Archive | Morlaix Lannion

05 décembre 2013 ~ 0 Commentaire

Roscoff, débrayage des personnels de la clinique Kerlena (of)

manifestants-hopital-SUD-copie-1

Ce mercredi matin, 45 employés de la clinique Kerlena, sur un effectif de 93, tous services confondus, ont procédé à un débrayage de 55 minutes.

Un acte de soutien à une collègue, ergothérapeute depuis 30 ans dans les lieux, qui a reçu le 27 novembre sa lettre de licenciement pour « raisons graves ».

Les employés de la clinique, soutenus par les syndicats (CGT, Sud et CFDT) veulent, en plus de ce fait jugé illégitime, également attirer l’attention du public et de la direction sur « la dégradation grave des conditions de travail depuis deux plus de deux ans (entre autres : perte d’acquis fondamentaux, dont la participation aux bénéfices, réduite à néant alors que la clinique était bénéficiaire il y a trois ans). »

Ces mêmes personnels précisent que « l’ambiance de travail est délétère (pressions exercées sur certains salariés pour des raisons obscures et injustifiées) ». Selon eux « de nombreux employés, de tous postes, y compris les personnels d’Elior-services, ont quitté la clinique, écœurés par les humiliations et les menaces entraînant un turnover important ».

Dans le communiqué destiné à la presse, ils précisent encore « qu’aucun dialogue, même courtois, n’est possible. Les dirigeants locaux de la clinique n’acceptant aucune remarque, même constructive, sans même parler de critique (ce mot est banni et immédiatement sanctionné) ». « La direction du Noble Age qui, à son arrivée (au mois de septembre dernier, NDLR) avait assuré qu’il n’y aurait pas de licenciements, a été alertée à plusieurs reprises de la dégradation des conditions de travail et du limant social au sein de l’établissement. À ce jour aucune réponse n’a été apportée.  Publié le 5 décembre 2013 par Ouest-France

http://www.ouest-france.fr/roscoff-debrayage-des-personnels-de-la-clinique-kerlena-1762083

Lire la suite

27 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Morlaix, restos du coeur, «ça commence fort» (lt)

poverty-sucks

« Ça commence fort », témoigne la responsable des Restos du coeur de Morlaix qui ont ouvert hier.

Premier constat : de plus en plus de personnes seules viennent chercher de la nourriture et un peu de chaleur humaine.

« Ici, les gens sont magnifiques et très gentils », souligne Arman en glissant des tomates au fond de son sac. C’est la première fois que cet Arménien âgé de 37 ans, et sa compagne Nova, 29 ans, frappent à la porte des Restos du coeur. Lui est psychologue et elle, coiffeuse. En provenance du Nord de la France, ils se sont installés à Morlaix, il y a quatre mois, pour assister la mère d’Arman, qui est paralysée. « Actuellement sans emploi, je suis prêt à travailler n’importe où, indique Arman. Mais aujourd’hui, je n’ai pas beaucoup de revenus et il faut bien qu’on mange ».

50.000 repas l’an passé  Fondés par Coluche, les Restos du coeur ont amorcé, hier, leur 29e campagne. « Quand Coluche a lancé cette initiative, il pensait que c’était du provisoire, du dépannage pour un an. S’il voyait le nombre important de repas servis aujourd’hui, il serait sidéré », témoigne Alain Riou, adjoint de Christiane Le Luc, responsable du Resto de Morlaix. Hier, 192 dossiers de familles ont été gérés par les bénévoles du centre de Morlaix. « D’ici la fin du mois de mars, on devrait en avoir près de 500 », prévoit Christiane Le Luc. Au total, les bénévoles devraient servir des repas à 1.000 personnes, contre 800 l’an passé. Lors de la précédente campagne, 50.000 repas ont été servis.

« Assurer une écoute »  « Nous voyons de plus en plus de personnes seules. Les parents isolés avec un enfant et les retraités sont aussi en augmentation », commentent Christiane Le Luc, Alain Riou et Rémi Jaouen, bénévole. « On voit bien que les divorces sont en augmentation, enchaînent les trois membres. Et pour une personne seule, c’est beaucoup plus dur d’assumer les charges, surtout que les pensions alimentaires sont de moins en moins versées ».

Les bénévoles ne sont pas uniquement présents pour distribuer des repas. « Nous sommes là aussi pour assurer une écoute, tenir le vestiaire, servir quelque chose de chaud (un café, un chocolat… Évoqué au mois de mars dernier, le déménagement des Restos du coeur vers la route de Carhaix n’est plus d’actualité. « Comme le loyer des 650 m² de la route de Paris (1.300 € par mois) est réglé par des subventions de Morlaix communauté et de la Ville de Morlaix, nous restons là », annoncent les responsables morlaisiens.

Des jouets pour Noël   Les bénévoles qui le désirent peuvent toujours rejoindre l’équipe des Restos du coeur de Morlaix. Des dons peuvent y être également déposés. L’association a aussi besoin de produits alimentaires, d’ordinateurs, de livres, de vêtements, de matériel électroménager (vaisselle, four micro-ondes..)…. « Comme nous recevons de nombreuses mères accompagnées de leurs enfants, nous sommes preneurs d’ustensiles de puériculture, précise Christiane Le Luc. Et comme c’est bientôt Noël, des jouets sont également les bienvenus ».

Route de Paris, les Restos du coeur sont ouverts les mardis et vendredis, de 8 h 30 à 11 h, pour l’accueil des familles et la distribution alimentaire. Pour les constitutions de dossiers, les rencontres se font sur place les lundis et jeudis, de 14 h à 16 h 30. Renseignements au 02.98.62.06.04. Jacques Chanteau 27 novembre 2013

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/ville/restos-du-coeur-ca-commence-fort-27-11-2013-2317414.php

Lire la suite

27 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Marine Le Pen accueillie comme il se doit à Guerlesquin !

LE-PEN

Les ouvrierEs de Tilly-Sabco, leurs syndicats, le Front de Gauche et le CAPM ont reçu Marine Le Pen au cri de « F comme fasciste, N comme Nazi, à bas le Front National! », « Pas de Fachos en Bretagne pas de Bretagne pour les fachos », « Les travailleurs ne veulent pas du Front National »…

Marine Le Pen après avoir annoncé au dernier moment sa visite à Guerlesquin n’a pu aller à la rencontre des ouvrierEs de Tilly-Sabco qui l’attendaient, devant l’abattoir, avec des banderoles : « Marine Le Pen n’est pas la bienvenue à Tilly-Sabco » et « Guerlesquin pas à vendre aux Fachos ! ».

Le comité d’accueil sur le marché de Guerlesquin, composé principalement du Front de Gauche et du Comité Anticapitaliste du Pays de Morlaix a réussi à empêcher Marine Le Pen d’occuper le terrain.

C’est une victoire pour tous les démocrates et les antifascistes que Le Pen et ses sbires n’aient pu propager leur discours de haine.

En regardant la vidéo vous saurez au moins où ne pas acheter vos confitures !

Lire la suite

24 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Crise, le mécontentement breton (lt)

morla edssss

Entre 6.500 et 13.000 personnes ont battu le pavé, hier en Bretagne, pour exiger des mesures sociales dans le Pacte d’avenir pour la Bretagne, lancé par l’État.

Une mobilisation inférieure à celles des bonnets rouges, début novembre à Quimper. Répartis, hier, entre Rennes, Lorient, Saint-Brieuc et Morlaix (29), les manifestants, répondant à l’appel d’une intersyndicale (*) n’ont pas réussi à égaler en nombre les 15.000 à 30.000 personnes réunies le 2 novembre à Quimper sous la bannière du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne » qui avait comme emblème des bonnets rouges. « Ce qui compte, ce ne sont pas les chiffres, c’est de recentrer le débat sur l’emploi, le volet social du Pacte d’avenir », a assuré le leader régional de la CFDT, Louis Baron. Sous une mer de banderoles et de drapeaux, les manifestants ont dénoncé la vague de restructurations qui frappe des entreprises bretonnes. Ils mettaient en avant des mots d’ordre pour l’emploi : « Zéro chômage », « Interdiction des licenciements », « Partage du travail entre tous », et dénonçaient « La mort de l’emploi ».
Désaccord avec les bonnets rouges Ils ne l’ont pas cité. Mais les sept syndicats, réunis derrière la même revendication, ont pris pour cible le mouvement des bonnets rouges. Christian Troadec, maire de Carhaix (29) et porte-parole de ce mouvement, l’a appris à ses dépens. Chahuté et hué à Lorient, le matin, des manifestants lui ont fait comprendre qu’il n’était pas le bienvenu. Présent l’après-midi à Morlaix, il y a également été interpellé. « Il y a une montée des poujadismes », a lancé à la presse Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, au départ du cortège lorientais, alors qu’il était interrogé sur la présence dans le cortège de Christian Troadec. Ce dernier a été sifflé par des manifestants. « C’est une manifestation syndicale, il faut arrêter de mélanger les genres », a ajouté Laurent Berger. Avec cette journée de mobilisation, l’intersyndicale entendait peser sur le Pacte d’avenir pour la Bretagne lancé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à la mi-octobre, afin de tenter de trouver des solutions pérennes à la crise, amplifiée par le rejet de l’écotaxe.

FO présent à Rennes  Seule Force ouvrière-Bretagne s’était désolidarisée de l’intersyndicale. FO a aussi rejeté, au niveau national, l’appel de la CFDT et de la CGT à constituer un front uni face à la « gravité de la situation » du pays et « la menace populiste ». Mais des drapeaux de FO flottaient dans le ciel rennais : « Nous avions décidé, en Ille-et-Vilaine, de cette manifestation avec la CGT le 24 octobre, uniquement sur la question de l’emploi. Depuis il y a eu les bonnets rouges et le Pacte d’avenir. Lors d’une intersyndicale, où nous n’étions pas invités, il a été décidé de faire de cette date une manifestation soutenant le Pacte d’avenir que nous dénonçons, notamment, car il n’y a pas eu de gel des licenciements pendant les négociations engagées. On a donc dit non pour les trois autres rassemblements et on a maintenu celui de Rennes autour de l’emploi. On ne veut pas d’un pacte d’avenir, on demande l’arrêt de tous les plans de licenciements », a déclaré le responsable FO pour le département, Fabrice Lerestif. 24 novembre 2013

* Les manifestations, à l’appel de sept syndicats régionaux – CFDT, CGT, Solidaires, CFTC, Unsa, CFE-CGC et FSU -, ont rassemblé dans la matinée, à Rennes, 2.200 manifestants selon la police, 3.000 selon les organisateurs. Ils étaient entre 750 et 2.000 à Saint-Brieuc, et entre 1.100 et 3.000 à Lorient. Dans l’après-midi, à Morlaix, le cortège a rassemblé entre 2.500 et 5.000 personnes.

Pacte d’avenir : Garot promet une « dimension sociale »

Le ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot, a déclaré, hier, qu’une « dimension sociale » serait donnée au Pacte d’avenir pour la Bretagne lancé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, notamment dans l’industrie agroalimentaire. Interrogé sur la manière dont le gouvernement allait répondre aux revendications des syndicats, sur « la formation, l’accompagnement des personnes licenciées, les conditions de travail », Guillaume Garot a répondu : « Ce sont ces mesures que nous allons prendre dans le Pacte d’avenir », sans donner davantage de détails.

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/crise-le-mecontentement-breton-24-11-2013-2313662.php

Commentaire: Sur 4 slogan, deux sont du NPA! « Ils mettaient en avant des mots d’ordre pour l’emploi : « Zéro chômage », « Interdiction des licenciements », « Partage du travail entre tous », et dénonçaient « La mort de l’emploi » » .

 

Lire la suite

24 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Morlaix, Lorient, St Brieuc: entre 8.000 et 10.000 manifestants en Bretagne (lt)

unnsssqamed

Jour de manifestation pour un pacte social en Bretagne

Des défilés ont réuni ce matin et cet après-midi des manifestants dans quatre villes : Saint-Brieuc, Morlaix, Rennes et Lorient. Ces défilés ont réuni entre 8 et 10.000 manifestants. Des actions plus sporadiques, menées par d’autres entités, des Bonnets rouges notamment, sont venues s’ajouter au mouvement initial

18H30. L’heure des comptes Entre 8.000 et 10.000 personnes ont battu le pavé ce samedi en Bretagne, une mobilisation inférieure à celles des « Bonnets Rouges » début novembre à Quimper, alors que les syndicats espéraient reprendre la main en exigeant des mesures sociales dans le « Pacte d’avenir » lancé par l’Etat. Répartis entre Rennes (Ille-et-Vilaine), Lorient (Morbihan), Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et Morlaix (Finistère), les manifestants n’ont pas réussi à égaler en nombre les 15.000 à 30.000 personnes réunies le 2 novembre à Quimper sous la bannière du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne ».

17H00. La manifestation morlaisienne se disperse dans le calme

16H29. 3.000 manifestants et l’habituelle guerre des chiffres 5.000 manifestants selon les organisateurs, 2.500 selon les autorités et 3.000 selon nos propres estimations : le défilé de Morlaix est aussi important que celui qui s’est tenu à Rennes ce matin.

15H39. Le cortège s’élance vers le centre-ville Ils sont désormais 2.000 armés de banderoles et de drapeaux dans un défilé qui s’étire vers la mairie.

15H30. Début du discours de Frédéric Huon, CFDT Ils sont désormais 1.500 massés place Puyo et il revient à Frédéric Huon de la CFDT d’ouvrir la manifestation. Christian Troadec s’est vu interpellé par un militant CFE-CGC qui trouve « irrespecteuse » sa participation au mouve- ment. Philippe Poutou, NPA, est également de la partie.

15H10. Christian Troadec était dans le cortège de Lorient et est arrivé à Morlaix
« Je n’ai pas quitté le cortège à Lorient. J’ai participé à la manifestation jusqu’à la fin. Il y a bien eu des insultes et des quolibets en début de cortège mais j’ai aussi discuté avec des personnes qui viendront à la manifestation du 30 novembre à Carhaix », tient à préciser Christian Troadec. Le porte-parole du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne » a rejoint Morlaix en début d’après-midi. Il était dans le cortège vers 15 h.

14H45. 700 à 800 manifestants dans le calme place Puyo Pas de bonnets rouges,ni de Christian Troadec place Puyo à Morlaix où 700 à 800 personnes ont convergé. Parmi elles, Thierry Lepaon, secrétaire fédéral de la CGT.  

14 h 30. 300 personnes convergent vers la place Puyo A Morlaix, trente minutes avant le depart officiel du cortège quelque 300 personnes convergent vers la place Puyo avec banderolles et drapeaux.

13H00. Le centre-ville de Morlaix bloqué Jusqu’ici la mobilisation est assez faible en Bretagne. 800 personnes à Saint-Brieuc, entre 1.100 et 2.500 à Lorient et entre 2.000 et 4.000 à Rennes, selon les sources. Le rassemblement prévu à Morlaix va-t-il donner de l’épaisseur à cette journée de manifestation pour un pacte social initié par la majorité des syndicats ? Réponse dans les minutes à venir. Le centre-ville de Morlaix est d’ores-et-déjà bloqué. La manifestation doit débuter à 15 h.

12H25. Entre 1.100 et 2.500 manifestants à Lorient Selon les estimations syndicales entre 2.000 et 2.500 personnes ont participé à la manifestation de Lorient. La police n’en a compté que 1.100. La manifestation est terminée. Thierry Lepaon, leader de la CGT, a annoncé qu’il serait présent cet après-midi à Morlaix.


12H15. Lorient : Christian Troadec rebrousse chemin
Le maire de Carhaix et porte-parole du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne », Christian Troadec, était bien présent ce matin à Lorient. Sa présence a été remarquée par les médias mais aussi par les représentants syndicaux qui lui ont fait comprendre qu’il n’était pas forcément le bienvenu à cette manifestation. Christian Troadec a donc quitté le cortège avant le début du défilé.

12H00. Saint-Brieuc : une partie des manifestants sera à Morlaix dans l’après-midi
Les représentants syndicaux et les plus motivées des 800 manifestants décomptés ce samedi matin à Saint-Brieuc poursuivront leur journée d’opposition à Morlaix où une nouvelle mobilisation est prévue à partir de 15 h.
11H45. Très faible mobilisation près des portiques Les forces de l’ordre ont déployé un important dispositif à proximité des portiques de Montauban et de Plélan-le-Grand. Les services de la Diro avaient prévu de mettre en place des déviaitions sur les RN12 et RN24. Pour l’instant, pas besoin. A Montauban, une vingtaine de manifestants sont réunis sur un pont enjambant la voie express sous l’oeil attentif d’une centaine de gendarmes mobiles.

11H30. Plus d’un millier de personnes à Lorient Forte mobilisation à Lorient pour le pacte social souhaité par les syndicats. Plus d’un millier de manifestants sont réunis derrière les leaders de la CGT, Thierry Lepaon, et de la CFDT, Laurent Berger, qui ont pris la tête du cortège. Christian Troadec, le maire de Carhaix et porte-parole du collectif pour le maintien de l’emploi en Bretagne, serait également présent.

11H00. Quelques centaines de manifestants à Saint-Brieuc Les forces de l’ordre s’attendaient à accueillir jusqu’à 4.000 manifestants ce samedi à Saint-Brieuc. Ce chiffre ne devrait pas être atteint. Au départ du cortège, 800 personnes, selon nos constatations, étaient réunies place de la Liberté.

10H50. Montauban : plus de gendarmes que de manifestants On circule toujours sur la RN12 au niveau du portique de Montauban. Une quinzaine de manifestants sont actuellement positionné à proximité de la structure gardée… par plusieurs dizaines de gendarmes mobiles. Les déviations sont prêtes à être mises en place (voir carte).

10H30. Montauban : important dispositif de gendarmerie Actuellement sur la RN12, en prévision d’une manifestation, un important dispositif de gendarmerie est deployé entre les communes de Pleumeleuc et de Saint Jouan de l’isle. En amont, en aval et surtout au niveau du portique ecotaxe de Montauban, 20 fourgons de gendarmes sont stationnés. Plusieurs véhicules de la Diro sont aussi garés au niveau des glissières de sécurite centrale en protection.

10H. Rennes : FO en tête de cortège La manifestation pour le pacte social à Rennes doit débuter à 10 h 30. Première surprise : des représentants de FO, qui ne soutient pas le message porté par les autres syndicats, sont présents. Ils ne vont pas manifester pour un pacte social mais pour la sauvegarde de l’emploi en Bretagne. Et veulent prendre la tête du cortège.

9H30. Deux actions prévus sous les portiques Les forces de l’ordre et les services techniques s’attendent à deux manifestations sous les portiques de Montauban (RN12) et de Plélan-le-Grand (RN24). Perturbations à prévoir sur les routes. Les conseils de Bison fûté.

9H00. Quatre manifestations programmées en Bretagne Les syndicats ont prévu quatre manifestations ce samedi en Bretagne. Voici les informations pratiques, ville par ville. 23 novembre 2013 à 18h42

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/manifestations-en-bretagne-direct-deux-actions-prevues-sous-les-portiques-23-11-2013-2313419.php

Lorient, pacte social, « Nous le revendiquons sans casser ! »

24 novembre 2013 à 10h00

A l’appel de sept organisations syndicales (1), près de 2.000 personnes ont défilé dans les rues du centre-ville, hier matin, en faveur d’un pacte social et environnemental pour la Bretagne.

Morlaix, Lorient, St Brieuc: entre 8.000 et 10.000 manifestants en Bretagne (lt) dans Luttes sociales en Bretagne empty

Faible participation à l’échelle du département.  Les organisations syndicales s’attendaient sans nul doute à une plus forte mobilisation, hier matin à Lorient. Le front intersyndical – boudé seulement par FO – misait sur ce rassemblement unique dans le Morbihan pour donner un large écho à la contre-offensive organisée contre le mouvement des bonnets rouges qualifié « de populiste et d’hétéroclite ». Mais à l’heure des comptes, les organisateurs annonçaient 2.500 participants quand la police en dénombrait 1.100. Deux estimations éloignées des attentes initiales.

Une manifestation très médiatique. Les chaînes de télévision et les radios nationales se sont déplacées en nombre à Lorient. La raison de cet intérêt ? La présence, côte à côte dans le cortège, de Thierry Lepaon et Laurent Berger, les secrétaires nationaux de la CGT et de la CFDT. Ces projecteurs braqués sur les leaders des deux grandes centrales syndicales ont fait de l’ombre aux autres organisations syndicales. « Pensez à réaliser un plan large ! Ce serait bien pour l’intersyndicale », s’est exclamé l’un des responsables locaux de Solidaires à l’intention des cameramen.

Un bonnet rouge dans le cortège.  Bonnet rouge sur la tête et drapeau de la CFDT à la main, ce salarié d’Ebrex ne s’est pas trompé de manifestation. « Désolé, je n’ai qu’un seul bonnet mais je l’avais avant ce mouvement ! Je crois encore à la force syndicale et non à celle des patrons. D’ailleurs, le mien ne me connaît toujours pas après plus de dix ans d’ancienneté », témoigne Éric. « Je suis inquiet pour nos emplois et l’avenir de nos enfants. D’autant qu’on est situé à la pointe de l’Europe. Pour moi, la crise, ce n’est pas des discours ou des articles, c’est une réalité. Ma femme est employée chez Daily France où plane la menace d’un plan de licenciement. Et le site de Brandérion où je travaille doit fermer. Les reclassements promis ne sont encore que des promesses. Et mon beau-frère est au chômage ! Notre avenir est incertain alors qu’on vient d’emménager dans notre maison. On a mis trois ans pour la construire ».

http://lorient.letelegramme.fr/local/morbihan/lorient/ville/pacte-social-nous-le-revendiquons-sans-casser-24-11-2013-2313904.php

St Brieuc, emploi, 800 manifestants pour un pacte social breton

Elle était très attendue et faisait figure de test pour des syndicats totalement dépassés par la révolte des Bonnets rouges.

Hier matin, la manifestation réclamant la création d’un pacte social breton a attiré 800 personnes en ville. Contexte économique très difficile, licenciements en série, colère, désespoir… Ces derniers jours, dans les rangs des policiers briochins, il se disait que cette manifestation intersyndicale de défense de l’emploi en Bretagne était susceptible d’attirer plusieurs milliers de personnes en ville. Il n’en a finalement rien été. Hier, à 10 h 30, heure prévue de rassemblement place de la Liberté, on s’est vite rendu compte que la mobilisation ne serait pas à la hauteur des espérances des syndicats, qui affichaient pourtant, et c’est de plus en plus rare, un front uni. Ou presque. CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, Unsa… Dans ce tableau multicolore, où avaient également pris place des militants de différents mouvements politiques, seule Force ouvrière brillait par son absence. Un seul être vous manque…
Motivés mais peu nombreux  Lorsque le cortège s’est mis en branle, derrière la banderole « Pour nos emplois, pour nos territoires : un pacte social pour la Bretagne », on comptait tout de même plusieurs centaines de personnes, drapeaux à la main. 800 exactement. Loin d’être résignées. Et qui se sont époumonées : « Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère. On n’en veut pas, de cette société-là ». Insuffisant toutefois, pour pouvoir faire pression sur quiconque, admettait à demi-mot une militante CFDT dans son micro. « On a été nuls. On a trop tardé à réagir, laissant le temps aux Bonnets rouges, qu’ils soient vrais ou faux, de s’engouffrer dans la brèche », soufflait quant à lui un représentant de Solidaires, à la fois déçu et soucieux de défendre le rôle des syndicats.

Un train de retard  Si ces derniers ont dénoncé « les discours et postures réactionnaires » et réaffirmé leur « refus de la violence, du vandalisme et de la destruction de biens publics », ils semblent toutefois avoir pris un train de retard sur la gronde bretonne. « Nous ne sommes pas très nombreux, confessait un adhérent de la CFE-CGC. Mais 1.500 c’est pas mal quand on sait qu’il y avait deux autres manifestations à la même heure à Rennes et Lorient. Plus une autre à Morlaix dans l’après-midi. » C’est une explication, certes. Mais cette femme croisée rue du 71e-RI, point d’arrivée de la manifestation, en avait une autre. « Ces gens-là ne représentent plus personne. Et ils jouent avec les chiffres pour faire croire le contraire. Moi, c’est à Carhaix que je manifesterai, le 30 novembre. » Et d’assurer que ce jour-là, ils seront nombreux. « Bien plus que 800 ou 1.500 ». Gwendal Hameury

http://saint-brieuc.letelegramme.fr/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/emploi-800-manifestants-pour-un-pacte-social-breton-24-11-2013-2313748.php

Lire la suite

24 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Morlaix samedi 23 novembre

unnameddd

unnaqqqmed

Lire la suite

23 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Morlaix, Gad, « Un abattoir sinon rien ! » (lt)

morlaix

Hier à Lampaul-Guimiliau, les ministres Michel Sapin et Guillaume Garot ont rappelé que l’État planchait sur une reconversion du site de l’abattoir Gad.

Mais le personnel ne veut rien entendre. Il exige que le site reste destiné à l’abattage de porcs. « Ce village était renommé pour son enclos paroissial. Il est désormais connu pour le crash provoqué par la fermeture de l’abattoir ». Voilà comment le maire de Lampaul-Guimiliau, Jean-Marc Puchois, a accueilli, hier matin, les ministres Michel Sapin (Travail) et Guillaume Garot (Agroalimentaire). À la mairie, les membres du gouvernement ont rencontré une trentaine d’acteurs de la région (*). Dehors, un cordon de gendarmes mobiles veillait face à 400 salariés de l’abattoir. « On veut voir ce qu’ils veulent faire du site », prévient Christophe, l’un des ouvriers.
519 emplois proposés  « Il ne faut pas qu’un seul salarié de Gad soit laissé au bord du chemin », a assuré Michel Sapin à l’issue de la réunion. Le ministre a aussitôt rappelé que chaque salarié licencié bénéficiera d’un CSP (Contrat de sécurisation professionnelle) renforcé avec trois volets : 97 % du salaire net pendant un an, un accompagnement renforcé avec un expert pour 20 salariés (contre un pour 50 habituellement) et un volet formation. « 519 emplois sont à la disposition de la cellule de reclassement », a annoncé Michel Sapin « Il y en aurait 290 dans le Finistère, dont la plupart seraient dans l’agroalimentaire, mais ils sont venus sans feuille de route. Nous voulons ainsi avoir une cartographie avec les types de contrat proposés : CDI, CDD… », riposte Olivier Le Bras, délégué FO chez Gad.

« Éviter la friche »  Le ministre du Travail a évoqué la reconversion du site lampaulais. Pro- priétaire de l’abattoir, la Cecab va-t-elle céder les bâtiments ? « Le site appartient à une entreprise (la Cecab), qui a la maîtrise et la propriété des bâtiments », répond le ministre. Michel Sapin a insisté sur le fait que les représentants de la Cecab, présents hier la réunion, ne souhaitent pas que l’abattage de porcs soit maintenu à Lampaul-Guimiliau. Et ce, pour ne pas concurrencer leur site de Josselin (56). Pour Guillaume Garot, « l’objectif est d’éviter que le site soit une friche industrielle. Les projets qui seront examinés devront d’abord trouver une viabilité économique. S’agissant de l’agroalimentaire, il faut faire en sorte que le nouveau projet ne vienne pas en concurrence au sein de la filière porcine, car elle est fragile ».

Échanges vifs et tendus  Durant une dizaine de minutes, les deux membres du gouvernement ont ensuite défendu leurs arguments auprès des 400 salariés ayant investi la salle de la Tannerie, mitoyenne de l’abattoir. Les échanges furent vifs et tendus. C’est ainsi que François Palud, éleveur de porcs à Plouvorn et président de l’Ameb (Association pour le maintien de l’élevage en Bretagne), a invectivé les deux ministres. « On est en train de couper les racines des abattoirs bretons. Il est prévu un plan de suppression de 50.000 truies dans les semaines et mois qui viennent. Il n’y aura plus d’abattage s’il n’y a plus d’animaux. Et ça, les élus ne l’ont pas compris ». De son côté, Olivier Le Bras a fustigé l’idée d’une reconversion du site. « Nous voulons que cet outil reste un abattoir. Des formations, on n’en veut pas. Notre métier, c’est ouvrier d’abattoir et ce n’est pas à notre âge qu’on va retourner à l’école ».  Préfets de Région et du Finistère, sous-préfet de Morlaix, élus du pays de Morlaix, de la Région, du Département, de la CCI de Morlaix, représentants du monde du travail… Jacques Chanteau 23 novembre 2013

Une foule de manifestants attendue cet après-midi

Organisée par une intersyndicale très large, la manifestation départementale pour l’emploi devrait drainer plusieurs milliers de personnes, cet après-midi, à Morlaix. Du coup, le centre-ville sera fermé.

Alors, ils seront combien ? Tandis que la manifestation pour l’emploi s’élancera en milieu d’après-midi de la place Puyo, l’heure était aux pronostics, hier, au centre-ville. Difficile d’avancer un chiffre. Mais il semble bien que l’appel à la mobilisation initié par l’intersyndicale CFDT, CGT, CFTC, CGC-CFE, Solidaires, FSU et Unsa sera bien suivi. D’une part, parce que la région de Morlaix est le symbole de la crise qui secoue l’agroalimentaire. D’autre part, parce qu’une seule manifestation est organisée par département. « Je n’ai pas souvenir d’une telle unité pour l’emploi dans le Finistère sur un seul lieu », souligne d’ailleurs Loïc Guengant (CDFT).

« Un nombre important de manifestants attendu » Alors, 3.000, 5.000, 10.000 ? « On attend un nombre important de manifestants », répondent simplement les syndicalistes du pays de Morlaix, convaincus d’une chose : « On sera bien au-delà du chiffre de Carhaix le 2 novembre ». Ce jour-là, en parallèle à la mobilisation des Bonnets rouges à Quimper, quelque 3.000 personnes s’étaient rassemblées dans la capitale du Poher à l’appel de la CGT, FSU et Solidaires. Une chose est sûre : dans le sillage de quelques leaders syndicaux et politiques nationaux (lire ci-contre), ils seront plusieurs milliers à défiler à partir de 15 h, cet après-midi, pour réclamer que « l’aspect social soit intégré au pacte d’avenir pour la Bretagne » actuellement en chantier. « On veut montrer au gouvernement et au patronat que les salariés doivent être associés aux discussions », indique l’intersyndicale, qui regrette que Force ouvrière ait refusé la main tendue. « Ils ont fait leur choix, on le respecte », note Roger Héré (CGT), qui précise qu’un dispositif de surveillance sera mis en place afin que le rassemblement se passe dans le calme.

« Pas l’intention de livrer bataille » « On n’a pas l’intention de livrer bataille et on n’a pas demandé à la Ville de démonter les abribus », déclarent les représentants syndicaux, selon lesquels, après les 10.000 personnes qui avaient défilé à Morlaix le 19 octobre 2010 contre la réforme des retraites, la mobilisation de cet après-midi « fera sûrement date » dans la Cité du viaduc. Ronan Tanguy

Lepaon, Coupé, Poutou, Front de gauche, coopérative citoyenne. ..

Plusieurs personnalités syndicales et politiques nationales seront présentes cet après-midi dans le cortège. Notamment Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT. Après avoir participé au rassemblement de Lorient ce matin, il rejoindra ses camarades pour le défilé dans la Cité du viaduc. Porte-parole de Solidaires, Annick Coupé foulera également le bitume morlaisien. Tout comme Philippe Poutou, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) lors de la présidentielle de 2012. Par ailleurs, les sections morlaisiennes de plusieurs partis politiques ont appelé à manifester. C’est le cas de la coopérative citoyenne, d’où est issu le candidat socialiste (Jean-Paul Vermot) aux prochaines municipales, mais aussi du Front de gauche, d’Europe Écologie – Les Verts et du NPA. Autres soutiens : les CGT de l’hôpital de Morlaix, de La Poste et de France Telecom, les CFDT défense, protection sociale et construction et bois, ou encore le comité de chômeurs morlaisien.

http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/ville/gad-un-abattoir-sinon-rien-23-11-2013-2312906.php

Lire la suite

13 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Morlaix: Soirée sur la situation des prisonniers politiques palestiniens (of)

Morlaix: Soirée sur la situation des prisonniers politiques palestiniens (of) dans International when-the-b

 Dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale., projection du film « When the boys return » suivi d’un débat avec la participation de Salah Hamouri (en direct de Jérusalem), jeune franco-palestinien libéré en décembre 2011 après 7 ans d’emprisonnement.

Un documentaire sur les prisonniers palestiniens va être projeté pour la première en France, à la Maison des jeunes et de la culture de Morlaix

Dans le cadre de la Semaine de la solidarité internationale, l’Association France Palestine diffuse When the boys return (Quand les garçons reviennent), de la Norvégienne Tone Andersen, un documentaire sur le retour à la vie normale de jeunes Palestiniens à leur sortie des prisons israéliennes.

C’est une première nationale. Faute de distributeur, le film n’a jamais pu être projeté en France. Et ce sera à Morlaix, ce mercredi soir, à la Maison des jeunes et de la culture.

Mercredi 13 novembre, When the boys return, à 20 h 30, à la MJC. Attention, les premiers arrivés seront les premiers servis. Mais pour ceux qui ne pourraient pas assister à cette diffusion, une autre devrait bientôt être programmée.

Organisé par l’association France-Palestine solidarité.

Mercredi 13 novembre, à 20h30,

MJC, 7, place du Dossen, Morlaix.

Contact : afpspaysdemorlaix@yahoo.fr,

http://www.france-palestine.org/

Voir la bande annonce

http://www.ouest-france.fr/culture-loisirs/agenda/annonce/soiree-sur-la-situation-des-prisonniers-politiques-palestiniens-morlaix-2170639

Lire la suite

12 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Plouénan, les salariés de Marine Harvest bloquent le site d’expédition (lt+of)

Plouénan, les salariés de Marine Harvest bloquent le site d'expédition (lt+of) dans Luttes ouvrières marine-harvest-300x217

Depuis 8 h 30, ce matin, une centaine d’employés de Marine Harvest bloquent leur site d’expédition de Plouénan. Ils comptent opérer ce blocus toute la journée. 12 novembre 2013 à 09h23

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/plouenan-les-salaries-de-marine-harvest-bloquent-le-site-d-expedition-12-11-2013-2300514.php

Marine Harvest. Blocus maintenu, actions symboliques à venir

11 novembre 2013 à 17h38

Les salariés de Marine Harvest ont décidé ce lundi en assemblée générale de maintenir le blocus de l’usine de Poullaouen. Ils prévoient également de mener des actions symboliques cette semaine.

*

17H15. Blocus maintenu, actions symboliques à venir L’assemblée générale des salariés de Marine Harvest aura duré trois heures. Trois heures de débats pour en arriver à une conclusion : le blocus du site de Poullaouen va être maintenu. Des actions symboliques sont également prévues cette semaine. Le Comité central d’établissement (CCE) doit se tenir ce mardi à 14 h 30 dans les locaux de l’usine de Poullaouen.

*

14H00. Nouvelle assemblée générale des salariés Depuis 14 h, une nouvelle assemblée générale des salariés de Marine Harvest a lieu dans la salle de pause de l’entreprise située à Poullaouen. Ils doivent décider de la suite à donner à leur mouvement et s’ils continuent ou non à bloquer la production. Ce mardi doit avoir lieu un nouveau CCE, le comité central d’établissement de mercredi n’ayant pas permis d’aboutir à un accord. Samedi, lors d’une réunion où il n’y avait pas assez de personnes pour acter une décision, une possible extension du blocage aux sites de Landivisiau et Plouénan a été évoquée.

*

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/marine-harvest-assemblee-generale-des-salaries-lundi-09-11-2013-2297464.php

http://www.ouest-france.fr/marine-harvest-les-salaries-de-poullaouen-bloquent-le-site-de-plouenan-1705739

Lire la suite

07 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Mjc de Morlaix, mercredi 13 (Afps)

Mjc de Morlaix, mercredi 13 (Afps) dans International salah-hamouri-418735-jpg_277873-300x130

Mercredi 13 , à 20 h 30, à la MJC de Morlaix, première projection en France du film « Quand les garçons reviennent », suivi d’un débat avec Claude Léaustic du Bureau national de l’Association France Palestine, et Salah Hamouri, jeune Palestinien libéré (en direct de Jérusalem) autour de la situation du peuple palestinien et de ses prisonniers politiques.

La soirée est organisée par l’Association France Palestine du pays de Morlaix.

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin