Archive | Luttes sociales en Finistère

14 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

landerneau 2è collège (le télégramme)

landerneau

Landerneau. 800 personnes pour un second collège

Hier, près de 800 personnes se sont mobilisées à Landerneau (29) afin de réclamer la construction d’un second collège public dans la commune.
.
Quatrième ville du Finistère, avec un peu plus de 15.000 habitants, Landerneau dispose, aujourd’hui, d’un seul et unique collège public (le collège de Mescoat), un établissement guetté par la saturation depuis des années.
.
Afin d’endiguer le problème, le conseil départemental envisage une nouvelle sectorisation. Celle-ci prévoit de dérouter vers d’autres collèges les enfants qui, jusque-là, se tournaient naturellement vers Landerneau.
.
Un collectif s’est monté afin de contester cette nouvelle carte scolaire tout en réclamant la construction d’un second collège à Landerneau, un projet envisagé depuis des années mais jamais concrétisé.
.
800 manifestants se sont mobilisés, hier, à l’appel de ce collectif, autour d’une contestation qui semble faire l’unanimité dans le territoire.
.
On a ainsi vu des élus de tout bord prendre part à la marche. Tous ont paraphé ce permis de construire, aussi symbolique que factice, pour la construction d’un second collège public à Landerneau
.
14 janvier 2018
.
.
Lire aussi:
.

Lire la suite

12 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

cat (le télégramme)

greve g

Transport de passagers. Deuxième débrayage à la CAT

Le transport scolaire a été légèrement perturbé par endroits, hier, dans le Finistère, en tout début de matinée, ainsi que certaines lignes régulières de la CAT, en raison d’un débrayage organisé par la CGT qui a lancé une alarme sociale.

Une soixantaine de salariés de CAT, sur les 300 que compte l’entreprise de transport de passa- gers dans le département, filiale de Transdev, moins selon la direction, a participé, hier, entre 7h et 7 h 55 à un débrayage. Un premier mouvement avait déjà eu lieu le 2 décembre dans le cadre d’une alarme sociale déclenchée par la CGT, second syndicat de la société après la CFDT. Elle a fait jusqu’à présent l’objet de deux procès-verbaux de désaccord.

« Nous sommes confrontés à des problèmes d’entretien »

« Tout le monde est remonté », estime Pascal Vahé, délégué départemental CGT. Sur la cinquantaine de revendications pointées, le syndicat met notamment en avant l’état de certains véhicules. « La vie des clients n’est pas en danger mais nous sommes confrontés à des problèmes d’entretien car les véhicules ne peuvent être immobilisés faute d’un nombre suffisant de véhicules de remplacement », précise Pascal Vahé.

.

Pas de plannings de travail le week-end

Il dénonce aussi une absence de plannings de travail le week-end, perturbant la vie familiale, le rappel de personnels pendant les repos ou les vacances, le non-respect des repos hebdo-madaires. « Nous n’avons plus d’intéressement depuis cinq ans », a-t-il ajouté. Quant au site de Carhaix, « cela fait neuf ans que l’on nous dit qu’il doit être déménagé ».

.
La direction : « Nous souhaitons avancer… »
.
« Ma porte est ouverte, nous souhaitons avancer mais nous sommes sur des sujets de fond et nous avons été un peu contraints par le temps. Sur 57 demandes, 40 sont prises en compte, douze actions sont en cours ou à venir », affirme Yann Bachelot, directeur départemental, à Brest. Sur les plannings, « c’est compliqué, nous avons beaucoup de modifications régulières par nos clients, il faut qu’on réussisse à trouver des solutions ». Il évoque aussi les «25.000 € de travaux sur l’exploitation de Quimper pour la salle de prise de service avec l’Aract Bretagne». « De nouvelles actions vont être envisagées », annonce pour sa part la CGT.
.
  09 janvier 2018 Jacky Hamard
.

Lire la suite

06 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

bretagne ehpad (fr3 + npa)

penibilite

Bretagne : le nombre de personnes dépendantes s’envolent, pas celui des personnels des EHPAD

Après le passage ce jeudi de la ministre de la Santé Agnès Buzyn dans un EHPAD de Saint-Malo, les personnels qui s’occupent des personnes âgées dépendantes restent sur leur faim : ils revendiquent des effectifs pour faire face aux nombreuses tâches qui s’accumulent.

En Bretagne, le vieillissement de la population ne cesse d’augmenter. Selon les chiffres de l’Agence régionale de Santé les Bretons de 75 ans et + représentent actuellement 10,5% de la population. Ils seront 13,5% en 2030,  puis 18,2% en 2050. Conséquence : les besoins d’hébergement explosent. Pour l’instant, on compte dans la région Bretagne 499 EHPAD pour environ 40 000 places.
.
Un degré de dépendance qui monte
.
Ce jeudi 4 janvier la ministre de la santé s’est rendu à Saint-Malo dans l’après-midi pour visiter un établissement privé non lucratif (PNL) de l’Armée du Salut : l’Ehpad Boris-Antonoff. Le député LR d’Ille-et-Vilaine Gilles Lurton avait invité la ministre à visiter cet établissement exem- plaire en termes de services, d’activités et d’aménagements.  Une équipe de reportage y a rencontré des personnels, juste avant la visite de la ministre de la santé.
.
La directrice Valérie Mercier constate que face à un degré de dépendance, toujours plus important, des personnes âgées, elle ne peut compter que sur la forte volonté de ses personnels professionnels : Les ratios en personnels pouvaient être suffisants il y a quelques années, mais aujourd’hui il faut absolument qu’ils soient revus à la hausse.Valérie Mercier directrice de l’Ehpad Boris-AntonoffSophie Louin, assistante de soins en gérontologie va dans son sens et ajoute que les métiers qui entourent les personnes âgées n’attirent plus les jeunes. Et pour cause : ce sont des métiers difficiles et il faut travailler un weekend sur deux et les jours fériés ! Et puis non seule-ment les effectifs sont insuffisants, mais en plus ils ne sont pas bien reconnus ni valorisés pour attirer de bons soignants.
.

Des effectifs à la peine

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) publie sur son site les statistiques des établissements. Sur la France entière depuis 2007 le nombre de places en Ehpad est passé de 352 514 à 577 436 en 2016 (+ 225 000 places) mais les les ratios de personnels (tous confondus) n’ont pas monté en proportion.

Sur ce site du CNSA on retrouve aussi les textes du Plan Solidarité Grand Âge présenté le 27 juin 2006 par Philippe BAS (alors Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille) et qui s’était substitué au Plan Vieillissement et Solidarités, annoncé suite à la canicule de l’été 2003. Au chapître 6 / « Avoir plus de personnel soignant auprès des personnes âgées »,  on peut lire :

Pour les maisons de retraite qui accueillent les résidents les plus dépendants :

  • Assurer la présence d’1 professionnel pour 1 résident
    Dans les établissements pour personnes handicapées, l’effectif est en moyenne d’1 agent pour 1 personne accueillie. Ce ratio est, en revanche, de seulement 1 professionnel pour 2 résidents dans les maisons de retraite. Or les besoins des personnes accueillies sont en réalité très comparables. Il faut remédier à cette situation, en se fixant l’objectif d’une convergence dans les 5 ans entre ces deux types d’établissements.
  • Augmenter dès 2006 les financements pour tenir compte des besoins en soins médicaux. Pour les maisons de retraite qui accueillent les résidents les plus dépendants, l’augmentation de moyens se fera dès cette année. Pour les autres, c’est au moment du renouvellement des conventions tripartites que les besoins en soins vont être pris en compte.

Or les financements n’ont pas été réévalués à hauteur des promesses de 2006 et le ratio per-sonnel/résident est loin d’être à 1 pour 1, onze ans plus tard il est même en dessous de 0,6 !
Coté financement la Bretagne est légèrement au-dessus de la moyenne française, mais les 4 départements bretons vivent la même difficulté. Un désengagement progressif de l’Etat qui compense de moins en moins les dépenses obligatoires et qui met en difficulté les finances départementales.

Jean-Luc CHENUT, le président du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, dénonce ce manque d’argent et de personnel : chaque année le nombre des bénéficiaires grimpe de 3 à 4% mais l’État n’augmente le budget que de 1,2%. Le déficit rien que pour 2017 est de 66 millions d’euros ! » Une description de la situation que la ministre de la santé, Agnès BUZYN, estime caricaturale. Elle explique à notre micro que les Ehpad souffrent plus de problèmes managériaux que de manque d’effectifs.

Les syndicats ne sont pas de cet avis. Une grève des personnels des EHPAD est prévue partout en France le 30 janvier prochain.

greve g

Mardi 30 janvier 2018 : Appel à la grève de tous les EHPAD

22 décembre 2017 / Intersyndicale

les Fédérations syndicales FO des services publics et de santé, CGT santé et action sociale, CGT des services publics, CFDT santé/sociaux, UNSA santé/sociaux et CFTC santé/sociaux, réunies le jeudi 14 décembre 2017, ont décidé d’appeler les personnels des établissements accueillant des personnes âgées et des services à domicile à une journée de grève nationale et de mobilisation le mardi 30 janvier 2018.

Les Fédérations CGT, CFDT, FO, UNSA et CFTC invitent leurs syndicats à organiser dans chaque département, dans le cadre de la grève, des rassemblements, manifestations, délégations auprès des délégations territoriales de l’ARS et des Conseils Départementaux.

http://sante.cgt.fr/

Lire aussi:

Santé : toujours plus d’austérité et de privatisations (NPA)

Lire la suite

19 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

perceptions (le télégramme)

fonctionnaires

Finances publiques. Des inquiétudes

En l’espace de dix ans, les finances publiques ont perdu entre 350 et 400 agents dans le Finistère, selon les syndicats.

Les syndicats ont boycotté, hier à Quimper, le comité technique des Finances publiques. Ils dénoncent une coupe claire dans les effectifs et le projet de fermeture de quatre nouvelles trésoreries.

Les organisations syndicales ont refusé de siéger au comité technique des Finances publiques du Finistère, hier matin. L’action avait d’abord valeur de symbole. Elle visait à dénoncer la nouvelle vague de suppressions de postes imposée à l’administration fiscale par le gouvernement. Sur les 1.600 postes concernés à l’échelle nationale, Bercy demande au Finistère d’en rendre 21.

.
« Les missions deviennent difficiles à remplir », alarment les quatre organisations syndicales (FO, Solidaires, CGT et CFDT), unies face à leur direction. En l’espace de dix ans, elles estiment entre 350 et 400 le nombre de postes d’agents supprimés dans le département (300 selon leur direction). Une inquiétude qui avait mobilisé, toujours de source syndicale, la moitié des 1.100 agents des finances publiques, le 10 octobre dernier, à l’annonce du projet de loi de finances et face à « un risque de privatisation du service public ».
.

Souffrance au travail

Reportée à jeudi matin, la réunion manquée d’hier pourrait à nouveau être largement boudée. « Le dialogue social arrive à une impasse », commente un délégué syndical CGT.Hier, seule Force ouvrière avait pris la décision de siéger, soucieux « d’intervenir dans le choix de la direction départementale sur la localisation des suppressions de postes », à défaut d’avoir un mot à dire sur le nombre de suppressions d’emplois.

.
Une volonté syndicale expliquée par la souffrance grandissante au travail des agents que dénoncent les organisations syndicales. Catherine Brigant, la directrice départementale, dit en avoir conscience : « Il s’agit de l’une de nos préoccupations majeures ». « Nous tiendrons compte des services qui pourraient, de cette façon, être fragilisés dans la localisation des décisions », assure-t-elle.
.

Quatre nouvelles trésoreries menacées

Des suppressions de postes qui, pour les représentants syndicaux, pourraient également venir fragiliser un peu plus le maillage territorial des trésoreries mis à mal d’année en année.

.
Lannilis, Lanmeur, Rosporden et Daoulas devraient ainsi s’ajouter à la longue liste des fermetures, au 1e r janvier prochain.
.
Un choix défendu par Catherine Brigant, sans rapport, selon elle, avec la réduction des effectifs. « Il s’agit de mettre en place une organisation en phase avec le schéma départe- mental de coopération intercommunale ». Elle en veut pour preuve la fermeture, au 1e r janvier prochain, des trésoreries de Brest banlieue, à Guipavas, et de Pleyben.
.
  19 décembre 2017 J.L.B
.

Lire la suite

19 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

grossesses (le monde)

arsenic etc

Pollution : les femmes enceintes françaises surexposées à l’arsenic et au mercure

Selon une étude publiée par Santé publique France, cette « surimprégnation » s’expliquerait par « une consommation plus élevée de produits de la mer » en France.

Le pictogramme qui préconise aux femmes de ne pas boire la moindre goutte d’alcool pendant la grossesse, même pendant les fêtes, doit-il également être accolé sur les bourriches d’huîtres ou les plateaux de saumon et de fruits de mer ?

On savait déjà que ces mets, consommés crus, étaient déconseillés en raison des risques de listériose.

Une étude inédite publiée mardi 19 décembre par Santé publique France (ex-Institut de veille sanitaire), quelques jours avant les agapes de fin d’année, montre que les femmes enceintes françaises sont surexposées à l’arsenic et au mercure, et que cette « surimprégnation » (par rapport notamment aux Américaines et aux Canadiennes) « trouverait une explication dans la consommation plus élevée de produits de la mer ».

Ces résultats préoccupants sont issus du volet périnatal du programme national de bio- surveillance que les ministères de la santé et de l’environnement ont demandé à Santé publique France de mettre en œuvre, considérant que « la connaissance des niveaux d’exposition des femmes enceintes [aux polluants de l’environnement] et le mode d’imprégnation sont des enjeux majeurs de santé publique ».

L’exposition prénatale à ces polluants est soupçonnée d’avoir des répercussions sur la grossesse (prématurité, malformations congénitales, petit poids à la naissance) et sur le développement et la santé de l’enfant (atteintes du système reproducteur, du métabolisme, du développement psychomoteur et intellectuel ou augmentation du risque de cancer).

Cobalt et plomb

L’étude a été conduite sur un échantillon représentatif de 4 145 femmes ayant accouché en 2011 en France continentale (hors Corse) à partir de prélèvements recueillis au moment de l’accouchement : sang de cordon, urines, cheveux et sérum. Une première salve de résultats, publiée en décembre 2016, a déjà montré la présence de polluants organiques (bisphénol A, phtalates, pesticides, PCB ou composés perfluorés). (Suite payante!)

LE MONDE | 19.12.2017  Stéphane Mandard

http://www.lemonde.fr/

Lire la suite

16 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

brest quimperlé la poste (le télégramme)

greve-poste-privatisation

Quimperlé. Les facteurs en grève lundi prochain

Après leurs collègues de Carhaix, Briec, Crozon, Gouesnou, Brest Dourjacq ainsi que la plateforme courrier de Brest Kergaradec, les factrices et facteurs de Quimperlé viennent de décider de s’engager dans un mouvement de grève à partir du lundi 18 décembre.

Ils revendiquent notamment « le maintien de toutes les tournées existantes à l’inverse du projet de réorganisation de la direction qui envisage la suppression d’au moins cinq tournées ». La CGT-FAPT du Finistère Sud demande « de réelles négociations sur l’organisation du travail ».

15 décembre 2017

http://www.letelegramme.fr

boite postale

Fin de conflit à la plateforme de La Poste

Ils étaient en grève illimitée depuis le 6 décembre. Ce vendredi soir, en assemblée générale, les agents de la Plateforme industrielle du courrier (PIC) de Kergaradec, à Brest, ont voté la reprise du travail.

Après dix jours de grève, pour dénoncer la fin des équipes de nuit à la rentrée 2018, mais aussi le manque d’effectifs titulaires, ils ont pris acte d’un certain nombre d’avancées, « tant sur le plan de l’organisation du travail que sur les mesures d’accompagnement social, proposées par le directeur d’établissement », précise la CGT.

« Pour autant, le personnel, soutenu par la CGT, maintient l’exigence d’améliorations concrètes et durables de leurs conditions de vie et de travail, à hauteur de leur investissement quotidien et la reconnaissance de leur conscience professionnelle et de leur expertise du terrain », précise Fabrice Martinet, secrétaire général du syndicat CGT-FAPT du Finistère-Nord.

http://www.letelegramme.fr/

Lire la suite

15 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

plouhinec jean moulin (fr3 + lt + of + lpb)

poulgoazec

Plouhinec: le lycée pro ferme, des interrogations sur la filière Charpente maritime

Le lycée Jean-Moulin est spécialisé en menuiserie. Il fermera certainement ses portes à la rentrée prochaine, si l’Education Nationale et le préfet valident la décision du conseil régional, prise ce jeudi. Les formations seront transférées, mais du côté du syndicat enseignant, des doutes subsistent.

La décision a été prise ce jeudi 14 décembre par le Conseil régional.

Le lycée professionnel Jean-Moulin de Plouhinec dans le Cap Sizun fermera ses portes à la fin de l’année scolaire. Le lycée Pierre-Guéguin de Concarneau récupèrera les effectifs. Une partie des formations pourrait aussi être transférée vers le lycée des métiers du Bâtiment de Pleyben. Trois formations initiales y sont dispensées (menuisier technicien, agenceur, charpentier marin).

Le lycée comptait 47 jeunes pour 2017/2018, d’après Le Télégramme. L’année prochaine, ça aurait été une trentaine. Le CAP Charpente marine, ouvert en septembre 2014 n’était pas parvenu à séduire les étudiants. Pour sa première rentrée, la promotion ne comptait que 6 élèves. Pourtant la profession est demandeuse de main-d’oeuvre.

Le lycée de Concarneau sera-t-il prêt ? Des travaux sont à prévoir pour la migration de cette formation. N’importe quel établissement ne s’improvise pas chantier naval. La région se veut rassurante et dit mettre en place les installations. Les travaux en atelier dispensés dans cette filière nécessitent la construction d’un tout nouveau bâti qui ne pourra pas être effectuée pour septembre prochain.

La FSU commentait dans un communiqué : 

[En 2017,] le recrutement s’est bien passé avec 11 élèves sur 12 en seconde TMA, 10 élèves sur 12 en Menuiserie et 11 élèves sur 12 en Charpente Maritime. Les enseignants ont été prévenus de ces discussions mi-novembre.

Un « renno-centrisme » ? 

Le syndicat continue : « selon toute vraisemblance il n’y aura donc aucune formation de charpente maritime dispensée en Finistère lors de l’année scolaire 2018-2019. Les expérien- ces passées au niveau national de filières n’ayant pas accueilli d’apprenants pendant une année scolaire montrent toutes que ces filières ont rapidement fermé par la suite. »

Du côté du Cap Sizun, la population doute. La FSU rapporte une inquiétude sur la par disparition du savoir-faire naval ainsi que par la désertification des établissements scolaires au profit des plus grandes villes.

Cathy Dogon  15/12/2017

Notre reportage en​ 2014

Plouhinec : gros plan sur la formation de charpentier de marine 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire aussi:

Le Conseil régional vote pour la fermeture du lycée Jean Moulin (Le Télégramme)

La Région vote la fermeture du lycée Jean-Moulin (Ouest France)

La décision de fermeture du lycée Jean-Moulin à Plouhinec passe mal (Le Peuple Breton)

FSU: http://www.rennes.snuep.fr/

Lire la suite

14 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

kergaradec la poste (ouest france)

la poste

La situation empire au centre de tri de La Poste de Kergaradec

C’est officiel, le mouvement de grève initié mercredi 6 par les agents de la plate- forme industrielle de courrier (Pic) de Kergaradec est parti pour durer. Les diffé- rentes réunions avec leur direction n’ont en effet rien donné. Au contraire, le dialogue semble plus que jamais dans l’impasse.

La situation reste bloquée au centre de tri postal de Kergaradec. Depuis mercredi soir, les agents sont en grève. Ils dénoncent, entre autres, la suppression programmée des équipes de nuit, un dialogue social inexistant et des conditions de travail qui se dégradent.

Vendredi 8 en fin de journée, les grévistes ont été reçus par la direction locale, suite à une réunion avec la direction de Vannes. Mais rien n’a avancé, « au contraire », déplore Philippe Poupon, représentant CGT à la Plate-forme Industrielle de Courrier (Pic) de Kergaradec. « Après deux heures de discussion, la situation était encore pire. Les cadres et les salariés étaient en pleurs. »

Des salariés en pleurs

La direction a confirmé son intention de réduire les effectifs. Pour les grévistes, qui réclament à l’inverse plus de personnel, c’est de la provocation. Ils estiment d’autant plus que La Poste est en bonne santé financière, car elle aurait perçu un milliard d’euros de la part de l’État, grâce au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Le dialogue est donc au point mort. Hier matin, une trentaine d’agents étaient réunis pour une assemblée générale. Ils ont demandé à l’unanimité la reconduction de la grève.

Ouest-France Dimanche 10 décembre 2017

https://brest.maville.com/

Lire la suite

14 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

carhaix (le monde)

A Carhaix, le « Miracle Chinois » se fait attendre

kar

kar22

 

Lire la suite

27 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

landerneau linky (le télégramme)

compteurs linky

Landerneau. Compteurs Linky : journée de grève pour les releveurs

Ce lundi, à l’appel de la CGT, les releveurs de compteur du Finistère sont en grève. Réunis à Landerneau, ils réclament notamment une revalorisation de la prime de licenciement ainsi qu’un véritable accompagnement pour un reclassement professionnel.

Nouvelle génération

Ils ont pour nom Linky pour l’électricité et Gazpar pour le gaz. Ces compteurs nouvelle géné- ration sont dits communicants. De fait, nul besoin de les relever puisqu’ils transmettent eux- mêmes les informations. Il y a environ 770.000 compteurs dans le département. Pour l’heure, seuls 90.000 ont été remplacés par des boîtiers nouvelle génération. Mais, une fois que le renouvellement sera terminé, que deviendront les releveurs de compteur ?

Mission en sous-traitance

Le relevé des compteurs est une mission qu’Enedis (ex ERDF) et Engie (ex GDF) ont décidé de sous-traiter. Sur le Finistère, elle est aujourd’hui assurée par la société Telima Comptage, basée à Lannion. «Telima Comptage est l’une des nombreuses petites sociétés déployées par une holding luxembourgeoise », assure Johan Laurent, secrétaire général CGT Mines-Energie.

Aujourd’hui, Telima Comptage, représente une trentaine de releveurs sur le Finis- tère. Pour William Hurty, délégué CGT, le licenciement de tous ces salariés devrait intervenir en mars 2018. « Mais, on n’arrive à avoir aucune information. C’est le black-out total », s’indi- gne-t-il. Ce lundi matin, environ dix releveurs ont installé leur piquet de grève devant le bâtiment EDF-GDF de Landerneau.

27 novembre 2017

http://www.letelegramme.fr/

.
.
Commentaire: Nous soutenons évidemment la luttes des intérimaires.
.
Cela ne remet en rien en question la question de fond: pourquoi fallait-il changer tous ces compteurs neufs ou presque? Dans le but de supprimer tout le personnel qui les relève! Sans parler des méthodes de voyous pour entrer chez les gens qui les refusent, de la méfiance envers les ondes et des problèmes de fonctionnement de ces compteurs!

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin