Archive | Pays bigouden

11 mars 2021 ~ 0 Commentaire

solidarité le guivinec (fr3)

sans papier

Les pêcheurs du Guilvinec mobilisés contre l’expulsion d’un marin sénégalais

La solidarité des gens de mer s’organise au Guilvinec autour d’un marin sénégalais menacé d’expulsion. Pap N’diaye est arrivé dans ce port de pêche du sud-Finistère en 2017 pour y exercer son métier de pêcheur, « le seul que je connais depuis 22 ans » dit-il.

Pas un jour ne s’écoule sans que Pap N’diaye ne doive pointer à la gendarmerie. Ce pêcheur du Guilvinec, originaire du Sénégal, est menacé d’expulsion et assigné à résidence. Il a reçu son obligation de quitter le territoire français (OQTF) le 16 février dernier.

Depuis, la mobilisation grandit, dans ce port de pêche du sud-Finistère, la solidarité des gens de mer s’organise. Et l’incompréhension domine. « Ce serait un coup dur pour moi s’il partait, explique Kevin Le Fourn, patron du « Manona », un palangrier sur lequel Pap travaille depuis trois ans. J’ai des projets avec lui, on a de l’avenir ensemble ».

Il n’y a déjà plus grand monde dans la pêche, alors si en plus, on nous enlève les marins compétents Kevin Le Fourn, patron de pêche

« J’ai ma vie ici »

Le patron du Manona a dû adapter sa marée pour que son matelot puisse se rendre à la gendarmerie entre 10 h et 12 h. « On ne peut plus sortir trop loin au cas où il y aurait un problème, souligne Kevin Le Fourn. Donc je calcule le coup pour que l’on finisse tôt ». « C’est une grave perte pour l’entreprise, se désole Pap N’diaye. On travaille avec les marées, la lune, les vents, il n’y a pas d’horaires en mer ».

Pap N’diaye est un marin aguerri qui affiche 22 ans d’expérience. « Je ne sais faire que ça, je n’ai pas d’autre métier. Et puis, j’ai ma vie ici ». Le pêcheur est arrivé en France il y a sept ans, « il est entré légalement sur le territoire, avec un visa de travail » précise son avocat Jean-Marc le Crane.

Un mariage avec une Française change la donne : il perd son titre de séjour salarié et bascule vers la case administrative « conjoint de Français ». Le couple se sépare et le pêcheur sénégalais se retrouve en situation irrégulière puisque la préfecture du Finistère s’appuie sur cette séparation pour refuser sa demande de carte de résident.

« Alors que le couple s’est reformé depuis, note l’avocat de Pap N’diaye. La préfecture ne retient que les éléments à charge, passe sous silence toute son activité salariée et le dossier n’est pas actualisé ».

Une cagnotte de soutien

La ligne de défense de Jean-Marc Le Crane s’appuie sur un accord franco-sénégalais qui prévoit la délivrance d’un titre de séjour salarié. « C’est ce titre que nous voulons qu’il récupère car c’est prévu par des textes internationaux que la France a signés ». L’association Pleine Mer a, de son côté, mis en place une cagnotte pour aider Pap N’diaye à payer ses frais d’avocat.

Charles Braine, le président de Pleine Mer, note l’ironie de l’histoire. « La France tente d’expulser les travailleurs étrangers dans le domaine de la pêche mais elle va exploiter les zones de pêche comme le Sénégal qui, historiquement, est riche en poissons. Résultat : moins de travail pour les pêcheurs locaux qui doivent aller chercher du travail ailleurs et notamment chez nous ».

Une pétition pour dire « non à l’expulsion de Pap N’diaye » circule également et sera adressée à la préfecture du Finistère. Celui que ses collègues qualifient « d’excellent marin » collecte des attestations pour prouver son insertion professionelle. « Pêcheur, c‘est une passion. De toute façon, tu ne peux pas être marin sans passion. Je suis bien au Guilvinec, j’y ai un avenir ».

11/03/2021

https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

09 juin 2020 ~ 0 Commentaire

missile (fr3 fab)

missiles

Tir de missile prévu dans le ciel finistérien 

“Un gaspillage” pour les associations

Un tir de missile aura lieu dans le ciel breton, nécessitant plusieurs essais. Des zones de restriction sont mises en place et concernent notamment la navigation dans une zone dédiée. Associations et collectifs prévoient une journée d’actions ce mercredi 10 juin, dans plusieurs villes de la région.

Un tir de missile doit avoir lieu dans le ciel du Finistère, entraînant plusieurs essais prévus ce mois de juin, jusqu’à la mi-juillet explique le ministère de la Défense, sans pour autant donner plus de détails. « Ces activités opérationnelles et essais de système d’armes qui sont liés à la dissuasion nucléaire sont couverts par le secret Défense et ne feront pas l’objet d’une communication détaillée » explique-t-on.

Des actions contre ce tir

Plusieurs associations et collectifs s’insurgent. Des actions sont prévues le mercredi 10 juin, dans plusieurs villes bretonnes : Penmarc’h, Saint-Malo, Rennes, ou encore Lannion. « Dans le respect des règles sanitaires et par petits groupes » précise Roland Nivet, porte-parole du Mouvement pour la Paix.

Là, on nous offre en cadeau de déconfinement, la reprise de tirs de missile M51. Roland Nivet

Il voit dans ce tir un immense gaspillage. « Aujourd’hui, avec ce que l’on vient de vivre, l’épidémie, on était en droit de s’attendre plutôt à un plan d’urgence du côté hospitalier ou à des investisse-ments pour l’écologie et la protection de la planète. »

Il ajoute : « Un missile M51, cela coûte 120 millions d’euros. 120 millions d’euros c’est le salaire brut annuel de 7 500 infirmières ou 24 000 respirateurs médicaux…Chaque M51 porte six bombes atomiques dont chacune peut détruire une ville comme Paris en quelques secondes. »

La France est signataire du traité de non-prolifération nucléaire qui prévoit dan son article 6 le désengagement nucléaire complet et négocié. Dans la réalité, depuis deux ans, elle s’engage dans un programme de ‘modernisation’ avec un renouvellement de sa flotte de sous-marins, avec un coût de 7 milliards par an. Nous on dit, il y a autre chose à faire aujourd’hui, comme protéger la vie humaine. »

Dans un communiqué, la fédération Anti-Nucléaire Bretagne y voit « une obscénité, en ces temps de pandémie : sachant que chaque essai coûte plus de 120 millions d’Euros et que la Loi de programmation militaire augmente son budget de plusieurs milliards ces prochaines années alors que la Santé, la Culture et l’Education manquent cruellement de moyens. »

Elle réclame de son côté  »l’arrêt immédiat de l’exploitation de l’énergie nucléaire et l’arrêt des programmes de recherche et de développement pour cette technologie. »

Un périmètre de sécurité 

Des zones réglementées temporaires (ZRT) et zones dangereuses temporaires (ZDT) sont mises en place au large de la ville de Penmarc’h, interdisant tout survol aérien pendant les tirs. La navigation sera également régulée pendant cette période.

La région a déjà connu ce genre d’essais, en 2018, 2016 mais aussi en 2013.

Emilie Colin 09/06/2020

https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire aussi:

Lire la suite

09 juin 2020 ~ 0 Commentaire

mouvement de la paix

paix

Lire la suite

01 mai 2020 ~ 0 Commentaire

bonnets rouges (hérodote fr3)

bonnets-ruz2

18 avril 1675

La révolte des Bonnets rouges

Le 18 avril 1675, à Rennes, la foule met à sac les bureaux du fisc. Elle défile dans les rues au cri de : «Vive le Roi… sans gabelle et sans édits !»

Ainsi commence l’une des plus violentes révoltes antifiscales du XVIIe siècle, sous le règne de Louis XIV. Elle va entraîner dans la sédition une grande partie de la Bretagne et en particulier la paysannerie de Basse Bretagne (le pays bigouden et la région de Quimper, dans le département actuel du Finistère).

Elle reste connue sous le nom de révolte des Bonnets rouges ou encore révolte du papier timbré, d’après l’impôt à l’origine de la révolte.

L’impôt de trop

Trois ans plus tôt, le Roi-Soleil s’est engagé dans la guerre de Hollande. En manque de ressources pour y faire face, il instaure de nouvelles taxes.

Il ordonne ainsi que tous les actes judiciaires et notariaux soient désormais rédigés sur papier timbré aux fleurs de lys, avec une taxe de l’ordre d’un sol (sou) la feuille. Par ailleurs, il prélève une taxe de vingt sous sur chaque livre de tabac et impose le marquage des pièces d’étain à raison d’un sol par pièce.

Ces nouveaux impôts émeuvent en premier lieu les Aquitains et suscitent dès le 26 mars 1675 le soulèvement de la population de Bordeaux. Le Parlement de Bordeaux prononce de son propre chef la suspension des nouvelles taxes.

Les habitants de Rennes puis de Saint-Malo se révoltent à leur tour. Mêmes manifestations à Nantes le 23 avril puis à nouveau à Rennes le 3 mai, où le gouverneur de la ville s’inquiète auprès du secrétaire d’État à la guerre Louvois de l’intensité de l’«émotion populaire».

Dans le même temps, en juin, la révolte éclate dans les campagnes bas-bretonnes, en pays de Carhaix et de Rohan. Faute d’atteindre les agents royaux du fisc, les paysans s’en prennent aux seigneurs. Sous la conduite de Sébastien Le Balp, un notaire de Kergloff (près de Carhaix), les Bonnets Rouges répandent bientôt la terreur dans les campagnes. À la fin du mois de juin, de nouveaux châteaux et manoirs sont brûlés et leurs propriétaires tués ou blessés.

Le 3 juillet, Madame de Sévigné écrit à sa fille : «On dit qu’il y a cinq cents ou six cents bonnets bleus en Basse-Bretagne qui auraient bien besoin d’être pendus pour leur apprendre à parler».

Le 3 septembre 1675, les Bonnets rouges s’emparent du château du marquis de Montgaillard, à Thymeur, près de Carhaix. Mais le châtelain trouve moyen de plonger son épée dans le corps du notaire Le Balp. La mort de celui-ci met fin au soulèvement. Le duc de Chaulnes, qui s’est entretemps réfugié dans la citadelle de Port-Louis, près de Lorient, va mener la répression comme il se doit avec les renforts envoyés par Louvois.

Reprise en main

En Basse-Bretagne, le duc de Chaulnes sévit contre tous les rebelles supposés. Il fait pendre ceux-ci aux arbres qui bordent le chemin, sans autre forme de procès. Il fait araser aussi les clochers des églises coupables d’avoir appelé à la révolte. Certains sont demeurés en l’état jusqu’à nos jours.

Chez madame de Sévigné, qui se rend à son château de Vitré, la compassion n’étouffe pas l’esprit. «Nos pauvres bas-Bretons, à ce que je viens d’apprendre, s’attroupent quarante, cinquante, par les champs, et dès qu’ils voient les soldats, ils se jettent à genoux et disent mea-culpa. C’est le seul mot de français qu’ils sachent…», écrit-elle, entre autres joyeusetés, le 24 septembre 1675.

Le 6 octobre, le duc de Chaulnes fait son entrée à Rennes à la tête de six mille hommes. Un tiers du quartier de la rue Haute est démoli et le Parlement, qui a soutenu les rebelles, exilé à Vannes pendant quinze ans.

La révolte des Bonnets rouges, circonscrite et brève, mais d’une extrême violence, va laisser des séquelles durables dans la province et en particulier dans la région de Carhaix, laquelle allait se distinguer lors de la Révolution par sa sympathie pour les républicains et son anticléricalisme. (Elle écrivit aussi le « Code Paysan » précurseur des « Cahiers de Doléances de 1789)

Bibliographie

On peut lire sur le sujet Histoire de la Bretagne et des Bretons (Joël Cornette, 2 tomes, Seuil, 2005), et également Les Français devant l’impôt sous l’ancien régime (François Hincker, questions d’histoire/flammarion, 1971).

https://www.herodote.net/

Lire aussi:

Révolte du papier timbré (Wikipedia)

Mouvement des Bonnets rouges (Wikipédia)

Code paysan (Wikipedia)

les-bonnets-rouges

L’étude de Boris Porchnev, auteur soviétique, a été éditée par « ESB » année 1975, puis récemment.

 

Lire la suite

19 février 2020 ~ 0 Commentaire

pisseurs bigouden (ouest france)

glyphosate

Glyphosate dans leurs urines : des « pisseurs involontaires » bigoudens portent plainte

29 « pisseurs involontaires de glyphosate » du pays Bigouden ont déposé plainte au palais de justice de Quimper (Finistère), mardi 18 février 2020. Des analyses de leurs urines révèlent des traces du pesticide.

Une douzaine de membres du collectif bigouden des « pisseurs involontaires » s’est rassemblée devant le palais de justice de Quimper (Finistère), ce mardi 18 février 2020.

« Les pesticides nous empoisonnent la vie », affiche la pancarte artisanale d’Anne Le Gall. L’analyse des urines de cette habitante de Pont-l’Abbé a révélé la présence de glyphosate, la molécule active de l’herbicide Roundup de Monsanto, dans ses urines à hauteur de 0,95 nanogramme par millilitre (ng/ml). Un taux supérieur à celui qui est admissible dans l’eau potable, à savoir 0,1 ng/ml.

Ce mardi 18 février 2020, Anne Le Gall et 28 autres membres du collectif bigouden des « pisseurs involontaires de glyphosate », dont quatre enfants, ont donc déposé plainte pour mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et atteintes à l’environnement au palais de justice de Quimper (Finistère).

Une action symbolique : ils souhaitent que l’implication dans la diffusion du glyphosate de personnes physiques aussi variées que « les présidents et les membres des conseils d’administration de tous les fabricants de pesticide contenant » la molécule ou « les présidents et les membres de la commission européenne » soit vérifiée.

En ce qui les concerne, les taux retrouvés par le laboratoire allemand BioCheck dans leurs urines « varient entre 0,38 et 2,59 ng/ml, pour une moyenne de 1,32 ng/ml », selon Mireille Cachereul, venue de Pont-l’Abbé.

« On fait bénévolement un travail que le service sanitaire devrait faire », regrette Michel Hervio, un autre membre du collectif.

Clémentine PIRIOU 18/02/2020

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

01 février 2020 ~ 0 Commentaire

carhaix (ouest france)

manif_du_30_novembre_carhaix_dr

Municipales à Carhaix. Le NPA se retire de la liste de gauche

À Carhaix, le contrat de mariage avec le PCF, EELV et le PS est rompu avant la cérémonie. Matthieu Guillemot et le NPA ont décidé de quitter l’union… Y aura-t-il une liste à gauche ?
.
Le NPA jette l’éponge. Depuis plusieurs mois, les tractations entre les diverses composantes de la gauche carhaisienne, du PS social-démocrate jusqu’à l’extrême gauche NPA, en passant par le PCF et EELV, le monde associatif et syndical, chacun mettait du sien pour créer l’union.
.
Le PS avait gauchi son discours, le PCF mettait de l’huile dans les rouages et Matthieu Guillemot (NPA) s’activait pour que chacun s’y retrouve. L’important, pour cet ensemble hétérogène, ou hétéroclite : arriver à créer une opposition à liste du régionaliste Christian Troadec, maire depuis 2001.
.
Mais, y aura-t-il une liste de gauche comme prévu ? Nathanaël Legeard, candidat EELV aux élections législatives de 2017 en sera-t-il la tête de liste ? Car Mathieu Guillemot et le NPA, militants et sympathisants, ont décidé de se retirer de la course.
.
Où faut-il chercher la cause du divorce ? Non pas entre le NPA et le PS et le PCF, mais, par exemple, chez des acteurs comme Claude Prigent, PDG de l’entreprise Yprema, adversaire déclaré mais non-élu de Christian Troadec.
.
On ne mariera pas l’entrepreneur et les anticapitalistes. Il y a franchissement de ligne rouge pour les trotskystes. C’est même rouge vif… Comment tenir dans une opposition – ou même une majorité – durant six années s’il y a un caillou dans la chaussure avant l’élection ?
.
Le départ des « anticapitalistes » ne va pas aider, car ces dernier amenaient plus d’une poignée de noms sur 29 conseillers à élire. Pour arriver à boucler leur liste, EELV, le PS et le PCF vont devoir compter sur leurs propres forces.
.
Perdre son identité
.
De son côté, Matthieu Guillemot, qui avait décidé de ne pas se mettre en tête de liste, pourra toujours agir dans un registre militant. Mais, il ne pourra plus agir au conseil municipal, ou élever la voix au conseil communautaire par exemple. Un siège d’élu municipal donne une existence politique, même si elle n’est que locale. C’est de cela que se prive le NPA.

Le mariage de la gauche, des roses socialistes et des Verts, du rouge «coco» jusqu’au vermillon anticapitaliste, pouvait étonner quand on regarde l’histoire politique récente, celle des dix dernières années.

« L’unité est un combat » soulignait Matthieu Guillemot, le 17 janvier, lors d’une présentation de la liste. L’élu d’extrême gauche regrette de ne pas aller jusqu’à l’union. Mais, à moyen terme, il risquait d’y perdre son identité. Dans un monde politique de plus en plus difficile à décrypter, cela permet de savoir que le NPA reste à la gauche de la gauche de l’échiquier.

Christian GOUEROU 31 janvier 2020

https://www.ouest-france.fr/bretagne/

Lire aussi:

Matthieu Guillemot se retire de la liste « Une dynamique de gauche pour Carhaix » (Le Télégramme)

La liste Une Dynamique de gauche confirme sa présence aux élections municipales

Lire la suite

15 décembre 2019 ~ 0 Commentaire

combrit landundez (france info)

natura

« Aujourd’hui, des zones Natura 2000 sont en panne » : pourquoi des dizaines de sites, pourtant protégés, n’échappent pas à la pollution (France Info)

Lire la suite

23 novembre 2019 ~ 1 Commentaire

pesticides (le télégramme)

pesticides

Les pesticides bien présents dans nos rivières

Pour la première fois, des chiffres concernant la présence de pesticides dans nos rivières sont dévoilés.

Les taux observés sur la rivière de Pont-l’Abbé, le Goyen mais aussi sur les ruisseaux de Penmarc’h et de La Torche sont anormalement élevés.

« Les résultats ne sont pas brillants ». Le commentaire émane de Bernard Trébern et d’Elizabeth Kerloc’h. Ils sont les représentants des associations environnementales Bretagne Vivante et Eaux et rivières au Sage (Schéma d’aménagement et de la gestion des eaux) Ouest-Cornouaille.

Présents lors des commissions, ils ont eu accès à des résultats d’analyses de concentration de pesticides dans les rivières et ont décidé de parler. « Ses analyses sont effectuées par Ouesco (lire ci-dessous), syndicat chargé de l’application du Sage », explique, en guise d’introduction, le binôme. Le bilan ne souffre d’aucune ambiguïté : les chiffres sont au-dessus des objectifs fixés par le Sage. Penchons-nous d’abord sur la rivière de Pont-l’Abbé et le Goyen, les deux plus grands cours d’eau du territoire.

Des taux atteignant parfois douze fois la norme

Les résultats 2018 et 2019 laissent apparaître quelques dépassements de la norme eau brute. Quelle est cette norme ? C’est la norme maximale de concentration de pesticides dans l’eau du robinet, à savoir 0,1 µg/l pour une molécule seule et 0,5 µg/l pour l’ensemble des molécules.

« Cette norme est l’objectif affiché dans les documents du Sage », explique Bernard Trébern. Problème, les taux atteignent parfois dix fois cette norme. « Ces dépassements sont dus principalement à un herbicide maïs, le métolachlore », ajoute le représentant de Bretagne Vivante.

Des dépassements réguliers sont également observés sur d’autres bassins (Sage de Douar-nenez et de Quimper). Un suivi a également été réalisé en 2018 sur le ruisseau de Penmarc’h, qui va du Gibit à La Joie et en 2019 sur celui de La Torche. Et ici, « les résultats sont plutôt mauvais, en cumulé on peut dépasser à certains moments les 6 µg/l, soit douze fois l’objectif fixé par le Sage », révèlent Bernard Trébern et Elizabeth Kerloc’h

Présence d’une substance interdite depuis 2003

Les dépassements individuels sont essentiellement dus à des herbicides. « Plus inquiétant, on constate la présence d’asulame, molécule dont l’usage est interdit depuis 2012 », ajoutent-ils.

Une explication : les sols du secteur sont pauvres en matières organiques, donc en bactéries qui pourraient dégrader cette molécule. Et une nuance : « Mais ces sols sont bien drainants et retiennent peu les molécules. Ça veut donc dire qu’il y a un stock important qui reste dans ces sols ».

De la même façon, dans tous les cours d’eau subsistent des traces d’atrazine, substance interdite depuis 2003. Quel impact ces molécules ont sur les milieux naturels ? Quid de l’effet cocktail des substances retrouvées ? Difficile de répondre précisément à ces questions.

« Ouesco reste discret sur l’ensemble de ces résultats »

« Ouesco reste discret sur l’ensemble de ces résultats. Ils ne sont pas directement disponibles sur leur site internet contrairement aux Sage voisins. C’est leur choix », commentent Bernard Trébern et Elizabeth Kerloc’h.

Ceux-ci insistent sur le sens de leur démarche : « Il n’est pas question de cibler les agriculteurs ni Ouesco qui a engagé un travail de fond avec eux pour améliorer les choses. Mais il nous paraît important de rendre publics ces résultats. Maintenant que l’on sait, il faut agir ».

20 novembre 2019 Steven Lecornu

https://www.letelegramme.fr

Lire la suite

16 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

olivier besancenot 2 (lci)

olivier besancenot

Olivier Besancenot fustige la réforme des retraites

« Pas besoin d’avoir fait l’Ena pour comprendre qu’on va gagner moins »

Alors que les concertations autour de la réforme des retraites et une lutte sociale pour la préservation des droits animent cette rentrée, il n’est pas difficile de situer Olivier Besancenot. Invité de LCI, lundi 16 septembre, l’ex-porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) s’est déclaré « solidaire de ceux et celles qui se mobilisent pour leurs droits et leurs acquis », en référence à la mobilisation des avocats et des pilotes de ligne.Loin de prôner une mise en concurrence entre les différents régimes de retraite et les avantages que les uns et les autres peuvent avancer, il assure : « Je veux niveler par le haut ». Et de dénoncer « la petite offensive politique du gouvernement qui consiste à dire que ceux qui se mobilisent le font pour leurs intérêts corporatistes et que, derrière la question des retraites, il n’y aurait que la question des régimes spéciaux, qui ne représentent qu’une infime minorité des retraités ».
.
Le régime actuel est « critiquable, mais il vaut ce qu’il vaut »
.
Et l’ex-facteur de Levallois de défendre le système des retraites actuel. « La seule question qui vaille, c’est le passage d’un régime de répartition, qui est critiquable, mais qui vaut ce qui vaut, à un système individualisé par points, qui aura comme seule garantie que vous gagnerez moins qu’avec le système actuel. »Démonstration à l’appui : là où l’actuel système calcule une pension sur les 25 meilleures années (dans le privé) ou les six derniers mois (pour les fonctionnaires), Olivier Besancenot rappelle que désormais, « la retraite sera comptabilisée sur toute votre carrière professionnelle, pas seulement sur les meilleures années. Et ça, ça inclut les périodes de bas salaires, voire les périodes de chômage. »L’ancien candidat à l’élection présidentielle estime aussi que l’un des objectifs du gouvernement est de repousser l’âge légal de départ à la retraite, via la possible instauration d’un âge pivot à 64 ans. Or, « l’espérance de vie en bonne santé n’augmente pas, elle stagne voire régresse. Tout cela est un condensé d’hypocrisie ».
.
Le NPA lance un appel aux organisations de gauche
.
Peu confiant dans l’aptitude du gouvernement à revaloriser les basses rémunérations qui ont justifié la mise en place de ces régimes, comme c’est par exemple le cas à la RATP ou dans le corps enseignant, il prédit : « Il n’y a pas besoin d’avoir fait l’Ena pour comprendre que mécaniquement, vous gagnerez moins. »Une perspective contre laquelle il veut lutter en appelant les organisations syndicales et politiques « de la gauche et de la gauche de la gauche » et même le « sang neuf des Gilets jaunes », à se réunir sous une même bannière, sous peine de connaître les mêmes échecs traversés « depuis deux ans », prédit-il en référence à la réforme de l’assurance-chômage ou celle du code du travail. « Ce serait bien que nous allions faire grève ensemble (…). Je pense que monsieur Macron nous parlerait un peu différemment. »Invité d’Elizabeth Martichoux, lundi 16 septembre, l’ex-candidat à la présidentielle a dénoncé le projet-phare du gouvernement, craignant qu’il ne débouche sur une baisse des pensions pour les futurs retraités.
.
16 septembre La rédaction de LCI
.
https://www.lci.fr/politique/olivier-besancenot

Lire la suite

02 août 2019 ~ 0 Commentaire

brexit (courrier international)

espece pro
Vu du Royaume-Uni.
La perspective d’un Brexit sans accord inquiète les pêcheurs bretons

En cas de Brexit sans accord, les personnes travaillant dans l’industrie piscicole, de la vente à la distribution en passant par la pêche, seront fortement impactées. C’est le cas dans la commune du Guilvinec en Bretagne, comme l’illustre ce reportage du Times.

Il est 5 h 30, le jour n’est pas encore levé sur Le Guilvinec, le troisième port français, mais la criée bat déjà son plein. Dans une halle gigantesque, remplie de caisses de lottes et de dizaines d’autres espèces, de petits groupes d’hommes en anorak scrutent un écran suspendu au plafond tout en faisant leurs enchères.

Quelque 160 tonnes de poisson peuvent être vendues quotidiennement, selon la saison. Un tiers des prises sont effectuées par des chalutiers français dans les eaux britanniques, de la côte des Cornouailles jusqu’au nord de l’Écosse. Si le Royaume-Uni quitte l’Union européenne sans accord, dès le 31 octobre à minuit, ces eaux leur seront fermées. “L’effet sera catastrophique. Il s’agit de 30 % à 40 % des poissons que nous vendons ici”, s’alarme Gregory Pennarun, 42 ans, qui dirige la criée depuis treize ans.

Un coup dur pour la pêche, la vente et la distribution

Un Brexit sans accord ferait beaucoup de perdants en Europe, des fabricants automobiles allemands aux producteurs de prosecco italiens, mais peu d’entre eux seraient aussi directe-ment touchés que les milliers de pêcheurs français, et européens en général qui, depuis des décennies, gagnent leur vie dans ce qui deviendra les eaux territoriales britanniques une fois que le Royaume-Uni sera sorti de la politique commune de la pêche.

Le [nouveau] Premier ministre Boris Johnson devrait donc avoir les coudées plus franches pour négocier un accord à Bruxelles. La quantité de poissons pêchés dans les eaux britanniques par des pêcheurs du continent est six fois plus importante que l’inverse. Pour certaines espèces, l’écart est encore plus marqué : 90 % des prises de hareng des pêcheurs néerlandais et danois, par exemple, viennent des eaux britanniques.

Et les pêcheurs ne seront pas les seules victimes. Le nombre de personnes qui travaillent dans le traitement, la vente et la distribution…(Payant)

Peter Conradi 02/08/2019
.
.
Commentaire:
.
La situation actuelle: l’UE dicte des quotas, mais souvent insupportables pour la ressource: la sardine est en voie de disparition dans le golfe de Gascogne (Mar Cantabrico en Espagne). Les bretons vont pêcher du poisson bon marché et les anglais viennent ravager les espèces chères: soles en Normandie, coquilles st Jacques et bar ici. Même si les zones sont « en repos » pour la reproduction.
.

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin