Archive | Morlaix Lannion

07 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

morlaix (retraites)

ob_a24fd7_manif-8-octobre-2019-2

Lire la suite

03 octobre 2019 ~ 0 Commentaire

lannion sans-papiers (le trégor)

Migrants

Lannion. Le collectif de soutien aux sans-papiers occupe la Maison du département

Depuis jeudi midi, le collectif de soutien aux sans-papiers occupe la Maison du département à Lannion pour défendre une famille. Un sursis a été obtenu.

Une vingtaine de personnes du collectif de soutien aux sans papiers occupent depuis jeudi midi, la Maison du département à Lannion pour soutenir une famille. « Nous resterons là le temps qu’il faudra, y compris cette nuit ».

Débouté du droit d’asile

Le collectif des sans-papiers soutient la famille Tombo. Ce couple angolais avec trois enfants était venu, ce jeudi matin, chercher ses bons alimentaires à la Maison du département. Ils lui ont été refusés. La famille a épuisé tous les recours pour obtenir des papiers et a été déboutée du droit d’asile.  On avait prévenu en début de semaine le député que nous ferions des actions plus fortes. »

Les membres du collectif sont déterminés. La famille est pour l’instant logée à Lannion dans des locaux de l’Amisep. Deux des trois enfants sont scolarisés dans la ville.

Trois familles concernées

Le collectif suit, sur Lannion, trois familles dans la même situation :  Mais nous savons qu’à Lannion il y a aussi des adultes sans-papiers à la rue malheureusement. Pour ces familles, nous le refusons. » Patrice Kervaon, le conseiller départemental est passé se rendre compte de la situation. Des rendez-vous sont pris avec le maire de Lannion, ce vendredi et le président de l’agglomération pour la fin du mois.

Un sursis d’une semaine

A 17 h ,  la famille a fini par recevoir ses bons alimentaires pour la semaine. Mais la famille Tombo va recevoir un courrier officiel pour lui signifier l’arrêt de ces aides dès la semaine prochaine. Le collectif a déjà prévenu : « Nous serons là pour les soutenir à nouveau ».

3 Octobre 2019

https://actu.fr/bretagne

Lire la suite

28 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

lannion climat (le trégor)

lann

Lannion. Changement de lieu pour le village urgence climat

Le collectif climat Trégor organise dimanche à Lannion. Le village se tiendra finalement aux Ursulines et non à l’espace Sainte-Anne.

Le collectif Climat Trégor  prépare dans le cadre de la Semaine internationale pour le climat,  Le Village urgence climat sera installé dans la salle des ursulines et non pas à l’espace sainte-Anne en raison des conditions climatiques attendues dimanche.

30 associations

Une trentaine d’associations, syndicats et partis politiques seront présents sur des stands tout au long de la journée, de 10h30 à 19h.

Les conférences auront lieu probablement au Carré Magique :

table ronde « Économie » (11h),

« Climat : de l’effondrement à l’adaptation de notre société » (15h – G. Leroux),

« Quelle agriculture pour s’adapter au  réchauffement climatique et pour contribuer à son atténuation » (16h15  M. Dufumier) et

« Ma commune en action pour le climat » (17h45 S. Read).

Une chaîne humaine

Le point fort de la journée sera la création d’une chaîne humaine à 13h 30 autour du Léguer, entre les ponts Sainte-Anne et Viarmes. Une mobilisation ambitieuse pour tenter de rejoindre les deux rives main dans la main.

Les scarabées

De son côté Denis Baulier et son mouvement Les Scarabées organisent l’opération « Mille roues pour la planète » dimanche 29 également. Un rassemblement et une parade sur les quais de tout ce qui peut rouler sans moteur thermique.

A 13 h rassemblement.

A 15 h défilé parade entre le pont de Viarmes et le pont Sainte-Anne, à 16 h : annonce du grand défi des scarabées.

27 Septembre 2019

https://actu.fr/bretagne/lannion

Lire aussi:

Climat Trégor : une chaîne humaine de 350 personnes à Lannion (Le Trégor)

Lire la suite

16 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

finances publiques (le-trégor france-info fr3)

servive public

Les agents des impôts en grève contre la suppression des services de proximité

Les agents de impôts en grève se sont réunis devant le centre des finances publiques de Lannion lundi matin.

Les agents des finances publiques de Lannion sont en grève ce lundi 16 pour protester contre le démantèlement des trésoreries du département. Les agents des finances publiques de Lannion ont répondu nombreux à l’appel à la grève de leur intersyndicale ce lundi 15 septembre. Ils étaient réunis devant le centre des impôts pour dénoncer le « démantèlement généralisé » de ce service public dans les Côtes-d’Armor.

Les syndicats CFDT, CGT, FO et Solidaires poursuivent ainsi leur combat contre le projet du gouvernement de « géographie revisitée » qui va amener à la suppression des trésoreries dans les communes, et donc une mobilité forcée des agents, au profit de regroupements des services dans quelques villes.

Fermetures à Plestin et Tréguier

Dans le Trégor, après les trésoreries de Perros-Guirec, Bégard et Plouaret, celles de Plestin-les-Grèves, fin 2020, et de Tréguier, fin 2021, sont appelées à disparaître, pour être regroupées à Lannion.

Parallèlement, le centre des finances de Lannion va voir transférés à Guingamp les services des impôts aux particuliers et aux entreprises et à Saint-Brieuc ceux du cadastre et du contrôle fiscal. Ce qui signifie la fin de « l’ouverture au public » et la « suppression d’emplois », commen-tent les représentants syndicaux. Le centre de Lannion pourrait ainsi passer de 68 agents actuellement à moins d’une cinquantaine à terme.

« Le but du projet est de supprimer des postes. Depuis le début des années 2000, on a perdu 25% des emplois. » Par non renouvellement des départs en retraite, « qui fait qu’une charge de plus en plus forte pèse sur ceux qui restent ».

Maisons de services

Le plan prévoit la mise en place d’accueil de proximité dans les communes concernées, dans les « Maisons France Services » ou dans les mairies. « L’extension de l’accueil sur rendez-vous améliorera la réponse apportée aux questions des contribuables », assure le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Faux, rétorquent les syndicats, « seront présents deux agents non spécialistes, ces maisons seront des fourre-tout ».

Dans leur lutte pour éviter « la disparition d’un service public de proximité », les agents grévistes comptent sur les élus locaux. Si les syndicats regrettent l’absence de soutien de Lannion-Trégor Communauté, ils saluent la motion de soutien adoptée par le conseil municipal de Lannion.

16 Septembre 2019

https://actu.fr/bretagne/lannion

Lire aussi:

Suppressions de postes, disparition de trésoreries… Pourquoi les agents des finances publiques font grève (France Info)

Finances publiques : grèves et manifestations en Bretagne contre la fermeture de trésoreries (FR3)

Lire la suite

07 septembre 2019 ~ 0 Commentaire

lannion climat

lann

lan2

Lire la suite

21 août 2019 ~ 0 Commentaire

vicenzo (morlaix)

vicenzo
.
A l’attention des associations des droits humains, partis, syndicats et réseaux de solidarité du Pays de Morlaix
.
Comme vous devez le savoir un militant altermondialiste italien, Vincenzo Vecchi qui vit en France est menacé d’extradition suite à une demande de Matéo Salvini, ministre de l’intérieur d’extrême droite du gouvernement italien.
Son arrestation a eu lieu le 8 août et depuis, il est incarcéré à la prison de Rennes.
 
Condamné à 12 ans et six mois de prison en Italie en 2012 pour « dévastation et saccage » contre des biens lors du sommet du G8 à Gênes en 2001, et pour avoir participé à une manifestation anti-fasciste émaillée de violences et non autorisée à Milan en 2006, l’homme de 46 ans devenu peintre en bâtiment a été arrêté (18 ans plus tard !) en vertu de deux mandats d’arrêt européens. Il a été incarcéré dans l’attente de sa comparution mercredi devant la justice à Rennes en vue de son extradition. 
 
Cette condamnation par la justice italienne complètement disproportionnée par rapport aux faits qui lui sont reprochés l’a conduit à quitter son pays et, depuis 8 ans, il est installé et très bien intégré sur la commune de Rochefort-en-Terre où il compte beaucoup d’ami-es. 
Ce sont ces ami-es qui organisé-es en comité de soutien appellent à élargir un mouvement de solidarité partout en France et particulièrement en Bretagne pour empêcher l’extradition de Vincenzo vers l’Italie où il serait immédiatement emprisonné.
 
Sur Morlaix, suite à un premier rendez-vous par les réseaux sociaux, nous nous sommes retrouvés hier soir à une vingtaine de personnes à vouloir partager cette mobilisation le plus largement possible.
Nous avons passé un premier message dans la presse locale et décidé d’adresser un courrier aux élu-es pour qu’ils interviennent auprès du gouvernement dans ce sens. Nous avons choisi de nous adresser aux associations des droits humains, partis, syndicats et réseaux de solidarité pour vous inviter à nous rejoindre dans la création d’un comité de soutien à Vincenzo en Pays de Morlaix.
 
Nous proposons l’organisation d’un rassemblement le jeudi 22 août à 18h place des Otages.
 
C’est en effet, jeudi matin que doit être examinée la demande de mise en liberté conditionnelle de Vincenzo avant que le procureur ne se prononce sur la deman-de d’extradition du gouvernement italien le lendemain.
C’est la raison pour laquelle nous devons agir vite et que nous vous demandons votre soutien en commençant par la diffusion de ce message à vos adhérent-es, ami-es et connaissances.
Pour toute réponse vous pouvez utiliser l’adresse suivante:  soutienvincenzomorlaix@laposte.net
 
 
 
.
Lire aussi:
.

Lire la suite

12 août 2019 ~ 0 Commentaire

lannion sans papiers (le trégor)

lannion

Sans papiers:  des tentes sur le quai d’Aiguillon pour attirer l’attention

Ce lundi 12 août, le Collectif de soutien aux sans papiers cherchait à alerter les autorités sur le sort de plusieurs familles de migrants, menacées d’être « mises à la rue ».

C’est un « appel à la conscience publique » qui a été lancé ce lundi par le Collectif de soutien aux sans papiers (CSSP). Avec plusieurs associations, il a installé des tentes de camping sur le quai d’Aiguillon. Jean Marc Fontaine, membre du collectif rappelle: « C’est une action symbolique»

Trois familles concernées

Le but : alerter les citoyens et les autorités sur le sort des sans papiers déboutés de leur deman-de de titre de séjour. Trois familles sont particulièrement concernées. Jean-Marc Fontaine:

Elles viennent du Congo, d’Angola et des Comores, avec sept enfants au total qui risquent de se retrouver à la rue du jour au lendemain. Ça va à l’encontre de tous les textes internationaux sur la protection de l’enfance que la France a signés. Ces familles n’ont ni abri ni ressources, des enfants à charge, on ne peut pas les mettre à la rue et fabriquer des clandestins, obligés de dormir dans des tentes ».

Arrivée en France il y a 4 ans

Parmi ces familles, celle de Babouana. Elle est arrivée en France il y a quatre ans avec ses enfants, pour rejoindre son mari. Depuis un an, elle loge à l’hôtel et redoute d’être mise à la porte : J’ai quatre enfants, deux fois des jumeaux. Ils sont déjà scolarisés à l’école de Pen Ar Ru et tout se passe bien, ils sont bien intégrés. J’ai peur ».

En effet, le CSSP, qui fournit une aide juridique aux sans papiers pour mener à bien leurs démarches administratives, est dans l’impasse. Les dossiers de ces familles ont été clos, les recours sont épuisés.

« Nous avons tout fait pour trouver une solution : explorer les possibilités de relogement privé, démarché tous les services sociaux et administratifs à tous les niveaux », rappelle Jean-Marc Fontaine. Pour autant, les autorités concernées, à la Maison du Département, se laissent jusqu’au 20 août pour statuer sur ces dossiers.

12 Août 2019

https://actu.fr/bretagne/lannion

http://cssp-lannion.fr/

Lire la suite

11 août 2019 ~ 0 Commentaire

lannion réfugiés (cssp)

lannion

DROIT ET HUMANITÉ AVANT TOUT

APPEL À LA CONSCIENCE PUBLIQUE

A Lannion le Lundi 12 août 2019àa 11h , nous installons des tentes sur le Quai des Possibles  pour mettre à l’abri deux familles comptant sept enfants dont trois de moins de trois ans, mais aussi quatre jeunes majeurs qui sont menacés d’être mis à la rue, tous sans abri ni ressources dans les jours qui viennent.

Nous avons tout fait pour trouver une solution : exploré les possibilités de relogement privé, démarché tous les services sociaux et administratifs à tous les niveaux. Mais cette incapacité passagère a régler ce problème  ne signifie pas résignation.

Nous constatons qu’en jetant des familles avec enfants à la rue, l’État ne respecte pas les textes de protection de l’enfance que la France a pourtant signé. Nous dénonçons des grilles et cadres législatifs et administratifs qui ne laissent aucune place à des considérations relevant des plus élémentaires notions de civilisation : on ne jette tout simplement pas à la rue des familles avec des enfants, dans notre pays.

L’État, les diverses instances administratives et politiques considèrent peut-être que cette pratique est justifiée, qu’elle fait du sens, qu’elle est raisonnable. Mais nous, associations et collectifs de citoyens, considérons qu’il s’agit là d’un acte de trahison des fondements du vivre-ensemble qui caractérise notre pays.

Nous nous sommes mobilisés depuis des années pour humaniser l’accueil des migrants, et suppléer, de fait, à la dureté des conditions qui leur sont faites par les instances officielles.

Nous les avons guidés dans le maquis des formulaires et démarches administratives, aidés à surmonter les incohérences des structures d’accueil, nous leur avons cherché et trouvé des logements, recueillis parfois dans nos propres foyers, distribué des aides d’urgence en espèces et en nature (plus de 12.000 euros de nos propres poches, des dons reçus, des recettes de vide-greniers etc.… pour le seul CSSP en 2018).

Bref, nous avons assumé, en tant que membres de la société civile, une part du devoir de décence et de solidarité qui constituent les bases de la civilisation.

Aujourd’hui, nous atteignons les limites de ce que nous pouvons faire.

Fatigués de jouer le rôle de supplétifs d’une politique que nous considérons comme honteuse, nous faisons appel à la société civile et l’opinion publique pour qu’elles s’opposent aux actes d’inhumanité qui sont sur le point d’être commis – discrètement, en plein mois d’août.

10 août 2019

http://cssp-lannion.fr/

Lire la suite

07 juin 2019 ~ 0 Commentaire

plougasnou (ouest france)

conseil-de-classe.jpgr

Pour le collège, les habitants « repartent au charbon »

Environ 200 personnes ont manifesté, jeudi 6 juin 2019, devant la salle municipale de Plougasnou (Finistère), où avait lieu une rencontre entre des élus départementaux et municipaux. Ces derniers ont évoqué l’avenir incertain du collège de la commune

Est-ce la reprise d’un bras de fer engagé il y a bientôt quarante ans ?

Mercredi 5 juin, au soir, plusieurs parents d’élèves du collège de Plougasnou (Finistère) ont appris « par le bouche-à-oreille » qu’une réunion entre deux vice-présidents du Département et les élus de la majorité était programmée le lendemain, en fin de journée. Plusieurs dossiers « importants » étaient au menu des discussions. Dont l’épineuse question de l’avenir de l’établissement qui compte 95 élèves.

Quelques heures avant cette rencontre, la maire de la commune, Nathalie Bernard, a précisé, dans un communiqué destiné à « faire taire les rumeurs », « qu’il ne s’agissait pas d’acter sa fermeture ». Mais il n’en fallait pas plus aux habitants pour « repartir au charbon ».

Pas moins de 200 personnes se sont rassemblées dès 18 h 20, devant la salle municipale où avait lieu la réunion. Parents, anciens et actuels élèves, représentants d’association, clubs sportifs et commerçants venaient porter le même message : une ville de 3 000 âmes sans son collège « est une ville condamnée ».

« Une commune de vieux »

« Aujourd’hui, c’est le collège. Et demain, ça sera quoi ? La Poste ? La banque ? » Sur le parvis du bâtiment, les discussions s’engagent entre les habitants. L’inquiétude est palpable. « Une fermeture aurait des répercussions multiples sur le tissu social et économique de la commune », résume Hubert, dont l’une des filles est en classe de 5e.

« À croire qu’on veut faire de Plougasnou une commune de vieux », soupire Louis, président du club de foot, qui met le doigt sur le nœud du problème. Nombreuses sont les familles à s’être installées ici pour la proximité avec le collège. Jean-Baptiste, Plougasniste depuis trois ans et père de trois enfants, en a même fait un critère « décisif ». Le risque selon lui ? « Que les gens déménagent et que plus personne ne les remplace. »C’est tout le bourg qui pâtirait de cette baisse d’attractivité. Aussi bien les associations que les petits commerces. « Faire fuir la jeunesse, c’est faire fuir les parents. Et ce sont eux qui nous font travailler », soufflent des représentants de l’union des commerçants.

« Mais n’oublions pas les enfants qui sont les plus lésés dans cette histoire », souligne Christine Bon, présidente du comité de jumelage de la ville. En cas de fermeture, les collégiens seraient redirigés vers les établissements de Lanmeur ou de Morlaix.

« Regrettable, pour Hubert. Ils bénéficient ici d’une excellente qualité d’enseignement. Ce n’est pas pour rien s’il y a 100 % de réussite au brevet ! Et on prend aussi le risque de surcharger les classes de deux autres collèges… » « Et puis se poserait la question du transport, ajoute Christine Bon. Quid du rythme de vie de nos jeunes ? »

Effet boule de neige

Vanessa Le Dru, adjointe à l’éducation, craint aussi cet effet « boule de neige ». Fermer le collè-ge risquerait de « court-circuiter » les projets engagés par la municipalité pour redynamiser la commune et attirer de nouvelles familles, expliquait-elle quelques heures avant la réunion.

À l’issue de la rencontre, rien n’a été acté. Concernant ce dossier, seuls les « mauvais chiffres des effectifs du collège » ont été abordés. Vanessa Le Dru indique tout de même qu’il « faudra se battre » dans les trois semaines à venir. Reprenant un peu les mêmes éléments de langage des Plougasnistes : « On sera là du début à la fin ».

Sounkoura-Jeanne DEMBELE. 06/06/2019

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

02 mai 2019 ~ 0 Commentaire

morlaix (ouest france)

greve g

Manifestation du 1er mai.

Environ 300 personnes défilent à Morlaix

Ils étaient un peu plus de 300, ce mercredi 1er mai, à Morlaix (Finistère). Après un rassemblement place des Otages, le cortège a défilé de la mairie au commissariat.

À l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Sud solidaires, un peu plus de 300 personnes ont participé au traditionnel cortège du 1er mai, à Morlaix (Finistère). « Ce jour, c’est un symbole toujours vivant », selon le syndicat Sud solidaires, qui rappelle son origine, le 1er mai 1884, à Chicago, lors d’une journée de lutte menée par les syndicats de travailleurs américains pour obtenir la journée de huit heures.

« Un salaire digne pour une vie digne »

En 2019, les revendications sont différentes. FO déplore la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires durant le quinquennat. Pour Solidaires, les annonces de Macron, suite à un grand débat tronqué, ne répondent pas à nos exigences ni à celles des Gilets jaunes. On veut, pour chacun, un salaire digne pour une vie digne.

La CGT, enfin, dénonce la destruction des services publics et la menace pesant sur les libertés fondamentales, comme le droit de manifester. Le syndicat invite d’ores et déjà à une grande journée de mobilisation le 9 mai.

01/05/2019

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin