Archive | Migrants, réfugiés

08 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

berlin 1989 (npa anti-k reporterre)

olive

« Les répercussions continuent d’être considérables »

« Refonder un projet qui ne soit plus associé aux horreurs du stalinisme »

Olivier Besancenot, porte-parole du NPA

La chute du mur de Berlin a été pour toute une génération soit l’écroulement d’un rêve soit la fin d’un cauchemar.

Pour des dizaines de milliers de gens passés par le PCF, la RDA était un exemple, celui d’un peuple qui, après la tragédie nazie, construisait le socialisme et obtenait apparemment des résultats encore meilleurs que dans les autres pays de l’Est.

La propagande officielle montrait les démonstrations de masse d’une foule heureuse. Et puis ce fut, en quelques semaines, la chute, avec des manifestations énormes contre le régime et la fuite de milliers de gens vers l’Ouest ou en Autriche en passant par la Hongrie.

La création de conseils ouvriers luttant pour plus de démocratie, s’opposant au capitalisme, allait créer quelques illusions sur l’avènement enfin d’un véritable socialisme mais tout cela fut vite balayé par le retour du capitalisme et la révélation de ce que fut cette caricature de socialisme : une véritable dictature de la police politique, la Stasi, espionnant tout le monde, l’obligation dans certaines professions d’adhérer au Parti, les procès truqués…

Pour la gauche, en Europe, les enseignements furent variés. Pour certains, notamment les sociaux-démocrates, la preuve était faite que communisme, marxisme, léninisme, révolution… tout cela ne pouvaient mener qu’à la dictature totalitaire.

Et qu’il valait mieux réformer et humaniser le capitalisme. Pour les militants communistes, l’effondrement sans combat de l’URSS et des pays de l’Est va provoquer l’ouverture d’une crise d’identité sans précédent aboutissant à la marginalisation sans retour des grands partis communistes (Italie, France, Espagne etc.).

Mais pour tous ceux qui, face à une crise du capitalisme d’une ampleur exceptionnelle, n’abandonnent pas la nécessité de construire une alternative socialiste, la chute du Mur peut permettre de refonder un projet qui ne soit plus associé aux horreurs du stalinisme.

C’est cette nouvelle période qui explique l’attrait et le dévelopement de nouveaux partis anticapitalistes quelle que soit encore la diversité de leur programme : Bloc de Gauche au Portugal, Die Linke en Allemagne, Alliance Rouge et Verte au Danemark ou NPA en France.

Ainsi la chute du Mur et du stalinisme a abouti provisoirement au rétablissement d’un capitalisme parfois sauvage mais elle a ouvert la voie à la reconstruction d’un mouvement révolutionnaire luttant pour un socialisme du 21è siècle.

arlette-laguiller-

« La gauche réformiste est restée après la chute ce qu’elle était avant »

Arlette Laguiller, ancienne porte-parole de LO

Je suis internationaliste. Je milite pour un monde d’où auront disparu les frontières qui séparent les peuples. Le fait que les Allemands de l’Est et de l’Ouest puissent librement circuler au sein de leur pays ne pouvait que me réjouir. Mais cela n’a pas changé grand-chose de fondamental pour la gauche.

Du côté du Parti communiste, cela a peut-être fait tomber quelques illusions chez ceux qui étaient encore persuadés que la monstrueuse caricature du socialisme qui sévissait en Europe de l’Est assurait le bonheur des peuples. Mais ce ne fut pas pour ramener la direction de ce parti à renouer avec la lutte pour un monde débarrassé de l’exploitation capitaliste, qui avait été l’objectif des communistes des années 1920.

Du côté de la direction du Parti socialiste, on y vit une justification des critiques adressées à l’URSS et à ses satellites… mais en oubliant qu’il y a bien d’autres « murs de la honte », de par le monde, dont la social-démocratie s’accommode fort bien, en s’accommodant de toute l’organisation capitaliste de la société.

En quoi le mur érigé par le gouvernement israélien, et qui enferme autant le peuple israélien que le peuple palestinien, est-il moins honteux que le mur de Berlin ? En quoi le mur de 1 200 kilomètres que l’administration américaine a fait construire à la frontière mexicaine est-il moins détestable que l’ex-Rideau de fer ?

Et pour ne pas être matériels, il existe bien des murs virtuels, destinés à empêcher les travailleurs des pays pauvres – c’est-à-dire des pays pillés par les grandes sociétés occidentales et par les dictatures qu’elles y entretiennent – de venir tenter leur chance en Europe occidentale. La manière dont on vient de traiter les malheureux réfugiés dans la « jungle » de Calais est tout un symbole.

Et si le Parti Socialiste condamne verbalement aujourd’hui certains aspects de la politique de la droite, on ne peut pas oublier que sous le gouvernement socialiste à participation communiste dirigé par Jospin, le ministre de l’Intérieur socialiste, Chevènement, a fait adopter en 1997, huit ans après la chute du mur de Berlin, une loi qui renforçait l’arsenal juridique anti-immigrés.

La gauche réformiste est restée après la chute de ce mur ce qu’elle était avant. Elle n’aspire qu’à gérer les affaires de la bourgeoisie, et ce n’est pas sur elle qu’il faut compter pour détruire toutes les barrières qui s’opposent à la libre circulation des hommes.

Source: Regards Cet article est extrait du numéro spécial « 20 ans de la chute du Mur », paru en novembre 2009

https://www.anti-k.org/

Lire aussi:

Il y a 30 ans : la chute du Mur de Berlin (NPA)

Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne (Reporterre)

Lire la suite

08 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

collectes réfugiés

collecte

Facebook

Lire la suite

07 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

immigration (fo rp)

immigres cgt

Immigration : de mauvaises réponses à de mauvaises questions

Une nouvelle fois, dans un contexte politique controversé, revient le sujet des politiques en matière d’immigration.

Pour FO, la question des migrations doit avant tout être abordée sous l’angle de la dignité humaine et des droits de l’homme et des travailleurs.

Avant qu’il y ait immigration, il y a en effet émigration. Or, dans la très grande majorité, que ce soit pour des raisons dites économiques, en réalité de subsistance ou de conditions de vie décente, pour soi et ses proches, ou pour des raisons de sécurité, on ne migre jamais volon-tairement. Émigrer est, à la fois, le plus souvent un déchirement et, malheureusement aussi, un risque compte tenu des dangers affrontés.

Pour FO, les travailleurs ne sont pas une marchandise et ne devraient en aucun cas être assimilés à un quota !

Il reste choquant que l’on choisisse ou rejette les travailleurs migrants en fonction de leur utilité économique et que l’on restreigne parallèlement la possibilité pour ces mêmes travailleurs de vivre en famille.

L’annonce d’une mesure sur les quotas est un vieux serpent de mer. La liste des métiers en tension ouverts aux ressortissants d’un État hors UE existe depuis 2007 et n’a jamais fait la preuve de sa pertinence, ce que le gouvernement reconnaît aujourd’hui, puisqu’il souhaite la modifier. Ce qui était inutile et inefficace hier le reste aujourd’hui.

Rendre attractif aux candidats issus de l’immigration des métiers demandant des qualifications ne doit pas se faire au détriment de l’intérêt des pays d’origine, qui font face à une fuite des qualifications préjudiciable à leur développement. Cela soulève d’ailleurs à nouveau l’enjeu des politiques de développement et des moyens mis en œuvre à cet égard.

Quant aux secteurs en tensions du fait du manque de candidats sur des emplois à pourvoir, le recours à une main d’œuvre immigrée ne saurait en rien exonérer de la nécessité de revaloriser la nature de ces emplois trop souvent précaires, à temps partiel, peu qualifiés, mal rémunérés.

FO conteste également le recul annoncé sur l’aide médicale d’État, qui est un dispositif essentiel de santé publique.

Communiqué de FO Publié mercredi 6 novembre 2019 Marjorie Alexandre Secrétaire confédérale au Secteur International, Europe et Migrations

https://www.force-ouvriere.fr/

Lire aussi:

Immigration : Macron veut sélectionner les « bons » migrants pour mieux attaquer les autres (RP)

Lire la suite

17 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

rennes st jacques (npa 35)

rennes st j

NON AUX CHARTERS EN BRETAGNE ET AILLEURS !

NON AUX EXPULSIONS DES SANS-PAPIERS !

RÉGULARISATION DE TOUTES LES PERSONNES SANS-PAPIERS !

PRÉFÈTE DÉMISSION !

Vendredi 4 octobre, une rafle de sans-papiers a été organisée en Bretagne par la préfète . Un boeing géorgien a décollé de Rennes avec plus de 30 personnes géorgiennes à son bord, encadrées par des policiers français et géorgiens. Elles ont été expulsées du territoire. Deux personnes ont résisté en s’ouvrant les veines. Les chaises de plusieurs lieux scolaires (école, collège, lycée) sont aujourd’hui vides.

Depuis, des manifestations ont eu lieu dans toute la Bretagne pour dénoncer cette expulsion collective. À Redon, à Vannes, à Bégard, à Rennes… L’école Contour Saint-Aubin a organisé une grande chaîne humaine. Le collège du Landry organise une opération chaise vide toute cette semaine à midi.

Samedi 12 octobre, à Rennes, une assemblée générale de rue a réuni plus de 200 personnes à l’appel du Collectif de soutien aux personnes sans-papiers.

  • Quatre décisions ont été prises : créer un système de communication rapide pour essayer d’empêcher que se remplisse un nouveau charter ;
  • Organiser une manifestation régionale à l’aéroport de Rennes Saint-Jacques ;
  • Profiter de cette manifestation pour faire une nouvelle assemblée générale de rue à Saint-Jacques ;
  • Créer un « comité anti-expulsions » en Bretagne. Trois autres charters sont annoncés dans les semaines à venir. Nous devons empêcher l’État d’organiser ces expulsions collectives qui sont inhumaines, violentes et illégales.

MANIFESTATION À L’AÉROPORT Rennes Saint-Jacques
Samedi 19 octobre 15h

Le Comité anti-expulsions de Bretagne appelle à une grande : MANIFESTATION À L’AÉROPORT Rennes – Saint-Jacques Samedi 19 octobre, à 15h RV devant l’Aire libre (bus n°57, arrêt Aire libre)

La manifestation partira de Saint-Jacques et se dirigera à l’aéroport. Elle n’empêchera pas les voyageurs de prendre leur avion. Elle se terminera par une grande assemblée générale devant l’aéroport.

L’assemblée générale commencera par donner des informations sur ce qui s’est passé à Rennes depuis plusieurs semaines. Puis la discussion s’engagera pour inventer des actions permettant de décourager l’État français d’organiser de nouveaux charters et d’expulser les sans-papiers.

Le Comité Anti-Expulsions de Bretagne

Source NPA 35 

Lire la suite

15 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

solidarités (temps partagé)

72543738_1534773910049093_3022858928510730240_o

Cette année encore, nous vous proposons quelques animations dans le cadre du Festival des Solidarités autour du thème « Les migrations, déconstruisons nos préjugés ».

L’occasion de rencontrer quelques associations oeuvrant sur Quimper auprès des migrants, de toutes origines et de tout âge : « Le temps partagé », « 100 pour un toit Cornouaille », « collectif droit d’asile » et « La Cimade »

VENDREDI 22 NOVEMBRE : Apéro discussion
Diffusion du film « le soleil se lève à Brest » en présence du réalisateur Gilles Blaize. Film produit par Tébéo et Bleu Iroise.
Échanges et débats avec le public animés par Rémi de la « Liberté de l’esprit »

SAMEDI 23 NOVEMBRE : Soirée festive autour d’un repas partagé
Le principe est simple, si vous le pouvez, vous apportez avec vous un plat salé ou sucré qui régalera les autres convives tout autant que vous. Les murs n’étant pas extensibles et pour être sûrs que chacun ait à manger, nous vous demandons de bien vouloir vous inscrire au 02 98 55 33 13 ou contact@centredesabeilles.fr et de nous dire ce que vous pourrez apporter.

Pour rythmer cette soirée, quelques animations vous seront proposées par le CICODES : Des jeux du monde, un Quizz, un jeu « défis », un parcours… Nous clôturerons en textes et en musique avec 2 artistes quimpérois : le che29 et Abdulaye Sané

OPEN MIC : Vous slamez, rappez, chantez ? La scène vous attend !

Centre des Abeilles

4 rue Sergent Le Flao, 29000 Quimper

Facebook

Lire la suite

08 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

antiracisme (dossier npa)

AFFICHE-RACISME-POUTOU2017-BAT-1

Contre le racisme, contre les frontières

Macron et consorts ont décidé, en cette rentrée, d’enfourcher l’un des chevaux de bataille favoris de l’extrême droite et de la droite extrême : les questions migratoires.

L’occasion de revenir, dans ce dossier, sur la nécessaire fermeté dont nous devons faire preuve face à la diffusion des idées racistes et anti-migrantEs, et aux politiques qui les accompagnent. Ce dossier est composé d’extraits de la brochure « De l’air, ouvrez les frontières ! », disponible auprès des militantEs du NPA.

antiracisme (dossier npa) dans Antifascisme

Refuser les frontières, donner un avenir à l’humanité

Si nous avons épuisé nos mots pour dire la tragédie humaine que constitue le sort réservé aux migrantEs, avec notamment les milliers de mortEs en Méditerranée, il faut pourtant écrire et parler pour dire qu’il n’y a rien de fatal.

 dans Macronie

Racisme et violences policières

Les quartiers populaires sont un terrain d’expérimentation quotidienne de la violence d’État. C’est une violence ciblée, dans des quartiers situés loin des centres urbains ou menacés de disparition au cœur des villes, comme à Marseille.

 dans Migrants, réfugiés

Des revendications des mouvements de résistance soutenues par le NPA

▸ Des moyens pour un accueil digne et non pour la répression ;
▸ La régularisation de toutes et tous les sans-papiers ;
▸ La fin des expulsions ;
▸ La fermeture des centres de rétention administrative (CRA) ;

https://npa2009.org/

Lire la suite

03 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

lannion sans-papiers (le trégor)

Migrants

Lannion. Le collectif de soutien aux sans-papiers occupe la Maison du département

Depuis jeudi midi, le collectif de soutien aux sans-papiers occupe la Maison du département à Lannion pour défendre une famille. Un sursis a été obtenu.

Une vingtaine de personnes du collectif de soutien aux sans papiers occupent depuis jeudi midi, la Maison du département à Lannion pour soutenir une famille. « Nous resterons là le temps qu’il faudra, y compris cette nuit ».

Débouté du droit d’asile

Le collectif des sans-papiers soutient la famille Tombo. Ce couple angolais avec trois enfants était venu, ce jeudi matin, chercher ses bons alimentaires à la Maison du département. Ils lui ont été refusés. La famille a épuisé tous les recours pour obtenir des papiers et a été déboutée du droit d’asile.  On avait prévenu en début de semaine le député que nous ferions des actions plus fortes. »

Les membres du collectif sont déterminés. La famille est pour l’instant logée à Lannion dans des locaux de l’Amisep. Deux des trois enfants sont scolarisés dans la ville.

Trois familles concernées

Le collectif suit, sur Lannion, trois familles dans la même situation :  Mais nous savons qu’à Lannion il y a aussi des adultes sans-papiers à la rue malheureusement. Pour ces familles, nous le refusons. » Patrice Kervaon, le conseiller départemental est passé se rendre compte de la situation. Des rendez-vous sont pris avec le maire de Lannion, ce vendredi et le président de l’agglomération pour la fin du mois.

Un sursis d’une semaine

A 17 h ,  la famille a fini par recevoir ses bons alimentaires pour la semaine. Mais la famille Tombo va recevoir un courrier officiel pour lui signifier l’arrêt de ces aides dès la semaine prochaine. Le collectif a déjà prévenu : « Nous serons là pour les soutenir à nouveau ».

3 Octobre 2019

https://actu.fr/bretagne

Lire la suite

26 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

dato et juna (lt)

georg

Lire la suite

17 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

expulsion brest (ouest france)

refugies

Brest. Mobilisation contre l’expulsion d’une famille géorgienne

Mobilisation d’une quarantaine de personnes devant le commissariat où la famille géorgienne doit se présenter tous les jours.

Lundi 16 septembre, rue Colbert, à l’appel de la Ligue des droits de l’Homme et d’un collectif d’enseignants et lycéens de Vauban, une quarantaine de personnes se sont rassemblées devant le commissariat. Pour soutenir Dato et Juna et leurs deux enfants, menacés d’expulsion.

Lundi 16 septembre, en fin d’après-midi, rue Colbert, à l’appel de la Ligue des droits de l’Homme et d’un collectif d’enseignants et lycéens de Vauban, une quarantaine de personnes se sont rassemblées… (Payant)

16/09/2019

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

13 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

réfugiés (ldh brest)

ref2

ref

Facebook

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin