Archive | Luttes écolos en Bretagne

22 juin 2017 ~ 0 Commentaire

brest traon bihan

traon3

tron 5

toooan

Brest, 12H30, visite au chantier dans les prairies de la ferme de Traon Bihan

Facebook

Lire la suite

14 juin 2017 ~ 0 Commentaire

variscan (ouest france)

mines

Projet minier de Merléac. Variscan dément l’arrêt définitif des travaux

Olivier Allain annonçait mardi soir en exclusivité à Ouest-France l’arrêt définitif de la recherche minière en Bretagne. Variscan mines, société qui porte les projets de Merléac, Guingamp et Silfiac, dément l’information.

« A la demande du conseil régional, la société Variscan Mines arrête définitivement ses activités de recherche minière en Bretagne et participera à une rencontre ministérielle avec Nicolas Hulot. »

Olivier Allain a révélé l’information en exclusivité à Ouest-France, ce mardi soir, à l’occasion d’un débat huis clos avec Marc Le Fur, dans le cadre de la campagne pour les législatives dans la troisième circonscription des Côtes-d’Armor (Lamballe-Loudéac).

Contacté, Variscan mines, dément cette information. « On suspend les travaux miniers en période électorale car on ne veut pas que les projets soient instrumentalisés, qu’ils fassent l’objet de récupération politique », explique Michel Bonnemaison, PDG de Variscan mines. Selon lui, le projet est suspendu depuis la campagne de l’élection présidentielle, « et les discussions reprendront après l’élection des députés. Quelles seront les décisions prises ? Nous n’en savons encore rien », conclut-il.

http://www.ouest-france.fr/

Variscan arrête la recherche minière en Bretagne

Olivier Allain, a annoncé, ce soir, l’arrêt définitif de la recherche minière en Bretagne par la société Variscan Mines. Le vice-président de la région Bretagne et candidat aux législatives dans la troisième circonscription des Côtes-d’Armor l’a annoncé lors d’un débat organisé par Ouest-France avec son adversaire Marc Le Fur.

« A la demande du conseil régional, la société Variscan Mines arrête définitivement ses activités de recherche minière en Bretagne et participera à une rencontre ministérielle avec Nicolas Hulot.  »

Olivier Allain a révélé l’information en exclusivité à Ouest-France, ce mardi soir, à l’occasion d’un débat huis clos avec Marc Le Fur, dans le cadre de la campagne pour les législatives dans la troisième circonscription des Côtes-d’Armor (Lamballe-Loudéac). La réunion ministérielle se déroulera le 22 juin, d’après nos informations.

Le candidat La République en Marche a eu au téléphone, ce mardi matin, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique dans le gouvernement d’Emmanuel Macron. Le ministre lui a indiqué son soutien dans le cadre de la campagne. Il s’est aussi dit « sensibilisé aux difficultés posées par les permis miniers de Merléac ».

Les projets miniers en Bretagne, et notamment celui de Merléac (Côtes-d’Armor) sont très controversés. Les opposants, notamment l’association Vigil’Oust, dénoncent « un manque de transparence inacceptable ».

Marc Le Fur, adversaire (LR) d’Olivier Allain dans la circonscription, avait lui aussi saisi Nicolas Hulot dans un courrier. Le ministre lui avait répondu qu’il souhaitait qu’une étude indépendante soit menée.

Ce mardi soir, près de 500 opposants sont réunis à Merléac pour dénoncer le moratoire proposé par la Région Bretagne, pas suffisant à leurs yeux. Et réclame l’abrogation pure et simple du projet. Interrogé Thierry Burlot a assuré que la Région allait « devoir affirmer sa posture et demander au ministère l’abrogation du projet minier »

Après le débat, Olivier Allain a rejoint la manifestation pour y faire une nouvelle annonce. Il a proposé à Vigil’Oust, association qu’il a rejoint récemment, une rencontre avec Emmanuel Macron à L’Elysée dans les jours à venir. Le collectif a clairement refusé cette proposition.  » Ce que nous voulons c’est l’abrogation et rien d’autre ».

Les échanges ont été vifs entre les membres et Olivier Allain. Ceux-ci, avant de rencontrer le président de la République, exige la prise de d’engagement du président de la Région, lui aussi membre du collectif   »sans quoi nous serons obligés de décerner la médaille du plus mauvais adhérent de Vigil’oust mardi matin », a lancé l’association.

14/06/2017

http://www.ouest-france.fr/

Lire aussi:

Merléac. 600 personnes réunies pour l’abrogation du permis minier (Ouest France)

15 juin

Commentaire: Comme par hasard, demain manif nationale!

Lire la suite

11 juin 2017 ~ 0 Commentaire

paris 15 juin (alternatives pm)

mines a

mines b

15 juin

http://alternatives-projetsminiers.org/

 

Lire la suite

11 juin 2017 ~ 0 Commentaire

langolen linky (le télégramme)

stop linky

Linky. Les opposants ont fait salle comble

Jeudi soir s’est tenue à Ti an Holl, une réunion d’information animée par deux représentants du collectif Stop Linky de Châteaulin-Porzay, sur ce compteur dit « intelligent », actuellement en cours d’installation, notamment à Briec, par un sous-traitant d’Enedis (Ex-ErDF).
.

Les arguments de Stop Linky

Quatre-vingts personnes, des Langolinois et quelques Briécois, y ont pris part, mais aucun élu, pour entendre Joël Raoult et Gweltaz L’Haridon dire tout le mal qu’ils pensent de ce compteur. « Il est inutile et ne présente aucun bénéfice pour le particulier, soutiennent-ils. Il peut même faire augmenter les factures.

.
De plus, il peut présenter, du fait des ondes qu’il émet, des risques pour la santé. Et, contrairement à ce que déclare Enedis, la Commission nationale informatique et liberté souligne qu’il peut révéler des données sur la vie privée, susceptibles d’être exploitées à des fins mercantiles, notamment lors de la privatisation d’Enedis prévue pour 2021 ».
.
Toujours selon les animateurs, l’abonné peut s’opposer à l’installation du compteur en faisant valoir une déclaration du directeur régional d’Enedis-Bretagne,
.
Bernard Laurans, en date du 2 février 2016 sur les ondes de France Bleu Armorique par laquelle il affirmait : « Les personnes qui refusent le Linky ne seront pas pénalisées ». Ce qui est contredit dans les courriers reçus par les usagers. Dans la salle, certains participants ont fait état « d’opération de séduction de la part d’Enedis, notamment auprès des écoles avec distribution de jouets ». D’autres évoquent « des pressions exercées sur les élus », les communes étant propriétaires des anciens compteurs.
.
10 juin 2017
.
À noter: Une nouvelle réunion d’information des opposants devrait se dérouler à Briec d’ici une dizaine de jours.
.

Lire la suite

11 juin 2017 ~ 0 Commentaire

mines (merleac)

mines facebook

Mobilisation en urgence ce mardi soir 13 juin !

La Région a clairement voulu gagner du temps, et éviter une mobilisation citoyenne avant les élection, à nous de démontrer que ces pirouettes politiciennes ne feront pas le poids face à notre détermination :

En effet, la Région va prendre une position FAVORABLE au PERM de Merléac fin juin. Le voeu préparé par la Région porte sur la poursuite du Permis minier dont nous demandons pourtant l’abrogation.

Ainsi, nous avons prévu ce mardi soir 13 juin un rassemblement à Merléac. Le but étant de se retrouver le plus nombreux possible pour écrire au sol un message clair à la Région, nous ne voulons pas de mines, et ce n’est pas négociable. Nous survolerons en drône pour diffuser les images le soir même, et la presse locale et nationale sera dans le coup. Il est donc impératif que vous diffusiez ce message au maximum dans un minimum de temps !

Rendez-vous : 19h30/20h00 dans le champ prévu pour la photo vers 20h30

Lieu: Du bourg du Quillio, prendre direction Merléac et suivre les panneaux  » Mines « 

Lire la suite

11 juin 2017 ~ 0 Commentaire

mines (marianne)

mines

Bretagne : ce projet de mines appuyé par Macron qui gêne les candidats En Marche

Un permis d’exploration minière, signé par Emmanuel Macron en 2015, s’impose au cœur du débat des élections législatives en Bretagne, plaçant en position délicate les candidats de La République en marche.

En Bretagne, Emmanuel Macron a miné le terrain pour ses candidats aux législatives. Dans deux circonscriptions des Côtes-d’Armor et du Morbihan, les aspirants députés labellisés La République en marche (LREM) font face au délicat sujet des permis d’exploration minière accordés par leur président quand celui-ci était ministre de l’Economie. Un projet qui suscite la fronde des populations locales, obligeant les candidats LREM à bien des contorsions…

C’est par un arrêté ministériel que le patron de Bercy Emmanuel Macron avait octroyé en septembre 2015 un Permis exclusif de recherche (PER) à la société Variscan Mines, portant sur cinq communes des Côtes-d’Armor et neuf du Morbihan. Ce permis concède à l’entreprise le droit de mener à bien des extractions de minéraux pour étudier la rentabilité des sites. En visite à Pontivy (Morbihan) en janvier, le candidat à la présidentielle, qui considère la reprise de l’industrie minière comme prometteuse en termes de création d’emplois pour la région, avait campé sur ses positions face à des opposants.

Un candidat LREM opposé au projet de Macron

Qu’en pense Olivier Allain, qui était le conseiller agriculture d’Emmanuel Macron durant sa campagne et qui est aujourd’hui candidat LREM de la 3e circonscription des Côtes d’Armor ? Eh bien officiellement, l’inverse de son président ! Alignant sa position sur celle des asso- ciations locales, il a même signé avec ses concurrents, dans un élan de convergence trans- partisane, une lettre ouverte publiée le 1er juin dans Le Monde et adressée aux nouveaux ministres de l’Economie et de la Transition écologique, dénonçant le projet minier :

« Malgré le vote d’un vœu à l’unanimité au conseil régional de Bretagne en juin 2014, malgré l’opposition des municipalités concernées, malgré la forte mobilisation des habitants et des agriculteurs, nous constatons aujourd’hui que ce projet – le commencement des opérations d’extractions de matériaux minéraux dans le but de relancer l’activité minière de la région – avance à marche forcée dans la plus grande opacité et au mépris des règles élémentaires d’évaluation indépendante des risques environnementaux et de concertation démocratique. »

Seulement, Olivier Allain n’a pas toujours été ce fervent opposant. Si aujourd’hui, il ne cesse de rappeler dans la presse les conséquences néfastes qu’auraient « ces projets miniers qui n’apportent rien », il ne s’est jamais positionné contre le permis d’exploration lorsqu’il occu- pait le mandat de président de la Chambre d’agriculture des Côtes d’Armor. Au contraire il a, selon les responsables associatifs locaux, « facilité les contacts entre Variscan et les agricul- teurs » en invitant notamment les acteurs impliqués à se rencontrer. Dans un courrier daté de février 2015 et signé par Olivier Allain, les propriétaires des parcelles concernées par les explorations de Variscan sont en effet invités à venir rencontrer les cadres de l’entreprise afin de « connaître les modalités d’intervention sur le terrain et la finalité de ce permis d’exploitation » (voir en fin d’article).

Alors, lorsqu’aujourd’hui Olivier Allain met en avant sa grande proximité avec le président de la République pour promettre aux électeurs qu’il peut initier un dialogue et, à terme, faire abroger l’arrêté autorisant l’exploitation, ses opposants ont du mal à avaler la pilule. « C’est une posture purement électoraliste, il sait très bien que le dossier est explosif ici », grince Philippe Noguès, candidat sortant (ex-PS) dans la circonscription voisine du Morbihan et opposant de la première heure au projet d’extraction minière.

Dans le Morbihan, un silence pratique…

Quelques kilomètres plus au sud, dans sa 6e circonscription du Morbihan, l’opposant LREM de Philippe Noguès fait face au même dilemme que son camarade du Nord-Bretagne. Mais Jean- Michel Jacques a adopté une autre stratégie : le silence. Les électeurs du coin peuvent bien éplucher son programme ou ses interventions dans la presse locale, nulle trace d’une prise de position sur le dossier des forages ! Et il est le seul à ne pas avoir répondu à la lettre ouverte de l’association « Attention Mines Silfiac », qui a invité chaque candidat à clarifier sa position.

Pour Claire Meriaux, qui milite pour « Attention Mines », ce silence est d’autant plus curieux que « beaucoup d’électeurs, de gauche comme de droite, se saisissent du sujet ». Pour autant, cette circo de la périphérie de Lorient est moins rurale que celle des Côtes-d’Armor, donc Jean- Michel Jacques a pu passer plus facilement entre les gouttes du débat. Pratique, relèvent ses opposant : le candidat LREM a pu ainsi ménager le Breton et le Macron.

Lucas Lazo 09/06/2017

https://www.marianne.net/

Lire la suite

09 juin 2017 ~ 0 Commentaire

traon bihan (le télégramme)

stop-au-beton-dans-la-Crau

Eco quartier de la Fontaine-Margot. Le chantier bloqué

Mardi, à 13 h, 40 personnes du collectif « Citoyens pour le maintien de la ferme bio de Traon-Bihan » se sont retrouvées sur les terres bio de la ferme, où devaient être donnés les premiers coups de pelleteuse en vue de la construction du nouvel écoquartier de la Fontaine-Margot.
.
Une action pacifique pour rappeler avec force leur revendication :
.
« Brest doit garder sa ferme bio sous sa forme actuelle et demander l’annulation des travaux imminents liés à la phase A du projet d’urbanisation, une première tranche qui doit supprimer sept hectares de terres bio ». Un site où une vingtaine de maisons et une partie de la zone artisanale sont prévues. À ce jour, 5.000 signatures de particuliers et le soutien de nombreux organismes ont été recueillis.
.
08 juin 2017
.
Contact:
.
citoyenspourtraonbihan @laposte.net
.

Lire la suite

07 juin 2017 ~ 0 Commentaire

nutréa triskalia (fr3)


Nutréa-Triskalia : deux ex-salariés devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale de Rennes


.

Nutréa-Triskalia : deux ex-salariés devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale de Rennes

Deux salariés exposés aux pesticides par l’entreprise agroalimentaire de Plouisy avaient rendez-vous ce mardi 6 juin à la cour d’appel du tribunal des affaires de Sécurité sociale, pour faire reconnaître leur maladie comme professionnelle. La décision sera rendue le 6 septembre.

Deux salariés exposés aux pesticides par l’entreprise agroalimentaire de Plouisy avaient rendez-vous ce mardi 6 juin à la cour d’appel du tribunal des affaires de Sécurité sociale, pour faire reconnaître leur maladie comme professionnelle. La décision sera rendue le 6 septembre.

Être reconnu, c’est tout ce que demande les ex-salariés de Nutréa-Triskalia.

Claude Le Guyader est l’un d’eux. Ce mardi, il avait rendez-vous à la cour d’appel des affaires de Sécurité sociale de Rennes, avec Pascal Brigant. Cela fait des années qu’ensemble ils se battent pour que leur maladie soit reconnue comme professionnelle. La décision devrait être rendue le 6 septembre 2017.  Les deux hommes travaillaient sur le site de Plouisy et ont été exposés à de nombreuses reprises, à des pesticides.

Depuis 2009, ils ont entamé un long combat judiciaire, difficile, car c’est à eux de prouver le lien de causalité entre leur hypersensibilité chimique et l’exposition à des produits toxiques. À l’époque, on ne leur fait par exemple pas de prises de sang, lesquelles auraient pu servir de preuves. Pour Claude Le Guyader et malgré les années, il n’est pas question de lâcher.

Emilie Colin 06/06/2017

Intervenants : Michel Besnard, Président Collectif Soutien aux Victimes des Pesticides de l’Ouest – François Lafforgue, Avocat des salariés de Triskalia – Serge Le Queau, Porte-parole Solidaires – Pascal Brigant

http://france3-regions.francetvinfo.fr/

Lire la suite

07 juin 2017 ~ 0 Commentaire

thorigne fouillard pesticides (svpo)

pest

CINE DEBAT 

THORIGNE FOUILLARD (35)

13 juin 20H

Organisé par les habitants de plusieurs quartiers de THORIGNE. Elle a pour thème « LES PESTICIDES A NOTRE PORTE ». Elle est soutenue par le COLLECTIF DE SOUTIEN AUX VICTIMES DES PESTICIDES DE L’OUEST.

Il a pour objectif d’avancer vers des solutions concertées pour qu’en bordure de champs ou vergers traités, la santé des familles soit respectée et que les agriculteurs puissent travailler en bonne harmonie avec leurs voisins.

- Projection d’un film réalisé dans le Pays de Fougères par l’association REEPF et Ludovic JUIGNET : PESTICIDES ALTERNATIVE’S
- Témoignages d’un paysan en agriculture biologique et d’un pomiculteur en bio.
- Témoignages d’un paysan et d’un salarié malades des pesticides (lymphome et parkinson)
- Débat avec la salle.

Facebook

Lire la suite

07 juin 2017 ~ 0 Commentaire

lannion sable (ouest france)

lannion

Extraction de sable en baie de Lannion : les pêcheurs écrivent à Macron

Le comité départemental des pêches réaffirme son opposition à l’extraction de sable coquillier en baie de Lannion. Ils ont envoyé un courrier en ce sens au Président Emmanuel Macron. Ce dernier connaît bien le dossier : c’est lui qui avait signé le décret donnant le feu vert à cette extraction.

Les pêcheurs ne désarment pas contre l’extraction de sable coquillier en baie de Lannion. Ce vendredi 2 juin, Alain Coudray, président du comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins des Côtes-d’Armor (CDPMEM 22) a écrit au président de la République. Il y réaffirme l’opposition « ferme et intacte » de la profession à cette extraction, actuellement suspendue.

« Ce ne sont pas moins de 48 navires qui exercent tout ou partie de leur activité professionnelle dans cette baie, faisant vivre directement 90 personnes, embar- quées ou à terre, souligne Alain Coudray.

Ces navires, de petite taille, pratiquent une pêche côtière artisanale et structurante pour les territoires littoraux de la baie de Lannion. La superposition des contraintes réglementaires, de la disponibilité des ressources halieutiques, du partage de l’espace et des ressources avec d’autres activités économiques ne permet pas à ces navires de reporter leur activité sur d’autres secteurs. »

Pour lui, il subsiste trop de défiance et d’incertitudes pour envisager toute reprise d’extraction. Et de rappeler à Emmanuel Macron que « les pêcheurs pros ont toujours coopé- ré en fournissant les informations relatives à leur activité, en participant à l’acquisition de don- nées sur les ressources halieutiques, en défendant leurs arguments à toutes les réunions de concertation. La Can [filiale de Roullier] n’a jamais su nous apporter les garanties nécessaires et les éléments probants pour reconquérir notre confiance, présentée comme un prérequis à la reprise de toute activité ».

Une copie de ce courrier a été adressée à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui s’était opposé à l’extraction en 2013 ; ainsi qu’à Jacques Mézard, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, en charge de la pêche.

03/06/2017

http://www.ouest-france.fr/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin