Archive | Jeunes

19 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

iran (sud ouest)

Mort de Mahsa Amini en Iran : manifestations, cheveux coupés, voiles brûlés... la colère des femmes iraniennes

Mort de Mahsa Amini en Iran : manifestations, cheveux coupés, voiles brûlés… la colère des femmes iraniennes
De nombreux cinéastes, artistes, personnalités sportives, politiques et religieuses ont également exprimé leur colère sur les réseaux sociaux.

Plusieurs manifestations ont eu lieu en Iran après la mort d’une jeune fille de 22 ans, détenue par la police des mœurs. Pour protester contre un régime strict envers les femmes, des Iraniennes se sont aussi coupé les cheveux et ont brûlé leurs voiles.

Les forces de sécurité iraniennes ont dispersé à coups de gaz lacrymogènes une manifestation dans le nord-ouest du pays et procédé à « plusieurs arrestations » après la mort d’une jeune fille détenue par la police des mœurs, a indiqué l’agence de presse Fars.

Cette unité de police, chargée de faire respecter le code vestimentaire strict de la République islamique pour les femmes, dont le port obligatoire du foulard en public, a été plusieurs fois critiquée ces derniers mois pour des interventions violentes.

Originaire de la région du Kurdistan, Mahsa Amini, âgée de 22 ans, a été arrêtée mardi alors qu’elle était à Téhéran en visite avec sa famille. Elle est décédée vendredi à l’hôpital après trois jours dans le coma, suscitant une vague de colère dans le pays.

« Environ 500 personnes se sont rassemblées à Sanandaj, capitale de la province du Kurdistan, et ont crié des slogans contre les responsables du pays », a rapporté Fars. Les manifestants « ont brisé les vitres de certaines voitures, incendié des poubelles », et « la police a utilisé du gaz lacrymogène pour disperser la foule », a ajouté l’agence. « Plusieurs personnes ont été arrêtées par la police », a encore indiqué Fars.

« Pas de contact physique »

« De nombreux manifestants sont convaincus que Mahsa est morte sous la torture », a souligné lundi l’agence Fars. La police de Téhéran s’était défendue vendredi, affirmant « qu’il n’y avait pas eu de contact physique » entre les agents et la victime. Le même jour, la télévision d’État a diffusé une courte vidéo de surveillance montrant une femme présentée comme Mahsa Amini s’effondrer dans les locaux de la police après une discussion avec une agente.

Lundi, le père de la victime, a déclaré qu’il « n’accepte pas ce que (la police) lui a montré » car, selon lui, « la vidéo a été coupée » et a critiqué « la lenteur d’intervention » des services d’urgence.

Samedi, le ministre iranien de l’Intérieur, Ahmad Vahidi, a affirmé que « Mahsa avait apparemment des problèmes physiques antérieurs » et qu’elle « avait subi une opération au cerveau à l’âge de cinq ans ». Ces informations ont été démenties par le père de la victime.

Soutien des femmes iraniennes

Pour montrer leur soutien et en plus des manifestations, plusieurs femmes iraniennes se sont coupé les cheveux et ont brûlé leur hijab pour protester contre ce qu’elles considèrent comme le meurtre de Mahsa Amini.

Une Iranienne a posté une vidéo dans laquelle elle explique que dès l’âge de 7 ans, « si nous ne nous couvrons pas les cheveux, nous ne pourrons plus aller à l’école ni trouver un emploi. Nous en avons marre de ce régime d’apartheid de genre ».

De nombreux cinéastes, artistes, personnalités sportives, politiques et religieuses ont également exprimé leur colère sur les réseaux sociaux. « Les cheveux de nos filles sont recouverts d’un linceul », ont écrit plusieurs joueurs de l’équipe nationale de football dans une story commune sur Instagram.

SudOuest 19/09/2022

Lire la suite

19 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

édito (npa jeunes 92)

jeunes

“Qu’il ferme sa gueule [...] c’est à cause de gens comme lui, entre autres, qu’on fait ces événements-là”

Le week-end dernier la 5e édition du ZEvent, grand projet de stream caritatif, s’est tenu et à permis de récolter 10 182 126 € pour 4 (ou 5) organisations de protection de l’environnement. En pseudo grand défenseur de l’environnement, et voulant flatter sa reconnaissance chez les jeunes, Macron s’est cru bon de féliciter les streamers du ZEvent pour leur action pour le climat. Une vidéo twitter qui s’est retournée contre lui.

« Bah oui tu comptes sur nous connard, parce que tu ne branles rien! Si seulement t’avais les moyens de faire quelque chose ! » Que ce soit Antoine Daniel ou AngleDroit, les streamers ont rappelé à tous la responsabilité totale du gouvernement dans le réchauffement climatique et surtout son inaction constante pour régler la question écologique. Et surtout ils ont dit ce que beaucoup pensent : au Zevent, dans les lycées, les facs, les entreprises : on déteste, on emmerde Macron !

On l’emmerde car l’enjeu écologique n’a jamais été autant d’actualité, et que son gouvernement ne change rien. Tout l’été, la canicule, la sécheresse, les feux de forêt , ou les inondations massives ont ravagé les quatre coins du monde. Depuis des années, les différents rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) alertent sur l’urgence climatique et l’impérieuse nécessité de transformer profondément le système  de production capitaliste.

En réaction, le gouvernement Macron ne cesse de protéger les intérêts des entreprises dont les plus polluantes (comme Total, responsable de l’émission de plus de 460 millions de tonnes de CO2), et de nous culpabiliser, nous les jeunes et les travailleurs, car nous ne ferions pas assez de petits gestes, que nous ne serions pas assez sobres énergétiquement, etc…

Fin du monde, fin du mois : mêmes responsables, même combat !

Macron nous explique que sa réforme des retraites permettrait de financer la transition écologique. Ça veut dire que l’argent des cotisations sociales, destinées à payer les retraites, serait utilisé pour combattre la crise climatique et financer les services publics.

Au lieu de prendre l’argent chez les salariés, il faudrait le prendre chez les grandes entreprises, les riches, d’autant plus qu’ils sont les responsables de la crise climatique !

 Les profits des entreprises explosent, c’est 73 milliards de profits pour le CAC au premier semestre 2022, et 174 milliards sur toute l’année 2021 ! Et ce sont les mêmes patrons qui bénéficieront de cette réforme des retraités à point, qui refusent d’augmenter les salaires, qui augmentent les prix, en bref, qui dégradent nos conditions de vie !

Ce même Macron qui dit vouloir sauver et financer l’école, mais qui prévoit, en généralisant le SNU et en le rendant obligatoire pour tous les jeunes, de piller le budget de l’éducation nationale de 1,72 milliards. Ce même gouvernement qui prévoit encore de renforcer la sélection, qui n’augmente pas les bourses des étudiants.

Dans la rue le 29 septembre, journée de grève intersyndicale ! 

Plus que jamais c’est d’un mouvement d’ensemble, massif, des jeunes aux côtés des travailleurs, dont nous avons besoin. Pour balayer Macron, son gouvernement au service des riches et toute leur politique antisociale.

Le 29 septembre, les organisations syndicales appellent à une journée de grève nationale. Descendons tous et toutes dans la rue, faisons grève, pour en finir avec leurs politiques, et poser les bases d’un mouvement d’ampleur qui mettrait en échec Macron et sa clique !

Comme Antoine Daniel et AngleDroit : nous aussi on emmerde Macron !

Dans la rue le 29 septembre !

Lire la suite

14 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

édito (npa jeunes 92)

sex pistols

Décès d’Elizabeth II… qu’est ce qu’on s’en fout ! À bas la monarchie et le capitalisme ! 

Jeudi 8 septembre au soir, la reine Elizabeth II est morte après plus de soixante-dix ans de règne. Au Royaume-Uni mais ailleurs aussi, on a sommé les travailleurs.ses de se ranger derrière l’union nationale et d’être en deuil. La reine, à la tête de la monarchie parlementaire, système politique profondément réactionnaire, a toujours soutenu les nombreuses réformes qui ont cassé les services publics et le code du travail. Elle n’a ainsi fait qu’empirer les conditions de vie des jeunes et des travailleurs.ses.

Au Royaume-Uni, deuil national ? Soutenons la grève générale !

Rappelons que le Royaume-Uni a colonisé et pillé une bonne partie du globe pendant plusieurs siècles et garde, aujourd’hui encore, la main sur des ressources énergétiques et économiques stratégiques dans de nombreux pays pays. A l’instar de la France dans ses anciennes colonies. La famille royale, avec Elisabeth II en tête, représente bien le symbole de l’impérialisme, prêt à faire la guerre partout sur le globe pour protéger ses intérêts.

En France aussi, le gouvernement prépare la guerre et cherche à y embrigader la jeunesse par le biais du SNU notamment. Sous ses airs de colonies de vacances ou encore de coup de pouce pour obtenir son permis ou son brevet de secourisme, c’est surtout un moyen d’enrôler les jeunes pour défendre la nation.

Au Royaume-Uni de grandes grèves étaient en cours les semaines dernières face à l’inflation justifiée par la guerre en Ukraine et pour l’augmentation des salaires. Aujourd’hui c’est bien cela qui doit nous inspirer !

Les riches et les monarques polluent et s’en mettent plein les poches!

Après les épisodes de sécheresse intense cet été, des incendies inarrêtables dans de nombreux endroits du monde, les plus riches enchaînent les polémiques sur les déplacements en jet privé qui polluent la planète pour des déplacements ridicules.

Et les footballeurs n’ont pas été en reste sur ce coup-là…. Lors d’une interview de l’entraîneur du PSG, Christophe Galtier et de Kylian Mbappé, ces derniers se sont mis à rire lorsqu’on leur a suggéré de se déplacer autrement qu’en avion sur des distances comme Nantes-Paris…

Une réaction qui prouve la déconnexion des plus riches face à la situation critique dans laquelle nous sommes.

Face à l’inflation, préparons un mouvement d’ensemble !

Nous aussi, construisons un mouvement d’ensemble de contestation du gouvernement et de ses réformes anti-sociales mais aussi du pouvoir des patrons qui décident à la place de celles et ceux qui font tourner la société, les jeunes et les travailleur-ses.

Partout, préparons la grève du 29 septembre, date de mobilisation intersyndicale sur la question de l’augmentation des salaires. Imposons nos mots d’ordre, revendiquons des augmentations de salaires, l’indexation des prix sur les revenus, la revalorisation de l’ensemble des aides sociales et le retrait de toutes les réformes antiouvrières du gouvernement Macron !

Lire la suite

10 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

logement (fr3)

lannion zone tendu web

Pour le droit au logement !

De Vannes à Lannion, Concarneau ou encore Douarnenez, ce sont des centaines de personnes qui ont manifesté.

A Douarnenez en Finistère, le cortège a rassemblé plus de 600 manifestant.es, jeunes et moins jeunes pour l’accés au logement pour toutes et tous sans oublier les plus précaires et les réfugié.es.

Ouvert par la joyeuse et militante fanfare des « Invisibles », la banderole de tête proclamait «crise du logement. Zone tendue partout en Bretagne »
La mobilisation locale réussie fut aussi le fruit de l’unité dans le collectif « Agir pour le logement, il y a Urgence» des associations pour le droit au logement, des syndicats et partis dont l’UDB, EELV, le PCF, Ensemble, la FI et le NPA Douarnenez.

« Surtaxons les résidences secondaires » :

« Vue sur mer pour les précaires » ;

« Encadrement des
loyers » :

« Régulons les locations de courte durée »,

autant de mots d’ordre qui, avec la fanfare ont animé la manifestation. Aprés une longue déambulation, le cortège s’est rendue au pied de l’Hôtel de ville pour exiger des élu.es municipaux de droite , sourds jusqu’à présent à ces revendications, qu’ils agissent pour faire de Douarnenez « une zone tendue » permettant de décider d’une autre politique et d’agir immédiatement pour l’accés au logement digne et dans la durée pour celles et ceux sui vivent au pays.

La colère est grande face à l’inertie des pouvoirs publics mais surtout à la « prime » aux résidences secondaires et autres Airebnb qui asphixient l’accés au logement des plus jeunes et plus précaires. L’ampleur de la manifestation à Douarnenez mais aussi dans de nombreuses villes en Bretagne laisse à
penser que le combat unitaire va se poursuivre et que celui ci peut entrer largement en résonance avec toutes les mobilisations de la rentrée contre le désastre climatique,les mauvais coups du gouvernement Macron, contre la vie chère et pour l’augmentation des salaires et de tous les revenus.

Correspondant NPA Douarnenez

sardi,ierre

Logement: plusieurs manifestations pour

le classement de la Bretagne en zone tendue

Des manifestants à Douarnenez, dans le Finistère, protestent contre la difficulté d’accessibilité au logement en Bretagne, le 10 septembre 2022

Quatre collectifs bretons pour l’accès au logement ont manifesté samedi à Douarnenez, Concarneau (Finistère), Vannes (Morbihan) et Lannion (Côtes-d’Armor), pour réclamer le classement de la Bretagne en « zone tendue ».

Entre 350, selon la préfecture, et 500 personnes, selon les organisateurs, ont défilé dans Douarnenez. Ils étaient une centaine à Concarneau et environ 400 à Vannes, selon les préfectures du Finistère et du Morbihan.

Certains manifestants portaient des pancartes « Vue sur mer pour les précaires » ou encore « Que ferais-je sans toit? ».

« Nous voulons l’application du dispositif de zone tendue aux villes qui le réclament (…) afin de débloquer plusieurs leviers publics pour produire des logements à prix abordables », a expliqué à l’AFP Maxime Sorin, membre du collectif « Droit à la ville Douarnenez ».

Le classement en « zone tendue », accordé par décret, permet notamment aux municipalités d’imposer une fiscalité complémentaire sur les logements vacants et les résidences secondaires, une régulation des locations touristiques de courte durée et un encadrement des loyers.

« Aucune commune de Bretagne n’est placée en zone tendue, ça cristallise le mécontentement. Les élus et les citoyens sont démunis face à folie spéculative immobilière. (…) Les acheteurs locaux ne peuvent plus suivre », a réagi Gaël Roblin, membre du collectif costarmoricain « Tregor Argoat Goelo Zone Tendue ».

Pour expliquer le phénomène, ce conseiller municipal d’opposition à Guingamp (Côtes-d’Armor) cite la multiplication des résidences secondaires, « qui s’est accélérée pendant le Covid », les déménagements de résidents venus de Rennes, Nantes et de la région parisienne, « avec un pouvoir d’achat important », ainsi que le développement de la location courte durée.

« Les salariés du littoral sont donc repoussés très loin à l’intérieur des terres, avec des temps de trajet démesurés », a estimé M. Roblin.

10/09/2022

https://www.france24.com/fr

Lire la suite

05 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

atsem (france-info lo)

atsem

« On n’a rien, aucune reconnaissance depuis des années » : les Atsem en grève lundi pour des salaires revalorisés

Les Atsem (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) sont appelés à faire grève lundi 5 septembre. Ces fonctionnaires, à 99% des femmes, employées par les mairies, réclament une hausse de salaires et un dégel du point d’indice de 10% au moins, pour compenser la multiplication de leurs tâches au quotidien.

Préparer les activités avec la maîtresse, consoler les enfants quand ils pleurent, les accompagner aux toilettes, surveiller la récré et la sieste, leur apprendre à manger et à débarrasser. Et après tout cela, parfois faire le ménage dans la classe.

Les journées de Maria, Atsem en Seine-Saint-Denis, sont interminables. « Tout est chronométré, à la minute. Et on ne tient pas compte qu’en face, on a des enfants et pas des objets, explique-t-elle. Donc il y a tous les imprévus : les pipis, les malades, les bobos etc… »

« Il faut courir dans tous les sens. Beaucoup nous appellent maîtresse, ou la dame de la cantine, ou encore la dame de ménage. On ne sait pas, parce qu’en fait on est partout ! » Maria, Atsem en Seine-Saint-Denis

Tout cela pour 1 300 à 1 800 euros net selon l’ancienneté.  »Il y a de plus en plus d’Atsem qui veulent se reconvertir parce qu’elles saturent, elles sont crevées », ajoute-t-elle.

Les 50 000 Atsem en France, à 99% des femmes, font grève lundi 5 septembre à l’appel des syndicats CGT, Force Ouvrière et Unsa. Alors qu’elles sont indispensables dans les classes de maternelle pour accompagner les enseignants, elles réclament une hausse de salaire et un dégel du point d’indice de 10% au moins, pour faire face à l’inflation et compenser la multiplication de leurs tâches.

Une autre grève prévue fin septembre

Mélodie, Atsem dans la Somme, pointe une inégalité de traitement entre ses collègues et d’autres fonctionnaires en charge d’enfants, les aides-soignantes et auxiliaires de puériculture. Ces dernières ont été promues en catégorie B, avec des hausses de salaire, quand les Atsem sont toujours dans la catégorie en-dessous.

« Alors qu’on a le même niveau d’étude, soupire-t-elle. lls ont aussi eu droit à la prime Ségur de 183 euros par mois, alors qu’on a accueilli des enfants dans des conditions difficiles liées à la crise sanitaire. On n’a rien, on n’a aucune reconnaissance depuis des années. »

Les Atsem prévoient d’autres mouvements ici et là en septembre, et une nouvelle journée de grève nationale est prévue à la fin du mois.

Thomas Giraudeau 04/09/2022

https://www.francetvinfo.fr/

Lire aussi:

Atsem : les invisibles se font voir

Lire la suite

05 septembre 2022 ~ 0 Commentaire

douarnenez lannion vannes (le tél)

jeunes

Une action contre la crise du logement le 10 septembre à Douarnenez

La question de l’accès au logement occupe une place brûlante à Douarnenez.

Entre développement d’Airbnb, galère des saisonniers, projet d’extension de classement dit « zone tendue » à l’ensemble de la Bretagne et résidences secondaires et statut de résident breton, la question de l’accès au logement occupe une place grandissante dans les débats et l’actualité locale. Si bien que des actions autour de ce thème sont prévues le 10 septembre prochain, dans plusieurs villes de la région.

À l’appel d’un ensemble d’associations, de collectifs de solidarité et de partis politiques de Douarnenez, du Cap Sizun et du Haut Pays bigouden, un rassemblement est prévu à 10 h sur la place des Halles. Autour d’un mot d’ordre : « Pour le logement abordable pour toutes et tous, pour des politiques de l’habitat pour des villes accueillantes, pour des solutions écologiques et solidaires ».

« Contraindre les élus à agir »

Une action à l’initiative de Droit à la Ville Douarnenez, qui voit déjà des mouvements comme EELV Cap Sizun Douarnenez, PS Douarnenez, UDB, Douarnenez Terre Citoyenne ou La France Insoumise se mobiliser.

L’appel à d’autres collectifs ou associations est lancé à un peu moins d’un mois de l’échéance. « Il existe de moyens d’action et certains élus et parlementaires commencent à porter les revendications des habitants et des associations. Nous sommes à un moment charnière », écrivent les organisateurs.

« Pour que des mesures supplémentaires soient votées et appliquées localement, nous avons besoin d’un maximum de collectifs locaux pour porter ces revendications et contraindre les élus à agir », ajoutent-ils. De même, ils lancent un appel aux personnes qui voudraient faire des affiches pour appeler au rassemblement, jouer de la musique le jour du rassemblement, ou encore participer à un atelier banderole.

Un rassemblement est prévu samedi 10 septembre, 10H, Marché (Koc’hu) à Douarnenez

15 août 2022

https://www.letelegramme.fr/

Lire aussi:

Lannion. Logement : un collectif plaide pour la zone tendue

Une manifestation pour l’accès au logement à Vannes le 10 septembre 

Logement à Douarnenez : la manifestation du 10 septembre se prépare

 

Lire la suite

29 juillet 2022 ~ 0 Commentaire

lgbt (l’étincelle)

drapeau_gay_breton

lI y a 40 ans : la dépénalisation de l’homosexualité

Le 27 juillet 1982, sur une proposition de ministre de la Justice, Robert Badinter ; l’Assemblée Nationale votait la dépénalisation de l’homosexualité, mesure qui entrera en vigueur le 4 août de la même année.

Était ainsi abolie une disposition du code pénal héritée du régime de Vichy qui condamnait « les actes contre-nature ».

Cependant il faudra attendre encore 11 ans pour qu’en 1993 l’Organisation mondiale de la santé retire l’homosexualité de sa liste des maladies mentales.

Aujourd’hui des associations LGBT demandent réparation à l’État pour les brimades, emprisonnements et autres infamies infligés pendant des décennies aux homosexuels.

Une demande largement symbolique mais qui le mérite de faire connaître aux jeunes générations, à un moment où l’homophobie refait surface, le calvaire que les homosexuels endurèrent pendant trop longtemps.

29 juillet 2022

https://www.convergencesrevolutionnaires.org/

Lire la suite

25 juin 2022 ~ 0 Commentaire

rij (npa)

Rencontres Internationales Jeunes, une expérience militante qui dépasse les frontières !

Chaque année, un camp d’été auto-géré est organisé par les jeunes de la Quatrième internationale (regroupement international d’organisations anticapitalistes) : ce sont les Rencontres Internationales Jeunes (RIJ). Cette année, les RIJ ont lieu en France, du 23 au 30 juillet près de Moulins (département de l’Allier) et sont activement préparées par des jeunes du NPA.

Les RIJ permettent de se retrouver entre jeunes du monde entier (État Espagnol, Philippines, Danemark, Venezuela…) pour discuter, débattre, se former autour des questions essentielles pour une transformation radicale de la société.

On va parler de féminisme, d’écologie et d’écosocialisme, de lutte des classes, d’antifascisme, de syndicalisme, de lutte contre le racisme et les violences envers les personnes LGBTI… Mais aussi, c’est l’occasion d’échanger sur la situation dans chaque pays et au niveau international, de partager nos idées politiques, nos expériences de luttes, nos manières de militer.

Chaque jour, des ateliers, des débats, des meetings, des formations ainsi que des temps festifs sont organisés. Le camp est auto-géré : car nous voulons mettre nos idées en pratique, la nourriture, le nettoyage et la tenue du bar sont effectués collectivement. Aussi, une monnaie interne est proposée pour niveler les inégalités entre les pays (liées aux différences de richesse).

Au sein du camp, les oppressions systémiques (sexisme, violences anti-LGBTI, racisme…) sont fermement combattues. Des espaces en non-mixité sont mis en place pour les personnes racisées, pour les femmes et pour les personnes LGBTI.

Les jeunes et les travailleur·ses subissent des attaques dans le monde entier. La crise COVID a été révélatrice des inégalités, au niveau national ou international. La montée des idées d’extrême droite doit être combattue, partout et tout le temps. Mais encore, nous voyons les conséquences concrètes de la crise climatique au niveau international.

Plus que jamais, nous avons besoin de discuter avec des militant·es du monde entier, de s’organiser à l’échelle internationale. Plus que jamais nous devons tracer un autre avenir que celui que nous promet le système capitaliste ! Nos luttes n’ont pas de frontières et les RIJ sont la mise en pratique de cette conviction.

Mais la Quatrième internationale, c’est quoi ?

Un rassemblement d’organisations anticapitalistes et révolutionnaires internationales. Aujourd’hui présente dans plus de 40 pays, elle lutte activement contre le capitaliste en considérant les questions féministes, écosocialistes, antiracistes et LGBTI comme indispensables dans une perspective de changement radical de la société. Elle a pour objectif de regrouper l’ensemble des organisations qui veulent renverser le système en place. C’est l’occasion de faire vivre l’internationalisme, base fondatrice de notre courant politique.

Le camp est ouvert à toutes et tous : si tu es jeune (étudiant·e, travailleur·se, précaire…), militant·e ou simplement curieux·se, inscris toi aux RIJ. Prix du camp : 155 euros + frais des transport (70 euros). Pour t’inscrire ou obtenir des informations, contacte-nous : rij@fourth.international

Détails pratiques : pour dormir, il te faudra une tente, un sac de couchage et nécessaire de camping.

Samedi 25 juin 2022

https://nouveaupartianticapitaliste.org/

Lire la suite

22 juin 2022 ~ 0 Commentaire

colombie (npa)

marielle

Francia Marquez, la vice-présidente (la Colombie est le 2è pays « noir » du continent) avec un foulard de notre camarade , élue assassinée LGBT de Rio de Janeiro

Colombie : une victoire éclatante mais fragile de la gauche

L’élection dimanche 19 juin du président Gustavo Petro, et de sa vice-présidente Francia Márquez est un choc pour l’oligarchie colombienne.

Une victoire serrée (50,69 %) mais très symbolique dans un pays qui n’a jamais connu un gouvernement de gauche depuis deux siècles et où, comme le signalait l’écrivain José Maria Vargas Vila il y a plus d’un siècle, « les dictateurs de ce pays trempent dans l’eau bénite leur poignard avant de tuer ».

Cette victoire électorale fait suite à l’explosion sociale d’avril 2021 qui avait vu des millions de ColombienEs des milieux populaires occuper 21 villes (avec une situation insurrectionnelle pendant des semaines à Cali). Elle s’inscrit, par ailleurs, dans un cycle électoral qui, à l’échelle du continent, a vu l’entrée en fonction de présidents de gauche en juillet 2021 au Pérou, en mars 2022 au Chili, et peut-être bientôt en octobre au Brésil.

Une campagne polarisée

La première surprise fut l’éviction dès le premier tour de la droite conservatrice incarnée par Federico Gutiérrez. À la tête d’une coalition derrière laquelle planait l’ombre d’Álvaro Uribe, l’ancien président lié au secteurs les plus conservateurs, les plus violents de la bourgeoisie colombienne mais aussi aux paramilitaires et aux narcotrafiquants, le candidat préféré des milieux d’affaires n’a pu se qualifier avec son modeste score de 18 %.

Ce fut un Trump tropical, Rodolfo Hernández Suárez, homme d’affaires populiste ayant fait sa fortune (estimée à 100 millions de dollars) dans l’immobilier, qui lui a ravi la place pour représenter la continuité du régime avec une posture anti-système bien servie par les réseaux sociaux.

De l’autre côté, la gauche était représentée par un ancien militant guévariste et adepte de la théologie de la libération du M 19 et une militante féministe afro-descendante, qui tranchaient ouvertement avec les partisans de la sale guerre contre l’opposition armée des FARC et les affairistes.

La coalition de gauche avait certes le soutien des partis de gauche, d’une majorité des associations sociales et de lutte, mais elle élargissait ses alliances très loin en intégrant l’ancien maire de droite de Medellín et le dirigeant chrétien conservateur Alfredo Saade. Il n’y a finalement rien d’étonnant : après tout, Gustavo Petro a été maire de la capitale Bogota de 2014 à 2015, tissant des liens déjà bien entretenus avec une longue carrière de député.

Une signification plus profonde

Mais réduire cette élection à une banale alternance est un peu court. Des secteurs significatifs des collectifs populaires, et parfois même les plus radicaux de la Primera Linea, ainsi qu’une part importante de la population, ont voulu tourner la page de la guerre civile permanente imposée par l’oligarchie et d’une crise sociale d’ampleur.

Dans un pays où les 10 % les plus riches possèdent 65 % des richesses, où 39 % de la population vit sous le seuil de pauvreté (un million de pauvres supplémentaires suite aux effets de la pandémie), avec une mortalité infantile élevée, une inflation galopante, les raisons ne manquent pas de tenter autre chose.

Pourtant le programme de Petro exclut les nationalisations ou des mesures qui rogneraient – même symboliquement – sur le pouvoir de la puissante oligarchie.

L’armée a menacé de « prendre ses responsabilités » en cas de victoire de Petro et Francia. Des milliers de militantEs de gauche ont été menacés directement à veille du second tour. L’oligarchie, craignant une autre explosion sociale, se prépare ouvertement à l’affrontement avec une gauche modérée qui, elle, ne se prépare pas au choc.

 Mercredi 22 juin 2022 Tristan Katz

https://lanticapitaliste.org/

Lire la suite

21 juin 2022 ~ 0 Commentaire

ouvrière (fr3)

mthilde hi

Législatives 2022. Qui est Mathilde Hignet, une ouvrière agricole à l’Assemblée nationale ?

Ce 21 juin 2022, Mathilde Hignet fait ses premiers pas à l’Assemblée nationale. A 29 ans, la nouvelle députée de la 4ème circonscription d’Ille et Vilaine se présente comme une « Fille de la terre ». Ouvrière agricole dans la ferme familiale, elle est heureuse de représenter les « invisibles ».

Le réveil a sonné très tôt ce matin. Mathilde Hignet est partie à 6h pour sa première journée à l’Assemblée nationale.

Dimanche soir, elle a été élue députée NUPES avec 50,36% des suffrages devant Anne Patault ( REM). 328 voix ont séparé les deux femmes.

« Pendant la campagne, nous sommes juste allés voir les gens chez eux, sur les marchés. » décrit la nouvelle élue. « Je disais bonjour, je suis Mathile Hignet, j’ai 29 ans, je suis ouvrière agricole. Les gens me répondaient Ah ben, c’est bien, ça change, ça va changer ! « 

Née le 10 juin 1993, la députée a grandi à La Chapelle-Bouëxic, dans la ferme bio de ses parents qui produisent cidre, jus de pommes, céréales et pommes de terre. A 15 ans, elle entre dans le Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne (MRJC) et prend des responsabilités dans cette association d’éducation populaire.

Titulaire d’un bac Science et technologies de l’agronomie et du vivant, elle a également un certificat de qualification professionnelle de commis de cuisine qui lui a permis de travailler dans l’Ehpad de sa commune.

Après avoir passé neuf mois à Mayotte à apprendre le français à des demandeurs d’emploi, elle rentre en Bretagne en mars 2022, où on lui propose d’être candidate LFI aux législatives.  »Je me suis dit: après tout, pourquoi pas moi?« , raconte-t-elle.

La jeune femme s’est demandé si elle allait « être capable de tout ça « et puis elle a regardé autour d’elle. Elle a constaté qu’il y a de moins en moins de jeunes à s’engager en politique. Elle a aussi vu les impacts du changement climatique sur la ferme, les épisodes de grêle, la canicule. Elle s’est lancée.

Une fille du pays, une fille de la terre

« Je me considère comme quelqu’un de simple, d’ordinaire. J’ai envie de porter la voix des gens qui sont comme moi, témoigne-t-elle, pour leur redonner de l’espoir. »

Mathilde Hignet a rencontré des tas de gens, des artisans, des soignants, des ouvriers, des agriculteurs qui ont vraiment des conditions de travail et de vie difficiles.

« Il y a des gens qu’on pourrait appeler les petites mains qui ne sont pas bien payées, qui ne sont pas reconnues pour leur travail mais si ces gens n’étaient pas là, nous n’aurions pas de toit au-dessus de nos têtes et pas de quoi se nourrir », souligne la jeune élue. Mathile Hignet souhaite leur garantir de meilleures conditions de travail, un meilleur salaire.

« Si on fait de la politique dans cette Assemblée nationale, dans un endroit propre et rutilant, c’est bien parce qu’il y a quelqu’un qui a fait le ménage. »

« Je suis très heureuse que Rachel Kéké ( la femme de chambre qui a mené la fronde de l’hôtel IBIS ) soit élue. Je l’ai rencontrée lors de la convention de la NUPES, raconte Mathilde Hignet. Elle a fait un discours dans laquelle elle a rappelé que sans elle, sans nous, il n’y avait pas de France. J’étais très émue. »

La nouvelle députée espère pouvoir continuer à travailler un peu sur la ferme familiale. Elle s’y occupait de la cueillette de fruits, de la partie administrative et de la préparation des commandes.

Ses parents savent qu’ils la verront moins souvent dans les vergers mais sont très fiers et très heureux. « Il y a quelques mois, on n’imaginait pas qu’elle serait candidate aux législatives… alors la voir députée !! »

21/06/2022 S.B. (avec Gilles Raoult)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin