Archive | Internet

09 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

La Syrie, terre de mission des conspirationnistes (L’E)

La Syrie, terre de mission des conspirationnistes (L'E) dans International asma-et-bachar-el-assad-4

Au moment où la communauté internationale se déchire sur une éventuelle intervention en Syrie, une partie de l’opinion publique se laisse bercer par la complotite très active des « Bacharophiles ». Pourquoi un tel succès? Eléments d’analyse. Les partisans de Bachar el-Assad voient dans la crise syrienne une machination contre un régime « laïc » et « défenseur des minorités », sans le moindre égard pour les 110 000 morts et les 6 millions de déplacés causés par le régime syrien.

Alors que plusieurs pays dont la France s’interrogent sur l’opportunité d’une action militaire en Syrie après l’attaque chimique qui a fait plus d’un millier de morts le 21 aout, une partie de l’opinion publique est sensible aux sirènes complotistes qui soutiennent plus ou moins objec- tivement le régime de Bachar el-Assad. Ils voient dans la crise syrienne une machination contre un régime « laïc » et « défenseur des minorités », sans le moindre égard pour les 110.000 morts et les 6 millions de déplacés causés par la réponse apportée par le régime syrien à ce qui n’était au départ qu’une demande de réformes.

De l’extrême droite à la gauche de la gauche Cette vision trouve un écho assez « naturel » au sein de l’extrême droite, mais également chez certaines personnalités et organisations qui se réclament de la gauche. « On observe pantois la gauche laïcarde faire des mamours à la droite identitaire et s’émouvoir soudainement du ‘sort des Chrétiens’, s’emporte l’historienne Marie Peltier, tandis que l’on découvre cette même droite subitement férue de laïcité et pourfendeuse de la volonté hégémonique occidentale dont elle a pourtant été l’un des plus fidèles apôtres ». Ces anti-impérialistes, relève Marie Peltier, ne se sont guère manifestés depuis les deux ans que dure la répression orchestrée par ce régime.

Comme il en a l’habitude après chaque massacre, le régime syrien a nié, le 21 août, l’usage d’armes chimiques: « Les infor- mations sur l’utilisation d’armes chimiques dans la Ghouta sont totalement fausses », a réagi l’agence de presse officielle Sana, avant, alors que l’indignation montait, d’accuser les insurgés d’être les responsables de cette attaque. Une lecture des faits aussitôt relayée par une multitude de sites complotistes pro-Assad aux noms évocateurs de cequelesmediasnenousdisentpas, Investig’action ou francaisdefrance. Ils s’empressent de préciser que la Russie a fourni aux Nations Unies des « images satellites, irréfutables, des 2 missiles chargés de produits chimiques qui se sont abattus sur Al Ghouta faisant des centaines de morts, dont la plupart des enfants », précisant que ceux-ci « ont été lancés depuis la région de Douma en Syrie, sous contrôle des rebelles! »

Depuis le début du soulèvement des Syriens contre quarante années de règne des Assad père et fils en mars 2011, Damas a trouvé, dans les pays occidentaux, une multitude de relais veillant à diffuser sa vision de la crise. Aux premières loges, des activistes d’extrême droite ou proches de l’extrême droite comme Frédéric Chatillon. Cette mouvance compte plusieurs figures issues de la gauche de la gauche se proclamant « anti-impérialiste », comme Thierry Meyssan, célèbre pour avoir imputé à une conspiration ourdie par la CIA les attentats du 11 septembre 2001, et fondateur du Réseau Voltaire, aujourd’hui installé à Damas. Mais aussi Alain Soral, qui dirige le site Égalité et Réconciliation, Louis Denghien, fondateur du site Infosyrie (Lire l’enquête de L’Express sur la « légion française d’Assad »), le journaliste Michel Collon, fondateur du site Investig’action, ou l’écrivain Jean Bricmont.

Le rôle démultiplicateur d’Internet L’obsession du complot à l’oeuvre à propos de la Syrie s’est largement développée grâce à Internet. Dans une « époque saturée par l’information, ceux qui tendent vers le conspirationnisme se piquent de pratiquer un hypercriticisme, qui n’est en fait qu’une fainéantise intellectuelle, explique Stéphane François, chercheur spécialisé dans les sous-cultures de la droite radicale. Les publications à connotation paranoïaque/conspirationniste étaient jusqu’à présent confidentielles, très peu lues. Internet, en dématérialisant les supports, a permis une diffusion accrue de ces thèses, au travers notamment de la démultiplication de ces sites ».

Relativiser les exactions du régime Les conspirationnistes, s’ils sont très actifs sur internet, sont certes assez peu nombreux, mais leur activisme est parvenu, bien au delà de leur cercle à instiller le doute sur la réalité des événements en cours en Syrie. Aussi voit-on, notamment sur les réseaux sociaux, nombre d’internautes et de d’activistes remettre en question la réalité des exactions du régime Assad, ou les rela- tiviser en mettant en balance l’incroyable répression menée par Damas, avec les dérapages, condamnables bien sûr mais d’une ampleur infiniment inférieure, d’une partie des rebelles syriens et des djihadistes qui ont profité du chaos pour avancer leurs pions. Et cette prose sert de justification à de nombreux acteurs politiques en France pour justifier leur rejet de toute idée d’intervention, du Front national au Front de gauche. Pour les « tenants de l’interprétation policière de l’histoire », peste l’éditeur franco-syrien Farouk Mardam-Bey, « les manifestations populaires à travers le pays, les dizaines de milliers de morts et de blessés, les centaines de milliers de réfugiés, les arrestations massives, les tortures, les viols, les pillages, les bombardements des villes et des villages à l’artillerie lourde et à l’aviation de combat ne sont qu’une illusion d’optique, des images fabriquées dans les officines de la CIA et les studios d’al-Jazeera. »

Le passif des pays occidentaux Comme souvent dans la complosphère, l’argumentaire sur lequel s’appuient ceux qui nient ou minimisent les crimes du régime Assad n’est pas dénué de fondement. Les réfractaires à toute intervention en Syrie ont beau jeu de rappeler les menson- ges américains sur les armes de destruction massives qui ont servi de justification à l’intervention en Irak en 2003. Et « comment accorder crédit aux invocations vertueuses des Etats-Unis, dont le Plan Condor a soutenu les tortionnaires d’Amérique latine avant de livrer à Saddam Hussein le gaz destiné à leur ennemi iranien? », fait valoir François Burgat, chercheur à l’Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman. Il est difficile, complète-t-il, de donner crédit au soutien à la démocratie de « ces Européens qui boycottent les urnes arabes chaque fois que les vainqueurs ne leur plaisent pas. »

« Au coeur de tous les malentendus que manifeste la lamentable « complotite » qui paralyse aujourd’hui la solidarité internationale à l’égard de l’opposition syrienne, il y a le fait que des diplomaties occidentales au lourd passé de cynisme impérialiste ont compris, après le désaveu des révoltes tunisienne et égyptienne, les limites tactiques du soutien aveugle qu’elles apportaient à des régimes autoritaires déchus. Et qu’elles ont décidé de « changer », au moins partiellement, leur fusil d’épaule », ajoute encore le chercheur.

Un culturalisme frisant parfois le racisme Derrière la vision tronquée de ceux qui doutent de la véracité des massacres commis par le régime, transpire aussi un « culturalisme qui assigne aux autres peuples, consciemment ou inconsciemment, une culture à jamais différente de la nôtre, et qui leur colle à la peau comme une seconde nature, dénonce Farouk Mardam-Bey. S’il est en France tout à fait naturel, quand on est de gauche, de défendre les acquis sociaux et les libertés individuelles et collectives, il est en revanche impensable, inouï, aberrant, contre nature, selon cette même gauche, de vouloir en Syrie vivre libres et égaux. »

Une partie de la gauche latino-américaine, et notamment la communauté d’origine levantine dans ce continent soutient elle aussi de façon inconditionnelle le régime. Janaina Herrera, ancienne diplomate et consultante relève elle aussi « l’absence d’interrogations sur les causes du soulèvement syrien ». « Tout se passe comme si la souveraineté du peuple syrien, si souvent invoquée contre les ingérences extérieures, était dépourvue de tout volet interne. Le grand absent de ces débats est in fine le peuple syrien lui-même ». Pire, pour ces culturalistes, « les Arabes semblent être un peuple qui favorise la violence comme moyen de résoudre les conflits, s’abreuve au puits de l’extrémisme, dont la capacité à rejeter le fardeau du despotisme oriental et l’aptitude à la démocratie est toujours mise en doute. Vue sous cet angle, la violence qui accompagne la révolution n’est pas exceptionnelle et n’appelle donc pas une action urgente », avance le politologue libanais Ziad Majed.

La défense des minorités contre la majorité sunnite La justification que représente, selon la complosphère pro-Assad la « défense des minorités » par un régime qui les a plus souvent manipulées que véritablement défendues a un aspect paradoxal. Ainsi, ceux qui s’indignent des menaces qui pèsent sur les Chrétiens ou les Alaouites, ne s’embarrassent guère de justifier l’oppression de la majorité sunnite (70% de la popu- lation): « Ils préfèrent la tyrannie exercée sur la majorité afin de préserver la minorité », constate Ziad Majed.  La hantise de l’islam est égale- ment présente chez nombre de détracteurs de l’opposition syrienne qui réunit laïcards de gauche et de droite. Pour une partie de l’opinion et notamment au sein de la gauche arabe, par ailleurs, il est difficile d’accepter le cours des événements depuis le début des printemps arabes alors que les forces islamistes ont distancé les « modernistes » à chaque fois qu’ils ont pu voter librement, observe François Burgat. D’où « la tentation de l’alliance avec ces militaires qui disent vouloir ‘sauver la révolution’, comme en Egypte.

L’obsession du « grand jeu » international Les complotistes ne voient dans la crise syrienne qu’un champ de bataille pour les puissances mondiales et régionales. Les doutes légitimes sur les intentions des parrains de l’opposition que sont les monarchies du Golfe, bien peu démo- crates à domicile, servent aussi de prétexte pour délégitimer le combat des opposants syriens. Ceux qui voient dans la crise en cours une cabale américano-israélo-saoudo-qatarie, « sont obsédés par la lecture géostratégique des événements, au point d’en oublier le sort de millions d’individus, de leurs droits et de leurs dignité », regrette Ziad Majed. Ces conspirationnistes « ne s’intéressent qu’aux frontières, aux ressources et aux intérêts des acteurs externes de la crise », oubliant au passage que  » l’essence même des relations internationales est basée sur la quête des intérêts propres des protagonistes -Iran, Russie et Chine compris », ajoute-t-il.

Ceux qui apportent leur soutien au régime baasiste au nom de la cause palestinienne, oublient que les Assad ont plus fait peser leur bellicisme sur les Libanais les Syriens et les Palestiniens eux-mêmes, que sur « l’ennemi sioniste ». D’ailleurs, « l’Etat hébreu s’accommode fort bien des discours sur la ‘résistance’ baasiste, qui n’a jamais été suivie d’effets par le passé », relève Ignace Leverrier, auteur du blog « Un oeil sur la Syrie ». Bien qu’inquiets de la déstabilisation de la Syrie, les Israéliens préfèrent, jusqu’à aujourd’hui, « le diable qu’ils connaissent », selon l’expression employée par un responsable des services secrets israéliens.

En dernier ressort, il faut souligner ce paradoxe: le soutien occidental aux rebelles syriens, décrié par les conspirationnistes « est d’autant plus absurde qu’ils n’en n’ont, pour l’heure, pas vu grand chose, contrairement à l’effort russe, iranien ou libanais, efficacement concentré sur le maintien de l’écrasante supériorité militaire du régime, déplore François Burgat. « Jalonné d’une longue série d’atermoie-ments, faite de promesses incertaines soumises à des exigences irréalistes (Etes-vous tous vraiment laïques?) il est demeuré jusqu’à ce jour plus proche du baiser de la mort que de la main salvatrice. » Par , publié le 06/09/2013 à 10:47

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/la-syrie-terre-de-mission-des-conspirationnistes_1279058.html

Commentaire: Cet article de l’Express n’est pas du NPA. Il offre un éclairage sur la curieuse union rouge-bruns pour Assad que nous partageons.

Lire la suite

11 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Affaire Snowden : vol au-dessus d’un nid de barbouzes

Affaire Snowden : vol au-dessus d’un nid de barbouzes dans Internet cia

La semaine dernière l’affaire Snowden a atteint son paroxysme quand la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal ont fermé leur espace aérien à Evo Morales, président de la Bolivie, de retour de Russie, soupçonné d’avoir à son bord le fameux Snowden.

Cet épisode démontre une fois de plus le jeu de dupes que se livrent les différentes chancelleries européennes depuis les révélations autour des écoutes de la NSA. Nul n’ignorait ces écoutes maintes fois médiatisées ces 15 dernières années (par exemple Echelon en 2000). Les dernières révélations du Spiegel évoquent même la complicité de ces chancelleries dans la collecte et l’échange des informations et données. L’épisode du blocage de Morales prouve que l’impérialisme a des alliés bien dociles. Motivé par la rumeur, il fallait empêcher à tout prix Snowden de quitter la zone aéroportuaire moscovite dans laquelle il se trouve coincé depuis des semaines. Que l’avion concerné soit celui d’un président d’un des États qui dénoncent sans relâche l’impérialisme yankee n’a rien de fortuit. L’indignation feinte par les puissances européennes au moment des premières révélations s’évaporent aujourd’hui devant le pragmatisme des intérêts économiques.

Chasse à l’homme L’accueil de Snowden devient donc un enjeu de politique internationale. Les pays qui s’affrontent régulièrement aux États-Unis sur leur propre continent (Bolivie, Équateur, Venezuela) se déclarent prêts à accueillir Snowden. Et dans différents pays d’Europe, des voix s’élèvent pour pousser les gouvernements à prendre position afin accueillir l’ancien américain. Il ne fait malheureusement aucun doute que cette véritable traque, organisée par les Américains et leurs alliés comme la France, ne tourne mal pour l’homme qui a fait éclater la vérité. Snowden ne pourra sûrement pas quitter Moscou, comme l’illustre l’affaire de l’avion de Morales. Les pressions américaines sont énormes, car les États-Unis ne veulent pas revivre le camouflet subi avec Julian Assange qui avait révélé le fameux Wikileaks. Il faut donc exiger que la France cesse de soutenir les États-Unis dans cette accablante chasse à l’homme.

Thibault Blondin  Jeudi 11 juillet 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 203 (11/07/13)

Lire la suite

11 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Soutien à Médiapart, affaires politico-financières : nous avons le droit de savoir (Bastamag)

Soutien à Médiapart, affaires politico-financières : nous avons le droit de savoir (Bastamag) dans Internet censure

Quarante titres de presse, associations de défense des libertés et syndicats lancent un appel, pour protester contre l’arrêt de la cour d’appel de Versailles ordonnant à Mediapart et au Point de supprimer toute citation des enregistrements Bettencourt. Basta ! est signataire de cet appel, que nous relayons ici.

La liberté de l’information n’est pas un privilège des journalistes mais un droit des citoyens. Dans une démocratie vivante, le pouvoir du peuple souverain suppose le savoir d’un public informé. Etre libre dans ses choix et autonome dans ses décisions nécessite de connaître ce qui est d’intérêt public, c’est-à-dire tout ce qui détermine et conditionne nos vies en société.

S’agissant des affaires publiques, la publicité doit donc être la règle et le secret l’exception. Rendre public ce qui est d’intérêt public est toujours légitime, notamment quand le secret protège indûment des injustices et des délits, des atteintes au bien collectif ou aux droits humains. Ainsi la sécurité des Etats ne saurait empêcher la révélation de violations des libertés individuelles, pas plus que la sauvegarde de l’intimité de la la vie privée, impératif par ailleurs légitime, ne saurait être l’alibi d’infractions aux lois communes.

C’est pourquoi il importe de défendre les journalistes professionnels, les sources d’information et les lanceurs d’alerte ayant permis la révélation de faits d’intérêt général qui, sans leur travail et leur audace, seraient restés inconnus du public. Les soutenir, c’est protéger et étendre un droit de savoir universel, garantie d’un renforcement de la démocratie mondiale à l’heure de la révolution numérique.

Pour toutes ces raisons, nous nous disons solidaires de Mediapart après la récente condamnation lui imposant de censurer, trois ans après leur révélation, ses informations sur le scandale Bettencourt. En signe de protestation, nous faisons désormais nôtres toutes ces informations. Et nous encourageons les médias, les associations, les élus, les citoyens à les reprendre immédiatement et à les diffuser par tous les moyens démocratiques en leur possession.

Les premiers signataires :

Hebdomadaires. Charlie Hebdo, L’Express, Les Inrockuptibles, Marianne, Le Nouvel Observateur, Politis.

Quotidiens. Le Courrier (Suisse), L’Humanité, Libération, Le Soir (Belgique).

Sites d’information. Aqui ! Presse, Aqui.fr, Arrêt sur images, ArteRadio, Basta !, Le Courrier des Balkans, Edito+Klartext (Suisse), Electron Libre, Factuel.info, Infolibre (Espagne), lexpress.fr, Marsactu, Mediapart, Reflets, Rue89, Le Téléscope d’Amiens.

Radio. Radio Nova.

Mensuels et trimestriels. Causette, Lyon Capitale, Mensuel Le Ravi, Polka Magazine, Regards, Terra Eco.

Associations et syndicats. Association Anticor, Association de la presse judiciaire, Attac, Collectif national pour les droits des femmes (CNDF), Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (Cadac), Déclaration de Berne (association pour un développement solidaire, Lausanne, Suisse), Ligue des droits de l’Homme, The National Union of Journalists (branche française), La Quadrature du Net, Syndicat de la magistrature, Syndicat national des journalistes (SNJ), Syndicat national des journalistes SNJ CGT, SNESUP-FSU Alsace, Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil), Reporters sans frontières.

Liste des personnes signataires

Pour signer l’appel

BitTorrent - 14.5 ko
Dossier Bettencourt Médiapart

Vous pouvez télécharger l’archive du « dossier Bettencourt » publié par Mediapart via ce fichier Torrent, avec par exemple le logiciel Transmission (pour Mac & Linux) ou Bittorrent (pour Windows).

À lire :
- Bettencourt-Mediapart : un appel contre la censure, sur Mediapart
- Médias censurés sur l’affaire Bettencourt, sur Basta !

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

Par Rédaction (11 juillet 2013) http://www.bastamag.net/article3187.html

Lire la suite

05 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Édito : yes we scan !

Édito : yes we scan ! dans Internet collectif-mickey-parade-n-142-mickey-espion-branche-revue-260212690_ml

Les prophéties orwelliennes n’en finissent pas de trouver réalité :

le dernière en date, le scandale de la NSA (National security agency), agence américaine d’espionnage… à l’écoute du monde. C’est l’ingénieur informaticien américain Edward Snowden qui a révélé l’étendue du réseau de surveillance américain, qui, loin de s’arrêter à ses propres frontières, espionne le monde entier. Les oreilles de la NSA sont par exemple capables de collecter près de 500 millions de « contacts » par mois en Allemagne. Cette nouvelle affaire fait suite au déjà oublié « Échelon », réseau de surveillance européen de la NSA, qui avait provoqué la constitution d’une commission d’enquête du Parlement européen à laquelle Alain Krivine, alors député européen, avait participé au début des années 2000.

Le scandale s’est amplifié quand Die Spiegel a révélé que des bâtiments de l’Union européenne sont aussi sur écoute. Il s’agit bien entendu d’une atteinte dramatique aux libertés publiques et individuelles, puisque n’importe quel quidam peut se retrouver espionné, de son mail à ses communications, par les différents barbouzes yankee, français ou encore anglais, tout autant qu’un état souverain. Une série de mots « suspects », prononcés ou écrits lors d’une conversation téléphonique ou électronique, et Big brother vous regarde… Il s’agit également du visage invisible de la guerre commerciale que se livrent les différents pays occidentaux, à l’image de la concurrence Airbus et Boeing, guerre qui conduit les États à mettre en place des moyens d’espionnage commercial et industriel.

Mais avec des lois de plus en plus liberticides, des nouvelles technologies (internet, smartphone, réseaux sociaux) qui nous fliquent, des multinationales telles que Google qui négocient avec des dictatures la mise en place de filtres sur le réseau, la surveillance des individus franchit aujourd’hui un seuil inégalé. Cet espionnage n’a pas servi à déjouer les attentats de 2001, mais est par contre responsable de la persécution à travers le monde de syndicalistes, de révolutionnaires comme celles et ceux assassinéEs ces deux dernières années en Égypte ou encore d’opposantEs comme en Chine. Alors attention : si vous dites « socialisme », « barricade », « action » et « États-Unis » au téléphone, Mickey est à l’écoute !

Jeudi 4 juillet 2013 Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 202 (04/07/13) Thibault Blondin

Lire la suite

05 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

« Independence Day » anti-NSA : l’Amérique se réveille ? (Rue 89)

« Independence Day » anti-NSA : l’Amérique se réveille ? (Rue 89) dans Internet nsa_spying

Des millions d’Américains se réunissent ce jeudi pour fêter, comme chaque année, l’Independence Day. Mais ce 4 juillet 2013 devrait avoir une tonalité originale : dans une centaine de villes, des manifestations doivent avoir lieu, non pour communier dans la liesse patriotique, mais pour protester contre la surveillance généralisée révélée par l’affaire Prism. La date n’est pas anodine : le quatrième jour de juillet pour défendre le quatrième amendement, celui qui affirme que « le droit des citoyens d’être garantis dans leurs personne, domicile, papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées, ne sera pas violé… ».

Les citoyens américains se mobilisent

L’Amérique finirait-elle par réagir au système intrusif mis en place par l’administration Bush et poursuivi par Obama ? C’est du moins ce qu’espèrent les initiateurs du mouvement Restore the Fourth et StopWatching.Us, épaulés et relayés par des organisations non-lucratives comme Fight for the Future ou Electronic Frontier Foundation. Selon Doug MacArthur, un des coordinateurs nationaux du mouvement, il s’agit avant tout de faire prendre conscience à un grand nombre de citoyens de l’importance du problème, en essayant d’être relayé par les grandes chaînes de télévision. Un « premier pas » avant d’engager « poursuites judiciaires, boycotts et lobbying politique ».

WordPress, Reddit et 550 000 signataires

Les deux sites n’ont pas trois semaines d’existence, mais ont tout de même réussi à rassembler plusieurs figures de la sphère publique comme privée. De nombreux acteurs du web se sont ainsi engagés à déployer une bannière « anti-NSA » sur leur page d’accueil. Parmi eux, la plateforme de blogs WordPress, le réseau social Reddit, le moteur de recherche DuckDuckGo, ou encore la Fondation américaine Mozilla. La pétition de « StopWatching.Us » demandant au Congrès la publication de l’ensemble des rapports de la NSA, a également collecté près de 550 000 signatures – dont celles du britannique Tim Berners-Lee, principal inventeur du web, de l’artiste chinois Ai Weiwei, ou encore de l’acteur américain John Cusack.

Une initiative qui peine à mobiliser

Le mouvement a peiné à faire parler de lui, notamment du fait de l’absence remarquée – et logique – des géants du web, accusés d’avoir collaboré avec le programme Prism. Les organisateurs espèrent réunir 20 000 personnes dans les rues des grandes villes (New York, Los Angeles et San Francisco). Des estimations loin d’égaler les manifestations de 2012, qui avaient suscité des rassemblements sans précédent contre les projets de loi sur le piratage en ligne SOPA et PIPA. L’initiative avait alors été épaulée par Google et Facebook, mais aussi de nombreux grands sites comme Wikipédia, qui avait fermé l’accès à son portail.

Deux manifestations prévues en Europe

Les Américains sont-il si peu concernés par la surveillance de la NSA ? C’est pour l’instant ce que laissent penser les sondages : la majorité des Américains n’y voient pas d’inconvénient, si cela sert à la lutte contre le terrorisme. Une position révoltante pour Craig Aaron, président de l’association Free Press :

« Je ne pense pas que nous devrions accorder du crédit à ceux qui suggèrent que les Américains se fichent de ce scandale. Ceux adoptant cette ligne espèrent simplement que les gens ne découvriront pas ce qui se passe réellement. »

De l’autre côté de l’Atlantique, l’initiative n’a guère capté plus d’attention avec seulement deux manifestations prévues à Munich et à Londres. L’unique message officiel est venu de la députée européenne Françoise Castex qui a garanti sur Twitter un soutien « unanime » des socialistes européens, réitérant également sa demande de gel des négociations transatlantiques. A 11 heures du matin sur la côte Est des Etats-Unis (17 heures à Paris), seulement quelques centaines de tweets faisaient mention du hashtag du mouvement #restorethe4th. Philippe Vion-Dury | Journaliste

http://www.rue89.com/2013/07/04/independence-day-anti-nsa-lamerique-reveille-243964

Lire la suite

03 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

En 2000 déjà le réseau « Echelon » de la NSA espionnait le monde

En 2000 déjà le réseau

Tout le monde s’indigne de la découverte d’un immense réseau d’espionnage américain dirigé par la NSA et capable d’espionner politiquement et économiquement le monde entier. Et pourtant cette découverte est ancienne. Le parlement européen avait même du créer en 2001 une « commission temporaire » pour enquêter sur ce réseau baptisé « Echelon ». Notre camarade Alain Krivine, alors député européen, faisait partie de la vingtaine de députés envoyés notamment aux USA pour mener « l’enquête » et de la petite minorité qui refusa de voter le rapport. Nous publions ici une interview de ce dernier pour RFI datant de mai 2001.

Le réseau Echelon et le «cynisme» américain

Une délégation des membres de la commission temporaire du Parlement européen chargée de faire la lumière sur le réseau d’écoutes électroniques Echelon s’est rendue du 8 au 11 mai dernier aux Etats-Unis pour y rencontrer différentes autorités. Entretien avec l’un de ses parlementaires-enquêteurs l’eurodéputé Alain Krivine, leader de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR).

RFI: Que s’est-il passé lors de votre mission à Washington ?
Alain Krivine:
La commission qui a été élue il y a un an, doit rendre un rapport en juin. Une délégation des coordinateurs de cette commission, un représentant par parti politique, soit une douzaine d’eurodéputés s’est rendue à Washington pour y rencontrer les trois plus importantes institutions dans l’enquête sur le réseau Echelon, c’est-à-dire la CIA (l’Agence américaine de renseignements), la NSA (l’Agence Nationale de Sécurité) et l’Advocate Center, un organisme lié au ministère de l’Economie et de l’Industrie dont les réunions ont lieu en présence de la CIA. La délégation a essuyé un refus. On a appris par courrier que ces rencontres ne pourraient avoir lieu. Ce refus est déjà une réponse politique. La délégation a donc décidé par mesure de rétorsion de rentrer un jour plus tôt. Nicole Fontaine, la présidente du Parlement européen a publié un communiqué de protestation sur l’attitude des autorités américaines par rapport à la commission. Il y a eu un «mini incident diplomatique» entre la commission et le Parlement d’un côté et les autorités américaines de l’autre. Lors de ce voyage, nous avons tout de même eu des discussions avec des personnalités officielles et des ONG qui travaillent sur le problème des écoutes parmi lesquelles des représentants de l’American civil liberties union (Aclu) et de l’Electronic privacy information center (Epic). Mais parmi les personnes que nous avons rencontrées, les interlocuteurs les plus intéressants ont été l’ancien directeur de la CIA, Jim Woolsey et la commission du renseignement de la Chambre des représentants qui est chargée de contrôler la totalité des services d’espionnage américains en liaison directe avec le président Bush.

RFI: Quelles sont les informations que vous avez pu tirer de ces différents entretiens ?
Alain Krivine :
Il en ressort un énorme cynisme. Leur réponse: les Etats-Unis ont une constitution qui respecte les droits de l’homme, donc il n’y a pas d’écoutes illégales. Les Etats-Unis ne font pas d’espionnage industriel sauf exception. Les Etats-Unis ne font pas d’espionnage des citoyens américains, car la Constitution l’interdit. Quant aux citoyens non-américains, les Etats-Unis ne font pas d’espionnage si ce n’est pour des raisons exceptionnelles comme le terrorisme. L’ancien chef de la CIA nous a dit également qu’il a pris connaissance du système Echelon par le livre du journaliste Duncan Campbell et par la presse européenne. C’est un peu grossier venant de la CIA. Quant à la commission du renseignement, quand on leur a demandé si Echelon existe. Ils ont répondu: no comment. En gros, cela n’a servi à rien. Cela ne fait que confirmer qu’il y a quelque chose qui existe. L’ancien chef de la CIA a reconnu qu’il y avait un espionnage en Europe dans trois domaines. Premier domaine où ils reconnaissent qu’ils font de l’espionnage industriel en Europe c’est pour vérifier s’il n’y a pas de commerce avec les pays qui sont sous embargo comme l’Irak, Cuba, etc. Deuxième domaine: les pays européens qui signent des traités commerciaux à coup de pots de vins. Dernier domaine où il reconnaît que les Etats-Unis font des écoutes industrielles des sociétés qui peuvent vendre du matériel militaire qui irait contre la stratégie américaine. Cela fait beaucoup. De leur côté, les ONG confirment qu’il y a un système d’espionnage, avec des relais dans le monde entier, notamment en Europe par le biais de la Grande-Bretagne. Par rapport à ce que l’on savait déjà, il n’y a rien de nouveau si ce n’est cette attitude insolente, hautaine et silencieuse des autorités américaines. Mais ce n’est pas étonnant.

RFI: Comment allez-vous poursuivre votre enquête ?
Alain Krivine:
La Commission s’est réunie mercredi 15 mai à Strasbourg pour faire le point. Le rapporteur de la commission, le social-démocrate allemand Gerhard Schmid nous a donné un pré-rapport de 100 pages qui compte servir de base pour son rapport qu’il publiera fin mai-début juin. Il veut notre avis. On se revoit à Bruxelles dans 15 jours. En juin la commission doit voter un rapport ou un contre-rapport, car il peut y avoir des avis contraires. Tout cela va passer vraisemblablement en septembre devant le Parlement. Le rapport dira qu’Echelon existe. Tout le monde en est convaincu. Après là où il peut y avoir des divergences c’est sur l’étendue, sur la signification politique et surtout sur les moyens de lutter contre. Mardi 2 juillet 2013 http://www.npa2009.org/node/37981

 

Lire la suite

25 juin 2013 ~ 0 Commentaire

USA : internet, un immense réseau policier

USA : internet, un immense réseau policier dans Internet edward-snowden-en-attente-de-l-asile-politique-en-equateur_article_popin

Edward Snowden a dévoilé à la presse l’existence d’un programme de surveillance des communications aux États-Unis. Il est aujourd’hui réfugié à Hong Kong Ancien technicien de la CIA, il travaillait depuis quatre ans à la NSA (National security agency), agence chargée de capturer toutes formes de communication censées intéresser le monde du renseignement américain dont il a révélé des documents confidentiels. Ces révélations concernent la récolte depuis 2006 des données d’appels téléphoniques par l’opérateur Verizon, et vraisemblablement d’autres. Ils concernent aussi un programme appelé Prism qui vise à intercepter les communications d’internautes étrangers se situant hors des États-Unis, sur neuf grands réseaux sociaux comme Facebook.

Big brother « Je n’ai aucune intention de me cacher parce que je sais que je n’ai rien fait de mal », a-t-il déclaré, expliquant que son « seul but est d’informer le public sur ce qui a été fait en son nom et ce qui est fait contre lui ». « Je ne veux pas vivre dans une société qui fait ce genre de choses. Je ne veux pas vivre dans un monde où tout ce que je fais et dis est enregistré ». Il explique : « La NSA a construit une infra­structure qui lui permet d’intercepter presque tout. Avec cette capacité, la vaste majorité des communications humaines sont automatiquement ingérées sans ciblage. Si je veux voir vos courriels ou le numéro de téléphone de votre femme, je n’ai qu’à utiliser les interceptions. Je peux avoir nos courriels, mots de passe, enregistrements téléphoniques, cartes de crédit ». La NSA agit avec la complicité des géants de l’Internet : Microsoft, Apple, Google, Facebook, Skype, OAL, YouTube, PalTalk ou Yahoo. Obama a poursuivi la politique mise en place par Bush au lendemain des attaques du 11 septembre 2001, avec le Patriot act qui a levé toute limite aux pouvoirs de surveillance et d’investigation des services américains. Il tente maintenant de sauver la face en donnant quelques garanties juridiques aux Européens et en se félicitant que le débat s’ouvre… Un débat que la CIA et le FBI ont tranché par avance.

Yvan Lemaitre Dimanche 23 juin 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 200 (20/06/13)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin