Archive | Luttes sociales en Finistère

05 mai 2017 ~ 0 Commentaire

nantes 7 mai

nantes

Facebook

Lire la suite

08 avril 2017 ~ 0 Commentaire

concarneau hôpital (ouest france)

manifestants-hopital-SUD

Le comité de défense de l’hôpital sur le marché

Les membres du comité ont incité les passants à signer leur pétition.

Plusieurs membres du comité de défense de l’hôpital de Concarneau étaient sur le marché, vendredi matin, dans le cadre de la journée mondiale contre la marchandisation de la santé.

L’occasion pour eux de faire signer une pétition pour obtenir un scanner pour le service de radiologie l’établissement de santé.

07/04/2017

http://www.ouest-france.fr/

Contact : defendre-hopitalcc@hotmail.fr.

Lire aussi:

Hôpital de Concarneau. Le Comité de défense compte sur le soutien de la population (Sud Santé)

Lire la suite

08 avril 2017 ~ 0 Commentaire

concarneau halle (ouest france)

Manara-marre

Concarneau. Grève à la Halle aux chaussures

L’équipe de la Halle aux chaussures de Concarneau (Finistère) a laissé le rideau baissé ce matin afin de protester contre la fermeture définitive de leur magasin, le 31 août prochain.

La nouvelle était tombée à la fin du mois de janvier, comme un couperet :

le magasin la Halle aux chaussures de Concarneau, ouvert en septembre 2008, fermerait ses portes à la fin du mois d’août. Au total, plus de 180 boutiques de l’enseigne sont concernées partout en France par le plan de fermeture du groupe d’habillement et de chaussures Vivarte. Le magasin de Concarneau sera le seul du Finistère à être touché.

En réaction, les syndicats FO, CGT, CFDT, Sud Vivarte, CFECGC ont appelé à un mouvement de grève générale ce vendredi matin. « Nous sommes solidaires avec nos collègues qui mani- festent ce matin devant le siège à Paris » expliquait une des salariés du magasin concarnois. Les trois salariées, embauchées en CDI à temps partiel, se disent « dégoûtées »: « on s’est énormément investies dans ce magasin depuis son ouverture ».

« Pour l’instant on ne peut pas chercher autre chose, on attend de voir ce que donnera le plan social, en négociation jusqu’au 31 mai » ajoute une seconde, en poste depuis plus de deux ans.

Le magasin rouvrira ses portes ce vendredi après-midi, dès 14 h.

07/04/2017 Pauline BOURDET.

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

08 avril 2017 ~ 0 Commentaire

carhaix santé (ouest france)

manifestants-hopital-SUD

Carhaix. Grève au Centre départemental d’action sociale

Le personnel du Centre départemental d’action sociale de Carhaix (Finistère) s’est mis en grève ce vendredi matin. Une mobilisation pour dénoncer le plan de restructuration des directions territoriales. Selon la CGT le redécoupage met à mal le personnel médico-social et les bénéficiaires de l’accompagnement.

Une trentaine de femmes tiennent le piquet de grève devant le Centre départemental d’action sociale de Carhaix (CDAS) (Finistère). Les salariés de Carhaix et de Châteauneuf-du-Faou dénoncent la surcharge de travail dans le suivi des dossiers et le manque de personnel pour venir en aide aux enfants et aux personnes âgées.

Du retard dans le traitement des dossiers

Depuis le 1er janvier 2017, les sept territoires d’action sociale ont été réorganisés en trois pôles de direction (Morlaix COB, Brest et Quimper Cornouaille). Le centre de Carhaix est rattaché à la direction de Morlaix COB.

« Le personnel doit maintenant s’occuper des dossiers de l’ancienne communauté de communes du Yeun Elez. Les délais de traitement sont rallongés et nous n’avons pas de moyens humains supplémentaires », répond l’éducatrice spécialisée et cégétiste Monique Courtois. « Les retards peuvent atteindre un mois. »

Une équipe gruyère

Selon la CGT, l’antenne de Châteauneuf-du-Faou est aussi mise à mal. La secrétaire doit assurer l’accueil des usagers entre Carhaix et Châteauneuf. La permanence n’est plus en continu. « Nous sommes une équipe gruyère », illustre Pascale Riec, secrétaire au CDAS de Carhaix.

07/04/2017

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

26 mars 2017 ~ 0 Commentaire

bibus (côté brest + of)

tramway-Hot-Rod-28-Lisbonne

Bibus : grève tous les jours désormais

Depuis samedi 25 mars 2017, le réseau de transport en commun (bus + tram) est perturbé du lundi au dimanche, week-end compris.

Le mouvement social du syndicat CFDT Bibus se poursuit. Et se renforce puisque depuis samedi 25 mars 2017, il se manifeste tous les jours, du lundi au dimanche. Donc même le week-end. D’où des perturbations sur le réseau de transport en commun de la métropole brestoise.

59 minutes

Les salariés qui participent au mouvement seront en grève de 59 minutes, chaque jour. «Chaque conducteur pouvant faire grève à n’importe quelle heure de la journée, nous ne sommes pas en mesure de donner dans les détails les services assurés ces jours-là», explique la direction de Keolis Brest, opérateur du réseau Bibus. Qui précise : «cependant, environ 85% des services seront assurés.»

Les départs non assurés

Les départs non assurés par ligne sont disponibles sur bibus.fr à titre indicatif (des modifications de dernière minute peuvent intervenir).

Préavis jusqu’au 14 juin

Rappelons que le mouvement avait débuté en décembre 2016, avec une grève chaque samedi pendant plusieurs semaines. En janvier 2017, la grève de 59 minutes avait lieu chaque jour, du lundi au vendredi. Maintenant, elle aura donc lieu sept jours sur sept. Le préavis de grève court jusqu’au 14 juin.

25/03/2017 yann guenegou

http://www.cotebrest.fr/

Commentaire: C’est une grève pour les salaires. Pour l’alignement sur le personnel du téléphérique qui ont été augmentés.

Lire aussi:

Brest Bibus (Ouest France)

Lire la suite

25 mars 2017 ~ 0 Commentaire

roscoff (fr3)

manifestants-hopital-SUD

Au moins 5 000 manifestants pour défendre le centre de Perharidy

Au moins 5 000 personnes ont manifesté ce samedi matin, à Roscoff.. C’était une très grosse manifestation de soutien au centre de Perharidy. Les manifestants dénoncent la réforme du financement des activités des soins de suite et de réadaptation, qui menacerait le centre.

C’est une véritable démonstration de force de la part des habitants de la région de Roscoff. Ils étaient 5 000 à battre le pavé dans le calme, en soutien au centre de rééducation de Perharidy, ce samedi matin. Parmi eux, des élus, des représentants syndicaux, du person- nel du centre de rééducation et donc des habitants de la région. Tous s’inquiètent pour l’avenir du site de Perharidy. Suite à la réforme du financement des activités de soins de suite et de réadaptation, il va changer de mode de financement, comme l’ensemble des centres de rééducation.

Pourquoi manifestent-ils?

Il s’agit d’un système de tarification à l’activité (T2A), qui se base sur des groupes homogènes de malades pour mesurer l’activité des sites et fixer ensuite leur budget. Ce modèle est déjà en place dans les hôpitaux depuis 2005. Ce mois-ci, il va être mis en place dans les établisse- ments de rééducation.

Dans ces centres, comme Perharidy, Kerpape ou Tréboul ou Trestel, ce type de tarification pose question, car ils n’accueillent pas de groupes de patients homogènes. Ils offrent des soins adaptés, individualisés qui coûtent cher. Avec ce nouveau mode de financement, le centre pourrait voir son budget amputé de 33 % sur cinq ans.

La Bretagne en pointe au niveau de ces établissements de rééducation.

Dans les domaines du handicap, de la rééducation et de la réadaptation fonctionnelle, peu de régions françaises peuvent compter sur autant de sites reconnus : Kerpape à Ploemeur (56), Perharidy à Roscoff (29), Tréboul à Douarnenez (29), Trestel, à Trévou-Tréguignec (22), Bodiffé à Plémet (22), clinique Saint-Yves à Rennes… Ils développent des savoir-faire uniques : Kerpape est aujourd’hui le plus grand centre de rééducation fonctionnelle d’Europe ; Perharidy occupe une place majeure dans la lutte contre la mucoviscidose chez les enfants et les adultes, les maladies cardio-vasculaires. A Saint-Yves à Rennes, on accueille les patients pour de la rééducation digestive et nutritionnelle.

S.Salliou 25/03/2017

http://france3-regions.francetvinfo.fr

Lire aussi:

Nouveau mode de financement : les centres de rééducation bretons dans la tourmente (Fr3)

Les travailleurs de la santé répondent à Fillon : « Nous avons besoin de personnel car nous travaillons avec les humains » (RP)

Lire la suite

24 mars 2017 ~ 0 Commentaire

perharidy roscoff (cfdt, cgc, cgt, sud)

roscoff

Il faut participer à la marche citoyenne du samedi 25 mars à Roscoff pour sauvegarder les 600 emplois à Perharidy

Que se passe-t-il à Perharidy ?
.
Pourquoi cet établissement centenaire est-il en danger ?
.
La réforme du financement des activités de soins dite « Dotation Modulée à l’Activité » entre en vigueur progressivement à partir du 1er mars 2017.
.
Bien que la Fondation Ildys ait toujours développé ses prises en charge en concertation avec l’Agence Régionale de Santé avec qui elle a signé régulièrement des Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens validant ainsi les projections financières, cette réforme entraîne immédiatement une réduction des budgets des services de soins de suite et de réadaptation des sites de Roscoff (Perharidy /St Luc) et du service de pédiatrie du site de Brest.
Alors que l’accueil de patients complexes nécessite d’une part une infrastructure, des plateaux techniques spécialisés et du matériel coûteux et d’autre part du personnel qualifié en nombre suffisant (médecins spécialistes, infirmières, rééducateurs…) le nouveau mode de calcul élaboré par l’état n’en tient pas compte et pénalise lourdement les services qui les prennent en charge.
.
Comment cela se traduit-il ?
.
Lorsqu’un patient ayant plusieurs pathologies associées comme une personne obèse, ampu- tée et dialysée, par exemple, est prise en charge au centre de Perharidy, elle y est bien sûr traitée pour l’ensemble de ses problèmes médicaux en sollicitant tous les professionnels spécialisés requis et en utilisant les matériels spécifiques indispensables. La réalité des soins n’est cependant pas celle des finances car pour ce type de prise en charge, le nouveau mode de calcul (la DMA) ne valorise qu’une seule pathologie ne tenant donc aucun compte, finalement, de 2/3 des soins réalisés !
.
Quel avenir pour les patients et l’emploi ?
.
Les patients :
S’il faut réellement faire 33 % d’économies d’ici 5 ans, la seule solution possible est de réduire dans la même proportion les emplois. Mais avec un tiers d’un personnel hautement spécialisé et travaillant en équipe pluridisciplinaire en moins, comment prendre en charge les pathologies complexes telles que : la mucoviscidose, les traumatisés crâniens, la sclérose en plaques, les accidents vasculaires cérébraux, les polytraumatisés… sans oublier l’ensemble des prises en charge pédiatriques.
.
La richesse de cet établissement tient avant tout au fait que l’ensemble des professionnels travaillent en complémentarité dans le but d’offrir le meilleur du soin à tous les patients et leurs diverses pathologies. Le risque, c’est de voir répartir cette offre de soin sur plusieurs établis- sements au détriment des patients qu’il faudra déplacer au grès de leurs consultations, exa- mens ou soins médicaux , leur infligeant un inconfort ainsi qu’à leur famille.
Le risque c’est aussi de voir disparaître ou se disloquer des équipes expertes dans leur domai- ne ; le centre de Perharidy est entre autre l’un des centres de ressources et de compétences national pour la mucoviscidose.
.
L’emploi :
Sans le financement adéquat, c’est la survie de Perharidy avec ses 600 salariés et la viabilité économique des communes voisines qui sera impactée. Pour un emploi supprimé, c’est trois emplois indirects qui sont menacés. Notre territoire a déjà été lourdement ébranlé par la ferme- ture des abattoirs GAD à Lampaul-Guimillau, il y a trois ans et va l’être à nouveau par la délocalisation annoncée de la clinique Ker Léna de Roscoff en 2018. La situation est critique et nous sommes tous concernés ; patients, usagers, citoyens, élus et salariés.
.
Que demandons-nous ?
L’intersyndicale CFDT CFE-CGC CGT SUD de la Fondation Ildys demande au gouvernement que la Dotation Modulée à l’Activité telle qu’elle est mise en place depuis le 1er mars 2017 soit abandonnée ou modifiée pour les SSR spécialisés comme le centre de Perharidy.
.
Venez participer à la marche citoyenne 
du samedi 25 mars à Roscoff 
pour défendre notre qualité des soins et nos emplois.
.
Rendez-vous au parking de la gare SNCF de Roscoff à 10h30 
.
Aidez nous à sauver ce qui peut l’être en relayant cette information

Lire la suite

22 mars 2017 ~ 0 Commentaire

concarneau/ergué-gabéric la poste (ouest france)

greve-poste-privatisation

Les postiers se mobilisent pour leur Poste

En cette journée d’action pour la défense des services publics, les postiers du Finistère sud ont choisi de se réunir à Concarneau pour dénoncer les réorganisations de leurs conditions de travail.

Quimperlé, Pont-l’Abbé, Quimper, Trégunc, Bannalec, Châteaulin…

Hier matin, ils étaient une cinquantaine de postiers, venus de tout le sud du Finistère pour soutenir leurs collègues de Concarneau. Rassemblés dès 8 h devant le bureau de poste du quai Carnot, les membres du syndicat CGT FAPT SUD et de SUD PTT 29 entendaient bien défendre leur métier.

Dénonçant une réorganisation de leurs conditions de travail, les postiers Concarnois mani- festaient contre le projet de non-remplacement d’un poste de titulaire de tournée, suite à un départ en retraite. « Supprimer le facteur, c’est supprimer le lien social » dénonce Isabelle Le Guillou, secrétaire départementale de la CGT FAPT (fédération des activités postales et des télécommunications) Finistère sud. « La poste a un rôle de proximité avec la population » ajoute-elle. « Ce sont les usagers qui pâtissent de ces suppressions ».

A Ergué-Gabéric cet après-midi

Les postiers devaient tenir leur piquet de grève jusqu’à midi. Cet après-midi, ils se retrouveront à Ergué-Gabéric pour défendre le bureau de Poste menacé de fermeture.

 21/03/2017

Lire la suite

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

hôpital morlaix (ouest france)

manifestants-hopital-SUD

Trois nouveaux préavis de grève ont été déposés par la CGT du centre hospitalier du pays de Morlaix.

La CGT a déposé trois nouveaux préavis de débrayage au centre hospitalier du pays de Morlaix (CHPM). Le syndicat appelle « chaque service à se joindre au mouvement » et à penser « collectif ».

Dans leur communiqué, les syndicalistes reviennent sur leur dernière mobilisation (14 mars) : « Une centaine d’agents du CHPM sont venus exprimer leur vécu et leur mal être sur le terrain. Des échanges ont eu lieu entre les agents et la direction, des échanges vifs décrivant les conditions de travail qui se dégradent dans de nombreux services : An Haleg, Carhaix, Urgences, UHCD, ambulances… » et informent que « de nouvelles fermetures saisonnières de lits ont été annoncées », notamment en cardiologie, chirurgie, pédiatrie.

Les débrayages sont prévus:

Mercredi 22 mars, de 14 h 15 à 15 h 15 (CTE bis) ;

Jeudi 23 mars, de 14 h à 15 h (CME) et

Vendredi 24 mars, de 9 h 15 à 10 h 15 (Csurv.).

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

05 mars 2017 ~ 0 Commentaire

brest métallurgie (le télégramme)

cgt super h
.
Une centaine de salariés de la CGT devant le siège de l’UIMM
.
David Pico a pris la parole devant une centaine de salariés. Hier matin, une centaine de salariés de la métallurgie, venus d’entreprises comme Damen, SDMO, Nautis, Thales, Aode Electronics, mais aussi de Quimper ou Douarnenez, se sont rassemblés devant le siège de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie).
.
À 11 h, David Pico, de la direction fédérale CGT de la métallurgie, a pris la parole : « Une négociation visant à redéfinir l’ensemble des accords régissant les garanties collectives et individuelles des salariés de la métallurgie s’est ouverte en septembre 2016 et devra être terminée fin 2017.
.
Cette négociation se place dans la lignée de la mise en application de la loi Travail que la CGT combat », a précisé David Pico. Cette négociation aura un impact sur les salaires, les primes, l’épargne salariale, le temps de travail, l’accès à la formation professionnelle, la protection sociale et les conditions de travail
.
« Les employeurs ne veulent plus reconnaître les diplômes, l’expérience, la prime d’ancienneté et la rémunération au regard de la fonction tenue », selon la CGT, qui propose « les mêmes droits et garanties pour l’ensemble des salariés, un SMIC à 1.800 €, l’élaboration d’une grille de classifications unique, d’égalité professionnelle et salariale entre femmes et hommes et la réduction du temps de travail à 32 heures ».  04 mars 2017
.

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin