Archive | Quimper et pays glazik

01 mars 2018 ~ 0 Commentaire

quimper afrin (le télégramme)

Kendal-Breizh-3

Solidarité avec Afrin. Un rassemblement à Quimper. Plusieurs prises de parole ont eu lieu, hier, devant la place de la Résistance.

Une cinquantaine de personnes ont bravé le froid, hier à 18 h, pour exprimer leur solidarité aux populations du Kurdistan syrien de la région d’Afrin, bombardées par l’aviation turque.
.
Le rassemblement était organisé à l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme et du collectif « S’unir pour ne pas subir ».
.
« Afrin fait partie du Rojava, une enclave démocratique dans le nord de la Syrie où s’expéri- mente le confédéralisme démocratique qui repose sur la reconnaissance des minorités, la parité et la démocratie directe, a souligné Pascal Petit (Attac). Ensemble, ils démontrent leur capacité à prendre en main un avenir libre et démocratique.
.
Depuis le 20 janvier, l’armée du président Erdogan bombarde la région et la communauté internationale ne sait qu’exprimer son impuissance.
.
Or, cette invasion d’un autre pays par l’état turc est une violation directe du droit international. « Erdogan ne supporte pas la démocratie ni à Afrin, ni en Turquie », a souligné Yvonne Rai- nero (PC) en dénonçant la « tolérance » de la France et de l’Europe face ces attaques. Gérard Mas (NPA) a rappelé que des internationalistes qui avaient combattu Daesh étaient morts à Afrin, dont le militant breton Kendal Breizh en mémoire duquel un rassemblement aura lieu à Carhaix le 10 mars.
.
« Que pouvons-nous faire d’ici, s’est demandé Dominique Brunel (LDH). Nous agissons pour un corridor humanitaire, la libération des prisonniers politiques, contre les bombardements. Et, pour cela, il faut utiliser les réseaux sociaux et préparer l’accueil de ceux qui arriveront jusqu’à Quimper ».
.
Ronan Larvor   1 mars 2018
.

Lire la suite

27 février 2018 ~ 0 Commentaire

jj urvoas (jdd)

Depute-coute-des-ronds_Ysope

Jean-Jacques Urvoas visé par une enquête sur des soupçons de détournement de fonds publics

Une enquête préliminaire a été ouverte sur des soupçons de détournement de fonds publics après l’achat puis la mise en vente par l’ex-garde des Sceaux et ex-député du Finistère Jean-Jacques Urvoas de sa permanence parlementaire à Quimper, a confirmé lundi le parquet de Lorient.

Soupçonné d’avoir transmis au député Thierry Solère des informations sur une enquête pour fraude fiscale le concernant, Jean-Jacques Urvoas fait déjà face à une enquête de la Cour de justice de la République pour « violation du secret professionnel ». Mais, lundi, c’est dans une autre affaire que l’ancien garde des Sceaux se trouve cité. Une enquête préliminaire a en effet été ouverte sur des soupçons de détournement de fonds publics après l’achat puis la mise en vente par l’ex-député du Finistère de sa permanence parlementaire à Quimper, a indiqué à l’AFP le parquet de Lorient, confirmant une information de franceinfo.

L’enquête, ouverte fin janvier, fait suite à un signalement de l’association du Finistère Cicero 29 qui lutte pour la « probité des affaires publiques ». Elle a été ouverte par le parquet de Lorient, après le dessaisissement de celui de Quimper, pour des soupçons de « détournement de fonds publics », a précisé à l’AFP la procureure de la République de Lorient, Laureline Peyrefitte.

Une permanence acquise grâce aux indemnités de député puis revendue  212.750 euros

Pour acquérir en 2008 cette permanence parlementaire de 126 m2 située en plein centre de Quimper et « avec un certain cachet », Jean-Jacques Urvoas a bénéficié d’un prêt bonifié, rem- boursé par ses indemnités de député (IRFM), a affirmé à l’AFP Jérôme Abbassene, membre de Cicero 29. Elle a ensuite été louée, puis proposée à la vente par l’ancien député socialiste, battu aux législatives en juin 2017, pour une somme de 212.750 euros, selon Jérôme  Abbas- sene, qui pointe du doigt « l’enrichissement personnel » de Jean-Jacques Urvoas via cette opération.

« La taille, la situation, la valeur du bien, et le fait qu’il n’est pas accessible aux personnes en situation de handicap posent question », a encore expliqué le membre de Cicero 29, entendu lundi avec le président de son association, Antony Auffret, par les enquêteurs de la police judiciaire de Rennes chargés du dossier. L’ancien ministre de la Justice n’a aujourd’hui plus de mandat : maître de conférence en droit public, il a recommencé à donner des cours aux universités de Quimper et Brest, à Paris-Dauphine et à Sciences-Po.

Gaël Vaillant 26 février 2018

http://www.lejdd.fr/

 

Lire la suite

26 février 2018 ~ 0 Commentaire

quimper asile (ldh)

ldh

Mobilisation pour le respect du droit d’asile

Le gouvernement a présenté le projet de loi asile-immigration en Conseil des ministres le 21 février.  Ce projet comporte un grand nombre de mesures particulièrement inquiétantes, qui constituent un recul dans l’accès aux droits fondamentaux des étrangers et va dégrader la procédure d’asile et l’accompagnement social proposé et déjà insuffisant.

Les situations actuelles inacceptables sont déjà innombrables :

• Non-renouvellement de titre de séjour qui intervient brutalement, pour des personnes qui parfois sont en France depuis des années, qui travaillent et qui sont parfaitement intégrées…
• Fin de prise en charge brutale pour des personnes en situation de vulnérabilité…
• Application systématique et arbitraire du règlement Dublin, sans aucune prise en compte des situations humanitaires des personnes, alors que ce même règlement permet d’étudier le dépôt d’une demande d’asile…

Quasi quotidiennement des personnes nous signalent des atteintes à leurs droits, et la proposition de loi telle qu’elle est présentée risque d’aggraver encore plus la situation des étrangers en demande de protection :

• Le raccourcissement des délais d’instruction et de recours ne pourra se faire qu’au détriment des demandeurs et risque d’exclure des milliers de personnes de la protection.
• Le renforcement des mesures directives de contrôle par les préfectures risque de créer une confusion générale entre surveillance administrative et action sociale.
• Le développement à outrance des mesures de contrôle et de privation de liberté ne va qu’accroitre les restrictions de l’accès aux droits.

En refusant d’avancer sur la question de l’accès à un titre de séjour pour les dizaines de milliers de personnes qui vivent déjà sur le sol français, parfois depuis des années, et sur la modification nécessaire du règlement Dublin, ce projet passe à côté d’une occasion de s’attaquer réellement à la pauvreté et à la souffrance sociale.

Nous appelons les citoyens, bénévoles, associations, collectifs à se rassembler

Le jeudi 1er mars, à 18h, place de la Résistance de Quimper, afin de manifester votre mobilisation POUR le respect du droit d’asile et CONTRE le projet de loi asile-immigration.

Lire la suite

25 février 2018 ~ 0 Commentaire

georges perros (anti-k)

perros

Georges Perros, l’esthétique du quotidien. Poésie de la fulgurance

La poésie surgit dans des endroits bizarres, étranges d’une rencontre avec un paysage, une personne, un sentiment. Pour Georges Perros (1923-1978), le point de départ est dans la sensation d’être vivant alors que la mort rôde. Il se dira « noteur » pour indiquer que la note est la seule manière d’exprimer la fulgurance de la vie, la nécessité de l’éphémère face au livre imprimé. Le quotidien est, par nature, « gravée sur le mur du vent » pour perdre la trace du passé tout en conservant son ombre. La poésie de Perros ressemble, de ce point de vue, au sillage d’un bateau qui suit des routes invisibles à l’œil nu mais conservées par les navigateurs. L’écume devient la signification du passé.

D’abord acteur, à la Comédie française dans un premier temps puis au TNP où il rencontre Gérard Philipe, il quittera ce monde de l’apparence pour partir à la découverte de la Bretagne sur une vieille moto toute déglinguée. C’est la transformation de Georges Poulot en Georges Perros, bout de chemin en Breton. Il s’installera dans le Finistère, soit le bout du monde. Il fait partie de cette génération qui a 20 ans pendant la guerre et qui passe dans cette nuit sans se faire toucher par les questions politiques qu’elle pose, sans prendre conscience de la barbarie, sans non plus être tenté par l’héroïsme, solution facile dira Engels lorsqu’on l’interrogera sur ses faits d’armes. Comme Boris Vian, il passe.

Il découvrira la prison lorsqu’il voudra défendre un marin pêcheur houspillé par un représentant des « forces de l’ordre » qualifiera le Code pénal comme « un monument d’humour funèbre ».

La mort de Gérard Philipe, en novembre 1959 – cette année-là meurt aussi Boris Vian – est la concrétisation d’une année sombre dans tous les domaines, politiques et culturels. L’avènement de la Ve République montre la déliquescence de la SFIO embourbée dans les crimes du colonialisme en Algérie.

La poésie de Perros fait résonner ce contexte dans le quotidien, dans la manière d’être vivant. Il refuse de se faire mémorialiste pour transcender l’Histoire par le langage, l’empathie avec l’autre, la tonalité. Influencé par le lettrisme de Issou, il construira ses textes en octosyllabes pour leur donner une cadence rapide, pour un jeu sonore loin du sentencieux alexandrin. La modernité de Perros est dans le refus du livre, « cercueil de notes » – il en publiera cinq de son vivant – pour conserver la note juste. Il rejoint Miles Davis qui contestait le flux de musique pour insister sur la note, celle qui représente l’essentiel de l’émotion. Perros a commencé par la musique avant de s’orienter vers le théâtre et cette influence est sensible. A la lecture, le jazz avec sa dimension d’oralité est une source évidente dans la prosodie de sa poésie.

« Œuvres » de Georges Perros, dans la collection « Quarto », organisée par Thierry Gillibœuf, est un curieux objet littéraire. Choisir la chronologie des écrits est une gageure pour ce praticien de la note non datée. Il fallait se plonger tout entier dans la vie de Perros pour donner un aperçu des relations des écrits au monde de cet « homme de paroles », d’une parole qui sait nous parler. Le résultat, un précipité de l’éphémère.

Georges Perros : Œuvres, édition établie et présentée par Thierry Gillibœuf, Quarto/Gallimard, 1600 pages, 32 euros.

Entre les lignes entre les mots, 2018-02-24

Georges Perros (Wikipedia)

Éditions Calligrammes Quimper (Wikipédia)

Calligammes était aussi une librairie 18 rue Elie Fréron, tenue aussi par Bernard Guillemot.

 

Lire la suite

13 février 2018 ~ 0 Commentaire

max jacob (fr3)

max

Max Jacob, par Pablo Picasso

Max Jacob : un Illustre quimpérois

Sur les quais de l’Odet à Quimper, la maison natale de Max Jacob est la seule dans le Finistère à avoir le label Maison des Illustres. Une distinction créée par le ministère de la Culture qui impose 40 jours d’ouverture au public par an.

La bâtisse située au 8 du parc, était en ruine quand Eric et Geneviève Pérénnou l’ont achetée en 2007. Planchers, toitures, peintures… Cinq ans ont été nécessaires pour rénover l’ensem- ble, avec l’obligation de conserver tout ce qui pouvait l’être, c’est-à-dire pas grand-chose. La maison avait été pillée pendant la guerre après l’arrestation de la famille par la Gestapo.Venus pour les pierres, les propriétaires se plaisent à dire qu’ils y sont restés pour l’histoire. L’ensemble abrite les appartements des Jacob et au fond de la cour, l’ancien atelier de tailleur du grand-père de Max Jacob devenu un restaurant. C’est aussi un lieu d’exposition, de confé- rence ou de poésie puisque l’association des Amis de Max Jacob s’y retrouve chaque mois.

Une enfance heureuse sur les bords de l’Odet

Né en 1876, Max Jacob a grandi face à la rivière de l’Odet et apprend beaucoup au contact des tailleurs. L’atelier du grand-père puis du père Jacob est réputé et les commandes sont nombreuses. À travers les costumes brodés, il découvre les légendes bretonnes. Une enfance heureuse qu’il passe le nez dans les livres.

Le souvenir de Quimper toujours présent

Après une scolarité brillante, le jeune homme s’installe à Paris où il devient une figure de la culture d’avant-garde à Montmartre et Montparnasse, précurseur du mouvement Dada et sur- réaliste. Plus tard, il choisira de vivre à Saint-Benoît-sur-Loire. Même loin, il continue d’écrire sur sa ville natale. Dans le Cornet à Dés, il se moque des bourgeois de Quimper, évoque les marronniers sur les quais, la préfecture, le Mont Frugy.

Il y revient régulièrement, avec ses amis artistes qu’il côtoie dans la capitale, notamment Cocteau, Dior, Picasso ou encore Charles Trenet. En 1951, ce dernier  compose l’âme des poètes, en hommage à son ami juif, mort dans le camp de Drancy en 1944. Max Jacob fut aussi l’ami de Jean Moulin, sous-préfet de Châteaulin et grand résistant, torturé et décédé un an plus tôt lors de son transfert vers l’Allemagne.

Jean Tuset, son filleul, se souvient du dernier voyage de Max Jacob à Quimper. C’était en avril 1942. C’était la première fois que Jean, qui n’avait qu’une dizaine d’années à l’époque, voyait une étoile jaune. Max Jacob la portait sur son grand pardessus. Le poète écrivain pleurait en pensant à sa jeune sœur déportée, inquiet à l’idée qu’elle ne supporte pas l’épreuve. Avec son père, Augustin Tuset, Jean a accompagné Max Jacob sur les bords de l’Odet, osant s’afficher ouvertement et publiquement avec un juif, alors que  les soldats allemands, étaient dans la ville. Les Quimpérois ne l’ont plus jamais revu.

Six mois avant la libération de Paris, Max Jacob, juif et catholique converti, est arrêté et interné au camp de Drancy. Épuisé et malade, il y meurt en cinq jours, avant son transfert pour Auschwitz, malgré l’intervention de ses amis Picasso et Cocteau.

Maisons des Illustres

Créé en 2011, le label « Maisons des Illustres » signale des lieux dont la vocation est de con- server et transmettre la mémoire de femmes et d’hommes qui se sont illustrés dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France. Le label est attribué par le ministère de la Culture pour une durée de 5 ans renouvelable. Il représente une reconnaissance officielle de l’intérêt patrimonial de la Maison et donne lieu à des avantages divers. À ce jour, le réseau compte 212 Maisons dont 6 en Bretagne.

Claire Louet 11/02/2018

https://france3-regions.francetvinfo.fr

Lire aussi

Une lettre de Picasso au poète Max Jacob bientôt dévoilée à Quimper 

Max Jacob (Wikipédia)

 

Lire la suite

31 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

ehpad quimper (npa)

dav

dav

dav

dav

Lire la suite

30 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

quimper manif ehpad

natio

bandres

cg

sud

jaj fo

cg1

med

garc

cgt

uhel

Lire aussi:

Mouvement dans les Ehpad : un millier de personnes devant la préfecture à Rennes (FR3)

Grève dans les Ehpad : “on ne prend plus le temps de faire les soins de façon humaine”Emilie Quimper (FR3)

“Une maltraitance institutionnalisée” selon le personnel en grève à l’Ehpad de Bruz (FR3)

Malaise dans les EHPAD, en Bretagne comme ailleurs ! (Le Peuple Breton)

Lire la suite

30 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

lait la conf’ 29 (of)

lait

Finistère. La Confédération paysanne porte plainte contre six laiteries

La Confédération paysanne du Finistère relance ses plaintes pour extorsion contre six laiteries du département et appelle à un

Rassemblement, mercredi 31 janvier  14 h 30 cité judiciaire Quimper.

La Confédération paysanne du Finistère relance ses plaintes pour extorsion contre six laiteries du département. « L’émission Cash Investigation « Où va l’argent du beurre ? »  a révélé au grand public l’opacité dans laquelle se crée et se répartit la valeur ajoutée dans l’industrie laitière, privée et coopérative », dénonce dans un communiqué Vincent Pennober, porte-parole de la Confédération paysanne du Finistère.

«Impossible de changer d’acheteur»

« Si on ajoute à cela le fait qu’il est rendu pratiquement impossible pour un producteur de lait de changer d’acheteur, la Confédération Paysanne avait déposé, le 24 novembre 2016, une série de plaintes pour extorsion à l’encontre de six laiteries du Finistère. Depuis, il s’avère que le dossier demeure « en cours de traitement ». »

Rassemblement mercredi devant le tribunal

Devant l’urgence de la situation provoquée par trois années de crise aiguë, la Confédération paysanne du Finistère appelle à un rassemblement, le mercredi 31 janvier, à 14 h 30, devant la cité judiciaire de Quimper. « Nous y déposerons un courrier adressé au procureur, dans lequel nous demanderons à être reçus prochainement. »

29/01/2018

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

28 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

ehpad (ouest france)

manifestants-hopital-sud

Grève dans les Ehpad. « Je peux vous assurer qu’il y aura du monde. »

Les salariés des Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ont prévu une grève nationale inédite, mardi 30 janvier, pour dénoncer le manque de moyens financiers et humains dans leur secteur. Pour le secrétaire général de la CGT, la mobilisation risque d’être importante.

« Je peux vous assurer qu’il y aura du monde », pour la journée d’action organisée mardi dans les d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), prévient ce dimanche Philippe Martinez, secrétaire général de CGT dans une interview au Parisien-Aujourd’hui en France. Il estime que la mobilisation dans les Ehpad sera un « exemple intéressant » de ce qu’il faut faire pour réussir une contestation.

Son syndicat a « fait monter la mayonnaise » depuis « un an », avec « des mobilisations, maison de retraite par maison de retraite, sur des questions concrètes d’emploi, de conditions de travail », explique-t-il. « Maintenant, on est en capacité d’organiser une journée d’action de l’ensemble. »

« Un privilège »

Selon Philippe Martinez, la mobilisation contre les ordonnances, quant à elle, n’a pas pris parce que « certains salariés » ne se sont « pas (sentis) concernés » par les « mots d’ordre natio- naux ». « Pour une mobilisation efficace, il faut d’abord travailler sur la réalité des travailleurs pour faire ensuite la liaison avec les enjeux nationaux ».

En ce qui concerne les réformes à venir, le leader de la CGT prévient : « pas touche aux régimes spéciaux » de retraite. Si le gouvernement veut les supprimer, la mobilisation « se fera spontanément ». Pour Philippe Martinez, les régimes spéciaux ne sont pas « un privilège ». Il accuse le président Emmanuel Macron de vouloir opposer « les retraités, qui seraient aisés et iraient se dorer la pilule à Miami, aux jeunes qui galèrent », alors que « la réalité, c’est qu’il y a de plus en plus de retraités pauvres, obligés de travailler ».

quimper

Un agent par résident

Mardi prochain, pour la première fois, un mouvement unitaire regroupant CGT, CFDT, FO, Unsa, CFTC, CFE-CGC et SUD, avec le soutien de l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et d’associations de retraités, prévoit des débrayages dans les établissements et des rassemblements dans toute la France, pour contrer le manque de moyens financiers et humains. Les syndicats revendiquent l’abrogation de la réforme de la tarification des Ehpad et une augmentation des effectifs.

Alors que le secteur connaît une dégradation sans précédent des conditions de travail des salariés et des conditions d’accueil des résidents, les syndicats revendiquent l’application d’un ratio d’un agent par résident et l’abrogation d’une nouvelle réforme des tarifs, qui va se traduire par des suppressions massives de postes.

https://www.ouest-france.fr/

Tract NPA

Lire la suite

22 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

ehpad (quimper pont-l’abbé)

p abbe

quimper

Le communiqué de la Coordination de Défense des Hôpitaux

Le communiqué national intersyndical

Le tract de la CGT (Union Locale Pont L’Abbé)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin