Archive | International

04 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Pas de guerre avec l’ukraine! (avanti.be)

msd russie

Déclaration du Mouvement socialiste de Russie

La guerre a commencé.

Dans le but de protéger et d’accroître les intérêts des oligarques en Russie et de la coterie de Ianoukovitch, les dirigeants de la Russie ont entrepris une invasion de l’Ukraine.

Cette agression pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour les peuples ukrainien et russe, et surtout pour la population de la République autonome de Crimée et des régions industrielles du sud-est de l’Ukraine.

Pour l’Ukraine, cela signifie aussi une escalade des conflits ethniques ; pour la Russie, c’est une consolidation du pouvoir dictatorial, la répression et l’hystérie chauvine avec laquelle l’élite dirigeante sera en mesure de neutraliser la colère des masses dans un contexte d’appro-fondissement de la crise économique. Nous partageons aussi l’inquiétude des habitants du sud-est ukrainien sur les tendances nationalistes des nouvelles autorités à Kiev.

Cependant, notre ferme conviction est que la liberté sera obtenue non pas par les chars de Poutine, mais par l’auto-organisation et la propre lutte du peuple pour ses droits civils, politiques et socio-économiques.

Il va sans dire que les peuples de l’Ukraine ont le droit à l’autodétermination, à l’au- tonomie et à l’indépendance. Mais ce que nous voyons aujourd’hui n’a rien à voir avec la volonté démocratique des masses. Il s’agit d’un acte brutal et cynique de l’impérialisme russe visant à annexer un territoire étranger et à transformer l’Ukraine en un protectorat de la Russie.

Aujourd’hui, la lutte pour la liberté en Russie est une lutte contre l’aventurisme de la politique étrangère du régime actuel qui n’utilise les conflits que pour prévenir sa propre fin. Le RSD appelle toutes les forces sincères de gauche et démocratiques à organiser des manifestations anti-guerre. Nos exigences :

  • NON à la guerre russo-ukrainienne ! NON aux provocations et aux effusions de sang en Ukraine !
  • NON à la mise en opposition des peuples de Russie et d’Ukraine !
  • AUCUNE intervention des armées de Russie ou d’autres pays dans les affaires de Crimée !
  • LIBERTE de choix pour les actes pacifiques d’autodétermination pour les habitants de la péninsule de Crimée !
  • OUI à la lutte des travailleurs contre les oligarques
  • OUI à la lutte des travailleurs ukrainiens contre les oligarques et les fonctionnaires corrompus. NON aux conflits ethniques !

Le 1er Mars 2014.
Mouvement socialiste de Russie (RSD)

Le Mouvement socialiste de Russie est la section russe de la IVe Internationale, anciennement section du Comité pour une Internationale Ouvrière.

Source :
http://www.internationalviewpoint.org/spip.php?article3296
Traduction française pour Avanti4.be : G. Cluseret

http://www.avanti4.be/actualite/article/pas-de-guerre-avec-l-ukraine-declaration-du

Lire la suite

04 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Contre la guerre en ukraine

acab

Déclaration des anarchistes

Guerre à la guerre ! Pas une goutte de sang pour la « nation » !

La lutte de pouvoir entre les clans de l’oligarchie en Ukraine menace de se transformer en conflit international armé. Le capitalisme russe tente d’utiliser la redistribution du pouvoir au sein de l’Etat ukrainien pour mettre en oeuvre ses vieilles aspirations impériales et expansionnistes en Crimée et en Ukraine orientale, régions où il a d’importants intérêts économiques, financiers et politiques.

Dans le contexte de la prochaine crise imminente en Russie, le régime tente d’attiser le nationalisme russe afin de détourner l’attention de l’aggravation des problèmes socio-économiques des travailleurs : salaires et pensions de misère, démantèlement des soins accessibles, de l’éducation
et d’autres services sociaux. Dans la tempête d’une rhétorique nationaliste et agressive, il est plus facile d’instaurer un Etat autoritaire et corporatiste basé sur des valeurs réactionnaires et des
politiques répressives.

En Ukraine, la crise politique et économique aiguë a conduit à exaspérer la confrontation entre les « nouveaux » et « vieux » clans oligarchiques, et a pour la première fois utilisé des formations ultra-nationalistes et ultra-droitières pour réaliser un coup d’Etat à Kiev. L’élite politique de Crimée et d’Ukraine orientale n’a pas l’intention de partager son pouvoir et ses propriétés avec les nouveaux dirigeants de Kiev et se tourne vers le gouvernement russe pour avoir de l’aide.

Des deux côtés, on a recours à l’hystérie nationaliste, respectivement ukrainien et russe. Il y a des affrontements armés et effusion de sang. Les puissances occidentales ont leurs propres intérêts et leurs propres aspirations, et leur intervention dans le conflit pourrait mener à une troisième guerre mondiale.

Ces messieurs des différentes cliques belligérantes nous poussent, comme d’habitude, nous les gens ordinaires, les travailleurs salariés, les chômeurs, les étudiants, les retraités…, à nous battre pour leurs intérêts.

Ils veulent nous saouler avec leur drogue nationaliste, nous pousser les uns contre les autres, nous faire oublier nos réels besoins et intérêts : que nous n’avons que faire de leurs « nations », alors que nous avons à régler d’autres problèmes urgents et vitaux : comment joindre les
deux bouts dans ce système qu’ils ont instauré pour nous opprimer et nous réduire en esclavage.

Nous ne succomberons pas à l’intoxication nationaliste ! Qu’ils aillent en enfer avec leurs Etats et « nations », leurs drapeaux et leurs discours ! Ce n’est pas notre guerre et nous ne devons pas y participer et payer avec notre sang leurs palais, leurs comptes en banques et leurs plaisirs de
s’asseoir dans les confortables fauteuils du pouvoir. Et si les messieurs de Moscou, Kiev, Lvov, Kharkov, Donetsk et Simferopol commence cette guerre, notre devoir est d’y résister par tous les moyens !

Pas de guerre entre les « nations »  Pas de paix entre les classes !

KRAS-AIT /Confédération Révolutionnaire Anarcho-Syndicaliste (Russie),
Fédération Anarchiste de Moldavie (Moldavie),
Fraction Socialisme Révolutionnaire (Ukraine),
Internationalistes d’Ukraine, de Russie, de Lituanie, d’Israël et de Moldavie.

http://regard-noir.toile-libre.org/declaration-des-anarchistes-contre-la-guerre-en-ukraine/

Lire la suite

03 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Venezuela, crise économique et pressions de l’opposition de droite (ccr)

febrero2014-collage

Les classes populaires face à la multiplication des dangers

Depuis plusieurs semaines, le Venezuela est agité par des manifestations massives contre le gouvernement de Nicolás Maduro. Le bilan pour l’heure, est de dix-huit morts, des blessés par dizaines et des centaines d’arrestations dans les rangs de l’opposition. Mais la situation est beaucoup plus complexe que ne le présente les médias internationaux : volonté putschiste d’une droite radicalisée, immixtion de l’impérialisme étasunien ; face à ces deux éléments, on a aussi un gouvernement «de gauche» répressif qui recherche le soutien du patronat. Les écueils sont multiples pour le monde du travail, la jeunesse et les classes populaires du Venezuela.

Depuis le 2 février, une partie de l’opposition manifeste avec des cortèges d’étudiants contre le gouvernement de Nicolás Maduro. Les premières protestations n’ont regroupé que quelques dizaines d’activistes qui se sont radicalisés, essentiellement à Caracas et dans les villes proches de la frontière colombienne. Le 12 février, le phénomène devient national et fait la une des médias internationaux à la suite de la mort d’un étudiant d’opposition, Basil da Costa, mais également d’un militant chaviste, Juan Montoya. Au fil des semaines, le bilan s’est alourdi, on compte aujourd’hui 14 morts.

Le gouvernement a d’emblée accusé l’opposition d’être à l’origine des violences pour promouvoir un coup d’Etat. Pourtant, le journal plutôt favorable au gouvernement, Últimas Noticias, a révélé que c’était des fonctionnaires du SEBIN, le service d’intelligence de l’Etat qui étaient à l’origine des premiers tirs mortels. Plusieurs de ces agents ont d’ailleurs été arrêtés depuis. Mais la question fondamentale est savoir comment des manifestations orchestrées par la droite ont pu grossir à tel point, s’étendre à l’ensemble du pays et recruter au-delà du bassin traditionnel de l’opposition anti-chaviste la plus dure.

Une opposition réactionnaire

Certaines revendications défendues dans ces mobilisations sont légitimes : l’inflation a atteint plus de 56 % durant la seule année 2013, grevant ainsi le pouvoir d’achat des travailleurs vénézuéliens. La monnaie nationale a été dévaluée de 46,5 % en février 2013 et l’ajustement de celle-ci à l’égard des taux de change internationaux conduit à une dépréciation encore plus élevée. Les pénuries atteignent en janvier 2014 un indice de 28 % (26,2 % pour le seul secteur alimentaire). Outre la situation économique, le niveau d’insécurité qui a toujours été important au Venezuela, déjà avant la première victoire de Chávez en 1998, suscite une inquiétude et un mécontentement qui déborde largement les classes moyennes urbaines.

Ceux qui se sont hissés à la tête de ces mobilisations sont néanmoins des ennemis mortels des classes populaires vénézuéliennes. Le motif initial de la mobilisation, « sortir » le gouvernement Maduro, dénote d’une franche volonté putschiste. Les leaders politiques que l’ont retrouve à la tête des mobilisations sont issus de la droite vénézuélienne la plus dure. Leopoldo López, ancien maire d’un des arrondissements les plus aisés de Caracas, dirigeant du parti de droite Voluntad Popular, est aujourd’hui incarcéré, accusé par le gouvernement d’être l’instigateur des violences. Son acolyte, la députée María Corina Machado, est la porte-parole de l’ONG Sumate dont le financement par des officines du gouvernement étasunien est avéré. Le caractère séditieux de ce groupe peut être mesurée à l’aune du comportement du général à la retraite Ángel Vivas, menacé d’être interpellé qui déclare aux journalistes présents à son domicile, fusil à la main, qu’il se défendra contre les forces de l’ordre et appelle les manifestants à se maintenir près de chez lui pour empêcher son arrestation.

Cette volonté putschiste affichée n’est le fait que d’un secteur de l’opposition. La Mesa de Unidad Democrática (MUD, Table ronde de l’Unité Démocratique, coalition rassemblant la plupart des partis d’opposition) n’est pas à l’origine de ces rassemblements. Le candidat de la MUD aux élections présidentielles contre Hugo Chávez en octobre 2012 et Nicolás Maduro en avril 2013, Henrique Capriles Radonski, appelle à ne pas manifester et préfère attendre les prochaines échéances électorales pour espérer l’emporter légalement en profitant de l’impopularité de la politique économique du gouvernement.

Ce secteur, légaliste par opportunisme politique, n’en est pas moins putschiste « par essence ». En avril 2002, l’ensemble de l’opposition avait tenté de réaliser un coup d’Etat contre Hugo Chávez avec le soutien des Etats-Unis et des grands médias de communication. Le président de Fedecámaras, la principale organisation du patronat vénézuélien était même devenu durant 48 heures chef de l’Etat en poussant Hugo Chávez à l’exil avant que celui-ci ne soit rappelé par les classes populaires et des secteurs de l’armée. Henrique Capriles Radonski avait alors activement participé au coup de force et était parti à l’assaut de l’ambassade de Cuba. Aujourd’hui encore, Henrique Capriles Radonski demande la libération d’un ex-commissaire, Iván Simonovis, au rôle protagonique lors de ce coup d’Etat avorté.

Un gouvernement conciliant avec le patronat

Si l’opposition est résolument pro-patronale et pro-impérialiste, le gouvernement est responsable de la situation économique et politique catastrophique que connaît le Venezuela. Lorsqu’à l’automne dernier, les travailleurs de SIDOR, une entreprise sidérurgique publique, ont été en grève durant trois semaines pour le simple paiement de primes promises dans leur convention collective, le gouvernement a refusé de satisfaire leurs revendications, les a accusés de retarder les programmes sociaux en bloquant la production, a menacé de « militariser » le conflit et a accusé les travailleurs d’être manipulés, pêle-mêle, par des anarcho-syndicalistes, la droite vénézuélienne ou des diplomates étasuniens.

Plus récemment, ces dernières semaines, en pleine vague de manifestations de l’opposition, au lieu de mobiliser sa base sociale, le gouvernement a arrêté durant 48 heures une dizaine de militants syndicaux du secteur pétrolier qui protestaient contre le non-renouvellement des conventions collectives. Il y a deux semaines, en pleine polémique autour de la répression des manifestations étudiantes, l’UNT, la centrale syndicale chaviste critique, a été délogée des locaux qu’elle occupait depuis plus de dix ans. Ces épisodes de répression n’ont pas eu droit aux couvertures médiatiques dont Leopoldo López a bénéficié. Quelle que soit la latitude, un ouvrier est, aux yeux des grands médias, bien moins télégénique qu’un politicien réactionnaire. Plus généralement, on estime autour de 200 le nombre de dirigeants syndicaux poursuivis, d’une façon ou d’une autre, pour des faits liés à des mouvements sociaux.

Les solutions proposées par le gouvernement de Nicolás Maduro sont l’exact opposé de ce qui pourrait relancer un processus politique d’émancipation dans l’impasse. Le président vénézuélien a lancé une Conférence Nationale de Paix à laquelle il a invité le secrétaire général de la MUD et Henrique Capriles Radonski. Tous deux ont décliné la proposition pour ne pas apparaître trop indulgent avec le gouvernement aux yeux de leur électorat. Pourtant on pouvait remarquer parmi les personnes présentes à cette initiative le président de Fedecámaras, le PDG du conglomérat agro-alimentaire, Empresas Polar, ou encore les dirigeants de deux chaînes de télévision privées.

Ces secteurs économiques puissants demeurent les réels maîtres du Venezuela. Entre 1998, date d’accession au pouvoir d’Hugo Chávez et 2008, la part du secteur public dans le PIB a diminué de 34,8 à 29,1 % en contradiction totale avec les objectifs déclarés du gouvernement bolivarien [1]. Fedecámaras, autrefois putschiste, préfère aujourd’hui échanger sa prétention à gouverner contre celle de réaliser des profits toujours plus énormes. Le gouvernement a accordé en mai dernier à l’entreprise Polar des exemptions de TVA contre la promesse d’approvisionnement. Les promesses n’engagent bien évidemment que ceux qui y croient. La présence de deux dirigeants de chaînes de télévision pourrait étonner. Ces deux canaux avaient participé activement au coup d’Etat d’avril 2002, appelant aux mobilisations de l’opposition, truquant les images pour susciter un climat favorable aux putschistes, imposant un black-out d’informations durant les manœuvres politiques pour écarter Hugo Chávez. En juin 2004, le président du conglomérat médiatique dont les deux chaînes font partie, un des plus puissants d’Amérique latine, Gustavo Cisneros, et Hugo Chávez avait scellé un pacte de non-agression. On est passés, avec Maduro, à un niveau ultérieur de la conciliation de classe au nom du « Socialisme du XXIème siècle ».

Cette institutionnalisation du gouvernement chaviste mène le Venezuela dans une situation différente de celle d’avril 2002. Nicolás Maduro dispose du soutien fidèle de l’armée, d’un contrôle complet de l’entreprise pétrolière publique, PDVSA, qui gratifie l’Etat d’une juteuse rente pétrolière. Il est toutefois peu probable qu’une fraction substantielle de la population soit prête à risquer sa vie, cette fois-ci, pour défendre le gouvernement. Ce dernier compense sa perte de popularité par son poids dans les institutions tandis-qu’une partie de l’opposition maintient ses objectifs putschistes sans avoir les moyens de sa politique, ce qui ne veut pas dire que le flot des manifestants qu’elle mobilise ne se tarisse.

Une voie étroite qui doit être indépendante de la droite revancharde et d’un gouvernement aux abois

Face à ces dangers, la voie pour les travailleurs est étroite. Si certaines des revendications des manifestants sont légitimes, la volonté putschiste de leurs représentants politiques est celle d’une droite assoiffée de revanche sociale contre le gouvernement chaviste qui, à ses yeux, a trop redis- tribué les richesses aux classes populaires. Le gouvernement de Nicolás Maduro est faible mais , sa stratégie hasardeuse ouvre la voie à un retour de la droite au pouvoir. Les Etats-Unis profitent eux aussi de ces événements pour critiquer, selon les mots de Barack Obama, les « violences inac- ceptables ». La politique gouvernementale est cependant le principal pourvoyeur de vocations pour cette opposition, par son inefficacité économique et par la répression exercée. En poursuivant sa politique conciliatrice à l’égard du patronat, le gouvernement se coupe d’une potentielle mobilisation des classes populaires. (…) Romain Lamel 28/02/14

[1] Victor Alvarez, Venezuela : hacia donde va el modelo productivo ?, CIM, 2009.

http://www.ccr4.org/Crise-economique-et-pressions-de-l-opposition-de-droite-les-classes-populaires-venezueliennes-face-a-la-multiplication-des-dangers

Lire la suite

02 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Venezuela: une lutte de classes

IlustracionMartinBalcala

Pendant ce temps, la « boli*-bourgeoisie » s’en met plein les poches…

Les médias diffusent chaque jour des images des manifestations étudiantes dirigées contre le gouvernement, manifestations qui se tiennent dans les quartiers riches des grandes villes du Venezuela. Les manifestations ouvrières, attaquées à coups de feu par les réactionnaires, qui se déroulent simultanément dans les quartiers pauvres des mêmes localités, sont beaucoup moins connues dans les pays impérialistes.

La violence qui s’exprime dans la rue s’inscrit dans une situation où les pénuries et l’insécurité désespèrent les classes moyennes, tandis que l’inflation galopante et la mise en danger des conquêtes sociales des dernières années mobilisent fortement les secteurs populaires.

La bourgeoisie à l’offensive Sous la pression de l’Église et des responsables politiques « démocratiques » de la droite vénézuélienne, le président Maduro préfère tenter de négocier une issue constitutionnelle en sacrifiant la classe ouvrière et la population pauvre. La bourgeoisie vénézuélienne partage l’objectif de renverser Maduro, de récupérer les revenus de la rente pétrolière et de liquider les acquis arrachés depuis quinze ans par le mouvement ouvrier et populaire. Dans ce cadre, les différences entre ses deux leaders, Henrique Capriles et Leopoldo López, sont d’ordre tactique.

*
Capriles, le perdant de la dernière présidentielle, a pris ses distances avec les manifestations parce qu’il pense arriver au pouvoir par la voie électorale. Il représente la grande bourgeoisie vénézuélienne qui joue la carte d’une transition ordonnée, ne mettant pas en jeu les immenses profits qu’elle a retirés de ses accords avec le gouvernement. D’où sa proposition d’un « gouvernement d’unité nationale ».

*
López, l’un des dirigeants du coup d’État failli de 2002, amnistié ensuite par Chávez mais rendu inéligible suite à des malversations sur des fonds publics, représente à la fois la petite et moyenne bourgeoisie, raciste et anti-ouvrière, et la droite étatsunienne qui brûle du désir de remettre la main sur les réserves pétrolières du pays. Selon une information qui n’a pas été démentie, l’ancien candidat républicain à la présidence US, John McCain, aurait préconisé une invasion du Venezuela afin de pouvoir contrôler les flux pétroliers dans l’intérêt supérieur de la nation.

À la croisée des chemins Une figure de l’opposition moins connue à l’étranger, celle du dirigeant étudiant Lorent Saleh, représente l’aile la plus radicale de la droite vénézuélienne. Saleh a taxé Capriles de « timoré et faible » après les critiques que ce dernier a adressées aux manifestations étudiantes. Selon une enquête du quotidien El Espectador, Saleh a participé l’an dernier au lancement en Colombie de l’Alliance nationaliste pour la liberté, une organisation aux liens néonazis qui opère à Bogota et dans d’autres villes de ce pays.

*
La presse occidentale garde le silence face aux destructions par le feu de moyens de transport publics, à l’encerclement et aux tentatives de saccage de l’Université bolivarienne (ouverte aux étudiants pauvres) ainsi que de médias publics, ou encore aux agressions violentes de médecins cubains qui travaillent dans les missions des quartiers populaires. Pas un mot non plus sur la défense spontanée de ces conquêtes par le peuple vénézuélien, contre les attaques de la droite et de ses paramilitaires.

*
Le processus révolutionnaire vénézuélien se trouve désormais à une croisée des chemins. Combien de temps ce peuple, qui voit son gouvernement négocier avec les agresseurs au lieu de les châtier, pourra-t-il encore résister ? La seule solution est d’avancer dans la mobilisation en développant une auto-organisation démocratique et de masse. Si le gouvernement persiste dans cette voie de la négociation avec la bourgeoisie dite « pacifique », la classe ouvrière vénézuélienne devra, pour ne pas perdre tous ses acquis, imposer une solution qui lui soit propre.

Virginia de la Siega Hebdo L’Anticapitaliste – 231 (27/02/2014)

* boli-burguesia:  se dit des « bourgeois-bolivariens » donc « de gauche » , qui profitent du régime  bolivarien et qui s’ajoutent aux « bourgeois normaux » de droite.

Lire la suite

02 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Japon: des centaines de manifestants protestent contre l’absence de poursuites après fukushima (20mn)

fuk hushim

Officiellement, aucun décès n’a été enregistré comme une conséquence directe de la catastrophe nucléaire…

Des centaines de personnes ont manifesté ce samedi à Tokyo contre la décision de la justice d’aban- donner les poursuites contre les responsables de la catastrophe de Fukushima, trois ans après le pire sinistre nucléaire depuis celui de Tchernobyl. Officiellement, aucun décès n’a été enregistré comme conséquence directe des émissions radioactives de la centrale consécutive à un séisme de magnitude 9 et à un tsunami en mars 2011 dans le nord-est du Japon. Pourtant des résidents de Fukushima se sont suicidés en raison des craintes de radiation, et d’autres sont morts lors des évacuations qui ont vu environ 160.000 personnes quitter, volontairement ou non, la vaste zone sinistrée.

1.656 morts

Selon des statistiques officielles publiées la semaine dernière, 1.656 personnes sont mortes dans la préfecture de stress ou d’autres maladies liées à la catastrophe nucléaire. Le tremblement de terre et le raz-de-marée avaient fait plus de 18.000 morts et entraîné la catastrophe nucléaire. «Il y a eu beaucoup de victimes, mais il n’y a pas de poursuites», a déclaré Ruiko Muto, 61 ans, organisateur de la manifestation de samedi. Des dizaines de milliers de personnes sont toujours dans l’incapacité de rentrer chez elle et des scientifiques estiment que certaines zones devraient être définitivement abandonnées.

Aucune défaillance

Quelque 15.000 personnes dont les fermes ou maisons ont été touchées par les radiations avaient lancé une action en justice en 2012 contre le gouvernement japonais et les responsables de la Tokyo Electric Power (TEPCO), opérateur de la centrale. Mais en septembre, les juges ont décidé de ne prononcer aucune accusation pour négligence, expliquant que personne n’aurait pu prédire un séisme et un tsunami d’une telle violence et indiquant n’avoir trouvé aucune défaillance dans la réponse donnée immédiatement après la catastrophe.

Par ailleurs, quelque 1.800 personnes ont manifesté samedi dans la ville portuaire de Yaizu, à environ 170 km au sud-ouest de Tokyo, pour commémorer le 60e anniversaire de l’essai nucléaire américain de bombe à hydrogène sur l’atoll de Bikini. Le test de 1954 avait provoqué des radiations pour les habitants des îles Marshall et entraîné la mort d’une quinzaine de pêcheurs japonais qui se trouvaient alors près de l’atoll.

Créé le 01/03/2014 à 13h00 — Mis à jour le 01/03/2014 à 13h43

Lire la suite

01 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Venezuela, les travailleurs face à la crise économique et sociale (al’e)

TOPSHOTS-VENEZUELA-DEMO-VIOLENCE

Le pays vit des moments de tensions et d’effervescence sociale.

La cause fondamentale des protestations et des mobilisations des derniers jours – au-delà du rejet des actions répressives policières, militaires et parapolicières – réside dans le fort mécontentement populaire qui s’est accumulé suite à la grave crise économique et sociale à laquelle le gouvernement de Nicolas Maduro cherche à répondre en appliquant une politique d’ajustement économique qui reporte le poids de crise sur les épaules des travailleurs et du peuple.

La dévaluation appliquée par le gouvernement Maduro se traduit par coup dur contre les déjà maigres salaires des travailleurs, cela dans un contexte d’hyperinflation. Le gel des contrats collectifs dans le secteur public et la non-application des obligations légales et contrac- tuelles par les patrons des secteurs publics et privés,  s’appuient sur le refus de prendre en considération les syndicats (autonomes) et sur la criminalisation des luttes que livrent les travailleurs en défense de leurs droits.

Des centaines de travailleurs, d’indigènes, de paysans et d’étudiant·e·s doivent faire face à la justice pour fait de manifestation, cela comme un élément d’une escalade répressive qui vise à freiner le processus de mobilisations qui s’est traduit par 15’231 protestations sociales au cours des trois dernières années.

Notre courant syndical – la C-cura – par son engagement inconditionnel pour les intérêts des travailleurs a souffert directement des coups portés par des hommes de main et des persécutions conduites par des patrons du public et du privé. L’attaque la plus récente de la part de la boli- bourgeoisie [la bourgeoisie bolivarienne dépendante de la rente pétrolière et de l’appareil d’Etat dans lequel les militaires disposent de positions importantes] et l’ouverture d’un procès contre José Bodas, secrétaire général de la Fédération unitaire des travailleurs du pétrole (FUTPV) et dirigeant de notre courant.

Ce procès frappe aussi 9 travailleurs du secteur pétrolier. C’est une action de représailles contre la mobilisation de la raffinerie de Puerto La Cruz, mobilisation défendant la participation du syndicat dans la discussion concernant le nouveau contrat collectif de la branche. A l’inflation de 56,2% pour l’année 2013 s’ajoute le désapprovisionnement (manque de biens, pénuries) qui se situe, selon la banque centrale, à hauteur de 28% pour le mois de janvier 2014 et à 26,2% pour les biens alimentaires.

Toutes les attentes provoquées par le gouvernement sur une prétendue politique de «prix justes» sont apparues comme illusoires. Il s’ensuit que l’inflation ronge les salaires. Durant le mois de janvier 2014, la perte se situe à 3,3%. L’augmentation minimale de 10% décrétée au début de l’année 2014 équivaut à une compensation d’environ 10 bolivars par jour, alors que, selon Elias Eljuri, président de l’Institut national de statistiques, il faudrait au moins 2 salaires minimums pour couvrir les besoins de base d’une famille.

Le mouvement étudiant a développé des revendications démocratiques contre l’utilisation de groupes parapoliciers lors de la répression de leurs manifestations et contre les excès répressifs des corps policiers et de la Garde nationale bolivarienne (GNB). Il est certain que le gouvernement Maduro a affronté les récentes mobilisations en les réprimant à travers le SEBIN (Service bolivarien de renseignement national) et de la GNB [1]. On déplore 10 morts et des centaines de blessés et détenus [dont une partie a été libérée]. Nous considérons que ces revendications démocratiques doivent s’intégrer à un ensemble de revendications sociales et économiques qui offrent une réponse au mécontentement de millions de personnes qui souffrent des conséquences de la crise économique et des politiques d’ajustement du gouvernement.

Mais, aujourd’hui, ils ne se mobilisent pas à cause de la défiance, justifiée, qu’ils ont face aux directions politiques qui composent la MUD (Mesa de Unidad Democrática ; la Table d’unité démocratique), ce rassemblement de forces qui ont déjà gouverné le pays durant la période de l’accord entre les trois formations bourgeoises dit de Punto Fijo (datant 1958, suite à la dictature) et qui se sont opposées aux aspirations populaires.

Ces forces représentent les intérêts patronaux et pro-impérialistes.

C’est pour cette raison que – en toute autonomie face aux deux blocs partisans (les forces dirigeantes du gouvernement et la MUD) qui hégémonisent actuellement la politique vénézuélienne – nous devons unifier les efforts et les forces, depuis le bas, pour rendre visibles nos exigences face aux pénuries, à l’inflation, aux violations des droits des travailleurs, à la crise du système public de santé, aux déficits concernant le logement et à la détérioration des services publics. De la même façon il s’agit d’incorporer les revendications propres des étudiant·e·s, en instaurant un budget plus juste pour l’éducation, en démocratisant les instances de direction des universités.

Malheureusement la majeure partie des directions syndicales a décidé soit de s’aligner, soit avec le gouvernement Maduro, soit sur la MUD. Cela rend difficile l’expression par les tra- vailleurs et les travailleuses de leurs propres revendications dans le contexte actuel. La marche convoquée par le gouvernement et la bureaucratie, la semaine passée [18 février] pour valider le contrat passé dans le secteur pétrolier en constitue un exemple. De son côté, quelques-unes des directions syndicales qui font partie de l’Unité d’action syndicale ont signé un manifeste pour le dialogue social dans lequel elles rejettent, avec raison, la répression policière et parapolicière, appellent à la dissolution du SEBIN et demandent que cesse la criminalisation des protestations.

Toutefois, elles appellent à protéger les intérêts des investisseurs en proposant une alliance entre travailleurs et capitalistes, position qui enlève tout caractère de classe à leur manifeste. Et elles n’avancent, dès lors, aucune exigence sociale et économique. Ce qui est encore plus préoccupant.

Ces différences font que ni la C-cura, ni la UNETE (Union nationale des travailleurs) n’ont signé un tel manifeste. Nous sommes en faveur d’une amnistie générale de tous les lutteurs sociaux qui sont déférés devant les tribunaux. Nous demandons une enquête, avec la participation d’organisations de défense des droits de l’homme, qui puissent déterminer les responsables matériels et intellectuels des morts et des blessés, actes commis à l’occasion d’attaques armées contre les manifestations. Nous appelons à la solidarité des responsables des médias et des travailleurs des moyens de communication, qu’ils soient privés ou étatiques, afin de rejeter les pressions du gouvernement pour réduire le droit à l’information.

De même, nous sommes en faveur d’un Plan économique et social alternatif pour que les secteurs populaires ne paient pas la crise et pour la faire payer à ceux qui l’ont provoquée: à la bureaucratie gouvernementale et à ses alliés du secteur patronal. Nous exigeons une aug- mentation générale des salaires, un salaire minimum couvrant les besoins de base d’une famille, l’ouverture des réelles négociations sur les contrats collectifs arrivés à échéance, l’exécution des engagements non respectés par les patrons, la suppression de la TVA, la nationalisation de l’industrie pétrolière sans entreprises mixtes ni transnationales, le sauvetage de la Corporacion Venezolana de Guyana (complexe de 15 entreprises spécialisées dans l’extraction de minerais) et des entreprises de ciment. Et, enfin, que soient respectés les droits territoriaux des peuples indigènes.

Avec l’unité des travailleurs et des secteurs populaires, il est possible de présenter une alternative depuis le bas face aux options que prétend nous imposer le pouvoir et qui vont à l’encontre des aspirations économiques et sociales de la majorité de la population. Nous appelons toutes les directions syndicales à défendre les intérêts de la classe ouvrière et à impulser un programme autonome de revendications pour l’opposer aussi bien aux choix du gouvernement qu’à ceux de l’opposition patronale. Nous réaliserons une Rencontre syndicale et populaire dans la ville de Caracas durant la première partie du mois de mars, pour déterminer une position autonome face à la crise nationale. Ainsi, dans les faits, nous avancerons vers la refondation du mouvement syndical et nous dépasserons la polarisation stérile qui a affecté l’initiative politique du mouvement ouvrier au cours des dernières années.

(Déclaration publiée sur le site La Cl@se Info le 26 février 2014; traduction de A l’Encontre)

Publié par Alencontre le 1 – mars – 2014

Déclaration du Courant classiste, unitaire, révolutionnaire et autonome (C-cura)

____

[1] Selon l’AFP, ce vendredi 28 février, la procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega Diaz, a admis devant la presse que 27 enquêtes avaient été ouvertes en raison d’exactions supposées des autorités. «Le ministère public ne va permettre sous aucun prétexte que soient violés les droits de l’homme», a-t-elle souligné. Elle a livré un bilan de ces semaines de manifestations, faisant état de 17 morts et 261 blessés. (Rédaction A l’Encontre)

Lire la suite

01 mars 2014 ~ 0 Commentaire

Déclaration sur l’ukraine (qi)

diegofra

Déclaration adoptée par le Comité international de la Quatrième Internationale.

1- La crise politique a commencé en Ukraine en novembre 2013 quand le président Ianoukovitch a décidé, sous fortes pressions russes, de ne pas signer l’association de libre-échange avec l’UE, en dépit de la campagne officielle menée par le Parti des Régions depuis des mois. Elle s’est déclenchée dans le contexte d’une profonde crise sociale et d’endettement qui plaçait le pays sous pression du FMI. La façon dont la décision a été prise par le pouvoir personnel du président, a donné force à la crainte populaire d’une nouvelle intégration de l’Ukraine dans un projet régional dominé par la Russie, et que cela accentuerait les dérives oligarchiques répressives et présidentielles du régime visibles depuis 2010.

Dès lors la crise fut loin d’opposer deux camps ou programmes clairement délimités : elle a révélé des différenciations et hésitations parmi les oligarques et élites, même au sein du Parti des Régions (du président), et – en dépit de différences culturelles, sociales et politiques entre différentes régions historiques du pays –, l’émergence des masses comme un facteur indépendant exprimant leur « indignation » et défiance envers les partis politiques – que ce soit par l’implication directe dans le mouvement Maïdan (surtout dans l’ouest et le centre du pays) ou de façon passive (dominant dans l’est russophone).

Une semaine de violence sanglante a imposé le point de vue des protestataires en faveur du départ immédiat du président Ianoukovitch. Ce n’est pas un « coup d’Etat » qui l’a renversé : son impopularité croissante est devenue rejet absolu devant l’horreur de quelques 80 victimes de ses snipers tirant à balles réelles contre les manifestants. C’est cela qui a produit, après des mois d’hésitation des institutions dominantes entre répression et dialogue, l’isolement radical du président dans son propre camp : le Parlement a voté sa destitution, pendant qu’une partie des forces de police et sans doute de l’armée se déclarait à Kiev, comme en régions, « du côté du peuple », et que la fuite vers la Russie du président était stoppée dans le Donetsk, au cœur de son propre bastion.

2- Ce mouvement, depuis le début, a présenté des traits combinés, à la fois révolu- tionnaires (démocratiques, anti-hiérarchiques, auto-organisé) et réactionnaires – dont l’issue globale est et demeure tributaire de luttes politiques et sociales. Ces traits ont été également profondément liés au caractère marquant l’actuelle société ukrainienne post-soviétique (atomisée, sans identité de classe claire, avec une dégradation de l’éducation et l’hégémonie des idées nationalistes réactionnaires dans la société – combinées avec un légitime attachement à l’indépendance nationale et l’héritage dramatique du stalinisme).

Nous soutenons le mécontentement et les aspirations populaires à une vie décente et libre dans un Etat de droit débarrassé de son régime oligarchique et criminel, exprimés dans le mouve- ment dit EuroMaïdan et dans le pays – tout en étant convaincus que l’Union européenne (UE) est incapable de les satisfaire, et en le disant.

Nous soutenons le droit du peuple ukrainien tout entier à décider et contrôler les accords internationaux négociés – ou rompus – en son nom, que ce soit avec la Russie ou avec l’UE. Avec une pleine transparence sur leurs effets politiques et socio-économiques.

Nous dénonçons toutes les institutions et forces politiques internationales ou nationales, quelles que soient leurs étiquettes, qui limitent la pleine et libre détermination de ces choix par la population, que ce soit par des diktats économiques ou financiers, par des lois et forces de sécurité liberticides, ou par des agressions physiques qui interdisent la pleine expression pluraliste des choix et désaccords. Sur ce plan, nous dénonçons tout autant les courants d’extême-droite que les forces de sécurité du régime, qui partagent d’ailleurs souvent la même idéologie réactionnaire, antisémite et nationaliste violemment exclusive.

Alors que les principales forces politiques organisées étaient de droite ou d’extrême-droite, nous soutenons les forces sociales et politiques qui ont cherché à construire une opposition de gauche au sein de ce mouvement. Elles ont ce faisant refusé de rester à l’extérieur de ce mouvement ou de l’assimiler à l’extrême-droite. Cette orientation autonome impliquait une difficile confrontation aux courants fascistes et l’accent sur la dénonciation de 25 ans de privatisations quelles que soient les partis politiques au pouvoir depuis l’indépendance du pays.

3- Après la chute du régime Ianoukovitch, le mouvement de masse lui-même, n’a pas de programme progressiste basé sur des revendications démocratiques nationales et sociales ou de force politique et syndicats indépendants implantés parmi les travailleurs – tout en étant imprégné d’espoirs de réels changements politiques et sociaux. Quels que soient les résultats des prochaines élections, des désillusions populaires suivront. Et quels que soient les accords conclus avec l’UE, les nouveaux partis au pouvoir poursuivront les attaques sociales, avec le risque de confrontations intérieures conduisant le pays à la désintégration.

La gauche alternative doit répondre aux espoirs et illusions populaires par ses propres propositions sur les enjeux sociaux, linguistiques, démocratiques, contre les divers partis de droite.

Nous espérons que la population ukrainienne trouvera ses propres formes auto-organisées d’expression autonome de ses exigences concrètes et de défiance envers les partis dominants, dans toutes les régions du pays.

Comité international de la Quatrième Internationale, le 25 février 2014

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article31230

Lire la suite

27 février 2014 ~ 0 Commentaire

Que se passe-t-il au venezuela? (al’e)

febrero2014-collage

Les images de milliers de manifestants dans les rues des principales villes véné- zuéliennes, du déploiement de troupes et des actions de groupes de civils armés ont été diffusées à l’échelle internationale au cours des deux dernières semaines. Elles ont été accompagnées, d’une part, par les déclarations grandiloquentes du gouvernement qui dénonce un coup d’État et, de l’autre, par les allégations de la direction de l’opposition bourgeoise, qui y voit une confirmation supplémentaire du caractère dictatorial du système politique vénézuélien.(…)

Victoire électorale, mais 56,2% d’inflation

En décembre 2013, la crise actuelle a été précédée par une victoire électorale du chavisme. S’ap- puyant sur une campagne contre la spéculation pendant laquelle il est intervenu dans quelques chaînes de magasins, principalement dans le secteur de l’électroménager, le gouvernement a rem- porté 71,64% des municipalités, obtenant environ 49% des voix, soit près de neuf points de plus que la Mesa de Unidad Democrática (MUD), la coalition des partis de l’opposition bourgeoise. Les dissidents du chavisme ont obtenu 5%, ceux de la MUD un peu plus de 2%, de même que les autres candidatures indépendantes. La MUD avait fait campagne en donnant au scrutin un caractère de plébiscite contre le gouvernement, et elle a échoué en ce sens.

Toutefois, la victoire du chavisme est relativisée par l’aggravation de la crise éco- nomique.

L’année 2013 s’est conclue sur les indices d’inflation et de pénurie les plus élevés depuis la période initiée en 1999. La fausse promesse du gouvernement selon lequel un «juste prix» des articles de consommation serait consolidé par les interventions des autorités dans le secteur du commerce à la veille des élections a été rapidement et brutalement démentie par la réalité. Sous l’impact des me- sures de la Banque Centrale du Venezuela (BCV), qui ont entraîné une augmentation de 70% de la masse monétaire pendant l’année 2013, le taux d’inflation a atteint 56,2%. Pendant les seuls mois de novembre et décembre, en pleine campagne pour le «juste prix», l’inflation a été de 7%. (…)  Entre 2012 et 2013, la surfacturation des importations a dépassé 20 milliards de dollars. Maduro a été obligé d’admettre publiquement que le gouvernement n’avait jamais effectué aucun contrôle a posteriori de l’allocation de devises aux entreprises importatrices. (…)

Face à cette situation, le gouvernement a utilisé le capital politique de sa victoire électorale pour promouvoir des négociations avec la MUD afin d’obtenir son soutien aux mesures d’austérité qu’il souhaitait mettre en œuvre. Dans une volte-face typique du chavisme, dix jours après des élections municipales où il était censé avoir vaincu le «fascisme», Maduro s’est réuni cordialement à Mira- flores [palais présidentiel] avec la plupart des maires et des gouverneurs de la MUD. Parmi les diverses propositions discutées à cette occasion a été évoquée une augmentation du prix de l’essence, qui est très fortement subventionnée. Dans un communiqué ultérieur, la MUD a déclaré appuyer cette mesure et annoncé qu’elle mettait «à la disposition de l’exécutif ses ressources techniques et politiques afin d’obtenir le consensus le plus ample autour d’une question d’une telle importance dans la vie des Vénézuéliens» [1]. Au cours de réunions ultérieures avec Maduro et le ministre de l’Intérieur, réunions auxquelles participait le principal dirigeant de la MUD, Henrique Capriles, les autorités régionales et locales ont eu un échange de vue sur la mise en œuvre de plans de sécurité conjoints. De fait, l’impasse qui s’était ouverte avec l’élection présidentielle d’avril 2013, dont la MUD n’avait pas reconnu les résultats, est aujourd’hui surmontée. (…)

Les manifestations du 12 février changent de contenu

Les premières manifestations n’ont été animées que par quelques dizaines de militants, avec un caractère clairement provocateur, comme l’action contre la résidence du gouverneur de Táchira ou les actions armées effectuées  à Mérida. Il y a eu aussi des violences policières, comme à Mérida, par exemple, où un étudiant qui ne participait pas aux manifestations a été grièvement blessé. Des personnes détenues à San Cristobal ont été transférées à la prison de Coro, à 500 kilomètres de distance. Les principaux slogans de ces manifestations visaient l’insécurité, mais au fur et à mesure que s’approchait le 12 février, les appels ouverts à la démission de Maduro ont commencé à se faire entendre.

Parallèlement, le PSUV a commencé à utiliser des groupes de choc parapoliciers pour briser les manifestations, qu’elles soient pacifiques ou violentes, et attaquer des zones résidentielles. Un exemple de ces actions est l’attaque contre la résidence de Mgr Chacón à Mérida, où se déroulait une protestation sous forme de concert de casseroles, et où deux personnes ont été blessées.

Par rapport aux mots d’ordre initiaux, les manifestations du 12 février, qui ont eu lieu dans 18 villes, ont changé de contenu: on y revendiquait la libération des étudiants détenus et la cessation des actions répressives de la police et des groupes parapoliciers. À l’intérieur du pays, où la pénurie et la crise des services publics se font sentir de façon beaucoup plus sévère que dans la capitale, les manifestants ont aussi formulé des revendications liées à ces questions.

Les deux factions de la MUD ont été clairement dépassées par l’ampleur des manifestations, sous- tendues par le mécontentement de larges secteurs de la population face à la crise économique et aux mesures d’austérité mises en œuvre par le gouvernement. Le PSUV a lui aussi organisé des rassemblements et des manifestations le même jour, mais de moindre ampleur.

À Caracas, on a enregistré des faits qui ont entraîné une évolution majeure dans le développement des protestations. Aux abords du siège du Ministère Public (Fiscalía General), alors que s’était dispersée la manifestation initiée sur la Plaza Venezuela, des groupes d’étudiants et d’activistes ont entrepris d’affronter la police en lançant des pierres et ont provoqué des dommages à la façade de cet édifice gouvernemental. Ils ont été réprimés à balles réelles par la police politique, le Service bolivarien de renseignement national (SEBIN), la Garde nationale bolivarienne (GNB) et des groupes parapoliciers. Le bilan est de deux morts: Bassil Da Costa, un jeune homme abattu par une balle dans le dos,  et Juan Montoya, un membre de la police municipale de Caracas-Libertador (mairie tenue par le chavisme)  qui faisait partie d’un des groupes parapoliciers intervenus contre les protestataires. D’après la famille et les amis de Montoya, c’est un «fonctionnaire» qui lui aurait tiré dessus.

Plus tard, dans un autre quartier de la capitale, l’un des manifestants qui était venu en aide à Da Costa, Roberto Redman, a été assassiné par balles depuis une moto chevauchée par des civils, dont les tirs ont d’ailleurs fait cinq autres blessés. Cette même nuit, dans une rue de l’ouest de Caracas, l’attaché de presse de Provea, une organisation de défense des droits de l’homme [NdT: ayant une large trajectoire progressiste auprès des mouvements sociaux depuis les années 1980], a été sé- questré à proximité d’un barrage de police par des hommes armés sans uniforme se présentant comme des agents du SEBIN. Ils lui ont confisqué son téléphone portable et, après l’avoir tabassé et menacé de mort pendant près de deux heures, ont fini par le libérer.

Le quotidien Últimas Noticias, dont la ligne éditoriale est favorable au chavisme, a publié un travail d’investigation documentant amplement les actions du SEBIN aux alentours du bâtiment du Ministère Public et les coups de feu tirés contre un groupe de manifestants qui fuyait la police après la chute de Da Costa [2]. Le président Maduro a commencé par rendre les manifestants eux-mêmes responsables de ces morts, affirmant qu’il s’agissait d’un «scénario» semblable à celui du coup d’État de 2002, mais a ensuite déclaré que les agents du SEBIN avaient agi de leur propre initiative et destitué le chef de ce corps répressif. Il ne fait pas de doute que les actions entreprises par le gouvernement et les groupes parapoliciers le 12 février marquent un tournant. Elles ont entraîné une amplification des protestations, même si Maduro a annoncé ce soir que les manifestations non autorisées par le gouvernement ne seront pas tolérées.

Une analogie non pertinente: 2014, une répétition de 2002

Au moment où j’écris ces lignes, six personnes sont mortes dans les manifestations ultérieures au 12 février, et on estime que près de deux cents ont été blessées par balles et par chevrotines, victimes dans la plupart des cas de l’action des groupes parapoliciers et de la GNB. Quarante personnes ont été détenues. On enregistre de nombreuses plaintes concernant les tortures et les traitements dégra- dants infligés par les corps policiers et militaires qui participent aux arrestations. Malgré la milita- risation de San Cristobal et Mérida, les manifestations se poursuivent, et plusieurs quartiers de ces villes sont paralysés par des barricades [3].

La majorité des informations sur les manifestations circule à travers les médias électroniques, étant donné que les chaînes de télévision privées comme publiques respectent les exigences des autorités de ne transmettre aucune information en direct sur les manifestations, ni aucune nouvelle que la Commission nationale des Télécommunications (Conatel) puisse considérer comme une incitation à la violence. (…)

Le gouvernement a recours à l’expédient de se faire passer pour la victime d’un coup d’État en cours d’exécution et de comparer la situation actuelle avec celle d’avril 2002. Il est toutefois impossible de soutenir rationnellement une telle comparaison. On n’enregistre en effet aucune déclaration contre le gouvernement ni aucune défection au sein des forces armées, dont la hiérarchie – officiers généraux et officiers supérieurs – est complètement alignée sur le gouver-nement et sur la fraction de la bourgeoise qui dirige l’État. Cette dernière est principalement constituée par un secteur de nouveaux riches mieux connus par la population sous le sobriquet de «bolibourgeoisie», et dont beaucoup sont d’ailleurs eux-mêmes militaires.

La plupart des dirigeants de la MUD ne partagent pas le mot d’ordre de «démission» impulsé par VP et polémiquent publiquement avec Leopoldo López. L’organisation patronale Fedecámaras n’appelle nullement à la grève, pas plus que la bureaucratie syndicale liée à la MUD. En plein milieu de la crise, le plus puissant capitaliste du pays, Gustavo Cisneros, a annoncé son soutien au gouvernement, tandis que la transnationale Repsol vient de signer un accord de financement de PDVSA de 1,2 milliard de dollars. La hiérarchie de l’Église catholique s’abstient de jeter de l’huile sur le feu et soutient plutôt les plans de «pacification» du gouvernement.

Maduro s’est peu à peu rapproché des positions du gouvernement des États-Unis et, il y a moins d’un an, le ministre des Affaires étrangères Elías Jaua et le secrétaire d’État John Kerry se sont réunis pour annoncer leur intention d’améliorer les relations diplomatiques entre les deux pays. On voit mal comment le fait que Leopoldo López se soit volontairement livré aux autorités, qui avaient ordonné sa capture en tant que responsable des morts du 12 février, peut s’inscrire dans la logique d’une imminente conquête militaire du pouvoir par les armes. (…)

Par conséquent, la tâche principale de la gauche et des organisations sociales est de s’opposer à ces violations des libertés démocratiques, tout en continuant à proclamer que la MUD ne représente pas une alternative politique susceptible de résoudre les problèmes dont souffre la majorité de la population.

La jonction entre la question démocratique et le projet social de transformation

L’utilisation par le gouvernement de forces parapolicières pour dissoudre les manifestations est une méthode ultraréactionnaire que nous condamnons. L’exercice de la censure, que ce soit par le biais d’accords entre le gouvernement et les propriétaires des médias ou par la coercition, implique dans tous les cas une violation du droit à l’information. On constate clairement ici l’incompatibilité de ce droit tant avec la propriété privée des médias qu’avec la gestion bureaucratique des médias étatiques. (…) Au-delà des protestations, les procès menés contre plus de trois cents ouvriers, paysans et indigènes autochtones en lutte doivent être suspendus. Il s’agit là de revendications démocratiques que quiconque se prétend démocrate ou révolutionnaire doit soutenir et qui s’opposent à la doctrine de sécurité nationale invoquée par Maduro pour placer les intérêts de l’État au-dessus des droits sociaux. (…)

Le désastre économique et social a dissipé les illusions du projet chaviste. La tentative de surmonter les problèmes structurels de notre pays dans le cadre du capitalisme en s’appuyant sur le protagonisme de la bourgeoisie nationaliste, des militaires et d’un parti de type corporatif a échoué et se trouve dans un état de décomposition avancée. Les programmes d’aide sociale mis en place après la défaite du coup d’État de 2002 ont dépassé l’apogée de leur efficacité et sont entrés dans une dynamique récessive depuis 2007. (…)

On a des exemples clairs de cette politique avec l’emprisonnement du leader indigène Yukpa Sabino Romero et du syndicaliste Rubén González entre 2009 et 2011 et avec la récente arrestation de dix travailleurs du pétrole qui participaient à une assemblée dans la raffinerie de Puerto La Cruz, dont le secrétaire général de la Fédération unie des Travailleurs du pétrole (FUTPV), José Bodas. Ajoutons à cela une débâcle économique qui n’empêche toutefois pas  les secteurs transnationaux enkystés dans l’industrie pétrolière, la banque privée et les importateurs de s’en tirer à très bon compte. L’utopie réactionnaire d’un «socialisme avec capitalistes» s’est effondrée. Il revient à la gauche révo- lutionnaire de récupérer les drapeaux du socialisme que le chavisme a utilisé à ses propres fins.

D’après les chiffres officiels, plus de neuf millions de personnes, soit un tiers de la population, vivent dans la pauvreté. Près des trois quarts des travailleurs du secteur public gagnent des salaires inférieurs au coût du panier alimentaire, qui s’élève à plus de deux fois le montant du salaire minimum. C’est seulement chez les militaires que les augmentations de salaires sont supérieures à l’inflation. (…)

Par Simon Rodriguez Porras

(23 février 2014, traduction par Marc Saint-Upéry, les sous-titres sont de la rédaction de A l’Encontre)

http://alencontre.org/ameriques/amelat/venezuela/que-se-passe-t-il-au-venezuela.html

Lire la suite

26 février 2014 ~ 0 Commentaire

Venezuela: entendez la voix des jeunes! Ruben Blades (ci)

Je ne suis pas né au Venezuela, j’ai du respect, de l’affection et de la gratitude envers cette nation et son peuple.
*
Je comprends parfaitement que ma position puisse mécontenter certains. Mais c’est précisément l’intransigeance qui définit les groupes en lice, c’est-à-dire le gouvernement et l’opposition. Les deux camps ont eu, chacun à leur tour, l’occasion de véritablement servir leur pays, mais ils ont échoué, peut-être parce que chacun d’eux a préféré servir ses propres intérêts, manquant ainsi à sa mission d’unir le pays. C’est peut-être pour cette raison que les arguments brandis par les représentants des deux côtés semblent captieux aux observateurs indépendants.Le pays est tristement polarisé et c’est pour cette raison qu’on a mal pour le Venezuela aujourd’hui. S’il ne semble pas y avoir de solution, c’est que personne n’est capable de prendre les rênes pour unir le pays et non le diviser. Les sympathisants de l’opposition sont aussitôt considérés comme des bourgeois parasites, des agents de la CIA, des crapules à la botte de l’empire américain. Ceux qui soutiennent le gouvernement sont tenus pour des communistes, des délinquants, des crapules à la botte de Cuba et de la famille Castro. Aucune de ces définitions n’évoque le Venezuela et ses besoins. Elles ne dépeignent que la haine.Non à l’idéologie

Le gouvernement a monumentalement failli à sa tâche de gérer l’administration publique et il a gaspillé de façon singulière et irresponsable une fortune économique sans égale en Amérique latine. Il tente de se maintenir au pouvoir en modifiant des lois et en les ajustant à son idéologie, et il censure au passage tous ceux qui contredisent ou transgressent les principes qu’il prétend imposer. Le président Nicolás Maduro, dont on dit qu’il est un héritier pistonné [d'Hugo Chávez] et bénéficiant d’appuis extérieurs, ne semble pas posséder la lucidité, la sagacité et la maîtrise suffisantes dont a besoin un président pour diriger un Etat si complexe.

Henrique Capriles [gouverneur de l'état de Miranda et rival malheureux de Maduro à l'élection présidentielle], n’a ni le charisme ni le programme nécessaires pour convaincre les très nombreux sceptiques et indépendants. Sans compter qu’une partie de la population voit en lui l’héritier des politiques malhonnêtes de l’époque où régnaient les partis de l’Action démocratique (AD) et du Comité d’organisation politique électorale indépendante (Copei), ce qui le disqualifie d’entrée de jeu. La méfiance qu’il suscite semble l’empêcher de gagner du terrain auprès d’autres segments de la population qui n’aiment pas le gouvernement actuel et ses choix.

Il est vital, actuellement, que de nouveaux acteurs proposent un projet objectif et patriotique, qui ne soit ni démagogique ni idéologique. En ce sens, les initiatives comme celle des étudiants, mais aussi la formation de groupes véritablement indépendants, pourraient lancer un mouvement permettant à la raison nationale de dépasser la colère partisane et la haine entre les classes.

Les jeunes, préparez-vous !

Au Panamá, quelque chose de similaire est arrivé. Je me souviens que pendant la dictature de Manuel Noriega, quelques groupes opposés au régime m’ont attaqué car j’avais refusé de me joindre à eux. Ils ont même réussi à m’accuser, à tort, de soutenir le dictateur, et même d’être un membre du régime militaire. J’imagine que de nombreux Vénézuéliens se trouvent dans une situation semblable car ils refusent de s’investir de façon inconditionnelle ou de diffuser les exagérations, les calomnies, les discours pamphlétaires ou les autres propos grâce auxquels la machine politique traditionnelle prétend conquérir des partisans – des méthodes utilisées par le gouvernement comme par l’opposition, hier comme aujourd’hui.

A l’heure actuelle, il me paraît complètement incompréhensible qu’un pays avec un tel capital naturel et humain, avec tant de qualités, de noblesse et de talent, puisse être soumis à une situation si précaire, sans comprendre que lorsqu’on tombe dans un trou, il faut avant tout arrêter de creuser si l’on veut en sortir. Pour cette raison, je fais plus confiance pour l’instant au potentiel du raisonnement étudiant qu’aux arguments du gouvernement et de l’opposition.

Avec l’affection et le respect que j’ai pour ce peuple, je me permets de suggérer à ces jeunes de préparer leurs arguments avec objectivité, de faire tout leur possible pour convaincre leurs parents et leurs voisins dans tout le Venezuela, de s’organiser en marge de la fracture stérile créée par le gouvernement et l’opposition, et de rendre leurs résultats publics.J’espère qu’ils réussiront à poser des bases permettant d’engager un dialogue sur le potentiel du pays et non sur les conflits d’intérêts de deux camps qui cherchent à le violenter. J’espère que les étudiants, d’El Guajiro à Cumaná, réussiront à exposer leur projet de vie et à le présenter aux deux groupes qui s’affrontent actuellement pour le pouvoir.Il ne fait aucun doute que le président Nicolás Maduro, en tant que chef de l’Etat vénézuélien, doit veiller à la sécurité et à l’intégrité physique de Leopoldo López [opposant arrêté le 18 février], ainsi que de toutes les personnes qui participent aux manifestations en vertu de leur droit politique légitime. Toutefois, il est également nécessaire que les manifestants évitent la violence.

Certains penseront que je m’immisce dans des affaires qui, en tant que Panaméen, ne me concernent pas. Je me permets de le faire en raison de l’affection et du soutien que les Vénézuéliens me témoignent depuis plus de quarante ans, en s’appropriant la musique et les paroles de mes chansons.

Vive le Venezuela !El Espectador Rúben Blades 25 février 2014

*
Dans une lettre ouverte sur son site, Rubén Blades, icône de la salsa en Amérique latine et ex-ministre panaméen, exhorte les Vénézuéliens à dépasser les clivages haineux.

Le Panaméen Ruben Blades, 64 ans, roi de la salsa et auteur du tube tropical Pedro Navaja (1978) est aussi un homme politique. En 1994, il a été candidat à l’élection présidentielle ainsi que, de 2004 à 2009, ministre du Tourisme. Lors d’une intervention télévisée, le président Nicolás Maduro a “regretté” les propos du chanteur, affirmant que celui-ci était “influencé par les chaînes de télévision Telemundo, Univisión et CNN”. Ce à quoi Blades a répondu sur son site Rubenblades.com que ses réflexions proviennent “de la lecture attentive d’innombrables publications”.

Commentaire: Ruben Blades n’est pas un vulgaire « gusano » – vers de terre, nom donné par le régime cubain aux latinos pro-USA. Il est de gauche et écolo, une autorité morale, une « conscience » comme pourrait être Joan Baez. Il a senti que derrière les dernières manifs, il n’y a pas QUE la CIA, pour une fois!

Lire la suite

26 février 2014 ~ 0 Commentaire

Ukraine, quelle victoire?

ukkrr

Près de 80 morts sur les pavés de Maïdan, devenus les martyrs du peuple tout entier révolté, ont fait basculer une part importante de l’appareil politique et policier du président Ianoukovitch, se déclarant « du côté du peuple ».

S’agit-il d’une sortie de crise ?

Le parlement a voté vendredi 21 février le retour à la Constitution de 2004 contre l’évolution présidentialiste du régime, puis décidé la libération de l’opposante libérale Ioulia Timochenko en prison depuis deux ans. Dénonçant un « coup d’Etat », Viktor Ianoukovitch a quitté Kiev et aurait été empêché de s’envoler vers la Russie par les gardes frontières, dans son propre fief du Donetsk. Les députés l’ont déclaré dans l’incapacité d’exercer le pouvoir.

Le nouveau président du parlement (proche de Ioulia Timochenko) Oleksandr Tourtchinov, assurera légalement, les fonctions de président par interim en attendant des élections fixées au 25 mai. Un gouvernement « d’union nationale » doit être nommé d’ici mardi. S’agit-il de la fin de la crise ouverte depuis novembre dernier ?

*
Retour sur une crise à facettes multiples

Bien que déclenchée par le refus du président ukrainien de signer un accord d’association avec l’UE, la crise fut loin d’opposer deux camps ou programmes clairement délimités – « pro-russe » contre « pro-UE ». D’une part, les intérêts économiques derrière les étiquettes des partis, sont brouillés : le Parti des Régions (du président) avait fait campagne pour l’accord avec l’UE – et la « libérale » Ioulia Timochenko, native de Dniepropetrovsk, dans l’est russophone, est dite respectée par Poutine et n’a pas manqué de faire des affaires avec la Russie.

De plus, le pays – en dépit de ses divisions régionales linguistiques, religieuses, historiques et politiques réelles – est globalement attaché à ses conquêtes démocratiques et à son indépendance nationale, y compris dans la partie russophone. Enfin, contrairement à la « révolution Orange » de 2004, la mobilisation populaire est aujourd’hui défiante envers tous les partis politiques parlementaires. Or la mobilisation est montée en masse en décembre 2013 en réaction à la violence des Berkuts (forces de sécurité), exprimant l’inquiétude envers un régime de plus en plus présidentialiste où règne une « Famille » oligarchique, et la crainte qu’un rapprochement avec Moscou n’aggrave encore plus ces traits.

Illustration d’une situation confuse : le vote des lois répressives en janvier dans un grand désordre parlementaire – puis leur retrait – coexistait avec des appels à l’intervention de l’armée et à la « fermeté » contre les occupations de bâtiments publics ; mais ceux-ci ont souvent été occupés sans affrontements, et dans plusieurs villes de province avec éventuellement le soutien de forces de sécurité du régime…

Finalement, en l’absence d’alternative de gauche crédible – renforcée par les divisions quant à l’attitude à adopter par rapport à ce mouvement – le poids de l’extrême droite (surtout dans l’ouest et le centre du pays) a encore plus brouillé les cartes d’une mobilisation populaire large exprimant une sympathie concrète pour le courage des jeunes affrontant des Berkuts détestés.

Sortie de crise ou risques accrus de partition ?

La semaine de violence sanglante a imposé le point de vue des protestataires en faveur du départ immédiat du président Ianoukovitch et de modifications constitutionnelles. C’est d’abord leur victoire, dans la confusion des enjeux et donc des lendemains.

L’Ukraine est au bord de la cessation de paiement. Ses réserves de devises représentent deux mois d’importations. « L’aide » du FMI serait socialement explosive. Le prêt russe de 11 milliards d’euros et la promesse de baisse du prix du gaz sont gelés jusqu’à la formation d’un gouvernement – avec menaces de protection russe contre les importations ukrainiennes en cas d’accord signé par Kiev avec l’UE. Les Etats-Unis et les diplomaties européennes disent vouloir associer la Russie à la recherche de solutions – la donne aurait-elle changé depuis novembre ?

L’intégration de Svoboda – dont le nationalisme ethnique vante l’Ukraine « européenne » contre la non-Ukraine « asiatique » russophone – dans le « gouvernement d’union », aggrave dramatiquement les risques d’affrontement dans l’est du pays, jusqu’en en Crimée : les Tatars autrefois expulsés par Staline, y soutenaient Maïdan contre les Russes (60% de la population) dans une presqu’île qui est aussi une base militaire pour Moscou. La partition du pays n’est pas exclue d’un avenir fort éloigné des aspirations populaires… Catherine Samary 24 février 2014

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article31190

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin