Archive | Luttes écolos en Bretagne

23 mars 2017 ~ 0 Commentaire

linky lorient + logonna-quimerch (ouest france + le télégramme)

compteurs linky

Les opposants aux compteurs Linky se mobilisent

Dans le cadre de la journée nationale contre les compteurs Linky, une quarantaine de per- sonnes se sont réunies ce mercredi midi devant France 3, à Lorient. Les manifestants dénoncent les risques pour leur environnement et leur santé. « Nous n’avons pas pu monter à Paris pour le grand rassemblement, mais nous voulons montrer que la contestation continue, rappelle Grégoire Le Moal, du collectif Stop Linky en Centre Bretagne. Nous sommes là pour mettre fin au carnage. »

« Les fréquences perturbent notre environnement »

Les slogans fusent. « ERDF, touche pas à mon compteur ! » peut-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants.  « Champ magnétique trop fort, procédés coûteux et intrusifs » : les mêmes récriminations sont pointées du doigt. « Les fréquences émises par les compteurs perturbent notre environnement, ce n’est pas acceptable. D’autres rassemblements seront organisés », ajoute Grégoire Le Moal. 22/03/2017

Commentaire: Ce n’est pas qu’une histoire d’ondes!

Lire ici

Ou ici

http://www.ouest-france.fr/

Lire aussi:

Lire la suite

22 mars 2017 ~ 0 Commentaire

linky laz / moelan (le télégramme)

compteurs linky

81 millions de compteurs « communicants », Aquarius pour l’eau, distribuée par des sociétés privées, Gaspard pour le gaz de ville et Linky pour l’électricité, vont remplacer les compteurs actuels.

Parmi eux, Linky fait beaucoup parler de lui. Il suscite des inquiétudes au regard de la santé, de la vie privée et des conséquences sur le budget des familles. Afin que les usagers comprennent pourquoi des milliers d’usagers refusent ces compteurs, le collectif Stop Linky Kreiz Breizh organise, en partenariat avec l’association Ekolobreizh, une

Réunion Publique
Samedi 16 h
Salle communale (46, Grand’rue).
.
Sera présenté un film documentaire, « Les compteurs communicants sont-ils seulement des compteurs ? », suivi d’un débat.
.
Contact Collectif Stop Linky Kreiz Breizh, Cal, route de Berrien, Huelgoat.
.
stoplinkykb@riseup.net
.
Ekolobreizh : Kergwaned Vihan, Saint-Goazec
.
tél. 06.03.72.34.32 http://www.letelegramme.fr
.
e rfd

.

Linky. 50 personnes à Moelan La salle de la MLC était comble vendredi soir.

Un peu plus de 50 personnes ont participé, vendredi soir, à la réunion organisée par le collectif « Linky non merci Sud-Cornouaille », à la MLC.
.
Les installations des compteurs Linky et des concentrateurs sont en cours dans la commune. Elles sont réalisées par des entreprises de sous-traitance d’Enedis (ex-ERDF). Les concen- trateurs sont de mini-antennes relais qui servent à transmettre, via le réseau de téléphonie mobile, les données de consommation récoltées par les compteurs Linky à Enedis.
.
Le collectif compte 150 membres, qui sont à l’écoute de ce que disent les scientifiques. Lors de la réunion, les aspects protection de la vie privée, santé, augmentation des factures, respect du libre arbitre du citoyen, droit de refuser… ont été abordés. Les personnes qui souhaitent des renseignements ou rejoindre le collectif peuvent prendre contact par internet.
.
Contact : veille.eveil@gozmail.bzh
.

Lire la suite

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

lannion (sortir du nucléaire)

lannion tregor

Déchets nucléaires : film et débat à Lannion

Depuis plusieurs années, à Bure (Meuse), les militants antinucléaires s’opposent au projet d’enfouissement souterrain des déchets nucléaires.Pour informer sur les enjeux de ce dossier, Sortir du Nucléaire-Trégor invite à la projection du film intitulé « Déchets nucléaires, 100 000 ans sous nos pieds » de Dominique Hennequin, suivie d’un débat animé par Irène Gunepin, militante de Bure.
.
Jeudi 23 Mars 20h30 Salle de Conférence Espace Sainte-Anne.

En toile de fond du débat sur Bure, Sortir du Nucléaire-Trégor place la sécurisation d’une partie du site de l’ancienne mine d’uranium de Buhulien

lannion sdfn

Et aussi:
.
Lundi 27 Mars à 18H30
Rassemblement pour l’Abolition des Armes Nucléaires Place du Marc’hallac’h  Lannion
sdn-tregor@laposte.net
.
https://sdntregor.wordpress.com/
.
17/03/2017  Erwann Hire
.
http://www.letregor.fr

Lire la suite

21 mars 2017 ~ 0 Commentaire

lorient linky (le télégramme)

(Image JPEG, 259 × 194 pixels)
.
Anti-Linky. Pique-nique citoyen mercredi 22 mars
.
Dans le cadre de la journée nationale anti-Linky, Mercredi, les Citoyens éclairés du pays de Lorient organisent un pique-nique citoyen à partir de 11 h 30. Rendez-vous est donné au 6 boulevard du Général-Leclerc, à Lorient, devant la rédaction de France 3 Bretagne.
.
20 mars 2017
.

Lire la suite

20 mars 2017 ~ 0 Commentaire

pouldreuzic (ae2d)

porcs

Conditions d’élevage dans une porcherie de Pouldreuzic : la réaction de la Coordination verte et bleue

Les associations de la Coordination Verte et Bleue font part de leurs remarques sur les réactions suscitées par la publication d’une vidéo sur les conditions d’élevage dans une porcherie de Pouldreuzic, par l’association L214, qui milite pour le bien-être animal.

La Coordination Verte et Bleue regroupe :

AE2D
Association pour la défense du pays Fouesnantais
Baie de Douarnenez Environnement
L’eau et la terre Quimper
Sauvegarde du Penthièvre
Sauvegarde du Trégor
Sous le vent les pieds sur terre Trebrivan

Nous sommes choqués d’entendre le Président des Jeunes Agriculteurs du Finistère qualifier cette action d’« écoterrorisme ». Pour les associations environnementales de la Coordination Verte et Bleue, un tel qualificatif relève de la diffamation, et de l’incitation à la violence. Nous sommes également choqués de la menace contenue dans l’avertissement « cela va mal finir » donné au Préfet par le Président de la chambre d’agriculture du Finistère.

Nous rappelons que les exactions commises par quelques agriculteurs encouragés par leurs responsables syndicaux restent la plupart du temps impunies, ainsi l’incendie de l’hôtel des impôts de Morlaix il y a trois ans, pour lequel nos associations sonnent tous les mois le « tocsin » à Morlaix, dénonçant l’immobilisme dont font preuve les pouvoirs publics pour établir les responsabilités.

Nous nous interrogeons quand nous entendons le groupement de l’éleveur se désolidariser publiquement de son coopérateur, se désolant qu’il n’ait pu assurer « l’entretien général de ses porcheries » du fait de sa « surcharge de travail ». Le rôle du groupement n’était-il pas d’accom- pagner ce jeune éleveur qu’il savait seul et surchargé ?

Un exploitant qui contribue à la prospérité du groupement est ainsi abandonné à son sort, quand il devrait être soutenu ? Le groupement coopératif agricole en cause est Triskalia, condamné en 2016 à indemniser ses salariés, intoxiqués par des pesticides. Nous posons la question de la responsabilité du groupement Triskalia sur les manquements de l’éleveur de Pouldreuzic en matière de contrôles et de suivi vétérinaire.

Enfin, certes les services de la Préfecture ont constaté des « non conformités sérieuses », à savoir l’absence de tenue de la pharmacie. Mais les animaux morts « font partie du quotidien », ainsi que le reconnaît la Présidente du Comité de développement. Les autres révélations de la vidéo de L214, les porcelets à la queue coupée, les truies contraintes dans les cages, sont la normalité des élevages hors sol, sans compter l’ammoniac omniprésent dans l’air que ne peut montrer une vidéo.

Les associations de la Coordination Verte et Bleue ne sont, bien sûr, pas opposées à l’élevage puisqu’elles soutiennent les petites exploitations familiales ; par contre elles partagent le constat que dans ce type d’élevage intensif, les conditions ne sont pas réunies, pour le meilleur bien-être animal.

Coordination Verte et Bleue
coordinationverteetbleue@gmail.com

Lundi 20 mars 2017

http://www.ae2d.infini.fr/

Lire la suite

20 mars 2017 ~ 0 Commentaire

rennes pesticides

rennes

Facebook

Lire la suite

20 mars 2017 ~ 0 Commentaire

poullan pesticides (ouest france)

pesticide2

cap douarn

Lire la suite

19 mars 2017 ~ 0 Commentaire

vitré ia (fr3)

manifestants-hopital-SUD

Vitré: les infirmiers-anesthésistes demandent une juste reconnaissance de leurs diplômes

Avec un diplôme Bac +5  les infirmiers-anesthésistes touchent un salaire de 500 à 600 euros inférieur à celui d’autres professions médicales de même niveau. Ils demandent l’équité à l’Agence Régionale de Santé. Ils sont douze au Centre Hospitalier de Vitré. Cinq ont été assignés à un service minimum et les sept autres affichent leur revendication à l’entrée de l’hôpital. Mais ils le clament haut et fort : « ici nous sommes tous en grève, à 100% »

L’ARS accusée de déni de démocratie

C’est un mouvement national lancé depuis jeudi dernier par l’intersyndicale: SNIA, CGT, FO (branche santé fonction publique). D’après eux environ 90%  des 9000 infirmiers-anesthésistes diplômés en France sont en grève. Mais l’Agence Régionale de Santé veut enterrer le mouve- ment alors, selon l’intersyndicale, elle refuse de compter les grévistes et de transmettre les chiffres.

« A diplôme égal salaire égal »Les infirmiers-anesthésites (les IA dans leur jargon) à l’instar d’autres professions para-médicales comme les psychologues ou sage-femmes, suivent des études jusqu’au niveau BAC+5 pour obtenir un « master2″. Actuellement avec vingt ans d’expé- rience le salaire net atteint 2300 euros, c’est 500 à 600 euros de moins que les professions de même niveau dans la fonctions publique.

Marc-André Mouchère  16/03/2017

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

19 mars 2017 ~ 0 Commentaire

marées noires (fr3)

mazouté
.
Ces marées noires qui ont marqué la Bretagne
.
L’histoire entre la Bretagne et les marées noires ressemble à une série dramatique dont l’épisode le plus marquant se nomme « l’Amoco Cadiz ».  En l’espace de 50 ans, la région a connu pas moins de huit déversements d’hydrocarbures notamment en raison de naufrages de plusieurs pétroliers. Près de 400 000 tonnes de pétrole brut et fioul lourd se sont répandues dans la mer. Une importante partie a souillé le littoral breton, en n’épargnant aucun départe- ment. Retour sur ces marées noires qui ont marqué la Bretagne, une des régions les plus exposées à ce type de catastrophe étant donné que la moitié du trafic mondial d’hydrocarbures transite au large des côtes bretonnes.
..

TORREY CANYON

Le premier épisode de pollution par hydrocarbures de grande ampleur en Bretagne sera l’oeuvre du Torrey Canyon, chargé de 121 000 tonnes de pétrole brut. Le 18 mars 1987, le pétrolier libérien s’échoue au nord de la Bretagne, entre les îles Sorlingues et la côte britannique, sur Pollard’s Rock.

marées noires (fr3) dans Altermondialisme© A. Grall – France 3 Bretagne

La coque du navire se déchire, laissant échapper d’importantes nappes de pétrole qui souillent les côtes des Cornouailles britanniques ou dérivent dans la Manche, pour ensuite polluer les côtes du nord de la Bretagne, notamment entre Perros-Guirec et Saint-Brieuc. La marée noire ayant eu lieu en pleine période de migration des oiseaux marins, près de 25 000 oiseaux meu- rent suite à l’ingestion de pétrole, à des pneumonies ou aux produits nettoyants nocifs emplo- yés. Après cet accident et d’autres, la convention MARPOL (marine pollution en anglais) élaborée par l’OMI (organisation maritime internationale) voit le jour en 1973.

Ce système juridique international, qui porte sur tout type de pollution marine causée par les navires (le pétrole, les liquides et solides toxiques, les déchets, les gaz d’échappement…) qu’elle soit accidentelle ou fonctionnelle, volontaire ou involontaire, permet de régler à la fois les problèmes de responsabilité et d’indemnisation.

OLYMPIC BRAVERY

Le pétrolier libérien Olympic Bravery, qui naviguait à vide entre Brest et la Norvège, s’échoue le 24 janvier 1976 sur la côte nord de l’île d’Ouessant, au large de la pointe du Finistère.

 dans Ecologie & climat© A. Grall – France 3 Bretagne

Le remorqueur arrivé sur place, ne réussit pas à déséchouer le navire. Le temps passe et ce n’est que le 12 mars que l’armateur conclut un accord pour le pompage des soutes et le ren- flouement du navire. Mais le lendemain, le 13 mars, les conditions météorologiques défa- vorables et notamment de fortes rafales de vent détériorent l’Olympic Bravery qui se brise en deux en raison de nombreuses entrées d’eau. Les 1 200 tonnes de fioul présentes dans les soutes du navire se répandent dans la mer puis atteignent l’île d’Ouessant. Quatre kilomètres de côtes ouessantines seront pollués.

BOEHLEN

La même année 1976, le Finistère sera de nouveau frappé par une marée noire. Après Oues- sant, c’est l’île de Sein, qui est aux premières loges pour assister à un naufrage : celui du Boehlen. Le 14 octobre, le pétrolier est-allemand qui venait du Vénézuela et se rendait à Rostock est pris dans une violente tempête et sombre au large de l’île finistèrienne.

 dans Luttes écolos en Bretagne© A.Grall – France 3 Bretagne

Sur les 9 500 tonnes de pétrole transportées, 7 000 tonnes se déversent en mer. L’île de Sein est touchée la première. Mais la pollution par hydrocarbures gagne les côtes finistériennes, notamment le Cap Sizun. En plus d’être une catastrophe environnementale, le naufrage du Boehlen est un drame humain : 25 des 32 membres du navire mourront dans les canots de sauvetage, deux plongeurs perdront la vie dans les opérations de pompage des 2 500 t de brut restant dans les citernes du pétrolier tandis qu’un militaire sera emporté par une vague lors du nettoyage du littoral.

AMOCO CADIZ

La pire marée noire qu’ait connue la Bretagne est survenue en 1978. Le 16 mars de cette année-là, l’Amoco Cadiz subit une avarie de barre. Malgré deux tentatives tardives de remor- quage, le pétrolier libérien s’échoue sur les roches de Portsall, sur la côte nord de la pointe du Finistère.

© A. Grall – France 3 Bretagne

Dans les soutes du navire se trouvent 227 000 tonnes de pétrole brut, qui se déversent petit à petit dans la mer au fur et à mesure que la coque du navire se brise. Entraînée par les vents et les courants, la totalité de la cargaison de pétrole se répand sur les côtes bretonnes. Au total, 300 kilomètres du littoral seront pollués, entre la Pointe du Raz et Saint-Brieuc.

Pour ne plus jamais revivre cette catastrophe, de nombreuses mesures ont été prises :

  • Des plans Polmar terre et mer sont mis en place pour coordonner les opérations et les moyens à mobiliser en cas de pollution maritime.
  • Un rail de navigation est créé au large d’Ouessant, obligeant les navires qui transportent des matières dangereuses à passer à 50 km des côtes.
  • Un puissant remorqueur de haute mer est affecté en permanence à l’assistance des navires qui circulent dans ce rail.
  • A la préfecture maritime de l’Atlantique et au CROSS (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Secours) de la Pointe du Corsen, des veilleurs et des officiers d’astreinte sont prêts à faire face, 24h sur 24, en cas de besoin.

GINO

Contrairement aux naufrages précédemment cités, celui du Gino, à 60 kilomètres à l’Ouest du Cap de la Chèvre (Finistère), entraînera « seulement » une pollution maritime. Le pétrolier libérien venant du Texas et à destination du Havre a coulé à la suite d’une collision avec un autre pétrolier, le Team Castor.

© A. Grall – France 3 Bretagne

32 000 des 40 000 tonnes de pétrole transportées par le Gino se déversent dans la mer. 17 navires anti-pollution vont épandre du dispersant sur la nappe de fioul. Durant plusieurs mois après le naufrage, diverses missions de surveillance seront effectuées par la Marine nationale pour contrôler le déplacement du pétrole au fond de l’eau.

TANIO

Le naufrage du Tanio le 7 mars 1980 à 50 kilomètres au nord de l’île de Batz (Côtes-d’Armor) vient réveiller de vieux démons encore bien ancrés dans la mémoire des Bretons. Presque deux ans jour pour jour après la marée noire de l’Amoco Cadiz, la Bretagne doit de nouveau faire face à une pollution du littoral par hydrocarbures.

© A. Grall – France 3 Bretagne

Sous la violence de la tempête, le Tanio, qui transporte 26 000 tonnes de fioul de l’Allemagne vers l’Italie, se plie. La force des vents et des vagues brise le pétrolier en deux. 6 000 tonnes de fioul s’échappent de la coque et souillent le littoral du Finistère et des Côtes-d’Armor, notamment sur la côte de granit rose. Malgré le sauvetage de 31 membres de l’équipe par l’hélicoptère de la Marine nationale, huit marins dont le commandant et son second périssent en mer.

AMAZZONE

Dans la nuit du 30 janvier 1988, la Bretagne va connaître un nouvel épisode de marée noire.
Pris dans une tempête au large du Finistère, l’Amazzone, qui fait route vers Anvers, perd des couvercles de soutes.

© A. Grall – France 3 Bretagne

Sans prévenir les autorités françaises, le pétrolier italien remonte le rail d’Ouessant. Consé- quences : 2 100 tonnes de pétrole brut s’échappent du navire et souillent 450 kilomètres de côtes, du Sud du Finistère au Cotentin. En réaction à cette pollution par hydrocarbures, les départements des Côtes-d’Armor, du Finistère et de la Manche mettent en oeuvre leur plan Polmar terre. Le plan Polmar mer de l’Atlantique sera également lancé.

ERIKA

La dernière marée noire en date ayant frappé la Bretagne est l’une des plus importantes catastrophes écologiques dans l’histoire maritime : le naufrage de l’Erika. Le 12 décembre 1999, le capitaine du pétrolier maltais affrété par Total et chargé de 31 000 tonnes de fioul envoie un message de détresse à 5h54 pour demander une évacuation. La coque du navire se déchire, entraînant une voie d’eau.

© A.Grall – France 3 BretagnePeu après 8h, l’Erika se brise en deux au large de la Bretagne, au sud de la Pointe de Pen- marc’h. Les 26 membres d’équipages seront secourus et évacués par hélicoptère.  Le plan  Polmar-mer est déclenché le 12 décembre 1999 à 18h par le Préfet maritime de l’Atlantique.Des milliers de tonnes de fioul se déversent petit à petit dans la mer et gagnent le littoral fran- çais. Plus de 400 km de côtes vont être souillés depuis la Pointe de Penmarc’h (Finistère) jus- qu’à l’île de Ré (Charente Maritimes) et plus de 150 000 oiseaux seront mazoutés. Cinq  départements déclenchent les plans Polmar-terre : la Vendée et la Charente-Maritime le 22 décembre, la Loire-Atlantique le 23 décembre, le Finistère et le Morbihan le 24 décembre.

Pendant les années qui suivront, plusieurs associations de protection de la nature et collectivités territoriales entameront de longues procédures juridiques pour que Total soit condamné et que le préjudice moral soit enfin reconnu. La cours de cassation leur donnera raison le 12 septembre 2012.

Lucas Hobé 18/03/2017

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

19 mars 2017 ~ 0 Commentaire

guingamp (ouest france + fr3 + reporterre)


.

Projets miniers : plusieurs centaines de manifestants

Samedi 18 mars, à Guingamp (Côtes-d’Armor), de nombreux manifestants ont répondu à l’appel à la mobilisation de Douar Didoull. Un collectif opposé au permis exclusif de recherche minière de Loc-Envel.Leur objectif : dénoncer le permis exclusif de recherche minière (Perm) de Loc-Envel. Un rassemblement organisé par le collectif Douar Didoull (qui signifie « une terre sans trous »).

D’autres collectifs ont participé à cette mobilisation, notamment Vigil’Oust, Stop mines… Car Loc-Envel n’est pas le seul site concerné par les explorations minières. La société Variscan mines a obtenu deux autres permis en Bretagne : à Merléac et Silfiac (Morbihan).

Des maires des différentes communes concernées par ces projets ont également pris la parole.

Les manifestants ont ensuite défilé dans les rues de Guingamp. Ils se sont arrêtés devant la sous-préfecture et ont posé des pancartes et banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire : « Non aux mines ». 18/03/2017

http://www.ouest-france.fr/

Lire aussi:

Guingamp : plus de 300 personnes réunies pour manifester contre les projets miniers en Bretagne (FR3)

La Bretagne en lutte contre les projets de mines (Reporterre)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin