Archive | Luttes écolos en Bretagne

05 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

extraction de sable en baie de lannion (fr3)

Peuple des Dunes 24.01.15  (11)

C’est signé

L’arrêté Préfectoral autorisant l’extraction de sable coquiller en baie de Lannion a été signé et publié, malgré un recours déposé par des opposants. 

La CAN, Compagnie Armoricaine de Navigation, va pouvoir commencer l’extraction de sable coquiller en baie de Lannion, dans des conditions spécifiées dans l’arrêté signé fin de semaine dernière et publié sur le site internet de la Préfecture du Finistère. Il suit logique- ment le décret du ministère de l’Intérieur signé en septembre dernier. La concession accor- dée à la filiale du groupe Roullier porte sur une superficie totale de 4 km². D’autres éléments de cadrages sont spécifiés dans le document, comme le volume d’extraction autorisé, ainsi qu’une redevance pouvant aller jusqu’à plus de 150 000 euros par an avec un volume maximum.
Recours L’association Le Peuple des Dunes souligne le manque de transparence tout au long de ce dossier, et notamment l’absence d’étude socio-économique. « On s’étonnera que l’exigence de démocratie n’ait pas obligé le préfet à publier un compte-rendu de la consul- tation publique » peut-on également lire sur leur page Facebook. Un recours a été déposé et sera examiné par le tribunal administratif de Rennes. Stéphane Grammont 05/12/2015

Lire la suite

03 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

marche interdite dimanche à quimper (sdn-k)

ecologie-conflits-energie

Les anti-nucléaires présents

La marche prévue par la Coalition Climat à Quimper était interdite par le préfet, du samedi 28 au lundi 30 novembre 2016 sous prétexte de l’état d’urgence, les manifestations commerciales restant bien sûr autorisées

Néanmoins plusieurs dizaines de personnes se sont rendues en famille tranquillement sur le pont qui va de la préfecture à la cathédrale St Corentin. Ils ont accrochés aux grilles du pont chaussures hors d’usage et messages (dont des messages anti-nucléaires) que les promeneurs du dimanche ont pu découvrir.

Spontanément, ils se sont donnés la main pour une petite ronde sur le pont (pas d’Avignon mais de Quimper !), puis ils se sont assis fraternellement, des craies ont circulé. Petits et grands ont écrit et dessiné sur le bitume.

Et puis ils s’en sont allés, se donnant rendez-vous pour un rassemblement mardi 1er décembre à 18 h place Terre au Duc à Quimper.

Sortir du nucléaire Cornouaille a invité samedi les passants du centre ville de Quimper à signer et poster une carte avec un message demandant à François Hollande président de la République de répondre d’urgence à la menace que constitue le nucléaire en l’arrêtant immédiatement. Le 30 novembre 2015

http://www.sortirdunucleairecornouaille.org/

Lire la suite

02 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

essais nucléaires (fr3)

GERBOISE_BLEUE-red

 42 dossiers devant le tribunal administratif de Rennes

Plusieurs dizaines de demandes d’indemnisation de victimes des essais nucléaires ont été examinées par le tribunal administratif de Rennes. Vingt demandes ont été examinées jeudi dernier, 22 lundi et trois dossiers ont été renvoyés au 10 décembre

Les demandes d’indemnisations, initialement formulées par ces anciens militaires entre 2010 et 2011, ont été rejetées par le ministère de la Défense au motif que  »le risque attribua- ble aux essais nucléaires dans la survenance de leur maladie pouvait être considéré com- me « négligeable« , a expliqué leur avocate, Me Cécile Labrunie. Les plaignants demandent donc au tribunal administratif d’annuler ces décisions de refus et d’enjoindre le comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (CIVEN) de les indemniser.

Essais dans le Sahara et en Polynésie Parmi les 42 dossiers examinés jeudi et lundi, le rapporteur public a délivré un avis favorable à l’annulation de 34 décisions au motif que le ministère de la Défense ne rapportait pas la preuve d’une probabilité de causalité « négli- geable« , au regard des conditions d’exposition des intéressés et du défaut de surveillance  radiobiologique appropriée.

Ces 45 vétérans, dont certains sont déjà décédés, ont été affectés lors des essais soit dans le Sahara (Reggane ou In Ecker), soit en Polynésie (Mururoa, Fangataufa, Hao notamment).

Présomption de causalité « Peut-être un jour le CIVEN ne se considérera plus comme l’adversaire des requérants, mais comme un fonds d’indemnisation » des victimes, a fait valoir Me Labrunie devant le tribunal, dénonçant la position de l’État qui consiste à « se pré- valoir de ses propres carences » en matière de suivi sanitaire sur les militaires impliqués dans ces essais pour rejeter leurs demandes.

La loi Morin de janvier 2010 prévoit que les personnes atteintes d’une maladie  consé- cutive à la radioactivité, visée dans une liste de 21 cancers, bénéficient d’une présomption de causalité et d’un droit à réparation intégrale des préjudices subis, sauf si le ministère de la Défense apporte la preuve de l’existence d’un « risque négligeable« .
Décision rendue à la fin décembre En septembre, le Premier ministre Manuel Valls s’est dit « favorable » à un réexamen des conditions d’indemnisation des victimes compte tenu du taux extrêmement faible (2%) de dossiers retenus par le Civen. Entre 1960 et 1996, 210 essais nucléaires ont été menés au Sahara et en Polynésie, impliquant quelque 150.000 personnes. Les décisions seront rendues « d’ici la fin de l’année« , a précisé le tribunal.
S.Salliou (avec AFP) 01/12/2015 | 09:00
Commentaire: Il reste bien sûr les tahitiens et les algériens qui vivent toujours sur place

Lire la suite

01 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

la promesse stupide de marc le fur (eaux et rivières + udb)

agro bizz

Chef de file de la liste « Le choix de la Bretagne » candidate aux élections du Conseil Régional de Bretagne, Marc LE FUR a évoqué le 30 novembre l’association Eau & Rivières de Bretagne dans le journal télévisé du soir de France 3 Bretagne.

Il a promis de mettre fin à la subvention accordée par le Conseil Régional à l’association, au motif que « cet argent servirait à engager des procédures contre l’agriculture et l’agro-alimentaire breton ».

Que Marc LE FUR ait choisi le jour même où s’ouvrait la COP 21 pour effectuer cette annonce, illustre la myopie intellectuelle persistante dont il fait preuve depuis longtemps à l’égard des enjeux environnementaux, se situant résolument à contre courant de l’histoire…

Qu’un député expérimenté, qui plus est Vice-Président depuis 2007 de l’Assemblée Nationale, conteste le droit des associations à saisir les tribunaux de la République pour que les lois votées par les parlementaires soient appliquées, est inquiétant pour le fonctionne- ment de notre démocratie.

Le souci – légitime – d’une bonne utilisation des fonds publics alloués à Eau & Rivières de Bretagne de la part de Monsieur LE FUR et de ses amis, est bien tardif : aucun conseiller régional des groupes Les Républicains  n’a hélas participé, le 24 février dernier, à la réunion de présentation du bilan des actions menées par l’association dans le cadre de la convention signée avec la Région Bretagne.

Aucun responsable de ce groupe politique de l’assemblée régionale n’a non plus accusé réception du dossier que lui a adressé l’association à cette occasion, ni émis la moindre critique de ce bilan… Il est vrai que nous n’étions pas encore en campagne électorale.

Eau & Rivières de Bretagne rappelle que l’agrément dont elle bénéficie depuis 1978, de la part des pouvoirs publics, a été régulièrement renouvelé depuis cette date par tous les gouvernements, de droite comme de gauche, qui apprécient l’ensemble des actions menées par l’association : démarches éducatives, chantiers de restauration des milieux, participation aux groupes de travail et commissions, formation…

L’ancien Préfet de Bretagne, Claude Guéant, qui appartient aujourd’hui à la même formation politique que Marc LE FUR, écrivait ainsi le 4 juin 2002 : « J’ai beaucoup apprécié de travailler avec votre association lors de mon passage en Bretagne ».

L’association en est persuadée : les citoyens Bretons, moins sectaires que certains de leurs leaders politiques, ne se laisseront pas entraîner sur la pente dangereuse pour la démocratie, qui consisterait pour la collectivité régionale à ne financer que les organisations « bien pensantes » et à ignorer celles dont l’utilité publique est manifeste.

http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?47%2F1054

http://lepeuplebreton.bzh/productivisme-ou-ecologie-le-choix-de-marc-le-fur/

Lire la suite

01 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

soutien à raymond pouliquen (eelv + fr3)

la_mort_est_dans_le_pre

Et aussi dimanche 6

Appel à soutenir aujourd’hui à Rennes, ex-salarié Triskalia et victime des pesticides.

René Louail, chef de file du rassemblement écologiste «une autre voie pour la Bretagne» pour les élections régionales et président du groupe EELV au Conseil Régional, et tou-tes ses colistier-es appellent à soutenir Raymond Pouliquen mardi 1er Décembre à 9h au Palais de Justice à Rennes.

Ancien salarié du groupe agricole et agroalimentaire Triskalia à Glomel, il a travaillé pendant plus de 20 ans au contact de pesticides. Atteint d’une leucémie myéloïde chronique diagnos- tiquée comme étant «en rapport avec l’exposition aux phytosanitaires dans son travail»,  il se bat depuis 15 ans pour faire reconnaître sa pathologie comme maladie professionnelle. Un nombre inquiétant de salariés travaillant dans les mêmes conditions ont été atteints par des cancers. Sa lutte rejoint celle des ex-salariés de Nutréa- Triskalia à Plouisy, intoxiqués par des pesticides en travaillant la fabrication d’alimentation du bétail.

Raymond Pouliquen, qui sera jugé en appel et sans avocat, d’où l’importance d’ une forte mobilisation pour le soutenir et plus largement pour lutter contre les phytosanitaires : “Face à l’utilisation des pesticides, nous sommes toutes concerné-es: paysan-nes, sala- rié-es agricoles, consommateurs… soutenons les phytovictimes! ” Les écologistes de Bretagne seront très mobilisé-es, avec, notamment, la présence de José Bové, député européen.

http://www.appel-a-soutenir-demain-a-rennes-raymond-pouliquen-ex-salarie-triskalia

http://france3-regions.francetvinfo.fr/triskalia-jose-bove-soutient-raymond-pouliquen

Lire la suite

01 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

infotour de la zad de nddl

index

Infotour de discussions avec des occupant-e-s de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes sur l’histoire de la lutte, les réalisations, perspectives concrètes et enjeux politiques du mouvement d’occupation.

Le 7 decembre à Brest, le 8 à Saint-Cadou, le 9 à Douarnenez, le 10 à Plouri-les-Morlaix, le 11 à Daoulas.

7/12: à Brest au cabaret Vauban  17 av. Clémenceau à 19h00.

8/12: au hangar associatif à Saint-Cadou à 21h.

9/12: à Douarnenez à 20h30 à l’école des pêches.

10/12: à Ti An Oll à Plourin-les-Morlaix à 19h

11/12: à Daoulas au bar associatif de Goasven…

Lire la suite

30 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

le peuple des dunes (udb)

Peuple des Dunes 24.01.15  (11)

Demande au Préfet de ne pas signer l’arrêté d’exploitation

Par la voix du porte-parole du Peuple des dunes en Trégor, Alain Bidal, le collectif a envoyé une lettre au préfet du Finistère demandant de ne pas signer lʼarrêté dʼexploitation de sable délivré à la Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN).

Sʼappuyant sur une pétition ayant recueilli 154 000 signataires, sur les nombreuses associations et les élus opposés au projet, sur les trois manifestations ayant réuni respec- tivement 4000 personnes (en mai 2012), 7000 personnes (en janvier 2015) et 1000 (en novembre 2015), sʼappuyant également sur les directives européennes et les classements Natura 2000, Alain Bidal a plaidé la «cohérence».

En effet, il a comparé le traitement politique consacré au projet dʼexploitation de sable avec celui du projet de Notre-Dame-des-Landes. «Le président précise claire- ment que cet aéroport se fera puisque telle est la volonté des élus locaux. Dans le Trégor, les élus sont opposés et ce projet se ferait ? Où est la cohérence ? », explique Alain Bidal. Il rappelle également que ce dernier a promis que les travaux ne commenceront pas à Notre-Dame-des-Landes tant que les recours ne seront pas tous épuisés.

Or, « pour le projet contesté en baie de Lannion, Lannion Trégor Communauté, Trébeur- den Patrimoine et Environnement et quelques associations ont déposé un recours en annu- lation du décret ministériel accordant la concession devant le Conseil dʼEtat. Si la parole du président de la République est respectée et si l’administration fait preuve dʼun minimum de cohérence, les travaux dans la baie de Lannion ne devraient pas commencer» affirme-t-il.

Hélas, le gouvernement est très cohérent… avec ses ambitions économiques! Alors que la police profite de l’état d’urgence pour mettre en garde à vue des militants de gauche dite «radicale», on comprend tout de suite quelles sont les priorités dans ce pays. La démocratie attendra…30 novembre 2015

http://lepeuplebreton.bzh/2015/11/30/le-peuple-des-dunes-demande-au-prefet-de-ne-pas-signer-larrete-dexploitation/

Lire la suite

27 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

run ar puñs, châteaulin: climat

run3

http://www.civam29.org/site/

Lire la suite

26 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

triskalia (fr3)

la_mort_est_dans_le_pre

Soirée de soutien aux anciens salariés dimanche 6 décembre

Dimanche 6 décembre à 18h aura lieu une soirée de soutien aux anciens salariés de Nutréa-Triskalia, victimes de graves intoxications aux produits phytosanitaires sur leur lieu de travail. La projection du film « La mort est dans le pré » sera suivie d’un débat avec les spectateurs.

*

En 2011 et en 2013, quatre salariés intoxiqués par des pesticides utilisés dans leur entre-prise, Nutréa-Triskalia à Plouisy dans les Côtes d’Armor, sont déclarés inaptes au travail et licenciés. Un cinquième, Gwénaël Le Goffic, se suicide sur son lieu de travail. Depuis les procédures judiciaires se succèdent. Un collectif s’est formé et soutient Edith Le Goffic, la veuve de Gwenaël Le Goffic et les quatre anciens salariés de l’industrie agro-alimentaire, Laurent Guillou, Stéphane Rouxel, Claude Le Guyader et Pascal Brigant. Le but : se tenir aux côtés de ces cinq personnes, faire parler de l’affaire afin que le combat ne se résume pas à celui de David contre Goliath, comme l’explique Laurent Guillou : C’est important de se sentir soutenu. Le comité connaît mieux notre dossier que la MSA (mutualité sociale agricole) maintenant. »
*
La génèse Tout commence en 2008 : afin d’économiser l’électricité, la coopérative agricole Triskalia décide de couper la ventilation de ses silos à grains la nuit. Le résultat ne se fait pas attendre : pourriture et insectes se développent dans ces céréales destinées à l’élevage. Mais il est impensable pour les dirigeants de la coopérative de perdre les 20 000 tonnes avariées, ils demandent donc à un jeune salarié d’asperger les graines de Nuvean Total, un insecticide interdit en France depuis 2007.
*
Laurent Guillou et Stéphane Rouxel en inhalent lorsqu’ils chargent cette matière pre- mière pour la transporter vers l’usine de transformation un peu plus loin. Des premiers symptômes apparaissent : vomissements, brûlures dans la gorge, crachats de sang… En 2010, un nouvel arrêt de la ventilation provoque exactement les mêmes effets. Cette fois, la pourriture et les insectes sont traités par un mélange de pesticides autorisés mais largement surdosés. D’autres salariés, Pascal Brigant, chargé de la gestion des camions et Claude Le Guyader, chauffeur, développent alors les mêmes symptômes.
*
Ce mal, dont souffrent ces 4 personnes est bien connu aux Etats-Unis depuis les années 50. Il s’agit de  MCS, Multiple Chimical Sensitivity ou hypersensibilité chimique multiple en français. J’ai des maux de tête, des brûlures, des compressions dans la colonne vertébrale. Je sens comme des coups de poignard dans le dos. Je dors très mal, je me lève la nuit à cause de la douleur. Donc, je suis très fatigué », soupire Laurent Guillou.
*
Quatre licenciements et un suicide Pour lui et ses trois collègues, les conséquences seront identiques : déclarés inaptes, ils seront licenciés. Mais cette affaire aura une suite encore plus tragique en mars 2014 avec le suicide de Gwenaël Le Goffic, un chauffeur livreur. Il sera retrouvé mort dans son camion sur son lieu de travail. A côté de lui, il a pris soin de laisser l’étiquette d’un sac d’aliments médicamenteux pour porcs. C’est ce même produit qui trois mois plus tôt lui a brûlé le visage et les yeux, alors qu’il en déchargeait des sacs. Depuis il souffrait de troubles oculaires et craignait de ne plus pouvoir conduire.
*
Les suites judiciaires Actuellement, trois procédures judiciaires sont en cours : auprès des prud’hommes, du tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) et du tribunal de grande instance (TGI) de Saint-Brieuc.
*
Les prud’hommes: Le conseil des prud’hommes a été saisi dans le but de faire condamner l’employeur pour « licenciement sans cause réelle et sérieuse ». Pour l’instant, cette action est au point mort dans l’attente des résultats des autres actions en justice entamées par les anciens salariés.
*
Le volet pénal au TGI En mai 2010, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel ont déposé plainte contre X pour empoisonnement. Une première fois classée par le tribunal de Guingamp, elle est réouverte par celui de Saint-Brieuc en juillet 2015. Cette procédure est, depuis, en attente de la nomination d’un juge d’instruction.
*
Le TASS (tribunal des affaires de sécurité sociale) Le TASS a reconnu en septembre 2014 la faute inexcusable de l’employeur pour Laurent Guillou et Stéphane Rouxel et a de- mandé une nouvelle expertise pour fixer le préjudice physique et moral. Le résultat de cette expertise, qui pourrait leur permettre de toucher une rente, n’est toujours pas connu. Cette administration a également fixé leur taux d’IPP (Incapacité permanente partielle) à 25 %, induisant leur indemnisation par la MSA. Un taux jugé insuffisant par Laurent Guillou au regard des problèmes de santé qu’il endure et de sa quasi-incapacité à reprendre un emploi. Les deux autres camarades d’infortune, Claude Le Guyader et Pascal Brigant, attendent eux une reconnaissance de maladie professionnelle.  Quant au suicide de Gwenaël Le Goffic, il a été reconnu comme accident du travail en septembre 2015. La MSA n’a pas fait appel.
*
Ces jours-ci, une autre affaire émerge sur le site de Triskalia à Glomel  (22) : Ray- mond Pouliquen, atteint d’une leucémie, diagnostiquée « en rapport avec l’exposition aux phytosanitaires dans son travail », se bat pour faire reconnaître son cancer en maladie professionnelle.
*
Soirée de soutien au ciné-TNB, à Rennes,  le dimanche 6 décembre à 18h.
Projection du film « La mort est dans le pré » d’Eric Guéret. Puis échange avec la salle et témoignage des ex-salariés de Triskalia. Prix d’entrée : 4€ pour la location de salle. Une collecte de solidarité avec les ex-salariés sera effectuée. Catherine Deunf 26/11/2015

*

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/soiree-de-soutien-aux-anciens-salaries-de-triskalia-dimanche-6-decembre-863495.html

Lire la suite

25 novembre 2015 ~ 0 Commentaire

landivisiau le 14 novembre

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin