Archive | Morlaix Lannion

12 février 2017 ~ 0 Commentaire

iut (lannion)

lannion

La dépeçage de l’université publique se poursuit et l’IUT de Lannion est totalement concerné. Son conseil d’institut risque de voter jeudi une baisse de 5 % des cours donnés aux étudiants, à exécution immédiate. Trois des quatre départements ne respectent pourtant déjà pas les volumes imposés par les programmes nationaux !

C’est un aller sans retour, résultat d’énièmes coupes budgétaires imposées par Rennes 1, qui souffre elle-même des baisses de dotations de l’Etat.

Attaqué jusqu’à l’os, obligé de renier dans les dépenses d’investissement, de geler les embauches d’enseignants, d’employer des vacataires (les précaires du service public) et de surcharger ses titulaires, l’IUT de Lannion – au même titre que les autres établissements publics – s’en prend maintenant à la pédagogie et en cours d’année.

La loi LRU a rendu l’université dépendante du secteur privé. Or les partenariats avec les entreprises sont volatils, inégaux selon les filières et poussent aux conflits d’intérêts. Tout porte à croire que la prochaine étape sera la hausse des frais d’inscription. La politique libérale dégrade nos services publics, sous prétexte de « concurrence libre et non faussée ». L’hôpital de Lannion en fait aussi les frais, alors qu’une immense clinique a poussé près de Saint-Brieuc.

Or dans un société digne et juste, la santé comme le savoir ne se privatisent pas. Les étudiant.e.s se sont déjà réunis en assemblée générale mercredi. Aujourd’hui un mot d’ordre Mobilisation IUT !

Facebook

Lire la suite

09 février 2017 ~ 0 Commentaire

les studios brest (mncp)

ken 1

ken 2

ken3

MNCP 29 Comité de Chômeurs et Solidaires du Pays de Morlaix
3 place du Calvaire
29600 Morlaix
tél. : 02 98 88 75 10
06 19 82 40 03
mncp29@gmail.com
site: http://comitedeschomeurs.fr

Lire la suite

04 février 2017 ~ 0 Commentaire

lisez (l’humanité)

erdogan
.

Lisez, lisez, et lisez encore les textes d’Asli Erdogan

C’est une belle manière de mobiliser pour la libération de l’écrivaine Asli Erdogan que des artistes ont trouvée. Depuis plus d’un mois, des lectures de textes de l’opposante turque sont organisées, dans des librairies ou ailleurs, à l’appel des écrivains Thierry Briet et Ricardo Montserrat. L’occasion de découvrir une œuvre, celle d’une femme ouverte sur le monde et qui dit sa passion de la liberté, mais aussi le triste sort d’un pays qui finit par vivre sous la coupe du dictateur Erdogan. Cette mise en mouvement du monde culturel se fait sur tout le territoire. Ainsi, le 12 décembre, un moment de solidarité a été organisé à la Maison de la poésie à Paris, alors qu’à Nantes, Brest et ailleurs, simultanément, le travail de l’écrivaine était partagé à haute voix.

http://www.humanite.fr/

Festival de Douarnenez

Lire aussi:

Asli Erdogan, romancière emprisonnée en Turquie (Libération)

Lire la suite

03 février 2017 ~ 0 Commentaire

lannion (le télégramme)

 Arsenic et radium près d’anciennes mines
.
En 2015, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a fait le tour des anciens sites miniers uranifères costarmoricains. Il vient de rendre son rapport.
.
Dans la campagne de Lannion, le site de Traou ar Ru, doublement contaminé au radium et à l’arsenic, va être sécurisé. Il y a trois ans, l’association lannionnaise Sortir du Nucléaire-Trégor avait posé une pancarte « eau non potable » près du GR 34, sur le site de Traou ar Ru, à Buhulien. Elle avait été arrachée. « À cette époque, hélas, nous n’avions pas été suivis », témoigne Laurent Lintanf, président de cette association.
.
Dans la campagne lannionnaise, cette pancarte n’avait pas été plantée à cet endroit par hasard. Il se trouve à proximité d’un ancien site minier uranifère, qui a été exploité de 1957 à 1961. Au fond des bois, l’uranium d’hier se mesure toujours aujourd’hui. C’est ce qui inquiète les antinucléaires de Lannion.
.
« C’est Sortir du Nucléaire-Trégor qui a remis ce dossier en lumière, il y a trois ou quatre ans. À l’époque, on était les seuls à avoir soulevé ce dossier ».
.
Couleur rouille
.
Dans les Côtes-d’Armor, Areva a répertorié 11 sites miniers uranifères dans son bilan environ- nemental de septembre 2014. Un an plus tard, l’Institut de radioprotection et de sûreté nuclé- aire (IRSN) a ausculté ces sites pour vérifier ce document. Il vient de rendre son rapport.
.
À Buhulien, les analyses pratiquées donnent raison à Sortir du nucléaire-Trégor : « Le premier constat que l’on a pu faire, c’est que ce dossier a confirmé un certain nombre de craintes que l’on avait nous-mêmes exprimées. Le taux de radioactivité est clairement au- dessus du bruit de fond dans certains secteurs ». Il est de deux à trois fois plus élevé sur la parcelle concernée par les travaux miniers et cinq fois supérieurs, sur une zone d’environ 1 à 2 m², à l’emplacement du puits indiqué par Areva Mines, qui se trouve sous un champ de maïs.
.
En contrebas des cultures, à 100 m à vol d’oiseau, une autre curiosité inquiète l’asso- ciation : un petit ruisseau passant sous le GR 34, qui termine dans une zone humide proche du Léguer. L’eau s’écoule d’une buse sur un terrain couleur rouille. Les prélèvements de sédi- ments réalisés par l’IRSN, en aval de la buse, ont parlé : « Les sols de la zone humide présentent un marquage de plus de vingt fois le bruit de fond en radium 226 ».
.
À la demande de l’association, l’IRSN a aussi fait des analyses en arsenic. « Les terres et les sols prélevés au niveau de la mare et de la zone humide située en aval de la buse présentent des teneurs en arsenic supérieures aux valeurs définies par l’inventaire minier ».
.
Principe de précaution Dans ce contexte, cet institut préconise « de prévenir l’accès à la zone humide ainsi que l’usage de l’eau en sortie de buse ». Pour le maire de Lannion, Paul Le Bihan, le principe de précaution doit s’appliquer à la lecture du rapport de l’IRSN. Sans forcé- ment parler de clôture, il précise que ce site va être sécurisé pour éviter qu’un « randonneur s’y lave les mains ». Paul Le Bihan refuse par contre de verser dans le catastrophisme, rappelant que les taux de radiation doivent s’apprécier en tenant compte du temps d’expo- sition. Un panneau préviendra aussi les promeneurs que l’eau n’est pas potable. « Sortir du nucléaire-Trégor se réjouit de cette évolution positive », conclut Laurent Lintanf.
.
.

Lire la suite

30 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

morlaix carhaix douarnenez palestine (afps)

salam

Ciné-débat « 3000 nuits »

Ciné-débat exceptionnel à

MORLAIX

le 1er février à 20h 30

autour du film  » 3000 Nuits » de Mai Masri

« Voyez ce film, voyez-le maintenant ! » nous dit Ken Loach qui connait plutôt bien son boulot !

L’AFPS du PAYS de MORLAIX est heureuse de vous inviter à participer à ce nouveau ciné-débat organisé en partenariat avec le cinéma La Salamandre et les ami-e-s de la Ligue des Droits de l’Homme de Morlaix.

MAISA ABD ELHADI, l’actrice principale du film a bien voulu accepter notre invitation et sera à La Salamandre le mercredi 1er février pour parler du film de Mai Masri et de la situation des prisonnier-E-s en Israël.

La rencontre avec cette jeune actrice palestinienne pleine de talent, devrait nous donner l’occasion d’un échange riche et émouvant sur la question de l’enfermement des femmes palestiniennes mais aussi israéliennes. Réservez votre soirée dès maintenant !

A très bientôt : le 1er février à 20h 30 à La Salamandre…

Sur Facebook : https://www.facebook.com/afpspaysde…
et sur notre site : https://morlaix-palestine-solidarit…,

Vous retrouvez la bande annonce du film, les interviews de la réalisatrice Mai Masri et de Maisa Abd Elhadi et plein d’autres choses encore…

Et si, vous profitez de cette occasion pour (ré)adhérer à l’Association France Palestine Solidarité en 2017, nous n’en serons que plus heureux encore. Plus que jamais et à l’heure où l’élection de Trump encourage le gouvernement israélien à intensifier la colonisation et la répression, le peuple palestinien a plus que jamais besoin que le mouvement de solidarité avec sa résistance se renforce à Morlaix comme ailleurs…

Les groupes Afps de Morlaix, Douarnenez et Carhaix se sont associés pour inviter Maisa Abd Elhadi et proposer la programmation de « 3000 Nuits » le jeudi 2 février à 20h 30 au cinéma Le Grand Bleu à Carhaix et le vendredi 3 à 20h 45 au cinéma Le Club de Douarnenez…

PDF - 315.4 ko
Flyer

AFPS du Pays de Morlaix
19, rue Waldeck Rousseau
29600-Morlaix
visitez notre site

http://www.france-palestine.org/

Lire la suite

30 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

brest morlaix cinéma (afps)

morlaix.jpg

ASSOCIATION FRANCE-PALESTINE SOLIDARITE
Maison de l’International
50 Esplanade de la Fraternité
29200 Brest
Adresse postale:
245, Cours Aimé Césaire
29200 Brest

Lire la suite

18 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

macron lannion (le monde)

macron

L’« amnésie » d’Emmanuel Macron sur les sables de Lannion

A Quimper, le 16 janvier, le candidat à la présidentielle a nié avoir autorisé aucune extraction, disant n’avoir donné « que des permis de recherche », ce qui est faux.

En meeting à Quimper lundi 16 janvier, Emmanuel Macron a réfuté sur l’antenne de France 3 Bretagne avoir autorisé l’extraction de sable marin dans la baie de Lannion. C’est pourtant bel et bien le cas. Pour mieux comprendre ce dossier, un bref rappel des faits s’impose.

Quel est ce projet d’extraction de sable ?

Plusieurs entreprises minières s’intéressent depuis plusieurs années aux ressources sableuses de la baie de Lannion, dans les Côtes-d’Armor. Le sable est une ressource essentielle, présen- te dans de nombreux matériaux (ciment, verre), et est très recherché. Mais si les fonds marins de la baie de Lannion, riches en sable coquillier, sont convoités, ce n’est pas pour servir à la construction de bâtiments, mais pour fertiliser les terres agricoles bretonnes en diminuant leur acidité. Les agriculteurs avaient auparavant recours au maërl, un habitat marin biogénique constitué d’algues corallinacées riches en calcaire, désormais protégé.

Malheureusement, l’extraction de sable a de réelles conséquences écologiques, autant pour la faune marine des fonds, directement menacée par l’extraction, que pour les côtes, qui peuvent être déstabilisées et menacées par l’érosion et la montée du niveau de la mer.

En réaction aux velléités d’extraction de plusieurs entreprises minières, une partie des habitants de Lannion et d’autres communes proches s’est organisée pour lutter contre ce qu’elle estime être une menace environnementale directe pour l’écosystème de ces côtes, qui comptent deux parcs proches classés Natura 2000. La dune sous-marine concernée sert notamment d’habitat à de nombreuses espèces de poissons, et s’ils étaient menacés, cela fragiliserait la stabilité de l’écosystème et de la chaîne alimentaire.

Pas moins de six associations (dont Sauvegarde du Trégor), alliées aux élus locaux, ont contesté ce projet minier devant la justice administrative. Un premier recours, déposé devant le tribunal administratif de Rennes, a été rejeté le 5 septembre 2016. Les associations ont alors porté la contestation devant le Conseil d’Etat, le 16 novembre, appuyées par la ministre de l’environnement, Ségolène Royal. Le 5 décembre, celui-ci a rejeté la requête des associations qui demandaient l’annulation du permis d’exploitation.

L’extraction de sable a quant à elle débuté dans la nuit du 5 au 6 septembre 2016, deux jours après que le tribunal administratif eut rejeté la contestation des opposants au projet. L’entre- prise extractrice, la Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN), a en effet obtenu une concession de quinze ans sur quatre kilomètres carrés dans la baie de Lannion, accordée notamment par… Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie.

Emmanuel Macron a autorisé l’extraction du sable [A propos de l’extraction du sable] : « Je ne l’ai pas autorisée, si j’avais suivi strictement la loi quand j’étais arrivé ministre, j’aurais donné l’autorisation immédiate. »

C’EST CE QU’IL A FAIT

En avril 2015, huit mois après son arrivée au ministère de l’économie, Emmanuel Macron a bel et bien signé le décret donnant une concession d’exploitation de quinze ans (jusqu’en 2030, donc) à la CAN.

Le décret, publié le 14 septembre 2015, précise que le volume de sable extrait devra être progressif : il ne pourra excéder 50 000 mètres cubes la première année, 100 000 m3 la deuxième, 130 000 m3 la troisième et 250 000 m3 à partir de la quatrième année. En outre, la surface d’exploitation annuelle ne pourra dépasser 1,5 kilomètre carré de la surface sur la- quelle porte la concession.

L’ancien ministre semble surpris par le fait que l’exploitation du sable, qui est selon lui une « erreur », a débuté. Il n’y a pourtant rien d’étonnant, puisque la concession qu’il a donnée les autorise de facto à extraire le sable des fonds marins (à condition tout de même que la préfecture prenne un arrêté – renouvelable tous les ans – en ce sens).

Emmanuel Macron a également mis en avant, sur France 3 Bretagne, le fait qu’il avait incité l’entreprise à envisager d’extraire des dunes plus distantes de la côte : « Là, c’est encore un peu trop près », leur avait-il dit. Un rapport du ministère de l’environnement daté d’octo- bre 2016 précise en effet que le ministère de l’économie a demandé à la CAN, par un courrier du 7 juillet 2015, de proposer une feuille de route pour explorer des dunes sous-marines plus distantes des côtes. La demande a été formulée cependant après que le même ministère eut accordé le premier permis.

La faisabilité d’une telle exploitation reste pour le moment « incertaine », selon les relevés faits sur place. L’existence de bancs sableux plus lointains a été mise en évidence à des profon- deurs supérieures à 78 mètres, mais leur épaisseur et la nature du sable restent, à ce jour, inconnues. De son côté, la CAN exclut pour le moment une telle hypothèse, arguant des fortes contraintes techniques et financières qui pèsent sur l’exploitation de ces bancs en profondeur.

Gary Dagorn  LE MONDE | 17.01.2017

http://www.lemonde.fr/

Lire aussi :

L’extraction de sable dans la baie de Lannion est provisoirement stoppée (Le Monde)

Macron en Bretagne : échanges tendus avec les opposants aux mines (Pontivy Journal)

Lire la suite

14 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

urgences morlaix (ouest france)

manifestants-hopital-SUD

Vent debout contre « l’engorgement des urgences »

À l’appel des syndicats CGT, CFDT et Sud, une centaine de salariés ont débrayé hier. Ils demandent plus de moyens et d’écoute. Le dialogue est renoué avec la direction. Infirmiers, aides-soignants, agents hospitaliers… ils étaient une centaine, jeudi après-midi, à débrayer devant les urgences du centre hospitalier de Morlaix pour dénoncer « l’engorgement du service ».

« La situation est inquiétante, ça ne peut plus continuer comme ça », lance une infirmière de nuit souhaitant rester anonyme. Depuis dix ans dans le service, elle a vu « une hausse régu- lière du nombre de patients ». Francis Landouar, de Sud Santé, parle « de 10 % d’activité supplémentaire depuis 2013. » La faute, expliquent les manifestants, aux personnes qui n’y ont pas forcément leur place, « type bobologie, voire renouvellement d’ordonnance ». Francis Landouar cite aussi « le manque d’infirmières en Ehpad », conduisant « tout un flot de patients aux urgences ».

« Crainte de l’erreur »

La conséquence, c’est « une hypersaturation des lits », continue Christophe Boudrot, de la CGT.  Une infirmière de jour, toujours sous couvert d’anonymat, raconte sa « crainte de l’erreur, à jongler d’un patient à l’autre ». Elle explique que quand elle rentre le soir chez elle, « ce n’est plus pareil, parce que je n’ai pas l’impression d’avoir bien fait mon travail ».

Stéphane Postollec, de la CFDT, indique avoir « alerté la direction durant tout le mois de décembre, période particulièrement tendue ». Ce vendredi, ce qu’ils veulent, « c’est des solutions ». Le débrayage devant le service s’est finalement transporté dans les bureaux, à grand renfort de banderoles et de slogans pour réclamer des moyens supplémentaires. Les délégués syndicaux ont été reçus par la direction.

Rencontre le 20 janvier

Au terme d’un entretien d’environ une heure, Ariane Bénard, directrice, a proposé une ren- contre, vendredi prochain, pour « discuter des améliorations à apporter pour fluidifier le service ».  Elle annonce aussi l’ouverture, en janvier, d’une unité en ambulatoire de huit places, permettant d’en libérer autant sur les urgences. Et promet davantage de soutien lors des périodes de tension. 13/01/2017

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

13 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

trégor palestine (afps)

lannio

3e quinzaine de la Palestine en Trégor

10 au 22 Janvier 2017 – Lannion, Bégard, Locquémeau, Plestin

Exposition « Un mur au (mi)lieu des mo(r)ts : le mur de séparation qui enferme les Palestiniens »

Du mardi 10 au mercredi 18 janvier : Cafétéria de l’Espace St-Anne – Lannion – De 9h30 à 12h et de 14h à 17h30 – Entrée gratuite Cette exposition sera aussi proposée au café Théodore (Locquémeau) du jeudi 19 au dimanche 22 janvier

Vendredi 13 Janvier

Conférence – Contre l’apartheid israélien – Pour la défense de la population de Gaza en cage

trégor palestine (afps) dans Altermondialisme

Pierre STAMBUL et Sarah KATZ de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix)

Salle de conférence – Espace Sainte Anne – 2, rue de Kérampont – Lannion – 20h30 – Entrée libre

Pierre Stambul, fils de résistants déportés, est coprésident de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix) Il est l’auteur de plusieurs ouvrages aux éditions Acratie : « Israël/Palestine, du refus d’être complice à l’engagement » (2012), « Le Sionisme en question » (2014), « Chroniques de Gaza ; mai-juin 2016 » (co-écrit avec Sarah Katz ; 2016)

Dans un premier temps, Pierre Stambul décrira la destruction de la société palestinienne qui est à l’œuvre : occupation, colonisation, fragmentation, apartheid, crimes de guerre … Il dénoncera l’idéologie sioniste qui est à l’origine de cette guerre, l’instrumentalisation de l’antisémitisme pour défendre le colonialisme et la criminalisation du BDS (boycott, désinvestissement, sanctions).

Dans un deuxième temps Sarah Katz et Pierre Stambul, raconteront, à partir de photos, ce qu’ils ont vu à Gaza lors de leur séjour en mai-juin 2016 : une cage hermétique, une volonté délibérée de l’occupant de transformer les Gazaouis en assistés et la résistance de la population, une société hautement éduquée, les différents partis politiques, la division palestinienne qui est une grande victoire de l’occupant. Ils présenteront leur livre « Chroniques de Gaza ».

Samedi 14 janvier

Soirée festive Jazz et crêpes – Au profit de la coopérative d’Al Sanabel

Café Les Valseuses (en face de l’église de Brélévenez) – Lannion – 18h – Tarif : 6€ Restauration sur place : galettes et crêpes:

JSON : formation de jazz (quintet) qui reprend des standards pour proposer un jazz moderne et dynamique, qui flirte parfois avec le funk

Sulfate de cuivres proposera en première partie une évocation de l’âge d’or du jazz, faisant notamment référence au célébrissime Big Band de Duke Ellington, avant de présenter en deuxième partie une sélection de musiques de films, de musiques des Balkans et de génériques TV qui rappelleront bien des souvenirs !

Dimanche 15 Janvier

Conférence – Les enfants de Gaza

MJC de Bégard – 16h – Entrée libre

Conférence de Mme Kilani Nabila, Directrice du Centre Culturel, Éducatif et de Formation de Beith Lahiya ( CETC-Nord Bande de Gaza ) Conférence organisée par l’association d’aide médicale AMANI qui s’engage avec le CETC dans un projet de soutien psychologique auprès des enfants de Gaza.

Jeudi 19 Janvier

Mur – Film documentaire de Simone Bitton (2004) – 1h40
Café Théodore – Trédez-Locquémeau
20h30 – Entrée gratuite Soupe dès 19h30

Mur est une méditation cinématographique personnelle sur le conflit israélo-palestinien, proposée par une réalisatrice qui brouille les pistes de la haine en affirmant sa double culture juive et arabe. Dans une approche documentaire originale, le film longe le tracé de séparation qui éventre l’un des paysages les plus chargés d’histoire du monde, emprisonnant les uns et enfermant les autres.

Sur le chantier aberrant du mur, les mots du quotidien et les chants du sacré, en hébreu et en arabe, résistent aux discours de la guerre et se fraient un chemin dans le fracas des foreuses et des bulldozers. Toute la beauté de cette terre et l’humanité de ses habitants sont offertes au spectateur comme un dernier cadeau, juste avant de disparaître derrière le Mur.

Exposition sur le mur de séparation du jeudi 19 au dimanche 22 janvier

Dimanche 22 janvier

La Palestine au cinéma

Cinéma Le Douron – Plestin les Grèves

De 14h à 18h Entrées : 5 € la séance – 9 € les deux séances

14h – OMAR – Fiction – 1h 37min – De Hany Abu-Assad

 dans Anticolonialisme

Omar vit en Cisjordanie. Habitué à déjouer les balles des soldats, il franchit quotidiennement le mur qui le sépare de Nadia, la fille de ses rêves et de ses deux amis d’enfance, Tarek et Amjad. Les trois garçons ont décidé de créer leur propre cellule de résistance et sont prêts à passer à l’action. Leur première opération tourne mal.

Capturé par l’armée israélienne, Omar est conduit en prison. Relâché contre la promesse d’une trahison, Omar parviendra-t-il malgré tout à rester fidèle à ses amis, à la femme qu’il aime, à sa cause ?

Entracte Pâtisseries palestiniennes, thé, café

Projection de dessins satiriques

16h – 3000 nuits – Fiction – 1h43min – De Mai Masri (sortie nationale le 4 janvier 2017)

 dans Antiimpérialisme

Années 80, à la veille des événements de Sabra et Chatila. La révolte gronde dans une prison israélienne, où sont détenues des prisonnières politiques palestiniennes. Une jeune institutrice de Naplouse, vient d’arriver, condamnée à 8 ans de prison pour un attentat dans lequel elle n’est pas impliquée. Elle partage la cellule d’israéliennes condamnées pour droits communs et s’habitue progressivement à l’univers carcéral. Mais elle découvre qu’elle est enceinte. Envers et contre tous, elle décide de garder l’enfant.

« Voyez ce film ! Voyez-le maintenant ! » C’est Ken Loach qui le dit !

http://www.france-palestine.org/

Lire la suite

10 janvier 2017 ~ 0 Commentaire

urgences morlaix (ouest france)

manifestants-hopital-SUD

Morlaix. Grève au service des urgences de l’hôpital, jeudi

La CGT lance un appel à la grève pour le 12 janvier.

Jeudi 12 janvier, une partie du personnel du centre hospitalier des pays de Morlaix sera en grève. Ils dénoncent le « malaise grandissant au service des urgences ».

Un préavis de grève a été déposé par la CGT du centre hospitalier des pays de Morlaix, pour le jeudi 12 janvier. Le personnel débrayera de 14 h à 15 h, devant le service des urgences. Les grévistes dénoncent le « malaise grandissant aux Urgences depuis plusieurs semaines ».

Leurs revendications : « des moyens humains en adéquation avec la charge de travail, du matériel en nombre suffisant, une prise en compte du malaise de l’équipe soignante et de leur épuisement professionnel ainsi qu’une meilleure anticipation et gestion de la violence dans ces services ».

09/01/2017 Ouest France

http://www.ouest-france.fr

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin