Archive | Luttes sociales en Bretagne

27 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Mouvement de grève sur les sites de savelys à rennes et acigné (fr3)

y-en-a-marre

Le mouvement est national. A Rennes et Acigné, les salariés de l’entreprise de chauffage Savelys, filiale de GDF-Suez, étaient déjà en grève mercredi dernier. Ils ont à nouveau cessé le travail ce lundi pour dénoncer une menace de perte de salaire.

A la veille de la négociation annuelle obligatoire sur les salaires à Paris, les salariés de Savelys, qui assurent l’entretien des chaudières, veulent protester contre les menaces de fin d’avantages acquis sur les salaires: primes salissures, primes douches, primes paniers, qui équivaudrait à une perte de salaire net de près de 100€ par mois. Les salariés des agences de Rennes et Acigné, déjà en grève mercredi ont à nouveau cessé le travail ce lundi.
*
Selon les syndicats, le mouvement serait suivi par 50 % du personnel. L’Ouest compte 34 sites, soient près de 800 salariés, et 4000 sur l’ensemble du territoire français.
*
Par Krystell Veillard Publié le 27/01/2014 | 13:00

Lire la suite

26 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Des mesures d’économies sans précédent refusées par les salariés du centre hospitalier guillaume régnier de rennes (sud)

manifestants-hopital-SUD

Le syndicat SUD Santé Sociaux du Centre Hospitalier Guillaume Régnier de Rennes appelle tous les salariés à venir très nombreux à la cérémonie des vœux du directeur le lundi 27 janvier à partir de 16 heures au restaurant du personnel pour lui signifier leur opposition totale au projet d’économie annoncé début janvier et synonyme de régression sociale sans précédent.

Le directeur voudrait :
- Renégocier l’accord ARTT qui pourrait déboucher sur la suppression de 50 emplois de contractuels
- Réviser le mode de progression des salaires qui aura pour conséquence des baisses de salaires pouvant se chiffrer jusqu’à 16 000 euros de perte pour certaines catégories de personnels au cours de leur carrière
- Réviser les conditions de remplacement des absences ce qui se traduira aussi par des disparitions d’emploi

Ces mesures sont la conséquence directe de la politique d’austérité et de la décision de réduire encore plus la dépense publique, dont celle des dépenses de santé. Cette politique met ainsi artificiellement les hôpitaux en difficulté financière.

Le syndicat Sud Santé Sociaux du CHGR appelle les salariés à s’opposer absolument à cette régression sociale annoncée. Nous ne sommes pas responsables de la crise et nous ne voulons pas en faire les frais. samedi 25 janvier 2014

http://www.sudsantesociaux35.org/

Lire la suite

26 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Guéméné-sur-scorff: plus de 500 manifestants pour défendre l’hôpital (fr3)

manifestants-hopital-SUD

Plus de 500 personnes ont manifesté dans les rues de Guéméné-sur-Scorff.

Ils protestent contre la suppression de 15 lits et la fermeture de la cantine de l’hôpital. Plusieurs élus faisaient partie du cortège. Elus et personnels de l’hôpital de Guémené ont manifesté contre le projet de l’Agence régionale de santé, qui veut faire passer l’hôpital de 45 à 30 lits et supprimer la cuisine qui emploie 13 salariés. L’intersyndicale CGT – Force ouvrière de l’établissement a appelé à cette manifestation. De nombreux élus font partie du cortège, dont le député Philippe Noguès (PS). Avec ses 200 salariés, l’hôpital est l’un des principaux employeurs du secteur.

Par Sylvaine Salliou Publié le 25/01/2014 | 11:28, mis à jour le 25/01/2014 | 18:31

http://bretagne.france3.fr/2014/01/25/guemene-sur-scorff-56-entre-300-et-500-manifestants-pour-defendre-l-hopital-402357.html

Lire la suite

25 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Front social (of)

y en a marre

Lire la suite

23 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

La poste 35: réactions aux provocations de la direction (lo)

greve-poste-privatisation

Une centaine de postiers se sont rassemblés, le 20 janvier dernier, à la direction départementale de Rennes de La Poste.

Ils venaient soutenir trois collègues syndicalistes (deux de SUD et un de la CGT) de la plate-forme colis du Rheu, menacés de quinze jours d’exclusion de service sans salaire.

On leur reproche d’avoir perturbé la production, simplement en rentrant dans le centre avec les grévistes, au bout de trois jours de conflit en octobre dernier, pour demander à être reçus par la direction. Cette grève avait pour but d’empêcher la suppression de repos compensateurs.

Après la tenue de deux conseils de discipline, la direction maintient son projet de sanction, mais les postiers du Rheu ne veulent pas en rester là. D’autres actions sont prévues dans les semaines à venir. Les patrons de La Poste montrent de plus en plus ouvertement leur volonté de supprimer les acquis des postiers et de museler les syndicats.

Autre exemple d’au­to­ri­tarisme en Ille-et-Vilaine : au bureau de Saint-Malo, une factrice en contrat d’avenir a récemment été licenciée sur le champ pour avoir simplement demandé des explications sur l’augmentation de sa charge de travail. Plus de 80 % des facteurs de ce service, en colère, se sont spontanément mis en grève pendant deux jours, et la direction a fini par la réintégrer dans un autre bureau. Comme quoi, les réactions collectives sont salutaires. Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2373&id=31

Lire la suite

23 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Manoir industries, saint-brieuc: nouvelles menaces sur l’emploi (lo)

y-en-a-marre

Le groupe Manoir industries, qui fabrique des grosses pièces de fonderie pour le broyage et concassage ainsi que des plus petites pour la cimenterie, tuilerie, etc. a été racheté par le groupe chinois Yantai Taihai fin 2012. Trouvant plus rentable de fabriquer les petites pièces en Chine, il a décidé de se séparer de l’usine de Saint-Brieuc.

Plusieurs dizaines de travailleurs, sur un effectif actuel de 190 salariés, risquent de faire les frais de cette opération. La direction de l’usine, qui « ne souhaite pas s’exprimer à ce stade de la procédure », tout en assurant qu’il n’y aura aucun licenciement, envisage toutefois de proposer à des salariés de « s’apprêter à changer de métier », ainsi que des formations.

On sait ce que valent les paroles de patrons ! Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2373&id=30

Lire la suite

21 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Sauvons l’hôpital de guemene sur scorff! appel à la manif (bellaciao)

manifestants-hopital-SUD

APPEL A MANIFESTATION SAMEDI 25 JANVIER 10h30 Hôpital de Guémené sur Scorff

Fermeture de la médecine confirmée

Le jeudi 9 janvier dernier Mr THOMAS a annoncé au Conseil de Surveillance les intentions de l’ARS (Agence Régionale de Santé) concernant la capacité du futur Hôpital. Celle-ci a clairement indiqué la fermeture de la médecine (soit 15 lits), nous passerions ainsi d’une capacité de 45 à 30 lits. D’autre part elle a réaffirmé qu’elle n’était pas favorable au maintien d’une cuisine à Guémené. L’ARS va créer un désert médical en centre Bretagne en inadéquation avec le discours gouvernemental

Alors que le Programme de Territoire de Santé n°8, dont dépend l’Hôpital de Guémené, indique clairement des carences en lits SSR (convalescence) et en lits de soins palliatifs, l’ARS a décidé la suppression de 6 lits de SSR et une prise en charge diminuée des soins palliatifs. Alors que Madame le Ministre de la Santé précise dans son Pacte Territoire Santé que «l’accès de tous les français sur l’ensemble du territoire à des soins de qualité est une priorité absolue pour le gouvernement», que « les Hôpitaux de proximités sont, pour nombre d’entre eux, implantés dans des territoires fragiles, et jouent à ce titre un rôle important en matière d’accès aux soins », l’ARS a décidé d’amputer l’Hôpital de Guémené de son service de médecine de proximité.

Tout ceci va entrainer la création d’un désert médical, dans un secteur déjà fragile et également des conséquences en termes d’économie et d’emplois.

Pour les syndicats priorité à l’humain et non aux chiffres

Les personnels n’acceptent pas ces mesures qui mettent l’humain au second plan. Comment accepter que nos personnes âgées soient hospitalisées à Pontivy voir même plus loin pour des pathologies qui peuvent être traitées à Guémené ?

Comment accepter la suppression de la cuisine et que soient servis aux patients et aux résidents de maison de retraite des repas « industriels » ?

Comment accepter de mettre à mal un service de soins palliatifs qui fait ses preuves depuis plus de 20 ans et qui est connu et reconnu pour la qualité de son travail ?

Comment accepter la mise à la porte de nos collègues en contrat à durée déterminée, l’arrêt des titularisations, et la suppression d’emplois titulaires soignants, administratifs et logistiques ?

Manifestation Samedi 25 janvier à 10h30

Les organisations syndicales CGT et FO appellent les personnels, les usagers, les familles, les élus, la population du canton et des environs ainsi que toutes les personnes attachées au maintien d’un service public de qualité et de proximité en zone rurale à venir nombreux à la manifestation qui aura lieu le samedi 25 janvier à 10 h30 afin que l’ARS retire son projet de fermeture.

Rendez vous : Entrée principale de l’Hôpital Alfred Brard. Lundi 20 janvier 2014 – 21h46

Les Organisations Syndicales CGT et FO De l’Hôpital Local de GUEMENE/Scorff Rue Emile Mazé-BP 83 56160 Guémené-sur-Scorff

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article139418

Lire la suite

20 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Finistère, le conseil général épinglé par la chambre des comptes (lt)

retraie

En ces temps de rigueur budgétaire et de raréfaction de l’argent public, le rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l’Amicale des conseillers généraux du Finistère risque d’en faire tousser quelques-uns.

Un rapport qui, au passage, a valeur définitive, l’association n’ayant pas apporté de réponse aux observations formulées par les magistrats pour les exercices budgétaires 2009 et suivants.Passe encore que la comptabilité de l’association, présidée par Pierre Maille, se fasse encore, au XXIe siècle, « sur un simple cahier, à la main ».

Après tout, l’agent du conseil général du Finistère, payé par l’amicale pour la gestion administrative et comptable de l’association, effectue ces tâches « sans qu’aucun contrat de travail n’ait été formalisé ». Reste que les comptes soumis chaque année à l’assemblée générale « ne présentent pas toutes les garanties de fiabilité », d’autant qu’il n’y a aucun commissaire aux comptes !

Plus surprenante est la question du remboursement des frais de déplacements qui se montait à 3.715 € pour 26 membres présents à l’assemblée générale en 2009. « D’anciens conseillers généraux (membres de l’amicale) habitant à proximité du siège de l’amicale », ont ainsi perçu des rem- boursements « sans rapport avec les frais réellement engagés », observe la chambre régionale qui parle de versements faits « à tort et en dehors de tout fondement juridique ».

Mais en cette période de réforme du régime des retraites, c’est la possibilité de rachat d’annuités offerte aux conseillers généraux qui vaut son pesant d’or. Une valeur de rachat qui « n’a jamais été actualisée » depuis 1986 « alors même que les pensions sont revalorisées ». Pour faire simple, ce rachat d’annuités « assure un rendement de plus de 50 % par an » pour ses bénéficiaires. Et la chambre régionale des comptes de souligner que ce système est « particulièrement déséquilibré et défavorable au budget du conseil général » T. L.

Commentaires:

1 Ben quoi, la droite le faisait bien, en pire, elle!

2 On comprend  tout de suite pourquoi les départements sont indispensables!

3 Ici y a pas de « voyages d’études » sous les tropiques avec les épouses?

4 Nous resterons fermes sur les revendications des personnels, hein!

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/finistere-le-conseil-general-epingle-par-la-chambre-des-comptes-20-01-2014-2373514.php

Lire la suite

17 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

Plan social à jabil: la grogne monte chez les syndicats (cb)

y-en-a-marre

La direction du site Brestois prévoit de supprimer 97 postes sur les 181 restants. Nouveau coup dur pour une entreprise qui a compté jusqu’à 1000 salariés par le passé.

L’annonce vendredi 10 janvier d’un nouveau plan de suppression de 97 postes sur le site Jabil Brest (fabricant de circuits électroniques) a agit comme un coup de massue pour Serge Roudaut, secrétaire du comité d’entreprise de Jabil Brest et délégué de Force Ouvrière.

« Nous ne nous attendions pas à un plan social d’une telle envergure, reconnaît-il. La direction parle de 97 postes supprimés sur 180, mais elle prend en compte 21 personnes qui travaillent pour Jabil ailleurs dans le monde. Elles ont demandé à être inscrites dans l’effectif de Brest pour des raisons sociales. En réalité, ils sont 160 à réellement travailler ici, ce qui représente une suppression de 61% des effectifs ! »De son côté, la direction rappelle que « ces 97 suppressions de postes ne représenteront pas 97 licenciements » et qu’elle fera tout pour «trouver le maximum de solutions de reclassement en interne et en externe, pour réduire au mieux le nombre de licenciements ».

« Leur business plan n’est pas crédible »

Ce que Serge Roudaut reproche surtout à la direction aujourd’hui, c’est le manque de transparence et un déficit de communication entre le patronat et les syndicats. Les livres 1 et 2 de la procédure de “plan de sauvegarde” de l’emploi, tout deux envoyés en recommandé lundi 13 janvier n’ont pas été particulièrement bien accueillis par le secrétaire du comité d’entreprise.

Sur le papier, ces livres sont censés expliciter les raisons de ces licenciements, et surtout préciser comment l’entreprise sera fiable après coup. À ce sujet, le délégué FO dénonce un manque de clarté, et un business plan pour 2015 qu’il juge « peu crédible ». Selon lui, après licenciement,« il ne restera plus que 20 salariés chargés de la production, contre 40 qui resteront dans les bureaux ». Malgré tout, la direction se dit confiante pour l’année 2015, espérant même réaliser un bénéfice d’exploitation s’élevant à 1,3 million d’euros. Un non sens, pour les syndicats. « Comment 20 ouvriers de production pourront-ils dégager, à eux seuls, 1,3 million de bénéfices ? Ce n’est pas du tout crédible, s’insurge Serge Roudaut. On ne peut pas mentir effrontément aux gens comme ça. »

Les raisons d’un tel plan social ? Pour la direction, la conjoncture économique « n’est plus favorable à la consommation de produits électroniques, avec une dégradation significative du marché en Europe, et une pression des concurrents de plus en plus importante ». Pour Serge Roudaut en revanche, le problème est ailleurs. « On délocalise nos activités en Chine, pour produire à moindres frais. Le site de Brest n’est pas le seul à être touché. 800 postes ont été supprimés en Hongrie. Brest ne représente que 1% des effectifs sur l’ensemble des sites Jabil dans le monde… », explique le secrétaire du comité d’entreprise.

En attendant l’ouverture de la procédure de “plan de sauvegarde” fixée mardi 21 janvier, les syndicats n’entendent pas se laisser faire. Ils continueront à se battre pour réduire au maximum le nombre d’emplois concernés. Franck Martin Dernière mise à jour : 16/01/2014 à 17:30

http://www.cotebrest.fr/2014/01/16/plan-social-a-jabil-la-grogne-monte-chez-les-syndicats/

 

Lire la suite

15 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

redon, des suppressions de postes qui inquiètent chez cargill (of)l

Un mouvement de grève a débuté ce lundi matin à la pectinerie Cargill, à Redon, à l’appel du syndicat CGT.

La direction de Cargill veut restructurer un atelier (celui d’une ligne pilote) pour supprimer cinq postes. Aucun licenciement n’est prévu : quatre salariés seraient reclassés sur le site et un départ en retraite ne serait pas remplacé. Mais pour dix salariés de l’atelier, la perte de salaire lié à cette réorganisation qui consiste à supprimer le travail le week-end et les jours fériés, se solderait par une baisse de salaire de 450 € par mois.

La CFDT était prête à négocier les conditions de cette réorganisation et les pertes de salaire. La CGT, majoritaire, a refusé toute suppression. « Le débrayage sera reconduit les lundis et mercredis jusqu’à ce que la direction accepte de revenir sur le projet et faire des propositions pour pérenniser l’activité sur l’atelier, » indique le représentant de la CGT, Christophe Bézier. Redon – 14 Janvier

http://www.ouest-france.fr/redon-des-suppressions-de-postes-qui-inquietent-chez-cargill-1849894

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin