Archive | Luttes sociales en Bretagne

29 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Usine seita, les salariés retiennent cinq membres de la direction

Manara-marre

Les salariés de la Seita, qui bloquent leur site de Carquefou depuis lundi 16 h, retiennent, dans le bureau du directeur, cinq membres de la direction.

Les salariés de la Seita, qui bloquent leur site de Carquefou depuis lundi 16 h, retiennent, dans le bureau du directeur, cinq membres de la direction de leur usine de cigarettes. Trois dirigeants étaient retenus depuis le début de l’après-midi et deux autres les ont rejoints. Tous s’apprêtent à passer la nuit dans l’usine.

Trois revendications Cette action est « une réaction à l’escalade de pression » que les salariés disent subir depuis l’annonce de la fermeture du site, le mois dernier. Ils affichent trois revendications : l’effacement des sanctions (jours non travaillés non payés pour l’ins- tant), la levée de la « pression de l’encadrement » et la fin des contrôles d’huissiers. Les salariés ont rassemblé, au milieu de l’usine, 8 000 cartons de cigarettes qui représentent une valeur de 12 millions d’euros, disant que c’est « leur propriété ». Carquefou – 28 Mai

http://www.ouest-france.fr/usine-seita-les-salaries-retiennent-trois-membres-de-la-direction-2576716

Lire la suite

28 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Grève des pompiers morbihannais, vers une sortie de crise? (of)

COR_0902052800.jpg

Une rencontre entre les syndicats des pompiers professionnels et le Sdis a eu lieu ce mardi soir.

Le Sdis a fait une proposition qui semble « acceptable » à l’intersyndicale. Un accord pourrait bien avoir été trouvé, dans le conflit sur l’application d’un décret sur le temps de travail qui oppose depuis le 12 mai les syndicats de pompiers professionnels au Service départemental d’incendie et de secours (Sdis). Une rencontre a eu lieu ce mardi de 17 h 30 à 19 h 30, entre Henri Le Dorze, conseiller général, le colonel Cyril Berrod, directeur dépar- temental du Sdis, et ses adjoints, plusieurs chefs de groupements et l’intersyndicale CGT- SNSPP-FO.

11 embauches promises Le Sdis s’engage à recruter onze sapeurs-pompiers profes-sionnels d’ici la fin de l’année, en plus des trois postes créés le 1er mars. Il accepte éga- lement de rémunérer 17 h de travail par garde de 24 h, au lieu de 16 h actuellement. « Cela nous semble acceptable, cohérent », a estimé Sébastien Veillon, de la CGT.

Fin de la grève vendredi ? En fin de semaine, les syndicats vont proposer cet accord aux différents centres de secours morbihannais. S’ils l’acceptent, la grève, entamée le 12 mai, s’achèvera vendredi. Lorient – 27 Mai

http://www.ouest-france.fr/greve-des-pompiers-morbihannais-vers-une-sortie-de-crise-2574971

Lire la suite

14 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Routes: manifestation des personnels du conseil général des côtes d’armor (fr3)

fonctionnaires

A l’appel du syndicat CGT SNPTRI 22, plusieurs dizaines d’agents ont distribué des tracts aux automobilistes à l’entrée de la ville de Saint-Brieuc. Ils veulent alerter sur l’avenir de la  gestion des routes dévolue aux départements alors que se profile la disparition des conseils généraux. Toute la matinée, les agents à l’appel de la CGT SNPTRI 22 ont ralenti la circulation aux abords des deux ronds points du joint Français à St Brieuc. Ils ont distribués des tracts aux automobilistes. Le rassemblement s’inscrit dans un mouvement national et des actions du même genre sont menées dans d’autres départements français.

Qui pour gérer les routes dans l’avenir ? Les manifestants tiennent à souligner leurs inquiétudes vis à vis de la gestion des routes dans l’avenir. Ils reprochent à l’Etat de s’être désengagé de ses responsabilités en 2007, en créant les directions de routes nationales et en transférant les réseaux routiers aux départements. Et dans quelques années, qu’en sera-t-il des personnels des conseils généraux, avec la disparition des départements à l’horizon 2021? Voici l’une des inquiétudes exprimée ce mardi matin par les agents.

Les manifestants demandent une vrai négociation avec l’Etat contre les suppres- sions de postes, contre la fermeture des centres d’entretien des routes, pour une reva- lorisation du point d’indice des salaires. Selon eux, l’état des réseaux routiers, des enrobés, de la signalisation, de la sécurisation, ne cesse de se dégrader.

Par Thierry Peigné Publié le 13/05/2014 | 11:52, mis à jour le 13/05/2014 | 11:52

http://bretagne.france3.fr/2014/05/13/routes-manifestation-des-personnels-du-conseil-general-des-cotes-d-armor-475969.html

Lire la suite

12 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Les pompiers du morbihan sont en grève (fr3)

COR_0902052800.jpg

Les pompiers du Morbihan sont en grève ce lundi.

Ils se sont réunis à la caserne de Lorient pour demander l’application d’un décret sur le temps de travail. Ils se réuniront ce lundi à la caserne de Lorient. Les pompiers du Morbihan réclament en outre l’embauche de 15 sapeurs-pompiers professionnels.

Par Stéphane Grammont Publié le 12/05/2014 | 09:57, mis à jour le 12/05/2014 | 11:13

Lire la suite

02 mai 2014 ~ 0 Commentaire

La poste courrier, nantes-bretagne: sept jours de grève contre les suppressions d’emplois (lo)

la poste

La direction avait décidé de ne pas vraiment payer la distribution des plis électoraux et de faire travailler plus l’été les facteurs. La réaction du personnel a mis ces deux projets en échec. La direction voulait aussi supprimer des emplois, 20 sur 190, même si elle a commencé par minimiser ce chiffre. Les syndicats ont alors appelé à la grève pour le 22 avril. Ce jour-là, un piquet de grève expliquant les raisons du mouvement, la grève a touché 85 % des facteurs et des remises.

La direction a tenté de faire passer du courrier, celui des entreprises, en rameutant les cadres volontaires. Cela a été un échec, et très peu de courrier a été écoulé.

Les grévistes ont découvert au CTED de Sautron un « tri parallèle », avec des cadres, à raison de quatre caissettes pour deux cadres. Cela a bien fait rire. La direction a aussi deman- dé aux entreprises de passer récupérer leur courrier. Elle a également proposé à ceux qui le souhaitent d’aller voir la «concurrence», Transeco, pour la récupération du courrier.

De nombreuses actions ont eu lieu, dont la présence des grévistes à l’entrée des guichets. « On vous soutient, on vous comprend, chez nous c’est pareil », ont dit les guichetiers. Les grévistes ont également distribué des tracts aux usagers ou encore rendu visite aux postiers d’autres centres. Les syndicats de la Banque postale, située dans le même bâtiment, ont organisé une collecte de soutien.

Chaque jour, les grévistes se retrouvent au piquet de grève, la plupart du temps dans la cour, et discutent des derniers événements de la grève. Qu’elle semble loin, la propagande patronale sur la productivité et les challenges commerciaux. Pour l’instant, la direction n’a reculé que sur trois emplois. Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2387&id=33

Lire la suite

29 avril 2014 ~ 0 Commentaire

200 greffiers manifestent à rennes (fr3)

http://legraoullydechaine.fr/wp-content/uploads/2014/01/index1.jpg

200 greffiers ont manifesté à Rennes ce mardi.

Une manifestation qui réunit les juridictions de la Cour d’Appel de Rennes. Les greffiers réclament une revalorisation de leur statut et de leur rémunération d’autant plus que leur mission pourrait être élargie avec la réforme de la Justice.

Les principaux syndicats de greffiers ont appelé à la grève ce mardi 29 avril. Il s’agit du premier mouvement national dans la profession depuis 14 ans. Il y a aussi une manifes-tation à à Paris. C’est le grand chantier dit de la « Justice du XXIe siècle », une réforme d’ampleur en gestation, qui a mis le feu aux poudres et déclenché cette grogne venue de la base. Parmi les très nombreuses pistes évoquées pour cette réforme figure la création d’un greffier juri- dictionnel, aux missions élargies. Il pourrait notamment prononcer un divorce par consentement mutuel, compétence qui relève aujourd’hui du seul juge. Beaucoup de greffiers n’y sont pas opposés mais estiment qu’une revalorisation préalable est nécessaire.
Par Sylvaine Sallio Publié le 29/04/2014 | 12:13
Les greffiers en grève : pour de meilleurs salaires et conditions de travail (LO)
Assistant les juges, les greffiers sont chargés de constituer les dossiers avant les procès, transcrire les débats de ces procès, rédiger les décisions du tribunal, archiver les pièces, etc.Mardi 29 avril, ils se sont mis en grève et ont été nombreux à manifester à Paris et dans les grandes villes pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail et demander une revalorisation de leur salaire.

Comme tous les autres salariés des services publics, les 9 000 greffiers subissent les conséquences de la politique de restriction budgétaire. Dans leur cas, cela signifie des locaux sous-dimensionnés et mal entretenus, ainsi qu’une pénurie constante de moyens matériels : ils manquent d’encre, de papier, d’ordinateurs, de fournitures de bureau… et même d’exemplaires du Code pénal !

Les tâches qui leur incombent ont aussi augmenté au fil des années, sans que les créations de postes suivent, et ils ont toutes les raisons de craindre que la nouvelle réforme de la justice envisagée par Christiane Taubira, dite « pour une justice du XXIe siècle », aggrave encore la situation. Beaucoup ne comptent déjà pas les heures supplémentaires, ni payées ni récu- pérées le plus souvent, pour faire face aux besoins, alors que leurs salaires frôlent le smic en début de carrière et ne dépassent pas 2 500 euros brut à la fin.

Le mouvement qui a débuté à Agen pour réclamer une réforme du statut et une revalorisation salariale a vite fait tache d’huile. Depuis un mois, les greffiers en colère refusent de faire des tâches qu’ils estiment ne pas leur incomber, et se rassemblent devant leur tribunal au moment de l’embauche ou de leur pause-repas pour dénoncer la situation. Mardi 29 avril, ils se sont mis en grève, ce qu’ils n’avaient pas fait au niveau national depuis 2003, pour se faire entendre de la ministre, juste avant une séance de négociations sur les salaires prévue le même jour. Valérie FONTAINE

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2387&id=17

Lire la suite

27 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Maël carhaix: la solidarité contre les licenciements

manif_du_30_novembre_carhaix_dr

Mercredi 16 avril, les 53 salariéEs de l’abattoir de Penalan dans le centre Bretagne ont reçu le soutien moral, politique et financier d’une délégation du NPA et de la liste « Une vraie gauche pour Carhaix ».

Cette délégation était conduite par notre camarade Matthieu Guillemot, conseiller municipal de la ville de Carhaix. Ce jour-là, l’ensemble des ouvrierEs venaient juste de recevoir leur lettre de licenciement. Très brutalement. À quoi donc a servi le fameux « pacte d’avenir » pour la Bre- tagne signé par la majorité PS/PCF du conseil régional et approuvé par la CFDT et la CGT au nom du dialogue social ? Certainement pas à l’avenir des salariéEs car une fois de plus, des salariéEs bretons de l’agro-industrie seront jetés à la rue comme de vulgaires kleenex usés… Employée depuis plus de 20 ans dans cet abattoir, une salariée dit : « C’est une triste journée, mais les soutiens font du bien… »

Engager le combat pour l’emploi En plus du soutien de notre délégation, les employéEs ont pu apprécier le geste de solidarité d’une ouvrière de Marine-Harvest, elle aussi licenciée, qui a puisé dans sa prime de licenciement pour aider celles et ceux de l’abattoir de Penalan.

Dénonçant la politique des actionnaires, Matthieu a appelé à la lutte et à la solidarité, répétant avec force que « les seuls combats que l’on est sûr de perdre sont ceux que l’on ne mène pas ». Il a aussi dénoncé la politique du PS qui laisse faire : « Que fait la députée ? Que fait le conseiller général ? Que fait la région ? Ils ont toutes les manettes en mains. » Une soirée festive et solidaire a déjà été organisée le vendredi 18 avril.

Correspondant Hebdo L’Anticapitaliste – 239 (24/04/2014)

Lire la suite

26 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Contre les fermetures et refus d’ouverture de classes dans les écoles publiques des côtes d’armor à la rentrée 2014

sardines-d

Adressée à : M. HAMON, Ministre de l’Éducation Nationale – M. QUERE, Recteur de l’Académie de Rennes

Pour un enseignement public ouvert, ambitieux et de qualité, pour tous.

Nous appelons toutes et tous les parents d’élèves, écoles, enseignants, élus, citoyens à soutenir l’action du Collectif de défense des écoles publiques des Côtes d’Armor en signant et en faisant signer cette pétition !

Lettre ouverte en date du 22 Avril 2014

Nous, parents d’élèves, élus, enseignants, représentants d’associations de soutien à l’enseignement public et représentants de parents d’élèves des communes de Ploubezre, Plestin-les-Grèves, Grâces, Lannion, Callac, Rostrenen, Plénée-Jugon, Bourbriac, Bégard-Trézélan, Mûr-de-Bretagne, Lamballe, Ploufragan, St Brieuc, Ploubalay sommes constitués ce 22 Avril 2014 en Collectif mobilisé pour la défense des écoles publiques des Côtes d’Armor.

Notre union fait suite à la présentation par la Direction Académique des Côtes d’Armor le vendredi 18 avril dernier de la carte scolaire pour la rentrée 2014 dans notre département.

Nous refusons avec la plus grande fermeté les décisions de fermetures de classes, les refus d’ouvertures de classes et les tentatives de fusion d’écoles maternelles et élémentaires annoncés dans ce projet qui est pour nous toutes et tous, inacceptable et inconséquent.

En effet, depuis 1998, en se basant sur un effectif constant, le département des Côtes d’Armor s’est déjà vu supprimer plus de 150 postes d’enseignants et les annonces faites le 18 avril dernier sont dans la droite ligne de cette hémorragie constante et insupportable.

En totale contradiction avec les engagements affichés depuis 2012 de refondation de l’école, de redressement du système éducatif, de priorité donnée à l’école primaire (loi N°2013-595 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la république, du 8 juillet 2013), ces décisions ne peuvent qu’entraîner une dégradation évidente des conditions d’apprentissage, d’encadrement et d’enseignement.

Sureffectifs, désorganisation, instabilité, comment considérer comme satisfaisante une rentrée avec, dès septembre, des effectifs atteignant ou dépassant les 30 élèves par classe, parfois à multi-niveaux, dans de nombreuses écoles ? L’école et l’éducation ne peuvent pas se limiter au gardiennage de nos enfants, l’enseignement précoce est un atout crucial pour la réussite scolaire, sociale et l’émancipation de chaque enfant et citoyen.

Nous ne pouvons accepter que dans les zones rurales comme urbaines, les choix budgétaires mettent en péril l’enseignement public, les territoires et les projets menés au quotidien par des équipes éducatives soucieuses de prodiguer à chaque élève scolarisé un enseignement de qualité.

À ce jour, nous avons recueilli collectivement plus de 3500 signatures pour défendre des conditions décentes d’enseignement pour nos élèves, nos enfants ! Le collectif est donc fermement décidé à amplifier les mobilisations locales, à s’adresser aux élus locaux comme nationaux et à préparer des manifestations pour refuser ce projet de carte scolaire et défendre une école publique ouverte à tous et ambitieuse.

Nous exigeons donc l’annulation des fermetures de classes dans les écoles de Plestin-les-Grèves, Callac, Plénée-Jugon, Bourbriac, Lannion-Servel, Rostrenen, Mûr-de-Bretagne, Ploufragan (Anne Franck), Saint-Brieuc Cesson Bourg ainsi que l’ouverture de classes dans les écoles de Ploubezre, Grâces, Lamballe Lavergne, Lamballe – St Aaron, Ploubalay. D’autres écoles concernées ne tarderont pas à nous rejoindre.

Collectif de défense des Ecoles Publiques des Côtes d’Armor

Lire la suite

25 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Grève à lorient, pas de troisième séance du misanthrope vendredi soir (of)

interm i

Trois représentations du Misanthrope étaient programmée au Théâtre de Lorient.

Celle de vendredi est annulée du fait d’un mouvement de grève des intermittents du spectacle. Les brillants comédiens qui interprètent le Misanthrope de Molière au Théâtre de Lorient se sont réunis ce jeudi après-midi.  S’ils maintiennent la séance de ce jeudi soir, ils ont décidé d’annuler la troisième et dernière représentation programmée demain vendredi.

Rencontre avec le public Déjà mercredi soir, pour la première, Cyril Bothorel (Oronte sur scène) avait pris la parole avant le spectacle, alors qu’une délégation d’intermittents demandait la réouverture des négociations à l’Unedic. Cette fois, c’est la troupe elle-même qui fait grève. Cependant, elle sera présente au Théâtre aux mêmes horaires demain soir pour dialoguer avec le public.

Report ou remboursement Si des spectateurs ont déjà pu échanger leurs places, le Théâtre indique qu’un report des billets est possible sur un des prochains spectacles (Le Capital, concert Mozart ou Cabaret new burlesque).  Dans le cas contraire, il est possible de se faire rembourser, la demande devant parvenir au Théâtre avant le 23 mai prochain. Plus de renseignements au 02 97 83 01 01 Lorient – 24 Avril

http://www.ouest-france.fr/greve-lorient-pas-de-troisieme-seance-du-misanthrope-vendredi-soir-2345906

Lire la suite

04 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Les salariés licenciés de fobi manifestent à ancenis (fr3)

y-en-a-marre

Le 5 février le tribunal de commerce de Rennes prononce la liquidation de l’une des filiales du grou- pe, la société FOBI.  91 salariés restent sur le carreau. Ils étaient ce mercredi à Ancenis devant le siège de la holding.

G. Participation est une holding en bonne santé qui compte 3 sociétés. En 2004 elle affi- che une trésorerie de plus de 2 millions d’euros, elle atteindra les 7 millions fin 2012. Le 5 février dernier le tribunal de commerce de Rennes prononçait la liquidation de l’une des filiales du groupe, la société FOBI, entreprise d’outillage pour le bâtiment, basée à la Guerche-de-Bretagne (35) depuis 52 ans. 91 salariés se retrouvent sans emploi.

Ce mercredi, les salariés sont venus devant le siège de la holding montrer leur mécontentement et réclamer de meilleures conditions de licenciement. Ils reprochent à G. Participation de s’être désen- gagé de FOBI en retirant sa trésorerie, lui interdisant, par là même, d’honorer ses échéances : une mort programmée selon eux.

Chaque salariés touchera strictement les indemnités légales, 15 à 20 000 euros, le prix de l’interruption brutale d’une carrière de 20 ans. Ils ont décidé d’engager un bras de fer contre leur holding. Objectif: Transformer le licenciement économique en licenciement abusif.

Par Thierry Peigné Publié le 02/04/2014 | 18:40, mis à jour le 02/04/2014 | 19:46

http://bretagne.france3.fr/2014/04/02/les-salaries-licencies-de-fobi-manifestent-ancenis-451901.html

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin