Archive | Luttes sociales en Bretagne

20 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

sncf bretagne: le chantier qui tue (lo)

BATAILLE-du-RAIL-Rene-Clement

Dans la nuit du jeudi 13 au vendredi 14 novembre, un ouvrier de l’entreprise Colas-Rail travaillant à la rénovation de la voie ferrée entre Rennes et Redon est mort après avoir eu la jambe sectionnée par la machine sur laquelle il travaillait.

L’accident s’est produit de nuit, sous une pluie battante et avec très peu d’é- clairage. L’ouvrier a glissé et a été heurté par un chariot resté en fonctionnement, alors qu’il tentait de résoudre un incident électrique sur une machine dite «train de coupe». Cette machine est disposée sur la voie ferrée, fait près de 800 mètres de long et permet d’enlever les anciens rails, traverses et ballast afin de les remplacer.

Sur ce train de coupe, les ouvriers sont confrontés à des pannes à répé- tition et contraints d’intervenir alors qu’une partie des éléments du train continue à fonctionner. De plus, sur ce chantier de renouvellement de voies, ils travaillent depuis des mois de nuit et jusqu’à cinq nuits d’affilée. Mais ce chantier n’est pas un cas isolé. Il y a plusieurs mois déjà, sur un autre chantier, des cheminots SNCF et de Colas-Rail avaient débrayé ensemble contre l’accumulation des travaux de nuit et les risques que cela implique.

Aujourd’hui, ce travailleur est mort parce que, pour les propriétaires, l’entreprise Colas, liée au groupe Bouygues, comme pour le donneur d’ordre, le groupe SNCF, les travaux doivent aller vite, toujours plus vite.

Peu de temps après l’accident, il a fallu rendre la voie à la circulation des trains de voyageurs. Le vendredi, les patrons envoyaient un message aux cheminots pour les inciter à reprendre la production. Dès le lundi 19 novembre au soir, sans même attendre les premières conclusions du CHS-CT extraordinaire et malgré la préconisation de l’inspection du travail, ils ont fait remettre en route la machine tandis qu’une cellule psychologique était mise en place.

Autant dire que pour garantir leur sécurité et interdire qu’un tel accident mortel ne se reproduise, les travailleurs ne peuvent compter sur personne d’autre que sur eux-mêmes. Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2416&id=33

Lire la suite

13 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

liaisons maritimes, trois femmes entament une grève de la faim à groix (of)

Trois Groisillonnes ont démarré une grève de la faim, ce mercredi, dans les locaux de la gare maritime à Groix. Une nouvelle action dans le conflit qui dure.

Le mouvement des cirés jaunes à Groix prend une nouvelle dimension. Ce mer- credi soir soir à 17 h, trois femmes groisillonnes ont investi la gare maritime avec une tente, des duvets, des matelas et se sont enchaînées. Mais sans prévoir de nourriture.

Sans limite de temps Elles ont décidé d’entamer une grève de la faim, sans limite de temps, pour protester de manière non violente contre le projet de délégation du service public (DSP) proposé par la Compagnie Océane et le conseil général du Morbihan. «Nous souhaitons une prorogation de l’actuelle DSP et nous voulons également rencontrer les conseillers généraux de droite afin de leur expliquer clairement ce qu’est la vie sur l’île, et leur donner nos revendications», explique l’une d’entre elles.Groix – 12 Novembre

http://www.ouest-france.fr/liaisons-maritimes-trois-femmes-demarrent-une-greve-de-la-faim-groix-2969824

Lire la suite

06 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

chantiers stx, saint-nazaire: accident mortel (lo)

chantiers stx, saint-nazaire: accident mortel (lo) dans Luttes sociales en Bretagne

Jeudi 30 octobre, un travailleur est mort, renversé par un engin de manu- tention en plein cœur du chantier naval, à l’heure de la reprise du travail après la pause du midi, devant un grand nombre de salariés choqués.

La CGT a été le seul syndicat à juger utile d’appeler à un rassemblement dès le lendemain matin. L’immense majorité des travailleurs de production présents sur le site ont alors arrêté le travail et se sont retrouvés à plus d’un millier pour rendre hommage à leur camarade. Les travailleurs sous-traitants, qui sont en majorité sur l’aire de prémontage où a eu lieu l’accident, étaient aussi présents massivement au débrayage.

Le travailleur décédé, un homme de 48 ans, faisait d’ailleurs lui aussi partie d’une de ces nombreuses entreprises sous-traitantes travaillant à demeure sur le site, Foselev, spécialisée dans le levage et la manutention. Le chauffeur de l’engin de manutention, de même, était un intérimaire, employé par l’entreprise Comi-Service qui travaille en permanence pour installer sur le site les nombreux échafaudages nécessaires.

L’accident a eu lieu dans un des nombreux endroits du chantier où se mêlent la circulation des piétons, des cyclistes, des camions, des grues sur pneus, des chariots élévateurs et autres engins de manutention, parfois dans le plus grand désordre et dans la précipitation provoquée par la pression sur les délais d’exé- cution du travail. C’est d’autant plus vrai aux heures de repas, lorsque l’éclatement des horaires fait s’entremêler les travailleurs, ceux qui poursuivent le travail et ceux qui partent manger.

Alors que personne n’était encore en mesure de comprendre précisément les causes de l’accident, la direction s’est empressée de rappeler «l’absolue nécessité du respect des aires de circulation prévues sur le site». Une façon de faire porter, en préalable, la responsabilité de l’accident sur ceux qui en ont été les victimes.

Tel n’est pas l’avis des travailleurs. Beaucoup d’entre eux ont retenu dans l’intervention du secrétaire au CHSCT, lors du débrayage, la dénonciation de la pression au rendement qui s’exerce depuis le début de la construction de l’Oasis, le plus gros paquebot du monde. Cette pression atteint un niveau que l’on n’a jamais vu aux chantiers et qui touche toutes les catégories du personnel, de l’ou- vrier au cadre, du personnel de STX au sous-traitant. Cette pression a provoqué ces derniers temps un grand nombre d’incidents et d’accidents qui ont été autant d’avertissements, sans réaction de la part de la direction.

Cette pression, orchestrée au quotidien par la direction, est incompatible avec le respect des règles les plus élémentaires de sécurité. Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2414&id=31

Lire la suite

20 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

abattoir gad josselin (morbihan), on achève bien … les salariéEs (npa)

logoNPA29

« On nous fait passer entre les barrières métalliques comme des moutons à la bergerie. A l’intérieur de la salle, on donne notre nom. Des personnes rem- plissent un registre et nous disent si nous sommes repris ou non en nous donnant une lettre » explique un ouvrier.

Les heureux élus auront droit à une lettre et un badge pour reprendre le boulot lundi.

Le tiers de l’usine, soit 225 ouvrières et ouvriers, seront elles et  eux « remerciéEs » avec une lettre les incitant à un hypothétique reclassement.

Tout cela s’est passé pendant 4 heures vendredi 17/10 dans le centre culturel de Josselin, loué par Gad, car le repreneur Intermarché ne voulait surtout pas d’un rassemblement sur le site de l’usine.

Après avoir manipulé, les employéEs de l’abattoir Gad Jousselin en les dressant contre leurs collègues en lutte de Lampaul  Guimiliau ( Finistère) pendant l’au- tomne 2013, la CECAB poussant son infamie en considérant «ses» employéEs comme des pions ou pire des pièces qu’on jette au rebut, s’abritant derrière l’éventuel reclassement alors même qu’à peine 15% des licenciéEs de ces 2 dernières années (cela se compte par milliers) ont retrouvé un CDI… Il faut entendre  cette syndicaliste qui dit à propos du conflit de l’automne dernier : « Ils proposaient aux gens de chez Doux, des postes chez Gad alors que le dépôt de bilan se profilait. C’est du grand n’importe quoi »

Ultime Question : A quoi auront servi les milliards d’Euros du plan d’avenir pour la Bretagne (peut-être à rémunérer grassement les cabinets et autres consultants « spécialistes du reclassement ou autres « vautours » et le «dialogue» social » tant vanté par les pouvoirs publics et les syndicats ouvriers comme la CFDT et la CGT…On voit le résultat !!!

Alors même que seul les luttes et la convergence qui s’étaient manifestées durant le grand mouvement de l’automne 2013 en Bretagne pouvaient inverser le rapport de force et bloquer ces licenciements et le désastre humain qui s’en est suivi. Gérard M.

Lire la suite

20 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

liaisons maritimes, des centaines de cirés jaunes manifestent à palais (of)

 arton7359-c8e72

Les phares du port de Palais ont été pris d’assaut.

Les manifestants, la plupart vêtus de jaune, répondaient à l’appel du Comité citoyen. La mobilisation contre une diminution des rotations maritimes se poursuit.

Dès 17 h 45, des centaines de personnes, vêtues de jaune pour la plupart, ont convergé vers le port de Palais. Les manifestants, qui répondaient à l’appel du Comité citoyen, se sont répartis sur la digue nord et la cale Bonnelle, près du phare vert et près du phare rouge. Plusieurs embarcations ont symboliquement fermé le passage, après le départ du navire Bangor.

Pas d’incident Le navire Vindilis a été retardé d’une quinzaine de minutes dans sa manœuvre d’amarrage. La manifestation s’est déroulée sans incident, dans une ambiance bon enfant. La mobilisation contre une diminution des rotations maritimes se poursuit donc. Aucune manifestation n’est annoncée, pour l’instant, pour ce lundi. Le Palais – 19 Octobre

Lirre aussi:
Commentaire: De l’argent, çà y en a, mais c’est pour donner au patronat!

Lire la suite

18 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

gad josselin: une infâmie de plus (npa)

logoNPA29

C’est  entre deux barrières métalliques conduisant au centre culturel de Josselin, gracieusement loué par la direction de GAD que sont passées les ouvrières et ouvriers de l’abattoir pour entendre un à un  tomber la sentence….

Une lettre et un badge pour celles et ceux qui reprendront le boulot Lundi et les yeux pour pleurer pour les 225 qui seront licenciés, assortis dune lettre proposant une réunion d’information pour envisager … un reclassement.

Quel cynisme !!!

Alors qu’à peine 15% des milliers de licenciés de ces derniers mois ont retrouvé un emploi en CDI,  les jetés à la rue de Josselin vont venir grossir le nombre de chômeurs et de vies saccagées par le profit capitaliste.

A l’heure où les licenciements et les drames humains se poursuivent on se demande bien à quoi auront servi les milliards d’€ du plan d’avenir pour la Bretagne et « le dialogue social» tant vanté par les pouvoirs publics mais aussi certains syndicats.

Pour le NPA Quimper Janine Carrasco

Lire la suite

14 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

16 octobre

bzh

Brest Appel à la grève au CHRU le 16 octobre

Le syndicat CGT appelle le personnel du CHRU à la grève jeudi 16 octobre à l’occasion du mouvement national contre le pacte de responsabilité et pour la défense de la sécurité sociale. Il s’agit une nouvelle fois de dénoncer la suppression de 183 postes au CHRU. Un rassemblement est programmé place de la liberté à 11h pour la défense de la sécurité sociale et de l’hôpital public.

http://www.cotebrest.fr/breves/10481-appel-a-la-greve-au-chru-le-16-octobre/

Lire la suite

12 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

grève des agents communaux: 15 cantines fermées à saint-brieuc (of)

adapter-les-rythmes-scol

La grève illimité des agents communaux des écoles se poursuit, 15 cantines étaient encore fermées, ce vendredi midi.

Cinquième jour consécutif que la grève illimité des agents communaux des écoles se poursuit à Saint-Brieuc. Quinze cantines briochines sur 27 étaient encore tou- chées par ce mouvement de grève ce vendredi. Les agents communaux des éco- les et certains parents sont venus manifester sur le parvis de l’hôtel de ville, ce midi, pour exprimer leur mécontentement. Ils demandent un «retour en arrière du maire sur la réforme des rythmes scolaires ».

«La grève est reconduite pour la semaine prochaine. Jeudi prochain, une mani- festation départementale est prévue avec les enseignants et tout le personnel terri- torial, en plus des agents communaux des écoles. On ne baissera pas les bras jusqu’aux vacances de la Toussaint» explique Gaëlle Rouault, agent communal dans une école de la Ville. Saint-Brieuc – 10 Octobre

http://www.ouest-france.fr/greve-des-agents-communaux-15-cantines-fermees-saint-brieuc-2891409

Lire la suite

11 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

pontivy, manifestation de soutien aux agents de l’hôpital (of)

manifestants-hopital-SUD

Plusieurs centaines de personnes ont défilé dans les rues de Pontivy cet après-midi.

Comme d’autres établissements, le centre hospitalier du Centre-Bretagne est en difficulté financière. Des départs ne seront pas remplacés, des CDD non renouvelés.

Le CHCB, centre hospitalier du Centre-Bretagne, est le fruit de la fusion d’établis- sements de Pontivy, Loudéac et Plémet. Un hôpital neuf a été construit à Noyal-Pontivy. Le projet a vu son coût exploser, passant de « 63 millions au départ à 120  millions au final », explique la maire de Pontivy, Christine Le Strat, président du conseil de surveillance du CHCB. D’où un déficit chronique

Retour à l’équilibre L’agence régionale de santé a imposé un contrat de retour à l’équilibre, qui se traduit par 47 départs en retraite non remplacés et des CDD non renouvelés. La pilule ne passe pas auprès des salariés. Ils avaient manifesté une première fois le 23 septembre. Ils ont organisé un nouveau rassemblement cet après-midi. Plusieurs centaines de personnes y ont participé.

D’autres hôpitaux touchés Khalil Kalkas, pédiatre et président de la commission médicale d’établissement, qui représente les médecins, fait remarquer que le CHCB n’est pas le seul dans ce cas. Il affirme que « dix-huit établissements sont confrontés à des difficultés financières en Bretagne. Seul Saint-Brieuc sort du lot ». Pontivy – 08 Octobre

http://www.ouest-france.fr/sante-manifestation-de-soutien-aux-agents-de-lhopital-2885733

Lire la suite

06 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

abattoirs gad: débrayage spontané (fr3)

y-en-a-marre

Au moins 250 salariés des abattoirs Gad de Josselin se sont mis spontané- ment en grève ce matin. Ils dénoncent l’absence d’information concernant les conditions de reprise de leur entreprise par le groupe Intermarché. Sur le site, les deux tiers des 755 salariés doivent conserver leur emploi.

« On est tous à cran, fatigués », lâche sous couvert d’anonymat une ouvrière de Gad. « Le débrayage de ce matin ne vient pas des syndicats, il est complète- ment spontané. Nous voulons savoir ce qu’il va advenir de nos postes. A l’heure actuelle, je ne sais pas si j’aurai encore mon emploi  dans 10 jours, si je devrai ou non changer de poste ».Depuis ce matin, la quasi-totalité des chaînes d’abattage de Gad Josselin se sont arrêtées. Environ 250 salariés, soit le tiers des effectifs, ont cessé le travail. Alors que les négociations pour le plan de sauvegarde de l’emploi, entamés la semaine passée, doivent s’achever ce soir, les grévistes dénoncent l’absence d’information.

« Rien ne filtre! On sait que l’offre de reprise d’Intermarché prévoit de reprendre 507 des 755 salariés sur notre site mais on ignore quels secteurs d’activité sont concernés », motive cette même ouvrière. « Ce n’est absolument pas contre Inter- marché, on est même ravi de leur offre de rachat mais, dans une semaine, le tribunal doit examiner cette offre et on a du mal à croire que le groupe Inter- marché ne sait toujours pas où il va ! Et nous, on a besoin de pouvoir nous projeter. »

En milieu de matinée, une délégation de salariés a été reçue par la direction du site. Les grévistes attendent, dans le calme, de plus amples informations avant de décider de la suite à donner à leur mouvement.

Le 11 septembre dernier, la société Gad a été mise en liquidation judiciaire avec une poursuite de l’activité pendant trois mois. Cette décision concernait les sites de Josselin et Lampaul-Guimiliau (Finistère) soit près de 820 salariés en CDI. Lundi dernier, 29 septembre, le groupe Intermarché a dévoilé son projet de reprise qui concerne uniquement le site morbihannais de Josselin. Il prévoit de supprimer le tiers des effectifs soit 250 postes. Le tribunal de commerce de Rennes doit examiner les détails de l’offre dans une semaine, le 13 octobre.

Hélène Pédech  Publié le 06/10/2014  11:57, mis à jour le 06/10/2014

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin