Archive | Jeunes

11 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Pour Clément : La rage au cœur, ne jamais oublier, ne jamais pardonner (Sud-ScPo)

Pour Clément : La rage au cœur, ne jamais oublier, ne jamais pardonner (Sud-ScPo) dans Antifascisme bete-gevaudan-090912

Mercredi 5 juin. Peu de jours ont passé et pourtant ils nous semblent une éternité :

depuis la mort de Clément, nous sommes pris-es dans une effervescence qu’il est dur de maîtriser. Rien, sans doute, peut-être pas même les années et l’expérience que nous n’avons pas, ne peut préparer quiconque à enterrer un ami et camarade. Si le temps de recueillement et de deuil dont nous avons besoin ne nous est pas accordé, c’est que le meurtre de Clément est un meurtre politique. En tant que tel, il appelle une réponse politique. Ce monde ne s’arrête pas par égard pour nos larmes ; par respect pour Clément, pour ses luttes, nous ne pouvons pas baisser les bras, aujourd’hui moins que jamais. Il nous faut relever la tête, transformer notre douleur en colère, et notre rage, en force. Ce sont tout à la fois cette irrépressible douleur, cette irrépressible colère, rage, et force, qui habitent ces lignes par lesquelles nous voulons restituer à la mort de Clément le sens qu’il aurait voulu qu’on lui donne : un sens politique.

Dimanche 2 juin, trois jours avant l’assassinat de Clément, la Ligue de défense juive (LDJ), milice ultra-nationaliste pro-Israël, considérée comme une organisation terroriste et interdite sur les sols étasunien et israélien mais tolérée en France, a revendiqué l’attaque d’un jeune homme prénommé Mounir et de l’avoir plongé dans le coma. Mardi 4 juin, un couple de femmes est violemment agressé après un rassemblement de « veilleurs » anti-mariage : l’une d’elles, transportée en urgence à l’hôpital, reçoit 90 jours d’ITT. Jeudi 6 juin, Rabia, jeune femme portant le foulard, est violemment agressée par « deux individus au crâne rasé », portant des bombers et appartenant très vraisemblablement à l’extrême-droite. Alors qu’elle cherche à porter plainte, la police lui conseille de rentrer chez elle et de ne pas « ébruiter  l’affaire ». Le même jour, alors que nous occupons les rues de Paris et d’ailleurs en hommage à Clément et à son combat antifasciste et que M. Valls gesticule dans tous les sens en parlant de dissoudre les JNR, une des plus grosse rafles de sans-papier-e-s des dernières années a lieu à Paris. Le 7 juin, nous apprenons la relaxe requise par le parquet pour le policier responsable de la mort de Moushin et Lakhamy à Villiers-le-Bel en 2007.

La liste est encore longue.

Clément n’a pas été assassiné seulement par une bande de fascistes. Il n’a pas été assassiné seulement par l’extrême-droite reconnue comme telle. Clément est plus largement la victime de la montée à grande vitesse des idées les plus nauséabondes et de leur banalisation, en France et ailleurs en Europe. Clément a aussi été tué par le racisme – et en particulier l’islamophobie –, la xénophobie, l’homophobie d’Etat. Nous avons vu l’homophobie défiler dans nos rues sans complexe pendant des mois. Cela fait des années que l’islamophobie occupe l’espace politique et médiatique, accompagnée de son lot de menaces, de vexations, d’agressions – de plus en plus violentes. La « bête immonde » ne naît pas seule. La confiance dont fait preuve l’extrême-droite est permise par et se nourrit des discours et des pratiques racistes, xénophobes, homophobes, provenant des institutions de pouvoir.

Clément était un homme, hétérosexuel, cisgenre, blanc, étudiant à Sciences Po. Il a été tué parce qu’il était militant antifasciste, libertaire. Il a été tué comme pourraient l’être les lesbiennes, bi-e-s, gays, trans’, qui auraient le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Il a été tué comme pourraient l’être les non-blanc-he-s, les immigré-e-s, indigènes, musulman-e-s, qui sont l’objet du racisme le plus décomplexé. Sa mort émeut l’opinion comme rarement la mort des victimes non-blanc-he-s des crimes policiers, des ratonnades et autres assassinats racistes ont ému l’opinion. Malgré le poids de la douleur, nous ne pouvons pas l’ignorer. Cela n’enlève rien à notre peine, et, si c’est encore possible, cela accroît notre rage et notre détermination à lutter. Clément était antifasciste : il se battait pour la défense d’une égalité radicale des droits, et aux côtés de tou-te-s celles et ceux que l’extrême-droite considère comme des ennemi-e-s à abattre – les minorités sexuelles et les trans’, les immigré-e-s, indigènes, musulmans, les militant-e-s politiques. Clément dénonçait sans relâche la banalisation voire l’institu-tionnalisation des idées et pratiques des droites extrêmes. Tant que, jusque parmi nous, jusque dans la gauche radicale voire révolutionnaire, nous ne purgerons pas notre discours des moindres vestiges de nationalisme, tant que nous ne combattrons pas constamment et durablement le racisme, l’islamophobie, les chasses aux Roms et aux sans-papier-e-s, l’homophobie, le sexisme, nous creuserons, nous aussi, le lit de la « bête immonde » que l’on voit grossir. C’est ce combat-là que nous devons continuer. Contre le fascisme, par tous les moyens nécessaires.

Solidaires IEP Paris

Lire la suite

10 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Côtes-d’Armor, précaires, action syndicale à Dinan et Lamballe (LT)

Côtes-d'Armor, précaires, action syndicale à Dinan et Lamballe (LT) dans Chômage & précarité 13341.preview

L’Union syndicale CGT a décidé de mener une action spécifique en direction des personnels précaires du département, c’est-à-dire les intérimaires et les CDD.

« Ce sont les premières victimes de la crise dans un département où le nombre de chômeurs est passé de 26.000 en 2008 à 41.300 en avril 2013 », explique Jean-Edmond Coatrieux, secrétaire départemental de la CGT. « Or, ces salariés sont encore plus fragiles que les autres », estime le responsable syndical qui parle de « salariés jetables » exclus des dispositifs liés aux licenciements économiques. « Aujourd’hui, on adapte le personnel au carnet de commandes », s’insurge encore le responsable syndical. Et « cela ne concerne plus uniquement l’agroalimentaire mais tous les secteurs d’activités ».

Gérard Filoche à Dinan le 12 juin
La première action sera menée aujourd’hui dans le secteur de Dinan où les représentants syndicaux prévoient une distribution de tracts et une information devant les entreprises Cordon Electronics et Gavottes. La même opération sera engagée demain, sur plusieurs gros industriels lamballais. Enfin, cette série d’actions s’achèvera mercredi devant l’entreprise Delmotte de Broons. La journée se clôturera par un débat public qui reviendra sur ces trois journées d’action. L’homme politique et syndicaliste Gérard Filoche participera à ce débat qui se tiendra à partir de 20 h à la salle de la Source, à Dinan.10 juin 2013

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/precaires-action-syndicale-a-dinan-et-lamballe-10-06-2013-2130980.php

Lire la suite

27 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Saint-Brieuc. Elle fumait un joint sous l’oeil de la caméra ! (OF)

Saint-Brieuc. Elle fumait un joint sous l'oeil de la caméra ! (OF) dans Jeunes smoke

En jetant un oeil sur les écrans de contrôle de la vidéosurveillance, les policiers de Saint-Brieuc ont aperçu samedi soir un groupe de trois jeunes filles, place de la Madeleine, en plein centre-ville. L’une d’entre elles, 17 ans, fumait ostensiblement un joint. Ils n’ont eu qu’à la cueillir, peu avant minuit. Elle sera convoquée devant le délégué du procureur.Faits divers lundi 27 mai 2013

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Saint-Brieuc.-Elle-fumait-un-joint-sous-l-oeil-de-la-camera-_40771-2196333-pere-bre_filDMA.Htm

Commentaire: Les caméras sont inutiles contre les terroristes, mais pas contre les vrais délinquants! Aux galères!

Lire la suite

21 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Suède : “Les émeutes continuent” (Presseurop)

Suède : “Les émeutes continuent” (Presseurop) dans Europe

Le 20 mai, et pour la deuxième nuit consécutive, des émeutes ont eu lieu à Husby, une banlieue de Stockholm à majorité immigrée. Plusieurs voitures ont été incendiées et les forces de l’ordre ont été attaquées à coups de pierres par des bandes de jeunes masqués. Ces émeutes surviennent après la mort, le 13 mai, d’un homme de 69 ans tué par la police qu’il avait menacée. Mais la ségrégation et le chômage sont également les causes de ces débordements, estime le Dagens Nyheter. La police est en outre accusée d’avoir utilisé un language raciste envers les habitants du quartier. « On nous a traités de ‘nègres’ et de ‘singes’ », déplore Rami Al-Khamisi, porte-parole de l’association Megafonen [Le mégaphone], engagée auprès des jeunes de la banlieue de Stockholm.

Presseurop Dagens Nyheter, 21 mai 2013

http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/3793271-les-emeutes-continuent

Lire la suite

19 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Du 3 au 9 août en Grèce : 30èmes Rencontres internationales des Jeunes ! (Lcr.be)

Du 3 au 9 août en Grèce : 30èmes Rencontres internationales des Jeunes ! (Lcr.be) dans A gauche du PS bebe-revolutionnaire

Avec près de 500 jeunes anticapitalistes et révolutionnaires venant de toute l’Europe. Chômage, précarité, guerre, sexisme, homophobie, racisme : Ya Basta !

Le capitalisme continue de faire des ravages dans le monde entier. La crise économique ne cesse d’accentuer la précarité des classes populaires, la crise écologique et le racisme. Dans toute l’Europe, des plans d’austérité violemment antisociaux sont imposés à la population avec le soutien des partis « socialistes » en les présentant comme inévitables et indispensables. Face à cela les changements radicaux redeviennent d’actualité, à la suite des révolutions en Tunisie, en Egypte, en Syrie et dans toute la région. La jeunesse et les travailleurs-ses grec-que-s (mais aussi portugais.e.s, ou dans l’Etat espagnol) se battent aussi pour leurs droits, tandis que de grands mouvements sociaux inédits comme le soulèvement de la jeunesse au Québec, la résistance en France contre l’aéroport de Notre-dame des Landes, en Belgique contre le nucléaire, les révoltes populaires dans les Balkans ou la colère sociale en Chine, montrent qu’un sentiment de révolte gronde partout. Énormément de jeunes veulent se battre pour un autre monde, pour un avenir qui en vaille la peine. Beaucoup d’entre eux-elles viendront aux Rencontres internationales des Jeunes, les 30èmes du nom, en Grèce. Ce camp est une occasion unique, à ne pas rater, pour échanger nos expériences et nos idées avec des jeunes de toute l’Europe et d’ailleurs, et pour apprendre des luttes dans le monde entier.

vacances-150x150 dans Jeunes

Les Rencontres internationales des Jeunes, qu’est ce que c’est ?

Elles sont organisées par les jeunes de la Quatrième Internationale, un regroupement international d’organisations révolutionnaires, présent dans plus de 40 pays. C’est une semaine de rencontres entre jeunes militant.e.s, sympathisant.e.s et curieux.ses de toute l’Europe avec des invité.e.s d’autres continents, pour participer à des débats, des meetings, des formations et faire la fête pendant une semaine. C’est aussi une occasion de pratiquer nos idées : lutte contre les préjugés sexistes, racistes, homophobes…, partage des richesses (une monnaie interne permet de combattre les inégalités entre pays), autogestion (ce sont tous les participants qui prennent en charge collectivement le nettoyage, la nourriture, l’organisation, le bar, les ateliers…). Tou.te.s celles et ceux qui veulent participer à construire le monde de demain sont bienvenu.e.s ! Il y a autant de militants aguerris que de jeunes dont le camp constitue la première expérience politique.

Comment ça marche ?

Généralement, chaque journée est dédiée à un thème : la journée commence par une formation théorique en plénière sur le sujet du jour, puis chacun-e se rend à l’atelier qui l’intéresse le plus parmi la liste proposée ; c’est l’occasion de se concentrer sur un aspect de la question ou sur un cas pratique. L’idéal étant que les membres d’une section nationale se répartisse les groupes pour mutualiser ensuite l’ensemble des informations recueillies dans les ateliers. Et le soir, il y a des meetings avec des invité-e-s, avant de laisser la place au bar, aux chansons et à l’amitié sans frontière ! Parallèlement au programme, il existe des espaces thématiques qui proposent leurs propres activités, et permettent ainsi d’approfondir des débats liés aux questions d’oppression, sexuelle ou de genre par exemple. Pour ne déranger personne et pour éviter tout problème, le camp se fait toujours dans un camping à l’écart des villes, que nous occupons intégralement. L’hébergement se fait donc sous tente, mais des logements « en dur » sont prévus, pour les jeunes parents par exemple. Un-e médecin est disponible sur place en permanence. La visite d’une ville proche ou d’un site intéressant est toujours proposée aux participant-e-s.

vacances-150x150 dans NPA

A quoi ça sert ?

Le camp de jeunes est un moment unique dans l’année :

* Unique à l’échelle individuelle, car c’est l’occasion d’essayer de mettre en pratique certaines idées pour lesquelles nous luttons toute l’année. C’est aussi un moment rare où l’on casse le sentiment d’isolement, en se trouvant avec des centaines de camarades qui partagent le même combat, la même vision d’une société non pas basée sur l’exploitation, mais sur la solidarité. Et naturellement, cela sert à se former sur une multitude d’aspects pratiques et théoriques que l’on n’aborde pas nécessairement au cours de l’année, et qui pourtant sont essentiels pour décrypter la société capitaliste et ses mécanismes d’oppression, et donc pour lutter contre…

* Unique à l’échelle des délégations nationales, qui peuvent ainsi réunir militant-e-s et sympathisant-e-s des différentes sections du pays, pour apprendre à se connaître, pour échanger nos expériences, et pour décider d’actions en commun.

* Unique à l’échelle internationale, car c’est l’occasion de rencontrer des camarades d’autres pays, individuellement ou de section à section, et de mieux comprendre ce qui se passe ailleurs, d’obtenir des informations sur les luttes qui se déroulent en Europe et dans d’autres pays.

vacances-150x150

Combien ça coûte ?

Le prix définitif comprenant le transport aller-retour, et le camp en lui-même (emplacement, matériel de traduction,repas) devrait tourner autour de 290 € (en fonction du transport, plus de précisions bientôt). Mais le principe de base, c’est que l’argent ne doit jamais être un obstacle à la venue de camarades précaires. Si tu veux venir mais que tu n’as pas la somme demandée, on trouvera une solution collective. Il faut seulement nous prévenir suffisamment à l’avance. Précisons que le prix de la participation varie selon les pays dans une logique de solidarité internationale qui vise à permettre aux jeunes des pays plus pauvres, en Europe et au-delà, de pouvoir participer au camp.

vacances-150x150

S’inscrire ? En France: contact-jeunes@npa2009.org

En Belgique, ce sont les Jeunes anticapitalistes (JAC) qui organisent la participation au camp international. Le prix du trajet dépend largement du nombre d’inscrit-e-s, car le nombre de participant-e-s détermine l’organisation des voyages (train, car, voitures, etc.). Si tu sais que tu vas venir, il est donc essentiel de t’inscrire au plus tôt, et de verser un acompte qui nous permettra d’engager les premières dépenses. Pour t’inscrire, tu peux envoyer un mail à info@anticapitalisme.be avec tes coordonnées et si tu as l’intention de prendre le transport collectif ou si tu veux venir par tes propres moyens, idem en cas de questions alimentaires (végétarien, religion, allergies). Pour confirmer ton inscription, il faut que tu verses un acompte de minimum 20€ sur le compte IBAN : BE16 5230 8044 2074 / BIC : TRIOBEBB des Jeunes anticapitalistes.

Renseignements

Envoie un e-mail à info@anticapitalisme.be , téléphone au 0473/20.72.76 ou rends-toi sur le site www.anticapitalisme.be pour des informations plus complètes (le programme complet et les informations pratiques détaillées seront disponibles fin avril). Plus tôt on s’inscrit, plus l’organisation du camp, des trajets, etc. est facilitée !Par JAC & LCR le Samedi, 18 Mai 2013

http://www.lcr-lagauche.be/cm/index.php?view=article&id=2848:du-3-au-9-aout-en-grece-30emes-rencontres-internationales-des-jeunes-&option=com_content&Itemid=53

Lire la suite

04 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Rennes. Samedi, une manif pour demander la légalisation du cannabis (OF)

Rennes. Samedi, une manif pour demander la légalisation du cannabis (OF) dans Jeunes cannabis-300x204

Un rassemblement en faveur de la légalisation du cannabis aura lieu samedi, à 14 h, place de la mairie, à Rennes.

Il s’inscrit plus largement dans la « Marche mondiale du cannabis » avec plus de 800 manifestations prévues dans le monde, dont huit en France. La manifestation rennaise demande « une autre politique. En matière de cannabis, La France possède une des législations les plus répressives au monde. Pourtant notre pays compte plus de 4 millions de consommateurs réguliers. Force est de constater que les politiques de prohibition ne fonctionnent pas », estiment Europe Écologie Les Verts (EELV) et les Jeunes Ecologistes de Rennes.

Faits de société jeudi 02 mai 2013

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Rennes.-Samedi-une-manif-pour-demander-la-legalisation-du-cannabis_40823-2188975_actu.Htm

Lire la suite

24 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Manifestation en Suisse

Manifestation en Suisse dans Jeunes etudiants-f

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin