Archive | Luttes ouvrières

24 mars 2017 ~ 0 Commentaire

rana plaza (tv5)

rana plaza

Les ouvrières du textile peuvent attendre : en France, la loi « Rana Plaza » édulcorée par le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel français a vidé de sa substance la loi dite du « Rana Plaza » obligeant les multinationales à établir un plan de vigilance chez leurs sous-traitants ou fournisseurs à l’étranger, en rejetant le principe des amendes pour les entreprises récalcitrantes.

La France se voulait porte-parole mondiale d’une mode responsable, où les petites mains, les ouvrières sans lesquelles elle ne saurait être, seraient protégées des prédateurs économi- ques. Elle ne sera finalement qu’un écho affaibli à un principe, une bonne intention. Rien donc qui ne pourrait empêcher une nouvelle catastrophe industrielle.

Saisi par 60 députés et 60 sénateurs LR (droite), deux jours après l’adoption définitive de la proposition de loi sur le « devoir de vigilance des sociétés mères« , le Conseil a validé jeudi 24 mars 2017 l’obligation d’ »établir un plan de vigilance, le mécanisme de mise en demeure, la possibilité pour le juge de soumettre la société concernée à une injonction et la possibilité d’en- gager sa responsabilité en cas de manquement à ses obligations« . Mais les juges suprêmes ont aussi jugé que « le législateur avait défini l’obligation qu’il instituait en des termes insuffisam- ment clairs et précis pour qu’une sanction puisse être infligée en cas de manquement ».

Droits humains, une expression trop vague, vraiment ?

L’objectif du texte est d’éviter des drames comme l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en avril 2013, un immeuble abritant des ateliers de confection pour de grandes marques occi- dentales. Cet accident avait tué plus d’un millier d’ouvrières et blessé plus de 2000 autres.

Selon la plus haute juridiction française, qui fait valoir « la jurisprudence sur le principe de légalité des délits« , certains termes, tels que « mesures de vigilance raisonnable« , « droits humains » ou « libertés fondamentales« , sont trop généraux ou indéterminés, et le périmètre des sociétés, entreprises et activités entrant dans le champ de l’infraction est « très étendu« .

Le texte, porté par le socialiste Dominique Potier et adopté le 21 février 2017 par un vote unanime de la gauche, avait suscité la joie de nombreuses ONG et syndicats, mais aussi provoqué le courroux du puissant syndicat patronal français, le Medef, et de l’Afep (Association française des entreprises privées).

Il a été imaginé afin d’obliger les 150 plus grandes entreprises françaises – celles de plus de 5000 salariés – à élaborer un plan de vigilance pour « prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, la santé et la sécurité des personnes ainsi que l’environnement » chez leurs sous-traitants ou fournisseurs à l’étranger avec qui elles ont « une relation commerciale durable ».

Une décision en ‘demi-teinte’ au nom de la liberté d’entreprendre

La loi prévoyait à l’origine une amende allant jusqu’à 10 millions d’euros pour les sociétés ne respectant pas cette obligation et jusqu’à 30 millions si cette absence de plan était à l’origine d’une catastrophe. Cela avait amené les parlementaires opposés au texte à dénoncer une « loi punitive à l’égard des grandes entreprises françaises ».

Tout en jugeant nécessaire de renforcer la vigilance, l’Afep a regretté l’imposition « par la loi de contraintes fortes à caractère large et indéterminé pouvant engager leur responsabilité civile« , disant craindre des « conséquences négatives pour les entreprises françaises« , de « fortes incertitudes juridiques » et au final « une perte de compétitivité« .

Le Medef a été moins virulent : « cette décision nous rassure un peu sur les conséquences très néfastes que cela aurait pu avoir sur l’économie française dans sa globalité« , a commenté un porte-parole, en estimant que les amendes auraient « pénalisé les entreprises françaises » vis-à-vis de leurs concurrentes.

En termes d’efficacité, on sait très bien que s’il n’y a pas de contrainte, ça n’avance pas…
Caroline Dorémus-Mège, CCFD

Mais pour les ONG qui soutenaient ardemment le texte, cette décision en « demi-teinte » est une « déception« . Elle « vide en grande partie la loi de sa substance« ,  déplore Caroline Dorémus- Mège, directrice du plaidoyer au CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Dévelop- pement).  »Ce texte fait progresser la question de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Mais en termes d’efficacité, on sait très bien que s’il n’y a pas de contrainte, ça n’avance pas, ou du moins pas assez vite » souligne-t-elle.

Pour Sandra Cossart, de Sherpa, ONG qui défend et soutient les victimes de crimes écono-miques, le devoir de vigilance est toutefois « consacré ». « C’est une première étape« , abonde Sabine Gagnier, chargée de plaidoyer Entreprises et droits humains pour Amnesty interna-tional. « On espère que les entreprises vont être de bonne foi et vont appliquer ce devoir de vigilance« .

Le ministre de l’Économie et des Finances Michel Sapin se félicite du fait que la loi ne portait pas atteinte « à la liberté d’entreprendre« . Et souligne qu’ »il conviendra d’apporter les précisions législatives rendues nécessaires pour compléter le texte et lui redonner toute sa dimension« .

Et les employées de ces ateliers-usines du bout du monde qu’en pensent-elles ?

Ces femmes sous payées, sous alimentées, renvoyées dès qu’elles sont enceintes, comme le rappellent régulièrement des études, qui constituent 95% de la main d’oeuvre de ces forçats du textile, applaudiront-elles cette loi qui n’est finalement que symbolique ?

24 mars 2017 Sylvie Braibant

http://information.tv5monde.com/

Lire aussi:

Bangladesh : les travailleuses oubliées du Rana Plaza

Lire la suite

22 mars 2017 ~ 0 Commentaire

noyal-pontivy (fr3)

y-en-a-marre

Grève chez Linpac Packaging dans le cadre des négociations salariales

Les salariés de l’entreprise Linpac Packaging, qui fabrique du film plastique pour produits alimentaires à Noyal-Pontivy (Morbihan), sont en grève mardi dans le cadre des négociations salariales, a-t-on appris de source syndicale. « Les négociations salariales ont débuté en janvier et n’ont toujours pas abouti« , a expliqué Isabelle Guychard, la déléguée CFDT de cette entreprise qui emploie environ 400 personnes.

« Nous, on demande une augmentation de 3% des salaires des ouvriers et de 2% pour les agents de maîtrise, plus une prime exceptionnelle de 300 euros net. Mais la direction reste campée sur des primes d’intéressement, avec des objectifs de production et de performance d’entreprise inatteignables », a-t-elle expliqué.
Dans un communiqué, la direction de Linpac estime qu’ »après trois années de hausse de salaires bien au-delà de l’inflation », elle a proposé, dans le cadre des Négociations annuelles obligatoires (NAO), « un plan d’intéressement lié aux bénéfices ainsi qu’un Perco (Plan d’épar- gne pour la retraite collectif, NDLR) pour mieux préparer la retraite ».

Alors que la situation de l’entreprise est « saine », écrit la direction, « nous devons préserver notre compétitivité pour continuer à développer nos activités et sécuriser notre emploi ». La grève avait été votée lors d’une assemblée générale, la semaine dernière. « La direction a anticipé notre action et a arrêté les lignes de production », a expliqué la déléguée syndi- cale.  »On espère être rappelés à la table des négociations dans la journée et sortir de ce conflit », a dit Isabelle Guychard.

 LH avec AFP Publié le 21/03/2017

Lire la suite

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

oberthur vitré (lejournaldevitre + lo)

greve

Les salariés reconduisent la grève à l’entreprise Oberthur de Vitré

Les salariés grévistes de l’usine Oberthur Technologies de Vitré ont reconduit à 70 % le mouvement de grève, lundi 20 mars 2017.

Un vote à bulletin secret, sans appel. A 75 % (182 votants), les salariés grévistes ont voté la poursuite de la grève ce lundi après-midi à l’entreprise Oberthur Technologies de Vitré (Ille-et-Vilaine). Les organisations syndicales FO et CFDT font par ailleurs savoir qu’« elles se désengagent des problèmes liés au blocage et ne cautionnent en aucun cas ces agissements».21/03/2017 Julien Sureau

http://www.lejournaldevitre.fr/

LIRE AUSSI :

Oberthur Technologie : en grève ! (Lutte Ouvrière)

A Oberthur, les salariés vont-ils retourner au travail ?

 

Lire la suite

19 mars 2017 ~ 0 Commentaire

syndicalisme (bastamag)

ouvriers

« Le syndicalisme est un des rares espaces où les ouvriers peuvent encore lutter contre leur domination »

Paradoxe : alors que la réforme du droit du travail sera discutée à l’Assemblée Nationale dans les prochaines semaines (2016 NDB), celle-ci ne compte aucun ouvrier parmi les élus « du peuple ». Avec les employés, ils constituent pourtant la moitié de la population active française. Le syndicalisme demeure l’un des rares espaces qui leur offre une expression et une action collective. Le sociologue Julian Mischi a suivi des militants CGT d’un atelier de la SNCF dans une localité rurale en Bourgogne. Son ouvrage Le bourg et l’atelier bat en brèche plusieurs idées reçues : celle d’un syndicalisme agonisant ou corporatiste, et celle d’un monde rural qui n’aurait d’autres choix que de se replier sur lui-même. Entretien.

Lire l’article

Rachel Knaebel 17 mars 2016

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Lire la suite

16 mars 2017 ~ 0 Commentaire

lidl ploumagoar (le télégramme)

CGT-Bretagne

Manifestation de soutien à un élu CGT chez Lidl
.
Cet après-midi, une trentaine de personnes se sont retrouvées sur le parking du supermarché Lidl de Ploumagoar. Répondant à l’appel de la CGT, les manifestants ont tenu à apporter symboliquement leur soutien à un délégué du personnel CGT, mis à pied par sa direction pour six jours depuis le début de la semaine.
.
« C’est la deuxième fois que notre collègue est ainsi victime de discrimination syndicale », a dénoncé Jocelyn Thémistat, élu CGT au CHSCT. « Nous avons contesté la première décision aux Prud’hommes et avons gagné. Lidl a décidé de faire appel. La décision est attendue le 5 avril », a souligné le représentant syndical entouré de sympathisants, de représentants de Solidaires, et de Cinderella Bernard, conseillère départementale PC et candidate aux législatives.
.
Sollicité, Lidl a souligné, par le biais de son service communication, que la mise à pied du salarié, préparateur de commande, faisait suite « à des problèmes de comportement et n’avait rien à voir avec de la discrimination syndicale. Le dialogue social est dans l’ADN du groupe ». Huit salariés (dont quatre élus CGT selon la direction) ont conjointement débrayé à la base logistique régionale de Guingamp. D’après la CGT, le site compte environ 150 salariés.
.
15 mars 2017
.

http://www.letelegramme.fr/

Lire la suite

15 mars 2017 ~ 0 Commentaire

oberthur (lejournaldevitré + fr3)

y-en-a-marre

Des salariés de l’entreprise Oberthur en grève à Vitré

A l’appel des syndicats Force Ouvrière et CFDT, des salariés de l’entreprise Oberthur ont lancé un mouvement de grève sur le site de Vitré (Ille-et-Vilaine), mardi 17 mars 2017.

Mouvement de grève depuis mardi après-midi à l’entreprise Oberthur, à Vitré.
Une petite centaine de salariés de l’entreprise Oberthur Technologies à Vitré (Ille-et-Vilaine) ont répondu à l’appel à la grève de l’intersyndicale, mardi 14 mars 2017, à 15h30.

Le Drian annule sa visite

Des représentants des syndicats Force Ouvrière et CFDT seront reçus dans l’après-midi par la direction locale de l’usine. Des membres de la direction nationale seront également présents : ils attendaient en effet le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui a annulé sa visite à la dernière minute après une première étape chez Thales, à Etrelles.

Trois revendications

Les syndicats souhaitent obtenir une prime de 1200 € nets par personne, une augmentation générale pour l’ensemble des salariés ainsi qu’un budget revalorisé pour les négociations locales. « On nous réclame toujours plus d’efforts, indique Alban Colinet, de FO. Les richesses doivent être équitablement réparties. Les salariés veulent leur part du gâteau. »

« La pression est constante. Les arrêts de travail sont en augmentation. Les conditions de travail se dégradent », poursuit son collègue de la CFDT, Alain Esnault. L’entreprise Oberthur à Vitré compte 650 salariés. « 27 % sont précaires, en CDD ou en intérim », regrettent les syndicats. De 2015 à 2016, la production de cartes à puces est passée de six à douze millions.

Le dernier mouvement de grève, lancé à Oberthur au début des années deux-mille, avait duré trois semaines.

14/03/2017

http://www.lejournaldevitre.fr/

Lire aussi:

Les salariés d’Oberthur Technologies veulent leur part des bénéfices (FR3)

Lire la suite

15 mars 2017 ~ 0 Commentaire

bains-sur-oust (ouest france)

chine greve

Grève à Faurecia pour une hausse des salaires

À l’appel de la CFDT, suivi par la CGT, des employés de l’entreprise Faurecia ont cessé de travailler, ce mardi 14 mars, en début de matinée. Ils dénoncent une hausse générale trop faible des salaires.

À 5 h ce mardi 14 mars, des salariés de Faurecia ont commencé une grève, à Bains-sur-Oust (Ille-et-Vilaine), à l’appel de la CFDT, syndicat majoritaire, suivi par la CGT. L’entreprise tourne depuis au ralenti.

Ils dénoncent « l’échec des trois réunions sur la négociation salariale annuelle », selon Lionel Naël, délégué CFDT. Il ajoute : « Une augmentation générale de 0,7 % a été annoncée par la direction. Nous avions demandé 2 %. »

En attente d’une réponse du siège

Environ « 190 personnes » suivent le mouvement (sur 350), principalement les ouvriers, qui pourrait durer, si les grévistes n’obtiennent pas gain de cause.

L’usine de Bains-sur-Oust appartient à un groupe, « la direction locale n’a pas mandat à négocier plus », précise Lionel Naël. Son syndicat attend donc un geste du siège. « Des salariés de l’usine de Méru, dans l’Oise, sont également en grève. »

14/03/2017

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

05 mars 2017 ~ 0 Commentaire

brest métallurgie (le télégramme)

cgt super h
.
Une centaine de salariés de la CGT devant le siège de l’UIMM
.
David Pico a pris la parole devant une centaine de salariés. Hier matin, une centaine de salariés de la métallurgie, venus d’entreprises comme Damen, SDMO, Nautis, Thales, Aode Electronics, mais aussi de Quimper ou Douarnenez, se sont rassemblés devant le siège de l’UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie).
.
À 11 h, David Pico, de la direction fédérale CGT de la métallurgie, a pris la parole : « Une négociation visant à redéfinir l’ensemble des accords régissant les garanties collectives et individuelles des salariés de la métallurgie s’est ouverte en septembre 2016 et devra être terminée fin 2017.
.
Cette négociation se place dans la lignée de la mise en application de la loi Travail que la CGT combat », a précisé David Pico. Cette négociation aura un impact sur les salaires, les primes, l’épargne salariale, le temps de travail, l’accès à la formation professionnelle, la protection sociale et les conditions de travail
.
« Les employeurs ne veulent plus reconnaître les diplômes, l’expérience, la prime d’ancienneté et la rémunération au regard de la fonction tenue », selon la CGT, qui propose « les mêmes droits et garanties pour l’ensemble des salariés, un SMIC à 1.800 €, l’élaboration d’une grille de classifications unique, d’égalité professionnelle et salariale entre femmes et hommes et la réduction du temps de travail à 32 heures ».  04 mars 2017
.

Lire la suite

25 février 2017 ~ 0 Commentaire

karl docker (bastamag)

swp

« Être de gauche, c’est arrêter de mépriser les ouvriers »

Qu’est-ce qu’être de gauche selon vous ? Y a-t-il encore du sens à se dire de gauche ? Comment voit-on la gauche du futur ? Quelles sont ses valeurs, ses idées, ses projets, ses défis ? #imagineLaGauche, c’est la série lancée par Basta !, pour comprendre, reconstruire, rêver, renouveler, mettre en débat… Salariés, chômeurs, retraités, étudiants, paysans, militants associatifs, syndicalistes, artistes, chercheurs, jeunes et moins jeunes, témoignent. Aujourd’hui, Karl Montagne, docker à Saint-Nazaire.

Y a-t-il une gauche en France ? Je ne suis pas sûr, en tout cas pas du côté de ceux qui ont le pouvoir. Pour moi, seuls les syndicats sont de gauche, et encore, pas tous ! C’est quand même un gouvernement soi-disant « de gauche » qui nous a imposé la loi El-Khomri, qui remet en question tous les droits des travailleurs. Avec l’annualisation du temps de travail sur trois ans, on pourra se retrouver à bosser quasi jour et nuit la dernière année si on n’a pas fait assez d’heures avant. On n’aura plus de vie de famille, que le travail. Même les congés payés sont remis en cause. C’est de gauche, ça ?

Protéger les ouvriers, réellement

Les patrons auront le droit d’avoir recours au CDI juste quand ils en auront besoin. Ils pourront jeter les gens ensuite sans payer les primes de précarité auxquelles avaient droit les intéri-maires et les CDD. Les gens ne pourront plus rien faire. Avec un CDI, nous pouvons souscrire un emprunt, s’acheter un logement et être un peu tranquille. C’est ça que veulent les gens. Ce n’est pas grand chose en fait, mais même ça, ils l’enlèvent ! Une mesure de gauche urgente, ce serait d’abroger cette loi travail, entièrement, et protéger les ouvriers réellement.

Il faut arrêter de tout donner au patronat : le fric, tous les droits, aucun risque de finir en prison même s’ils ont des ouvriers qui meurent au boulot. Il faut voir comment ils se sont gavés encore cette année, tandis que nous n’avons rien du tout [en référence à l’augmentation record des dividendes, lire ici, ndlr]. Tout augmente, sauf les salaires. Les gens vont finir par ne plus vouloir travailler tellement ils sont mal payés. Valoriser les gens qui travaillent et arrêter les cadeaux aux grands patrons : voilà une autre mesure de gauche très urgente.

On va se retrouver avec l’extrême droite à cause de leur mépris

Être de gauche, c’est arrêter de mépriser les ouvriers, de les trouver sales et encombrants quand ils sortent dans la rue. Ce sont eux qui font la richesse de la France ! Certains politi- ques, comme Olivier Besancenot ou Philippe Poutoux, parlent de nous avec respect. Eux connaissent le travail. Les autres ne sont pas fatigués. Forcément, dormir à l’Assemblée Nationale ou au Sénat, c’est facile. On peut faire ça jusqu’à 80 ans sans problèmes. Quand on n’a jamais mis les pieds dans une usine, sauf cinq minutes pour se laver les mains, que sait- on ? Ceux qui sont au pouvoir ne savent pas ce que c’est de s’user le corps à cravacher toute une journée, par tous les temps.

Comment pourrais-je continuer à travailler jusqu’à 67 ans ? C’est impossible. Je vais mourir au travail. Je ne servirai plus à rien. Je ne serai même plus compétitif. Les gens sont en colère. Ils n’en peuvent plus d’être pris pour des imbéciles, pour des moins-que-rien. Un jour, on va se retrouver avec l’extrême droite, à cause de leur mépris. Et on accusera encore les Français de base, les ouvriers, en les traitant d’abrutis.

Karl Montagne, docker, Saint-Nazaire

Nolwenn Weiler 15 février 2017

Lire la suite

23 février 2017 ~ 0 Commentaire

philippe poutou (le huff’)

En pleine campagne, le candidat-ouvrier Philippe Poutou fait grève avec ses collègues de Ford

Une quarantaine d’employés de l’usine de Blanquefort se sont rassemblés devant le ministère de l’Économie pour défendre leurs emplois.

Une quarantaine d’employés de l’usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, ont manifesté ce mercredi 22 février, devant le ministère de l’Économie à Paris. À l’intérieur du gigantesque siège de Bercy, une réunion sur l’avenir de leurs emplois avait lieu entre les dirigeants de l’entreprise américaine et des responsables du gouvernement.

Le candidat à l’élection présidentielle Philippe Poutou, lui-même ouvrier à l’usine de Blanque- fort, était présent parmi les manifestants. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, le porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) mène une double vie durant cette campagne présidentielle, conjuguant réunions publiques et plateaux de télévision avec la mobilisation syndicale pour la sauvegarde de son usine.

Depuis plusieurs mois, les salariés du géant de l’automobile craignent la fermeture de leur lieu de production et le licenciement des 930 personnes en CDI qui y travaillent actuellement. En 2013, Ford s’était engagé au maintien des emplois sur le site pendant cinq ans, engagement conditionnant le versement d’aides publiques.

L’intérêt d’avoir un candidat à la présidentielle pour tenir le piquet de grève? « Il apporte la parole d’un ouvrier, d’un non-politicien professionnel, de quelqu’un qui vit vraiment au quotidien ce que vivent tous les Français », vante Vincent, employé chez Ford depuis 17 ans. « Lui, quand il parle de travail, de salaire, il sait de quoi il parle. C’est pas ces gens derrière leur bureau et avec leur cravate. Lui est vraiment plus crédible pour répondre à nos besoins », soutient quant à lui Gilles, un autre collègue de Philippe Poutou. Les gens qui ne sont pas ouvriers et qui parlent des ouvriers, ça me laisse rêveur.Franck, employé chez Ford depuis 31 ans

Le candidat aurait réussi à obtenir jusqu’ici 300 parrainages sur les 500 qui doivent être déposés d’ici le 17 mars. S’il accomplit cette mission, le Girondin délaissera ses activités professionelles pendant quelques semaines pour se consacrer à temps plein à la prési dentielle.

Huffington Post – 22/02/2017- Pierre Trembley

http://www.anti-k.org/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin