Archive | Landerneau, Landi, Lesneven

18 mars 2019 ~ 0 Commentaire

landivisiau (fr3)

Lire aussi:

Finistère : La marche pour le climat a mobilisé la foule à Landivisiau (Côté Brest)

Lire la suite

16 mars 2019 ~ 0 Commentaire

landivisiau (le télégramme)

landi

Lire la suite

12 mars 2019 ~ 0 Commentaire

landivisiau (reporterre)

landi

Lire la suite

Lire la suite

06 mars 2019 ~ 0 Commentaire

scandale (le peuple breton)

landi._non-3-a5959

Scandale politique

Sur fond d’approvisionnement électrique de la Bretagne

Le projet européen d’interconnexion des réseaux électriques entre l’Irlande et la Bretagne a été volontairement caché par l’État français pour faire passer en force le projet de centrale électrique à gaz de Landivisiau…

C’est en tout cas le propos de l’article du Télégramme 6 mars 2019 qui rappelle le rôle joué dans cette affaire par Patrick Strzoda, alors préfet de la Région Bretagne et aujourd’hui directeur de cabinet d’Emmanuel Macron.

Le projet de Landivisiau est en France le seul projet de centrale d’intérêt privé (projet Direct Energie, entreprise rachetée par Total) qui a fait l’objet d’un appel d’offres de l’État.

Un appel d’offres assorti de la garantie du versement d’une rente publique de plus d’1 milliard d’euros sur 20 ans (payée par tous les consommateurs d’électricité) au bénéfice des action-naires de Direct Energie (aujourd’hui groupe Total).

Au motif de l’intégration de ce projet de centrale dans le « pacte électrique » breton, les conseil-lers régionaux UDB avaient voté « non » en 2010. Ils furent les seuls à le faire avec leurs collègues d’EELV.

Christian Guyonvarc’h 6 mars 2019

http://lepeuplebreton.bzh/

Lire la suite

28 février 2019 ~ 0 Commentaire

landivisiau intimidation

landi._non-3-a5959

Victoire juridique et détermination face à l’intimidation !

Ce   lundi   25   février,   le   Conseil   d’État   a   rendu   sa   décision   sur   le   recours   de   l’association   Force   5   contre  l’arrêté  de  Delphine  Batho  du  10  janvier  2013,    qui  autorisait  la  société  Direct  Énergie  Génération   à   exploiter   une   centrale   à   gaz   à   Landivisiau.   Cette   décision   est   une   victoire   pour   Force 5   et   les   opposants  à  ce  grand  projet  inutile  et  dangereux,  et  un  tournant  dans  la  lutte  !  

Le  Conseil  d’État  a  en   effet  reconnu  l’intérêt  à  agir  de  l’association  environnementale.  Le  dossier  sera  donc  de  nouveau  jugé,   sur   le   fond   cette   fois,   par   la   cour   administrative   d’appel   de   Nantes. Cette   décision   prouve   que   nous   avons   raison   de   nous   battre   contre   ce   projet,   sur   tous   les   terrains:   par   les   recours   juridiques,   par   nos   actions  de  sensibilisation  et  par  notre  présence  quotidienne  sur  le  terrain  pour  s’opposer  au  démarrage   des  travaux.    

La  manifestation  du  23  février,  qui  a  rassemblé  1000  personnes  à Landivisiau  a  montré  que   les   citoyens  ne  veulent  pas  de  ce  projet climaticide  et  du  gaspillage  d’argent  public   à  l’heure  où  la  lutte   contre   le   changement   climatique   est   urgente  et   où   l’État   ne   met   pas   les   moyens   nécessaires   pour   la   sobriété  énergétique  et  le  développement  des  énergies  renouvelables.      

Ce   même   25   février,   étrange   coïncidence,   Jean-­Yves Quémeneur,   président   de   Force   5,  a   été   convoqué  à  la  gendarmerie  de  Landi-visiau.  On  lui  reproche  une  «  entrave  concertée,  et  avec  violence  ou   voie   de   fait,   à   l’exercice   de   la   liberté   du   travail  »,  le   24  janvier,   alors   que   les   travaux   de   dépollution   venaient  de  débuter.

 Ce  n’était  pourtant  pas  Force  5  qui  était  à  l’initiative  de  cette  mobilisation !  On   lui   reproche   aussi   « d’avoir   organisé   une   manifestation   sur   la   voie   publique   sans   déclaration »,  lors  de  la  venue  sur  site,  le  20  février,  de  Damien  Carême,  maire  EELV  de  Grande-­‐Synthe.  

Jean-­Yves  Quémeneur  et  son  association  Force  5,  par  le  travail  sans  relâche  qu’ils  ont  abattu  contre  le   projet  de  centrale  dérangent  !  Et  il  fait  donc  face  à  de  lamentables  tentatives  d’intimidation  le  jour  où  le   Conseil  d’État  reconnaît  l’intérêt  à  agir  de  Force  5  !

Mais  nous  sommes  tous  soudés  et  déterminés  !  C’est   ainsi   qu’une   cinquantaine   d’opposants   étaient   présents   devant   la   gendarmerie   ce   lundi   matin   pour   soutenir  Jean-­‐Yves  Quémeneur.  Faute  d’avoir  pu  se  faire  assister  d’un  avocat,  il  est  à  nouveau  convoqué   le  13  mars  à  la  gendarmerie  de  Landivisiau.

L’association « Landivisiau doit dire non à la centrale » lui apporte son soutien total et appellera les opposants à se rassembler massivement lors de cette nouvelle convocation.

27 Février 2019

http://www.nonalacentrale-landivisiau.fr/

Lire aussi:

Solidarité devant la répression

Lire la suite

24 février 2019 ~ 0 Commentaire

landivisiau (fr3)

brest

Landivisiau

Nouvelle manifestation contre la centrale à gaz

La centrale à gaz de Landivisiau, dans le Finistère, suscite bien des oppositions. Ce samedi près de 1000 personnes se sont retrouvées à nouveau dans la ville pour manifester contre le chantier démarré depuis la fin du mois de janvier.

Une nouvelle manifestation contre la Centrale à gaz de Landivisiau a réuni près de 1000 person-nes ce samedi, soutenue par de nombreux gilets jaunes du Finistère. Après une prise de parole des collectifs d’opposants au projet, ils ont tous entamé une marche, vers le site. Beaucoup d’entre eux étaient déguisés. Si l’ambiance de début de défilé était plutôt bon enfant, la situation a un peu dégénéré sur place et en fin de manifestation. Une quarantaine de personnes ont fait tomber les grilles qui entourent le site et sont entré à l’intérieur, l’une aurait été blessée.

Début des travaux fin janvier

La Centrale à gaz de Landivisiau devait commencer à produire de l’électricité en 2016, pourtant le chantier vient juste de démarrer, depuis la fin du mois de janvier. Il faut dire que les oppo-sitions sont importantes et les recours nombreux. Depuis un mois des opposants ont tenté à plusieurs reprises de pénétrer sur le site.

Une décision du Conseil d’Etat rendue prochainement
.
Le 13 février dernier le rapporteur public du Conseil d’Etat lors de l’examen d’un recours a estimé insuffisantes les études d’impact. Pour lui, ce recours de l’association Force 5 est fondé, considérant que « les arrêts attaqués portent une atteinte directe aux intérêts de l’association » qui veut protéger l’environnement, et particulièrement la zone Natura 2000 à proximité, qui serait traversée par un gazoduc si le projet arrivait à son terme. Pour les opposant c’est l’espoir de voir le projet abandonné !
.
 Krystell Veillard 23/02/2019
.
.
Prochaines dates RDV Rond Point du Drennec:
Lundi 25 Février 09:00
Mardi 26 Février 09:00
Mercredi 27 Février 09:00
.
Lire aussi:
.

Centrale à gaz : début des travaux et nouvelle mobilisation  

Lire la suite

19 février 2019 ~ 0 Commentaire

landivisiau

careme

Facebook

Lire la suite

14 février 2019 ~ 0 Commentaire

zéro phyto (landerneau)

rohan

landddee

Lire la suite

10 février 2019 ~ 0 Commentaire

landi centrale (côté brest)

landi._non-3-a5959

Mobilisation

Contre la centrale à gaz de Landivisiau

Le chantier de la centrale à gaz de Landivisau (Finistère) a débuté le 21 janvier 2019. Depuis, les opposants se rendent quotidiennement sur le site pour empêcher le projet.Ce mardi-là, le temps est exécrable. Mais la pluie et le froid ne semblent pas entamer le moral et la détermina-tion de la cinquantaine d’opposants à la centrale à cycle combiné gaz de Landivisiau (Finistère).

Les habitudes sont désormais prises. Ils se retrouvent à 9 h au rond-point du Drennec puis vont en cortège, sous le regard des gendarmes, sur le site de la centrale, un vaste champ situé à la périphérie de Landivisiau.

Un gazoduc de 111 km entre Pleyben et Plumergat (Morbihan)

Ces manifestations pacifiques ont débuté au lendemain de l’arrivée du premier tractopelle sur le site. Une entreprise du Maine-et-Loire est chargée de réaliser les travaux préparatoires, notamment de dépollution.

Le consortium Direct Énergie Siemens a été retenu par l’État pour construire et exploiter cette installation d’une puissance maximale de 446 MW. Cet équipement s’inscrit dans le cadre du Pacte électrique breton.

« La centrale de Landivisiau constitue ainsi un moyen d’ajustement et d’appoint du parc de production, qui doit être mobilisable à tout instant pour soutenir le réseau en période de tension. Elle concourt ainsi au bon fonctionnement du système électrique », peut-on lire sur le site de la Compagnie électrique de Bretagne, l’entreprise fondée par Direct Énergie et Siemens.

Pour acheminer le gaz naturel, un nouveau gazoduc sera enterré entre Landivisau et la canalisation existante à Saint-Urbain. Un autre gazoduc de 111 km devrait être construit entre Pleyben et Plumergat dans le Morbihan.

Recours en justice

Force 5 vient de déposer un recours en cassation devant le Conseil d’État contre ce grand gazoduc. L’association conteste aussi l’arrêté ministériel de Delphine Batho, du 10 janvier 2013, autorisant la société Direct Énergie à exploiter cette unité. Jean-Yves Quéméneur, président de Force 5, explique :

Nous avons aussi attaqué l’arrêté préfectoral autorisant la Compagnie Électrique de Bretagne à créer et exploiter une installation de production d’électricité par cycle combiné gaz à Landivisiau (ICPE). Nous devrions être auditionnés prochainement. Enfin, l’avocat de l’association a inter-pellé Direct énergie sur la présence des escargots de Quimper (protégés par la convention de Berne) sur le site.

40 millions d’euros de prime par an

Ces recours n’étant pas suspensifs, les opposants veulent occuper le terrain et ainsi empêcher les travaux. En première ligne, on trouve les membres de Landivisiau doit dire non à la centrale. Le collectif Gaspare, le Groupement d’agriculteurs bio 29, Eaux et rivières de Bretagne, la CLCV… viennent prêter main forte aux opposants.

Les riverains de la Base aéronavale de Landivisiau (Ban) sont également présents. Louis Elegoët, leur président, peste :  Il n’y a pas suffisamment de nuisances sonores et atmosphé-riques avec la Ban et la voie express ? La centrale va encore en rajouter ! En plus, ce projet est complètement inutile.

Monique veut, elle, surtout dénoncer la pollution de l’air générée par la centrale. « J’ai eu un cancer. Je suis donc sensible à cette question-là. Comment peut-on construire un tel équipe-ment polluant à côté de trois écoles, d’habitations, d’un terrain de sport ? C’est dingue », s’emporte la retraitée de Lampaul-Guimiliau.

Kadou milite, lui, contre la confiscation de terres agricoles. « Un jeune agriculteur aurait pu s’installer là, en périphérie et faire de la vente directe. Au lieu de ça, on risque d’avoir une centrale fonctionnant avec une énergie fossile ? » Tous les militants insistent aussi sur le coût de cette centrale. Une prime sera versée par l’État, au titre de la Contribution au service public de l’électricité, en compensation des surcoûts liés à la localisation de l’installation et au calendrier de mise en service.

Foire aux puces et collections

Elle s’élève à 40 millions d’euros par an. Pour financer leur lutte, les associations organisent, elles, leur sixième foire aux puces et collections

landi_air_2016.03.cor-2

Dimanche 10 Février 2019, de 9h à 18h, dans les deux salles de Kervanous, boulevard de la République à Landivisiau (entrée 1,50 euro). 

9 Février 2019

https://actu.fr/

 

Lire la suite

30 janvier 2019 ~ 0 Commentaire

landi centrale

landi

Site

Facebook

 

 

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin