Archive | Médias, culture

22 mars 2017 ~ 0 Commentaire

philippe poutou (npa)

Lire la suite

22 mars 2017 ~ 0 Commentaire

olivier besancenot (npa)

Lire la suite

22 mars 2017 ~ 0 Commentaire

philippe poutou (lci + europe1)

Présidentielle : s’il n’était pas candidat, Philippe Poutou s’abstiendrait probablement (Europe 1)

On sait désormais pour qui roule Philippe Poutou et pour qui il va voter au premier tour de l’élection présidentielle, le 23 avril : pour lui-même.

Le candidat du NPA a expliqué ce mercredi 22 mars sur LCI que s’il n’était pas candidat, il « s’abstiendrait » probablement. Il votera donc pour lui, à défaut de gonfler les rangs absten-tionnistes même s’il reconnaît une proximité avec une autre candidate d’extrême gauche, Nathalie Arthaud qui, elle, « est vraiment de gauche ».

« Si je n’étais pas candidat, je crois que je m’abstiendrais », a-t-il ainsi déclaré sur LCI, ajoutant :  Il y a plein de gens qui vont s’abstenir par ras-le-bol et c’est complètement légitime. Selon lui, il y a « un rejet légitime ».

« On voit bien un milieu politique détestable, corrompu, menteur, tricheur », a-t-il dénoncé en référence aux affaires Fillon ou Le Roux. « Mais c’est pas parce qu’on rejette qu’on règle le problème », a poursuivi Philippe Poutou, soulignant que la question, « c’est par quoi on remplace ».

Passant en revue ses adversaires à gauche de l’échiquier politique, le candidat du NPA a estimé qu’Emmanuel Macron « c’est pas du tout la gauche ». Benoît Hamon ? « On a du mal », réplique-t-il. Il ajoute, sur le candidat du Parti socialiste : Il a un discours qui est certes plus de gauche que les autres politiciens, mais nous, on ne peut pas oublier que c’est le gouvernement actuel qui nous a mis dans la merde, qui a mené une politique profondément antisociale.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, « c’est ce qu’on appelle la gauche radicale, la gauche antilibé- rale, donc évidemment qu’il y a des points communs, mais on a aussi de gros désaccords parce qu’on pense que c’est pas la posture de l’homme providentiel qui va régler le problème ». Il lui reproche également d’avoir « été au PS pendant longtemps » et aussi d’avoir été au gouvernement.

22 mars 2017 Sébastien Tronche

http://lelab.europe1.fr/

Lire la suite

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

philippe poutou (npa)

pt

Salut à tou-te-s (1)

Ce soir, je devais participer à « L’Autre débat », organisé par Explicite. J’ai malheureusement dû annuler ma participation au dernier moment, et je m’en excuse auprès des journalistes et des équipes d’Explicite, et auprès des internautes.

Cet après-midi, j’étais à une rencontre avec la direction de Ford, qui veut de nouveau supprimer des emplois dans ses usines. C’était important pour moi d’être là avec les collègues, pour défendre l’emploi contre les patrons licencieurs.

La rencontre a duré plus longtemps que prévu, et je n’ai pas pu arriver à temps à l’aéroport pour prendre l’avion pour Paris pour être à l’émission de ce soir.

C’est ça aussi la vie d’un candidat ouvrier, qui n’est pas un professionnel de la politique : on a beau être motivé, on ne peut pas être partout !

Je suis vraiment désolé car l’initiative d’Explicite était très bonne, face à TF1 qui a décidé de mépriser les « petits » candidats en n’invitant que les 5 favoris des sondages. Merci à Explicite, et encore toutes mes excuses. Et à charge de revanche !

Salut à tou-te-s (2)

Sur TF1 ce soir, ils discutent de plein de choses, et c’est parfois (souvent) très ennuyeux. Je regarde quand même, et il y aurait plein de choses à dire, mais j’ai un peu plus tendu l’oreille quand ça a parlé emploi et lutte contre le chômage. Et forcément, j’ai remarqué que personne n’a proposé d’interdire une bonne fois pour toutes les licenciements.

Moi aujourd’hui, j’étais en grève avec mes collègues pour défendre les emplois contre Ford qui les menace à nouveau. Ça fait des années qu’on se bat, et la direction veut encore et toujours supprimer des emplois pour faire plus de profit pour les actionnaires.

Il faut interdire les licenciements : pour les entreprises qui font des profits, bien sûr, par la loi, mais aussi en créant une nouvelle branche de la Sécurité sociale, financée par des cotisations patronales, qui permette d’assurer la continuité de l’emploi dans les petites et moyennes entreprises qui sont victimes de la pression des grosses boîtes et qui n’arrivent pas à s’en sortir.

Il faut arrêter de nous raconter des âneries et de nous mener en bateau : ce n’est pas avec des pseudos-négociations d’entreprise ou avec des réponses chauvines qu’on luttera contre le chômage.

Il faut protéger les emplois en interdisant les licenciements, ce qu’aucun des 5 soi-disant « gros candidats » ne propose. Et il faut aussi créer de nouveaux emplois : il y a pour ça des dizaines de milliards d’euros qui nous sont volés chaque année.

Philippe Poutou (Facebook)

Lire aussi:

Premier jour de campagne, premier jour de grève à l’usine Ford Blanquefort pour Philippe Poutou (FR3)

Lire la suite

19 mars 2017 ~ 0 Commentaire

poutou (france info)

32

FranceInfo : À quoi ressemblerait la France de Philippe Poutou ?

Comme pour sa candidature à la présidence de la République en 2012, Philippe Poutou, ouvrier dans l’automobile (chez Ford à Blanquefort, en Gironde), porte les couleurs du Nouveau parti anticapitaliste. Derrière le slogan « Nos vies, pas leurs profits », celui qui a succédé à Olivier Besancenot entend « en finir avec le système capitaliste » et « porte le projet d’une société débarrassée de l’exploitation et de toutes les oppressions ».

En 2012, il avait obtenu 1,15% des voix. Il souhaite notamment en finir avec la 5è République et supprimer la fonction présidentielle. Le candidat du NPA affirme aussi vouloir se présenter pour profiter des débats autour de la présidentielle pour présenter les idées de son parti.

Franceinfo vous dresse le portrait de la France souhaitée par Philippe Poutou.

Retraite à 60 ans et « pré-salaire » pour les étudiants

Philippe Poutou souhaite renverser la logique qui a cours depuis plusieurs décennies. Selon lui, la solution privilégiée par les gouvernements successifs depuis la fin du 20è siècle et l’avènement du chômage de masse a été la réduction du coût du travail. Comme il l’a expliqué sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » sur France 2, il veut en finir avec les solutions « qui tournent en rond depuis quarante ans » et qui visent à « baisser les charges sociales des patrons ».

Au contraire, il veut défendre et élargir la Sécurité Sociale en la finançant par les cotisations. « Cette protection sociale élargie assurera des retraites correspondant aux meilleurs salaires, permettant à chacun de cesser le travail après 37,5 annuités, à 60 ans maximum (55 ans pour les travaux pénibles) », détaille-t-il dans son programme.

Cette Sécurité sociale versera également un « pré-salaire », au niveau du smic, pour les étudiants car ceux-ci sont« « des salariés en formation ». Ce revenu doit leur permettre « de suivre leurs études ou de chercher un premier emploi ». Même chose pour les « salariés avec une activité discontinue » tels que les intermittents du spectacle ou les travailleurs saisonniers : ils bénéficieront d’une »garantie de rémunération » assurée par les cotisations des employeurs auprès de la Sécurité sociale. Celle-ci sera « exclusivement et démocratiquement gérée par les salariés et leurs représentants ».

Des soins gratuits et des hôpitaux de proximité

Sa Sécurité sociale « élargie » devra également garantir « la gratuité des soins de santé et des médicaments prescrits et utiles, en même temps que des indemnités journalières à hauteur de 100 % du salaire » et « des allocations familiales assurant, dès la première naissance, la possibilité d’élever dignement ses enfants ». Philippe Poutou propose d’abroger plusieurs lois qui régissent le fonctionnement du système de santé. Il cite notamment la réforme de la tarifi- cation hospitalière, la « loi Bachelot » et la « loi Touraine » qu’il accuse de détruire « l’hôpital et le transforment sur le modèle de l’entreprise capitaliste ».

Tous les soins et les médicaments « prescrits et utiles » seront gratuits, remboursés à 100 %, ce qui devrait amener mécaniquement à « la suppression des assurances “complémentaires santé” ». Le tiers payant intégral devra permettre d’éviter toute avance de frais pour le patient et les dépassements d’honoraires des praticiens seront proscrits.

Afin de lutter contre les déserts médicaux, le représentant du NPA propose de créer 120 000 emplois dans le secteur, permettant de maintenir la présence « d’établissements de proximité, comprenant au moins un service d’urgence, une maternité et un service de chirurgie » et de « créer des centres de santé publics ouverts 24 h/24 pour la médecine de proximité ».

Sur les droits des femmes, Philippe Poutou entend d’ailleurs rendre « gratuits et accessibles » l’avortement et la contraception et « ouvrir des centres IVG et des maternités partout sur le territoire pour répondre aux besoins ». Le délai légal pour un IVG sera également rallongé à 24 semaines.

Licenciements interdits, semaine à 32 heures et Smic à 1 700 euros

Les grands groupes sont la cible principale du programme du NPA. Philippe Poutou fustige les dizaines de milliards d’euros que les actionnaires des grandes entreprises reçoivent en dividendes. Il souhaite empêcher ces entreprises de procéder à des licenciements et à des suppressions de postes. « Nous refusons que les entreprises puissent encore licencier ou supprimer des sites, que ce soit pour augmenter leurs profits ou pour les maintenir. Celles qui détruisent des emplois doivent être réquisitionnées et mises sous le contrôle des salariés », explique-t-il.

Afin de lutter contre le chômage, Philippe Poutou défend la création d’emplois par la réduction du temps de travail. Il propose de baisser la durée légale du travail à « 32 heures sur quatre jours sans perte de salaire, avec les embauches correspondantes, et aux 30 heures pour les travaux pénibles ». Les salariés bénéficieront également d’une hausse du smic à 1 700 euros net (en mars 2017, le Smic atteint 1 150 euros mensuels) ainsi qu’une augmentation de tous les salaires de 300 euros par mois. C’est un peu moins que la candidate de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud, qui défend l’instauration d’un smic à 1 800 euros.

Son programme prévoit également la suppression « des temps partiels imposés, des contrats précaires, du pseudo statut d’auto-entrepreneur » au profit d’une généralisation du CDI. Un million d’emplois seront également créés dans la fonction publique.

Il cible particulièrement les secteurs de l’agriculture et de l’énergie. Philippe Poutou souhaite réaliser la conversion agricole vers le « tout biologique » d’ici à dix ans. Pour cela, il compte interdire les « intrants chimiques », tels que les pesticides ou les herbicides, et favoriser les circuits courts entre l’agriculteur et le consommateur. Révolution également dans le secteur énergétique, où tous les réacteurs nucléaires de plus de 30 ans seront fermés. Le secteur sera orienté pour parvenir à 100 % d’énergies renouvelables.

Ouverture des frontières et droits civiques octroyés aux étrangers

Fustigeant des politiques qui « coûtent des millions pour empêcher les migrants de se réfugier en Europe », Philippe Poutou propose plutôt de permettre à quiconque entre sur le territoire national de s’installer et de jouir des mêmes droits civiques que le reste de la population.

Il se démarque par ailleurs du candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, à qui il reproche un discours proche de celui de Marine Le Pen : « Nous sommes solidaires des travailleurs grecs, comme des travailleurs venus de Pologne ou d’ailleurs pour travailler ici, en France. N’en déplaise à Jean-Luc Mélenchon qui, employant une formule que ne renierait pas Marine Le Pen, déclarait (…) qu’un travailleur détaché venant d’un autre pays d’Europe “vole son pain aux travailleurs qui se trouvent sur place”. Il y a cent ans, certains disaient aussi que les femmes volaient les emplois des hommes. Mais ceux qui nous volent notre pain sont les patrons ! »

Fin de l’état d’urgence et désarmement policier

Il l’a répété sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » : l’état d’urgence « ne sert à rien » dans la lutte contre le terrorisme. Pour Philippe Poutou, au contraire, cette disposition spéciale mise en place depuis les attentats du 13-Novembre « permet à l’État, par simple décision administrative, de bafouer tous les jours les droits démocratiques ». Il demande à ce que tous les manifestants mis en cause lors de mobilisations sociales bénéficient d’une loi d’amnistie.

Il souhaite également lutter contre ce qu’il appelle « l’impunité policière », en dissolvant les unités de la Brigade anticriminalité (la BAC) et en désarmant la police. Il a néanmoins nuancé cette mesure, sur France 2, en affirmant que le désarmement devra surtout concerner les policiers directement au contact des populations et qu’il portera sur toutes les « armes offensives », comme les Flash-Ball, les Taser et les grenades de désencerclement.

Voir source: FranceInfo

http://www.npa32.fr/

Lire la suite

17 mars 2017 ~ 0 Commentaire

the lab (plougonver)

antikrieg-a1f2f

http://lesmutins.org/the-lab

http://brest.mediaslibres.org/

Lire la suite

16 mars 2017 ~ 0 Commentaire

philippe poutou (le point)

Philippe Poutou

Philippe Poutou, envers et contre tout

Si le candidat du NPA, en meeting à Nanterre, n’est pas sûr de récolter ses  500 signatures, il prépare déjà la lutte contre le prochain gouvernement

Certains sont des militants convaincus, d’autres sont venus comme ça, par curiosité. Cheveux roses ébouriffés et raies sur le côté se côtoient dans l’amphi E2 à Nanterre, ce mercredi  15 mars, pour le meeting de Philippe Poutou.

Assis en tailleur sur les tables, les étudiants discutent en attendant l’arrivée du candidat. Des affiches, des drapeaux du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) tapissent la salle de cours, et sur le tableau, l’inscription suivante : « Nos vies valent plus que leurs profits » avec, en dessous, le hashtag « #Poutoudoitêtrecandidat ». « Il faut qu’il puisse se présenter. C’est nécessaire pour la démocratie, pour que toutes les tendances politiques soient représentées », souffle, con- vaincue, une des organisatrices du meeting. Car, pour l’heure, Philippe Poutou n’a pas encore récolté les 500 signatures nécessaires pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle. La course contre la montre entre dans sa dernière phase et l’urgence se précise : les derniers parrainages doivent être envoyés au Conseil constitutionnel ce vendredi.

12 h 40. Philippe Poutou fait son entrée dans un amphithéâtre presque plein, sous les applaudissements des étudiants. Au programme, 1 h 30 de discours. De lui, bien sûr, mais aussi de plusieurs intervenants, dont Rémi, un cheminot et militant au sein du syndicat Sud- Rail, Bart, un militant des NPA jeunes de Nanterre, et Armelle Pertus, la porte-parole du candidat-ouvrier. C’est cette dernière, enseignante dans les Hauts-de-Seine qui ouvre le bal. « Il nous faut un nouveau Mai 68, commence-t-elle d’une voix qui tremble un peu, mais un Mai 68 qui ira jusqu’au bout ! Pour reprendre tout ce qu’ils nous ont volé en s’accaparant ce que nous seuls produisons ! »

« La génération de la révolution »

« Ils », ce sont les patrons, la classe politique et le gouvernement en place. Entre les lignes, le système qui empêche, notamment, le candidat d’obtenir ses parrainages, et la peur qu’il n’arrive pas à se présenter. Les intervenants parleront à tour de rôle des institutions « faites par et pour la bourgeoisie » qu’il faut abattre, de la « dictature patronale et managériale », de la nécessité de continuer à lutter et à se mobiliser pour « inverser le rapport de force ».

Des exemples plus précis seront cités : celui de Théo pour illustrer les violences policières ; celui d’Édouard, ce cheminot qui s’est suicidé la semaine dernière en se jetant sous un train gare Saint-Lazare, pour les méthodes de la direction de la SNCF ; celui d’Antonin, étudiant emprisonné depuis neuf mois après avoir participé aux mobilisations contre la loi travail… Ces mobilisations, élément central du meeting, sont, pour les membres du NPA, les prémices d’une révolution populaire qui doit éclater. « Nous ne voulons pas être une génération sacrifiée ou matraquée, mais nous voulons être la génération de la révolution ! » conclut Bart dans une tirade exaltée.

Au tour de Philippe Poutou de prendre la parole. « Ici, vous pouvez voir le candidat du NPA », commence-t-il ironiquement, en pointant du doigt les médias qui, pour lui, ne l’invitent pas assez. Il taclera ensuite la loi des parrainages « profondément antidémocratique », qui empê- che les « petits candidats » de se présenter. « Nous subissons le rouleau compresseur capita- liste sans arriver à inverser le rapport de force », s’exclame Poutou, tout en dénonçant les mœurs des politiciens, « leur niveau de corruption, leur arrogance et leur prétention ». Malgré tout, Philippe Poutou n’est pas sûr de pouvoir être candidat. « Je suis encore un potentiel candidat, alors profitez-en ! » ironise-t-il amèrement.

Une marche le 22 avril

« Selon mes décomptes, j’en suis pour l’instant à 461 parrainages », nous confie-t-il. « Les  500 parrainages, on a l’intention de les avoir, mais malheureusement tout est possible. » Pour lui, la difficulté de réunir les précieuses signatures cette fois-ci vient du fait que « la loi se perfectionne et elle est faite pour cela : pour empêcher les petits candidats de passer ». Et de rappeler : « On se bat contre la loi, mais aussi pour la contourner, et arriver à être candidat. »

Mais même si le pari n’était pas tenu, Philippe Poutou ne se découragerait pas. Comme il l’a annoncé dans son discours, il considère qu’il faut « commencer dès maintenant à lutter contre le gouvernement qui sera élu, et ce, quel qu’il soit ». Pour le « potentiel candi- dat », il est nécessaire de « trouver des moyens de lutter ensemble, dans l’avenir, pour le camp des opprimés et des exploités ». D’où ce rendez-vous : le 22 avril prochain, veille du premier tour de la présidentielle, se tiendra le « premier tour social ». Une manifestation avec pour slogan : « C’est la rue qui impose son programme ». Elle aura pour vocation de construire le mouvement social qui s’opposera au futur gouvernement. S’ils n’ont pas les parrainages, Philippe Poutou et le NPA ont de la ressource.

Marylou Magal 15/03/2017

http://www.lepoint.fr/

LIRE aussi :

Parrainages : Philippe Poutou refuse l’aide du FN

Lire la suite

16 mars 2017 ~ 0 Commentaire

aube dorée (studios)

17

Aube Dorée : une affaire personnelle, un film qui met à nu les néonazis grecs.

  • A voir aux Studios le vendredi 17 mars à 20h
  • Le film sera suivi d’un débat avec la réalisatrice Angélique Kourounis, Journaliste, correspondante en Grèce
  • Une collecte de médicaments sera organisée lors de cette soirée

L’association Bretagne-Grèce Solidarité Santé, en lien avec des dispensaires et centres sociaux autogérés en Grèce, organise la tournée de ce film de 2016 en Bretagne. Voir facebook « Bretagne Grèce Solidarité Santé »

Synopsis

« Mon homme est juif, un de mes fils gay, un autre anar et moi féministe de gauche, fille d’immigré. Si Aube Dorée vient aux affaires notre seul problème sera dans quel wagon nous monterons. »

Une journaliste enquête depuis des années sur l’organisation du parti néo nazi grec Aube Dorée.

L’effondrement économique, l’instabilité politique, et les relations familiales sont au premier plan de ce documentaire qui essaie de comprendre ce qui se passe dans la tête des Aubedoriens qui se posent en victimes du système.
Une Aube Dorée qui ne s’est jamais cachée quant à son idéologie. Ses scores aux élections dans le passé étaient peut être négligeables, mais cette idéologie défendue par une partie du clergé, cultivée par la plupart des média, et transmise par le système politique est
devenue le terreau sur lequel l’organisation a pu se développer.
La réalisatrice approche la question d’Aube Dorée via ses propres obsessions, ses inquiétudes et ses peurs. Elle a dédié plusieurs années de travail à ses recherches autour du parti néo nazi grec qui occupe toujours la troisième place sur l’échiquier politique grec après des décennies d’actions meurtrières. C’est son troisième film sur la question, et le premier documentaire d’auteure.

 

Lire la suite

14 mars 2017 ~ 0 Commentaire

signatures (le huff’)

front-populaire-revolution-manquee-de-daniel-guerin-914855607_ML

Le FN appelle à parrainer Poutou qui refuse cette aide

Le candidat du NPA est loin du but mais il ne veut pas compter sur l’aide de l’extrême droite pour pouvoir se présenter.

Il n’en veut pas. Bien qu’en grande difficulté pour obtenir ses 500 signatures pour la prési- dentielle (il lui en manquait 255 vendredi 10 mars), Philippe Poutou ne souhaite pas recourir à l’aide que le Front national se propose de lui donner. Le candidat du NPA a dit non à l’appel lancé mardi 14 mars par le vice-président du FN Louis Aliot.

Sur RMC et BFMTV, ce dernier a « incité » les maires qui n’ont encore parrainé personne à donner leur signature à l’ouvrier bordelais. « Qu’on le veuille ou non, il représente un pan de l’opinion française », a expliqué l’eurodéputé.

Réponse de l’intéressé qui fait du Front national son adversaire numéro un: « il y a des soutiens qu’on refuse. » Rappelons seulement qu’un candidat ne peut pas refuser le parrainage d’un maire et que ce dernier n’est pas tenu de prévenir celui qu’il parraine.

Il y a quelques jours Marine Le Pen avait elle-même affirmé qu’elle donnerait sa signature à un autre candidat dès lors qu’elle aurait franchi le cap des 500 parrainages. C’est ce qui s’est produit vendredi 10 mars. Sollicité par Le HuffPost, l’entourage de la leader frontiste n’a pas encore répondu.

Alexandre Boudet Journaliste politique au HuffPost 14/03/2017

http://www.huffingtonpost.fr/

Tant qu’il le faudra ! Blog de la commission antifasciste du NPA

Communiqué:

Pas de compromission avec l’extrême droite, contre le fascisme tant qu’il le faudra.

Ce mardi matin, sur RMC le Front National par le biais de Louis Alliot, son Vice-Président, a appelé les maires à parrainer Philippe Poutou au nom de la démocratie.

Nous dénonçons cette manipulation, qui prend la forme d’un savonnage de planche, de la part du parti des assassins de Ibrahim Ali et de Brahim Bouarram. Nous n’avons, à présent, pas reçu de parrainage d’extrême droite, et cela tombe bien, nous n’en voulons pas.

Même si nous cherchons encore des signatures pour pouvoir présenter la candidature de Philippe Poutou, cela ne se fera pas au prix d’une compromission avec un parti qui défend, à l’extrême, l’exploitation et l’oppression, nous, nous défendrons dans la rue et dans les urnes les exploité.e.s et les opprimé.e.s.

Nous serons antifascistes, tant qu’il le faudra.

 14 mars 2017 Commission nationale antifasciste

Notre blog spécialisé

Lire la suite

14 mars 2017 ~ 0 Commentaire

rennes réfugiés (fr3)

nor 1960

80 illustrateurs vendent leurs oeuvres pour aider les réfugiés

À Rennes, plus de 80 illustrateurs de livre jeunesse ont mis en vente dessins et illustrations afin de récolter des fonds destinés à venir en aide aux réfugiés. Une action était organisée par l’association Encrage qui n’en est pas à son coup d’essai.

L’association Encrage, dont le but est de promouvoir la littérature jeunesse et la lecture auprès de publics défavorisés, organisait ce dimanche 12 mars après-midi à Rennes, une vente solidaire au profit de l’accueil des réfugiés. Plus de 80 artistes ont ainsi pour ce rendez-vous offert des œuvres, illustrations, dessins originaux, proposés à des tarifs très accessibles allant de 25 à 100 €.

Divers ateliers étaient également proposés aux visiteurs : dessin, découpage, lectures animées par des professionnels du livre, goûter, concerts, des moments d’échange aussi et de partage avec des réfugiés présents.

Avant Rennes, de telles ventes solidaires avaient été organisées à Paris, Lyon, Nantes ou encore Angoulême. L’argent ainsi récolté est destiné à soutenir des associations locales d’accueil pour les migrants.

Eric Nedjar 13/03/2017

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin