Archive | Luttes écolos en Bretagne

02 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

ciné argoat (callac 22)

meatrix

LA BIO PARTOUT ET POUR TOUS !
Paroles de producteurs de BIOLAIT

mardi 6 octobre à 20h30

En présence de Jean-Jacques Rault

Documentaire français réalisé par Jean-Jacques Rault

Entreprise de l’économie sociale et solidaire, Biolait a été créé en 1994 à l’initiative de 6 pro- ducteurs du Morbihan et de la Loire-Atlantique. A cette époque, très peu de collecte de lait «bio» existait. Ces producteurs ont fait le choix de créer leur propre outil de collecte et de négoce avec l’objectif de structurer durablement la filière sans exclure de territoires. Aujour- d’hui, Biolait regroupe 600 exploitations adhérentes et 1100 producteurs sur 52 départe- ments, et représente le premier collecteur de lait biologique français.

ciné argoat (callac 22) dans Luttes écolos en Bretagne trou

TROU STORY

mercredi 14 octobre à 19h30

Documentaire canadien réalisé par Richard Desjardins et Robert Monderie

Le bouclier canadien, entre l’Ontario et le Québec. C’est là que se concentre les 3/4 de la production minérale du pays. Là qu’ont été découverts, dès la fin du 19è siècle, des gise- ments de nickel, d’argent, d’or et de cuivre. Là enfin que se sont implantées de grandes compagnies d’exploitation minière, souvent étrangères, qui tirent d’immenses profits des diverses ressources naturelles des sous-sols et créant même des villes dont toute l’activité se concentre autour des mines.

Mais ce système d’exploitation, entretenu en l’état depuis des années, est bien loin d’être source d’épanouissement pour tous. Exemptées ou presque de taxes, les compagnies minières laissent en outre aux municipalités et aux gouvernements le soin de gérer les dégâts écologiques, paysagers, économiques et humains qu’elles causent.

Tout en dénonçant ces pratiques, les cinéastes Richard Desjardins et Robert Monderie dressent une histoire complète des mines au Canada, de leurs origines à aujourd’hui.

La projection sera précédée d’une intervention de François Espuche, président de l’association Gratte-Papiers (Salsigne), qui expliquera le dessous des cartes de la prolifération des Permis Exclusifs de Recherche.

http://cineargoat.free.fr/

Lire la suite

02 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

douar didoull (fr3)

didoull

Ne veut pas de recherches minières à Loc-Envel (22)

*

Le collectif Douar Didoull dit non aux recherches minières. Le permis a été obtenu la semai- ne dernière par la société Variscan Mines, pour la zone de Loc-Envel (22). Mais le collectif ne veut pas en rester là, il va organiser une réunion publique et une manifestation à Guingamp, le 24 octobre.

*

Le collectif  Douar Didoull  « Pour la préservation de notre terre et contre le projet minier » invite les habitants des communes qui seront impactées par cette possible activité minière polluante), à une réunion publique d’information le Jeudi 8 octobre 2015, à Plougonver. Douar Didoull appelle également la population à se mobiliser « contre toute forme d’exploration sur les 25 communes concernées » lors d’une manifestation, à Guingamp le samedi 24 octobre 2015.

*
Le but de Variscan est de trouver des métaux La société Variscan Mines s’intéresse aux métaux stratégiques. Créée en 2010 à Orléans, elle possède quatre permis qui permettront de sonder des zones en Pays de la Loire et en Bretagne. Elle détient actuellement un permis de recherches à Merléac (Côtes d’Armor) et en a encore d’autres en instruction à Silfiac (Morbihan), à Dompierre du Chemin (Ille-et-Vilaine) et Beaulieu (Loire-Atlantique).
*
Il s’agit de permis exclusifs de recherches, permettant aux entreprises qui en sont titu- laires de sonder le sous-sol, avant une possible exploitation minière. Des travaux préalables qui prennent du temps, puisque si mine il y a, la mine ne sera pas ouverte avant 2020-2025. A Merléac, la prospection a commencé il y a plusieurs mois. Là, la société recherche du zinc, du cuivre et du plomb. A Loc-Envel (22), la société recherche du tungstène.
*
Pourquoi ce regain d’intérêt pour ces métaux? Alors que personne n’a fouillé le sous-sol métropolitain depuis plus de vingt ans, ce regain d’intérêt s’explique du côté des « petits mé- taux ». Michel Bonnemaison, directeur général de Variscan Mines, la société qui a obtenu le permis de Loc-Envel en explique la raison à Slate en janvier 2014: « Ces métaux dit high- tech [ou stratégiques] ne viennent pas seuls, ils sont associés aux métaux de base. Il y a une trentaine d’année, dans une mine de zinc, par exemple, on exploitait seulement le zinc. Aujourd’hui, on recherche aussi ces petits métaux qui peuvent jouer un rôle dans la renta- bilité d’une exploitation, alors qu’ils n’étaient pas utilisés à l’époque. Si on joint à cela la haus- se globale des prix des métaux, cela devient rentable. » Les propriétés catalytiques, électri- ques, magnétiques, chimiques ou encore optiques en font des matériaux indispensables pour certaines filières de l’économie, comme l’aéro-spatial, l’aéronautique ou l’armement.
*
La liste des communes concernées par les recherches minières de Loc-Envel (22)

*

Il s’agit de 25 communes, une zone de 330 kilomètres carrés à l’ouest de Guingamp, composée de forêt et de champs. Les communes de la zone concernée sont :

*

Belle-Isle-en-Terre, Bourbriac, Bulat-Plestivien, Calanhel, Callac, Coadout, Grâces, Gurun- huel, La Chapelle-Neuve, Loc-Envel, Loguivy-Plougras, Lohuec, Louargat, Maël-Plestivien, Moustéru, Pédernec, Plésidy, Plougonver, Ploumagoar, Plounevez-Moëdec, Plourac’h, Pont-Melvez, Saint-Adrien, Saint-Péver et Tréglamus. Sylvaine Salliou le 02/10/2015

http://france3-regions.francetvinfo.fr/douar-didoull-echerches-minieres-loc-envel

http://www.ouest-france.fr/guingamp-manifester-contre-le-permis-minier-de-loc-envel

Lire la suite

30 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

eau et rivières cible «l’envoyeur» (lt)

vache
Sur le mode du « retour à l’envoyeur ».
*
Une délégation d’Eau & Rivières est allée déposer, dimanche, à Briec, à l’entrée du site Paprec, des déchets trouvés dans le lit d’un cours d’eau qui jouxte l’ancien site du recycleur à Ergué-Gabéric.
*
L’association pointe l’inaction, l’entreprise se dit « surprise ». « On ne peut pas continuer à envoyer les enfants ramasser les déchets sans pointer un certain nombre de responsabilités par ailleurs!» déclare André Perron, représentant d’Eau & Rivières à la commission locale de l’eau du Sage de l’Odet.
*
Dimanche, au surlendemain du nettoyage de la plage des Gueux par des écoliers quimpérois, André Perron et un groupe d’écovolontaires d’Eau & Rivières ont mené une opération «retour à l’envoyeur» entre Ergué-Gabéric et Briec.
*
La cible cornouaillaise : le recycleur Paprec. « Rien n’avait bougé » L’alerte a été lancée en janvier dernier, quelques mois après que l’entreprise eut quitté, en octobre 2014, son ancien site de la zone de Kerourvois à Ergué-Gabéric pour celle de Lumunoc’h à Briec. André Perron avait repéré, dès avril 2014, un amoncellement de déchets hétéroclites dans le cours et sur une berge d’un petit ruisseau, sous-affluent de l’Odet, entre une pâture bovine et l’équipement désaffecté du recycleur de papiers, cartons et films.
*
Le Sivalodet puis les services de l’État en sont informés. Eau & Rivières finit par apprendre, le 2 juillet, par la Dreal (Direction régionale de l’environnement) qu’une inspection a été réalisée le 13 mars, sans plus de précision. «Nous avons relancé la préfecture les 8 et 17 septembre sans obtenir d’éléments d’information. Rien n’avait bougé sur place.
*
Finalement, notre équipe a fait, en partie, le boulot de nettoyage », commente Arnaud Clugery, coordinateur régional d’Eau & Rivières. Deux mètres cubes de déchets sur 50 m L’association a évalué à 2 m³ le volume des déchets (bâches et sacs plastiques, boîtes et plaques en polystyrène, huit pneus, un sommier, ferrailles, etc.) retirés sur 50 m de ruisseau après débroussaillage.
*
La dizaine de bénévoles est allée les déposer sur les grilles et devant le centre de tri et de valorisation de Paprec, dimanche soir à Briec. « Il n’est pas normal qu’une entreprise qui fait son beurre sur le recyclage des déchets et s’appuie sur les comportements citoyens de tout un chacun ne soit pas irréprochable en la matière », regrette André Kerdranvat, respon- sable déchets à l’association. (Résumé)
*

Lire la suite

29 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

variscan: macron impose sauvagement (douar didoull)

becassine_et_macron

(et illégalement) l’industrie minière aux 39 communes des zones de Loc-Envel et Silfiac.

Permis Exclusifs de Recherches: la sentence est tombée…

Il fallait s’en douter, le gouvernement «socialiste» sous influence se rend complice du pillage des ressources naturelles qui s’annonce.

Complice d’un désastre environnemental et social qui ne manquera pas de se produire. Et la réforme du code minier dictée par la profession minière ne fera qu’enlever le droit de regard des populations et la possibilité pour celles-ci d’empêcher de tels projets.

Le communiqué de presse du collectif Douar didoull, (le 25/09/2015);

Arrêté du 14 septembre 2015 accordant un permis exclusif de recherches de mines de tungstène, molybdène, cuivre, zinc, plomb, étain, or, argent et substances connexes dit « permis de Loc- Envel » à la société Variscan Mines, dans le département des Côtes-d’Armor, (JO, le 25/09/2015);

Arrêté du 14 septembre 2015 accordant un permis exclusif de recherches de mines de zinc, plomb, étain, or, argent, tungstène, germanium et substances connexes dit « permis de Silfiac » à la société Variscan Mines, dans les départements des Côtes-d’Armor et du Morbihan, (JO, le 25/09/2015);

Arrêté du 14 septembre 2015, accordant un permis exclusif de recherches de mines de zinc, plomb,étain,or,argent, tungstène, germanium et substances connexes dit « Permis de Silfiac » à la société Variscan Mines, dans le département des côtes d’Armor et du Morbihan, (Ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique, le 14/09/2015);

Bilan de la consultation publique du 20 mai au 10 juin sur les Permis de Exclusifs de Recherches « Silfiac » et « Loc-Envel »

A la société civile de s’organiser et de militer pour faire appliquer la responsabilité financière et pénale des industriels coupables de dégâts environnentaux…mais pas seulement! A l’aune des enjeux climatiques et écologiques d’aujourd’hui, nos réprésentants politiques au gouvernement, dans les ministères, mais aussi ces élus qui nous représentent localement dans les communes, doivent également être reconnus financièrement et pénalement responsables de décisions qui engagent le bien être des générations de citoyens à venir.

Invitation_docu-cine_13-10-2015

douardidoull@gmail.com

http://alternatives-projetsminiers.org/

http://www.letelegramme.fr/loc-envel-et-silfiac-feu-vert-a-la-prospection-miniere

Lire la suite

24 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

incendie à la centrale de brennilis (fr3)

an ankou a

Levée du plan d’urgence

Le Plan d’Urgence Interne mis en place suite à l’incendie dans la centrale de Brennilis, en cours de démantèlement, a été levé par l’Autorité de Sécurité Nucléaire. 

L’ASN a précisé dans la nuit dans un communiqué avoir levé son dispositif d’urgen- ce, mis en place depuis son centre de Montrouge (Hauts-de-Seine). EDF a également mis fin à son plan d’urgence aux alentours de 23H. EDF a proposé à l’ASN de classer cet événement au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES) graduée de 0 à 7.

L’ASN, qui doit procéder à d’autres inspections du site avant la fin de la semaine, a provisoirement validé ce classement. L’incendie s’est « produit lors d’une opération de meu- lage pour conditionner des déchets », a précisé EDF, ajoutant que les quatre personnes qui avaient inhalé des fumées, des intervenants, bien que ne présentant pas de contamination externe, subissaient des analyses médicales complémentaires.

« Je ne suis pas rassurée du tout par cet incendie », a réagi Chantal Cuisinier, du réseau Sortir du Nucléaire, interrogée par l’AFP. « Un incendie dans des locaux de conditionnement de déchets, c’est pas rassurant, il y a du plutonium là-dedans », a-t-elle ajouté.

Stéphane Grammont  Publié le 24/09/2015 10:43
Commentaire: Elle est pas belle la vie?

Lire la suite

23 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

erdeven 75, plogoff 80, flamanville 2016 (trawalc’h)

Conference-debat_avec_gilles_simon_25_septembre2015_lorient

Mémoire et actualité du mouvement anti-nucléaire

Le mouvement anti-nucléaire s’est engagé depuis les années 1970 contre la construction de centrales nucléaires et le nucléaire militaire, en portant une réflexion politique sur les rapports de l’homme et de l’environnement, sur les limites de la planète, et la manière de mettre en place une société plus juste, citoyenne et à échelle humaine. La situation en France est spécifique, puisque l’atome se situe au cœur de la politique énergétique et de la politique de défense.

Qui sont les anti-nucléaires ? Comment le mouvement dans son hétérogénéité depuis les années 1970 s’est-il attaché à défendre des principes et des solutions aujourd’hui toujours d’actualité dans les débats du développement durable et du changement climatique?

Si le mouvement anti-nucléaire s’est d’abord développé en Allemagne (Kalkar, Gorleben), sur la vallée du Rhin (Whyl, Fessenheim), aux Pays-Bas,… avec notamment la création de la coordination internationale Wyse, c’est en 1974 qu’il prend réellement son essor en France avec l’annonce du plan Messmer.

La création du CRIN d’Erdeven initie un mouvement national de résistance. Les CRIN se multiplient, en Bretagne et ailleurs, jusqu’à la victoire de Plogoff en 80. Seuls 58 réacteurs seront construits sur les 200 prévus, mais le mouvement n’a pas réussi à empêcher la France de devenir le champion du nucléaire, avec tous les risques qui y affèrent. Aujourd’hui, Le mouvement anti-nucléaire saura-t-il faire face à la mise en service de l’EPR,  au rafisto- lage des vieux réacteurs, au projet d’enfouissement des déchets radioactifs en grande profondeur à Bure…

25 septembre 2015 : soirée débat à Lorient

Pour répondre à toutes ces questions, Stop nucléaire 56 Trawalc’h organise une réunion publique à Lorient,  cité Allende, 12 rue Colbert

le 25 septembre à 20h avec Gilles Simon, chercheur à l’université de Rennes 1, auteur d’une thèse sur le mouvement anti-nucléaire en Bretagne et du livre  « Plogoff, mémoire d’une lutte », et des militants du CRIN d’Erdeven et de Stop nucléaire 56 Trawalc’h.

20h : projection du film Erdeven 75, conférence de Gilles Simon suivi d’un pot et dédicace par Gilles Simon de son ouvrage « Plogoff, mémoire d’une lutte ».

http://www.stop-nucleaire56.org/2015/09/25-septembre-2015-soiree-debat-a-lorient/

Lire la suite

19 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

gaspare (lt)

2059-TG-19.09.2015

Pollue? Gast! (Source: Le Télégramme)

Lire la suite

18 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

la «responsabilité sociale» (basta)

didoull

Selon Emmanuel Macron

Y aura-t-il un jour un label «mine responsable» en France, qui permettrait d’extraire des minerais dans des conditions correctes? C’est ce que semble souhaiter le ministre de l’Eco- nomie Emmanuel Macron, qui a lancé au printemps dernier un groupe de travail sur le sujet.

Pour réfléchir à cette question hautement polémique, le ministère a réuni autour de lui des élus, des représentants de la société civile (WWF, fédération nationale des parcs régionaux) et des industriels (société de l’industrie minérale-Sim, Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction-UNICEM, Eramet, Variscan). Ce groupe de travail est censé «définir les conditions d’une exploitation minière responsable au niveau social et environnemental».

Mais à quoi ressemble donc une mine responsable au niveau social et environnemen- tal? Mystère. «On n’a jamais eu de réponse claire et précise à cette question», regrette Thi- baud Saint Aubin, de l’association Ingénieurs sans frontières (ISF), qui a décidé de quitter le groupe de travail, de même que France nature environnement (FNE). « Si l’État ne veut pas se confronter à une levée de boucliers dans les territoires concernés, il doit construire un cadre juridique stable, qui intègre les préoccupations environnementales et sociales tout au long de la vie de la mine», pensent les deux associations démissionnaires.

Pour cela, il faudrait intégrer des obligations juridiques dans le code minier, qui régit les exploitations minières en France, et qui ne mentionne pour le moment ni dommage envi- ronnemental, ni dommage sanitaire. Mais les futures «mines responsables» ne s’embar- rasseront pas de ce genre d’obligations. Le gouvernement prévoit plutôt une charte d’enga- gement volontaire, par laquelle les exploitants s’engageront à être vertueux.

Une proposition qui ne convainc ni ISF, ni FNE. Pour Denez L’Hostis, président de FNE : «Si l’exploitation reprend, elle devra gérer les passifs environnementaux et sanitaires, et anticiper ses propres impacts. Nous avons trop souffert de l’exploitation minière pour laisser l’encadrement de cette activité à une simple charte volontaire.» Nolwenn Weiler 18 sept

Lire aussi:
- De la Bretagne au Limousin, les compagnies minières débarquent en France
- « Les pollutions engendrées par l’industrie minière représentent un danger pour les décennies à venir »
- Salsigne, un siècle d’extraction minière (grand format)

Lire la suite

17 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

sable dans la baie de lannion (politis)

lannion

Le gouvernement autorise l’extraction 

La Compagnie armoricaine de navigation (CAN) va pouvoir commencer à extraire du sable coquiller de la baie de Lannion (Côtes d’Armor), objet d’une vive opposition locale, selon un décret paru mercredi au Journal officiel.

Comme annoncé par Bercy au mois d’avril, une concession de 15 ans est accordée à la CAN sur des fonds marins de 4 km2 environ au large des côtes des départements du Finistère et des Côtes-d’Armor. Le volume d’extraction ne pourra pas excéder 250.000 m3 par an et toute exploitation restera interdite de mai à août, précise le décret signé ce lundi par Manuel Valls, premier ministre et par Emmanuel Macron, ministre de l’Économie. En outre, la CAN ne pourra pas extraire la première année plus de 50 000 m3 de sable, avant de pouvoir augmenter progressivement le volume extrait et atteindre les 250 000 m3 après cinq années d’exploitation.

Une étude environnementale sera menée, dans un délai à fixer, et ses conclusions pourront conduire à une modification des conditions d’extraction. Par ailleurs, la CAN devra rendre compte chaque année au préfet du Finistère de son activité et des suivis environnementaux réalisés. Déposé en 2010 par la CAN, filiale du groupe Rouiller, ce projet d’extraction de sable d’une dune sous-marine, soutenu par les agriculteurs qui disent en avoir besoin, fait l’objet d’une vaste opposition de la part des élus, associations environnementales et groupements de professionnels de la région, parmi lesquels les pécheurs.

Lire la suite

08 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

mer d’iroise: pourquoi y a-t-il moins de dégazages qu’avant? (fr3)

maree noire 1978

Fortes amendes, longues procédures judiciaires, et surtout, des traces d’hydro- carbures régulièrement repérées en mer d’Iroise, est-ce du passé ? Non, mais loin de dire qu’ il n’y a plus de dégazages sauvages, les autorités constatent une baissent de cette pratique illégale.

L’hiver, et ses déballastages intempestifs, ses boulettes d’hydrocarbures échouées sur les plages du Finistère. L’image n’appartient pas au passé, mais le tribunal de Brest n’a plus connu d’années comme en 2000, lorsqu’il avait eu à traité 16 affaires de dégazage sauvage. Les moyens d’établir en effet un flagrant délit avait évolué, et le nombre d’affaires s’était multiplié.

Ont suivi de fortes sanctions, et des amendes battant des records d’années en années. En 25010, un cargo chinois écopait de 800 000 euros d’amende. Si elles ne sont pas toutes payées intégralement, ces sanctions ont tout de même eu un effet dissuasif. « Dans les cas les plus graves, on peut aller jusqu’à 15 millions d’euros » explique Eric Mathais, le Procureur de la République de Brest, « les sanctions sont allées crescendo« . Les autorités maritimes estiment qu’en l’espace de 10 ans le nombre de pollutions volontaires a été divisé par 10. L’année dernière, un seul cargo a été dérouté vers Brest, pris la main dans le sac.

Mais l’association Mor Glaz ne croit pas à ce miracle. « Ils continuent de polluer, mais ils polluent ailleurs » estime Jean-Paul Hellequin. Au large de l’Afrique notamment, où les stations de déballastages sont rares, et les arsenaux législatifs impuissants.

Stéphane Grammont Publié  le 08/09/2015 | 08:51

http://france3-regions.francetvinfofinistere/mer-d-iroise-pourquoi-y-t-il-moins-de-degazages-

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin