Archive | Quimper et pays glazik

16 mars 2019 ~ 0 Commentaire

stylos rouges (of)

Logo-Stylo-Rouges@DR-800x570

Pour protester contre la réforme du lycée, des professeurs donnent 20 sur 20 à tous leurs élèves.

Dimanche 17 mars rassemblement à Quimper 

Dans le Finistère, la mobilisation contre la réforme du lycée continue. Dimanche 17 mars 2019, un rassemblement est prévu à Quimper. Le rendez-vous est donné à 14 h, place de la Résistance. Cet appel est lancé par le mouvement des Stylos rouges. Il est relayé par la Chaîne des bahuts.

Mobilisation au lycée Jean-Marie Le Bris de Douarnenez

Raphaëlle Guitton, professeure d’économie-gestion au lycée Jean-Marie Le Bris de Douarnenez fait partie de ce collectif, avec plusieurs de ses collègues. Elle rappelle que le mouvement de protestation a commencé au lendemain de la dernière rentrée scolaire, en septembre 2018.

Juste après la rentrée, on nous a consultés sur les programmes. Mais à cette période de l’année, nous ne sommes pas très disponibles. Cependant, nous avons tout de même pris le temps de nous pencher sur le contenu des programmes et nous avons constaté que certaines choses étaient aberrantes.

Cette réforme introduit notamment le choix dès l’entrée en classe de seconde de spécialités. « Nous ne connaissons pas les tenants et les aboutissants de cette réforme. Le gouvernement veut aller vite. Dans ce contexte, nous avons du mal à cerner les conséquences sur l’orienta-tion des élèves et, dans ce domaine, à faire notre travail de professeurs principaux. Cette réforme intervient enfin dans un contexte de pertes de postes. »

Raphaëlle Guitton qui a accepté de témoigner précise qu’elle n’est pas syndiquée. Elle indique que les actions sont allées crescendo ces derniers mois. Nous avons essayé de fédérer d’autres établissements à Quimper et à Brest. En janvier, nous avons rejoint le collectif contre la réforme, organisé des réunions avec les parents, fait grève… Mais force est de constater que cela n’a pas fait bouger les choses.

« Nous ne faisons pas n’importe quoi » 

Depuis le 1er mars 2019, au lycée Jean-Marie Le Bris de Douarnenez, elle et plusieurs de ses collègues ont commencé à attribuer la note de 20 sur 20 à tous leurs élèves.

Raphaëlle Guitton tient à expliquer : Nous ne faisons pas n’importe quoi. En effet, nous continuons à corriger nos copies comme nous le faisons habituellement. Nous appliquons une notation habituelle, assortie de nos appréciations dont nous faisons part aux élèves. Mais par la suite, nous rentrons la note de 20 sur 20 dans le logiciel qui sert à faire les bulletins. Il s’agit d’une mesure de protestation sur le plan administratif. Raphaëlle Guitton reconnaît que cela a tout de même créé « une certaine pagaille ».

Plainte à l’inspection académique du Finistère

Selon l’enseignante, « des parents principalement d’élèves de Terminale ont exprimé leur incompréhension et leurs craintes pour leurs enfants de ne pas pouvoir accéder à des études supérieures ».

Dans d’autres départements où ce mouvement de protestation a été lancé, des enseignants ont reçu des menaces de sanctions disciplinaires. C’est notamment le cas à Nantes (Loire-Atlantique), selon Franceinfo. Dans le département, Raphaëlle Guitton confie toutefois qu’une ou plusieurs plaintes de parents d’élèves ont été déposées auprès de la Direction académique des services de l’Education nationale (Dasen) du Finistère

Samedi 16 Mars 2019

https://actu.fr/bretagne/douarnenezl

ecole.jpg1

Lire la suite

23 février 2019 ~ 0 Commentaire

quimper retirada (le télégramme)

peree

Lire la suite

22 février 2019 ~ 0 Commentaire

catalans kemper (npa)

republica-catalana

Libération des prisonniers politiques Catalans
.
Le procès qui se tient actuellement à Madrid est un déni de démocratie.
Les prisonniers risquent jusqu’à 25 ans de prison pour avoir permis au peuple catalan de s’exprimer librement et démocratiquement sur son sort. Avec ce procès le droit à l’autodétermination d’un peuple devient un délit.
.
Dans un contexte où, en Europe, les états tendent de plus en plus à adopter des politiques austéritaires et antidémocratiques, la passivité et le silence doivent être rompus vis à vis de qui se passe aujourd’hui à Madrid.
.
Le NPA appelle à se joindre au rassemblement Samedi à 14h, place de la Résistance pour le droit à l’autodétermination du peuple Catalan et la libération des prisonniers« 
.
NPA Kemper
.
http://www.elpunt.cat

Lire la suite

21 février 2019 ~ 0 Commentaire

atomik tour (le télégramme)

byure

Nucléaire

L’Atomik Tour lundi à Quimper

La caravane antinucléaire de l’Atomik Tour a quitté début janvier le site de Bure (Meuse) pour un tour de France en 50 étapes qui se terminera en août prochain. Elle stationnera à Quimper lundi 25 février.

À cette occasion, l’association Sortir du Nucléaire Cornouaille (SDN)  organise une soirée débat autour du film documentaire « Centrales nucléaires, démantèlement impossible ? », de Bernard Nicolas.

Le site de Bure a été choisi pour l’implantation du Centre industriel de stockage géologique (Cigéo), un projet de stockage profond des déchets radioactifs. Il devrait notamment recevoir les déchets à vie longue issus du démantèlement de la centrale de Brennilis.

Celui-ci, engagé après l’arrêt de la centrale bretonne en 1985, ne sera pas terminé avant une vingtaine d’années. « Il n’y a toujours pas d’autorisation du démantèlement complet de Brennilis », rappellent les militants.

« L’Atomik Tour a pour but de réactiver la question du nucléaire sur le plan écologique et économique dont on ne parle pas du tout dans le débat sur la transition énergétique, dit Chantal Cuisenier.

Or, aujourd’hui, on ne sait pas démanteler les centrales alors que l’on parle d’en construire de nouvelles et de prolonger la durée de vie des anciennes de 30 à 60 ans. Le tout pour des centaines de milliards.

C’est autant d’argent qui n’ira pas à la transition énergétique avec ce pognon de dingue ». « Le coût des démantèlements et de la gestion des déchets est largement sous-évalué et il n’y a aucun débat public sur ce sujet, appuie Marie Nicolas. Il y a une omerta inquiétante sur ces questions ».

Pratique:

.
Lundi 25 février, à 18 h 30, à l’Espace associatif, projection du film documentaire sur le démantèlement des centrales dans le monde (dont une partie est tournée à Brennilis), suivi d’un débat avec les militants opposés au centre d’enfouissement de Bure.
  20 février 2019 
.

 https://www.letelegramme.fr/

Lire la suite

05 février 2019 ~ 0 Commentaire

5 février en bretagne (fr3 of npa)

gwengamp

Grève nationale

Syndicats et Gilets jaunes défilent ensemble en Bretagne

À l’appel de la CGT, une grève nationale est organisée ce mardi. Le syndicat Solidaires, le NPA, le PCF, la France Insoumise, des syndicats étudiants ou d’enseignants s’y associent. A noter la présence de Gilets jaunes qui jusqu’à présent avaient regardé les syndicats avec méfiance.
Les revendications dans les cortèges sont nombreuses : la hausse des salaires, une justice fiscale, l’opposition à la réforme du lycée ou à l’augmentation des frais d’inscription des étudiants étrangers, le droit de manifester ou encore la défense du service public.

22

Saint-Brieuc.

Pour la première fois, syndicats et gilets jaunes ont marché ensemble, ce mardi. À midi, ils étaient près de 600 à manifester devant le local du Medef à Ploufragan.

Guingamp.

À l’appel des syndicats CGT, Solidaires et FSU, ainsi que des gilets jaunes, 300 manifestants se sont rassemblés ce mardi matin, près de la mairie de Guingamp. Ils se sont ensuite dirigés vers la zone de Bellevue, où sont installées plusieurs entreprises, notamment de l’agroalimentaire.

29

Entre 3 000 et 4 000 en Finistère pour cette journée de grève et de manifestations.
Un nombre moyen, moins fort que les grandes mobilisations retraite ou loi travail, mais plus important que les dernières manifs syndicales. Pour Kemper, nous étions prés de 6 à 700. Rassemblement devant le Medef à l’appel de la CGT, Solidaires et FO auquel se sont joint les GJ. Ils étaient une bonne centaine. Il y avait aussi des enseignants et des lycéens.
Interventions des syndicats, puis des GJ et lycéens.  A l’initiative des GJ et des lycéens nous avons envahit le pôle universitaire. Le NPA, les Antifa et Ensemble ainsi que le collectif « S’unir pour ne pas Subir »  très visibles.
.

Brest

À Brest, ils étaient près d’un millier à battre le pavé en centre-ville pour la défense des services publics et le pouvoir d’achat, syndicalistes et gilets jaunes côte à côte.

Morlaix.

Environ 400 personnes ont manifesté ce mardi matin dans les rues de Morlaix.

Quimper.

Ce mardi matin, près de 600 personnes se sont retrouvées devant le Medef de Quimper, à Créac’h Gwen, à l’appel des syndicats. À l’initiative des gilets jaunes, une centaine de manifes-tants sont entrés dans le hall de la faculté pour inciter les étudiants à les rejoindre. Sans succès. La manifestation s’est terminée sur les coups de 12 h 30.

Quimperlé.

Près de 300 personnes ont défilé, ce mardi, dans les rues de Quimperlé. Pouvoir d’achat et maintien des services publics figuraient au nombre de leurs revendications.

35

Rennes

À Rennes, près de 600 manifestants dont plusieurs dizaines de Gilets jaunes et d’étudiants ont défilé pour le pouvoir d’achat. Ils ont d’abord passé devant le siège du Medef où les forces de l’ordre étaient positionnées. Ils sont passés devant le lycée Mendès-France pour demander que les lycéens puissent sortir manifester. Plusieurs manifestants ont forcé le portail du lycée. La police a interpellé une personne qui a été placée en garde à vue au commissariat. Après la dislocation du cortège peu avant 13h, une partie des manifestants dont des étudiants et des Gilets jaunes se sont rendus rue de Saint-Malo où une barricade a été montée. La tension était forte avec les forces de l’ordre qui ont dégagé la rue.

Saint-Malo

Environ 250 personnes, dont une délégation de gilets jaunes, ont manifesté ce mardi matin à Saint-Malo. Après une halte devant l’hôpital où le service des urgences est en grève depuis plusieurs semaines, les manifestants se sont dirigés vers le terminal ferry.

44

Nantes Saint Nazaire

La CGT, la FSU, Solidaires et des gilets jaunes, ont bloqué ce mardi matin, à partir de 4h, plusieurs points stratégiques des agglomérations de Nantes et de Saint-Nazaire.

A Nantes, les militants syndicaux et Gilets Jaunes ont occupé des ronds points donnant accès à l’aéroport. Aucun camion ne pouvait pénétrer dans la zone d’activité économique.

56

Lorient

À Lorient, 150 Gilets jaunes sont venus grossir le cortège syndical qui comptait jusqu’à 800 manifestants au plus fort de la manifestation. Plus de 500 personnes ont répondu à l’appel de la CGT, ce mardi, à Lorient. Alors que ses troupes étaient réunies sur la place de l’Hôtel de ville, des gilets jaunes ont fait irruption à plus d’une centaine. Ils ont pénétré dans l’hôtel des finances pour tenter de bloquer le bon fonctionnement de l’accueil.

Vannes. 

250 personnes se sont rassemblées, zone du Prat, pour dénoncer « l’avenir inquiétant de la société », et « les injustices »

Pontivy.

Une soixantaine de personnes se sont rassemblées ce mardi matin à Pontivy, au rond-point de la Déportation, pour une distribution de tracts. Quelques gilets jaunes étaient à leurs côtés.

Thierry Peigné 05/02/2019

https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire aussi:

Grève générale: gilets jaunes et CGT ensemble dans la rue (Le Huffington Post)

Brest environ 1 000 manifestants (OF)

À Quimper, syndicats, Gilets jaunes et lycéens réunis : 600 personnes manifestent (OF)

Pour nos salaires, pour dégager Macron, construisons la grève générale (NPA)

Mouvement social : plus de 1 000 personnes ont défilé dans les rues de Brest (FR3)

L’aéroport de Nantes et les Chantiers de l’Atlantique bloqués par des Gilets Jaunes et Rouges (RP)

Edito: Un 5 février qui montre la voie. Et maintenant ? (RP)

Manif du 5 février : convergence en construction (Regards)

Grève générale : l’occasion manquée ? (Regards)

Dans l’Education : en grève contre « Blanquer, ministre autoritaire » (RP)

Lire la suite

28 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

jeudi 31 janvier retraités (of le-tél)

dignas

Finistère. Les retraités

Se préparent à manifester, jeudi 31 janvier à Quimper

Les syndicats de retraités du Finistère appellent à manifester le jeudi 31 janvier 2019, à Quimper. Ils dénoncent la politique fiscale du gouvernement et les réformes sur les retraites.

« Nous sommes toujours en colère ! » En 2019, les syndicats de retraités du Finistère ne lâchent rien. Une manifestation départementale est prévue à Quimper le jeudi 31 janvier 2019, à l’appel de l’intersyndicale, dans le cadre d’une journée nationale de mobilisation. Le rassemblement est prévu à 10 h 30, place Saint-Corentin.

Des mesures qui ne suffisent pas

Les annonces récentes de l’exécutif n’ont pas satisfait les syndicats. « Le gouvernement a reculé en baissant la CSG pour certains retraités, mais ces solutions ne suffisent pas , déclare Claude Lepage, du syndicat CGT et retraité de la SNCF. Nous voulons que tous les retraités soient exonérés de l’augmentation de la CSG. » Parmi les autres revendications pour les militants : l’indexation des retraites sur les salaires, et non sur l’évolution des prix, et une revalorisation immédiate des pensions de 300 €.

Les syndicats veulent le retour de l’ISF

Les militants dénoncent la politique fiscale d’Emmanuel Macron et demandent également le retour de l’Impôt sur la fortune (ISF). « On taxe les retraités, mais pas les entreprises ou les grandes fortunes , s’indigne Marie-Andrée Bernard, de la CGT. Il faut une redistribution des richesses pour combattre la pauvreté. Ce que nous demandons n’est pas égoïste mais participe à l’économie du pays. »

« Les pensions baissent mais les frais augmentent »

En 2019, la revalorisation des pensions est prévue à hauteur de 0,3 %. Un « mépris » pour les retraités. D’après les syndicats, le gouvernement ne prend pas en compte les frais d’un foyer comme l’eau, le gaz ou l’électricité : « Les pensions baissent mais ces frais augmentent » , déclare Raymond Biger, de Solidaires retraités.

« On souhaite être reconnus »

Les syndicats regrettent un manque de considération de la part des politiques. « Il est temps que le gouvernement accepte d’écouter. Les retraités sont légitimes à négocier ce qui les concerne, on souhaite être reconnus » , déclare Michelle Jézéquel, de CGT-FAPT. Les autres militants ac-quiescent. « Nous avons contribué à la création de richesse en France, la retraite est un droit. »

Yuna COJEAN. 25/01/2019

https://www.ouest-france.fr/

dignas.jpg kemper

Commentaire: FO mobilise aussi

Lire la suite

28 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

rassemblement (temps partagé)

refugees

Pas de trêve hivernale pour les adolescents étrangers 

Rassemblement à Quimper le Mercredi 30 janvier 14H

Un comble dans notre pays des droits de l’homme, la trêve hivernale qui doit s’achever le 31 mars 2019, selon l’article de la loi 412-6 du code des procédures civiles d’exécution, est purement bafouée par, d’une part le parquet lui même et d’autre part par le conseil départemental.

Comment imaginer laisser dehors 11 adolescents (pour ces quinze derniers jours) qui, selon l’aveu même du département, sont mineurs ?

Le Parquet, notamment Mme la Vice Procureure Mme Colobert, qui agit sous la responsabilité de Mr le Procureur Lelgouac’h ont imaginé le pire, de pousser à la roue de l’exclusion et le département l’applique.

Ces mises à la rue sont d’autant plus une aberration qu’une fois encore, la loi Taubira de 2013 n’est pas respectée.

Ainsi la Vice Procureure motive ces décisions par les résultats de tests osseux, alors même que le CDAS du Finistère écrit que pour plusieurs d’entre eux «son attitude, son apparence physique sont celles d’un adolescent et n’émettent aucun doute quant à sa minorité» et que pour certains l’état civil est jugé conforme par la police des frontières. Or, la loi Taubira est pourtant claire :  « Les tests osseux ne doivent être entrepris qu’en cas de doute sérieux sur l’âge. »

La pratique de ces tests osseux est unanimement condamnée, ainsi, dans un avis du 23 janvier 2014, le Haut Conseil de la santé publique soutenait que « l’estimation d’un âge osseux ne permet pas de déterminer l’âge exact du jeune ». La procédure originelle des tests osseux date de 1935, étaient alors réalisés sur une population caucasienne et, de l’aveu même de ses inventeurs, ne sont pas fiables.

En juin 2014, c’est la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) qui, dans un avis, « recommande fermement l’interdiction des tests osseux »

Sans compter que le comité d’éthique du CHU de Brest a lui aussi condamné cette pratique : en effet, depuis quand la médecine aurait pour une de ses missions de précariser des jeunes, d’où qu’ils viennent ?

kemper mineurs

Nous condamnons sans équivoque ces mises à la rue en cette période hivernale.

Nous lançons un appel à un rassemblement devant le Palais de Justice de Quimper le mercredi 30 janvier à 14h, afin que la loi française soit respectée.

Nous demandons à la population Quimpéroise, parce que son ADN est constitué de solidarité et de bienveillance, d’y venir soutenir cet appel, aussi d’ouvrir son cœur et sa porte à 11 gamins en danger.

Contact :

tempspartage29@gmail.com

www.letempspartage.net

Lire la suite

26 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

27 janvier (climat)

climat brest

Le 27 janvier, rassemblons-nous toutes et tous ensemble une nouvelle fois pour le climat.

Cet événement fait suite à un automne historique en France pour le climat !

3 marches en effet ont eu lieu les 8 septembre, 13 octobre et 8 décembre, qui ont rassemblé toujours plus de monde, avec 230 000 personnes dans 191 villes le 8 décembre qui ont marché pour protester contre l’inaction climatique et appeler à une réponse à la hauteur de l’urgence.

D’autre part, la pétition de soutien à l’affaire du siècle qui assigne le gouvernement en justice pour son inaction climatique a recueilli 2 millions de signatures en quelques jours.

Pour rappeler que la lutte pour la justice sociale et le climat forment un seul combat face à un système qui épuise, gave, pollue et exclue et pour prendre notre place dans ce débat qui engage l’avenir de la vie sur terre rassemblons nous toutes et tous place devant la mairie, Place Saint-Corentin à Quimper, le 27 Janvier.

Nous marcherons à travers la ville, sur le Mont Frugy, le long de l’Odet, avec plusieurs arrêts pour des prises de paroles en faveur des transitions et de la justice sociale et climatique.

Apportez des objets percussions pour impulser le rythme de nos revendications. Musiciennes et musiciens bienvenus ( jongleurs et autres pirouettistes aussi ) En fin de parcours, retrouvons-nous à l’espace associatif, pour une agora qui sera l’occasion :

    • De célébrer les 2 millions de signatures du recours contre l’Etat,
    • D’échanger, parler du fond, faire converger luttes et revendications qui font lien entre la justice sociale, l’urgence climatique et l’impératif démocratique. ( vidéos, musique, arbre à paroles, tables d’information, verre de l’amitié )
    • De préparer le printemps climatique avec des actions qui seront menées en 2019, notamment en perspective la grève mondiale pour le climat du 15 mars et une grande mobilisation pour le 16.

Le Collectif Climat et les Gilets Jaunes Quimper-Cornouaille

Sont associés au collectif Climat pour cette marche suite à la dernière réunion :

Ensemble, CNT,  Comité bigouden NDDL, Solidaires, NPA, EELV, Attac, ACTES en Cornouaille, Gilets Jaunes Quimper

Lire aussi:

Quimper. Nouvelle marche pour le climat dimanche (Ouest France)

Lire la suite

25 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

quimper justice (côté quimper)

saf

Finistère. Réforme de la justice 

A Quimper, les avocats et des juges vont boycotter l’audience de rentrée

Les députés ont adopté le projet de réforme de la justice. A Quimper, avocats et plusieurs magistrats ne participeront pas à l’audience de rentrée, le 28 janvier 2019.

L’audience solennelle de rentrée du Tribunal de grande instance (TGI) de Quimper (Finistère), lundi 28 janvier 2019, s’annonce particulière.

Les raisons du boycott

En effet, à l’appel du barreau, les avocats ont décidé de la boycotter. Ils ont fait cette annonce jeudi 24 janvier dans un communiqué et précisent qu’ « une majorité de juges du siège » se joindront à cette action pour dénoncer le projet de réforme de la justice.  Or, le texte de loi a été adopté en 2e lecture, mercredi 23 janvier, à l’Assemblée nationale. Nicolas Josselin, le bâtonnier de Quimper, explique :

Une nouvelle fois, les députés n’ont pas entendu l’impérieuse nécessité de revoir le texte. Ils se refusent à ce que les questions relatives à l’évolution de ce service public, pilier de la démocratie, soient intégrées dans le grand débat national engagé par le Président Macron.

Pour rappel, plusieurs avocats de Quimper avaient manifesté à Paris le 15 janvier contre le projet de loi. Qui, selon eux, risque de complexifier l’accès à la justice.

Dans son communiqué, Nicolas Josselin poursuit :

Les mesures votées obligeront nombre de Finistériens du Sud à se déplacer à Brest ou à Lorient, et inversement, pour défendre leurs droits. (…) La numérisation ne sera pas une solution; plus de 20 % de la population n’y a pas accès.

Consultations gratuites et débat devant le palais de justice de Quimper

Cela fait maintenant plus d’un an que les avocats du barreau de Quimper sont mobilisés. Lundi 28 janvier, à partir de 9 h 30, ils envisagent la tenue de consultations gratuites et d’un débat citoyen sur les marches du palais de justice de Quimper.

Ces actions ont pour objectif de montrer « l’indispensable proximité que doit avoir la justice avec les citoyens », souligne Nicolas Josselin. C’est aussi une manière d’interpeller les élus, et représentants des institutions qui assistent à l’audience solennelle de rentrée du TGI.

24 Janvier 2019

https://actu.fr/bretagne/

LIRE AUSSI:

Quimper : pour dénoncer la réforme de la justice, les avocats assurent une permanence gratuite dans un camping-car !

Lire la suite

19 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

quimper gilets jaunes

kemper

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin