Archive | Quimper et pays glazik

24 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Quimper alkopharm: la tension monte d’un cran (cq)

y-en-a-marre

Le personnel de l’usine Alkopharm, à Quimper, a de nouveau bloqué l’accès au site vendredi 24 janvier. Il prévoit une autre action devant le greffe du tribunal de commerce.

La date du 31 janvier avance désormais à grands pas. Dans une semaine, le conseil des prud’hommes de Quimper doit rendre son jugement dans plus de 80 dossiers déposés par les salariés des sociétés Alkopharm, US Chemical, Pharminvest et IRQ Bios, anciennement Girex et Mazal. Pour mémoire, 68 personnes contestent des retenues sur salaire opérées par la direction en juin et juillet 2012. 21 réclament également une résiliation judiciaire de leur contrat de travail.

Sur le plan économique, rien n’a évolué. L’usine de Quimper tourne au ralenti. Les quatre sociétés font l’objet de mesures de chômage partiel. Et les salaires de décembre se font toujours attendre.

Main courante au commissariat de police C’est dans ce contexte qu’une partie des salariés – environ une cinquantaine, vendredi 24 janvier – a bloqué totalement l’accès au site de Kernévez à Quimper. Le directeur du site, Jean-Pierre Levry, a dû faire demi-tour. « Il nous a prévenus qu’il allait déposer une main courante au commissariat de police de Quimper », glisse une représentante du personnel CFDT. Vendredi 17 janvier, ils avaient mené une opération similaire. Quatre salariés s’étaient enchaînés aux grilles de l’usine. L’action s’est poursuivie lundi 20 janvier.

Les délégués syndicaux ont également annoncé une nouvelle action, vendredi 24 janvier à partir de 14 h devant le greffe du tribunal de commerce de Quimper. « Il s’agit de montrer qu’Alain Bouaziz, le dirigeant du groupe Alkopharm, a organisé l’insolvabilité de ses sociétés quimpéroises qui sont aujourd’hui très endettées. » Une délégation de salariés doit rencontrer Patrick Dieumegard, le président du tribunal de commerce de Quimper.

Deux des salariés d’IRQ Bios ont demandé la mise en redressement judiciaire de l’entreprise. La justice n’y a pour l’heure pas donné suite. Sur les quatre sociétés du groupe Alkopharm, IRQ Bios est la seule inscrite au registre du commerce et des sociétés (RCS) de Quimper. US Chemical est en effet immatriculée au RCS de Nanterre; Alkopharm et Pharminvest à celui de Paris.

Dernière mise à jour : 24/01/2014 à 09:59

http://www.cotequimper.fr/2014/01/24/alkopharm-la-tension-monte-dun-cran-a-quimper/

Par Matthieu Gain

Lire la suite

21 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Quimper, alkopharm, le site de kernévez de nouveau bloqué (lt)

y-en-a-marre

L’accès au site pharmaceutique d’Alkopharm, 85 personnes, a de nouveau été bloqué hier toute la journée.

Les personnels demandent le versement des salaires de décembre.

Vendredi dernier, dès 8 h, des salariés s’étaient enchaînés à la grille de l’entreprise empêchant le directeur de pénétrer dans les locaux par l’entrée principale (Le Télégramme du 18 janvier).

Salaires de décembre et régularisation Bis repetita hier matin. L’accès a de nouveau été bloqué toute la journée. Le week-end n’aura pas permis de faire évoluer la situation des salariés.Jeudi, lors d’une audience en référé au conseil des prud’hommes de Quimper, une trentaine de personnels avaient demandé le versement des salaires du mois de décembre. Ils avaient aussi demandé des régularisations de salaires pour les mois d’octobre et de novembre 2013. Les fiches de paie pour ces deux mois, alors que l’entreprise était en chômage partiel, adressées en début de semaine dernière, ayant fait apparaître des erreurs de calcul selon la CFDT.

Chômage partiel Un nouveau rendez-vous avec la juridiction paritaire qui intervient alors que trois des quatre entités quimpéroises du groupe pharmaceutique se retrouvent une fois de plus en chômage partiel. Jusqu’au 9 avril pour Irqbios, le laboratoire de recherche et développement installé à la pépinière d’entreprises, à Créac’h-Gwen ; jusqu’au 26 mai pour Alkopharm et Alkochym, les unités de chimie et de pharmacie, zone de Kernévez. « L’inspection du travail a refusé le chômage partiel pour Pharminvest (NDLR : la maintenance). Les douze salariés sont maintenus à la maison », a précisé le syndicat.« Les salariés de Blois ont été payés le 16 pour le mois de décembre. Nous, nous ne le sommes toujours pas. Il y a une volonté de la direction de couler Quimper et de garder Blois », a commenté un salarié.

« Défaut de paiement de la mutuelle… » « Il y a un défaut de paiement de la mutuelle, la direction vient de nous demander d’avancer le tiers payant », a annoncé un autre.Le blocage de l’accès des sites de production devrait se poursuivre aujourd’hui et dans les jours à venir a indiqué la CFDT. Lundi prochain, le conseil des prud’hommes doit rendre son jugement concernant l’audience de jeudi dernier. La même juridiction doit encore se prononcer le 31 janvier sur le jugement en départage portant sur les retenues de salaires et les demandes de résiliations de contrats de travail au tort de l’employeur. Jacky Hamard

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/alkopharm-le-site-de-kernevez-de-nouveau-bloque-21-01-2014-2375472.php

Lire la suite

17 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Quimper: les salariés d’alkopharm s’enchaînent aux grilles de leur usine (fr3+cq))

y-en-a-marre

Des salariés d’Alkopharm et Pharminvest à Quimper (29) se sont enchaînés aux grilles de leur usine ce vendredi matin pour protester contre les retards de salaire malgré les décisions de justice.

76 des 85 salariés d’Alkopharm, groupe pharmaceutique, attendent un jugement du conseil des Prud’hommes, le 31 janvier prochain. Douze salariés ont déposé des demandes de résiliations judiciaires de contrat de travail au tort de l’employeur, 54 autres, demandent le paiement d’une retenue sur salaire, dont ils contestent la légalité. Ils dénoncent encore le passage de 35 à 38h hebdomadaire sans compensation salariale.
Ce vendredi, ils se sont enchaînés aux grilles de l’entreprise afin d’alerter sur leur situation. Une action symbolique pour démontrer qu’ils sont pris en otage par leur entreprise, avec laquelle il n’y a plus aucun dialogue. Par Krystell Veillard

Publié le 17/01/2014 | 10:13, mis à jour le 17/01/2014 | 11:53

http://bretagne.france3.fr/2014/01/17/quimper-29-les-salaries-d-alkopharm-s-enchainent-aux-grilles-de-leur-usine-396825.html

Quatre salariés s’enchaînent aux grilles d’Alkopharm à Quimper (CQ)

Nouvelle action, vendredi 17 janvier, des salariés d’Alkopharm à Quimper pour exprimer leur ras-le-bol.

Les semaines et les mois passent et ont tendance à se ressembler. L’année 2014 s’ouvre sur une nouvelle période de tensions entre les salariés et la direction des entreprises Alkopharm, US Chemical, Pharminvest et IRQ Bios (anciennement Girex et Mazal) de Quimper. Vendredi 17 janvier, une trentaine de salariés ont manifesté dès 8 h devant l’entrée de l’usine, zone de Kernévez à Quimper. La veille, ils avaient assisté à une audience en référé au conseil des prud’hommes de Quimper pour réclamer le paiement de leur salaire de décembre.Ils contestent également le mode de calcul de leur rémunération depuis que les quatre sociétés font l’objet de chômage partiel. « Dans plusieurs cas, certaines personnes se retrouvent avec un salaire amputé de 200 euros; d’autres avec un salaire négatif, pointe Joël Le Dantec, représentant syndical CFDT. Cela prouve encore une fois que nous sommes face à un employeur qui fait n’importe quoi. »

Lassitude et colère

Vendredi 17 janvier, les manifestants ont tenté d’obtenir des explications de Jean-Pierre Levry, le directeur du site quimpérois d’Alkopharm. Ce dernier a invité les représentants du personnel à discuter dans son bureau. Ce qu’ils ont refusé. Jean-Pierre Levry s’est vu refuser l’accès à l’usine et a dû rebrousser chemin. Parmi les salariés, certains dénoncent également le non paiement du 13e mois en fin d’année dernière mais aussi l’interruption de leur mutuelle. « Mon sentiment, aujourd’hui, c’est beaucoup d’écoeurement, beaucoup de lassitude et beaucoup de colère et j’aimerais désormais passer à autre chose… », lâche un salarié d’Alkopharm.

Pour rappel, 21 employés des entreprises Alkopharm, US Chemical, Pharminvest et IRQ Bios ont demandé la résiliation judiciaire de leur contrat de travail. Dans ce dossier, le juge départiteur du conseil des prud’hommes de Quimper doit rendre son jugement, le 31 janvier.

Dernière mise à jour : 17/01/2014 à 10:10 Par Matthieu Gain

http://www.cotequimper.fr/2014/01/17/quatre-salaries-senchainent-aux-grilles-dalkopharm-a-quimper/

Lire la suite

10 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Non à la ferme-usine des 1000 vaches, samedi 11 janvier11h00 Quimper

Non à la ferme-usine des 1000 vaches, samedi 11 janvier11h00 Quimper dans Luttes paysannes et alimentation


A l’initiative de la Confédération Paysanne et de plusieurs organisations, des paysan-ne-s et des citoyen-ne-s se rassembleront dans la semaine du 7 janvier 2014 devant l’Assemblée nationale et les préfectures pour demander aux député-e-s l’arrêt de la ferme des 1000 vaches près d’Abbeville (Somme).

*
Ce projet d’une ferme-usine de 1000 vaches et 750 veaux et génisses, couplée à un méthaniseur est tout à fait hors normes, et sort d’évidence du cadre agricole. D’un côté, des vaches  massivement traitées aux antibiotiques, nourries aux OGM et aux aliments bourrés de pesticides donneront du lait puis de la viande de piètre qualité.

*
De l’autre, un méthaniseur qui produira du gaz vendu au prix cher à EDF et des milliers de tonnes de boues résiduelles qui menaceront les nappes phréatiques.  Les animaux deviennent prétexte à produire de l’énergie, généreusement payée par la collectivité nationale. La vache n’est plus au centre de la production, et devient en réalité un sous-produit industriel.

*
Ce type de projets verront bientôt le jour en Bretagne : le plan Energie méthanisation autonomie azote, EMAA du gouvernement Ayrault d’une part, et le décret du 31 décembre dernier facilitant la création et l’extension des porcheries nous orientent encore vers une agriculture concentrée qui détruit les emplois, nuit à la nature et aux animaux, encourage la spéculation.

*
A Quimper, les organisations UDSEA Confédération Paysanne, Attac Quimper Cornouaille, Eau et Rivières, CIVAM 29, APLI, GAB 29, vous appellent à manifester samedi 11 janvier à 11 h sur le marché du Steir puis devant la préfecture et demanderont une audience au préfet pour orienter la société vers une politique alimentaire et agricole respectueuse de la santé, des emplois, du bien être animal, de la souveraineté alimentaire et de l’environnement.

kemper 1


Lire la suite

11 décembre 2013 ~ 0 Commentaire

CFA de Quimper, vingt jeunes contrôlés avec de la drogue (of)

legalize

Les policiers du commissariat de Quimper ont déployé les gros moyens, mardi matin, au centre de formation des apprentis du bâtiment de Quimper.

C’est la direction du centre qui a demandé l’intervention des forces de l’ordre. Sous le contrôle du parquet, 20 fonctionnaires de police, assistés d’un chien spécialisé dans la recherche de stupéfiants, ont fouillé toutes les salles de cours et ateliers de formation ainsi que les chambres de l’internat. Au cours des recherches, les policiers ont saisi de la résine de cannabis ainsi que de l’herbe. Une vingtaine de jeunes, majeurs comme mineurs, ont été identifiés et convoqués pour traitement des suites judiciaire. Ils seront poursuivis pour détention illégale de produits stupéfiants. Quimper – 08h52

http://www.ouest-france.fr/cfa-de-quimper-vingt-jeunes-controles-avec-de-la-drogue-1780522

Lire la suite

11 décembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, centre de santé: un troisième débrayage annoncé (lt)

manifestants-hopital-SUD

Deuxième débrayage en une semaine, ce mardi, au centre de santé de Kerjestin de la Mutualité retraite 29-56, à Quimper.

Un troisième mouvement est annoncé pour mardi.

La semaine dernière, 28 des 35 salariées du centre de santé de Kerjestin avaient débrayé deux heures pour la création d’un deuxième poste de secrétaire et des hausses de salaires dans cette structure dépendant de la Mutualité retraite 29-56. « Nous avons demandé que la réunion, prévue le 13 décembre, soit décalée. Le jour proposé par la direction correspondait à une rencontre syndicale entre les différents sites de la mutuelle », a précisé Marie-Aline Béréhouc, déléguée CGT et secrétaire du comité d’entreprise. La date du 20 décembre a donc été retenue.

La veille, auront eu lieu un comité d’entreprise de la Mutuelle retraite 29-56 et une réunion portant sur les négociations annuelles obligatoires.

« La situation est un peu bloquée… »
« Depuis la semaine dernière, nous n’avons pas eu de propositions, la situation est un peu bloquée. Nous avons voulu montrer notre détermination », a commenté, pour sa part, Caroline Mourges, déléguée du personnel sans étiquette. « On est une petite équipe mais il faut montrer notre mécontentement », a poursuivi M.-A. Béréhouc. Toujours aussi mobilisées, les salariées ont de nouveau débrayé deux heures, hier matin. Avec, cette fois, une manifestation qui est allée de la rue de Kerjestin à la piscine de Kerlan-Vihan en passant par le bourg de Penhars.

Les soins assurés
Comme la semaine dernière, tous les soins ont été assurés.Après une rencontre avec la direction du site de Quimper, les personnels ont voté pour un troisième débrayage, mardi prochain. 11 décembre 2013 à 09h58

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/centre-de-sante-un-troisieme-debrayage-annonce-11-12-2013-2334335.php

Lire la suite

05 décembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper: bus gratuits?

osons a

Lire la suite

04 décembre 2013 ~ 0 Commentaire

Renaissance des luttes dans les hôpitaux (essf)

gourmelen

A l’Hôpital Gourmelen de Quimper, une expérience de lutte prolongée et d’auto-organisation

Les mouvements sociaux, la grève à l’hôpital posent immédiatement les questions de l’auto-organisation des personnels en lutte et de l’invention de formes de lutte visibles et tournée vers les usagers et la population.
Cela a déjà été le cas en Finistère, lors de la grande lutte de l’hôpital de Carhaix, en 2008, qui avait reposé sur un comité de mobilisation large avec les personnels, les syndicats, des partis (essentiellement la LCR et l’UDB – Union démocratique bretonne), la population locale, des élus… et des moments forts alliant grève et manifestation dans tout le département avec occupation de l’espace public.

La continuité du service et des soins imposent aux personnels de la santé en lutte, inventivité et créativité. A l’EPSM Gourmelen de Quimper, les personnels mobilisés depuis plusieurs mois luttent contre un plan de rigueur extrêmement violent  : 16 postes «  gelés  » et 3 jours de RTT supprimés, entrainant de fait 10 postes en moins supplémentaires. Malgré un préavis de grève illimitée permettant aux personnels de se rendre disponible, tout en assurant leur service, sur des moments forts de mobilisation, la direction qui applique les directives de l’ARS (agence régionale de santé) et donc du gouvernement Hollande-Touraine campe sur son intransigeance et son refus de remettre en cause ce plan de casse de l’hôpital public et de la qualité des soins.

Dès septembre, les personnels en colère ont décidé, avec les syndicats CGT et SUD, de hausser le ton et de «  camper  » elles et eux aussi, mais sur le site de l’hôpital. Barnum et tentes de camping ont donc fleuri sur la pelouse de Gourmelen. Depuis, cette «  zone  » de protestation et de discussion est devenue la «  ruche  » de la résistance aux mauvais plans de la direction et de l’ARS. Du matin au soir, y compris la nuit, les personnels se sont relayés, rassemblés, retissant du lien amical, social et combatif.

En permanence sur le site, visibles par le personnel et les patients, ils reçoivent le soutien des usagers, leurs familles et de leur association mais aussi d’autres syndicats et de partis politiques (NPA, FdG). Les salariés en lutte ont reçu le soutien du corps médical et se sont à plusieurs reprises invités dans des réunions de la direction, perturbant comme il le fallait la «  bonne marche administrative  ».

Cette manière de procéder, cette auto-organisation en AG, qui décide et organise, a décuplé la force et la motivation des personnels en lutte et particulièrement des jeunes soignantes et soignants. Elle a permis de rassembler le plus grand nombre et de donner naissance à une coordination du personnel avec des représentants du collège médical, des syndicats, des non- syndiqués et des différentes professions de l’hôpital. Cette coordination se réunit tous les lundis pour organiser la feuille de route décidée lors de la dernière AG qui a rassemblé plus de 300 personnes. L’idée première est de sortir de l’hôpital en direction de la population et d’interpeller tous les élus.
En agissant ainsi, les personnels se sont approprié les revendications et la conduite de la lutte.

L’expérience en cours, qui vise aussi à sortir de l’hôpital et à se coordonner avec d’autres hôpitaux et la population, pose de fait l’affrontement avec la direction et l’ARS. Dans le même temps, elle permet à des dizaines, voire des centaines de personnes, de prendre conscience de leur propre force et de leur droit à décider par eux-mêmes, par nous-mêmes.

Commission nationale santé-sécu-social du NPA

* Paru dans la revue L’Anticapitaliste (France) n° 48, novembre 2013.

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article30509

 

Lire la suite

04 décembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper,ex-Girex-Mazal, jugement le 31 janvier (lt)

y-en-a-marre

Hier, 70 des 90 salariés des quatre sociétés pharmaceutiques créées après la reprise de Girex-Mazal ont demandé le paiement de retenues de salaires.

Vingt et un d’entre eux étaient là pour une radiation judiciaire de leurs contrats de travail.

Quimper,ex-Girex-Mazal, jugement le 31 janvier (lt) dans Luttes sociales en Finistère empty

Retour à la case départ. En novembre, le conseil des prud’hommes de Quimper n’avait pas réussi à statuer. Les dossiers ont donc été de nouveau plaidés, hier, en présence d’un juge professionnel.

« Une guerre d’usure initiée par l’employeur » Pas de changement dans l’argumentaire de Me Février du barreau de Quimper. Après avoir rappelé l’historique des dossiers depuis la reprise de Girex-Mazal, le conseil des salariés a rappelé l’origine des demandes portant sur la dénonciation « unilatérale », « autoritaire », par la nouvelle direction, des horaires de travail et le passage de 34 h 12 en quatre jours à 38 h en cinq jours sans hausse de salaires. La dénonciation de « l’ensemble des usages », « l’employeur ne fournit pas de travail aux salariés et demande de travailler plus… Trop de travail c’est difficile, pas de travail, c’est épouvantable ».

Le conseil des salariés propose au tribunal de rétablir l’accord de 1999. Celui-ci s’est surtout attaché à décrire le climat interne depuis la remise en cause de l’unité économique et sociale avec la scission en quatre entreprises, « un avertissement à chaque salarié », en juin 2012, des « négociations collectives complètement ignorées par l’employeur ».« Les salariés de Quimper se sont vus supprimer leur prime annuelle, pas ceux de Blois, cela s’appelle de la discrimination », a-t-elle lancé, rappelant les retards de paiement des salaires. Autres exemples, les interventions de la direction du travail et de la médecine du travail, les alertes sur les risques psychosociaux, une « volonté de punir les salariés », évoquant un « harcèlement moral », une « politique de la terreur », un « despotisme », des « procédures extravagantes », une « guerre d’usure initiée par l’employeur ».

« Chroniqued’une mort annoncée… » Me Février a mis en garde sur une « chronique d’une mort annoncée » avec un « employeur qui ne paie plus les salaires, ne fournit pas de travail », parlant de « mouvements vers la Grande-Bretagne et la Suisse. S’il y a une fermeture du site, qu’on ne l’impute pas aux salariés. L’employeur est responsable de cette situation inextricable, il ne veut pas d’un plan de sauvegarde de l’emploi », a-t-elle conclu sous les applaudissements des salariés. Face à une telle charge, Me Laeri s’est attaché à démonter les arguments un par un.

« L’entreprise espère rebondir… » L’accord ARTT de 1999 ? « Nous ne l’avons jamais dénoncé. Il précisait quatre jours de travail par semaine « préférentiellement ». Travailler sur 34 h 12, ce n’était pas viable. C’était le projet de reprise tel qu’il avait été donné au tribunal de commerce de Versailles, qui a eu l’accord du comité d’entreprise ».L’avocat a encore mis en avant les difficultés financières et de trésorerie avec « un impayé de 3,6 millions d’euros ».« Depuis six mois, l’employeur fait le nécessaire pour payer les salaires avec quelques jours de retard, c’est à son honneur ». Pas plus, il n’aura joué la « politique de la chaise vide ».Sur l’avenir, il a annoncé, en 2014, six nouvelles autorisations de mise sur le marché de médicaments. « L’entreprise espère pouvoir rebondir dans trois mois ».Quant au stress au travail, « c’est possible mais il était préexistant à la reprise. Dès l’alerte de la médecine du travail, la direction a engagé une psychologue du travail ».

Conseil de prud’hommes sous pression Sur les contrats de travail remis en cause, il a évoqué « l’impossibilité de s’appuyer sur des manquements collectifs pour justifier des résiliations individuelles ».L’avocat a conclu en mettant la pression sur le conseil de prud’hommes : « Ou bien vous refusez les vingt et une résiliations pour deux millions d’euros et la société va vivre, ou bien vous acceptez et, évidemment, nous allons droit au dépôt de bilan avec toutes les conséquences sur le chômage… ». Jacky Hamard 3 décembre 2013

http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/ex-girex-mazal-jugement-le-31-janvier-03-12-2013-2324610.php

Lire la suite

04 décembre 2013 ~ 0 Commentaire

Quimper, centre de santé, débrayage très suivi à Kerjestin (lt)

manifestants-hopital-SUD-copie-1

Le débrayage de deux heures, hier matin, a été massivement suivi au centre de santé de la Mutualité retraite 29-56, à Kerjestin. Les personnels demandent des hausses de salaire et un deuxième poste de secrétaire.

Quimper, centre de santé, débrayage très suivi à Kerjestin (lt) dans Quimper et pays glazik empty

Sur les 35 salariés, 28 ont participé, hier, au débrayage. « Nous ne sommes pas à l’hôpital, il n’y a pas de réquisition mais nous avons assuré les soins ce matin », a précisé Marie-Aline Béréhouc, déléguée du personnel CGT et secrétaire du comité d’entreprise.

Salaires bloquésdepuis quatre ans À Kerjestin, le centre de santé comprend un centre de soins infirmiers (CSI), un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) et une équipe mobile pour les malades d’Alzheimer (EMMA). Quelque 150 personnes reçoivent ainsi des soins une à deux fois par jour.« Malgré la hausse de l’activité et du chiffre d’affaires du pôle retraite, les salaires sont bloqués depuis quatre ans et demi. Après trois années bénéficiaires, le compte de résultat 2011-2012 montre un excédent de + 22 %. 2013 va encore être une bonne année, on aimerait bien voir la couleur de quelque chose », a-t-elle commenté, hier, sur le site de Kerjestin (*). « La direction nous fait des promesses mais on ne voit rien venir », ajoute Caroline Mourges, déléguée du personnel sans étiquette.

Un deuxième poste de secrétaire demandé À ces questions de salaires, s’ajoute la demande de création d’un deuxième poste de secrétaire. « Avec l’augmentation de l’activité, la secrétaire a six mois de retard sur la facturation des soins. La direction nous donne le choix entre un poste de secrétaire ou une augmentation de salaire pour tout le monde. Ce n’est pas cool, nous, on pense que cela peut être les deux », ajoute-t-elle.La rencontre, lundi, avec la direction générale et les ressources humaines, avec la proposition de la création d’un groupe de travail constitué à partir du 13 décembre, a donc été jugée insuffisante pour lever le préavis de grève.Le 19 décembre, se tiendra aussi une nouvelle réunion dans le cadre des négociations annuelles obligatoires.La direction de la Mutualité retraire 29-56 n’a pu être jointe hier.

(*) Le pôle compte cinq Ehpad, neuf petites unités de vie et deux centres de santé entre Brest et Vannes.

4 décembre 2013 http://quimper.letelegramme.fr/local/finistere-sud/quimper/ville/centre-de-sante-debrayage-tres-suivi-a-kerjestin-04-12-2013-2325979.php

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin