Archive | Quimper et pays glazik

01 mars 2021 ~ 0 Commentaire

8 mars quimper (pcf morlaix)

kper

BREST 
*A l’appel du Collectif « Brestoises pour les droits des femmes » rejoint par la plupart des organisations brestoises (dont le PCF), manifestation dimanche 7 mars à 11h. départ place Saint Louis pour une déambulation en fanfare.
*Le 8 mars, à l’appel de l’intersyndicale, rendez-vous à partir de midi devant la sous préfecture
*Le 8 mars , à l’appel du Planning Familial, rendez-vous à 15h40 pour des collages féministes
.
QUIMPER
* Rendez-vous dimanche 7 mars à 14h30, Place Corentin
Pour rendre hommage à Nathalie Le Mel ouvrière relieuse née à Brest, ayant vécu à Quimper, qui partit ensuite à Paris où elle joua un rôle important dans les luttes ouvrières et féministes, avant de devenir une des principales animatrices de la Commune de Paris à la tête de l’Union des femmes.Pionnière de l’égalité femmes-hommes, de la solidarité, des luttes ouvrières, membre de l’Internationale, elle fut une héroïne de la Commune de Paris.

Trop peu connue, en dehors des spécialistes de la Commune, beaucoup moins que son amie Louise Michel.

  • Manifestation féministe au départ de la place St Corentin dimanche 7 mars à 14h30
  • Rassemblement à l’appel de la CGT lundi 8 mars devant la médiathèque de 12h à 14h

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/

Lire la suite

22 février 2021 ~ 0 Commentaire

amazon briec (npa)

unnamed

unxcnamed

sdr

Stopamazon Briec : ni ici, ni ailleurs

En ce dimanche un peu gris, ce sont 3 à 400 personnes qui se sont rassemblées puis ont manifesté à Briec (bourg de 6 000 habitantEs) contre l’implantation d’un dépôt d’Amazon autorisé par le vote des éluEs de l’agglomération de Quimper, majorité de « gauche » à vocation très « écologiste ».

Depuis l’annonce de cette future implantation, validée par accord tacite, le collectif StopAmazon a déployé une activité sans relâche qui ne cesse aux travers de ses diverses actions de se développer.

Ce rassemblement a permis aux divers intervenantEs comme Alma Dufour des Amis de la Terre ou Pierrick Colpin, ancien employé d’Amazon dans le Nord de dénoncer les effets dévastateurs de cette multinationale contre l’environnement, les emplois, les conditions de vie et de travail des employéES ou encore contre le petit commerce de proximité comme ce fut indiqué par Francis Palombi représentant de la confédération des commerces de France.

Avant le démarrage de la manifestation et après une intervention très radicale en breton, un camarade a évoqué l’aspect internationaliste de notre lutte en lien avec les employéEs états-uniens d’Amazon qui organisent dans la citadelle de cette multinationale, dans 40 villes, une grève le 27 février pour le droit de s’organiser et de se syndiquer.

Au-dessus du long cortège qui s’est mis en route, après une pause sur le parvis de la mairie, flottaient les nombreux drapeaux du NPA, de la FI, des syndicats présents comme Solidaires ou la CNT mais aussi des Antifa, de l’UCL, d’Ensemble et d’autres associations comme les Gilets Jaunes, au son tonifiant et joyeux des musiciennes et musiciens qui nous accompagnaient.

Une fois de plus, le cortège s’est rendu sur le grand terrain octroyé à Amazon comme nous l’avions fait, il y a quelques semaines pour planter des graines et des arbrisseaux…

Recours gracieux et juridiques, interpellations des éluEs, affichages, manifestations, les actions se multiplient et se multiplieront car décidément nous sommes nombreuses et nombreux à refuser Amazon et son monde en Finistère ou ailleurs.

Correspondants 22 02 2021

https://lanticapitaliste.org/

Lire la suite

15 février 2021 ~ 0 Commentaire

catalunya (pùblico el-diario)

cata
Catalogne

Le bloc indépendantiste renforce sa majorité en Catalogne

La Gauche républicaine (ERC) et Ensemble pour la Catalogne (Junts) remportent 65 députés, s’ajoutant aux neuf de la candidature d’unité populaire. (Majorité à 68 blog)  Le Parti des socialistes de Catalogne a deux points de pourcentage de plus que le ERC, mais le même nombre de députés.

Avec près de 90 % des votes comptés lors des élections législatives en Catalogne, les partis indépendantistes ont obtenu une nouvelle majorité dans la région autonome espagnole.

La Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et les Junts per Catalunya (JxC) ont gagné 65 députés, et la Candidature d’unité populaire (CUP) est passée de quatre à neuf députés. Au total, y compris les partis qui n’ont pas fait leur entrée au Parlement, le vote indépendantiste a dépassé 52 %.

14 février 2021

https://www.publico.pt/

publi

L’indépendantisme dépasse 50 % des voix.

La somme entre l’ERC, Junts, la CUP et le PDeCAT est proche de 51% alors que lors des dernières élections, ils ont obtenu 47,5% des voix.

En matière de sièges, les indépendantistes augmentent de quatre la majorité absolue des 70 députés qu’ils avaient lors du dernier mandat, atteignant 74 représentants, soit deux de plus que leur meilleur résultat, les 72 obtenus en 2015. Le déclin de la participation de l’électorat non souverainiste a favorisé l’expansion de la majorité indépendantiste au Parlement.

L’échec annoncé de Ciudadanos (avec Manuel Valls). Ciudadanos est né en Catalogne, a grandi dans cette communauté et a signé ce dimanche le résultat qui confirme le fiasco d’un parti qui n’a pas su gérer la victoire des élections précédentes. Elle a perdu 30 députés et n’en compte plus que six. Elle a perdu un million de voix.

Ils sont là. L’extrême droite est entrée au Parlement. C’est l’un des gros titres de ces élections et une très mauvaise nouvelle. Vox devient la quatrième force de la Chambre et a balayé Ciudadanos et le PP. À Gérone et à Lérida, ni le PP ni Ciudadanos ne sont représentés, tandis que Vox a obtenu un député.

Les « comuns » résistent. Jéssica Albiach n’a pas eu la vie facile, mais la candidate des « comuns » a gardé les huit députés qu’ils avaient dans cette législature. Tout au long de la campagne, elle a évité de se placer dans l’un des deux blocs, pro-indépendance et non-indépendance.

Son but est que le PSC et l’ERC lèvent leurs vetos respectifs afin de promouvoir un gouverne-ment de gauche et d’y entrer. Ces élections ont montré qu’il s’agit d’un parti pratiquement inexistant en dehors de Barcelone, puisqu’en dehors de cette province il n’est représenté qu’à Tarragone et avec un seul député.

Le président du gouvernement central peut être satisfait du résultat de Illa, même si le candidat du PSC n’obtient pas le soutien nécessaire pour être investi, il peut se retrouver dans la position de devoir apporter un soutien extérieur à l’ERC, moindre mal pour éviter une nouvelle élection.

Les républicains affirment qu’ils ont de meilleures relations avec les dirigeants du PSOE qu’avec ceux du PSC. Les ponts entre la Moncloa et le siège de l’ERC n’ont jamais été rompus, pas même pendant la campagne.

Notez l’abstention. Pandémie, mécontentement et pluie. Trois éléments qui ont fait prévoir une augmentation de l’abstention. La participation est à 53%, la plus faible de l’histoire mais plus élevée qu’en Euskadi et Galice, qui ont également voté en pandémie.

https://www.eldiario.es/

Lire aussi:

Élection en Catalogne : débat avec la gauche anticapitaliste catalane

El independentismo se refuerza en el Camp de Tarragona y se estanca en sus feudos tradicionales

El PSC recupera l’àrea metropolitana de Barcelona, on l’independentisme aguanta i Vox irromp amb 100.000 vots

Lire la suite

11 février 2021 ~ 0 Commentaire

pétition (ldh quimper)

loi

Stop-Loi sécurité globale

LDH QUIMPER a lancé cette pétition adressée à Parlementaires du Finistère

Depuis novembre 2020, des centaines de milliers de personnes dans près de 200 villes se sont mobilisées contre la proposition de loi Sécurité globale. Le texte passera au Sénat mi-mars avant de revenir à l’Assemblée.

Continuons à nous mobiliser dans les semaines à venir. Interpelons par écrit nos parlementaires pour leur demander le retrait de ces lois, faisons connaitre sur les réseaux sociaux leurs votes, participons aux différents évènements contre ces lois liberticides, manifestons, prenons des initiatives.

Faites connaître la position de la LDH, signez cette pétition contre les lois liberticides et diffusez-là.

Avec cette proposition de loi viendra tout un arsenal d’outils pour restreindre les libertés publiques et amplifier la répression : interdiction de filmer les pratiques policières, surveillance généralisée par drone et par caméra-piéton, octroi de dangereux pouvoirs aux entreprises privées de sécurité…

Cette loi ne vient pas seule, elle est assortie de décisions du gouvernement facilitant le fichage des opinions politiques, religieuses ou syndicales, des comportements et habitudes de vie. Elle est accompagnée d’autres projets de loi liberticides comme celui « confortant le respect des principes de la République ».

Des textes tentent de se faire discrets comme celui portant sur la vie associative avec l’interdiction à porter atteinte à « l’ordre public », la responsabilité des dirigeants qui serait engagée au regard du comportement de l’un de ses membres.

Tout cela préfigure une société étouffant les libertés, détruisant les espaces d’émancipation et de culture. Une société où nous serions toujours davantage soumis-es et sans réactions, malgré les injustices, malgré la crise écologique.

Depuis le 8 septembres 1986, la législation sécuritaire et antiterroriste a été remaniée 35 fois. La situation s’est-elle améliorée ? Depuis 2001, un nombre sans cesse croissant de lois sécuritaires ont été votées, avec leur lot d’amalgames, d’exploitations de faits divers et d’états d’urgence perpétuels.

Sourd aux mises en garde des organisations internationales, aveugle aux principes fondamentaux de la République, le gouvernement n’a de cesse d’être dans la surenchère répressive. Toujours moins de droits et jamais de libertés nouvelles.

Nos modes d’expression ne sont peut-être pas les mêmes, mais nous souffrons de la même urgence de défendre nos libertés. Nous éprouvons le désir commun d’un monde socialement juste et respectueux du vivant. En cela nous œuvrons dans le même sens, car comme le proclamait si justement le Conseil national de la Résistance : « Créer c’est résister. Résister c’est créer. ».

Ensemble faisons tomber les textes liberticides en nous mobilisant massivement ici et maintenant.

pétition (ldh quimper) dans Jeunes

Cette pétition sera portée à la connaissance des Député.e.s du Finistère (Erwan BALANANT ; Richard FERRAND, Jean-Charles LARSONNEUR, Sandrine Le FEUR, Didier LE GAC, Annaïg LE MEUR, Grazellia MELCHIOR, Liliana TANGY) et des Sénateurs.trices (Michel CANEVET, Jean-Luc FICHET, Nadége HAVET, Philippe PAUL) mais aussi à la presse avant le 15 mars 2021 avant le vote de la loi au Sénat.

https://www.change.org/

 

Lire la suite

10 février 2021 ~ 0 Commentaire

amazon (briec)

briec

Facebook

Lire la suite

09 février 2021 ~ 0 Commentaire

aesh quimper

aesh

Lire la suite

05 février 2021 ~ 0 Commentaire

aesh quimper (fsu cgt)

ash

Lire la suite

04 février 2021 ~ 0 Commentaire

4 février bretagne (o-f le-tel)

3 300 Breton-ne-s ont manifesté, ce jeudi matin, dans onze villes bretonnes, pour la préservation et le développement de l’emploi et des services publics et contre la précarité.

Nantes: les organisateurs ont décompté 2 500 participants (1 700 selon la police) et où la manifestation a démarré avec un « die-in » : plusieurs personnes se sont allongées au sol tandis qu’une personne scandait au mégaphone « alerte générale, la culture meurt ».

À Rennes, ils étaient 1 500 selon la CGT (1 100 selon la police), aux cris de « à bas le capitalisme », ou encore « aucun licenciement, augmentation de tous les salaires ». Des drapeaux de FO, qui n’appelait pas à se joindre à cette journée, émaillaient le cortège rennais.

Le tour des manifestations pour l’emploi et contre la précarité en Bretagne

En Bretagne, les cortèges étaient plus ou moins importants, ce jeudi, dans les dix villes bretonnes où se tenaient des rassemblements et des manifestations à l’appel de l’intersyndicale CGT, FSU et Solidaires.

C’est dans la capitale régionale qu’il y a eu le plus de monde… Ainsi, 1 500 personnes selon la CGT, 1 100 selon la police, ont défilé à Rennes derrière une banderole « Pour l’emploi, les salariés et le progrès social ». Autre rassemblement en Ille-et-Vilaine : 110 personnes se sont mobilisées à Saint-Malo.

Dans le Morbihan, 400 personnes étaient présentes à Lorient et ils étaient 80 à Vannes. Dans le Finistère, 300 personnes se sont réunies à Quimper et à Brest, une centaine de personnes ont battu le pavé à Morlaix et ils étaient environ 80 à Carhaix et Quimperlé.
Dans les Côtes-d’Armor, 180 personnes étaient au rendez-vous à Saint-Brieuc et 130 à Lannion.

npa 1

NPA Quimper

MORBIHAN

Lorient : 400 manifestants présents

Vannes : une petite centaine de personnes au rendez-vous

FINISTÈRE

C’était quoi cette manifestation qui a réuni 300 personnes à Quimper ?

Quimper : 300 manifestants pour l’emploi et contre la précarité

Faible mobilisation pour l’emploi et le service public à Brest

Brest : 300 personnes pour la défense de l’emploi et des conditions de travail

Carhaix : 80 manifestants dans la rue

Carhaix. « Le mal-être était là, bien avant le Covid-19 » : ils se mobilisent contre la précarité

Morlaix : 100 manifestants pour l’emploi et la santé

Quimperlé : moins d’une centaine de manifestants

CÔTES-D’ARMOR

Saint-Brieuc : environ 180 personnes pour la journée d’action

Lannion. 200 personnes pour défendre l’emploi, les salaires et le service public

ILE-ET-VILAINE

Saint-Malo : 110 manifestants pour la défense de l’emploi

Loire Atlantique:

Saint-Nazaire. Manifestation : environ 500 personnes mobilisées « pour plus de justice sociale »

Lire la suite

28 janvier 2021 ~ 0 Commentaire

manifestation (quimper)

quimper
.
Rassemblement pour les libertés publiques samedi à Quimper

La coordination quimpéroise, constituée, depuis plusieurs semaines, contre les projets de loi – notamment de sécurité globale -, s’élargit. Un nouveau rassemblement est prévu ce samedi, à 14 h, place Saint-Corentin.La coordination quimpéroise, qui rassemble désormais une vingtaine d’organisations, appelle à un rassemblement, ce samedi, à 14 h, place Saint-Corentin, à Quimper.

« Ces lois sont dangereuses pour l’ensemble des libertés, pas seulement celles de la presse. Il est plus qu’urgent de faire savoir ce qui se passe. Notamment faire la lumière sur la tactique mise en place pour empêcher, dès maintenant, la contestation sociale qui va surgir – le gouvernement le sait bien – en sortie de pandémie ».

Mercredi soir, des représentants des organisations syndicales et associations humanistes regroupés dans la coordination quimpéroise (Libre pensée, LDH, Solidaires, NPA, CNT, PCF) parlent d’une même voix et avec une gravité ne tenant pas de la harangue.

Rejointe par l’UL CGT et le collectif Arts et Culture, cette coordination regroupe désormais une vingtaine d’organisations. Ses membres portent un regard transversal sur l’ensemble des lois et décrets que le gouvernement adopte au fil des mois. Ils soulignent un cumul de lois liberticides comme n’en a jusqu’à présent pas connu le fonctionnement de cette cinquième République.

Faire savoir ce qui se passe

« Le rassemblement de samedi est, bien sûr, une nouvelle expression de notre contestation. Mais il nous paraît extrêmement urgent de faire savoir ce qui se passe aux Quimpérois ainsi qu’aux parlementaires du secteur. Certains disent des choses ici et vote le contraire à Paris ! »

« Un véritable arsenal liberticide est mis en place depuis des mois : ces lois vont rester et formater la société française »

La coordination dénonce en premier lieu un « effet d’aubaine » qu’offrirait la situation sanitaire : « Nous vivons dans un état d’urgence qui devient la norme. Il faut en prendre conscience. La dynamique actuelle dessine l’installation d’un État policier ». Projet de loi de sécurité globale, projet de loi présenté comme confortant le respect des principes de la République, Décret modifiant le Code de la sécurité intérieure : « Un véritable arsenal liberticide est mis en place depuis des mois. Nous disons attention : ces lois vont rester et formater la société française ».

Mise à mal des espaces de contre-pouvoir

Pour décrire la synchronisation de cet assaut gouvernemental dans le champ des contre-pouvoirs sociaux, les représentants d’organisations syndicales rappellent, par exemple, la disparition au cœur des entreprises, puis maintenant des administrations, d’instances paritaires ayant vocation à protéger les salariés telles que le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

« Il y a, sur plusieurs fronts, une remise en question des droits fondamentaux. Cette destruction des espaces de régulation démocratique n’est pas de bon augure ».

La coordination annonce l’organisation d’une sorte de forum public au printemps, composé de stands montés sur une place de la ville et qui aura vocation à informer les Quimpérois dans le détail et dans l’échange.

28 janvier 2021 le Télégramme

 

Lire la suite

15 janvier 2021 ~ 0 Commentaire

sud santé (côté quimper)

hop1

Finistère : le syndicat Sud santé sociaux appelle à un rassemblement le 21 janvier

À l’appel de Sud santé sociaux, un rassemblement est prévu jeudi 21 janvier à Ploujean, Finistère. Le syndicat réclame l’application de la prime de 183 euros à tous les personnels.

Les syndicats Sud santé sociaux du Finistère et CGT appellent à un rassemblement jeudi 21 janvier 2021 à Ploujean. Les motifs de mécontentement sont nombreux et anciens : manque de lits et de personnels, salaires insuffisants, tarification à l’activité…

L’application du complément de traitement indiciaire (CTI) de 183 euros nets par mois s’est ajoutée à cette liste de revendications. Le Ségur de la Santé a abouti en juillet 2020 à un ensemble de mesures dont le versement de ce CTI à l’ensemble des personnels des établissements de santé et Ehpad publics (infirmiers, aides-soignants, sages-femmes, manipulateurs-radio, secrétaires médicaux…).

Les exclus du Ségur

Ces 183 euros ne font que diviser. Toute une partie du personnel est en effet exclue : ceux qui travaillent dans le champs du médico-social, l’associatif…. Ils font exactement le même boulot mais sont payés 183 euros de moins !

Janine Carasco Syndicat Sud

Selon le syndicat Sud, 60 personnes ne touchent pas ce CTI à l’EPSM Finistère Sud, 40 à l’hôpital de Morlaix, 40 au centre hospitalier de Quimper…

« Du coup, beaucoup de salariés veulent quitter le médico-social pour un poste équivalent dans le public, à l’hôpital par exemple où ils seront payés 183 euros de plus par mois »,  constate Joseph Bodiz, syndicaliste Sud.

400 euros par mois pour tous

Cette augmentation n’est pas suffisante pour le syndicat qui réclament une revalorisation salariale de 400 euros.

Depuis des années, il dénonce aussi la fermeture de lits dans toutes les structures: les Ehpad comme les hôpitaux, les associations accueillant les personnes handicapées. Joseph Bodiz considère qu’il manque 15 à 20 lits pour désengorger les urgences de l’hôpital de Quimper.

Autre sujet d’inquiétude : la tarification à l’activité. Elle est déjà effective dans les services de médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie des établissements de santé aussi bien publics que privés. Elle le sera bientôt en psychiatrie :

La tarification à l’activité a montré ses limites et pourtant on la développe ! Cela va se traduire par une course aux actes avec des protocoles qui ne répondent pas aux besoins de la population en psychiatrie, par exemple. On ne traite pas tous les patients de la même façon !

Janine Carasco Syndicat Sud
ploujean

Infos pratiques
Rassemblement jeudi 21 janvier 2021 à 10 h30 aux Genêts d’or, à Ploujean.

Adele Leberre le 14 Jan 21

https://actu.fr/bretagne/quimper

http://www.solidaires29.infini.fr/

 

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin