Archive | Médias, culture

29 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

la drôle de culture de fleur pellerin (essf)

2483_107540

Un «secrétariat d’Etat au commerce culturel»?
Que Fleur Pellerin n’ait pas baigné dans la culture avant de s’asseoir, le 26 août, dans le fauteuil d’André Malraux et de Jack Lang, c’est un peu étrange, mais c’est arrivé à d’autres. Et puis sa tête est bien faite, comme on dit : Sciences Po, Essec, ENA, Cour des comptes, férue de numérique. Pourquoi pas, à condition de s’entourer d’un conseiller rompu aux arcanes de la création.

Et qui vient-elle de choisir pour diriger son cabinet ? Son clone. Fabrice Bakhouche est passé par Sciences Po, l’ENA, la Cour des comptes, il est spécialiste du numérique. Il semble mieux connaître Google ou Orange que la danse ou le théâtre.

Ce n’est pas une erreur de casting. C’est même cohérent avec le tournant radical que Fleur Pellerin donne au ministère en direction des industries culturelles et du numérique. Une ministre qui assimile la création à un levier de croissance. Nous avions envisagé cette mue dans une chronique, le 30 août, mais sans imaginer qu’elle serait aussi rapide.

Il y en a un qui a dégainé vite, c’est le cinéaste Christophe Honoré. Invité sur France Inter, le 3 septembre, pour la sortie de son film Métamorphoses, il avait écouté Mme Pellerin, qui passait sur la même antenne : « J’ai l’impression que l’on considère ce ministère, non comme celui des artistes, mais celui de l’industrie culturelle… et c’est assez accablant. » Nous étions quinze jours avant l’arrivée en France de l’américain Netflix, société de VOD basée au Luxembourg. La ministre en a parlé… en fiscaliste : «C’est une situation qui ne doit pas se régler en vilipendant les sociétés qui font un choix de rationalité économique », mais en «faisant en sorte qu’on harmonise les conditions fiscales au niveau européen».

 Capter les cerveaux Depuis sa nomination, Fleur Pellerin a davantage été amenée à travailler sur les dossiers numériques que sur la «vieille culture». C’est l’évolution du poste qui veut ça. C’est aussi une question d’appétence. Entre plusieurs chemins, elle emprunte le plus familier. Et quand elle s’aventure dans le champ de la création, elle est surtout à l’aise dans les lieux où art et argent font bon ménage, comme la FIAC, Paris Photo, la Fondation Louis-Vuitton, l’exposition Jeff Koons, le chantier du Louvre à Abou Dhabi.

Pour enfoncer le clou, elle a exposé sa vision de la culture aux Rencontres professionnelles du cinéma, à Dijon, le 17 octobre, sur le thème: «Quelle régu- lation peut encore enrayer la dépréciation du cinéma et de la culture?» Au pas- sage, on a pu vérifier qu’entre deux Prix Nobel français, celui qu’elle connaissait sur le bout des doigts n’est pas Patrick Modiano mais l’économiste Jean Tirole, dont elle a rappelé qu’elle était proche.

Dans son discours, donc, Fleur Pellerin s’est demandé comment amener le public à découvrir des œuvres françaises noyées dans l’abondance d’offre. Bonne question. Réponse surprenante, qui s’appuie sur un concept des années 1960, « l’économie de l’attention », revenu en force avec Internet : « L’attention est la ressource rare, et pas les contenus », dit la ministre. On n’est pas loin de la formule de Patrick Le Lay, patron de TF1, dans un livre de 2004 : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau disponible. »

 Le « contenu » remplace le film Pour capter les cerveaux, la ministre vante les «algorithmes de recommandation de contenus» vous aimez tel livre, vous aimerez tel autre. Elle veut aussi «aider le public à se frayer un chemin dans la multitude des offres pour accéder aux contenus qui vont être pertinents pour lui». Jamais un ministre de la culture n’avait adopté un vocabulaire aussi «économiste»: pour Mme Pellerin, le «contenu» remplace le film, le «consommateur» se substitue aux personnes. En 2007, le président Nicolas Sarkozy s’était fait allumer pour avoir envisagé de fixer des «obligations de résultat» aux théâtres subventionnés. S’il avait pronconcé le discours de Mme Pellerin, il aurait été crucifié.

La ministre a raison de s’interroger sur les enjeux numériques ou de ferrailler avec Google. Mais comme l’explique le critique Jean-Michel Frodon, le 27 octobre sur Slate.fr, une politique culturelle ne consiste pas à se calquer sur les méthodes d’Amazon en donnant aux gens ce qu’ils aiment, mais à inciter ces derniers à découvrir des œuvres qu’ils ne connaissent pas. On appelle cela l’éducation artistique. Au lieu de cela, conclut Frodon, en voulant « glisser parmi les produits culturels dominants le plus possible d’objets made in France », la ministre mènerait « une politique commerciale, pas une politique culturelle ».

Guy Konopnicki, dans une chronique publiée dans Marianne, le 7 novembre, va dans le même sens : si la culture est réduite à « une marchandise à vendre dans le temps disponible », autant transformer le ministère en « secrétariat d’Etat au commerce culturel ». Fleur Pellerin n’est en place que depuis trois mois. Mais l’exemple de ses prédécesseurs prouve qu’il faut afficher d’emblée un cap et une politique, surtout face à un monde culturel replié sur lui-même, déboussolé par les coupes budgétaires, l’abandon des grands travaux et le mariage intensif entre privé et public.

Elle doit dire ses priorités à l’échelle du territoire, les innovations à mettre en place, les sacrifices à faire. Qu’elle abandonne aussi son langage techno pour parler avec ses tripes, y compris sur la défense des auteurs sur Internet, où on la sent curieusement en retrait. Elle s’est lâchée une fois, sur Twitter, bien sûr. Quand le sex toy géant de l’artiste Paul McCarthy a été vandalisé, place Vendôme: «On dirait que certains soutiendraient volontiers le retour d’une définition officielle de l’art dégénéré.» Plutôt déplacé. Il est temps que Fleur Pellerin trouve le ton juste et hiérarchise les enjeux.

Michel Guerrin  Journaliste au Monde

* « La drôle de culture de Fleur Pellerin ». LE MONDE | 28.11.2014 à 20h00.

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article33667

Lire la suite

23 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

et le gagnant de la coupe davis est… l’évasion fiscale! (basta)

et le gagnant de la coupe davis est... l’évasion fiscale! (basta) dans Médias, culture tennis-on-the-wing

Une première : la finale de la Coupe Davis oppose actuellement des tennismen qui habitent tous dans le même pays, la Suisse.

Car tous les titulaires de l’équipe de France ont choisi de vivre dans ce paradis fiscal. Gilles Simon et Richard Gasquet résident à Neuchâtel, Julien Benneteau à Genève, Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils, près de Nyon, dans le canton de Vaud. Le capitaine, Arnaud Clément, est revenu en France, après avoir longtemps habité en Suisse. Les tennismen ont suivi l’exemple de l’ancien joueur et ancien capitaine Guy Forget, qui défendait en 2012 l’exil fiscal.

« Il y a des Français en finale de la Coupe Davis ? Ah bon  ? », ironisent certains habitants de la Confédération helvétique. Une vidéo du groupe d’inter- vention pacifique « Action discrète » montre les joueurs assez gênés par les questions répétées sur leur exil. « Au départ, venir ici, c’était une décision fiscale », admettent à demi-mot certains joueurs. Qui affirment y rester avant tout pour le cadre de vie, la montagne, la pêche, la nature et les gens « hyper chaleureux »

Cette compétition sportive, dont la finale a lieu les 21, 21 et 23 novembre à Villeneuve-d’Ascq (Nord), est placé sous le signe de « l’optimisation fiscale ». Le principal sponsor de la compétition n’est autre que BNP Paribas, très présente dans les paradis fiscaux. « D’après ses propres chiffres, (…) la plus grande banque européenne réalise pas moins de 21 % de son activité dans des paradis fiscaux grâce à 170 filiales », pointe l’association Attac [1]. BNP Paribas veut « servir ses clients partout dans le monde » et dispose « d’un vaste dispositif de lutte contre la fraude et le blanchiment des capitaux », répond la banque.

Quelle que soit l’issue des matchs de cette finale, la grande gagnante de cette Coupe Davis est donc la Suisse. Ou l’évasion fiscale. Par Agnès Rousseaux 22 novembre 2014

- Voir la vidéo d’Action discrète (2010).
- Lire nos articles sur les paradis fiscaux.

Lire la suite

19 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

pub: « pôle emploi, ne quittez pas! »

Lire la suite

12 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

zlatan ibrahimovic voit « de l’ignorance » derrière la montée de l’extrême droite (le huff’)

la-campagne-anti-racisme-ratee_66136_w460

Une fois n’est pas coutume, Zlatan Ibrahimovic livre son opinion sur la politique en Suède.

L’attaquant du PSG a dit voir « de l’ignorance » derrière la montée de l’extrême droite dans son pays, dans un entretien publié par le quotidien Aftonbladet mardi 11 novembre.

Ibrahimovic esquive d’habitude les questions sur la politique, même s’il a été critiqué par le passé par des élus du parti anti-immigration des Démocrates de Suède, qui ne le trouvaient pas assez suédois dans son attitude. Interrogé sur la xénophobie et sur les 12,8% d’électeurs qui ont voté pour ce parti aux législatives en septembre, le buteur du Paris SG a répondu: « Je pense que c’est de l’ignorance ».

« Des gens qui votent dans l’instant » « Ce sont des gens qui votent dans l’instant et qui, je pense, sont complètement ignorants. Parce que si on se penche un peu plus sur les choses et qu’on regarde le tableau dans son ensemble, alors on com- prend mieux pour quoi on vote », a-t-il ajouté. Ibrahimovic, né à Malmö de parents yougoslaves (père bosniaque, mère croate) qui avaient immigré en Suède dans les années 1970, a grandi dans un quartier pauvre et à majorité immigrée, Rosengård.

Il a incité les jeunes issus comme lui de l’immigration et de milieux défavorisés à croire en leurs chances. « Avec mes origines, je montre qu’on peut aller là où on veut aller, d’où qu’on vienne », a-t-il dit. « Cela signifie beaucoup. Mais je ne le vois pas de manière politique », a-t-il ajouté, à propos de son rôle de capitaine de l’équipe nationale. Ibrahimovic a remporté lundi à 33 ans le neuvième Ballon d’or suédois de sa carrière, restant sans rival parmi les footballeurs de son pays.

Le HuffPost avec AFP  | Par
Publication: 11/11/2014 10h51 CET Mis à jour: 11/11/2014 10h51

Lire la suite

09 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

portugal: des graffitis trop politiques (ci)

portugal: des graffitis trop politiques (ci) dans Europe mural11579ec8f_400x225

Le dernier numéro de la revue Análise Social a été retiré des kiosques à cause d’un article polémique sur le retour du politique dans le graffiti. Voici le texte en question et ses illustrations qui ont été jugées « offensantes » pour les institutions portugaises.

« Tes sacrifices vont dans leurs poches : Américo Amorim, Ricarso Salgado, Berlmiro Azevedo, Soares Dos Santos [grands patrons]. Sacrifices, mon cul ! »

Les inscriptions illicites sur les murs, les graffitis de la plèbe, constituent une pratique millénaire. Les premiers exemples connus remontent à l’Antiquité, dans la Rome impériale ou à Pompéi. Ces formes d’expression vernaculaire ont en com- mun une veine souvent satirique et contestataire. La volonté de défier le pouvoir et les bonnes mœurs a trouvé sur les murs et dans ces moyens de communication anonymes une niche de très grande créativité.

Les plus remarquables sont les graffitis exécutés dans l’espace public, accessibles à une audience innombrable. Or l’absence de destinataire identifié rend cette forme de communication plus curieuse encore, car elle la rapproche des stratégies propres à la propagande et à la politique. Mais, contrairement à ces dernières, le graffiti est l’œuvre du citoyen lambda, et généralement incognito.

Culture de masse et imagerie pop Dans notre histoire plus récente, il faut s’attarder sur quelques exemples historiques qui ont su marquer notre imaginaire. Ce que nous voyons aujourd’hui écrit dans nos villes ne peut être détaché de cette grande lignée historique. Joan Gari, chercheur catalan et auteur d’un excellent ouvrage sur la sémiologie du graffiti contemporain, distingue pour l’essentiel deux traditions, l’européenne et la nord-américaine.

La tradition européenne aurait pour caractéristique principale d’être écrite, prenant la forme de la maxime de nature poétique, philosophique ou politique. Le parangon de cette tradition serait représenté par les graffitis qui fleurirent pendant Mai 68 en France. A la différence de son homologue européenne, la tradition nord-américaine entretient des liens étroits avec la culture de masse et son imagerie pop, d’où une prédilection pour l’expression figurative et iconographique.

Le mur comme support de l’expression politique Les villes portugaises, surtout les grands centres urbains, sont envahies depuis plusieurs décennies par le graffiti de type nord-américain. Qu’il s’agisse de tags, de throw ups, lettrages « dodus » généralement bicolores ou de fresques de grandes dimensions, ces manifestations visuelles font aujourd’hui partie de notre paysage. Ce que révèle cette mondialisation du graffiti, c’est qu’à travers le monde nous avons trouvé une langue commune, aux mécanismes de production et de validation esthétique identiques.

Mais l’hégémonie de ce format ne doit pas nous faire oublier l’expression murale la plus marquante de notre histoire récente, la fresque postrévolutionnaire. Au lendemain du 25 avril 1974, la « révolution des œillets ont fleuri les expressions politiques utilisant le mur comme principal support. L’iconographie de l’époque, qui mettait en avant Marx, Lénine ou Mao accompagnés de représentations collectives du peuple, de la classe ouvrière ou du monde paysan, a progressivement cédé la place aux tags, dépourvus de portée politique.

Un renouveau du graffiti au Portugal Ces toutes dernières années cependant, un regain de messages politiques semble s’épanouir sur les murs. La grave crise économique et sociale qui a éclaté dans le sillage des mesures d’austérité impo- sées par la coalition gouvernementale PSD-CDS a visiblement mobilisé les Por- tugais, les poussant à une action politique hors du cadre des mécanismes conven- ntionnels d’expression politique. Les grandes manifestations qu’a connues le pays ces dernières années à l’initiative d’associations et de collectifs non partisans l’illustrent bien.

De la même façon, les murs attirent de plus en plus ceux qui veulent non seulement exprimer une révolte diffuse, mais aussi aiguillonner le pouvoir politique, moquer les partis et ébranler le statu quo. Mots isolés, slogans, fresques réalisées à la bombe ou au pochoir, j’ai pu en recueillir de nombreux témoignages dans les rues de Lisbonne. Ces photographies entendent précisément retracer la dynamique de cette manifestation populaire. Ricardo Campos

http://www.courrierinternational.com/article/2014/11/07/des-graffitis-trop-politiques

Lire la suite

06 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

des téléphones mobiles faits de sueur et de sang (lo + basta)

des téléphones mobiles faits de sueur et de sang (lo + basta) dans Altermondialisme

Les profits des géants de la téléphonie mobile, Nokia, Alcatel, Samsung, Apple sont bâtis sur le sang des travailleurs.

C’est ce que montraient les reportages de l’émission «Cash Investigation» de France 2, mardi 4 novembre, à travers les conditions de production de trois éléments des portables.

Dans une usine du centre de la Chine où sont fabriqués des écrans de smartphone, la moitié des effectifs est constituée d’enfants dont les plus jeunes ont 12 ans. Ils sont soumis à des journées et à des nuits de dix heures de travail, pour des salaires dérisoires. Les patrons de l’usine ont recours à cette main- d’œuvre parce qu’elle est moins coûteuse, mais aussi plus docile que les hommes et les femmes employés auparavant.

Pour fabriquer les condensateurs des téléphones, le tantale est extrait des mines du Kivu en République démocratique du Congo (RDC). Dans une de ces mines, ou plutôt de ces trous, à Rubaya, 3 000 personnes travaillent jour et nuit. Au fond des puits la chaleur est étouffante, 43 degrés, et on y manque d’oxygène. Les mineurs meurent en nombre sous les éboulements. L’un d’entre eux, rescapé, expliquait que dans ce cas le tunnel contourne seulement le lieu où a eu lieu l’éboulement. «La mine est leur tombeau» disait-il.

Les aimants des vibreurs ou les micro-caméras sont faits de néodyme, l’élé- ment chimique le plus magnétique. Dans la principale mine du monde pour ce minerai, à Baotou en Chine, un lac d’acide s’est formé. La radioactivité est insup- portable et les composés dangereux comme l’arsenic sont partout présents. Les cancers se sont multipliés et la ville voisine a été rayée de la carte.

Tout cela arrive chez les grands fabricants à travers le filtre d’une multitude de sociétés-écrans, ce qui leur permet de s’en laver les mains. Cette exploitation meurtrière n’est en rien réservée à la téléphonie mobile mais dans la nature même d’un système assoiffé de profits. Daniel Mescla

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2414&id=17

http://www.bastamag.net/Travail-des-enfants-Samsung-pris

Lire la suite

05 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

quand les médias filment la police (acrimed)

tele v

« Immersions » et compromissions

L’immersion, ou journalisme embarqué (embedded), est devenue une technique idéale pour couvrir les faits divers et le récit quotidien de la délinquance, avec une touche de réalité que représente la proximité avec les forces de l’ordre.

C’est la chaîne américaine Fox, propriété du néoconservateur Rupert Murdoch, qui a inauguré la formule en 1989 avec «COPS», show hybride entre téléréalité et reportages d’immersion, qui suit le travail quotidien des policiers, jusqu’aux inter- pellations musclées [1]. Les émissions de reportages se sont lentement rappro- chées de cette forme de couverture spectaculaire, d’abord en accompagnant les troupes d’intervention dans leurs entraînements pour ensuite les suivre sur le terrain, «en action».

Publi-reportages Comme leurs confrères de l’armée, les groupes d’élite de la police et de la gendarmerie (RAID, GIPN, GIGN…) ont droit à des publi-reporta- ges à leur gloire, dont les images et les thèmes ont été déclinés sous d’autres formats sur à peu près toutes les chaînes.

La première à ouvrir le feu fut M6, avec «Zone interdite»: «Gendarmes de choc», un reportage de janvier 1998 sur les pandores d’élite du GIGN, a attiré 5.6 millions de curieux [2]. Les fins limiers d’«Envoyé spécial» ont choisi un angle glamour, en 2002, avec le sujet «Femmes d’élite», en prenant position dans le centre de formation d’un escadron parachutiste du GIGN. TF1 se rattrapera en consacrant une dizaine de sujets aux mêmes troupes d’élite entre 2005 et 2012, formule reprise ensuite sur M6 et France 3 [3]…

Ce phénomène a contaminé l’intégralité du paysage audiovisuel français – pas seulement les chaînes low-cost de la TNT. Ce mode opératoire journalistique est désormais privilégié pour traiter les faits divers, appelés «faits de société» pour mieux les légitimer, la petite délinquance et ses déclinaisons sur les trafics en tous genres (contrefaçons, drogue ou prostitution), tous traités avec la caméra placée du bon côté du képi. Les équipes de télévision osent appeler cela des «reportages d’investigation», prétextant que si elles acceptent ces compromissions, c’est pour être «au plus près des délinquants», «au cœur des quartiers sensibles». Tout cela, bien sûr, ne faisant qu’accréditer l’idée que si la police y est en nombre, c’est que la plèbe, ici-bas, est dangereuse…

À peu près tous les services de police ont été «invités» à ouvrir leurs portes aux caméras, pas seulement les troupes d’élites: brigades des stups, des mœurs, des mineurs, la criminelle, la BRI (l’anti-gang), y compris les flics antiterroristes. Les brigades anticriminalité (BAC), patrouilles de flics en civil «modernisées» sous Charles Pasqua en 1994 pour «pacifier» les centres urbains, sont toujours de très bons «clients» [4].

Dans le cadre de ses incursions en plein Far West urbain, «Zone interdite» a participé à la réputation d’un certain Michel Neyret, le chef de la PJ de Lyon, qui y apparaissait, visage non «flouté», en shérif incorruptible, en septembre 2011. C’était un an avant qu’il n’assure lui-même sa promotion en se faisant interpeller par ses collègues pour corruption, trafic d’influence, association de malfaiteurs et trafic de stupéfiants [5].(…)

La délinquance en col blanc aux abonnés absents Inutile de préciser non plus que ces techniques d’immersion journalistique sont rarement, sinon jamais, mises en pratique pour traquer la délinquance financière de type fraude fiscale des gros groupes industriels. Dans la masse de ces grands «rendez-vous de l’information», nous n’avons trouvé aucune trace d’infiltration au sein de Tracfin ou de la direction des enquêtes fiscales, qui enquêtent sur le blanchiment de capitaux.

Et seulement deux cas où la brigade financière a accepté d’ouvrir ses bu- reaux: sur M6 en septembre 2007 et sur France 2 en octobre 2011. La «crimi- nalité en col blanc», comme le disait Bernard de La Villardière à propos d’un re- portage tourné au sein du pôle financier de la Police judiciaire parisienne, n’est intéressante que lorsqu’elle vise un «patron voyou» anonyme; il ne faut pas, évi- demment, que les grands groupes industriels, qui pourraient, sait-on jamais, être liés aux actionnaires de son diffuseur, soient éclaboussés par d’éventuels scandales.

«Envoyé spécial» s’est montrée un peu plus audacieuse, «s’immergeant» avec les agents de la douane judiciaire qui enquêtent non pas sur l’évasion fiscale, mais sur une arnaque à la TVA dans «un incroyable feuilleton impliquant des sociétés cotées en Bourse, et des dirigeants au-dessus de tout soupçon» [11]. Sujet d’immersion ou pas, la grande évasion fiscale se fait encore bien rare à la télévision, à quelques exceptions près [12] – le sujet est pourtant énormément documenté dans les rapports d’organismes internationaux et les livres d’investigation.(…)

Vous avez dit violences sociales et policières? Il ne suffit d’ailleurs pas d’é- valuer l’appétence télévisuelle pour les images sécuritaires au travers de la seule analyse quantitative. Les angles choisis pour traiter de la violence contemporaine sont autrement plus instructifs. Ses causes socio-économiques ne sont jamais réellement abordées; en revanche l’accent est mis sur la «charge» qu’elle repré- sente pour la collectivité, renvoyant les régimes de protection sociale à du simple «assistanat». Chômage, précarité, paupérisation, inégalités croissantes, état souvent déplorable des logements, équipements ou transports publics: ces violences-là n’ont pas vraiment droit de cité.

Et lorsqu’il s’agit de traiter de délinquance de type économique, on en revient à cibler les populations dominées, puisqu’on parle alors de «fraudes sociales». De quoi légitimer, au passage, la vaste entreprise de fichage interconnecté qui se met en place entre le Pôle emploi, la CAF, le RSA, l’Assurance maladie et d’autres organismes de prestation sociale. Et conditionner «ceux qui se lèvent tôt» à l’idée que les allocataires ne sont que des «assistés» qui mènent le pays à la ruine… Le thème de «la France qui triche», celle d’en bas… est ainsi devenu un grand classique de chaque émission de reportages. (…)

Quant aux violences provenant des forces de l’ordre et du «climat» policier qui règne en permanence dans certaines zones de relégation sociale, provoca- tions contrôles d’identité récurrents, elles sont totalement ignorées. Dans les som- maires des deux machines de guerre de M6 ou ceux de TF1, nous n’avons pas trouvé un seul sujet – pas même une allusion – sur les violences policières, pour- tant à l’origine de la plupart des émeutes urbaines de ces dernières années. (…)

Jérôme Thorel le 4 novembre 2014

NB : Cet article est un extrait mis à jour de l’ouvrage de Jérome Thorel : Attentifs ensemble. L’injonction au bonheur sécuritaire, Paris, La Découverte, 2013.

Lire en entier

Lire la suite

01 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

manifestation massive contre le gouvernement en hongrie (ccr)

People holds up their mobile phones as they protest against new tax on Internet data transfers in centre of Budapest October 26, 2014. REUTERS/Laszlo Balogh (HUNGARY - Tags: BUSINESS TELECOMS CIVIL UNREST) - RTR4BNXM

Mardi 28 au soir, des dizaines de milliers de manifestants ont pris les rues de la capitale hongroise, Budapest.

C’est la deuxième manifestation massive en trois jours (dimanche 26 plus de dix mille personnes avaient manifesté également). Les manifestants s’opposent à un projet de loi du gouvernement conservateur de Viktor Orban qui prétend mettre en place une taxe sur l’utilisation d’internet. La contestation de cette loi semble être en train de jouer un rôle de canalisateur d’un mécontentement social plus profond contenu depuis des années au sein de la société hongroise.

D’après cette nouvelle loi, les fournisseurs d’internet et leurs clients devront payer une taxe de 0,50 euros par gigaoctet téléchargé. Cela a provoqué la rage de la population, notamment parmi les jeunes. C’est comme ça que l’on a organisé rapidement une manifestation dimanche dernier devant le ministère de l’économie et le siège du parti d’Orban, la FIDESZ.

Plus de 10.000 personnes y ont pris partie. Les manifestants scandaient «Internet libre, Hongrie libre» mais aussi des slogans contre le gouvernement. Face au mécontentement populaire, le gouvernement avait essayé de désamorcer la mobilisation en annonçant quelques concessions: la taxe serait limitée à 2,3 euros par mois et par internaute. Mais cela n’a pas été suffisant et les manifestants ont repris la rue mardi soir, encore plus nombreux. Certains parlent de près de cent mille participants. Des manifestations ont eu lieu également dans 8 autres villes du pays. Ils exigent l’abandon du projet de loi. Regrettablement après la manifestation de mardi soir, aucune prochaine date de manifestation n’a été prévue dans les prochains jours. D’après Orban, cette taxe est fondamentale pour combler les trous du budget 2015. En effet, la Hongrie est l’un des pays de l’UE les plus endettés et avec cette nouvelle taxe le gouvernement compte récolter 65 millions d’euros.

L’UE et les Etats-Unis contre Orban Dans les manifestations on n’a pas seulement noté la présence de responsables de partis politiques bourgeois d’opposition, on a aussi remarqué la présence de hauts fonctionnaires impérialistes comme Andre Goodfriend, chargé d’affaires de l’ambassade américaine en Hongrie. L’UE de son côté a dénoncé le projet de loi à travers de sa commissaire aux nouvelles technologies, Neelie Kroes.

En effet, depuis quelques années les relations entre Viktor Orban et l’impérialisme sont pour le moins «compliquées». Ses politiques économiques «hétérodoxes» ne plaisent pas vraiment aux fonctionnaires de l’UE et du FMI. En outre, depuis qu’Orban est arrivé au pouvoir, il a mis en place toute une série de réformes politiques qui, entre autres choses, limitent certaines libertés démocratiques.

Evidemment, ces mêmes fonctionnaires ne déploient pas la même énergie pour dénoncer les attaques contre les travailleurs et les classes populaires (restriction du droit de grève, travail forcé pour les chômeurs, stigmatisation du peuple rrom, criminalisation des SDF).

Ce qui a provoqué ces nouvelles tensions entre le gouvernement hongrois et les dirigeants impérialistes, c’est le rapprochement politique et économique de la Hongrie avec la Russie, ce qui au milieu des frictions avec Poutine ne plait pas à l’impérialisme. En effet, Viktor Orban déclarait en août dernier que la démocratie libérale «avait fait faillite» et qu’il voulait transformer la Hongrie en un régime «illibéral» prenant comme modèle la Turquie et notamment la Russie et la Chine.

Des brèches dans «l’orbanisme» et des opportunités pour les classes populaires Malgré cette tentative des impérialistes et des politiciens bourgeois locaux de contrôler la contestation, cette mobilisation commence à révéler peut-être certaines brèches dans le régime «orbaniste». En effet, malgré son écrasante victoire aux dernières élections municipales, la forte abstention (57%) montrait déjà certaines faiblesses.

Depuis quelques années, Orban a effectué un tournant bonapartiste, avec un discours droitier et nationaliste, qui dans certains aspects rentrait en contradiction avec des intérêts impérialistes. Son discours sur la défense des «intérêts nationaux», avec l’objectif de créer une sorte de «capitalisme magyar», se combine avec une orientation politique et économique profondément antipopulaire.

Face à la crise politique de l’opposition bourgeoise, qui quand elle était au pouvoir a dirigé le pays d’une façon non moins antipopulaire, et au manque d’alternatives propres, c’est plutôt le désenchantement avec la politique officielle et l’apathie qui se sont répandus parmi la société hongroise. Les taux élevés d’abstention et la croissance du parti xénophobe et ultraréactionnaire Jobbik sont, à leur manière, une expression de cela.

Cependant, ces mobilisations pourraient être en train de marquer un début de nouvelles perspectives pour les classes populaires à travers la lutte directe dans les rues. Un recul du gouvernement pourrait en effet donner une nouvelle force à l’action directe des masses en Hongrie et leur redonner confiance en leurs forces. 28/10/2014. Philippe Alcoy

http://www.ccr4.org/Manifestation-massive-contre-le-gouvernement-en-Hongrie

Lire la suite

30 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

questembert, belle île, concarneau, plougastel: braddock america

Mercredi 5 nov à 20h30 : L’Iris, Questembert
Jeudi 6 nov à 20h30 : Le Rex, Belle île en Mer
Vendredi 7 nov à 20h30 : Le Celtic, Concarneau
Samedi 8 nov à 20h30 : L’Image, Plougastel Daoulas
unnamed
Dans le cadre du Mois du film documentaire, Cinéphare vous propose quatre rencontres avec le réalisateur Jean-Loïc Portron, auteur d’un magnifique portrait de Braddock et de ses habitants.

Au Nord-est des Etats-Unis, la ville de Braddock, ancien bastion sidérurgique, a aujourd’hui perdu de sa superbe. Pourtant, une communauté ébauche au quoti- dien une action solidaire pour dessiner l’avenir.

Subtilement éclairé par des images d’hier et les voix des habitants de Braddock, survivants d’un passé révolu, unis dans leur volonté d’entreprendre et le désir de vivre ensemble, Braddock America est une allégorie. Le film raconte avec émotion l’histoire d’une ville américaine tout en racontant la nôtre: celle d’un Occident frappé par la désindustrialisation.

Pourtant, sous les coups des pelleteuses, l’herbe pousse encore et derrière les façades oxydées, des hommes vivent toujours…

BRADDOCK AMERICA
Un film documentaire de Jean-Loïc Portron et Gabriella Kessler
France – 2013 – 1h41

Un documentaire époustouflant sur une petite ville américaine, ancienne capitale de l’acier, devenue cimetière industriel. (Les Inrocks)

Beau documentaire, sensible, intelligent et rigoureux, Braddock America met délicatement et clairement en lumière les conséquences tragiques d’un certain capitalisme. Mais aussi du déclin américain. (aVoir-aLire)

Quelque chose résiste ici, qui serait comme l’esprit du lieu survivant à sa propre déchéance. Le film est pourtant loin du réquisitoire militant. Il est plutôt du côté de la poésie de la perte, de la beauté langoureuse des archives hantant le présent, de la reconstruction par le montage d’un continuum que la réalité a détruit à jamais. (Le Monde)

On trouve là un sens inné du lieu, du décor, que l’on ressent dès le premier déplacement de la caméra, un travelling qui nous fait découvrir une rue qui fut majestueuse mais qui est tombée dans l’anonymat. (L’Humanité)

Un film passionnant, à la beauté tragique des génériques de fin. (Positif)

Ce documentaire en or nous donne une double leçon d’histoire et d’humanité. (Première)

Méthodiquement sacrifiés sur l’autel de l’ultralibéralisme, abandonnés par l’Etat, leur détresse et leur colère irradient ce film, qui a la force d’un cri politique et la beauté d’un poème épique. Leurs voix disent la désolation et la déshumanisation, mais aussi la solidarité et cette culture de la lutte, en acier inoxydable… (Télé CInéObs)

Le Site du film
Dossier pédagogique
Revue de Presse

 

Lire la suite

18 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

les chercheurs dans la rue (fc+of)

 les chercheurs dans la rue (fc+of) dans Educ'action

Ils étaient plusieurs milliers à défiler dans Paris ce vendredi, pour clore un long périple à travers la France lancé il y a trois semaines à Montpellier. Un mou- vement rare pour alerter le gouvernement de leur précarité, leurs conditions de travail et leur manque de reconnaissance.

« Docteur un jour = chômeur toujours », « Science en marche, mais plus pour long- temps » ou « Désolé Darwin, pas d’évolution pour toi dans la recherche » étaient quelques uns des slogans des chercheurs réunis à Paris (8.000 selon les orga- nisateurs, dont de très nombreux jeunes). Rejoint par des confrères de tous hori- zons, le collectif Sciences en Marche achevait son périple en vélo dans toute la France. 150 scientifiques, menés par le biologiste Patrick Lemaire, étaient partis de Montpellier le 28 septembre contre la précarité des doctorants. Ils appellent à la création de 3000 postes par an, car le renouvellement des départs à la retraite est insuffisant pour faire vivre les laboratoires et l’innovation scientifique.

Ma seule solution, c’est de m’expatrier Aux côtés de deux députées, Marie-Georges Buffet (PCF) et Isabelle Attard (Nouvelle Donne), quelques figures étaient présentes pour soutenir ce mouvement. Comme le neurobiologiste belge Jean Rossier, venu en grande tenue d’Académicien, l’astrophysicien Jean-Pierre Bibring, responsable scientifique de l’atterrisseur Philae, de la mission Rosetta, ou le biologiste Alain Trautmann, qui avait été en 2004 le porte-parole du mouvement « Sauvons la recherche ». Tous unis, avec beaucoup de précaires, comme Cyril, 36 ans, au chômage, qui touche 1.600 euros par mois, joint par Cyril Peter. Il est en procès contre son ancien employeur, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. L’Inserm qui ne veut pas l’engager en CDI.

Un problème majeur : le manque de postes (…) Pour Mme Fioraso, qui recon- naît « un problème » dans l’embauche des jeunes chercheurs, les organismes de recherche doivent prendre « leurs responsabilités » et « donner la priorité à l’em- bauche des jeunes docteurs (…) plutôt qu’aux fins de carrière ». N’excluant pas des actions plus dures, « Sciences en marche » en a lui aussi appelé au chef de l’Etat, estimant qu’il est le seul à avoir « l’autorité pour impulser une politique visionnaire et ambitieuse » pour la recherche et l’enseignement supérieur.

Eric Chaverou 17.10.2014

http://www.franceculture.fr/2014-10-17-les-chercheurs-dans-la-rue

http://www.ouest-france.fr/sciences-en-marche-une-etape-finisterienne-avant-les-champs-elysees-2906428

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin