Archive | Luttes paysannes et alimentation

12 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

l’aveuglement de la fnsea (reporterre)

fnsea

Est responsable de la crise agricole

L’actualité agricole que nous connaissons depuis plusieurs semaines se caractérise par une grosse manipulation ! Je pèse mes mots, et j’affirme de suite que je ne suis pas dans la critique des paysans qui manifestent. La douleur et le désespoir sont bien réels dans les campagnes, même si ce n’est pas la situation de tous ceux qui descendent dans la rue, car, il faut le dire aussi : les disparités en agriculture sont scandaleuses, ce qui rend la crise encore plus insupportable !

Un jour, l’apologie du libéralisme, le lendemain, la quête des aides publiques Mais ici, je veux simplement, mais vigoureusement, dénoncer le fait que les principaux animateurs des manifestations de cet été sont les instigateurs des mécanismes qui nous ont entrainés dans la situation actuelle. Le mal est profond, il est dans la structure même du processus de production agricole. Il mérite un débat de fond qui exclut tout double discours entre les posi- tions défendues auprès des pouvoirs publics et celles assumées publiquement.

Il n’est pas possible de revendiquer du matin au soir et tous les jours, davantage de libéralisme et de compétitivité, puis, avec le même aplomb, d’exiger des soutiens publics des aides pour faire face aux conséquences entrainées par ce qui a été revendiqué et obtenu…

La FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) et ses satellites ont une grande responsabilité dans la situation actuelle. Leurs mots d’ordre se rejoignent dans une trinité infernale :

- Plus de compétitivité, c’est-à-dire plus de capacité de vendre moins cher que les concurrents, ce qui suppose des prix inférieurs aux coûts de production, des charges externalisées et payées par d’autres, et l’injection permanente de nouvelles aides dans la chaîne de production.

- Plus d’exportations, c’est-à-dire une part croissante de la production vendue sur les marchés mondiaux qui ne représentent que 7 % de la production mondiale globale, et qui, sauf exception, sont constitués par des prix de braderie.

- Plus de «modernisation et d’innovation» qui, sous l’apparence d’une sonorité positive, représente toujours plus d’investissements insupportables, plus d’industrialisation et d’artifi- cialisation de l’agriculture, plus de déshumanisation et de perte d’emplois, plus d’élimination des petites fermes qui pourtant, de nombreuses études le démontrent, sont les plus efficaces en emplois, en biodiversité, en paysage, en valeur ajoutée.

Jamais les bonnes questions L’une des situations dénoncées dans les récentes manifes- tations a été la baisse du prix du lait, suite à la suppression des quotas qui régulaient la pro- duction. Mais, quel était le discours de la FNSEA lorsque les quotas étaient en place ? J’ai siégé durant quatre ans au côté de leurs représentants au Conseil de direction de l’Office national du lait (ONILAIT). Combien de fois ne sont-ils pas intervenus pour déplorer que la France ne puisse exporter davantage, à cause de la limitation de la production par les quotas? Combien de fois n’ont-ils pas déploré que tout ceci entravait la compétitivité de la filière laitière ? Combien de fois ne leur ai-je pas dit que leur discours préparait le terrain à la sortie des quotas ?

De même, pour la production porcine, les a-t-on entendu une seule fois revendiquer une maîtrise de la production qui pourrait stabiliser le prix de la viande porcine? Non! Ils reven- diquent moins de contraintes et plus de souplesse dans l’agrandissement des ateliers de production pour être plus compétitifs que les Allemands ou que les Espagnols… La filière porcine est le bout du bout de l’agriculture libérale, et elle représente le bout du bout de l’impasse agricole !

La FNSEA et sa section Jeunes Agriculteurs occupent le terrain agricole en ne posant jamais les bonnes questions. Elles n’ont jamais un mot sur une répartition plus équitable des aides et des productions, jamais un mot sur la limitation des tailles d’ateliers ou sur les fermes-usines. Toujours les mêmes pseudos boucs émissaires, les contraintes adminis-tratives ou environnementales, présentées comme responsables de tous les maux.

Toujours la contradiction absolue qui consiste à demander plus de soutien aux exporta- tions et plus de protection aux importations. Toujours la contradiction entre les discours démagogiques qualifiant notre agriculture de «compétitive», «performante», «moderne», «innovante», et la réalité de cette agriculture qui se met en éruption tous les six mois et qui perd le quart de ses emplois paysans tous les dix ans.

Puits sans fond La FNSEA demande au Président de la République un plan de trois mil- liards d’euros pour «des mesures de court terme»: allégement des charges sociales et fiscales, et mise en place d’un plan de désendettement, et pour «des mesures structurelles à moyen terme»: soutien à l’investissement et à l’allégement des normes! Autrement dit: aide au désendettement pour le court terme, et aide à l’endettement pour le moyen terme !

Ainsi, l’agrandissement des tailles d’ateliers et l’accaparement des productions sont financés par les fonds publics. Voilà l’efficacité économique et sociale de l’agriculture indus- trielle qui est un puits sans fond, et qui n’est plus capable de payer ses charges sociales ou fiscales!

L’essentiel des problèmes de l’agriculture vient du fait qu’elle s’enlise dans le libéralisme et l’industrialisation. Il faut changer de cap. Et plutôt qu’aller encore plus loin dans le libéralis- me et l’industrialisation, aller vers la maîtrise et la répartition des productions, le soutien à la qualité, la relocalisation des filières. 8 septembre 2015 Michel Berhocoirigoin

Michel Berhocoirigoin, ancien Président de la chambre d’agriculture alternative du Pays Basque, est un témoin privilégié de la crise agricole.

http://www.reporterre.net/L-aveuglement-de-la-FNSEA-est-responsable-de-la-crise-agricole

Lire la suite

09 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

crise de l’élevage (la conf’)

confederation-paysanne-

L’Union européenne déclare son mépris aux paysans

La réunion expresse des ministres de l’Agriculture aujourd’hui à Bruxelles n’a rien fait pour les paysans. Au contraire, ces représentants des agricultures d’Europe ont osé se servir de la détresse des éleveurs pour aller encore plus loin dans le libéralisme, pour accélérer encore la disparition des paysans.

La maîtrise attendue par des milliers de manifestants présents devant le Conseil euro- péen n’a même pas été portée par Stéphane Le Foll. Même le relèvement du prix d’interven- tion a été balayé sous prétexte de compétitivité! Seules les avances d’aides PAC* pourront donner un peu d’air aux éleveurs.

Ils seront par contre ravis d’apprendre que Phil Hogan, le commissaire à l’agriculture, va aller en Colombie et que le Viet Nam va supprimer ses tarifs douaniers sur le lait. Et c’est avec enthousiasme qu’on nous affirme que l’avenir est aux accords de libre-échange avec les Etats-Unis et le Canada!

Les représentants des populations d’Europe ont fait la preuve aujourd’hui de leur totale déconnexion avec la réalité! C’est une journée noire pour l’agriculture et pour la société.

http://www.confederationpaysanne.fr/actu

Lire la suite

06 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

les paysans ont été invités à un marché de dupes (essf + npa)

les paysans ont été invités à un marché de dupes (essf + npa) dans Luttes paysannes et alimentation RTEmagicC_Poster_Your_policy_ruins_dairy_farmers_EN.jpg

Décryptage du plan pour l’élevage: Trois milliards sans véritables solutions

De nouvelles mesures ont été annoncées hier par Manuel Valls, sur commande de Xavier Beulin, patron de multinationale agro-alimentaire. Les milliers de paysans venus manifester à Paris n’ont d’ailleurs pas été dupes de ce tour de passe-passe qui ne sauvera que ce système qui les broie, pas eux. Décryptage.

La «modernisation», sorte d’incantation permanente déconnectée des réalités, représente un tiers de ce plan: investir à tout prix, quels que soient les risques de surendettement et les conséquences sur l’emploi agricole et agro-alimentaire.

• On notera que cette partie du plan a été confiée à Pierre Pringuet, membre du Conseil d’administration du groupe Avril (ex-Sofiprotéol), et ancien président du comité Sully (cercle de promotion de l’industrie agro-alimentaire) dont il a transmis les manettes à Xavier Beulin en janvier.

L’appel à des «prix rémunérateurs» n’est encore qu’une accumulation de vœux pieux sans mesure concrète qui permette réellement de faire remonter les prix.

Allègements et baisses de charges ne sont que des mesures d’urgence dont il faut espérer qu’elles ne remettent pas en cause les mécanismes essentiels de solidarité sociale.

Les mesures de désendettement sont utiles pour les trésoreries mais ne résolvent rien tant que le système et les pouvoirs publics encouragent encore à l’investissement comme c’est le cas ici. Il ne s’agit que de désendetter pour réendetter !

• Sans aller jusqu’au moratoire demandé, la simplification des normes environnementales est tout de même à l’ordre du jour. Même si la règlementation n’est pas toujours bien faite, il ne faudrait tout de même pas perdre de vue que la nature est le socle de travail des paysans et doit être préservée pour les générations à venir !

Il n’y a donc rien ici pour redonner un avenir aux paysans. Pour sortir les éleveurs de la crise, la balle est désormais entre les mains des ministres de l’Agriculture de l’Union europé- enne qui se réunissent lundi. Le relèvement des prix d’intervention est indispensable et pourrait être obtenu mais il doit s’accompagner de mesures de régulation, qui n’ont pas été évoquées hier…Confédération paysanne  4 septembre 2015

La Confédération paysanne manifestera avec la Coordination européenne Via Campesina et aux côtés de l’European Milk Board devant le Conseil européen lundi à 11h. Bruxelles

Lire la suite

05 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

crise des agriculteurs (20 mn)

agriculture

Ce n’est pas aux contribuables de payer pour nos exploitations

Josian Palach, secrétaire national de la Confédération paysanne, revient sur les annonces de Manuel Valls…  Ils n’ont pas manifesté ce jeudi à Paris. Et pourtant, les adhérents de la Confédération paysanne sont en colère, mais surtout contre la FNSEA. 20 Minutes fait le point avec Josian Palach, secrétaire national du mouvement.

Comment réagissez-vous au nouveau plan d’aide annoncé par le Premier ministre ?

Certaines mesures répondent à l’urgence de la crise. Je pense notamment à l’année blan- che pour le remboursement des emprunts bancaires. En clair, les agriculteurs en difficulté ne payeront pas les intérêts de leurs prêts, ils seront pris en charge par l’Etat, et le rembour- sement du prêt sera décalé d’un an. Cette mesure allégera les trésoreries, mais nous ne savons pas encore à qui elle s’adressera… En revanche, les aides à l’investissement, 350 millions d’euros par an sur trois ans, sont totalement absurdes. Cette crise est liée à l’endet- tement trop élevé des paysans et le gouvernement les encourage à s’endetter encore davantage. Plus globalement, ce plan prouve que nous ne profitons pas de cette crise pour nous poser les vraies questions et changer d’orientation agricole en France et en Europe.

Dans votre communiqué de presse, vous êtes très critiques envers Xavier Beulin, le président de la FNSEA. D’après vous, il ne défend pas les intérêts des agriculteurs…

Il est à la tête d’activités agro-industrielles dont la holding s’apparente au fonctionnement d’une multinationale… Ses préoccupations n’ont pas grand-chose à voir avec celles des paysans de base. D’après ce que je sais, son discours a été mal accueilli place de la Nation. Mais pourquoi? Parce que les agriculteurs présents là-bas attendaient davantage d’aides financières de l’Etat? Mais on ne peut pas tout le temps demander aux contribuables fran- çais de prendre en charge les frais de nos exploitations. Notre système agricole perçoit déjà 10 milliards d’euros d’aides de l’Europe à travers la Politique agricole commune (PAC)!  Demander plus d’aides ne servira à rien. La seule solution est de changer de modèle.

Quelles solutions préconisez-vous ?

Nous voulons une réorientation des aides de la PAC. Elles sont affectées selon la surface des exploitations, ce qui revient à favoriser les plus grosses. Nous voudrions que ces aides soient réparties en fonction de l’emploi, des actifs réellement présents dans les fermes, avec un plafonnement dans le but de ne pas inciter les agriculteurs à devenir toujours plus grands. Ensuite, il faut en finir avec cette vocation exportatrice de l’agriculture française, qui est destructrice d’emplois et de territoires. Nous devrions relocaliser la production et nous préoccuper d’alimenter correctement la population européenne. Il faut également harmoniser les règles, notamment sociales, au sein de l’UE.

Justement, qu’attendez-vous de la rencontre de lundi à Bruxelles ?

Les paysans veulent une hausse des prix, mais la seule façon de l’obtenir, c’est en relevant les seuils d’intervention, le fait que la Commission européenne achète des produits pour les stocker. Pour ne pas engorger les frigos européens, nous souhaiterions que les entreprises demandant à bénéficier de cette intervention voient leur volume de production abaissé. La régulation des volumes est le seul moyen de sortir de la crise actuelle, mais elle peut être seulement ponctuelle. A l’heure actuelle, nous sommes dans une logique de compétition entre paysans européens et à chaque nouvelle crise, des paysans disparaissent, alors que les volumes produits restent toujours les mêmes. Les responsables européens doivent bien réfléchir : s’ils laissent la situation en l’état, ils ne feront que renforcer les nationalismes. Il est temps de proposer une nouvelle vision pour l’Europe qui ne soit pas celle du marché ultra-libéral et non accompagné. Propos recueillis par Céline Boff Publié le 03.09.2015

http://www.20minutes.fr/economie-crise-agriculteurs-contribuables-payer-exploitations

Lire la suite

04 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

crise du porc (le monde)

retomanipulation

La FNSEA occupe le terrain, mais c’est un leurre

Pourquoi n’êtes-vous pas à Paris pour manifester jeudi ?

Je ne vais pas à cette manifestation, car c’est la FNSEA qui l’organise et on n’est pas sur les mêmes revendications. Ils demandent des réductions de charges, la mise en place du pacte de compétitivité présenté par le gouvernement, mais c’est du court terme, et cela ne résou- dra pas les fondamentaux de la crise. Les 3 milliards d’euros réclamés par le président de la FNSEA, Xavier Beulin, ne sont rien comparé aux pertes des agriculteurs. Ce qu’il faut, ce sont des régulations pour que les paysans ne puissent pas vendre leurs produits en des- sous du prix de revient. Aujourd’hui, un éleveur perd entre 10 et 15 euros par cochon. Les paysans continuent de faire faillite et de se suicider.

La FNSEA mobilise ses troupes et occupe le terrain car les gens sont énervés dans les campagnes quand ils consultent leurs comptes. Il faut bien canaliser cette colère, cette mo- rosité, mais ce n’est qu’un leurre. Ce n’est pas en se promenant en tracteur que la FNSEA changera les choses. On va embêter sur les routes des citoyens qui n’y sont pour rien.

Selon vous, quelle est la cause de la crise de l’élevage porcin ?

La crise de l’élevage est liée à une crise de dérégulation au niveau européen. L’Europe avait des outils de financement à l’exportation et des moyens de stockage en cas de surpro-duction. Tout a été supprimé et l’excédent de production se retrouve sur le marché.

La seule solution durable serait un mécanisme d’adaptation de l’offre à la demande. Par exemple, lorsque la Russie ferme ses frontières, il faudrait réduire la production à l’échelle européenne, en mettant des truies à l’abattoir. Cela mettrait un an environ, avec un peu de stockage. Si on réduit de 10 % la production et que le prix remonte de 25 %, les éleveurs seraient gagnants. Mais il faudrait de la volonté politique. Depuis trente ans, on constate que les crises de la filière se sont toujours résorbées lorsqu’il y a eu des baisses de production dues à des problèmes sanitaires (peste porcine, maladie de l’oreille bleue).

Il faut mettre des protections aux frontières européennes pour éviter que le marché soit inondé de produits à bas prix. Regardez ce qui s’est passé avec le textile : toutes les usines d’Europe ont fermé. Le schéma peut se transcrire à l’agriculture. C’est un peu irresponsable de livrer notre alimentation à tout vent.

Pour concurrencer les autres pays européens, ne faut-il pas plutôt développer des élevages industriels, plus grand et plus rentables ?

Nous nous inscrivons en faux sur ce point. Ce sont des élevages qui ont bénéficié de beau- coup d’aides, mais ce ne sont pas toujours les plus performants. Si on leur imputait les effets néfastes sur l’environnement, comme le traitement du lisier, ils ne seraient pas com- pétitifs. Cela pose aussi des questions sanitaires et sociales. En mécanisant l’élevage, on détruit des emplois.

En France, on a peu d’élevages de plus de mille truies. Jusqu’à présent, l’élevage français est lié à des paysans propriétaires de leurs capitaux, alors qu’en Espagne ou au Royaume- Uni, il est aux mains des financiers. Mais en Grande-Bretagne, lorsqu’ils ont vu que ce n’était pas rentable, ils ont presque tout arrêté. D’ailleurs, les Allemands et les Espagnols ne sont pas payés plus cher que les Français, ils peuvent souffrir aussi. Tout le monde est dans la panade et on espère tenir le plus longtemps possible. On est dans un système suicidaire.

Quelles sont les alternatives? La vente directe ou le passage au bio sont-ils des solutions?

Quelques éleveurs font de la vente directe mais la généralisation est inenvisageable. J’en connais qui ont essayé de changer d’orientation et de passer en bio, mais ils traînent leurs dettes antérieures. Certains s’en sortent, mais aujourd’hui, avec 70 % de la production dans l’Ouest et la majorité des consommateurs en région parisienne, la vente directe ne peut pas être un phénomène de masse. Ça ne peut être que des niches.

A nos yeux, le plus compétitif, c’est l’élevage lié au sol. Dans ce système, un éleveur possè- de une truie pour un hectare de terre. Il produit des céréales qu’il donne à ses animaux, et les déjections sont épandues sur ses terres. Le paysan est autonome et le lisier, qui est un déchet à traiter pour les autres éleveurs, devient pour lui un engrais, donc une richesse. Il faut limiter la taille des élevages, et mieux les répartir sur le territoire. Si on avait développé cela, on n’aurait pas les problèmes de qualité de l’eau qu’on a aujourd’hui. La bonne taille, c’est d’avoir 200 truies par élevage, pour que les gens puissent travailler à deux ou à trois sur une exploitation, se relayer et prendre un peu de vacances.

Anne-Aël Durand Journaliste au Monde Le Monde.fr  03.09.2015

Lire aussi: Crise porcine : le coût de l’alimentation en question

Après un été marqué par la crise des producteurs laitiers, puis des éleveurs de porcs, con- frontés à une baisse des cours, les agriculteurs ont convergé jeudi 3 septembre à Paris, à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et des Jeunes agriculteurs (JA).En revanche, la Confédération paysanne, troisième syndicat agricole en France, n’appel- le pas au rassemblement, car elle a une vision différente de la crise, comme l’explique Pierre Brosseau, éleveur en Loire-Atlantique et responsable de la commission porc à la Confédération.

http://www.lemonde.fr/economie/crise-du-porc-la-fnsea-occupe-le-terrain-mais-c-est-un-

Voir aussi:

http://www.anti-k.org/2015/09/03/lagriculture-malade-du-capitalisme/

http://www.anti-k.org/agriculteurs-la-confederation-paysanne-deplore-un-enterrement-

http://www.anti-k.org/2015/09/04/oui-au-camembert-qui-pue-non-a-lagriculture-qui-pollue

http://www.anti-k.org/2015/09/04/crise-de-lelevage-le-gouvernement-a-la-botte-de-la-fnsea/

Lire la suite

04 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

le plan de xavier beulin (reporterre)

porc ecolo

Qui va faire disparaitre les petits paysans

Modernisation, investissements, compétitivité, exportations, moratoire sur les normes envi- ronnementales. Voici la recette prônée par le patron de la FNSEA, Xavier Beulin, pour sortir de la crise de l’élevage. Reporterre a décrypté ce «plan de sauvetage  de l’élevage alors que ce jeudi 3 septembre, le syndicat agricole rassemble plus de mille tracteurs à Paris et que le gouvernement promet des annonces.

Depuis le début de l’été, les chiffres alarmants se succèdent. Un éleveur de porcs abandonne son activité chaque jour, alerte Xavier Beulin, président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), principal syndicat agricole français, et du groupe agro-industriel Avril-Sofiproteol. Quant au ministère de l’agriculture, il estime que 10 % des élevages (laitiers, porcins, bovins) seraient au bord du dépôt de bilan.

Face à cette crise de l’élevage, le gouvernement a mis en place un premier plan de sauve- tage, le 22 juillet dernier : 600 millions d’euros pour restructurer les dettes et alléger les charges sociales. Insuffisant, selon la FNSEA, qui lance une nouvelle charge. Le 23 août, à la veille d’une réunion avec le Président de la République et le Premier ministre, Xavier Beulin demande dans le Journal du Dimanche un grand plan de trois milliards d’euros pour «sauver l’élevage». Le lendemain, à la sortie de la réunion, il annonce la venue de mille tracteurs à Paris pour ce jeudi 3 septembre. Une façon de faire pression sur l’exécutif… et il semble que ça fonctionne, puisque que François Hollande a justement réservé l’annonce de nouvelles mesures d’aide à l’élevage pour aujourd’hui.

«Ce n’est pas un plan de sauvetage que propose Xavier Beulin. C’est un plan d’industria-lisation de l’agriculture  rétorque Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysan- ne. «Cela fait longtemps que les paysans disparaissent, rappelle-t-il. Ils ne s’en rendent compte que maintenant? On agite des chiffres pour justifier des plans d’urgence. J’ai l’im- pression qu’on est à un tournant, poursuit-il. Toutes les crises ont fait grossir les exploita- tions, et la seule solution que l’on nous propose est d’accélérer encore. On est très inquiets.»

«Relancer l’industrie agricole» A la FNSEA, on ne récuserait pas le terme d’industrialisa- tion. Premier axe du «plan de sauvetage», la modernisation des bâtiments agricoles et l’automatisation des abattoirs. «Quand on fait un grand plan de relance dans un pays, on construit des routes. Là, il faut relancer l’industrie agricole, dit à Reporterre Christiane Lam- bert, vice-présidente de la FNSEA. On doit planifier sur quinze ans, regarder de quelles productions on aura besoin, et donc de quels outils.» Pour le syndicat, la France n’est plus «compétitive» face à ses voisins européens. «On constate un retard d’investissement dans l’agriculture, affirme Christiane Lambert. En porcs et volailles, l’âge moyen des bâtiments est de vingt-cinq ans. On a chiffré que sur la seule filière porcine, 2,7 milliards d’investissement sont nécessaires pour se mettre à niveau!»

«Nous n’avons pas besoin de cela, conteste Pierre Brosseau, responsable de la com- mission porcs à la Confédération paysanne. Les éleveurs de porcs français ont des résul- tats techniques aussi bons que les Allemands ou Espagnols. Notre coût de production est même plus bas que la moyenne européenne.» Pour lui, la crise est due à une surproduction de porcs en Europe. «Vous avez beau moderniser, le prix payé aux éleveurs sera toujours en-dessous des coûts de production», déplore-t-il.

Et puis, même si le gouvernement donne les trois milliards d’euros demandés, où iront-ils? Pas aux petits producteurs, assure le paysan: «Il y a toujours des seuils d’exclu- sion. Par exemple, il y a quinze ans, sur mon département il y a eu des aides pour les éle- veurs en difficulté financière. Nous étions 250 producteurs. Les huit plus gros ont empoché 51 % de l’enveloppe d’aides. Dedans, il y avait des présidents de syndicats et de coopéra- tives. Ils s’étaient servis. Voilà leur philosophie: ils pensent que les petits producteurs n’ont pas d’avenir donc que cela ne sert à rien de les aider.»

Moins de charges, moins de normes environnementales Autre cheval de bataille de la FNSEA, les normes environnementales, dénoncées comme plus sévères en France qu’ail- leurs. Xavier Beulin a plaidé pour leur suspension pendant un an. «Sur les directives euro- péennes oiseaux, nitrates, habitat, la France fait plus que ce que demande l’Europe», déplo- re la vice-présidente de la FNSEA. La bête noire du syndicat est l’obligation d’enquête publi- que pour ouvrir un élevage de taille importante. Le gouvernement a déjà allégé la procédure pour les porcs et les volailles. «Il faut le faire pour les bovins maintenant», demande-t-elle. La FNSEA réclame aussi un assouplissement des règles pour la création de réserves d’eau et l’irrigation. Côté pesticides, elle souhaite que la France cesse de réduire la liste de ceux autorisés.

«Si un tel moratoire est mis en place, les conséquences pourraient être dramatiques, s’inquiète Laurent Pinatel à la Confédération paysanne. Si l’on suspend la directive nitrate, c’est une autorisation à polluer plus, à détruire les sols. Le jour où l’on n’aura plus qu’un sol mort pour cultiver, on ne pourra plus compter que sur les produits chimiques pour le nourrir. On sera à la merci de l’agriculture industrielle. Ce n’est pas en polluant les rivières que l’on va régler l’avenir de l’agriculture porcine», rassure le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, interrogé par Reporterre en conférence de presse le jeudi 27 août. Il promet tout de même une «simplification des normes».

La disparition programmée des petits éleveurs Enfin, troisième axe du plan de Xavier Beulin, le «regroupement des exploitations». L’idée est que les agriculteurs puissent mettre en commun du matériel et des tâches. Mais regroupement n’est-il pas synonyme d’agrandis-sement, pour la FNSEA? «L’agrandissement est un choix personnel. Ceux qui veulent le faire doivent pouvoir le faire, répond Christiane Lambert. Mais tendanciellement, on va vers une augmentation de la taille des exploitations.» Le président de l’interprofession porcine INAPORC, Guillaume Roué, va encore plus loin. Pour lui l’agrandissement n’est pas un choix, c’est un fait. «Le nombre d’exploitations va diminuer par trois d’ici quinze ans, il n’y a plus personne pour reprendre! Et donc leur taille va être multipliée par trois.»

Au-delà, il prédit carrément une disparition des éleveurs. «L’agrandissement va s’ac- compagner d’une conversion au végétal, car c’est plus rentable et il y a moins de contrain- tes, estime-t-il. La France fera des céréales et l’élevage sera produit dans des industries comme en Allemagne, en Espagne ou en Amérique. »

Un scénario qui n’est pas loin de celui que redoute la Confédération paysanne. «Ce que dessine ce plan, c’est une agriculture sans paysans, dénonce Laurent Pinatel. On aura des fermes usines destinées à l’export, qui seront subventionnées parce que pas rentables. Même Hollande l’a admis, quand on l’a vu la semaine dernière. Et à côté de ça, on gardera une agriculture de niche qui fera joli dans le paysage et servira d’alibi au reste…Leur pari avec ce plan, c’est de calmer les gros éleveurs en attendant que les petits producteurs disparaissent », complète Pierre Brosseau.

Est-ce le choix que fera aujourd’hui le gouvernement? Selon Laurent Pinatel, «le gou- vernement a très peu de marge de manœuvre.» Le porte-parole n’est pas très optimiste : «Quand on écoute les déclarations de Manuel Valls et Emmanuel Macron qui ne cessent de répéter qu’il faut produire et être compétitifs, si on replace cela dans la perspective de l’agriculture, ça fait peur..»3 septembre 2015 / Marie Astier (Reporterre)

Lire aussi : Le maître caché de l’industrialisation de l’agriculture française

http://www.reporterre.net/Le-plan-qui-va-faire-disparaitre-les-petits-paysans

Lire la suite

03 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

xavier beulin, le céréale-killer de la fnsea (libération)

Souvent présenté comme le «véritable ministre de l’Agriculture», le tout puissant patron du premier syndicat agricole français mobilise ses troupes aujourd’hui à Paris. Mais l’agrobusinessman est loin des préoccupations des petits éleveurs.

Costume impeccable, chaussures fines, Breitling au poignet, «petit pied-à-terre» en Tunisie, Xavier Beulin a la rutilance et le train de vie d’un PDG de multinationale. Et pour cause. A 56 ans, celui qui dirige la FNSEA depuis fin 2010 et que d’aucuns qualifient de «véritable ministre de l’Agriculture» tant il obtient tout ce qu’il veut de François Hollande comme de son précédesseur, est aussi et surtout un redoutable homme d’affaires.

Coiffé de multiples casquettes, l’influent syndicaliste tire en toute discrétion les ficelles de l’agro-industrie française… celle-là même qui entraîne la disparition des agriculteurs. Contrairement à ce qu’il avait promis lors de son accession au sommet de la FNSEA, il a conservé la plupart de ses autres mandats, une bonne dizaine en tout. En plus de quantités de responsabilités dans différentes instances clés du monde agricole, en province, à Paris ou à Bruxelles, il préside toujours le port de commerce de La Rochelle, deuxième port français pour l’exportation de céréales, ou le conseil économique et social régional (CESER) du Centre. Et s’est même emparé, en sus, de celle de l’IPEMED (Institut de prospective économique du monde méditerranéen), un think tank fondé par Jean-Louis Guigou, mari de l’ex-ministre socialiste Elisabeth Guigou.

L’homme qui pesait 7 milliards Surtout, il est à la tête d’un empire agro-industriel et finan- cier aussi puissant que peu connu du grand public: le géant céréalier Sofiprotéol, récemment rebaptisé Avril pour «symboliser la force du renouveau». Ce mastodonte pèse 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, regroupe plus de 150 sociétés et se dit présent dans 22 pays, dont, ô surprise, ceux du Maghreb, l’une des terres que l’agriculture tricolore doit absolument conquérir, ne cesse de répéter Beulin. La raison d’être d’Avril-Sofiprotéol, ce «maître caché de l’agriculture française», comme titrait le site Reporterre.net en… avril ? Assurer un maxi- mum de débouchés à la filière des huiles et protéines végétales (colza, tournesol, pois…).

La holding de Beulin est partout. Dans nos assiettes, avec les huiles Lesieur et Puget ou les œufs Mâtines, marchés qu’elle domine. Dans celle des porcs, de la volaille ou du bétail, avec Glon Sanders, numéro 1 français de l’alimentation animale. Dans la «santé» et la géné- tique animale. Dans nos moteurs, avec Diester Industrie, champion européen du biodiesel (une vraie «rente de situation», dixit la Cour des comptes en 2012). Dans nos cosmétiques, peintures ou matelas en mousse polyuréthane, puisqu’ Avril est aussi leader européen de l’oléochimie. Dans le financement de l’agriculture industrielle. Dans la presse agricole. Dans l’huile de palme, dans les semences ou dans les OGM (avec Biogemma)… N’en jetez plus !

Ruralité en col blanc Compte tenu de toutes ses activités de col blanc, on a du mal à imaginer Beulin dans un champ. Quand a-t-il le temps de s’occuper de son exploitation de 500 hectares de blé, orge, colza, tournesol, maïs et pois protéagineux, cultivés avec son frère et deux cousins dans le Loiret? Interrogé par Libération en 2011, le gros céréalier, fait rarissime à la tête de la FNSEA, avait bondi : «J’y vais deux week-ends par mois. Le dernier, j’ai fait dix-sept heures de tracteur ! Et quand je vais à l’étranger, la première chose que je fais, c’est sentir la terre.» Depuis son fauteuil des beaux quartiers parisiens, l’homme au discours bien rodé multiplie les gages de ruralité.

Il ne se départit de son charisme onctueux et ne montre de signes d’agacement que lorsqu’on lui parle des dégâts environnementaux et sociaux causés par l’agriculture indus- trielle, son modèle absolu. Il est mort, le sol, il ne produit plus que sous perfusion, alarment des agronomes. Une fuite en avant, dopée à la pétrochimie, dont les agriculteurs sont les premières victimes. «Des clichés !». Bien.

Reste une question : comment peut-on prétendre défendre les éleveurs quand son propre intérêt vise à faire grandir les exploitations pour leur vendre toujours plus de tourteaux de colza ? Plus un troupeau grandit, moins il est facile de faire pâturer les vaches, plus c’est juteux pour le fournisseur Avril. L’herbe, gratuite, n’est bonne que pour les comptes des éleveurs. Vous avez dit conflits d’intérêts ? Beulin s’en moque. Plus c’est gros, plus ça passe…  Coralie SCHAUB 3 septembre 2015

http://www.liberation.fr/economie/xavier-beulin-le-cereale-killer-de-la-fnsea

 

Lire la suite

03 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

les 5 mensonges de la fnsea (le huff’)

meatrix

1- Les FDSEA de Bretagne défendent l’emploi. Faux, elles défendent la « productivité ».

Elles ont présenté en 2014 le « Plan Lait Bretagne 2020″, en se réjouissant de la baisse à venir du nombre d’élevages laitiers, de 13.000 à 9000 en 7 ans, et de la hausse de leur pro- ductivité. En août 2015, Xavier Beulin, avec l’assentiment des FDSEA de Bretagne, a demandé la même chose pour l’élevage en général. Pour sortir de la crise, il faut « organiser les regroupements d’exploitations afin qu’elles soient plus productives. » La Bretagne perd déjà 600 emplois par an au niveau des fermes.

Précisément, pour 1000 emplois familiaux détruits lors du regroupement d’exploitations, seulement 400 emplois de salariés sont créés. Pour la FNSEA, ce rythme de destruction d’emplois n’est pas assez rapide pour garantir la « productivité ». Faut-il revenir au rythme du début des années 2000, 1800 emplois perdus chaque année au niveau des fermes bretonnes? Ce que demande la FNSEA, c’est que le tiers des manifestants d’aujourd’hui ne soient plus éleveurs en 2020.

2- Trois milliards sont nécessaires pour sauver l’élevage. Faux, donner trois milliards d’euros à la FNSEA pour sauver l’élevage, c’est donner de la confiture à des cochons.

Il y a 10% des éleveurs au bord de la faillite, et c’est dramatique, ils pourraient cesser leur activité dans les deux ans. Et qu’est ce que veut la FNSEA? Regrouper les exploitations, pour n’en conserver que les deux tiers d’ici 2020. Eh bien, un tiers d’exploitations en moins d’ici 2020, c’est près de 5% d’élevages en moins par an, 10% en 2 ans. 3 milliards d’euros pour arriver au même résultat qu’en ne faisant rien, si ce n’est pas du gaspillage. À moins que les exploitations qui survivent ne soient pas celles que la FNSEA voudrait conserver… En effet, parmi les fermes qui sont tombées ou au bord du précipice, il y a beaucoup de gros élevages « productifs » tels que les défend la FNSEA.

Le modèle qu’elle défend ne serait-il qu’un dogme appliqué partout indépendamment de la géographie? Les fermes « productives » coûtent singulièrement cher en argent public. En fait, ce que demande la FNSEA, c’est 3 milliards d’euros pour modifier les règles du jeu et tuer des exploitations qui survivraient sans cela et mettraient en péril le modèle qu’elle défend.

3- Les FDSEA de Bretagne défendent la qualité à la française pour nourrir les Français. Faux, elles veulent une diminution des normes pour développer leur « vocation exportatrice ».

Pour ce qui est de la qualité des produits, les FDSEA de Bretagne ne perdent pas une occasion de ressortir leur leitmotiv: « moins de normes », pas de « diarrhée réglementaire », « et que l’on ne nous parle pas de diversification! Et que l’État arrête de parler de changement ». En d’autres mots, les FDSEA de Bretagne veulent que les produits d’élevage de demain soient moins exigeants à produire que ceux d’aujourd’hui.

« Achetez français pour nous sauver! », qu’ils nous exhortent. Comment faire? Un exemple: la demande nationale croissante en porc de qualité, une production plus rémunératrice, n’est même pas satisfaite! Le silence des FDSEA de Bretagne sur le sujet est assourdissant. Au lieu de s’inquiéter de l’autosuffisance dans les produits que veulent acheter les Français, elles disent: « Achetez ce que nous produisons, même si c’est du minerai et si cela ne correspond pas à vos attentes. Point barre. » En traduisant: « Payez plus cher pour que nous puissions produire plus et vendre le reste moins cher sur le marché mondial ». Attention, ne prenons pas nos clients les plus naturels et les plus solvables pour des pigeons.

4- Les FDSEA de Bretagne basent leurs demandes sur une analyse de marché. Faux, elles répètent les même demandes depuis les années 1970, comme si le monde n’avait pas changé depuis.

Les FDSEA de Bretagne se voient « à la tête du monde ». Leur analyse économique: la demande mondiale est en hausse, nous allons produire plus pour la satisfaire. C’est de l’économie du 19e siècle. La demande mondiale en porc et en lait est effectivement en hausse. Mais quel prix ces nouveaux consommateurs sont-ils prêts à payer et qui sont nos concurrents pour les satisfaire? Ces questions, pourtant parmi les premières de tout busi- ness plan, ne sont pas posées. En lait comme en porc, il y a des concurrents sur le marché mondial capables de produire 10% moins cher que nous sur la durée, et pas seulement à cause des « normes » et des « charges », mais aussi et surtout parce que leur géographie est plus favorable que la nôtre.

Si les FDSEA de Bretagne l’ignorent, ce sont des bisounours de la libéralisation. Si elles le savent et le cachent aux éleveurs, alors elles sont manipulatrices. Si c’est les deux, alors ce sont des bisounours manipulateurs. En ce moment, la FNSEA fait miroiter aux éleveurs son pouvoir sur le marché alors qu’elle disait encore en 2014: « Ne perdons jamais de vue que les prix sont le résultat des marchés. Les décideurs des prix mondiaux n’existent pas. » Tant que personne ne conteste, la FNSEA soutient l’ouverture des marchés. Quand les agriculteurs se rebiffent, elle leur ment le temps que les choses se calment…

5- Il n’y a pas d’alternative. Faux, donner la priorité à l’emploi agricole et à l’auto- suffisance alimentaire permettrait de ne pas retomber dans la crise dans quelques années.

Peu le savent mais sans la Confédération paysanne (Conf’), beaucoup des éleveurs qui manifestent aujourd’hui n’existeraient déjà plus. En effet, l’échec de la libéralisation de l’agri- culture mondiale, qui nous aurait mis en concurrence avec tous les pays à bas coûts, est le fait de Via Campesina. Ce regroupement mondial de syndicats agricoles, auquel appartient la Conf’, est de loin le plus grand mouvement international de la société civile. En tant que tel, il a du pouvoir. Plus que d’autres… La Confédération paysanne n’est pas contre l’élevage standard et ses membres savent défendre les éleveurs contre certaines dérives écologistes. Les jeunes de la Conf’ du Finistère ont, par exemple, agi sur les réseaux sociaux lorsqu’un élevage breton de lapins a été attaqué avec des méthodes lamentables par l’association vegan L214, en 2014. Quand la Conf’ dit qu’elle défend 95% des agriculteurs, ce n’est pas un vain mot.

Et notre position est basée sur une vraie analyse de marché. La solution pour sauver les éleveurs, c’est la défense avant tout de la souveraineté alimentaire. Le marché européen suffit à rémunérer tous les éleveurs de 2015, inutile de dépenser 3 milliards pour le plan social le plus cher de l’histoire de France! S’il y a 3 milliards à dépenser pour l’élevage en France, que ces sommes soient dirigées avant tout vers les premiers litres et les premiers animaux produits par actif. La priorité absolue doit être l’emploi. L’export hors Union Europé- enne peut évidemment exister mais il ne doit pas devenir indispensable pour des produits sur lequel il existe des concurrents plus forts que nous. Sinon, c’est le drame au moindre accroc, comme aujourd’hui. C’est avant tout en écoutant et en analysant la demande que l’on gagne des clients prêts à nous payer nos produits à un niveau qui couvre nos prix de revient. L’économie du 21e siècle, c’est cela.

Asseyons-nous sur le désespoir et retrouvons l’espoir, l’avenir peut être radieux pour l’élevage

La FNSEA et les FDSEA de Bretagne sont le syndicat du désespoir. Elles sont responsables de la situation actuelle. C’est pour cela qu’aucune solution de long terme n’est proposée, un pompier pyromane ne peut pas jouer ce rôle. Le futur? Il y aura encore des crises si elles sont suivies, car ce qu’elles défendent, c’est la disparition du tiers des éleveurs d’ici 2020, sans doute de la moitié d’entre eux d’ici 2025. Comme les éleveurs ne se laisseront pas faire, il y aura encore des manifestations, avec ce que cela coûte d’argent public pour éteindre le feu. C’est dommage car il y a des solutions de long terme et l’avenir pourrait être radieux pour tous les éleveurs. Pour remédier à la crise, il est temps d’écouter ceux qui travaillent pour 95% des éleveurs, pas seulement pour la moitié d’entre eux. Le syndicat de l’espoir et de la qualité à la française pour nourrir les Français, c’est la Confédération paysanne.

Point subsidiaire – La FNSEA représente les éleveurs. Cela se discute.

La Confédération paysanne du Finistère a demandé en 2015 à avoir une page d’expression dans le magazine de la Chambre d’agriculture, magazine financé par la chambre, donc par et pour tous les agriculteurs. Réponse: pas question. Ce n’est que le dernier exemple en date parmi beaucoup d’autres: la FNSEA noyaute toutes les institutions et tous les finan-cements agricoles. Cela s’apparente au fonctionnement d’une dictature. Dans une dictature, le dirigeant obtient entre 80 et 99% des voix. La FNSEA atteint péniblement 50%. La Coordination rurale est dans la même situation que la Confédération paysanne.

Stéphane Brélivet: Éleveur de porcs en Bretagne, membre du syndicat d’agriculteurs Confédération paysanne 02/09/2015

La crise de l’élevage donne lieu depuis plusieurs mois à des manifestations. Le syndicat du désespoir, la FNSEA, demande 3 milliards d’euros pour sortir de la crise et sauver l’élevage. Elle vous ment. Elle prend les éleveurs pour des ânes et les consommateurs pour des pigeons. Voici pourquoi en cinq points, à partir de l’exemple breton.

http://www.huffingtonpost.fr/stephane-brelivet-les-5-mensonges-de-la-fnsea

Lire la suite

03 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

laurent pinatel: « en france, on mange de la viande qu’on ne produit pas » (europe 1)

Agriculture: pourquoi tous les paysans bretons n’iront pas à Paris

Les drapeaux bretons devraient être nombreux jeudi dans les rues de la capitale pour le grand rassemblement à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agri- coles (FNSEA) et des Jeunes Agriculteurs (JA). Certains paysans de la région manqueront toutefois à l’appel, notamment ceux de la Confédération Paysanne, une organisation classée à gauche qui a été reçue la semaine dernière à l’Elysée. «En désaccord tant sur le fond que sur la forme» avec la FNSEA et les JA, le syndicat veut toutefois faire entendre sa voix en menant des actions dans une vingtaine de départements.

Ce mardi midi, une vingtaine d’agriculteurs était ainsi rassemblée sur la place de l’Hô- tel de ville à Rennes pour une distribution de lait. «Nous n’irons pas à Paris car nous dénon- çons le modèle agricole prôné par la FNSEA. Ce système est à bout de souffle et cela de- puis près de trente ans. Il ne fait que créer du chômage et de la précarité dans le monde paysan», assure Jean-Sébastien Piel, membre de la Confédération Paysanne en Ille-et-Vilaine.

«On va droit dans le mur avec cette industrialisation de l’agriculture» Producteur de porcs à Saint-Pern en Ille-et-Vilaine, il entend défendre un autre modèle agricole, «plus rai- sonné, plus autonome et plus économe». «Je me bats pour redonner du sens à ce pourquoi on est paysans », assure le producteur, qui vend sa viande porcine à la ferme et dans les circuits de restauration collective entre 9 et 10 euros le kilo. Un prix bien supérieur à celui de 1,40 euro fixé au marché du porc breton à Plérin. «De toute façon, il y a déjà une surproduc- tion de porcs en Bretagne et on demande aux éleveurs de produire encore plus. C’est un système industriel qui ne survit que grâce aux subventions, il faut vraiment en finir avec ça », dénonce-t-il.

«Trois petites fermes valent mieux qu’une grande», poursuit Jean-Sébastien Piel, en référen- ce à la ferme des 1.000 vaches qui fonctionne depuis le mois d’octobre en Picardie. «Il faut que les pouvoirs publics soutiennent notre agriculture familiale qui est capable de nourrir la planète. Sinon, on dira droit dans le mur avec cette industrialisation de l’agriculture et la crise actuelle en est la parfaite illustration», conclut-il. Jérôme Gicquel  le 01.09.2015

http://www.20minutes.fr/rennes/agriculture-pourquoi-tous-paysans-bretons-iront-paris

Lire la suite

03 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

il n’y a pas de place sur le marché mondial (médiapart)

image-la-ferme-des-animaux-de-joy-batchelor-et-john-halas-6361320qgjot

Pour les cochons industriels bretons

Par José Bové – Député européen, François Dufour – Vice-Président de la région Normandie et René Louail – Elu écologiste au Conseil régional de Bretagne.

La nouvelle Politique Agricole Commune, entrée en vigueur au début de l’année, était sensée régler tous les problèmes. A partir de 2003, ce n’est plus la ferme France, mais la ferme Europe qui partait à l’assaut des marchés mondiaux. Les producteurs de porcs bretons se relevaient les manches et se frottaient les mains.

Le 10 juin 2014, Paul Auffrey le Président de la fédération porcine de la FNSEA galva-nisait ses troupes: «Nous avons tous les ingré- dients pour réussir et redevenir les premiers de la classe, nous avons les éleveurs compé-tents, un environnement industriel favorable, des techniques et de la génétique de pointe». Il pouvait en effet être content, le ministre de l’Agriculture Stephane Le Foll venait de signer un chèque de 200 millions d’euros pour relancer l’industrialisation de la production de viande en Bretagne, Des élevages plus gros, plus grands, plus polluants, et surtout plus subventionnés alors que le lisier continue à abimer les plages du littoral breton.

Mais où sont les marchés mondiaux à conquérir ? En Russie? Au Brésil? en Chine? Cette question n’a visiblement jamais été étudiée avec sérieux. En effet, en 2012, le plus gros producteur de porcs américain Smithfield (100 millions de truies dans réparties des porcheries du monde entier) était racheté par le groupe chinois Shuanghui International Holdings et se rebaptisait WH Group pour être plus présentable sur la scène international.

Aujourd’hui la Chine est le premier producteur de viande de porc de la planète et a dou- blé sa production en 20 ans. 750 millions de porcs sortent des usines à viande qui poussent comme des champignons sur la côte pacifique. Elle produit deux fois plus de cochon que l’Union européenne. La Chine est également devenu le premier importateur de soja ce qui fait grimper les cours, et ce qui crédibilise un peu plus le plan européen de relance de pro- duction de protéines que nous demandons, en vain depuis des années pour assurer nos approvisionnements.

Les responsables syndicaux bretons veulent-ils réellement nous faire croire qu’ils vont partir à la conquête du marché chinois et qu’ils arriveront sans problème à leur vendre des côtelettes et du lard Made in Bretagne, s’ils obtiennent en contrepartie des baisses de char- ges, moins de contraintes environnementales, des baisses des salaires des ouvriers, un allongement du temps de travail et pourquoi pas également une réduction des congés.

Le Président de la FNSEA, Xavier Beulin, businessman avisé lorsqu’il s’agit de ses propres affaires, demande, non, plutôt exige, que le Président de la République débloque la somme pharaonique de 3 milliards d’euros pour relancer la compétitivité de gens qui, il y a un an à peine, se frappaient sur la poitrine en déclarant qu’ils allaient « redevenir les premiers de la classe ».

Les producteurs étaient charmés par les sirènes de la FNSEA. Ils ont cru au mirage du marché mondial. Ils ont été dupés, trompés, abusés. Ils sont à bout et c’est compréhensible parce qu’ils ont le dos au mur et que dans ces conditions là, réfléchir devient difficile. Mais leur colère devrait se diriger vers les dirigeants de leur propre syndicat qui les manipule depuis des années et vers des hommes politiques qui fuient leur responsabilités et plient devant cette mafia de l’agro-industrie.

Même des coopératives comme la Cooperl étranglent ses propres adhérents. C’est dire à quel point les coups bas viennent parfois de son propre camp. M. Beulin transforme les éleveurs de Bretagne et des autres régions en producteurs de minerai. Ils les livrent pieds et point liés aux industriels. M. Beulin avait promis aux éleveurs la mise en place d’un fonds de solidarité abondé par les bénéfices des céréaliers. Cette promesse n’a pas été tenue non plus.

La nouvelle PAC, contre laquelle nous nous sommes battus, a supprimé tous les outils de régulations. Les Organisations Communes de Marchés ont été démantelées, les quotas laitiers sont passés à la trappe. Ce ne sont pas uniquement les éleveurs de cochons qui sont dans la misère mais tous les éleveurs. La FNSEA a une stratégie: activer les stockages privés qui deviendront, n’en doutons pas, des stockages publics. Et nous revoilà dans la même situation qu’à la fin des années 1970 avec des montagnes de lait en poudre, de beur- re et de viande de porcs qui n’attendent qu’une chose: être retirées des marchés, donc rachetés par les contribuables, avant d’être brader à vil prix sur les marchés mondiaux car la FNSEA réclame la relance des subventions aux exportations. Les conséquences sont con- nues: destruction des paysanneries en particulier en Afrique et accélération de l’exode rural, puis de l’émigration.

Il est temps de dire non au lobby du cochon et aux libéraux de tous poils qui font les fiers sur les marchés mondiaux seulement s’ils sont dopés aux subventions publiques. Assez c’est assez. Les portes du marché mondial ne leur seront jamais ouvertes. Pour eux, il n’y a qu’une opportunité c’est le marché breton, français voire européen, et qu’une seule option : miser sur la qualité plutôt que sur la quantité.

Elus dans les régions et à l’Europe, nous savons qu’il y a un avenir pour l’agriculture familiale et que plus de plus-value et de richesses peuvent être générées dans nos compagnes. Pour cela, il faut avoir le courage de dire que le système globalisé de l’agriculture est une aber- ration, que l’Organisation Mondiale du Commerce sans régulation nous a mené dans le gouffre et que la souveraineté alimentaire doit être notre priorité. 02 septembre 2015

http://blogs.mediapart.fr/blog/jose-bove/020915/il-n-y-pas-de-place-sur-le-marche-mondial-pour-les-cochons-industriels-bretons

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin