir-aide-une-sans-papiers_397861.html

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin