Archive | Religions

04 juin 2014 ~ 0 Commentaire

Irlande: 800 squelettes de bébés découverts dans un ancien couvent catholique (20 mn)

Entre 1925 et 1961, des jeunes mères célibataires tombées enceintes hors mariages y étaient accueillies…

Près de 800 squelettes de nouveau-nés ont été découverts dans une cuve en béton, à côté d’un ancien couvent catholique de la ville de Tuam en Irlande, qui a accueilli entre 1925 et 1961 des jeunes mères célibataires tombées enceintes hors mariage. «Quelqu’un m’avait mentionné l’existence d’un cimetière pour nouveau-nés, mais ce que j’ai découvert était bien plus que cela», a déclaré l’historienne Catherine Corless, à l’origine de cette découverte.

C’est en réalisant des recherches sur les archives d’un ancien couvent de Tuam (ouest de l’Irlande), aujourd’hui reconverti en lotissement, que l’historienne a découvert que 796 enfants avaient été enterrés sans cercueil ni pierre tombale.

Enterrés secrètement Ces nouveau-nés auraient été enterrés secrètement par les bonnes soeurs du Couvent de Bon Secours. Malnutrition, pneumonie, tuberculose et sans doute maltraitance. Les raisons de leur mort restent floues. Wiliam Joseph Dolan, un proche d’un enfant ayant vécu dans cette institution, a déposé une plainte afin de comprendre ce qui s’est passé à l’époque. Une levée de fonds a également été lancée pour construire un mémorial avec le nom de chaque enfant.

10.000 jeunes filles Cette découverte rappelle un autre scandale impliquant également des mères célibataires. Entre 1922 et 1996, plus de 10.000 jeunes filles et femmes avaient tra- vaillé gratuitement dans des blanchisseries exploitées commercialement par des religieuses catholiques en Irlande. Les pensionnaires, surnommées les «Magdalene Sisters», étaient des filles tombées enceintes hors mariage ou qui avaient un comportement jugé immoral dans ce pays à forte tradition catholique.

Créé le 04/06/2014 à 10h12 — Mis à jour le 04/06/2014 à 10h17

http://www.20minutes.fr/monde/1393077-irlande-pres-de-800-squelettes-de-bebes-decouverts-dans-un-ancien-couvent-catholique

Lire la suite

23 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Nigeria: l’armée contre le terrorisme?

rouge-5-boko-haram326

François Hollande en semble persuadé : il est en train de briller sur un nouveau front. Samedi 16 mai à Paris, il avait réuni cinq chefs d’État du continent africain : le président de la République fédérale du Nigeria, Goodluck Jonathan, ainsi que ceux des quatre pays voisins (Cameroun, Tchad, Niger, Bénin)…

A cette occasion, le président français a tonné contre la secte armée nigériane de Boko Haram, qui vient de se rendre célèbre par le rapt de 276 collégiennes, dont 53 ont réussi à fuir : « Boko Haram a une stratégie anti-civilisationnelle de déstabilisation du Nigeria mais aussi de destruction des principes fondamentaux de la dignité humaine. » Disons-le, toute ironie qui minimiserait l’horreur des crimes commis par la secte intégriste sanguinaire serait fortement déplacée. Le 5 mai, le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, a reven- diqué la prise d’otages de plus de 200 écolières, effectuée dans la nuit du 14 au 15 avril dernier.

Dans la même vidéo, Shekau annonçait son intention de « vendre en esclaves » les filles. Le 12 mai, le leader de Boko Haram a annoncé cependant qu’il avait réussi à « con- vertir » environ 130 des filles à sa version de l’islam, et les avait ainsi « libérées » (spiri-tuellement s’entend…). Pour les autres, il proclamait son intention de les échanger contre des prisonniers de son organisation, demande aussitôt rejetée par les officiels.

Les grandes puissances veulent prendre pied Pour autant, il n’est pas certain que la mise en scène de la France et des présidents convoqués à Paris – dont au moins deux, Paul Biya et surtout Idriss Déby, sont des sinistres bouchers tout en étant des amis notoires de la « Françafrique » – ait servi la cause de la liberté des filles. La stratégie annoncée repo- sera avant tout sur un renforcement de l’armée nigériane, les autres puissances présentes sur le terrain – France, USA, Chine – n’interviendront pas militairement. Il est cependant question du partage de renseignements, gagnés à partir de drones états-uniens et/ou d’avions militaires français qui pourraient bientôt décoller du Tchad, et de l’instauration d’une plateforme de renseignement à Abuja, capitale fédérale du Nigeria.

L’armée nigériane fait jusqu’ici clairement partie du problème, plutôt que de la solution. Du matériel livré à l’armée nigériane a été vendu sur le marché noir, dont en partie à Boko Haram. La raison principale en est la gigantesque corruption qui ravage le Nigeria et gan- grène tout depuis qu’on a découvert qu’il regorge de pétrole.

Six milliards de dollars par an sont déboursés au titre de la « lutte contre le terro- risme »... alors que 25 millions arriveraient sur le terrain dans le nord-est. Le 9 mai, Amnesty International a accusé l’armée nigériane d’avoir été au courant du projet de rapt – les djiha- distes présents autour de l’école avaient été repérés en début de soirée du 14 avril –, mais de n’avoir strictement rien entrepris pour l’empêcher.

La solution miracle n’existe certainement pas. À court terme, il est à craindre qu’une négociation avec la secte sanguinaire soit inévitable pour sauver les filles, ce qui ne réduit aucunement la nécessité de la combattre. Le meilleur moyen, ensuite, sera de donner aux populations locales des moyens d’assurer leur autodéfense. En attendant, les grandes puis- sances profitent de l’occasion pour mettre un pied dans la porte du Nigeria. Déjà le 24 mai 2009, François Fillon, alors Premier ministre, avait proposé l’aide militaire française à l’ar- mée du Nigeria. À l’époque, c’était pour combattre des rebelles (non intégristes) dans le delta du Niger, principale zone de production du pétrole, marquée par la misère des populations et la destruction de leur environnement.

Bertold du Ryon Hebdo L’Anticapitaliste – 243 (22/05/2014)

Lire la suite

12 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Pour la libération des lycéennes nigérianes

usteamnigeria

Pour le droit aux études de toutes les jeunes filles dans le monde !

Il y a presque un mois, environ 200 jeunes filles ont été enlevées dans un lycée nigérien et une dizaine d’autres a été enlevée une semaine plus tard. La plupart de ces jeunes filles sont actuellement retenues prisonnières par la secte islamiste Boko Haram. Par le biais d’une vidéo abjecte, le leader de cette secte a annoncé l’avenir qu’il réserve à ces jeunes lycéennes : le viol et l’esclavage.

Il s’agit d’un acte de guerre contre les femmes et contre leurs droits à l’instruction, qu’il a clairement exprimé : « Les filles, vous devez quitter l’école et vous marier. »

L’État français qui a été, ces derniers temps, prompt à intervenir en Afrique pour soi-disant y défendre les droits de l’homme et la démocratie, a, sur ce sujet, été bien long à s’exprimer. Cela montre bien que le combat contre les violences faites aux femmes ne fait absolument pas partie des priorités de la politique étrangère de la France.

Au Nigéria, les proches de ces jeunes filles ont spontanément manifesté leur désarroi, leur colère, et surtout leur volonté de voir revenir les lycéennes. La mobilisation s’est poursuivie sur les réseaux sociaux, et une pétition lancée par Ify Elueze, une Nigérienne résidant en Alle- magne, a lancé le slogan fédérant la mobilisation : «Bring back our girls!». Ce slogan a été réapproprié localement, et nous le relayons.

Une première étape est atteinte, puisque le sort de ces jeunes filles est désormais connu du monde entier. La campagne médiatique continue, pour faire pression sur le gouvernement nigérian et sur les gouvernements du monde entier, afin que des moyens, déterminés en accord avec leurs proches, soient réellement déployés pour retrouver ces jeunes filles.

Rappelons cependant que les interventions armées ne pourront que provoquer de nouveaux drames pour les femmes. Des actions de solidarité, initiées par des associations de défense des droits des femmes, sont prévues dans les jours et semaines qui viennent notamment le 13 mai à Paris (18h, place du Trocadéro).

Évidemment, le NPA s’associe à ces initiatives, pour réclamer la libération de ces jeunes filles, et défendre le droit pour toutes, dans toutes les régions du monde, à l’accès à l’éducation, à l’instruction, et à l’autonomie. Montreuil, le 12 mai 2014

Lire la suite

06 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Nigeria, boko haram ou la faillite d’un système

Nigeria-Fuel-Subsi_2103610b

Nous voulons la fin de la corruption, pas des subventions!

Au début sous-estimée, la secte islamiste Boko Haram prospère dangereusement sur le terreau de la misère sociale et de la corruption de l’équipe dirigeante.

En 2009, l’armée dut venir en aide à la police qui, au bout de cinq jours, n’arrivait pas à prendre le dessus dans le conflit qui l’opposait aux militants de Boko Haram. Mohammed Yusuf, son leader, fut fait prisonnier par les soldats puis confié à la police qui l’exécutera quelques heures plus tard avec des dizaines d’autres prisonniers. Cet épisode sanglant va façonner la seconde vie de Boko Haram.

Islam rigoriste Auparavant, cette organisation dont le nom signifie « interdiction de la culture occidentale » (Boko venant de « Book », qui signifie livre en anglais, et « Haram » veut dire interdiction en arabe) était une organisation musulmane parmi tant d’autres. Née à Maiduguri dans l’État de Borno, elle se distingue par ses affrontements avec les forces de police.

Son fondateur prône un islam rigoriste qui s’accompagne d’un discours contre la corruption des élites, la culture décadente et l’éducation occidentale qui pervertit le pays…
Elle recrute largement parmi la jeunesse déclassée, mais aussi parmi les diplômés sans travail et sans espoir d’en trouver.

L’essentiel de ses forces militantes se trouve dans le nord du pays, région largement négligée par le pouvoir central en continuité de la politique colonialiste des Anglais. Cepen- dant, les frontières de cette organisation sont loin d’être étanches avec une partie des élites dirigeantes du nord du pays. Le Nigeria, premier pays africain producteur de pétrole qui vient de surpasser l’Afrique du Sud par son poids économique, reste une terre de profondes iné- galités qui ne cessent de s’accroître. En effet, à côté de ses 455 millionnaires, les deux tiers de la population vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

De la rébellion au terrorisme Les événements de 2009 vont plonger cette organisation dans une spirale de violence sans fin dont les victimes peuvent être les fonctionnaires, les chrétiens, mais aussi les musulmans qui ne respectent pas les préceptes de la secte.

Face à Boko Haram, l’État nigérian va répondre avec le même degré de violence : massacre de populations soupçonnées de soutenir les rebelles, villages brûlés, exécutions extrajudiciaires en masse, détentions arbitraires et tortures dans les prisons qui constituent autant de crimes contre l’humanité. Ainsi les civils sont pris en otage entre le déferlement de violence des deux parties.

Par ses actions meurtrières, Boko Haram tente de dissuader les parents d’envoyer leurs enfants dans les écoles publiques. Leurs militants déjà avaient incendié le dortoir d’un lycée de Buni Yadi faisant une quarantaine de morts parmi les élèves âgés de 11 à 18 ans. Il y a quelques jours, ils viennent d’enlever une centaine de collégiennes.

Cette descente aux enfers n’est pas inéluctable. Le Nigeria est un pays qui a une tradi- tion ouvrière avec une forte implantation syndicale, même si ces syndicats sont dirigés, comme dans de nombreux pays, par des bureaucrates. La récente grève générale de plusieurs jours contre la suppression des subventions au carburant a démontré la capacité d’union dans la lutte, entre chrétiens et musulmans, contre les manœuvres partagées des gouvernants et de Boko Haram pour diviser la population. Le signe de l’espoir est là.

Paul Martial Hebdo L’Anticapitaliste – 240 (01/05/2014)

Lire la suite

25 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Valls, fillon et bernadette chirac à la canonisation des deux papes (jdd)

valls

Dimanche prochain, François Fillon figurera, aux côtés de son épouse, Penelope, mais aussi de Bernadette Chirac, parmi les invités d’honneur de la cérémonie de canonisation des deux papes. Le Premier ministre Manuel Valls mènera la délégation française.

En 2011, il représentait la France à la cérémonie de béatification de Jean-Paul II. Dimanche prochain, François Fillon figurera, aux côtés de son épouse, Penelope, mais aussi de Berna- dette Chirac, parmi les invités d’honneur de la cérémonie de canonisation des deux papes. Ce fervent catholique figurera dans le carré VIP, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Non loin de la petite délégation française menée par le Premier ministre Manuel Valls et qui comprendra notamment Charles Revet (UMP), président du groupe France-Saint-Siège au Sénat, et Xavier Breton (UMP), son homologue à l’Assemblée.

En 2011, la présence de François Fillon à Rome avait été dénoncée par la gauche. « La distinction nécessaire entre les pouvoirs temporel et spirituel ne contredit pas le respect de la foi », confie-t-il au JDD, heureux, à l’occasion de cette « démarche personnelle », de célébrer « deux papes qui ont profondément marqué leur temps. Jean XXIII, qui a eu le courage, à 77  ans, d’engager l’Église dans la voie du concile Vatican II et Jean-Paul II, qui a démontré que la liberté était plus forte que la peur ». Il avait été fait état d’une compétition entre Nicolas Sarkozy et son ex-Premier ministre, pour savoir qui obtiendrait le premier audience auprès du Saint- Père. « Nicolas Sarkozy n’a jamais formulé de demande », s’étonne un de ses proches. Fillon, qui a rencontré quatre fois Benoît XVI et deux fois Jean-Paul II n’en fait pas mystère : il souhaiterait connaître François, « pape de rupture ». Un autre ancien dirigeant français l’a devancé : Valéry Giscard d’Estaing a été reçu par le pape le 15 mars dernier. S.Q. – Le Journal du Dimanche

http://www.lejdd.fr/Societe/Religion/Valls-Fillon-et-Bernadette-Chirac-a-la-canonisation-des-deux-papes-662585

Commentaire: Le catholicisme passe avant une « laïcité » (à géométrie variable) et puis Jean Paul est le pape qui  » a vaincu le communisme », et çà Valls adore!

Lire la suite

14 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Paris: accusations de dérives intégristes dans un lycée catholique (20 mn)

208277_257292417707850_2044430389_n
*

Des professeurs, des parents et des élèves d’un lycée parisien privé dénoncent un endoctrinement durant les cours de catéchèse…

Des enseignants, des élèves et leurs parents ont dénoncé des dérives intégristes dans le contenu des enseignements du lycée Gerson, un établissement catholique privé sous contrat avec l’Etat situé dans le 16e arrondissement de Paris, rapporte Europe 1.

En effet, l’association anti-avortement Alliance Vita aurait été plusieurs fois invitée à participer aux cours de catéchèse (enseignement religieux). Une jeune fille interrogée par la station raconte ces séances où auraient été tenus les propos suivants: «Une fille, par exemple, qui prend la pilule du lendemain, ne sait pas s’il y a fécondation. Elle est donc considérée com- me «semi-meurtrière». En revanche, une fille qui avorte commet un «homicide volontaire»».

«L’Opus Dei est au sein de notre établissement» Témoignant anonymement, une enseignante de ce très chic lycée raconte que «l’Opus Dei est au sein de notre établissement aujourd’hui, c’est incontestable. La responsable de cycle et une collègue, au moins, sont de l’Opus Dei. Nous ne sommes plus dans l’offre d’une spiritualité mais dans l’imposition d’une vision des plus obscurantistes de notre société». L’Opus Dei est une organisation religieuse discrète ultra-conservatrice fondée en 1928, qui suscite régulièrement la polémique.

Une demande a été envoyée à la direction de l’enseignement catholique pour faire remplacer l’encadrement de cet établissement. Créé le 14/04/2014 à 10h00 — Mis à jour le 14/04/2014 à 10h26

http://www.20minutes.fr/societe/1351281-paris-accusations-de-derives-integristes-dans-un-lycee-catholique

Commentaire: Sous la « dictature socialiste » de François Hollande on subventionne les idées de la Manif pour tous, étonnant non?

Lire la suite

01 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Municipales: caroline fourest traque les «islamistes» du fn (acrimed)

moro  s y cristianos

Dimanche soir, alors que les premiers résultats des élections municipales étaient annon- cés dans les médias, Caroline Fourest a entrepris, sur Twitter, de commenter les scores du FN, en présentant succinctement certains des nouveaux maires investis ou soutenus par le mouvement présidé par Marine Le Pen. L’éditorialiste nous a ainsi offert de grands moments de subtile analyse politique en 140 signes, avec par exemple ce tweet au sujet du nouveau maire de Béziers, Robert Ménard :

Municipales: caroline fourest traque les «islamistes» du fn (acrimed) dans Antifascisme FourestMenard-1fd9f

Mais aussi, et surtout, avec cet autre tweet, à propos de David Rachline, nouveau maire de Fréjus :

FourestRachline-41b7e dans Religions

On s’abstiendra, par charité, de commenter cet étrange « donc », qui induit une équivalence entre le groupuscule d’Alain Soral et l’un des principaux mouvements politiques libanais, raccourci qui en dit long sur la très grande culture de Caroline Fourest et sur sa volonté d’en finir avec les amalgames.

On se contentera seulement de relever que les obsessions islamiques de Caroline Fourest auront permis à ses abonnés sur Twitter de comprendre que, contrairement à ce que l’on pouvait entendre sur les plateaux de télévision, il n’y a eu ni « vague bleue » ni « vague bleu marine ». La vague est en réalité verte, et il serait bon que chacun, à l’instar de Caroline Fourest, prenne conscience de la nécessité d’un combat sans merci contre les dérives islamophiles du Front National.

Julien Salingue  le 1er avril 2014

http://www.acrimed.org/article4302.html

Lire la suite

16 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Qui a inventé la « tradition judéo-chrétienne » et pourquoi? (lcr.be)

crever

La tradition judéo-chrétienne!

Voilà une expression qu’on emploie à tort et à travers. Elle n’est pas innocente. La plupart du temps elle circonscrit la culture occidentale et ses « valeurs ». Elle donne l’impression de remonter dans des temps immémoriaux, celui où Moïse reçut des mains de Dieu les Dix Commandements, et puis celui, il y a 2000 ans, ou Il envoya son Fils sur terre pour racheter nos péchés.

Mais en réalité cette tradition n’est pas vieille du tout : elle est apparue il y a environ deux cents ans et elle a atteint son heure de gloire après que la culture chrétienne ait participé à la destruction physique du monde juif, donc après la 2e Guerre mondiale et le début de la guerre froide.

L’ironie de l’histoire est noire, très noire. Depuis que l’empereur Constantin déclara le christianisme religion d’État, l’Europe était considérée comme purement chrétienne. Les Juifs étaient au Moyen Age, selon l’expression de l’historien anglais Richard Southern, des « ennemis de Dieu avec un permis de séjour ».

Malheur à eux quand la validité du permis expirait. L’idée ne venait à personne que les communautés juives éparpillées avaient marqué de leur empreinte la culture européenne.

Les Lumières changèrent d’opinion à ce sujet. Leur vision « historiciste » (et sans doute leur tolérance envers les différentes obédiences religieuses) les amenait à concevoir le christianisme comme issu du judaïsme. Après l’émancipation des Juifs dans les sillages des révolutions américaine et française ils furent (en tout cas formellement) transformés de peuple en « citoyens israélites ».

Dorénavant le monde intellectuel parla d’une civilisation « judéo-chrétienne », mais sans arrière-pensée, sans l’opposer à un monde sauvage, malfaisant ou satanique. Cela viendra plus tard. L’utilisation de l’expression comme concept socio-culturel servait de distinguer la « civilisation judéo-chrétienne » d’autres civilisations, comme les civilisations gréco-romaine, chinoise, byzantine, islamique, etc. On pouvait évaluer cette civilisation positivement comme le faisaient la plupart des penseurs européens, ou bien comme une « morale d’esclave » selon l’expression de Nietzsche.

Toutes les grandes civilisations, c’est-à-dire celles qui ont marqué profondément et dura- blement la culture mondiale, ont une longue histoire derrière elles. Ainsi la civilisation chinoise, vieille de plus de 3000 ans. Ainsi la civilisation « occidentale » qui a des racines dans l’antiquité babylonienne. C’est de là que viennent entre autres le mythe du déluge et les premières idées mathématiques.

Le monde grec, suivi du monde romain et puis des invasions germaniques, sont le socle sur lequel se sont construits d’abord la féodalité et puis le capitalisme. L’Église catholique est, du point de vue de son organisation, un avatar direct du Bas Empire romain et ce n’est pas par hasard que son GCG (grand quartier général NdB) se trouve dans la ville éternelle. Il faudrait donc parler plutôt de civilisation gréco-romaine & germanique que judéo-chrétienne.

La folie meurtrière de la 2e Guerre mondiale a suscité des remords dans les rangs de ceux qui considéraient le judaïsme comme une fausse religion, plus spécialement dans l’Église luthérienne d’Allemagne dont certains bureaucrates avaient « germanisé » Jésus de Nazareth et participé plus ou moins à la destruction des Juifs, mais également dans l’Église catholique dont on connaît sa pusillanimité, pour ne pas employer un terme plus fort, envers l’antisémitisme théorique et pratique.

Tout bon chrétien a des remords et doit se racheter. La manière la plus facile c’est de proclamer qu’on appartient tous à la même branche humaine, concrètement à la branche judéo-chrétienne.

Le terme était aussi pratique dans la guerre froide. Socialisme, communisme, marxisme, anarchisme n’étaient pas sortis du ventre judéo-chrétien. Ils n’appartiennent pas à notre culture. Ils ont le Mal comme origine.

Et puis arriva l’islamisme d’un Bin Laden et consorts. Depuis lors le terme « judéo-chrétien » est devenu le concept-clé dans la lutte islamophobe. Ne vous étonnez donc pas si l’extrême-droite, malgré ses traditions antisémites et national-souverainistes se pose aujourd’hui comme défenseur de la « civilisation judéo-chrétienne ». 13 mars 2014

(La semaine prochaine : Du multiculturalisme équivoque)
publié également sur le blog du NPA du Tarn

http://www.lcr-lagauche.org/qui-a-invente-la-tradition-judeo-chretienne-et-pourquoi/

Commentaire: Et les origines celtes là-dedans? C’est pas sérieux voyons!  La fête des  étrennes (« au gui l’an neuf »/ « aguinaldo » ) qui est arrivée jusqu’en Amérique du sud et Philippines, et le carnaval, bien qui a du succès au Brésil font partie du calendrier celtique. (Qui remonte peut-être au néolitique).

Lire la suite

14 mars 2014 ~ 0 Commentaire

La loi sur l’interdiction de signes religieux à l’école n’a pas réglé les problèmes (20 mn)

 Jean Baubérot, historien et sociologue, est un grand spécialiste de la laïcité. Il dresse un bilan critique des dix ans de la loi sur l’interdiction du port de signes religieux à l’école…

Adoptée dans un climat passionnel le 15 mars 2004, la loi sur l’interdiction du port de signes religieux à l’école aura dix ans samedi. Jean Baubérot, professeur émérite de la chaire «Histoire et sociologie de la laïcité» à l’Ecole pratique des Hautes Etudes, faisait partie de la Commission Stasi, la commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité, dont le rapport a permis l’éla- boration de la loi. A l’époque, il est le seul membre à s’être abstenu de voter ce rapport. Dix ans après, il explique pourquoi, à ses yeux, cette loi n’est pas bonne.

Quel bilan faites-vous de la loi ?

La commission Stasi avait fait beaucoup de propositions sur la lutte contre les discriminations, qui n’ont pas été retenues. La loi [adoptée sous Jacques Chirac] a entraîné l’exclusion de jeunes filles de collèges et lycées publics. Elles ont été déscolarisées ou ont dû suivre un enseignement à distance, qui les a désocialisées, ou alors elles sont allées dans le privé – ce qui est paradoxal pour une loi dite de laïcité.

Nicolas Sarkozy est allé encore plus loin. La circulaire Chatel de 2012 interdit aux mères de famille de porter le foulard lors des sorties scolaires, ce qui n’était absolument pas prévu par la loi. Le conseil d’Etat est ensuite revenu dessus, mais la circulaire n’a curieusement pas été abrogée [en décembre, le conseil d’Etat a estimé que les mères voilées accompagnant des sorties scolaires n’étaient pas soumises, par principe, à la neutralité religieuse, tout en laissant «l’autorité compétente» libre de leur demander de ne pas porter de signes religieux pour le «bon fonctionnement du service public de l'éducation», ndlr].

Au final, les problèmes n’ont pas été réglés par cette loi et l’aspect sur la lutte contre les discriminations n’a pas été mis en œuvre.

La loi serait-elle donc une source de discriminations ?

Oui, je le pense.

D’où vient le problème ?

Cette loi focalise la laïcité sur les vêtements. Or l’habit ne fait pas le moine : il faut être ferme sur le comportement, mais souple sur le vêtement. En 1905, le père de la loi [relative à la séparation des Eglises et de l’Etat], Aristide Briand, avait dit que l’Etat laïc n’avait pas à se soucier si un vêtement avait une signification religieuse ou pas.

En 1989, l’avis du Conseil d’Etat ne visait pas non plus le vêtement mais le comportement religieux ostentatoire, susceptible d’exclusion. Si le signe religieux restait discret et qu’il n’y avait pas de prosélytisme ou de mise en cause des programmes ni de la discipline, l’élève pouvait rester. Or l’Education nationale, une grosse machine bureaucratique qui ne se remet jamais en question, n’a pas été capable d’appliquer cet avis. Elle a été soit trop rigoriste soit trop laxiste, parce qu’elle n’était pas habituée à ce que la justice vienne se mêler de ses affaires.

La loi visait à faire respecter l’ordre dans les établissements et garantir la liberté et les droits des élèves. Y est-elle parvenue ?

Je suis soucieux du respect de l’ordre, c’est pour ça que je suis d’accord avec le Conseil d’Etat sur le fait d’exclure les élèves qui causent des troubles. Mais sur la liberté, je trouve curieux qu’une loi d’interdiction prétende la défendre. La liberté normalement c’est respecter le choix des gens.

Que pensez-vous de la récente charte de la laïcité à l’école?

Elle rappelle les grands principes, ça ne mange pas de pain. Le problème c’est ce qu’elle ne dit pas. Elle rappelle que la République c’est la liberté l’égalité et la fraternité, mais on sait tous qu’on dépense plus d’argent public pour les grands lycées que pour les établissements populaires. En se focalisant sur ces problèmes de foulard, l’Education nationale évite de se poser les vrais problèmes, liés à ces inégalités.

La loi de 2004 a-t-elle malgré tout apaisé les esprits?

Non, elle a reporté les problèmes ailleurs. Et plus on focalise l’attention politique et médiatique sur le débat de la laïcité, plus il y a de l’islamophobie. Au bout du compte, c’est Marine Le Pen qui se présente en championne de la laïcité.  Propos recueillis par Faustine Vincent

Créé le 13/03/2014 à 16h35 — Mis à jour le 14/03/2014 à 07h18

http://www.20minutes.fr/societe/1322574-20140313-la-loi-linterdiction-signes-religieux-a-lecole-na-regle-problemes

Lire aussi:

http://www.20minutes.fr/societe/1323546-20140314-dix-ans-apres-loi-le-foulard-debat-laicite-a-lecole-reste-tres-sensible

Commentaire: Samedi 15 mars, il y aura une manifestation à Paris contre cette loi, à laquelle le Npa assistera, mais une partie du parti juge que ce n’est pas le moment de rallumer ce débat qui ne profite qu’à l’islamophobie.

Lire la suite

23 février 2014 ~ 0 Commentaire

Société: 90% des catholiques français sont favorables au droit à l’ivg (le huff’)

gaypride

A force d’aller à la gay-pride tous les dimanches, peut-être?

Selon un sondage

Voilà de quoi donner à penser aux opposants au mariage pour tous et à l’avortement qui manifestent au nom des catholiques de France et s’auto-proclament « porte-parole de Jésus ». Les  catho- liques français se montrent progressistes sur les sujets de société. C’est ce qu’indique un surprenant sondage BVA pour Le Parisien Dimanche/Aujourd’hui en France.

90% des catholiques interrogés sont ainsi favorables au droit à l’IVG (91% pour l’ensemble des Français). Les catholiques pratiquants réguliers (8% des Français) sont en revanche plus réservés note Le Parisien : ils sont 63% à l’approuver.  Selon le sondage, 54% des catholiques interrogés se prononcent pour le droit au mariage des couples homosexuels contre 61% pour l’ensemble de la population française.

Ils sont 42% à approuver le droit à l’adoption pour les couples homosexuels (50% pour l’ensemble de la population) et 30% (contre 39%) à admettre que les couples homosexuels puissent avoir recours à la procréation médicalement assistée (PMA). 92% des catholiques se montrent favorables à l’utili- sation du préservatif (91% de l’ensemble des Français). Par ailleurs, si 87% d’entre eux souhaiteraient voir autoriser le mariage des prêtres, 84% donneraient la possibilité aux femmes de devenir prêtre.

Le HuffPost avec AFP  |  Publication: 23/02/2014 10h18 CET  |  Mis à jour: 23/02/2014 10h18 CET

http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/23/catholiques-france-favorables-ivg-progressistes-idees-societe_n_4840995.html?utm_hp_ref=france

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin