Archive | Morlaix Lannion

19 avril 2017 ~ 0 Commentaire

pot (npa bear lannuon gwengamp)

pout ph 1

Le dragon est le symbôle du Trégor (Ruz evel just! Rouge bien sûr!)

Lire la suite

18 avril 2017 ~ 0 Commentaire

sable lannion (le trégor)

lannion

Baie de Lannion. Ségolène Royal sommée de bloquer « de façon irréversible » l’extraction de sable

L’extraction de sable en baie de Lannion n’est que suspendue. Pour éviter une reprise sitôt les élections passées, le Peuple des dunes interpelle la ministre Ségolène Royal.

Période électorale oblige, le dossier de l’extraction de sable coquillier en baie de Lannion se fait discret. Mais, les opposants le savent, les grandes déclarations à ce sujet de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, n’emportent qu’une suspension du projet. Aussi, ils ne désarment pas et le font savoir. Vendredi 14 avril, Alain Bidal, président du collectif Le Peuple des dunes en Trégor, vient ainsi d’adresser un nouveau courrier à la ministre :Nous restons vigilants et nous espérons, qu’après mai 2017, aucune autorisation préfectorale ne sera donnée autorisant à nouveau les extractions en baie de Lannion, prévient-il. Madame la Ministre, nous vous sollicitons une nouvelle fois afin de vous demander de bloquer juridiquement, de façon irréversible, ce dossier afin que soient respectés l’environnement et les emplois locaux non délocalisables.

« La colère des Trégorois est vive et tenace »

Si les extractions devaient reprendre après l’élection présidentielle, le collectif organiserait le premier dimanche qui suit une manifestation de grande ampleur à Lannion, « comme nous l’avons fait le 25 janvier 2015, où 7 000 personnes sont venues nous soutenir ». Alain Bidal conclut : Nous n’accorderons jamais notre confiance à l’exploitant et il n’y aura jamais d’apaisement. La colère des Trégorois est vive et tenace.

La pétition en ligne du collectif Le Peuple des dunes en Trégor a déjà recueilli plus de 154 000 signatures contre ce projet.

18/04/2017
 
http://www.letregor.fr/

Lire la suite

15 avril 2017 ~ 0 Commentaire

jaudy (le télégramme)

jaudy

Lire la suite

13 avril 2017 ~ 0 Commentaire

lannion (npa)

LOGO NPA LGB

PrêtEs à battre la campagne

Le NPA n’était plus présent depuis plusieurs années sur la ville.

Depuis quelques mois, de nouveaux adhérents se sont regroupés au sein du comité de Guingamp-Bégard.

Ainsi s’est constitué un nouveau comité sur toute cette zone ouest du département. La venue de Philippe Poutou à Bégard le 16 février dernier avait drainé dans le contexte de l’élection présidentielle une centaine de personnes lors d’une réunion publique sur Bégard. Nous avons donc décidé de réapparaître publiquement sur Lannion.

La réunion animée par Armelle Pertus, porte-parole de campagne, a rassemblé 25 personnes : militantEs et sympathisantEs ont débattu autour des thèmes de notre campagne.

Militants syndicaux, jeunes de Nuit Debout Lannion, mais aussi des personnes qui n’ont jamais eu de contact avec le NPA, ont écouté tour à tour, Richard du NPA Lannion, ainsi que Gilles, responsable syndical qui a évoqué la situation du prolétariat agricole saisonnier dans le coco paimpolais. Enfin, Armelle Pertus a déroulé le programme du NPA et le sens de la candidature de Philippe Poutou.

La discussion animée a largement abordé les luttes sociales, dont celle de la loi travail, la préparation du « premier tour social » du 22 avril, et la nécessité de la riposte de notre classe.

Prise de contacts et discussions en petit groupe en fin de réunion ont permis de renforcer notre présence locale. Munis d’affiches, d’ autocollants, du programme du NPA, chacunE est reparti près à battre la campagne. Et dans notre région rurale et maritime, ce n’est pas un euphémisme…

Jeudi 13 avril 2017,

https://npa2009.org/

Contactez le NPA Ouest 22:

npa.bear@gmail.com

NPA
11 Fot Bihan
22124 SAINT LAURENT

http://npabear.blogspot.fr/

Lire la suite

13 avril 2017 ~ 0 Commentaire

lisier (eaux et rivières)

eau e

Nos rivières anéanties par le lisier

5 espèces de poissons détruites : saumon, truite, chabot, loche, vairon. Arrêt du pompage, interdiction de pêche, de baignade, 13 kms du Jaudy sont aujourd’hui anéantis

7 km de la Flêche, merveilleuse rivière à truites de mer du nord Finistère, 13 km au minimum du Jaudy, rivière à truites et à saumons du nord ouest des Côtes d’Armor.

En quelques heures, des milliers de poissons morts, des cours d’eau anéantis pour plusieurs années, des millions d’euros d’argent publics investis en vain pour lutter contre la pollution, restaurer les milieux aquatiques, faire remonter truites et saumons.

Coupables : des élevages porcins: des dizaines de m3 de lisier déversés dans la Flêche et le Jaudy, provoquant arrêt des pompages d’eau par les collectivités et mortalités des poissons : chabots, lamproies de planer, vairons, truites fario, truites de mer, saumons, tout est détruit !

Vanne non fermée dans un cas, un mur qui s’écroule dans l’autre, sans doute la faute à pas de chance…

En ces temps où il est de bon ton de critiquer les normes, de contester les contrôles, de réclamer plus de liberté pour encore aggraver la concentration des élevages dans notre région, chacun appréciera !

Eau & Rivières de Bretagne va en tout cas demander des comptes et des expli-cations.

Des comptes sur les contrôles effectués avant ces pollutions dans les élevages concernés. Des explications sur leur conformité aux règles en vigueur. Car soit elles sont conformes et les règles sont insuffisantes, soit elles n’ont pas été respectées, et la justice devra alors s’exercer.

Car, au moment où la Bretagne se souvient 50 ans après de la terrible marée noire du Torrey Canyon, la marée brune de ces jours derniers constitue à l’échelle des bassins de la Flêche et du Jaudy, un désastre écologique de la même ampleur.

http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/

eau

Lire la suite

28 mars 2017 ~ 0 Commentaire

sable lannion (npa)

pirate

L’extraction des sables, « Nann trugarez » « Non merci » !

Entretien. Nous avons rencontré Patrice Desclaud de l’association « Eau et rivières », opposant et expert militant.

Peux-tu nous dire quel est le problème ?

Il s’agit de l’extraction de sable coquillier d’une dune sous-marine dans la baie de Lannion par la CAN (Compagnie armoricaine de navigation), filiale du groupe Roullier, groupe multinational basé à Saint-Malo, avec des filiales dans l’agroalimentaire, doté d’un solide carnet d’adresse et d’utiles amitiés politiques, comme Le Drian…

Avec nos associations environnementales, les élus et les pêcheurs, nous combattons ce projet soutenu par des agriculteurs qui disent en avoir besoin. Selon nous, l’étude environnementale a été bâclée. Aucune recherche sérieuse sur le lançon, dont plusieurs variétés abondent sur le site, nous l’avons prouvé.

Et puis des doutes subsistent sur la destination du sable extrait : on nous annonce un usage local pour l’agriculture qui est avéré, mais que des pratiques agricoles différentes pourraient diminuer nettement, et quand nous avons « pisté » le sable extrait par la CAN (via le suivi en ligne des navires), nous en avons trouvé la trace à Rotterdam, en partance pour l’Allemagne… Il est clair que la logique industrielle de court terme, qui vise pour le groupe Roullier à retirer le maximum de profit de cette extraction, prend le pas sur une logique environnementale de long terme que nous peinons à imposer.

Qui a pris la responsabilité politique de permettre l’extraction ?

La demande de la CAN date de la fin 2009. Depuis, il y a eu plusieurs ministres de l’Environ- nement et de l’Industrie, mais c’est Emmanuel Macron qui a donné son accord en 2015. Cer- tes, la quantité accordée est moins importante que celle demandée (250 000 tonnes par an sur 15 ans au lieu de 400 000 tonnes par an sur 20 ans). Certes une période d’interruption annu- elle a été décidée pour la période estivale (alors que les études environnementales montrent qu’il faudrait suspendre en hiver pour préserver la faune !). Mais le décret est paru en septem- bre de la même année, suivi de 3 arrêtés préfectoraux que nous avons contestés. Et malgré les déclarations de Ségolène Royal, malgré les recours, l’exploitation a débuté en septembre dernier.

Quelles perspectives pour votre mobilisation ?

Les opposants sont organisés dans plusieurs associations, notamment «Le Peuple des dunes» et « Eau et rivières » dont je fais partie. Plusieurs manifestations ont regroupé des milliers d’opposants. Tous les élus ont pris position contre le projet, parmi lesquels Corinne Erhel, députée socialiste de Lannion… maintenant engagée auprès de Macron ! Des parts de dune ont été vendues symboliquement, clin d’œil aux GFA du Larzac et de Plogoff.

peuple

La prochaine manifestation prévue est un Fest-noz le 15 avril à Plestin-les-Grèves. Dans le même temps, les recours juridiques se poursuivent, et nous cherchons à faire annuler le décret autorisant l’extraction. Cette question se pose à tous les candidats à la présidentielle, et ­Philippe Poutou a déjà confirmé son opposition à ce décret.

Propos recueillis par Vincent Gibelin Lundi 27 mars 2017

Lire la suite

25 mars 2017 ~ 0 Commentaire

roscoff (fr3)

manifestants-hopital-SUD

Au moins 5 000 manifestants pour défendre le centre de Perharidy

Au moins 5 000 personnes ont manifesté ce samedi matin, à Roscoff.. C’était une très grosse manifestation de soutien au centre de Perharidy. Les manifestants dénoncent la réforme du financement des activités des soins de suite et de réadaptation, qui menacerait le centre.

C’est une véritable démonstration de force de la part des habitants de la région de Roscoff. Ils étaient 5 000 à battre le pavé dans le calme, en soutien au centre de rééducation de Perharidy, ce samedi matin. Parmi eux, des élus, des représentants syndicaux, du person- nel du centre de rééducation et donc des habitants de la région. Tous s’inquiètent pour l’avenir du site de Perharidy. Suite à la réforme du financement des activités de soins de suite et de réadaptation, il va changer de mode de financement, comme l’ensemble des centres de rééducation.

Pourquoi manifestent-ils?

Il s’agit d’un système de tarification à l’activité (T2A), qui se base sur des groupes homogènes de malades pour mesurer l’activité des sites et fixer ensuite leur budget. Ce modèle est déjà en place dans les hôpitaux depuis 2005. Ce mois-ci, il va être mis en place dans les établisse- ments de rééducation.

Dans ces centres, comme Perharidy, Kerpape ou Tréboul ou Trestel, ce type de tarification pose question, car ils n’accueillent pas de groupes de patients homogènes. Ils offrent des soins adaptés, individualisés qui coûtent cher. Avec ce nouveau mode de financement, le centre pourrait voir son budget amputé de 33 % sur cinq ans.

La Bretagne en pointe au niveau de ces établissements de rééducation.

Dans les domaines du handicap, de la rééducation et de la réadaptation fonctionnelle, peu de régions françaises peuvent compter sur autant de sites reconnus : Kerpape à Ploemeur (56), Perharidy à Roscoff (29), Tréboul à Douarnenez (29), Trestel, à Trévou-Tréguignec (22), Bodiffé à Plémet (22), clinique Saint-Yves à Rennes… Ils développent des savoir-faire uniques : Kerpape est aujourd’hui le plus grand centre de rééducation fonctionnelle d’Europe ; Perharidy occupe une place majeure dans la lutte contre la mucoviscidose chez les enfants et les adultes, les maladies cardio-vasculaires. A Saint-Yves à Rennes, on accueille les patients pour de la rééducation digestive et nutritionnelle.

S.Salliou 25/03/2017

http://france3-regions.francetvinfo.fr

Lire aussi:

Nouveau mode de financement : les centres de rééducation bretons dans la tourmente (Fr3)

Les travailleurs de la santé répondent à Fillon : « Nous avons besoin de personnel car nous travaillons avec les humains » (RP)

Lire la suite

24 mars 2017 ~ 0 Commentaire

perharidy roscoff (cfdt, cgc, cgt, sud)

roscoff

Il faut participer à la marche citoyenne du samedi 25 mars à Roscoff pour sauvegarder les 600 emplois à Perharidy

Que se passe-t-il à Perharidy ?
.
Pourquoi cet établissement centenaire est-il en danger ?
.
La réforme du financement des activités de soins dite « Dotation Modulée à l’Activité » entre en vigueur progressivement à partir du 1er mars 2017.
.
Bien que la Fondation Ildys ait toujours développé ses prises en charge en concertation avec l’Agence Régionale de Santé avec qui elle a signé régulièrement des Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens validant ainsi les projections financières, cette réforme entraîne immédiatement une réduction des budgets des services de soins de suite et de réadaptation des sites de Roscoff (Perharidy /St Luc) et du service de pédiatrie du site de Brest.
Alors que l’accueil de patients complexes nécessite d’une part une infrastructure, des plateaux techniques spécialisés et du matériel coûteux et d’autre part du personnel qualifié en nombre suffisant (médecins spécialistes, infirmières, rééducateurs…) le nouveau mode de calcul élaboré par l’état n’en tient pas compte et pénalise lourdement les services qui les prennent en charge.
.
Comment cela se traduit-il ?
.
Lorsqu’un patient ayant plusieurs pathologies associées comme une personne obèse, ampu- tée et dialysée, par exemple, est prise en charge au centre de Perharidy, elle y est bien sûr traitée pour l’ensemble de ses problèmes médicaux en sollicitant tous les professionnels spécialisés requis et en utilisant les matériels spécifiques indispensables. La réalité des soins n’est cependant pas celle des finances car pour ce type de prise en charge, le nouveau mode de calcul (la DMA) ne valorise qu’une seule pathologie ne tenant donc aucun compte, finalement, de 2/3 des soins réalisés !
.
Quel avenir pour les patients et l’emploi ?
.
Les patients :
S’il faut réellement faire 33 % d’économies d’ici 5 ans, la seule solution possible est de réduire dans la même proportion les emplois. Mais avec un tiers d’un personnel hautement spécialisé et travaillant en équipe pluridisciplinaire en moins, comment prendre en charge les pathologies complexes telles que : la mucoviscidose, les traumatisés crâniens, la sclérose en plaques, les accidents vasculaires cérébraux, les polytraumatisés… sans oublier l’ensemble des prises en charge pédiatriques.
.
La richesse de cet établissement tient avant tout au fait que l’ensemble des professionnels travaillent en complémentarité dans le but d’offrir le meilleur du soin à tous les patients et leurs diverses pathologies. Le risque, c’est de voir répartir cette offre de soin sur plusieurs établis- sements au détriment des patients qu’il faudra déplacer au grès de leurs consultations, exa- mens ou soins médicaux , leur infligeant un inconfort ainsi qu’à leur famille.
Le risque c’est aussi de voir disparaître ou se disloquer des équipes expertes dans leur domai- ne ; le centre de Perharidy est entre autre l’un des centres de ressources et de compétences national pour la mucoviscidose.
.
L’emploi :
Sans le financement adéquat, c’est la survie de Perharidy avec ses 600 salariés et la viabilité économique des communes voisines qui sera impactée. Pour un emploi supprimé, c’est trois emplois indirects qui sont menacés. Notre territoire a déjà été lourdement ébranlé par la ferme- ture des abattoirs GAD à Lampaul-Guimillau, il y a trois ans et va l’être à nouveau par la délocalisation annoncée de la clinique Ker Léna de Roscoff en 2018. La situation est critique et nous sommes tous concernés ; patients, usagers, citoyens, élus et salariés.
.
Que demandons-nous ?
L’intersyndicale CFDT CFE-CGC CGT SUD de la Fondation Ildys demande au gouvernement que la Dotation Modulée à l’Activité telle qu’elle est mise en place depuis le 1er mars 2017 soit abandonnée ou modifiée pour les SSR spécialisés comme le centre de Perharidy.
.
Venez participer à la marche citoyenne 
du samedi 25 mars à Roscoff 
pour défendre notre qualité des soins et nos emplois.
.
Rendez-vous au parking de la gare SNCF de Roscoff à 10h30 
.
Aidez nous à sauver ce qui peut l’être en relayant cette information

Lire la suite

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

lannion (sortir du nucléaire)

lannion tregor

Déchets nucléaires : film et débat à Lannion

Depuis plusieurs années, à Bure (Meuse), les militants antinucléaires s’opposent au projet d’enfouissement souterrain des déchets nucléaires.Pour informer sur les enjeux de ce dossier, Sortir du Nucléaire-Trégor invite à la projection du film intitulé « Déchets nucléaires, 100 000 ans sous nos pieds » de Dominique Hennequin, suivie d’un débat animé par Irène Gunepin, militante de Bure.
.
Jeudi 23 Mars 20h30 Salle de Conférence Espace Sainte-Anne.

En toile de fond du débat sur Bure, Sortir du Nucléaire-Trégor place la sécurisation d’une partie du site de l’ancienne mine d’uranium de Buhulien

lannion sdfn

Et aussi:
.
Lundi 27 Mars à 18H30
Rassemblement pour l’Abolition des Armes Nucléaires Place du Marc’hallac’h  Lannion
sdn-tregor@laposte.net
.
https://sdntregor.wordpress.com/
.
17/03/2017  Erwann Hire
.
http://www.letregor.fr

Lire la suite

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

hôpital morlaix (ouest france)

manifestants-hopital-SUD

Trois nouveaux préavis de grève ont été déposés par la CGT du centre hospitalier du pays de Morlaix.

La CGT a déposé trois nouveaux préavis de débrayage au centre hospitalier du pays de Morlaix (CHPM). Le syndicat appelle « chaque service à se joindre au mouvement » et à penser « collectif ».

Dans leur communiqué, les syndicalistes reviennent sur leur dernière mobilisation (14 mars) : « Une centaine d’agents du CHPM sont venus exprimer leur vécu et leur mal être sur le terrain. Des échanges ont eu lieu entre les agents et la direction, des échanges vifs décrivant les conditions de travail qui se dégradent dans de nombreux services : An Haleg, Carhaix, Urgences, UHCD, ambulances… » et informent que « de nouvelles fermetures saisonnières de lits ont été annoncées », notamment en cardiologie, chirurgie, pédiatrie.

Les débrayages sont prévus:

Mercredi 22 mars, de 14 h 15 à 15 h 15 (CTE bis) ;

Jeudi 23 mars, de 14 h à 15 h (CME) et

Vendredi 24 mars, de 9 h 15 à 10 h 15 (Csurv.).

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin