Archive | Luttes sociales en Bretagne

28 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Fobi / la guerche de bretagne: manifestation à ancenis le 2 avril (fr3)

y-en-a-marre

La liquidation judiciaire a été prononcée le mois dernier pour l’entreprise d’outillage pour le bâtiment, Fobi, basée à la Guerche-de-Bretagne depuis 52 ans. Une entreprise qui employait 90 personnes.

Une manifestation est prévue le 2 avril à Ancenis, siège de  la holding. Les quelque 90 salariés de l’entreprise Fobi à La Guerche de Bretagne, en Ille et Vilaine, se retrouvent sans emploi, après la liquidation judiciaire de l’entreprise le 5 février dernier. Une entreprise qui depuis plus de 50 ans fabriquait et vendait de l’outillage pour le bâtiment.

Les salariés iront manifester à Ancenis, le mercredi 2 avril à 11h, devant le siège de la holding, à laquelle appartient leur entreprise et dont il remettent largement en cause la gestion. « Tout laisse à penser que le P.D.G. de la holding, avait programmé notre mort. Retrait des comptes courants, charges extérieures exorbitantes, objectifs irréalisables pour les V.R.P., salariés en souffrance. En huit ans la holding s’est progressivement désengagée ».

Par Krystell Veillard Publié le 28/03/2014 | 10:08

http://bretagne.france3.fr/2014/03/28/fobi-la-guerche-de-bretagne-manifestation-ancenis-le-2-avril-444249.html

Lire la suite

27 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Saint-Brieuc, 300 lycéens contre le front national (of)

Des lycéens de Renan, Rabelais et Freyssinet manifestent

Depuis 11h, environ 300 lycéens de Renan, Rabelais et Fressynet sont rassemblés place des Droits de l’homme à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Ils manifestent contre la « dédiabolisation » du Front national. A Saint-Brieuc, Pierre-Yves Lopin, candidat du FN, est au second des municipales dimanche. Saint-Brieuc – 11h15

http://www.ouest-france.fr/saint-brieuc-300-lyceens-contre-le-front-national-2048408

Commentaire: Bravo!

Lire la suite

20 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Abattoirs gad et doux: les conséquences des plans de licenciements (lo+of)

Doux1

Selon les cabinets chargés du reclassement des salariés du volailler Doux et de l’abattoir Gad en Bretagne, entre 5 et 10 % seulement des ex-salariés de ces entreprises ont pu retrouver du travail en CDI.

Pour l’abattoir de porcs du groupe Gad, qui a fermé ses portes en 2013, « sur les 661 personnes, 43 sont en CDI, soit à peine 5 % du total », aux dires mêmes du cabinet choisi pour trouver des solutions de reclassement erreur de calcul incluse. L’accompagnement n’a démarré qu’en novembre dernier mais, nous dit-on, une trentaine de consultants de ce cabinet sont sur le terrain, pour de bien maigres résultats.

Outre ces 43 salariés en CDI, 52 suivent une formation qualifiante de plus de 300 heures pour un emploi dans l’agro-alimentaire, la logistique ou les services, et 19 occupent un poste en CDD de plus de six mois. Au total, en calculant large, ce sont donc 114 salariés qui auraient une solution de reclassement, généralement temporaire, tandis que les 547 autres restent sur le carreau.

Chez le volailler Doux, où les licenciements datent d’il y a dix-huit mois, seules 10 % des 353 personnes licenciées des établissements situés dans le Morbihan ont retrouvé un emploi pérenne, soit dans l’agro-alimentaire, soit dans la grande distribution ou la logistique. Le pour- centage est quasi identique pour tous les autres sites du groupe, qui a licencié plus de 1 000 salariés en 2013. Selon la directrice régionale de Pôle emploi Bretagne, pour Doux, les différentes solutions de reclassement même temporaires s’élèvent à 39,4 %, un pourcentage qui prend en compte les différents types de contrats, CDI, CDD courts et longs, temps partiels…

On est loin des promesses que font les gouvernements et les institutions locales pour tenter de rassurer la population, devant l’hémorragie d’emplois qui touche la région. Les prétendues solutions de reclassement ne sont que poudre aux yeux, et le seul moyen efficace de combattre le chômage c’est d’imposer l’interdiction des licenciements en imposant que ces gros patrons prennent en charge les conséquences de leurs décisions calamiteuses. David MARCIL

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2381&id=37

Lire aussi:

http://www.ouest-france.fr/doux-que-sont-devenus-les-ex-salaries-du-volailler-2005465

Lire la suite

13 mars 2014 ~ 0 Commentaire

La poste courrier nantes bretagne: les facteurs n’ont pas attendu mai (lo)

greve-poste-privatisation

La direction de La Poste voulait passer les semaines de « sécabilité de gestion », celles où l’on fait, en plus de sa tournée, un morceau de la tournée d’un collègue, de huit semaines en 2013 à dix semaines en 2014. C’est raté.

Il faut dire que ce projet s’est ajouté au refus de la direction de payer, comme les autres années, la distribution des plis électoraux et à l’annonce de quinze suppressions d’emplois à venir. Alors, à partir du mercredi 26 février, les facteurs ont refusé d’emporter le courrier des « rues sécables ». La direction a reculé et accepté d’en rester à huit semaines… tout en souhaitant imposer aux facteurs de tout de même travailler plus, en réalisant les « travaux intérieurs » de la sécabilité durant l’été 2014. « On en rediscutera au mois de mai », a tenté de temporiser la direction lundi 3 mars.

De même, le mercredi 5 mars, devait commencer une semaine de « sécabilité de gestion », mais les facteurs ont refusé d’emporter les rues supplémentaires. Au retour de tournée, des sanctions disciplinaires ont été infligées à tous les facteurs : « très sévères observations » aux facteurs fonctionnaires, « mise en demeure » aux facteurs en CDI, tout cela envoyé en lettre recommandée avec accusé de réception ou remis en main propre.

Le jeudi 6 mars, la direction a fait la provocation de trop : « Si les fonctionnaires ne prennent pas les rues sécables, ils seront sanctionnés d’1/30e ». Une factrice fonctionnaire a lancé : « Si on n’est pas payés, moi je rentre chez moi. » Du coup, d’autres fonctionnaires et même des CDI ont fait de même : 86 % des facteurs se sont mis en grève sur-le-champ. Après avoir attendu les facteurs qui embauchaient plus tard, tous sont partis en manifestation dans les rues de Nantes pour aller interpeller la direction du Courrier Loire-Atlantique / Vendée, qui a menacé de suites disciplinaires. La présence d’un facteur par équipe, en plus des deux militants CGT et SUD, a été imposée à la direction, mais celle-ci a renvoyé au patron local, sans aucune avancée. Du coup les agents chargés de la collecte du courrier dans les entreprises le soir n’ont pas repris le travail.

Vendredi 7 mars au matin, la direction locale a proposé neuf semaines « sans les travaux intérieurs » et l’annulation de toutes les sanctions si le travail reprenait. L’assemblée générale des facteurs a tenu bon : c’était non. Finalement, la direction a dû reculer à huit semaines et deux jours sans travaux intérieurs en plus, et sans aucune sanction, pour 2014. L’assemblée générale a entériné ce qui est ressenti par tout le monde comme une victoire. Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2380&id=31

Lire la suite

06 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Lannion. 200 salariés d’alcatel-lucent ont débrayé (lt)

alcael lannion

A Lannion, 200 salariés d’Alcatel-Lucent ont débrayé ce jeudi matin, afin de protester contre le plan de réduction d’emplois et le gel des salaires dans l’entreprise.

Une réunion du Comité central d’entreprise se tient aujourd’hui, en région parisienne, pour débattre des mesures d’accompagnement du plan appelé « Shift », qui prévoit 637 suppressions de postes et plus de 1.200 transferts, reconversions et mobilités au sein du groupe en France.

Le site de Lannion est concerné par 51 suppressions de postes et 59 reconversions ou mobilités, mais pourrait bénéficier de 179 mutations en provenance d’autres sites, sur lesquelles les syndicats restent très prudents.

« Beaucoup de gens ne se sentent pas en situation de venir. Ils s’interrogent sur la pérennité de Lannion, où il y aura au grand maximum 800 salariés, alors qu’il y en aura 5.000 à Villarceaux. Si des gens de Rennes ne se positionnent pas pour une mobilité vers Lannion, les activités concernées risquent de ne pas venir à Lannion », préviennent des délégués syndicaux.

« On conseille aux gens d’Orvault et de Rennes de dire oui à une mutation vers Lannion, sinon, ils seront licenciés. Mais la direction leur demande de se positionner aujourd’hui, alors que certaines mobilités ne seront effectives qu’en 2015. » 6 mars 2014 à 12h35

http://www.letelegramme.fr/economie/lannion-200-salaries-d-alcatel-lucent-ont-debraye-06-03-2014-10066257.php

Lire la suite

06 mars 2014 ~ 1 Commentaire

La poste, nantes : la « sécabilité » ne passe pas (lo)

greve-poste-privatisation

La sécabilité, c’est le système mis en place par les dirigeants de La Poste pour faire qu’un certain nombre de semaines dans l’année les facteurs distribuent le courrier d’un autre facteur.

Cela permet de supprimer des emplois de remplaçants. Ce système est évidemment haï par les facteurs. La direction a voulu imposer à ceux du centre-ville de Nantes, pour 2014, deux semaines de sécabilité de plus qu’en 2013, soit dix au lieu de huit.

Mais il y a eu un os : le ras-le-bol des facteurs qui, au bout de 48 heures de refus d’emporter le travail supplémentaire, ont fait reculer la direction.

Cette attaque arrivait après de multiples autres : déjà l’an dernier il y avait eu l’annulation du nombre limite de lettres recommandées à emporter, la deuxième présentation des lettres recom- mandées lorsque les usagers sont absents, ce qui rajoute du travail.

Mais surtout, maintenant, la suppression de 15 emplois a été annoncée (10 % de l’effectif), puis la décision de la direction du courrier Loire-Atlantique-Vendée de ne plus payer le personnel, comme avant, pour la distribution des plis électoraux des élections municipales et européennes. La direction a même donné l’ordre au centre de tri, la PIC d’Orvault, de trier en priorité les plis électoraux, le reste du courrier devant attendre.

Premier coup de colère, le vendredi 21 février : après un rassemblement à la fin du service, une quarantaine de travailleurs sont allés demander à la permanence électorale du PS, située tout à côté, de dénoncer les manoeuvres de la direction quant aux plis électoraux. La réponse a été « Pas au courant », malgré l’article de Ouest-France du 1er février et un communiqué de la CGT envoyé à la permanence. Les points sur les « i » ont été mis : si la direction s’entête à vouloir baisser nos revenus, leurs plis électoraux ne seront pas distribués sur une bonne partie de Nantes, voire au-delà.

Jusqu’au mardi suivant, la direction a fait la sourde oreille. Et mercredi 26 février, jour J de la nouvelle sécabilité, les facteurs ont refusé d’emmener « les rues sécables ». La direction a alors envoyé ses cadres menacer. Mais, comme l’a dit une factrice à son cadre : « Je ne suis pas une virulente, mais là c’est trop : je ne ferai pas la séca. » La direction a ensuite ordonné aux « facteurs d’équipe », qui en principe font les tournées des absents, de ne pas sortir les distribuer : des usagers n’ont donc pas eu leur courrier.

Après les menaces, la direction a sorti le bâton et fait signer à la plupart des facteurs un document dans lequel ils devaient reconnaître avoir refusé d’emmener les rues en plus. Mais c’était trop tard : les facteurs avaient pris goût à la lutte, étaient désormais trop heureux d’avoir réussi à agir tous ensemble, tous secteurs confondus, et décidés à ne pas céder.

La direction a donc dû revoir sa copie, et temporise : on reste à huit semaines, mais elle rediscutera d’une contrepartie dans deux mois, comme par exemple d’imposer les travaux intérieurs de la sécabilité cet été. En mai, cela risque donc de surchauffer à nouveau ! Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2379&id=38

Lire la suite

28 février 2014 ~ 0 Commentaire

Les syndicats attendent guillaume pépy en gare de nantes (of)

guillaume_pepy_sncf_-_sebrieu_2009

Les syndicats CGT, Sud-Rail et Unsa des cheminots attendent à Nantes le président de la SNCF, pour l’ouverture de Nantes-Châteaubriant.

Les syndicats CGT, Sud-Rail et Unsa des cheminots attendent depuis 8 h 30 ce vendredi matin, devant la gare sud à Nantes, le président de la SNCF Guillaume Pépy, pour l’ouverture de la ligne de tram-train entre Nantes et Châteaubriant, inaugurée aujourd’hui.

Guillaume Pépy devrait en principe arriver par le train de 9 h 45 en gare de Nantes.

http://www.ouest-france.fr/tram-train-les-syndicats-attendent-guillaume-pepy-en-gare-de-nantes-1967200

Lire la suite

27 février 2014 ~ 0 Commentaire

Amiante: la fonderie de bretagne condamnée à verser 7 500 euros par salarié (fr3)

masque-amiante

Il faudrait dire: « Sur les chantiers, le patron n’a pas jugé bon d’acheter des masques! »

Le tribunal des prud’hommes de Lorient  a accordé une indemnité de 7 500 euros à chacun des 378 ex-salariés de la SBFM, pour préjudice d’anxiété lié à l’amiante.

Le tribunal des prud’hommes de Lorient (56) a accordé une indemnité de 7 500 euros à  chacun des 378 ex-salariés de la SBFM, pour préjudice d’anxiété lié à l’amiante, a-t-on appris jeudi auprès du tribunal, confirmant une information du quotidien Le Télégramme. En tout, le montant des indem- nisations se monte à 2 835 000 euros. Ce montant doit être versé par le régime de garantie des salaires (AGS). Ce n’est pas la première fois que les ex-salariés de la fonderie, devenue Fonderie de Bretagne, obtiennent gain de cause devant le tribunal, pour un montant identique (7 500 euros par salarié). Mais à chaque fois il y a eu appel et les précédentes procédures doivent être rejugées devant la cour d’appel de Rennes (35) ou encore devant la Cour de cassation, selon le Télégramme.  Deux autres procédures collectives concernant l’ex-SBFM doivent encore être jugées devant le tribunal des prud’hommes de Lorient (56), a-t-on appris auprès de ce dernier.La SBFM (Société Bretonne de Fonderie et de Mécanique) a été créée en 1964 par Renault qui en a fait une filiale avant de la céder en 1999 à Teksid-Fiat qui l’a revendue en 2006 au groupe Zen avant qu’elle ne soit mise en redressement judiciaire en 2008. En septembre 2009, Renault était le seul repreneur pour la SBFM, devenue la Fonderie de Bretagne, qui produit des pièces en fonte pour l’automobile hors moteur (collecteurs d’échappement, vilebrequins, etc…).

La rédaction avec AFP Publié le 27/02/2014 | 11:23, mis à jour le 27/02/2014 | 11:31

Lire la suite

24 février 2014 ~ 0 Commentaire

Rennes: mouvement de grève à la poste (fr3+sud)

greve-poste-privatisation

Les facteurs d’Ille et Vilaine se sont mis en grève ce lundi à l’appel de Sud-PTT, pour des questions d’organisation des tournées et de la surcharge de travail qui en découle.

Mouvement de grève ce lundi, parmi les facteurs d’Ille-et-Vilaine à l’appel de Sud-PTT. Soixante d’entre-eux se sont rassemblés ce matin à Rennes, rue du Pré Botté, devant leur direction. Ils dénoncent le fait de devoir effectuer de plus en plus souvent une partie de la tournée d’un collègue en plus de leur propre tournée. Selon ces grévistes, cette organisation du travail voulue par la direction, tend à multiplier surcharge de travail et heures supplémentaires non payées. Par Krystell Veillard
Publié le 24/02/2014 | 11:18, mis à jour le 24/02/2014 | 11:44

Grève des facteurs d’Ille et Vilaine le lundi 24 février (sud ptt 35)

jeudi 20 février 2014

Les facteurs d’Ille et Vilaine en ont ras la casquette.

Dans tous les bureaux d’Ille et Vilaine, la direction de La Poste (Direction Opérationnelle Territoriale Courrier) a décidé pour 2014 de multiplier les jours pendant lesquels les facteurs font leur tournée augmentée d’une bonne partie de la tournée d’un de leurs collègues. C’est ce que l’on appelle la « sécabilité ».
Il y a 2 ans, ces jours de sécabilité étaient de 2 par semaine, souvent le lundi et le mardi.

En 2014, la direction de La poste décrète que ce sera 13 semaines pleines de « sécabilité » pendant lesquels le facteur devra prendre en plus de sa tournée une bonne partie de celle de son collègue.
Le but est simple : restreindre l’emploi pour qu’il n’y ait plus le principe d’ 1 facteur = 1 tournée

Les conséquences sont multiples :
Surcharge de travail : Tout d’abord, contrairement aux idées reçues, le facteur ne perçoit pas du tout la baisse de volume du courrier. Pour le facteur, Cette organisation du travail aboutit à une charge de travail au maximum quel que soit le jour de la semaine ou les périodes saisonnières.
Heures supplémentaires non constatées et non payées : Avec cette organisation du travail et la multiplication des jours de sécabilité, il y a des dépassements d’horaires quotidiens que la direction de La Poste ne veut pas payer. Ainsi plusieurs facteurs ont déposé des recours devant les conseils de prud’hommes (Rennes, St Malo le 18 mars, etc..)
Des usagers mal desservis : Ensuite, avec la sécabilité, le facteur connaît nettement moins bien son quartier de distribution et l’usager ne comprend pas pourquoi il voit des facteurs différents distribuer le courrier dans la semaine. Parallèlement à l’augmentation de la sécabilité, les dirigeants de La Poste procède à des réorganisations tous les 18 mois qui se soldent toujours de la même façon : des suppressions de postes de travail (Rennes Colombier, Rennes Crimée, Fougères, Bruz, Mordelles etc..)

A cela s’ajoutent des « innovations » pour l’été. Dans plusieurs bureaux, il est prévu que les facteurs fassent 2 tournées dans leur vacation au moins deux samedis tandis que leurs collègues seront mis en congé d’office pour…diminuer le nombre de jours de congés par facteur.

C’est donc l’ensemble de ces conditions de travail déplorables qui motive l’appel à la grève du syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine le 24 février 2014. Un rassemblement est prévu le 24 février à 10h Devant la direction (DOTC) 1 rue du Pré Botté à Rennes Rennes le 20 février 2014

http://www.rennes-info.org/Greve-des-facteurs-d-Ille-et

Lire la suite

22 février 2014 ~ 0 Commentaire

Rythmes scolaires à quimper, 60 manifestants devant la mairie (of)

adapter-les-rythmes-scol

Une soixantaine d’agents territoriaux ont répondu à l’appel à manifester de l’intersyndicale Unsa-CGT-CFTC-FO, place Saint-Corentin, ce jeudi.

Hier soir, 27 % des agents territoriaux avaient exprimé leur intention de suivre la grève dans les écoles publiques de Quimper. Ce jeudi après-midi, la manifestation portait sur la mise en œuvre des rythmes scolaires dans les 39 établissements publics et ses conséquences sur le travail des agents territoriaux.

Après une heure de rassemblement devant la mairie, des représentants des syndicats Unsa, CGT, CFTC et FO ont été reçus par Denise Cariou, adjointe au maire chargée de l’enfance et des affaires scolaires, Marc Andro, adjoint du personnel communal et Béatrice Merand, directrice générale des services. En fonction des discussions menées, le mouvement de grève pourrait être arrêté ce soir.

Quimper – 20 Février

http://www.ouest-france.fr/rythmes-scolaires-quimper-60-manifestants-devant-la-mairie-1945800

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin