Archive | Morlaix Lannion

07 juillet 2015 ~ 0 Commentaire

lannion: flash mob sans papiers

Lire la suite

02 juillet 2015 ~ 0 Commentaire

hôpital de morlaix: mobilisation contre l’austérité (lo)

manifestants-hopital-SUD

Jeudi 25 juin, à l’appel des syndicats CGT, Sud et FO, 800 agents hospitaliers ont convergé vers Morlaix, venus des différents établissements de santé du Finistère pour protester ensemble contre les mesures d’austérité dont tous sont victimes à un degré ou à un autre. Ils ont rejoint le personnel de l’hôpital de Morlaix, déjà mobilisé depuis plus d’un mois.

Morlaix avait été choisi, car le plan d’économies projeté par la direction au Centre hospitalier des Pays de Morlaix (CHPM) y est particulièrement salé. Selon l’ARS (agence régionale de santé) le budget du CHPM serait en déficit et c’est 2 millions d’euros qu’il faudrait trouver pour les trois prochaines années. Signalons que la dette de l’hôpital auprès des banques se monte à 8 millions 300 000 euros et que bien sûr elles ne seront pas les dernières servies.

Il est question de dégager des recettes supplémentaires grâce à une cotation des actes plus rigoureuse, car les dirigeants de la santé entendent bien que l’hôpital soit avant tout une entreprise profitable. Mais il s’agit avant tout de s’attaquer aux conditions de travail du personnel en réduisant le nombre de jours de RTT qui passerait alors de 18 à 14, en supprimant 22 postes à temps plein, en durcissant les conditions d’avancement, en fermant des lits quitte à tirer au maximum sur les conditions de travail déjà de plus en plus insupportables. Toutes ces attaques bout à bout représentent une économie de 880 000 euros aux dépens du personnel.

Depuis l’annonce de ce plan, le personnel s’est mobilisé à plusieurs reprises. Le 28 mai, 500 agents ont manifesté dans les rues de Morlaix. Tout le monde a ressenti cette manifestation comme un succès car elle démontrait que le mécontentement n’était pas cantonné à quelques services. Depuis, les assemblées appelées par les trois syndicats CGT, Sud et CFDT ont rassemblé entre 100 et 200 personnes. Des débrayages ont eu lieu à plusieurs reprises. Il s’agit de ne pas désarmer, de continuer à interpeller la direction. Outre le refus de subir les attaques de son plan, ce qui choque la plupart des participants est la volonté de rentabiliser la santé au détriment des soins. La mobilisation des personnels de l’AP-HP en région parisienne est regardée avec sympathie. Chacun sait bien que c’est la même politique qui est mise en œuvre partout.

La veille de la journée d’action du 25 juin, à l’appel de l’intersyndicale, les agents avaient bloqué à une soixantaine le conseil de surveillance de l’hôpital. Il a été reporté au 3 juillet.

La mobilisation se poursuit et un nouveau débrayage était prévu le 3 juillet pour interpeller une nouvelle fois les représentants au conseil de surveillance.

Correspondant LO 1 Juillet 2015

Lire la suite

20 juin 2015 ~ 0 Commentaire

roscoff: manifestation des salariés de la clinique kerlena (tc)

Manara-marre

Le personnel de la Clinique Kerléna, appuyé par ses délégués et le syndicat CGT, a manifesté, hier, sa détermination à faire valoir ses droits dans une conjoncture qu’il considère comme «une impasse».

Une délégation a rencontré, dès 9 h, Joseph Séïté, maire, conscient de la gravité de la situation et qui devait évoquer immédiatement «la question des équilibres mêmes des acti- vités santé sur le territoire» au Conseil d’administration de la Fondation Ildys, à Perharidy.

L’ensemble du personnel a observé un débrayage devant l’établissement à 11 h, au cours duquel Angélique Caroff, déléguée CGT, a dénoncé comme «un fait accompli», le transfert de l’activité vers Landerneau ou Brest, bien loin des «valeurs d’esprit de famille, de transparence et d’humanisme» revendiqué par le groupe Le Noble Age, lors du rachat de la clinique.

«Insécurité face à l’avenir» «Depuis 2013, les conditions de travail, la perte des acquis et la diminution de primes pour le personnel ont augmenté l’insécurité face à l’avenir», a rappe- lé la déléguée CGT, qui a fait part de sa démarche auprès de la direction et d’une respon- sable du Noble Age pour l’alerter sur «les difficultés financières ainsi qu’organisationnelles de travailler dans la région brestoise pour certains salariés».

Jean-Jacques Labous, de l’UL CGT, a, lui, mis en évidence les difficultés de prise en charge des patients âgés du Haut Léon qui souhaitent avoir des soins de proximité près de leurs familles. «Certains patients de l’hôpital de jour, dont le domicile est à une distance supérieure à 50 km du nouveau bâtiment, pourront-ils être pris en charge?».

Franck Monfort, délégué syndical CGT de Ildys, a engagé les personnels de Kerléna, dont «le droit évident est de travailler où ils vivent, à prendre les moyens de se défendre sans attendre au moyen de la grève et d’une opération escargot entre Roscoff et Morlaix, par exemple».

Brève publiée le 20 juin 2015 Le Télégramme, 20 juin 2015 :

Lire la suite

02 mai 2015 ~ 0 Commentaire

1er mai à guingamp

guigamp

Près de 200 personnes au rassemblement du 1e r mai 

À l’appel de l’intersyndicale (CGT, Solidaires, FSU, FO), près de 200 personnes ont pris part au rassemblement du 1er mai sur le parvis de la gare à Guingamp.

Un rassemblement qui a permis de délivrer un message de solidarité internationale, mais aussi de lancer un appel à manifester, à Paimpol, le 23 mai, pour défendre la ligne de chemin de fer. Deux rails, représentant le tronçon Guingamp-Paimpol, avaient été apposés et ont été ironiquement « inaugurés », hier matin, avant que le cortège ne s’élance dans le centre-ville.

Lire la suite

15 avril 2015 ~ 0 Commentaire

extraction de sable en baie de lannion (fr3 + lt)

macron

 Concession limitée accordée par Emmanuel Macron

Le ministre de l’Economie a accordé mardi une concession pour l’extraction de sable coquillier dans la baie de Lannion, de manière limitée et progressive. Une décision désapprouvée par les opposants au projet qui ont quitté la réunion à Bercy avant sa fin.

Dans un communiqué, le ministère de l’Economie précise qu’après concertation, Emmanuel Macron accorde la concession «Pointe d’Armor» en garantissant la prise en compte des enjeux environnementaux et socio-économiques. Il précise que « Pour prendre en compte les considérations des parties prenantes locales, le projet a été révisé et encadré avec notamment l’impossibilité d’extraire durant la période estivale ». Le communiqué rajoute qu’ « il faut être vigilant et démarrer progressivement avec un suivi strict pour pouvoir déceler tout impact imprévu et adapter en conséquence le projet ».
*
Concession accordée selon différentes modalités:
- le volume d’extraction sera limité à 250 000 m3 par an maximum contre 400 000 m3 par an envisagé initialement;
- l’extraction sera très progressive les premières années: 50 000 m3 la première année, 100 000 la deuxième année, puis 150 000 pendant les trois années suivantes;
- l’extraction sera interdite durant la période estivale, c’est-à-dire entre mai et août inclus, pour ne pas gêner l’activité touristique. En dehors de ces périodes, la pré- sence du navire sur zone est estimée à deux heures et demie par jour et, au plus, environ 44 jours la première année, 87 jours la deuxième année, 130 jours/an de la troisième à la cinquième année ;
- un état initial environnemental précis sera établi avant le début de l’extraction. Il servira de base à un suivi régulier à travers une commission de suivi réunissant régulièrement les parties prenantes sous l’égide du préfet.De plus l’arrêté préfectoral ne sera initialement délivré que pour une période d’un an « afin de rendre effectif le suivi des opérations d’extraction et en permettre l’arrêt si nécessaire ».
*
Pas une question de volumes mais de biodiversité selon les associations Alain Bidal, le président du collectif d’associations « Le peuple des dunes du Trégor », a aussitôt fait connaître son mécontentement. Les opposants au projet ont d’ailleurs quitté la réunion avant sa fin pour manifester leur désapprobation à la décision du ministre. Qu’elle soit limitée ou non, les opposants estiment que ce projet va mettre en péril l’écosystème et la pêche: « Le problème ne réside pas dans les volumes. Dès l’instant où l’on attaque la dune, on attaque la biodiver- sité ». Et d’ajouter « La baie est en danger, non seulement d’un point de vue environnemental, mais aussi sur le plan de l’emploi. Les premiers touchés, ce seront les pêcheurs professionnels ». Le président de l’association a tenu à rappeler que toute la région de Lannion était vent debout contre ce projet. Une manifestation en janvier avait rassemblé entre 4 500 et 7 000 personnes contre l’extraction de sable.
*
Une extraction au large pour les élus Les élus de Lannion-Trégor communauté ainsi que plusieurs parlementaires de la région, opposé également à l’exploitation de ce sable coquillier, regrettent que leur proposition de repousser plus au large ce projet, n’ait pas été entendue. Ils reconnaissent néanmoins que la concession minière accordée est accompagnée de contraintes « limites acceptables » pour l’exploitant.
*
L’exploitant satisfait de la décision (pour une surprise! note du blog) La Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN), filiale du groupe breton Roullier, avait présenté en 2009 une demande d’exploitation des sables coquilliers marins en baie de Lannion qui prévoyant l’extraction chaque année, pendant 20 ans, de 400.000 m3 de ce sable destiné à amender les terres agricoles afin de diminuer leur acidité. A l’issue de plus de 5 ans d’attente pour le permis d’exploiter, la société s’est montrée satisfaite de la décision du ministre, la considérant comme « sage ». Malgré les multiples contraintes imposées, le projet reste « viable ».
Par Thierry Peigné Publié le 14/04 mis à jour le 14/04 18:35
*
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2015/04/14/extraction-de-sable-en-baie-de-lannion-concession-limitee-accordee-par-emmanuel-macron-704539.html

Commentaire: Comme disait Sarko: « L’écologie, çà commence à bien faire! »

*
Sauvegarde du Trégor. Des recours en justice envisagés pour la baie de Lannion (Le Télégramme)
A la suite du feu vert donné par le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, sur l’extraction de sable dans la baie de Lannion, les associations expriment leur mécontentement.
*
C’est le cas notamment de Sauvegarde du Trégor. Après cette annonce, les membres de Sauvegarde du Trégor étudient toutes les possibilités pour conteste devant la justice cette autorisation. L’association met en avant la protection du patrimoine naturel et des richesses halieutiques, biologiques et touristiques de la région concernée.
*
Sauvegarde du Trégor a également pointé du doigt deux problèmes, comme la non-avancée des arguments de protection de la biodiversité ainsi que le déve- loppement du périmètre Natura 2000 qui aurait pu être utile , selon l’association, pour empêcher cet aval du ministre de l’Economie. L’association veut proscrire les extractions de sable dans les baies de façon plus globale.
*

Lire la suite

15 avril 2015 ~ 0 Commentaire

morlaix jeudi 16 avril, ciné-débat à la salamandre (afps)

salam1.jpg

PALESTINE : LA CASE PRISON – un film de Franck Salome

  • Jeudi 16 Avril 2015 à 20h

    La projection sera suivie d’un débat avec Claude Léostic, Présidente de La Plateforme des ONG Françaises pour la Palestine et

    Yves Jardin du groupe de travail « Prisonniers », de l’AFPS

    Soirée organisée à l’occasion de la journée internationale des prisonniers politiques palestiniens par les groupes locaux de :

    LDH – AFPS – ACAT Avec le soutien de : Amnesty International

    Pour plus d’informations, cliquez ici

Lire la suite

03 avril 2015 ~ 0 Commentaire

les élections départementales (npa)

npa agricol

Carhaix (29) : un succès et un espoir

Poursuivant la dynamique unitaire et radicale des élections municipales, nos camarades du NPA ont proposé au Front de gauche du canton une liste unitaire anticapitaliste et anti-austérité parfaitement indépendante du PS et de Christian Troadec, maire régionaliste de Carhaix où siège en tant qu’élu d’opposition le porte-parole du NPA Keiz Breizh, Matthieu Guillemot.

Le binôme titulaire était composé de Marie-Pierre, sympathisante du FDG, adjointe au maire de Berrien, et de José, maire de Motreff, apparenté NPA, tandis que le binôme suppléant réunissait Noëlle, la porte parole du FDG centre Bretagne, et Matthieu, conseiller municipal et porte-parole du NPA Kreiz Breizh.
La dynamique enclenchée lors des municipales, en lien avec les luttes de ces derniers mois, s’est poursuivie et s’est amplifiée puisque la liste « Contre le capitalisme et l’austérité, on ne lâche rien » est arrivée en 3e position, devant le PS et le FN , frôlant les 17 % des voix.

Il est à remarquer que ce score est le meilleur à la gauche du PS dans tout le Finistère, avec des pointes à 40 % des votantEs dans plusieurs petites villes du canton. Une campagne active, collective, résolument anticapitaliste et écologiste, faite de nombreuses rencontres avec la population et de réunions publiques, dont celle à laquelle a participé Philippe Poutou avec plus de 70 personnes (cf. l’Anticapitaliste n°279).

Cette campagne et ce score ont évidemment créé une fois de plus la surprise dans la région de Carhaix, ce qui a fait dire à un journaliste de Ouest France que, de Carhaix à Huelgoat, on est passé « des montagnes noires aux montagnes rouges ». De bon augure !

Bégard (22) : une campagne dynamique

Lors de ces dernières élections départementales, le NPA présentait seul une liste sur le canton de Bégard. Une liste bouclée quelques jours avant la date limite de dépôt, après le refus de LO de s’y joindre, et alors que trois autres listes étaient déjà annoncées : une liste PS-PCF, une liste de droite et une liste FN.

Dans ce canton historiquement ancré à gauche, nous étions les seuls à nous opposer clairement aux politiques d’austérité, qu’elles soient menées nationa- lement ou localement. Autour de la défense des services publics, de la nécessaire amélioration des conditions de travail et de vie ou encore de l’exigence d’une réorientation du système agricole, la campagne a connu une certaine dynamique dans un contexte morose. Point d’orgue : plus de 50 personnes, pour beaucoup militantEs syndicaux ou associatifs, sont venues échanger dans une ambiance chaleureuse avec les candidatEs et Philippe Poutou le 19 mars à Saint-Laurent (500 habitantEs).

Cela s’est exprimé dans les urnes : la liste a récolté 9,02 %, en progression par rapport à 2008 où la LCR avait fait 7,38 % sur le même canton, alors plus petit. Un point d’appui pour redéployer une activité militante, notamment sur deux fronts de lutte locaux : pour le maintien et l’amélioration de la ligne ferroviaire Paimpol-Guingamp et contre un projet minier dans le secteur. Ombre brune au tableau, le score du FN (20,04 %), qui n’était pas présent aux cantonales précédentes, nous rappelle que la lutte contre les politiques d’austérité est indissociable de la lutte déterminée contre les idées réactionnaires qui divisent le monde du travail.

http://npa2009.org/actualite/le-npa-dans-les-elections-departementales

Lire la suite

25 janvier 2015 ~ 0 Commentaire

6000 personnes contre l’extraction de sable à lannion (of + fr3)

 6000 personnes contre l'extraction de sable à lannion (of + fr3) dans Luttes écolos en Bretagne dessin_EG_-_Dunes_2_3_-a5682

Ce samedi matin, à l’appel du collectif Peuple des dunes, des milliers de Trégorrois ont manifesté. A leur tête: tous les élus locaux, vent debout.

Les élus locaux, avec leurs écharpes, ont pris la tête du long cortège ce matin dans les rues de Lannion. Le projet d’extraction de sable de la Can, Cie armori- caine de navigation, même revu à la baisse, fait l’unanimité contre lui. Pour les nombreux participants, la baie doit être protégée. Pour l’environnement, les pois- sons, les oiseaux des Sept-Iles, les pêcheurs professionnels, les plaisanciers…

« C’est un projet absurde, entre deux zones Natura 2000. Un projet inimaginable, mais qui a fait son chemin dans la chaîne administrative » déplore Alain Bidal, président de Peuple des dunes. (…)

Les pêcheurs de la zone, qui craignent pour leur activité, ont eux aussi pris la parole. « On ne comprend pas que des sociétés privées viennent piller la baie de Lannion. La mer faut pas la privatiser, elle est à tout le monde. » Ils envisagent des actions « illégales et hors-la-loi, pour se faire entendre. La colère monte. J’espère que Monsieur Macron va l’entendre. »  24 Janvier

http://www.ouest-france.fr/environnement-6000-personnes-contre-lextraction-de-sable-lannion-3139509

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2015/01/24/forte-mobilisation-lannion-contre-le-projet-d-extraction-de-sable-639353.html

Lire la suite

19 janvier 2015 ~ 0 Commentaire

morlaix gaspare

gaspare

Le Gaspare Fulup Plouzané, 1er adjoint à la mairie de Commana et membre du Collectif des élu-e-s opposé-e-s à la centrale, animera une « causerie en breton », mercredi 21 janvier à 20h30, au pub The Greystones, 13 rue Gambetta à Morlaix.

Il y sera question du projet de centrale.

Le Collectif GASPARE

http://www.nonalacentrale.fr/wp-content/uploads/2011/04/1866-TG-18.01.15.jpg

gasp

Lire la suite

15 janvier 2015 ~ 0 Commentaire

morlaix: échalotes, les producteurs déversent 3000 tonnes sur la rn12 (fr3)

morlaix

Après s’être réunis à Morlaix dans la matinée, les producteurs d’échalote et leurs 300 tracteurs ont pris la direction de la RN12 axe Morlaix-Brest. Ils sont en train d’y déverser leurs 3000 tonnes d’échalotes. Au même moment les représentants de la filière sont pourtant reçus à la préfecture.

La voie express est actuellement bloquée dans les deux sens au niveau de l’échan- geur de Penn Prad et des 4 chemins. des déviations locales ont été mises en place

A l’origine de ce mouvement : les producteurs d’échalote du Nord Finistère protestent contre la concurrence déloyale de l’échalote des Pays-Bas. Selon le communiqué de presse de la profession : «  en 5 ans, l’échalote de semis, produit industriel, originaire des Pays-Bas a pris 20 % du marché français. Un coup dur pour les producteurs de Bretagne et du Val de Loire qui représentent plus de 80 % de la production européenne (40 000 tonnes).

La filière échalote traditionnelle à l’origine de 3 000 emplois est en péril. Les échalotes traditionnelles sont actuellement à 0,05 € le kilo alors que l’année passée elles étaient à 0,30 €, en dessous du prix de revient qui est de 0,40 €. Les producteurs produisent à perte.

Hubert Le Nan, nouveau président de la Section Nationale des Producteurs d’Echalotes Traditionnelles, souhaite avant tout pousser l’Etat français à faire avancer le dossier suite aux deux rencontres (mai 2014 et septembre 2014) avec le ministère de l’Agriculture restées sans suite. Mais également informer le consommateur qui achète des « oignons déguisés en échalotes ».

  • Par Maylen Villaverde
  • Publié le 14/01/2015 | 11:33, mis à jour le 14/01/2015 | 16:46

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/2015/01/14/echalotte-300-tracteurs-convergent-vers-morlaix-632410.html

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin