Archive | Luttes sociales en Finistère

25 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

ronarc’h (le télégramme)

blanq
.

« Tout le monde souffre » avec le nouveau bac

Les professeurs demandent à être consultés afin de revoir la réforme dans son ensemble. Vendredi, 45 professeurs du lycée Amiral-Ronarc’h se sont réunis pour protester contre « l’impréparation » des épreuves communes de contrôle continu (E3C) du nouveau baccalauréat.

Vendredi matin, la moitié du personnel enseignant du lycée Amiral-Ronarc’h s’est réunie pour dénoncer ensemble la réforme du nouveau bac. « Monsieur Blanquer affirme que seule une minorité de personnes est hostile à ces épreuves, alors que notre ressenti est tout autre. Depuis le début de l’année scolaire, la mise en place des E3C est catastrophique », estiment-ils, en brandissant la banderole « Nous sommes les 0,1 % », devenu slogan national du personnel enseignant opposé à la réforme dans son état actuel.

« Une évaluation locale qui creuse les inégalités »

En cause : « les promesses ne sont pas tenues », avec des banques de sujets ouvertes plus tard que prévu. « On nous avait promis 400 sujets, on en a une quarantaine », évalue une professeur d’espagnol. Ils dénoncent une surcharge de travail, un temps trop juste pour préparer leurs élèves à ses nouvelles épreuves, et qui adoptent selon eux « une gestion comptable des matières ».

Ils craignent également que le personnel enseignant ou les chefs d’établissements eux-mêmes encouragent une notation trop bienveillante, par souci de conserver un bon taux de réussite, en comparaison avec les voisins, laissant leurs élèves avec un diplôme sans valeur.

« L’examen national passe à une évaluation locale, qui creuse les inégalités entre les établis-sements, qui sont juges et parties », considèrent-ils. « Et les banques de sujets entre lesquels nous avons à choisir circulent sur Internet. Bref, ça va être la foire ! Et que vaut un bac foireux ? »

Les E3C maintenus la semaine prochaine

« La réforme a été faite sans nous consulter. Tout le monde souffre. Les professeurs comme les élèves, et les enseignants encore plus, parce qu’ils souffrent de voir les élèves souffrir et qu’ils sont en première ligne face à leur angoisse et celle de leurs parents », appuient-ils.

Ils voudraient « réfléchir à la réforme dans son entier » et demandent l’annulation de la première session d’épreuve des E3C dans leur établissement, prévue dès le début de semaine prochaine. Ils n’ont toutefois ni prévu de bloquer son déroulement, ni de le perturber.

24 janvier 2020

https://www.letelegramme.fr/

Lire la suite

24 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

vendredi 24 en bretagne

bzh

Les syndicats appellent à une nouvelle journée de grève le 29 janvier

Bretagne

La mobilisation en Bretagne

Nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites 

22

Le château enflammé à Guingamp contre la réforme des retraites

Lannion : une journée de mobilisation contre la réforme des retraites

Les opposants à la retraite par points s’invitent aux vœux de LTC

Plus de bruit contre la réforme des retraites à Dinan le 24 janvier

Grève du 24 janvier : une soixantaine de personnes défile à Paimpol

Saint Brieuc : entre 2 000 et 3 000 manifestants dans la rue

Saint-Brieuc. Près de 1 500 manifestants

29

Brest, 5 000 manifestants résignés mais toujours là

Environ 5 000 manifestants à Brest

4 000 manifestants à Brest contre la réforme des retraites

Nouvelle opération port mort à Brest ce vendredi

Le port de Brest en partie bloqué par la CGT

Quimper, 1 700 manifestants déterminés contre la réforme

880 manifestants contre la réforme des retraites à Morlaix

300 manifestants contre la réforme des retraites à Carhaix

Carhaix: Ils ont fait du bruit contre la réforme des retraites !

Pont-l’Abbé : les assistants d’éducation en grève

56

80 manifestants contre la réforme des retraites à Pontivy

350 manifestants défilent à Vannes

Les femmes se font entendre à Lorient

Lorient. Agglo : la cérémonie des vœux chahutée

Lorient, la contestation conjuguée au féminin

 

Lire la suite

23 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

blanquer (npa)

blanquer

La mobilisation se poursuit contre Blanquer et son école

Dans l’éducation nationale, la réforme des retraites a constitué la goutte d’eau qui a fait déborder un vase plein des réformes structurelles en cours de l’école primaire à l’université. Dans les lycées, la mobilisation massive des enseignantEs a toujours mis en avant à la fois le refus d’une retraite à points et le refus du bac Blanquer.

Les nouvelles épreuves du bac n’ont plus lieu au seul mois de juin de l’année de terminale, mais en contrôle continu (les E3C), qui ont lieu en janvier et avril des années de première et terminale. Les épreuves sont choisies et corrigées localement, rompant avec le caractère national de l’examen. Ceci entérine l’importance de l’établissement d’origine dans la poursuite d’études supérieures : le calendrier de ces épreuves permet que les notes fassent partie du dossier ParcourSup.

Blanquer, ministre autoritaire : on ne veut pas bosser pour toi

Cette réforme majeure a été précipitée par le ministre pour qu’elle soit accomplie avant la fin du mandat de Macron, alors que le conseil supérieur de l’éducation (CSE) a massivement voté contre. Les enseignantEs, les parents et les élèves ont alerté des dangers de cette réforme. Mais il en faut plus pour faire infléchir notre ministre. « Nous sommes prêts » a-t-il affirmé le 15 novembre et, tel le Titanic, il a poursuivi sa route.

Il faut prendre la mesure des actions inédites des enseignantEs : dépôts et jets de manuels scolaires (rendus obsolètes par les nouveaux programmes) devant les rectorats (à Clermont-Ferrand, à Caen) ; inspections académiques murées dans la nuit (à Alès) ; envahissement des rectorats (à Paris, à Grenoble) ; perturbation du Salon PostBac (à Paris) forçant Valérie Pécresse et Frédérique Vidal à fuir.

Ces actions ne sont pas le fait d’une « minorité radicalisée », mais au contraire du sentiment d’abandon généralisé des enseignantEs et de l’absence totale d’écoute de notre ministre. Si les grèves des enseignantEs des lycées Henri-IV et Louis-le-Grand (à Paris) ont fait parler d’elles, c’est avant tout parce que ce qui apparait comme la partie la plus privilégiée est elle-même mise à mal par cette réforme inique.

Blanquer : démission !

Devant l’absence totale de réponse, les enseignantEs et les élèves ont décidé d’empêcher la tenue des E3C. Dès samedi 18 janvier dans un lycée de Clermont-Ferrand. Et en réponse à Blanquer, qui déclarait le lendemain qu’il « y aura des poursuites », les grévistes n’ont pas faibli. Le lundi 20, une vingtaine de lycées étaient bloqués contre la tenue de ces épreuves (à Lyon, Paris, en Seine-et-Marne, en Seine-Saint-Denis, dans le Tarn-et-Garonne et en Normandie). Et la liste continuait de s’allonger.

La force des mobilisations dans l’éducation nationale est de combiner manifestations massives et actions d’éclat. Il est essentiel de continuer à coordonner notre résistance. Nos mots d’ordre sont clairs : ni retraite à points ni bac en carton. Les personnels de l’éducation souhaitent que Blanquer et ses réformes dégagent immédiatement. Nous saurons nous faire entendre, par tous les moyens nécessaires.

Raphaël Greggan  Jeudi 23 janvier 2020

https://npa2009.org/

Lire la suite

22 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

manifs flambeaux 22, 23, 24

flma

Attention:

Le Mercredi 22: Brest, Douarnenez,

Le Jeudi 23: Pont L’Abbé, Guingamp, Morlaix, Saint Brieuc

Le Vendredi 24: Lannion

brest

Lire la suite

20 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

chic (le télégramme)

Au Chic, Centre hospitalier de Cornouaille, « la seule chose qui va bien, c’est la reconnaissance des patients »

Déficit abyssal, déshumanisation de la prise en charge des patients, des personnels au bord du burn-out, situation de crise aux urgences… Le visage marqué et masqué, les syndicalistes Sud Santé de l’hôpital de Quimper se disent très inquiets pour l’avenir.

La fédération Sud Santé s’est réunie, ce jeudi après-midi, dans son local, pour évoquer les dysfonctionnements du Centre hospitalier de Cornouaille (Chic) à quelques minutes de la cérémonie des vœux aux personnels de l’établissement hospitalier, en présence du directeur, Jean-Pierre Heurtel.

« On a prévu de perturber les vœux. C’est une première depuis que je suis ici », indique en préambule le syndicaliste Joseph Boniz. Pour cela, ils se sont munis de masques blancs avec des numéros. « Car on a l’impression de n’être plus que des matricules aux yeux de la direction qui met tout en œuvre pour déshumaniser la prise en charge des patients », complète  Catherine Gloaguen, aide-soignante. Le ton est donné.

« En juin dernier, notre directeur a déclaré que « gérer un hôpital, c’est comme gérer une entreprise ». Si c’était vraiment une entreprise, elle aurait dû fermer il y a bien longtemps déjà car il n’y a plus d’argent », continue Joseph Boniz. Il y a une dizaine de jours, la direction du Chic a annoncé un déficit de 11 M€. « On ne nous donne aucune explication. Ni aux syndicats, ni aux chefs de service. La seule chose que la direction fait, c’est de renvoyer la faute sur son prédécesseur », note Catherine Gloaguen.

« On n’a pas de sous mais le directeur a fait installer des haut-parleurs dans la cantine. Une nécessité », ironise Joseph Boniz. « À côté de ça, la direction a refusé aux différents services, même à celui de la pédiatrie, d’avoir un sapin pour les fêtes de Noël. Les personnels ont dû se cotiser pour en acheter », peste Pascale Jacq, secrétaire médicale, évoquant « des économies ridicules ». « De toute manière, la direction a toute la latitude de faire ce qu’elle veut étant donné qu’il s’agit d’un couple qui occupe les deux postes les plus élevés de l’organigramme de l’hôpital », dénonce Catherine Gloaguen.

Vers un regroupement avec l’hôpital de Brest ?

Des milliers de dossiers de patients non facturés, plus de 50 000 heures supplémentaires non payées, la récente suppression de deux RTT, des personnels au bord du burn-out, des difficultés à recruter et à séduire des vocations chez les étudiants ainsi que des services techniques en souffrance… À écouter Sud Santé, le tableau semble bien noir.

« Et on ne parle même pas de la situation aux urgences », note Joseph Boniz. « Cette semaine, on a été obligé d’improviser l’ouverture d’une salle non-adaptée pour prendre en charge des patients dont certains ont de graves maladies », continue le syndicaliste. « On se pose vraiment des questions sur la prise en charge des patients ainsi que sur les conditions de travail des personnels. Malheureusement, on sait très bien que cela va se reproduire car on manque cruellement de lits », ajoute-t-il.

« On est très inquiets pour l’hôpital public », affirment les syndicalistes qui estiment que la politique menée par la direction fait penser à un futur regroupement des hôpitaux de Quimper et Brest. « On y va tout droit. Et cela va avoir des conséquences dramatiques pour les patients car de nombreux services seront délocalisés à Brest », pointe du doigt Joseph Boniz. « Au final, la seule chose qui va bien à l’hôpital, c’est la reconnaissance des patients vis-à-vis du travail des personnels », termine Sud Santé.

https://www.letelegramme.fr/

Lire la suite

19 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

24 janvier (nouvel obs)

bzh

Retraites : l’intersyndicale appelle à une nouvelle journée « massive » de grève le 24 janvier

L’intersyndicale « exige le maintien des régimes de retraite existants par répartition solidaire et intergénérationnelle, fondés sur un système par annuités ».L’intersyndicale opposée au projet de réforme des retraites du gouvernement appelle à une nouvelle « journée massive de grève et de manifestation interprofessionnelle » le 24 janvier, jour de l’examen du projet de loi en conseil des ministres.

Les organisations « CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, Unef, UNL et FIDL appellent à réunir des assemblées générales pour continuer et amplifier encore la mobilisation afin d’obtenir le retrait de ce projet et l’ouverture de véritables négociations », écrivent-elles dans un communiqué diffusé mercredi à l’issue d’une réunion intersyndicale de près de trois heures.

Elles appellent aussi « à des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire les 22 et 23 janvier », notamment sous la forme de « retraites aux flambeaux ou autres initiatives le 23 au soir », avant de « faire du vendredi 24 janvier, date du conseil des ministres qui devrait examiner le projet de loi, une journée massive de grève et de manifestation interprofessionnelle ».

« Malgré les annonces du Premier ministre et après six semaines d’un mouvement social inédit, dont nous nous félicitons, la population soutient toujours majoritairement la mobilisation contre ce projet absurde et injuste. »

L’intersyndicale « exige le maintien des régimes de retraite existants par répartition solidaire et intergénérationnelle, fondés sur un système par annuités ». Elle rappelle qu’elle « porte des propositions pour améliorer les droits de toutes et tous dans le système de retraite actuel », notamment l’égalité salariale hommes/femmes, la prise en compte des années d’étude, l’augmentation des salaires dans le privé et le public.

L’intersyndicale s’est réunie au siège de la CGT à Montreuil à la veille d’une sixième journée d’action nationale interprofessionnelle depuis le début du mouvement, après celles des 5, 10 et 17 décembre, 9 et 11 janvier, qui ont vu progressivement s’éroder la participation aux manifestations.

15 janvier 2020

https://www.nouvelobs.com/

Brest : 11h Place de la Liberté

Quimper : 11h Place de la Résistance

Morlaix : 11h Place des otages

Carhaix : 11h Place du champ de foire

Quimperlé : 10h30 à Coat Ker

22

Lannion:

Manifs et retraite aux flambeaux vendredi

Guingamp:

Vendredi 24 janvier, un départ en car et covoiturage depuis la place du Vally à 12 h 45, à destination du rassemblement départemental à Saint-Brieuc.

Dinan:

Une nouvelle manifestation est prévue vendredi 24, à 11 h, de la permanence du député, rue de Brest, jusqu’à l’esplanade de la Résistance.

56

Pontivy:

Manifestation à l’entrée de la zone sud ce vendredi

Lire la suite

15 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

le 16 en bretagne

En Bretagne, la nouvelle journée de grève nationale contre la réforme des retraites a mobilisé plusieurs milliers de personnes.

Les rassemblements ont eu moins de succès que précédemment.

Après six semaines de conflit, les syndicats opposés à la réforme des retraites organisaient, ce jeudi, une nouvelle journée de manifestations. Plus d’une dizaine de rassemblements ont eu lieu en Bretagne, notamment à Brest, Quimper, Morlaix, Pontivy, Lorient, Lannion, Saint-Brieuc et Rennes.

Dans le vent et la pluie battante, la mobilisation a globalement été en baisse par rapport aux précédents rassemblements.

Environ 1 500 personnes ont défilé dans les rues de Brest, jusqu’à la mairie, alors que la première journée de grève nationale, le 5 décembre, avait réuni environ 15 000 manifestants.

À Saint-Brieuc, 1 500 personnes ont participé au mouvement, contre 3 500 la semaine dernière. Du côté de Rennes, un peu plus de 3 000 manifestants étaient réunis, chiffre là aussi en baisse.

La détermination reste malgré tout intacte. « On est parti jusqu’au retrait, prévient Benoît Dumont, responsable de l’union locale CGT à Lannion. On reste fortement mobilisé, l’opinion publique est avec nous.

Des initiatives sont prévues la semaine prochaine, avec vraisemblablement un rassemblement à Lannion jeudi. Et vendredi, jour du dépôt du projet de loi en conseil des ministres, il y a un appel national à la grève ». « On restera mobilisé jusqu’à ce qu’on obtienne gain de cause », à savoir le retrait du projet de réforme, abonde Joël Le Meur, employé à la Ville de Lanester.

29

Retraites : un regain de mobilisation à Brest ?

À Brest, plus de 2 000 personnes manifestent contre le projet de réforme des retraites

À Brest, environ 1 500 manifestants défilent pour les retraites

Quimper. Entre le Medef et la galerie Géant, 600 manifestants

Les manifestants élargissent leur cible pour la 7e mobilisation

Quimper : deux mineurs en garde à vue après la manifestation contre la réforme des retraites

Manif contre la réforme des retraites à Quimper : des manifestants devant le commissariat pour soutenir les deux lycéens interpellés

550 manifestants contre la réforme des retraites à Morlaix

Près de 250 opposants à la réforme des retraites défilent à Carhaix

Retraites : ils sont 300 manifestants dans les rues de Quimperlé

22

Réforme des retraites : 1 500 manifestants à Saint-Brieuc

À Lannion, 500 manifestants contre la réforme des retraites

Lannion. La caisse de solidarité soutient les grévistes

Guingamp. Une centaine de manifestants contre la réforme des retraites

Côtes-d’Armor. Les enseignants jettent leur cartable contre la réforme des retraites

Retraites : un millier de manifestants à Lorient

 

 

 

Lire la suite

13 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

quimper (cian 29)

160721-of-collectifconcarne

Au plan international du fait de la surenchère agressive entre les USA et l’ lRAN sur fond de menaces d’usage d’armes nucléaires, qui ravive les périls de guerres embrasant encore plus la région et attisant à l’extrême les tensions du monde .

 Le CIAN29*, dont l’UEP est membre, prend l’initiative de lancer l’alerte maximum, avec l’organisation d’une mobilisation publique ce Samedi 18 Janvier à QUIMPER.

Le rendez-vous est prévu, place Terre aux Ducs et pont Médard à 10 H30, pour se rendre au Jardin de la Paix dans l’heure qui suit.

CIAN 29 =Comité finistérien pour l’Interdiction des Armes Nucléaires

 

Lire la suite

12 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

brest (ouest france)

brest

À Brest, 1 500 manifestants contre la réforme des retraites

C’est moins que jeudi, quand 5 000 personnes s’étaient rassemblées sur la place de la Liberté. De là à parler d’essoufflement ? Non, assurent les manifestants, qui entendent proposer de nouvelles actions tous les jours.

Il y a encore du monde à se rassembler à Brest, contre le projet de réforme des retraites. Ils étaient 1 500, ce samedi, à s’être données rendez-vous à 11 h sur la place de la Liberté, à l’appel d’une partie de l’intersyndicale. C’est moins que jeudi, quand 5 000 personnes avaient battu le pavé brestois mais, de l’avis de nombreux manifestants interrogés, « ce n’est pas si mal pour un samedi ».

Monique et François, sans drapeaux ni autocollants syndicaux, n’en sont pas à leur premier rassemblement. « Ça doit être notre cinquième », comptent-ils. Avant de s’élancer dans la rue Jean-Jaurès, ils l’assurent : « Il n’y a pas de lassitude, on est toujours là. »

Sur la place, Alain, un retraité du BTP, écoute les discours des représentants de la CGT et de Sud-Solidaires. « Je participe à pratiquement toutes les manifestations, assure-t-il. C’est important de soutenir les grévistes contre les décisions prises pour les retraites. Au début, j’étais pour la réforme, mais à condition que ce soit fait correctement. »

« Quelque chose tous les jours »

Après une brève remontée de la rue Jean-Jaurès, le cortège a descendu la rue de Kerabecam dans le calme. Là, les manifestants auraient pu croiser ceux de la CFDT, qui avaient décidé de faire bande à part pour un rassemblement devant la faculté Victor-Segalen. Ces derniers avaient toutefois déjà quitté les lieux.

Le prochain rassemblement est maintenant prévu pour mardi, toujours à 11 h et toujours place de la Liberté. « On a décidé d’avoir quelque chose tous les jours », détaille Olivier Le Pichon, pour la CGT. Mercredi, un rassemblement est prévu devant la permanence du député Jean-Charles Larsonneur à 18 h et une nouvelle manifestation sera vraisemblablement au programme de jeudi.

« Nous appelons à faire grève et à manifester jusqu’au retrait du projet de loi. C’est la seule solution », appuie-t-il. Olivier Cuzon, pour Sud-Solidaires, lui fait écho : « Un recul social de cette ampleur ne se négocie pas. Il se combat. »

Vendredi soir, déjà, 300 personnes s’étaient rassemblées à Brest, équipées de torches enflammées, pour une « retraite aux flambeaux ».

Mickaël LOUÉDEC.11/01/2020

https://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

11 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

le 11 en bretagne

bretagne

29

Brest, 1 500 manifestants contre la réforme des retraites

Quimper. Environ 500 manifestants contre la réforme des retraites

Quimperlé : 200 personnes dans la rue et à la mairie

Carhaix. Plus de 200 manifestants contre la réforme des retraites

82210422_120187979481195_514899903718096896_n

Guingamp

22

Lannion. Environ 500 manifestants sur les quais

Saint-Brieuc, face-à-face tendu entre syndicats sur la réforme 

56

Pontivy. 170 manifestants contre la réforme des retraites

Vannes. Environ 500 manifestants contre la réforme des retraites

Lorient. Près de 2 000 manifestants contre la réforme des retraites

 

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin