Archive | Quimper et pays glazik

07 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Immigration, la Cimade veut déminer le débat à Quimper (LT)

Immigration, la Cimade veut déminer le débat à Quimper (LT) dans Migrants, réfugiés cimade_assez0ccc-a367e

« Les révolutions arabes : nouveau fardeau pour la France ? » Sous ce titre sciemment provocateur, la Cimade veut provoquer le débat public, vendredi, à Quimper.

empty dans Quimper et pays glazik

Rencontre avec Pauline Gomez-Monfort et Magali Id Belaid, bénévoles à la Cimade du Finistère.

Dans quel esprit provoquez-vous ce débat sur l’immigration ?
L’étranger est un bouc émissaire facile de nos maux à quelques mois des élections municipales et européennes. Il s’agit de sortir d’une logique d’instrumentalisation politique du thème pour livrer des clefs précises de compréhension aux citoyens.

Vous ferez le lien avec les révolutions arabes…
La présidente nationale de la Cimade, Geneviève Jacques, qui coanimera le débat, rentre de missions en Libye, Égypte et Tunisie. Elle fera le lien entre ce qu’elle a observé dans des camps de réfugiés et les flux migratoires. Des intervenants nantais de la Cimade évoqueront les conséquences sociales et économiques de ces révolutions arabes sur l’immigration en France. Il s’agit vraiment de changer le regard, de démonter des idées reçues quant à un prétendu envahissement de la France. Nous donnerons des chiffres concrets.

Lesquels ?
Les migrations se font essentiellement selon des axes Sud-Sud. Elles interviennent à 80 % entre des pays situés sur un même continent. Ce nouveau drame de Lampedusa (Le Télégramme de vendredi), quelle honte ! Ce qui est choquant, c’est qu’en vingt ans, près de 20.000 personnes ont perdu la vie aux frontières de l’Europe, et qu’au lieu de se donner les moyens d’empêcher ces drames, la réponse a été à chaque fois plus répressive. La Convention de Genève garantit la liberté d’installation des migrants souvent arrêtés aux frontières de l’Europe.

Comment la Cimade s’implique-t-elle pour changer les choses ?
D’une part, nous menons des actions, organisons des débats pour éclairer les citoyens afin qu’ils contribuent à faire bouger les politiques. Vendredi, nous montrerons, par exemple, des cartes issues de l’Atlas des migrations du réseau Migreurop, pour mieux faire comprendre les tenants et les aboutissants des migrations vers le continent européen. D’autre part, la Cimade participe à la concertation alors qu’une nouvelle loi sur l’immigration est annoncée en France en 2014, qu’une réforme du droit d’asile est prévue en Europe.

Comment avez-vous entendu les propos de Manuel Valls sur les Roms ?
C’est fou ce qu’il a pu dire. Qui peut croire que des gens ont envie de passer leur vie dans des caravanes, qu’ils ne veulent pas s’intégrer ! Ses propos ont sapé le travail associatif de terrain.

Deux débats en quelques mois à Quimper. La Cimade se rend-elle plus visible ?
Nous sommes moins d’une dizaine de bénévoles dans le Finistère, nous avons besoin de troupes. Nous tenons des permanences juridiques, à Quimper, tous les mardis, et une bénévole accueille sur rendez-vous à Brest. Nous avons animé des séances de débat autour de la projection de film, de lecture de livre. La sensibilisation est complémentaire de notre accompagnement des personnes en voie de régularisation, en lien avec d’autres associations, des assistants sociaux, etc. Pratique Débat vendredi, à 20 h, à la MJC de Kerfeunteun. Tél. 06.02.50.72.79. Permanence le mardi, de 14 h à 16 h, 45, rue Bourg-les-Bourgs à Quimper. Propos recueilli par Bruno Salaün 7 octobre 2013

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/immigration-la-cimade-veut-deminer-le-debat-a-quimper-07-10-2013-2259237.php

Lire la suite

02 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Les moissons du futur, Quimper, vendredi 4 octobre

Les moissons du futur, Quimper, vendredi 4 octobre dans Luttes paysannes et alimentation projection-l2

UNE AUTRE AGRICULTURE POUR UN AUTRE FUTUR !

Projection débat
Vendredi 4 octobre 2013 à 20h30
Halles St François, Quimper.
Prix libre

Après « Le monde selon Monsanto » et « Notre poison quotidien » , Marie-Monique Robin présente le dernier volet de sa trilogie sur l’agro-écologie. Une enquête optimiste sur les solutions à la crise alimentaire qui touche la planète, pour peu que l’on change de paradigme agricole et que l’on repense l’organisation et la gestion de la chaîne alimentaire.
« En appliquant à la terre des recettes industrielles, l’agriculture est en train de créer les conditions de sa propre perte »
affirmait en 2011 Olivier de Schutter, rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations Unies, alerté par la crise
alimentaire de 2007/2008. Lancée depuis l’après-guerre sous le nom de « Révolution verte », cette agriculture industrielle
n’est pas parvenue à nourrir le monde, a épuisé les sols, les ressources en eau, la biodiversité,  a largement participé au réchauffement climatique et a poussé des millions de paysans vers les bidonvilles urbains. Il faut changer de paradigme !
Croisant les témoignages d’agriculteurs, d’agronomes, d’économistes, de responsables politiques et d’organisations internationales sur quatre continents: Afrique, Asie, Amérique du Nord et Europe, Marie-Monique Robin mène l’enquête.
Avec « Les moissons du futur », on découvre qu’un autre modèle agricole et commercial, innovant et productif, a déjà fait ses preuves en restituant aux paysans un rôle-clé dans l’avenir de l’humanité.
LES MOISSONS DU FUTUR
Réalisateur : Marie-Monique Robin
Producteurs : ARTE France, M2R Films, CFRT, SOS Faim Belgique
Suivi d’un débat : des producteurs de la WhouAMAP seront présents pour échanger sur l’avenir de l’agriculture paysanne face à l’agrobusiness. Organisé par la WhouAMAP : Association quimpéroise pour le maintien de l’agriculture paysanne

Lire la suite

02 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, les agents des écoles se mobilisent contre la réforme des rythmes scolaires (LT+OF)

Quimper, les agents des écoles se mobilisent contre la réforme des rythmes scolaires (LT+OF) dans Educ'action bebe-revolutionnaire

Ce mardi après-midi, 200 agents des écoles, soutenus par de nombreux parents, sont venus protester devant l’hôtel de ville contre la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle a été mise en place par la municipalité à Quimper.

« La situation est très tendue dans les écoles. Les agents n’arrêtent pas de courir. Ils sont déjà épuisés, indique Yves Horellou, secrétaire CFDT des territoriaux. Les arrêts de travail sont très nombreux ». Certains avancent le chiffre d’une centaine d’arrêts de travail. « On attend que le planning des agents soit fait correctement. Les mesures correctrices annoncées ne sont pas suffisantes ». La CFDT réclame la création de postes et la titularisation de ces agents. 1 octobre 2013 à 17h46

http://www.letelegramme.fr/informations/quimper-les-agents-des-ecoles-se-mobilisent-contre-la-reforme-des-rythmes-scolaires-01-10-2013-2253265.php

Rythmes scolaires. Près de 250 manifestants contre la réforme à Quimper (OF)

Éducation mardi 01 octobre 2013

« On nous prend pour des colliers de nouilles ». C’est l’un des slogans scandés par près de 250 manifestants ce mardi après-midi devant la mairie de Quimper (Finistère). À l’appel de la CFDT, les agents territoriaux protestent contre la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. C’est la première grève contre les temps d’activités périscolaires (Tap) au niveau national.

« 250 manifestants pour 223 agents territoriaux embauchés dans les écoles, c’est pas mal », se réjouit Yves Horellou, secrétaire de la section CFDT de la mairie. Dans les rangs, une vingtaine de parents mécontents ont sorti leur banderole. Aujourd’hui, il n’y avait ni cantine, ni garderies dans les 39 écoles publiques quimpéroises.

« On n’est pas des magiciens » À l’origine de cette grogne : les temps d’activités périscolaires mis en place les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 15 h 45 à 16 h 30. Nadine raconte sa galère : « Actuellement, un adulte encadre une vingtaine d’enfants. Le temps de faire l’appel et il est déjà 16 h. Résultat : il nous reste à peine 20 minutes pour organiser des ateliers. De qui se moque-t-on ? On n’a même pas assez de salle pour rassembler les enfants. Aucun matériel. On n’est pas des magiciens. Quand je rends les enfants aux parents, à 16 h 30, j’ai honte. » Selon la CFDT, qui a appelé à la manifestation avec l’Unsa, FO, la CGT et la CFTC, de nombreux agents sont épuisés, en arrêt de travail pour certains. « La formation de 3 h ne suffit pas pour apprendre à animer et encadrer des groupes. Le personnel est en souffrance. Il est venu exprimer son désarroi. » Une délégation a été reçue en mairie.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Rythmes-scolaires.-Pres-de-250-manifestants-contre-la-reforme-a-Quimper-_40820-2234426_actu.Htm

Sur le même sujet

Lire la suite

01 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, rythmes scolaires: c’est la journée de contestation (OF)

 0827_6477_420

Ce mardi après-midi, de 15 h 30 à 17 h 30, agents territoriaux et parents manifesteront devant la mairie de Quimper (Finistère) pour protester contre la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.

Manque de moyens À l’appel de la CFDT puis de FO, de l’Unsa, de la CGT et de la CFTC, les personnels sont en grève. Il n’y a donc ni garderie, ni cantine aujourd’hui dans les 39 écoles publiques de la ville. Les agents (223 salariés au total) réclament plus de moyens et une meilleure formation pour animer les temps d’accueil périscolaires qui se déroulent, après la classe, de 15 h 45 à 16 h 30 les lundi, mardi, jeudi et vendredi.

Les parents sont, eux aussi, mobilisés. Des tracts ont été distribués ce matin aux familles à l’entrée de l’école Ferdinand-Buisson, dans le centre-ville. La semaine dernière, la municipalité a procédé à quelques ajustements : le recrutement de 20 agents supplémentaires, du temps en plus pour préparer les activités, la possibilité, pour les enfants, de renoncer aux activités… Malgré ces mesures, les syndicats ont maintenu leur mot-d’ordre de grève. Éducation mardi 01 octobre 2013

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Quimper.-Rythmes-scolaires-c-est-la-journee-de-contestation_40820-2234285_actu.Htm

Commentaire: A quoi tout cela rime-t-il? La casse du cadre national de l’éducation La pression est dès maintenant très forte pour coordonner les enseignements effectués par les professeurs et le périscolaire. La boîte de Pandore est ouverte : il n’y a plus de différence entre ce qui est enseigné par l’Éducation nationale et les temps éducatifs assurés par les communes (qui sous-traitent elles-mêmes à des associations privées…). La concurrence créée entre ces différents niveaux sert à introduire des méthodes de gestion privée dans le service public (concur- rence entre les communes, entre les écoles, salaires réduits, CDD, vacances non rémunérés…) (1). Si le gouvernement souhaitait proposer des activités culturelles et sportives de qualité à tous les élèves, pourquoi ne pas avoir simplement sollicité des associations et des personnels formés avec un statut décent le mercredi matin ?
La réforme est un coin inséré dans le cadre national de l’éducation et dans le statut des enseignants. Une attaque qui fait suite aux importantes dégradations des conditions de travail des enseignants ces dernières années, à la casse de la formation initiale et du recrutement, à la réduction de la formation continue.  Les enseignants de Paris ne s’y sont pas trompés, en se mobilisant par milliers l’an dernier (90 % de grévistes, un personnel sur six réuni en réunion syndicale…). Il faut maintenant espérer que la mobilisation se construise dans les 80 % de communes qui ont reporté leur passage aux nouveaux rythmes scolaires à la rentrée prochaine et que nous puissions construire une mobilisation nationale contre les réformes d’un ministre dont la « refondation » apparaît de plus en plus comme la continuité des gouvernements précédents.

1. Collectif, La nouvelle école capitaliste, La Découverte, 2012, 13 euros

 

Lire la suite

29 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, rythmes scolaires, ni garderie, ni cantine ce mardi (OF)

Quimper, rythmes scolaires, ni garderie, ni cantine ce mardi (OF) dans Educ'action les-agents-ont-decide-de-poursuivre-la-greve-au-moins_358917_510x255

 En raison d’un appel à la grève de l’intersyndicale des personnels communaux de la ville de Quimper (CFDT, Unsa, FO, CFTC, CGT), de fortes perturbations sont à prévoir ce mardi. Le mouvement de protestation concerne les 39 écoles publiques de la commune. Les garderies du matin et du soir ne seront pas assurées. Il n’y aura pas non plus de restauration scolaire. Un rassemblement est prévu devant la mairie, mardi, de 15 h 30 à 17 h 30. Éducation dimanche 29 septembre 2013

Lire la suite

28 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Rythmes scolaires. Ça coince à Quimper, des parents témoignent (OF)

Rythmes scolaires. Ça coince à Quimper, des parents témoignent (OF) dans Educ'action 123wh11

L’organisation des temps d’activités périscolaires ne fait pas l’unanimité à Quimper

Une intersyndicale appelle à la grève, mardi. Consciente du malaire, la municipalité réagit en procédant à des ajustements. En attendant que tout se mette en ordre, des parents témoignent du vécu de leurs enfants.

Philippe : « Plus ça va et plus les enfants (deux garçons de 9 et 6 ans) sont fatigués. Ils n’arrivent plus à se lever le matin. Ils ont leur journée d’école, vont aux Tap (activités périscolaires), restent à la garderie jusqu’à sept heures moins le quart. Et quand ils rentrent, ils ont leurs devoirs à faire. Résultat : on les couche vers 21 h. Pourquoi ne pas les aider à faire leur travail pendant ces temps d’accueil plutôt que de s’initier à de la simili-zumba ? L’autre jour, c’était activité pompon. On se moque de qui ? Je m’attendais à un véritable éveil au théâtre, à la lecture ou à des activités sportives. En fait, les Tap restent au niveau du collier de nouilles. Quel gâchis de temps et d’argent. »

Carole : « Mon fils s’ennuie au Tap. La semaine dernière, il a joué à la balle au prisonnier. Il n’y a aucun apprentissage. Les enfants sont pris en charge par des animateurs, comme au centre de loisirs. Sauf qu’ils n’ont aucun moyen. Vu le programme, j’ai décidé d’aller chercher mon fils à 15 h 30. Au moins, il peut se reposer à la maison. Mais les parents qui travaillent ne peuvent pas se le permettre. C’est plus de la garderie qu’autre chose. Et trois heures de garderie, le soir, pour un élève, c’est long ! » Éducation samedi 28 septembre 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Rythmes-scolaires.-%C3%87a-coince-a-Quimper-des-parents-temoignent_40820-2233402——29232-aud_actu.Htm

Lire la suite

28 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Ehpad du Steir, manifestation à Plogonnec (LT+OF)

Ehpad du Steir, manifestation à Plogonnec (LT+OF) dans Austérité manifestants-hopital-sud-copie-11

Leur mobilisation s’est traduite par une manifestation, hier, dans le bourg de Plogonnec. Des salariés et proches de résidents de l’Ehpad du Steïr ont réclamé des moyens dans la rue. Des moyens, ils en auront plus.

Hier sous l’auvent d’accès à la Résidence du Steïr (76 résidents permanents et 50 salariés ETP actuellement), à Plogonnec. Une quarantaine de salariés et proches de résidents participent ou assistent au premier mouvement social de l’Ehpad ouvert en 2009. L’établissement rencontre des difficultés structurelles, financières, d’organisation depuis trop longtemps. Les agents hésitent à se confier. Sylvie, la déléguée CFDT, résume leur pensée : « La situation est dramatique : manque de moyens, de personnel, résidents en danger ». L’agent social décrit « un dos qui casse, deux épaules qui lâchent, une fatigue nerveuse, l’épuisement, des filles quittant leur service en pleurant, des arrêts de travail de moins en moins remplacés… »

« On n’a plus le temps »  « À un moment, on travaillait à six ou sept le matin à l’étage (40 résidents), actuellement on est cinq ou quatre. Quatre également l’après-midi et même chose au cantou (36 résidents désorientés), dans le meilleur des cas », expose la syndicaliste. « On n’a plus le temps de prendre leur main, de prévenir les angoisses du coucher et de la nuit. On ne peut plus faire certains levers, on oblige donc les gens à rester dans leur lit », poursuit-elle. Ses collègues acquiescent.

« Je suis tout à fait solidaire de ce mouvement de « grève » : il y a un manque prégnant de personnel. Le ménage dans les chambres n’est plus fait ou est très épisodiquement. Plus grave, les douches et shampoings ne sont pas faits régulièrement. Ma mère, n’en a pas eu pendant un mois. On déplore ce manque de moyens récurrent et qui s’aggrave », témoigne Yvette. « Un cantou de 36 personnes, ce n’est pas tenable. Ça donne lieu à des situations désastreuses. Plusieurs fois, j’ai constaté qu’il n’y avait que deux personnes pour s’occuper de 36 résidents désorientés. Il suffit d’une tension chez une personne pour que les choses dégénèrent », s’indigne Marie-Béatrice. « Plusieurs fois, je suis partie d’ici en pleurant, désespérée de devoir laisser un parent dans une structure dans cet état. C’est de la maltraitance pour les résidents et aussi pour le personnel. C’est épouvantable ! », émet-elle. « L’inquiétude des salariés est légitime. Et, nous, nous payons très cher ici, avec une augmentation de 10 % des tarifs cette année. Le service public doit être rendu à la hauteur, estime Michel. Ma mère est pratiquement toujours allongée dans son lit, sans douche, depuis trois semaines. Elle me dit : mais il n’y a plus personne à travailler ici ! ».

« Sacré coup de main »  « J’espère qu’on va nous entendre. On n’acceptera pas de mettre les personnes âgées et nous-mêmes en danger », lance Sylvie aux personnes mobilisées. Une vingtaine de salariés et trois proches de résidents lui emboîtent le pas dans les rues du bourg de Plogonnec. Aux cris « On veut du personnel » ! Jusqu’à la mairie, à la rencontre de Christian Keribin, le président du CIAS du Steïr qui gère la maison de retraite. En vain. Selon un autre proche de résident, « le conseil général s’est engagé à financer plusieurs contrats d’avenir, l’Agence régionale de santé apporte un budget supplémentaire pour pallier l’absentéisme et boucler l’année ». « Ça vient de nous être officialisé. Ça va nous donner un sacré coup de main », a confirmé, hier, le président du CIAS, sans vouloir en dire plus. Cela, les manifestants ne le savaient pas. Bruno Salaün 28 septembre 2013 à 08h31

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/ehpad-du-steir-manifestation-a-plogonnec-28-09-2013-2249753.php

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Les-personnels-des-maisons-de-retraite-ont-debraye_40820-2233132——29232-aud_actu.Htm

Lire la suite

27 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, rythmes scolaires « Trop d’agents sont à bout » (LT)

Image

La CFDT entrevoit, mardi, une « forte mobilisation des agents territoriaux en colère » face aux conditions de travail dégradées depuis la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.

« Trop d’agents sont à bout, arrêtés ou prennent des médicaments pour tenir le coup. Ils ne pourront pas attendre la Toussaint ! Ce ne sont pas les mesurettes annoncées ici ou là (Le Télégramme d’hier) qui vont leur permettre de mieux travailler », tonne Brigitte Kerninon, la secrétaire adjointe de la section CFDT des territoriaux quimpérois. « Deux cents agents sont concernés par l’application des nouveaux rythmes scolaires. Plus de cent ont participé, mercredi 18 septembre, à une assemblée générale des personnels.

Mardi, les agents auront besoin d’exprimer une colère car le mal est profond », complète Yves Horellou, le secrétaire CFDT. À l’appel du syndicat majoritaire, animateurs et agents techniques devraient se mobiliser, mardi, entre 15 h 30 et 17 h 30, devant l’Hôtel de ville. « Histoire que l’administration et les élus se rendent compte à quel point ils se sont sentis lâchés face aux enfants et parents, à cette rentrée mal préparée, de façon invraisemblable », signifient-ils. Les syndicalistes maintiennent donc le préavis de grève. « Je ne pense pas qu’on arri- vera à un compromis vendredi », émet Brigitte Kerninon, en référence à une rencontre prévue ce matin avec des représentants de l’admi-nistration municipale et les élus Denise Cariou et Marc Andro. La CFDT dénonce pêle-mêle « un taux d’encadrement trop élevé et largement dépassé », des « plannings horaires intenables », une « organisation des centres de loisirs ingérable », un « manque de formation et d’information des agents et de moyens matériels ».

Déplacer les TAP  Elle revendique « le déplacement des temps d’activités périscolaires (TAP) en début d’après-midi ». « Il n’y aurait plus les problèmes de sortie de classe ; les activités pourraient commencer sur le temps de midi ; les enfants auraient des périodes plus longues que les 25 minutes réelles de TAP. Les élèves de maternelle pourraient aussi dormir », argumente le syndicat. La CFDT demande, en complément,        « l’augmentation du taux d’encadrement ». « Il était basé sur 70 à 80 % de fréquentation. Nous en sommes à 80-90 % avec le plus souvent un agent pour 20, 22, voire 25 élèves. C’est totalement utopique de vouloir animer un atelier dans ces conditions », pointe Brigitte Kerninon.     «Il faut diviser par deux les taux de un pour 18 en primaire et un pour 14 en maternelle, en se rapprochant de ceux des ateliers de centre de loisirs »,  suggère-t-elle. « D’autant que les personnels supplémentaires affectés comblent tout juste les postes laissés vacants par les agents en arrêt », soutient la secrétaire adjointe.

« J’ai honte » Le syndicat réclame « de bonnes conditions de travail pour ces territoriaux dépassés par l’ampleur des changements ». « On est très mobilisé parce que nerveusement c’est dur. On n’est pas des petits fonctionnaires qui ont peur d’être ballottés, nous l’avons déjà été en tant que vacataires pendant des années », commente une animatrice. « On a l’impression d’avoir changé de ville, j’ai honte de ne pas pourvoir prendre soin des enfants en TAP. Ça n’a rien à voir avec la culture d’exigence acquise, ici, dans le domaine de l’enfance », regrette-t-elle. Bruno Salaün 27 septembre 2013

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/rythmes-scolaires-trop-d-agents-sont-a-bout-27-09-2013-2248552.php

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Rythmes-scolaires-greve-des-agents-mardi_40820-2232842——29232-aud_actu.Htm

Commentaire: Peillon a gagné! Son nom va rester pour la pos-té-ri-té parmi les ministres de l’éduc-nat. Pour le reste, circulez, manants!

Lire la suite

25 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, rythmes scolaires, c’est le grand bazar (OF)

Quimper, rythmes scolaires, c’est le grand bazar (OF) dans Educ'action 123wh11

La mise en place de la semaine de 4,5 jours dans les 39 écoles publiques de Quimper fait des vagues. La CFDT appelle à un débrayage le mardi 1er octobre, de 15 h 30 à 17 h 30.

Les 200 agents de la Ville sont débordés. Ils demandent plus de moyens pour les temps d’accueil périscolaires.

« Les agents sont débordés. Nous sommes submergés d’appels de personnels en souffrance qui ne savent plus quoi faire. Certains se mettent en arrêt de travail. D’autres sont sous traitement. On est au bord de l’explosion. » Brigitte Kerninon, secrétaire adjointe de la section CFDT de la mairie, résume la situation, après la mise en place de la semaine de 4,5 jours. Un préavis de grève a été déposé. « Nous appelons les personnels à se réunir devant la mairie pour exprimer leur désarroi. »

Agents « stressés » Deux semaines seulement après la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, c’est le grand bazar. À Quimper, les Temps d’accueil périscolaires (Tap) ont été placés les lundis, mardis, jeudis et vendredis, de 15 h 45 à 16 h 30. Après les cours, les enfants sont répartis par groupes d’activités et pris en charge par les 200 agents territoriaux de la Ville.

« On n’a pas donné aux personnels les moyens nécessaires pour assurer ce service, ajoute Yves Horellou, secrétaire de la CFDT. Résultat : ils sont stressés, insécurisés, et les élèves paient les conséquences de cette réorganisation ratée. Nous ne sommes pas contre la réforme des rythmes scolaires mais nous contestons la manière dont elle est appliquée à Quimper. » Denise Cariou, adjointe aux affaires scolaires, reconnaît l’existence d’un « malaise ». Des mesures d’urgence ont été prises. Éducation mercredi 25 septembre 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Rythmes-scolaires.-C-est-le-grand-bazar-a-Quimper_40820-2232224——29232-aud_actu.Htm

Lire la suite

17 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper: Gourmelen, l’action syndicale se poursuit (LT+OF+ Npa)

Hôpitaux  : «  la concentration des services dans des usines à malades que sont les énormes hôpitaux ne permet plus une prise en charge humaine  » dans Santé manifestants-hopital-sud

Le mouvement contre le plan d’économies reprend sous une autre forme, cette semaine, à l’hôpital Gourmelen. Les syndicats Sud et CGT invitent professionnels et usagers à en mesurer l’impact.

Hier matin, sur un carré de pelouse à l’ombre de la clinique 10 (unité d’admission). Une vingtaine d’agents de l’hôpital Gourmelen montent un barnum. La tente blanche a vocation à devenir, cette semaine, un lieu d’échanges entre professionnels et usagers de l’établissement public de santé mentale. Avec deux objectifs : « Informer et convaincre que le plan d’économies contesté depuis mars, que la stagnation de l’enveloppe octroyée par l’Agence régionale de santé (ARS) auront de lourdes conséquences sur les conditions de travail et la qualité des prestations offertes aux usagers », décrit Patrice Houart (Sud).Les syndicats Sud et CGT dénoncent la suppression de trois jours de RTT par agent. « Ça ne représente pas simplement des jours de RTT en moins pour les salariés non cadres et non médecins, mais l’équivalent d’une perte de dix postes. La direction a en plus annoncé la suppression de deux postes dans chacun des huit pôles d’activité », rappelle le syndicaliste de Sud (Le Télégramme de samedi).

Risque de 2 M€ de déficit Les syndicats évaluent à plus de 1,1 M€ les économies réalisées. Soit le montant du déficit 2012, arrêté en mars, de l’hôpital Gourmelen. « On savait alors que la progression naturelle des carrières, l’impact de mesures catégorielles nationales et la hausse des cotisations retraite pouvaient nous entraîner, sans mesures prises, vers un déficit de 1,5 M€ à 2 M€ fin 2013 », signifie Pascal Bénard, le directeur.« Et puis le 17 mai, l’ARS nous a indiqué que notre dotation 2013 resterait sur la base de 2012. J’ai pris, « dans l’urgence », trois mesures de court terme : la suppression des jours de RTT liés aux congés de maternité ou paternité, le recrutement de contractuels à 35 h hebdo, le gel de huit et au final seize postes de pôle en 2013 », résume Pascal Bénard.La dénonciation de l’accord 2002 sur le temps de travail doit constituer, au 1er janvier 2014, le 2e étage du plan d’économies. « Il s’agit de ramener le temps de travail hebdo des agents à 37 h 30 et leur nombre de jours RTT à quinze. Ça permet de remettre 3.000 jours de travail pour faire face aux missions de l’hôpital », insiste le direc- teur. Il en a informé les représentants du personnel le 6 septembre. « Nous lui avons demandé, en vain, de revenir sur le cas des contractuels avant d’engager les discussions sur l’accord RTT », regrette Patrice Houart.

Budget sous-évalué Syndicats et direction partagent toutefois une conviction : le budget alloué à l’hôpital n’est « pas à la hauteur des attentes ». « Nous demandons que l’ARS finance l’établissement à la hauteur du coût réel de fonctionnement », revendiquent Sud et la CGT. «Nous souhaitons revoir l’ARS en octobre afin de lui expliquer pourquoi deux de ses indicateurs budgétaires ne reflètent pas l’activité et la qualité du travail fourni à l’hôpital et dans ses 40 structures extérieures », précise le directeur. Il entend aussi « améliorer les recettes en rééquilibrant les relations entre le centre hospitalier de Cornouaille et Gourmelen dans le cadre des urgences psychiatriques ». Bruno Salaün. 17 septembre 2013

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/gourmelen-l-action-syndicalese-poursuit-dans-l-echange-17-09-2013-2236645.php

Quimper. Hôpital Gourmelen : mouvement social cette semaine (OF)

Social lundi 16 septembre 2013

Vingt-cinq salariés de l’Hôpital Gourmelen de Quimper (Finistère), un établissement psychiatrique employant 1 200 personnes, se sont donnés rendez-vous ce lundi matin, à 9 h 30, pour débuter une semaine d’action.

Un barnum a été installé près de la clinique 10 afin de donner l’opportunité d’échanger avec la population et les familles des patients sur la situation de l’hôpital. Des assemblées générales auront lieu jusqu’à vendredi.

16 postes gelés D’après le syndicat Sud Santé, la direction a décidé, dans le but de faire des économies, de mettre aux 35 heures sans jour de RTT les contractuels, tout en enlevant 3 jours de RTT à certains titulaires. En ce moment, seize postes sont également « gelés ». « Si cela continue, nous sommes très inquiets par rapport à la qualité future des soins », alarme Petra Prause, représentante de Sud Santé. Pascal Bénard, le directeur, prévoit de son côté un plan d’économie de 600 000 € à atteindre avant la fin de l’année.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Hopital-Gourmelen-mouvement-social-cette-semaine_40820-2229218——29232-aud_actu.Htm

Quimper: Gourmelen, l'action syndicale se poursuit (LT+OF+ Npa) dans Quimper et pays glazik logo

Communiqué du NPA de Quimper:

Depuis plusieurs semaines, et dès avant l’été, les personnels de l’Hôpital Gourmelen luttent contre un plan de rigueur extrêmement violent : 16 postes et 3 jours de RTT supprimés, entraînant de fait la suppression de 10 postes supplémentaires. Face à l’intransigeance de la direction de l’EPSM,  les personnels , soutenus par les syndicats SUD et CGT, ont haussé le ton.

Ils ont installé sur le site de l’Hôpital un barnum et des tentes qu’ils occupent en permanence pour en faire une zone de protestation, de résistance et de discussion.

Au travers de cette lutte, les personnels dénoncent la dramatique régression de l’Hôpital public, dénoncent la terrible dégradation des soins et de l’accompagnement thérapeutique que ces suppressions de postes et de RTT vont entrainer.

Cette politique d’austérité hospitalière du gouvernement Hollande-Ayrault-Touraine se situe dans la continuité des politiques désastreuses menées auparavant par les gouvernements de Droite.

C’est insupportable.

Le NPA  apporte son soutien total à la lutte des personnels de l’Hôpital Gourmelen et appelle à la solidarité concrète des travailleurs et de toute la population en se rendant sur le site à la rencontre des personnels en lutte. »

 Le NPA Quimper

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin