Archive | Questions bretonnes etc

16 mars 2017 ~ 0 Commentaire

plouaret (bretagne info)

2015_stourm_labourat_bevan

La loi travail et la langue bretonne s’invitent dans la campagne.

Samedi 11 mars c’est une centaine de personnes qui ont répondu à l’appel de Plouaret pour soutenir quatre militants qui comparaitront le 12 mai prochain au tribunal de Guingamp pour avoir prétendument bloqués des trains dans cette commune lors du mouvement contre la loi travail.

Cent personnes pour une conférence de presse c’est pas mal du tout, un signe sans doute que beaucoup de trégorrois ont compris que les 4 de Plouaret seront jugés en raison de leur investissement militant global au sein de la Gauche Indépendantiste ou Nuit Debout Lannion et pas du tout pour l’ensemble des blocages qu’ont leur imputent sans beaucoup d’éléments de preuves, ni témoignage. Plus de 2000 personnes ont été poursuivis par la justice dans l’ensemble de l’État français pour leur participation au mouvement contre la loi travail.

#MoiAussiJaiBloqué !

Les organisateurs du rassemblement ont remercié avec un peu de  malice le parquet de Saint-Brieuc qui a eu la bonne idée d’audiencer ce procès politique entre le deuxième tour de la présidentielle et le premier tour des élections législatives. Les inculpés de Plouaret et leurs soutiens comptent bien en profiter pour marteler leur opposition à la loi travail et au capitalisme.

De nombreux participants à ce premier rassemblement ont arboré une affichette indiquant « Moi aussi j’ai bloqué » pour bien faire comprendre leur refus que seules quatre personnes soient poursuivis pour ces actions collectives. La défense s’organisera sans doute autour de cet axe, d’un point de vue politique et dans la perspective d’obtenir la relaxe. C’est une plainte de la SNCF qui suscite cette procédure.

De nombreux syndicats impliqués dans le mouvement contre la loi travail ont réaffirmer leur soutien samedi 11 mars au 4 de Plouaret :
L’UL CGT Guingamp, SUD Rail Bretagne, L’UL Solidaires Trégor, la FSU Guingamp, la CNT 22 ainsi que Nuit Debout Lannion et la Gauche Indépendantiste (Bretagne en Luttes).

La langue bretonne dans les luttes sociales et au tribunal…

« Nous soutenons la volonté des quatre convoqués d’utiliser leur langue privilégiée, la langue bretonne, au tribunal à Guingamp » ont indiqués les militants présents. En effet les quatre personnes poursuivies sont brittophones et comptent s’exprimer en langue bretonne devant le tribunal et ce en accord avec leur avocat. Il existe au moins un cas de jurisprudence dans cette même juridiction qui avait permis en 1985 à un militant de Stourm Ar Brezhoneg de s’exprimer avec l’aide d’un interprète à Guingamp lors d’un procès pour recel de panneau. Peu importe l’attitude du tribunal disent les inculpés, il est fort à parier que vu la date du procès leur attitude permettra de poser sur la place publique et dans les débats la revendication de l’usage de notre langue dans tous les aspects de la vie publique.

Mobilisations à venir

Outre différents concerts de soutien c’est deux dates qu’il faut noter sur votre agenda :

  • Samedi 6 mai pour une manifestation de soutien à Guingamp
  • Vendredi 12 mai dans cette même ville dès 8h devant le tribunal

Les chèques et virements de soutien sont à faire parvenir à Skoazell Vreizh, le secours breton qui prend en charge les frais d’avocat de Guillaume, Kaou, Gael et Yoann.

15/03/2017

http://www.bretagne-info.org/

Lire la suite

14 mars 2017 ~ 0 Commentaire

rennes réfugiés (fr3)

nor 1960

80 illustrateurs vendent leurs oeuvres pour aider les réfugiés

À Rennes, plus de 80 illustrateurs de livre jeunesse ont mis en vente dessins et illustrations afin de récolter des fonds destinés à venir en aide aux réfugiés. Une action était organisée par l’association Encrage qui n’en est pas à son coup d’essai.

L’association Encrage, dont le but est de promouvoir la littérature jeunesse et la lecture auprès de publics défavorisés, organisait ce dimanche 12 mars après-midi à Rennes, une vente solidaire au profit de l’accueil des réfugiés. Plus de 80 artistes ont ainsi pour ce rendez-vous offert des œuvres, illustrations, dessins originaux, proposés à des tarifs très accessibles allant de 25 à 100 €.

Divers ateliers étaient également proposés aux visiteurs : dessin, découpage, lectures animées par des professionnels du livre, goûter, concerts, des moments d’échange aussi et de partage avec des réfugiés présents.

Avant Rennes, de telles ventes solidaires avaient été organisées à Paris, Lyon, Nantes ou encore Angoulême. L’argent ainsi récolté est destiné à soutenir des associations locales d’accueil pour les migrants.

Eric Nedjar 13/03/2017

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

14 mars 2017 ~ 0 Commentaire

un petit poutou ? (emma)

BD d’Emma, « blogueuse féministe »

poutou_001poutou_002poutou_003poutou_004poutou_005poutou_006poutou_007poutou_008poutou_009poutou_010

11 mars 2017  Emma

https://emmaclit.com/

Lire la suite

13 mars 2017 ~ 0 Commentaire

lannuon palestina (afps tregor)

lannion 2

 Création Bretagne/Palestine
Jeudi 30 mars à 20h30
Ouvert à tous – Amphi du lycée Le Dantec

Dans le cadre du 14ème concours Interlycées de Musique Bretonne, le Lycée Félix Le Dantec, l’association Digor an Nor, Ti ar Vro et l’AFPS Trégor s’associent pour accueillir à Lannion la création Bretagne-Palestine du Quintet Hamon-Martin et de Basel Zayed. Un concert unique à ne pas manquer pour son passage dans le Trégor

Kharoub ou la rencontre du Quintet Hamon-Martin, l’un des groupes les plus créatifs de la musique bretonne d’aujourd’hui avec le chanteur palestinien Basel Zayed et son frère percussionniste Yousef. Ils se sont rencontrés en 2014 à Jérusalem et ont souhaité croiser leurs expressions. Musique populaire du pays de Redon et de Cisjordanie, reprises de Fairouz, Oum Kalthoum, textes originaux écrits par Sylvain GirO et Denis Flageul. Ici se racontent en français et en arabe la résistance, la lutte, le partage et le vol. Ici se dit aussi en tissage les émotions universelles, les joies et les peines, l’amour et la mort. Et les rondes bretonnes deviennent un miroir de la dabké arabe…

Plus d’infos sur : http://alazim-muzik.com

ti

afps

Cliquez!

Lire la suite

13 mars 2017 ~ 0 Commentaire

bretagne vivante (le peuple breton)

bv

Près de 300 personnes pour la petite mer de Gâvres

Avec près de 300 personnes présentes samedi 11 mars à Plouhinec, le pari de Bretagne Vivante est réussi.

L’objectif de l’association était de réclamer la création d’une réserve naturelle dont le périmètre serait la rade de Lorient. Mais c’est la petite mer de Gâvres qui est plus spécifiquement ciblée par les militants. Celle-ci est en effet fréquentée par une faune riche, en particulier des oiseaux qui y trouvent une nourriture abondante. « L’État a décidé de mettre une partie de la Petite Mer de Gâvres, en Arrêté de Protection de Biotope, qui doit être signé par le préfet. Or cette signature tarde à venir et chaque semaine, chaque mois qui passe, compromet davantage la pérennité de ce site exceptionnel qu’un public toujours plus nombreux aime à fréquenter pour côtoyer cette vie sauvage » déclare l’association dans un communiqué.

Cette revendication intervient alors que la maison de l’île Kerner (ancienne maison d’ostréi- culteur) est « lâchée » par Lorient Agglomération au profit du Haras d’Hennebont. La petite mer est extrêmement fréquentée et l’activité non régulée gêne de plus en plus les oiseaux migrateurs qui s’alimentent moins et ne reprennent pas assez de force avant de poursuivre leur route.

Le projet d’un club de kitesurf en mer de Gâvres inquiète particulièrement Bretagne Vivante car les voiles des sportifs effraient les oiseaux. Bien évidemment, l’association ne souhaite pas sanctuariser ce lieu, ni l’interdire aux activités humaines. Le souhait de Bretagne Vivante mérite d’autant plus discussion que la maire de Locmiquélic, Nathalie Le Magueresse, s’est réjouit récemment de l’arrivée de la LGV qui va rapprocher Lorient de Paris et favoriser, selon elle, « l’acquisition de résidences secondaires ». Une pression de plus sur la petite mer…

Gael BRIAND 12 mars 2017

https://lepeuplebreton.bzh/

http://www.bretagne-vivante.org/

Lire la suite

10 mars 2017 ~ 0 Commentaire

réfugiés (le monde)

refugies

En Bretagne, un accueil cousu main pour les réfugiés

Des villages bretons se mobilisent pour accueillir des migrants syriens, irakiens et afghans. Par endroits, les logements disponibles demeurent vides.

Savourer l’écho de ses pas sur le granit silencieux de Plogastel-Saint-Germain (Finistère), puis servir un café aux visiteurs en lieu et place du thé oriental. Un mois après son arrivée en Haut Pays bigouden, Batoul glisse doucement vers la culture française. Et en même temps qu’elle trouve ses marques, la Syrienne de 26 ans reprend espoir. « Quand je parlerai français, je terminerai mes études d’infirmière », promet-elle, fatiguée de trois années de survie sans horizon au Liban.

Veuve de guerre, Batoul a fui Alep, ses bombes et le remariage arrangé auquel on la destinait. « Mais au Liban, il est aussi inconcevable qu’en Syrie de vivre seule avec un enfant », explique celle que le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) avait tôt repérée comme « prioritaire pour une réinstallation ». Pourtant, quand on lui a parlé de la France pour y être accueillie, Batoul a fondu en larmes… « Avec votre laïcité, je pensais que je ne pourrais plus porter mon voile », rit-elle, rassurée par son premier mois bigouden. Sur la trace des réfugiés de Bretagne, les belles histoires comme la sienne se multiplient depuis deux ans.

Des familles en attente d’un départ Mercredi 1er mars, Pierre Plouzennec, le maire de Plozévet, village à mi-chemin entre Quimper et la pointe du Raz, vient de récupérer un logement et le met illico à disposition de réfugiés. Comme si ce village hyperdiplômé sur lequel le sociologue Edgar Morin s’était penché dans les années 1960 ne voulait pas rater son rendez-vous avec l’histoire.

Son enthousiasme fait écho à celui des villes de Carhaix et Plougastel-Daoulas qui, bien qu’accueillant déjà des réfugiés, se disent prêtes à « faire plus ». Pendant que le premier magistrat de Plobannalec-Lesconil s’inquiète, lui, des délais d’attente pour la venue de « sa » famille. Si, en Bretagne, l’accueil fait boule de neige, c’est aussi parce qu’il est cousu main.

Et c’est Jean-Jacques Brot qui tient l’aiguille. Celui qu’on appelle « le préfet des Syriens » vient d’être nommé conseiller du gouvernement, alors qu’il coordonne l’accueil des réfugiés syriens réinstallés, des minorités religieuses irakiennes et même des civils afghans depuis deux ans.

A moins de deux mois de l’échéance présidentielle, le préfet affiche la réinstallation silencieuse de 2 600 Syriens hier entassés dans les camps en Turquie, en Jordanie ou au Liban ; 350 sont en Bretagne, dont Batoul et son fils. On est certes loin… (Le reste est payant, note du blog)

LE MONDE | 09.03.2017  Par Maryline Baumard (Plogastel-Saint-Germain, Plozévet (Finistère), envoyée spéciale)

http://www.lemonde.fr/

Lire la suite

09 mars 2017 ~ 0 Commentaire

guerre du lait (le télégramme)

guerre du lait

Lire la suite

08 mars 2017 ~ 0 Commentaire

croix celtiques (eirigi)

Eirigi

Drapeaux de nos camarades du FPLP palestinien et d’Eirigi

A propos du GUD, de la croix et des symboles celtiques

Le blog communiste Occitan « Servir le Peuple » a eu l’excellente idée de traduire un communiqué de l’organisation républicaine et socialiste Irlandaise Eirigi sur l’utilisation la croix Celtique par le GUD. Un communiqué qui tombe à point après la parade puante de 20 nervis du GUD « Bretagne » samedi dernier à Rennes en parallèle d’un rassemblement de solidarité avec des migrants.

Les néo-nazis n’ont aucun droit à se revendiquer de Pádraig Pearse et du républicanisme irlandais !

Comme il apparaît qu’un groupe français d’extrême droite, le GUD (Groupe Union Défense) a tenu une réunion publique en tentant de récupérer Pádraig Pearse et la liberté de l’Irlande, Éirígí affirme qu’il n’y aucune place pour les néo-nazis, racistes ou fascistes au sein de lutte révolutionnaire irlandaise.

Le républicanisme socialiste irlandais est une idéologie internationaliste, laïque et inclusive, avec une longue et fière histoire d’opposition à la menace fasciste, qu’elle ait montré sa tête affreuses dans les rues de Dublin ou sur les champs de bataille de l’Espagne. Depuis plus de 200 ans, le républicanisme irlandais a eu pour objectif de donner plus de pouvoir aux petites gens, indépendamment de leur religion ou leur nationalité, et a cherché à construire sur cette île un système social qui mettrait fin à toutes les formes d’exploitation. De tels principes reposent sur une totale opposition à l’idéologie d’extrême droite.

En tant que signataire de la Proclamation de 1916, Pádraig Pearse s’est battu pour les libertés civiques et religieuses, des droits égaux et des opportunités égales pour tous, et a finalement donné sa vie dans la tentative d’établir une République irlandaise qui chérirait tous les enfants de la nation de manière égale. L’absurdité de la suprématie raciale prêchée par l’extrême droite ne saurait être plus éloignée des convictions politiques de Pearse.

En tant que républicains socialistes irlandais, Éirígí rejette toute tentative de la part de l’extrême droite de récupérer le combat pour la liberté de l’Irlande. Nous affirmons que la lutte en Irlande est une lutte socialiste de libération nationale. Nous affirmons, avec les mots de James Connolly, que “le salut de l’Irlande ne peut venir que du socialisme” !

Étant donné que l’extrême droite à travers le monde se sent pousser des ailes depuis la victoire de Donald Trump, nous rappelons aux groupes tels que le GUD que toute tentative néo-nazie de s’organiser en Irlande a été empêchée par le Peuple irlandais, qui a sans cesse démontré qu’il est déterminé à affronter l’idéologie de la haine.

Aucune tribune ne sera donnée aux racistes, fascistes ou néo-nazis et leur soutien n’est pas le bienvenu. No pasarán !

Eirigi (Wikipedia)

http://www.bretagne-info.org/

Lire la suite

05 mars 2017 ~ 0 Commentaire

plouaret (nuit debout lannion )

plouaze

« Moi aussi j’ai bloqué… »
Les retombées répressives de la lutte contre la « loi travail »

Quatre trégorrois seront jugés le vendredi 12 mai prochain au tribunal correctionnel de Guingamp (chambre détachée du TGI de Saint-Brieuc). Ils encourent jusqu’à 45 000 euros d’amende et 3 ans d’emprisonnement pour « entrave à la mise en marche ou à la circulation d’un train ». Plus précisément, pour « avoir occupé, dans le cadre d’une manifestation, la gare de Plouaret, et avoir occupé illégalement la voie ferrée en empêchant la libre circulation des trains, au préjudice de la SNCF ». Ceci sur une période définie entre le 19 mai et le 24 juin 2016.

Ce procès vise clairement des participants à l’« appel de Plouaret », mobilisés pour la première fois le 19 mai 2016, de manière pacifique, sans violence ni dégradation, dans le cadre d’une journée d’appel nationale contre la loi travail. Cet appel proposait notamment à la population trégorroise de se rassembler chaque samedi à la gare de Plouaret, en vue de s’opposer à la loi du capital qui nous est imposée et de faire converger les luttes locales en se sens (celles contre les projets miniers, l’extraction de sable, la centrale à gaz de Landivisiau, le projet d’aé- roport à Notre- Dame-des-Landes ; celles des employés de Triskalia intoxiqués aux pesticides, celles des anti-nucléaire, les projets de libre échange comme le TAFTA ou le CETA, etc).

Rédigé en bilingue Breton-Français, l’appel de Plouaret avait également la volonté de s’inscrire sur son territoire et de faire apparaître la langue bretonne dans son combat.

Nous, participants ou sympathisants à l’appel de Plouaret, annonçons la création d’un collectif visant à soutenir les quatre camarades convoqués le 12 mai devant le tribunal, ainsi qu’à dénoncer la méthode de culpabilisation individuelle d’une procédure qui ne correspond aucunement à la réalité de terrain. Nous sommes prêts à défendre notre lutte sous quelque forme que ce soit (manifestation, récolte de fonds, nouveaux communiqués, etc.).

Nous attendons des explications sur les vraies raisons qui amènent à la convocation arbitraire de quatre personnes quand l’objet de cette convocation vise clairement les activités d’un nom- bre bien plus large, voire d’un mouvement social en son entier, présent partout en Bretagne et dans le reste de l’état Français. Nous nous interrogeons sur la possible dérive de cette procé- dure et sommes prêts à la dénoncer : ces personnes ne sont-elles pas visées pour l’ensemble de leur engagement politique anti-capitaliste ? Le but n’est-il pas de décourager toute action de protestation, en faisant des « exemples » ?

Nous appelons chaque personne, chaque collectif, association ou syndicat à nous soutenir et à communiquer sa solidarité à l’appel de Plouaret. Nous appelons ceux qui le peuvent à rejoindre notre collectif.

Nous demandons pour les militants du mouvement contre la loi travail, une équivalence des droits élargis qui ont été octroyés aux policiers à cette periode, c’est à dire: l’ « irresponsabilité pénale » en raison de « l’état de nécessité ». Nous soutenons la volonté des quatre convoqués d’utiliser leur langue privilégiée, la langue bretonne, au tribunal à Guingamp.

Nous appelons chaque personne, chaque collectif, association ou syndicat à nous soutenir et à communiquer sa solidarité à l’appel de Plouaret. Nous appelons ceux qui le peuvent à rejoindre notre collectif. « l’état de nécessité ». Nous soutenons la volonté des quatre convoqués d’utiliser leur langue privilégiée, la langue bretonne, au tribunal à Guingamp.

Le collectif de soutien à l’appel de Plouaret, contre la loi travail et son monde.

Facebook

Lire la suite

27 février 2017 ~ 0 Commentaire

pays malouin (npa)

em

Lire en PDF

 

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin