Archive | International

11 août 2013 ~ 0 Commentaire

Chine, l’état du mouvement syndical et des luttes ouvrières (1)

Chine, l’état du mouvement syndical et des luttes ouvrières (1) dans International

Membres du comité de rédaction du site China Labour Net, Au Loong-Yu et Bai Ruixue sont engagés de longue date dans la solidarité avec les luttes ouvrières en Chine continentale comme à Hongkong.

Membre fondateur du Globalization Monitor, Au Loong-Yu a aussi été l’un des porte-parole de l’Alliance du peuple lors des manifestations contre la réunion du Fonds monétaire international dans l’ancienne colonie britannique, en 2006.

La firme taïwanaise Foxconn emploie 1, 5 million de salariés en Chine continentale, produisant des composants élec- troniques pour des marques comme Apple. Elle a annoncé qu’elle autoriserait l’élection de représentants syndicaux en juillet 2013. Pensez-vous que la démocratisation des sections syndicales d’entreprise est possible dans le contexte d’un Etat policier ?

Selon des médias occidentaux, il s’agirait de la première tentative de syndicalisation à Foxconn. Cela n’est pas exact. En 2007, la Fédération des syndicats de Chine (connue sous son sigle anglais d’ACFTU) avait publiquement annoncé qu’elle avait constitué une section syndicale d’entreprise dans une usine de Foxconn où une lutte s’était récemment produite. Le quotidien Southern Metropolitan Daily a interviewé des travailleurs de cette entreprise. Ils lui ont dit ne pas savoir ce qu’était un syndicat, ou qu’ils ne prendraient contact avec la section syndicale qu’en dernier ressort. Donc, au moins à Shenzhen, il y a déjà un syndicat à Foxconn, mais personne ne sait s’il a fait quoi que ce soit pour les ouvrières et les ouvriers.

Deux travailleurs de Foxconn Zhengzhou se sont suicidés en se jetant dans le vide voici moins de quinze jours, après que la direction a imposé sans préavis le « mode silencieux » à ses salariés. Les employés se sont plaints qu’il leur était interdit de parler au travail, soit plus de 10 heures par jour. Cela en a conduit plus d’un au désespoir. Foxconn est connu pour imposer à sa main-d’œuvre une discipline militaire. Dans la seule année 2010, quatorze travailleurs se sont donné la mort. On se demande ce que la Fédération des syndicats a jamais fait pour empêcher Foxconn de traiter ses salariés comme des esclaves. Si une section syndicale d’entreprise avait une effectivité, comment la direction pourrait-elle leur imposer le « mode silencieux » sans même les consulter ?

Pas de syndicats libres sans liberté politique Nous ne partageons pas l’idée selon laquelle une démocratisation générale des syndicats dans l’entreprise est possible en l’absence de libertés civiles dans le pays. L’expérience de la réélection de la section syndicale de Honda Foshan le montre. Les travailleurs de Honda Foshan ont mené une lutte héroïque et victorieuse en 2010, obligeant la direction et la section locale de la Fédération des syndicats non seulement à consentir une augmentation de salaire, mais aussi à assurer une réélection syndicale dans l’usine. En 2012, une ONG a enquêté sur cette réélection. Malgré la rhétorique des dirigeants du Parti communiste et de l’ACFTU, dans le Guangdong, sur le respect du droit des travailleurs à une élection démocratique, il s’avère qu’il ne s’agissait que d’une élection partielle, une partie seulement de la direction syndicale y étant soumise. Le précédent président, contre lequel les grévistes étaient très remontés, a gardé son siège.

Une élection complète a finalement eu lieu en 2011, sous l’auspice du syndicat local. Cependant, en accord avec les procédures établies par l’ACFTU, la direction sortante a monopolisé le processus de nomination des candidatures à la nouvelle direction. Ainsi, les em- ployés de niveau « encadrement », directorial, ont été autorisés à se présenter comme candidats devant le congrès syndical. De plus, ils ont bénéficié d’un ratio délégués/membres bien plus favorable que les travailleurs du rang.

En conséquence, des membres de l’encadrement ont été élus à la direction du syndicat, alors que les militants qui avaient mené la lutte de 2010 se voyaient éjectés. Les élections dans les secteurs et les comités à la base se sont produites après la reconstitution complète de la direction syndicale centrale de l’usine. Cette procédure a été délibérément organisée pour être très compliquée, très lente, de façon à pouvoir être plus aisément manipulée d’en haut. Et puis, récemment, le 18 mars dernier, les travailleurs d’Honda Foshan sont à nouveau entrés en grève, n’étant pas satisfaits du programme d’ajustement salarial proposé par la direction et le syndicat de l’entreprise. A leurs yeux, ce programme n’était à l’avantage que des niveaux les plus élevés du salariat et il désavantageait les salariés du bas de l’échelle. A la suite de la grève, des hausses de salaire plus élevées ont été offertes aux deux échelons les plus bas.

Les syndicats officiels contestés Cette grève semble bien indiquer que la capacité du syndicat de défendre les intérêts des travailleurs n’est pas très significative. Elle montre le peu de communication entre la section syndicale et les travailleurs du rang, le fait que ces derniers ont dû une nouvelle fois la contourner et engager eux-mêmes une grève pour défendre leurs droits. A la vérité, les ouvriers expliquaient que la position du syndicat était la même que celle de la direction de l’entreprise. Deux semaines plus tard, c’était au tour de travailleurs d’une autre boite, l’usine électronique Ohms à Shenzhen, de demander que son poste soit retiré au président élu du syndicat, Zhao Shaobo. Zhao avait été élu à ce poste l’an dernier à la suite d’une grève exigeant précisément que les travailleurs aient le droit de pouvoir élire leurs propres représentants. Cependant, certains salariés accusent maintenant Zhao et le syndicat de n’avoir pas protégé leurs intérêts, notamment en ce qui concerne la défense du contrat de travail de 22 employés qu’Ohms a décidé de ne pas reconduire au début de cette année. Selon les tra- vailleurs, Zhao a même essayé de les convaincre d’accepter les propositions de la direction de l’entreprise. « Nous ne voulons pas que le président de notre syndicat penche du côté de la direction. Nous voulons élire quelqu’un qui parle pour nous », a dit l’un des ouvriers.

Qu’en est-il des syndicats dans le secteur public ? Il y a beaucoup moins d’informations concernant les syndicats dans les entreprises d’Etat, les SOE ou State Owned Enterprises, « entreprises possédées par l’Etat ». Les médias de masse couvrent plus volontiers les grèves et les réélections syndicales dans le secteur privé, et plus spécialement encore dans les entreprises étrangères, car ils peuvent toujours pointer du doigt les investisseurs étrangers en les accusant de ne pas respecter les lois. Quand la même chose se passe dans le secteur public, étatique, des représentants officiels de l’Etat sont nécessairement et directement impliqués. Du coup, le risque est grand que la presse soit censurée, à moins que les protestations ne deviennent plus larges et ne durent plus longtemps.

De façon générale, dans le secteur privé, la règle est probablement que les syndicats soient réduits à des coquilles vides sous le contrôle des employeurs, le parti-Etat ayant peu d’espace pour intervenir. En revanche, dans le secteur étatique, et même si les entreprises d’Etat ont aujourd’hui une direction plus indépendante que par le passé, l’héritage du rôle du parti et de son intervention sur les lieux de tra- vail n’a pas totalement cédé la place au pouvoir de la direction de l’usine. Bien entendu, les rapports de forces peuvent varier considérable- ment d’une région à l’autre ou suivant les industries. Cela implique probablement que dans le secteur étatique, si les travailleurs veulent un syndicat contrôlé sur leur lieu de travail par les salariés du rang, ils risquent de devoir s’affronter non seulement à la direction de l’entreprise, mais aussi à l’appareil d’un parti hostile et présent au sein même de l’usine.

Un autre fait montre que les syndicats officiels en font bien peu pour protéger les travailleurs de ce secteur. Selon le code du travail, les entreprises d’Etat ne peuvent faire appel à de la main-d’œuvre intérimaire que pour compléter la main d’œuvre régulière, et ce, uniquement dans le cas où cette dernière ne peut pas remplir telle ou telle tâche spécifique. Pourtant, aujourd’hui, elles y recourent massi- vement et l’ACFTU n’a pas rejeté cette pratique devenue courante.

En un mot, rien ne porte à croire que la Fédération des syndicats de Chine va cesser d’agir comme un instrument du parti au pouvoir et de son orientation capitaliste. Même si, à l’occasion, l’ACFTU faisait quelque chose d’utile aux travailleurs, ce ne serait qu’un agenda secondaire. En 2010, sous la pression du lobby patronal de la province de Guangdong et des investisseurs de Hongkong, une clause qui aurait pu conduire à l’élection de représentants des travailleurs pour des « consultations collectives » a été retirée du projet de « règlements sur la gestion démocratique des entreprises » de cette province. La clause originelle n’avait pourtant rien de révolutionnaire,  l’ACFTU aurait contrôlé la nomination des candidats et le mot « négociation » n’apparaissait pas, étant considéré trop « antagonique » ; néanmoins, les révi- sions successives ont vidé la version finale de ce projet de loi de tout sens pour les travailleurs.

Huang Qiaoyan, un professeur de droit à l’université Sun Yat-Sen du Guangzhou, a décrit en ces termes la version révisée de 2011 : elle « reflète le souhait des personnes qui ont rédigé le projet de continuer à contrôler, via les divers niveaux du syndicat, la revendication croissante des travailleurs pour des consultations collectives sur les salaires. Elles ne veulent pas voir une situation où se développeraient des actions spontanées des travailleurs et où les syndicats ne pourraient pas intervenir, qu’ils ne pourraient pas organiser et contrôler. »

Malgré tout cela, le mouvement ouvrier international tend à travailler toujours plus étroitement avec la Fédération des syndicats de Chine, renforçant ainsi sa légitimité. Une crédibilité qui a été une nouvelle fois accordée à l’ACFTU en juin 2011, quand elle a été élue à l’organe dirigeant de l’Organisation internationale du Travail (OIT) par le groupe « salariés ». Vendredi 9 août 2013

Publié dans : Revue Tout est à nous ! 45 (juillet 2013)

Lire la suite

11 août 2013 ~ 0 Commentaire

Chine, l’état du mouvement syndical et des luttes ouvrières (2)

Chine, l’état du mouvement syndical et des luttes ouvrières (2) dans International af18c608-6c35-11df-8a3e-4878cbeca058

Comment évaluez-vous le niveau actuel de mobilisation ouvrière en Chine ?

Pendant plus de dix ans, les luttes ouvrières en Chine sont pour l’essentiel restées économiques. Les résistances aux privatisations dans le secteur d’Etat auraient potentiellement pu ouvrir la voie à des luttes plus politiques, mais cela ne s’est pas concrétisé du fait des rapports de forces : d’un côté, les travailleurs de ce secteur étaient démoralisés et avaient subi des défaites, de l’autre ils auraient dû faire face à une répression sévère.

Une nouvelle génération sans le poids des défaites Néanmoins, les luttes économiques dans les deux secteurs (étatique et privé) peuvent conduire à des changements positifs, même si limités. C’est doublement important. Du fait des gains immédiats obtenus par des victoires, comme l’arrêt de privatisations, l’obtention de meilleures conditions de travail ou la réduction des atteintes à l’environnement. Du fait aussi,  ce qui est encore plus important, que de telles victoires peuvent inspirer d’autres actions à l’avenir ; qu’elles peuvent contribuer à renforcer leur potentiel de succès, comme on l’a vu avec la lutte des travailleurs de l’acier de Tonghua et de l’automobile chez Honda. La forme prise par ces résistances reflète aussi le caractère de plus en plus hardi de la présente génération. A cet égard, et bien qu’encore à une petite échelle, la tentative des travailleurs de Pepsi de coordonner leurs actions via Internet dans plusieurs provinces mérite particulièrement d’être relevée. Dans le passé, une telle coordination avait certes pu être envisagée, mais la peur des conséquences aurait eu un effet dissuasif.

Le fait que les jeunes travailleurs de Honda ont déclaré qu’ils agissaient dans l’intérêt de la classe ouvrière chinoise tout entière montre qu’il y a des signes indiquant que cette nouvelle génération, libérée de la terrible défaite de 1989, a la capacité potentielle de regarder au-delà des enjeux immédiats et de s’identifier à des préoccupations plus vastes que celles limitées à leur propre entreprise. Notons aussi que la répression est aujourd’hui moins effective que les années passées. Non seulement parce que les manifestants deviennent plus har- dis, mais aussi et au-delà, parce que c’est le début d’un changement plus fondamental des perceptions tant du côté du peuple que de la classe dominante. La peur recule, alors que la bureaucratie sent que sa légitimité s’érode graduellement. Après plus de vingt ans de privatisations par et pour la bureaucratie dominante, cette dernière s’est tellement enrichie que la colère s’accumule non seulement chez les travailleurs, mais aussi dans la bourgeoisie privée et les classes moyennes supérieures.

Les « netizens » (citoyens du Net) jouent ici un grand rôle. Depuis des années, ils réclament la publication des chiffres des dépenses des sangong xiaofei, ce qui veut littéralement dire les dépenses des représentants du gouvernement durant leurs voyages à l’étranger, telles qu’achats de voitures, réceptions officielles et banquets. Quand le montant en a finalement été publié, les netizens l’ont jugé déraison- nablement élevé et ont dénoncé le fait qu’il augmentait perpétuellement, le chiffre officiel était de 10 milliards de yuans (soit 1, 63 milliard de dollars) l’an dernier. Les netizens ont alors exigé la publication des montants correspondant aux différents ministères, ce que le gouvernement s’est récemment résigné à faire. Ils ont aussi recouru à des moteurs de recherche pour enquêter sur des hauts fonctionnaires corrompus et ont rendu publiques leurs découvertes.

Ce mode de militantisme a un impact qui va au-delà des réseaux branchés sur Internet. Il influence la perception de plus en plus négative que la population a du parti dirigeant. En conséquence, même s’il est difficile pour les luttes économiques du salariat d’acquérir une dimension politique vu le caractère répressif du régime, la décadence continuelle de ce dernier érode sa légitimité. A moyen terme, cela peut politiser la société, que ce soit à l’occasion d’un grand scandale, d’une lutte de fractions au sein du parti dirigeant, de l’apparition d’une crise économique ou d’une combinaison de tels facteurs.

Est-ce que l’accroissement continu du salaire minimum, l’expansion des logements publics, etc., auxquels on a assisté ces dernières années, indiquent que le parti-Etat possède à la fois la volonté politique et les moyens institutionnels de mettre en œuvre sa politique d’amélioration de la vie du peuple ?

Cette dernière décennie, le salaire minimum s’est effectivement accru de façon continue, mais il faut aussi tenir compte de l’inflation crois- sante – le chiffre officiel est relativement bas, mais on ne peut pas s’y fier. Pour les salariés que nous avons interviewés, la vie reste difficile avec les loyers et le prix des aliments en hausse ; une hausse qui n’est jamais pleinement reflétée dans les statistiques officielles.

Un capitalisme bureaucratique prédateur Ces dernières années, le PCC a promu une réforme du droit du travail et, à s’en tenir aux ap- parences, a mis en place un Etat-providence. Cette question, cependant, doit être évaluée dans son contexte politique. La bureaucratie s’est transformée en une classe capitaliste bureaucratique. Elle a pu le faire avec aisance parce qu’elle se place au-dessus de toute loi, excepté son droit divin à la dictature d’un parti unique. En conséquence, son objectif est de devenir riche à travers sa tâche : l’administration de la société. C’est pourquoi un grand nombre de logements publics a été distribué non pas à des pauvres, mais à des fonctionnaires gouvernementaux et à leurs protégés. C’est aussi pourquoi, si la bureaucratie fait à l’occasion appliquer la loi qui donne droit au peuple à des bénéfices économiques, cela vient toujours après son objectif premier : piller le pays.

Et quand les gens se lèvent pour exiger leurs droits légitimes, le parti-Etat répond par la répression. Même quand elles peuvent paraître bonnes en elles-mêmes, tant que les réformes sociales et économiques continueront à être interprétées et mises en œuvre par les seuls dirigeants du parti, elles tourneront nécessairement, tôt au tard, au vinaigre. Ainsi, les bénéfices économiques ne sont pas seuls à être désespérément nécessités, il en va de même du pouvoir politique au peuple, mais il s’agit de quelque chose que le parti-Etat ne concèdera jamais s’il n’y a pas une très forte pression d’en bas.

N’oublions pas que le gouffre grandissant entre riches et pauvres, comme entre le parti et le peuple, est avant tout le résultat de l’existence de ce parti-Etat et de son capitalisme bureaucratique. En conséquence, l’Etat n’est pas la solution aux contradictions profondes de la Chine : il est plutôt un problème en lui-même,  sa corruption rampante s’impose de façon croissante comme un fardeau insupportable pour la société et provoquera un jour ou l’autre une implosion.

La presse a récemment affirmé que des entreprises chinoises et étrangères quittent la Chine en plus grand nombre pour le Bangladesh et le Vietnam, à cause d’un déficit de main-d’œuvre et de la montée des coûts salariaux. Qu’est-ce que cela va changer pour le pouvoir de négociation des travailleurs ?

Du fait de l’appréciation de la devise chinoise, du déficit de main-d’œuvre et de la hausse des salaires nominaux, le nombre de firmes quittant la Chine a été en augmentation depuis un certain temps déjà ; et cela devrait continuer dans les années à venir. En règle générale, cela devrait jouer en faveur des salariés, mais pour l’heure ce n’est pas aussi significatif que l’on pourrait le croire.

Dans un pays où prévaut la loi de la jungle, les capitalistes, avec l’aide du talon de fer de l’Etat, peuvent toujours trouver le moyen de contourner le déficit de main-d’œuvre et la hausse des coûts salariaux. Ils peuvent par exemple faire appel à des internes des écoles professionnelles, la plupart d’entre eux n’étant même pas adultes : leurs stages en entreprise sont arrangés par les institutions locales d’ensei-gnement public et par les municipalités des provinces ou villes exportatrices. Il y a bien d’autres exemples de collusion entre capitalistes et gouvernements locaux. C’est ainsi que Honda Foshan, comme bien d’autres entreprises, surmonte le déficit de main-d’œuvre.

Un autre moyen est de mettre des enfants au travail. Cette pratique s’était un peu réduite ces dernières années, mais nous suspectons qu’elle regagne le terrain perdu. Nous connaissons des cas à Chaozhou, dans la province de Guangdong, où à nouveau des entreprises de l’ha- billement recourent illégalement à une main-d’œuvre infantile à coût réduit.

Cependant, les bas salaires n’ont jamais été le seul avantage dont bénéficie la Chine. De fait, il y a dix ans, les salaires chinois n’é- taient pas les plus bas en Asie. Les travailleurs chinois sont très productifs par rapport à d’autres pays au niveau de développement écono- mique comparable. Cette main-d’œuvre est en effet très disciplinée et relativement éduquée, ce qui est le résultat combiné d’un Etat très ré- pressif, mais né d’une révolution. Cela continue à contribuer à faire de la Chine l’atelier du monde. Il y a encore d’autres facteurs à prendre en compte, mais nous ne pouvons pas les aborder ici. Ce qui importe, par rapport à la question posée, c’est que même si la période d’abon- dance de la main-d’œuvre est maintenant derrière nous, le statut de la Chine comme atelier du monde ne va pas pour autant disparaître rapidement. Vendredi 9 août 2013Publié dans : Revue Tout est à nous ! 45 (juillet 2013)

Par Au Loong-Yu et Bai Ruixue, Propos recueillis par Pierre Rousset

Lire la suite

10 août 2013 ~ 0 Commentaire

Ambassades fermées : la lutte contre le terrorisme a bon dos (CI)

Ambassades fermées : la lutte contre le terrorisme a bon dos (CI) dans International omar

La presse américaine ne cache pas son scepticisme concernant la fermeture, depuis le 4 août, de plusieurs représentations diplomatiques américaines au Moyen-Orient et en Afrique en raison de menaces d’attentats d’Al-Qaida.
La « concomitance » entre la divulgation des menaces et la récente controverse autour de la National Security Agency (NSA, l’Agence nationale de la sécurité), est soulignée par le Christian Science Monitor.  Selon ce quotidien, « si ces informations n’arrivent pas à point nommé pour détourner l’attention des déboires que connaît la NSA, après les révélations de Edward Snowden, elles offrent toutefois une opportunité pour mettre en avant les mérites de ses pratiques ». Le quotidien est sceptique et avance qu’il serait possible que le réseau d’Al-Qaida soit en train de tester les capacités de réactions des Etats-Unis en permettant intentionnellement l’interception de ces messages. « La réalité ne correspond peut-être pas à ce qui est affiché ».

Le Washington Post pour sa part, adopte un ton critique : « si les menaces d’Al-Qaida, un mouvement de plus en plus décentralisé, provoquent la fermeture pour une semaine de dix-neuf ambassades, consulats et autres postes diplomatiques, Washington a alors une dé- cennie de politique de lutte contre le terrorisme erronée ». Le chroniqueur du Post, Eugene Robinson, poursuit : « Basée au départ en Afgha- nistan, l’organisation d’Oussam Ben Laden a été décimée. Et on entend régulièrement des nouvelles annonçant la mort de membres de cette organisation à partir de tir de drones. Il y a donc une contradiction entre ces succès et le besoin de fermer tant de missions américaines pour se protéger d’une attaque ».

En réalité, « la politique américaine a favorisé le développement d’Al-Qaida dans d’autres pays ». Et c’est dans un « Yémen livré à l’anarchie qu’une branche a pu se construire, celle-là même qui est à l’origine de l’alerte de ses derniers jours », précise le quotidien avant d’ajouter : il y a d’ailleurs des branches d’Al-Qaida qui sont actives en Libye, où le consulat américain à Bengahzi a été attaqué en septembre 2012, d’autres qui se sont emparées du nord du Mali avant d’en être chassées par l’intervention militaire de la France en janvier 2013. Il y a également des membres d’Al-Qaida qui se battent contre le régime de Bachar El-Assad en Syrie, en proie à une guerre civile.

« La fermeture des représentations diplomatiques américaines n’a pas manqué de susciter la jubilation des djihadistes et de leurs sympa- thisants », relève de son côté le New York Times qui rapporte des échanges caustiques sur un forum djihadiste en ligne se moquant de la mobilisation et des mesures de sécurités prises par les Américains et de leur coût faramineux. « Les djihadistes ne sont d’ailleurs pas les seuls à percevoir cette alerte contre le terrorisme d’un œil moqueur », poursuit le Times. « Les ambassades fermées sont d’ores et déjà tellement fortifiées et lourdement surveillées pour prévenir toutes attaques que de nombreux diplomates se plaignent de ces conditions qui compliquent de plus en plus leur travail ».

http://www.courrierinternational.com/article/2013/08/09/ambassades-fermees-la-lutte-contre-le-terrorisme-a-bon-dos

Lire la suite

10 août 2013 ~ 0 Commentaire

Une action concertée transnationale « plantations Bolloré »(Ael)

Une action concertée transnationale « plantations Bolloré »(Ael) dans Altermondialisme cocaplma

 Les riverains ne lâchent rien !

Mercredi 5 juin, jour de l’Assemblée générale des actionnaires du groupe Bolloré, les riverains des plantations (de palmiers à huile et/ou d’hévéas) contrôlées par celui-ci dans trois pays en Afrique ont organisé des actions simultanées de blocage et de perturbation des palmeraies. Si la manifestation a été annulée en Sierra Leone pour raison de sécurité, plusieurs centaines de villageois libériens ont occupé la plantation SRC pendant que des paysans et chefs traditionnels camerounais se rassemblaient devant le siège de la Socapalm à Douala.

Une manifestation de riverains a été bloquée par les forces de l’ordre en Côte d’Ivoire alors qu’ils marchaient vers l’usine centrale. Pour se hisser à l’échelle de la multinationale, ces riverains ont décidé de coordonner leurs luttes pour réaliser cette action concertée transnationale.

Les revendications sont similaires du Cameroun au Sierra Leone. La première : protection de l’espace vital de 250 ha de terres cultivables autour des villages riverains pour les paysans locaux. Les surfaces plantées des sociétés africaines de la Socfin sont en effet passées de 87 303 à 99 683 ha en deux ans. La seconde : compenser cette privation de terres par des services sociaux conformément aux conventions et baux concédés par les États africains. L’interdiction d’accès des riverains aux centres de santé de la Socapalm au Cameroun avait, par exemple, été un motif de soulèvements réguliers.

Une délégation de ressortissants résidant en France des pays concernés (munie de banderoles, tracts et outils agricoles) est venue « accueillir » les actionnaires au siège du groupe avec le ReACT (Réseau d’action concertée transnationale) et l’Afaspa* (Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique). Opération de charme et de communication de Bolloré en réponse : « monsieur Vincent » a dû sortir de l’assemblée des actionnaires pour « recevoir » les revendications. Manifestations en Afrique contre Bolloré: « Cette première action internationale n’est que le début. Nous sommes déterminés à faire respecter nos droits et M. Bolloré devra finir par l’entendre », a affirmé, depuis le Cameroun, Emmanuel Elong, porte-parole du Synaparcam, le Syndicat des paysans riverains de la Socapalm. « M. Bolloré nous a reçus. Nous lui avons relayé la revendication commune de l’organisation dans les plus brefs délais d’une négociation transnationale avec des représentants des riverains de tous les pays concernés », a expliqué d’une voix la délégation parisienne intervenue devant le siège de Bolloré lors de l’AG des actionnaires.

En fait, après coup, Bolloré nargue la puissante mobilisation coordonnée contre son groupe dans les quatre pays con- cernés et à Puteaux en refusant la négociation transnationale qui lui est proposée. Le groupe cherche visiblement à diviser l’action concertée transnationale en programmant des rencontres séparées, en septembre prochain, avec les représentants des collectifs de riverains pour débiter ses promesses de « plan d’action » pour les différents pays.

À cela une seule réponse efficace pour les riverains : exigence maintenue d’une négociation transnationale et renforcement de la force de frappe… Les organisations de riverains au Cameroun et en Côte d’Ivoire montrent la voie en structurant leur alliance pour pouvoir prendre des décisions plus efficacement (calendrier d’actions, revendications, etc.). Les riverains ne lâchent rien ! À suivre de très près…

9 août 2013 par Pierre Sidy

[*] afaspa@wanadoo.fr / www.afaspa.com

Source http://www.afriquesenlutte.org/notr…

Lire aussi: http://pcfbalaruc.over-blog.com/page-1368278.html

Lire la suite

09 août 2013 ~ 0 Commentaire

Allaitement maternel, ces titres qui font frémir! (Bellaciao)

Allaitement maternel, ces titres qui font frémir! (Bellaciao) dans Altermondialisme alliaitment

Frémissement au Parti de la Presse et de l’Argent (PPA), de Libération à El País, du New York Times à RTL : Nicolas Maduro et sa nouvelle équipe menacent la sécurité des États-Unis:

Les femmes bientôt obligées d’allaiter au Venezuela (Le Figaro)

Le Venezuela veut interdire les biberons et forcer à l’allaitement (Le Point)

Allaitement : le Venezuela songe à interdire le biberon (Metronews)

Venezuela : une députée veut obliger les femmes à allaiter (Elle)

L’allaitement bientôt obligatoire au Venezuela ? (Marie-Claire)

Les Vénézuéliennes, bientôt forcées d’allaiter leur bébé ? (Famili)

Allaitement forcé pour toutes les femmes au Venezuela ? (Terrafemina)

Venezuela : les femmes forcées à allaiter ? (Magicmaman)

Et je pourrais continuer d’énumérer, tant ils sont nombreux et presque tous de la même veine, les titres de presse à propos d’un récent projet de réforme de la loi de promotion et protection de l’allaitement maternel de 2007. L’objet n’est pas tant ici d’analyser en détail le contenu de la loi que d’examiner comment la presse internationale, et francophone en particulier, en rend compte. Certains, Le Figaro en tête, ne se donnent même pas la peine de placer un signe d’interrogation en fin de titre, alors qu’il ne s’agit encore que d’un projet de loi. D’autres ont tout de même la décence de mettre le titre au conditionnel, tout en oubliant quelquefois ce conditionnel dans leurs commentaires.

De quoi s’agit-il ? D’un projet de loi qui vient renforcer une loi existante destinée à promouvoir l’allaitement maternel au Venezuela. Si on prend la peine de lire le texte, on se rendra compte qu’il n’est nulle part question d’obliger les mères à allaiter, comme semblent vouloir le signifier la plupart des articles incriminés.

Série de mesures Ce qui est en jeu, c’est le renforcement de l’incitation à allaiter par le biais d’une série de mesures : information des futurs parents sur les bienfaits de l’allaitement maternel par rapport aux alternatives « industrielles » (bienfaits que, soit dit en passant, personne ne remet en cause) ; obligation pour les centres de santé publics et privés de promouvoir l’allaitement maternel et prohibition de donner au nouveau-né d’autres formules, sauf sur indication médicale ; réglementation des étiquetages et interdiction de la promotion et la publicité pour les substituts au lait maternel, etc. Il s’agit en quelque sorte de l’inscription dans la législation vénézuélienne des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel. On peut certes s’étonner de lire dans le texte du projet de loi que « l’allaitement maternel est une politique d’État, iniciative humaniste qui vise à garantir la vie et la santé des enfants et des mères ». Les termes de « politique d’État » gênent bien entendu les partisans du libéralisme à tout crin (dont les membres de l’opposition anti-chaviste) qui ne se sont pas privé de le dire. Mais le contexte explique aussi bien des choses.

Portée et enjeux Il faut en effet connaître les réalités vénézuéliennes pour se rendre compte de la portée et des enjeux de cette politique qui se veut « d’État » : au Venezuela, selon les chiffres du ministère de la Santé, seulement 29 % des mères allaitent leur bébé, contre 69 % en France et 98 % en Norvège.

Les causes de ce pourcentage extrêmement bas sont multiples : Une médecine presque toute entière gagnée par le pragmatisme, la facilité et le goût du gain, et ce dès le temps de formation universitaire. Pour preuve, dans un domaine connexe, le taux de naissance par césa- rienne est de 30 % dans le pays, soit deux fois plus que la moyenne mondiale, avec une pointe de 80 % dans le secteur privé ! De même, il est plus pratique et rémunérateur pour une clinique de proposer des substituts en lieu et place du lait maternel.

La (fausse) image de modernité que véhiculent les produits de substitution au lait maternel, grâce entre autres à la promotion qui en est faite.

Une aliénation quasi générale au modèle nord-américain dominant.

Pour le ministère de la Santé, il convient donc, au moyen de la loi, d’effectuer un rattrapage afin d’atteindre, d’ici 2016, le taux de 70 % de mères allaitant leur bébé. Que cela ne plaise pas aux multinationales qui commercialisent les substituts au lait maternel et autres accessoires tels que biberons ou tétines, ainsi qu’aux médecins privés qui s’en font les promoteurs locaux, c’est de bonne guerre…

Haro sur la bête allaitement. En définitive, le projet de loi justifie-t-il les titres abusifs, racoleurs et frauduleux dont nous a abreuvé la presse internationale ? Sans doute pas. La Suède a un projet de loi qui va dans le même sens et nul n’en a entendu parler. Mais n’oublions pas que, dans notre cas, les journalistes avaient affaire au Venezuela, un pays qui n’est pas loin, dans l’imaginaire politico-médiatique occidental, d’être une « dictature », voire un « pays voyou », aux côtés de l’Iran, de la Syrie de Bachar El Assad et de la Corée du Nord. Alors, haro sur la bête, l’occasion étant trop belle de ne pas en remettre une couche ! Et cela a fonctionné, si l’on en juge par le nombre d’articles sur le sujet et les milliers de réactions, féminines surtout, sous forme de commentaires sur les réseaux sociaux : le Venezuela est à nouveau stigmatisé, l’objectif est atteint. Rendons tout de même justice à deux journalistes qui ne sont pas tombés dans le panneau : David Ramasseul dans Paris Match (surprise !), avec son article Les biberons de la discorde : retour sur une polémique, une présentation honnête du projet de loi, en tenant compte du contexte vénézuélien ; et Stanislas Kraland dans le Huffington Post, qui profite de l’occasion pour poser la question Allaitement maternel : faut-il vraiment interdire le biberon ? et entame ainsi un débat plus général –et bienvenu– sur le sujet. 2013. J.-L C.

URL de cet article : http://venezuelainfos.wordpress.com….

* http://venezuelainfos.wordpress.com….

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article136575

Lire la suite

09 août 2013 ~ 0 Commentaire

Palestine, Cisjordanie, Israël approuve la construction de 800 domiciles de colons (OF)

Palestine, Cisjordanie, Israël approuve la construction de 800 domiciles de colons (OF) dans Anticolonialisme 5052293-israel-evacue-les-palestiniens-installes-sur-un-projet-de-colonie

Israël a donné son accord préalable à la construction de plus de 800 domiciles au sein de colonies juives situées en Cisjordanie occupée sur un territoire revendiqué par les Palestiniens, a annoncé ce jeudi un responsable de l’Etat hébreu.

Guy Inbar, porte-parole de l’administration israélienne militaire en Cisjordanie, a précisé que le principe de la construction des nouveaux domiciles avait été approuvé mercredi, mais que le feu vert du gouvernement mené par Benjamin Neta- nyahu était nécessaire pour commencer les travaux.

500 000 israéliens vivent dans des territoires capturés en 1967 Quelque 500 000 colons israéliens vivent en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, dans des territoires capturés par Israël au cours de la guerre de 1967, tandis que 2,5 millions de Palestiniens y habitent. Le gouvernement israélien a augmenté dimanche de six le nombre de colonies juives au sein d’une liste de localités classées « priorité nationale », qui sont susceptibles de recevoir des aides publiques supplémentaires. La question des colonies juives en Cisjordanie, à l’existence desquelles s’oppose la majorité de la communauté inter-nationale, a largement contribué à l’échec des précédents pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens, interrompus en 2010 avant une reprise le mois dernier. Conflits jeudi 08 août 2013

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Cisjordanie.-Israel-approuve-la-construction-de-800-domiciles-de-colons_6346-2218619-fils-tous_filDMA.Htm

Commentaire: OF ne se mouille pas trop! Et pourquoi la « majorité de la communauté internationale » (c’est à dire sauf les USA et Israel?) l’ONU et tout çà ne font-ils rien et interdisent même le boycott, contrairement au nucléaire iranien?

Lire la suite

08 août 2013 ~ 0 Commentaire

2011/2013 : vers une mondialisation de la « rébellion » ? (1)

2011/2013 : vers une mondialisation de la « rébellion » ? (1) dans Austérité A-Phony-Class-War_wide

Avec l’immolation du jeune vendeur tunisien de fruits et légumes, Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid s’est ouverte une période de révoltes massives dans différentes régions du monde.
D’abord l’ensemble du monde arabe, contre des régimes dictatoriaux captant les richesses au profit des clans, et où la vague révolutionnaire est loin d’être finie. Au Brésil et en Turquie, dans des pays qui ont connu ces dernières décennies des transformations vertigineuses. En Afrique du Sud, dans le secteur minier et parmi les agents publics face à une sanglante répression patronale et gouvernementale. En Europe de l’Ouest, contre les politiques d’austérité et la loi inique de la troïka, avec la levée des IndignéEs espagnolEs, des manifestations massives, des journées de grève générale et d’occupations radicales d’entreprises en Grèce ou au Portugal. Nouvellement intégrés à l’Union européenne, les pays d’Europe centrale ont connu de puissantes mobilisations contre des gouvernements corrompus et austéritaires. L’écho de l’indignation s’est même fait entendre auprès du monde du travail et de la jeunesse d’Israël.
L’Inde a connu une grève générale qui a mobilisé des centaines de millions de salariéEs, et la Chine, des grèves répétées dans les entreprises industrielles tandis que les campagnes sont parcourues d’explosions contre l’accaparement des terres. En Amérique du Nord, le mouvement Occupy Wall Street, les grèves radicales des agents publics dans le Wisconsin et le profond mouvement étudiant québé- cois ont secoué le continent ces deux dernières années… Il n’y a pas une identité unique de tous ces mouvements, les formes et les degrés en sont divers. Mais ils sont l’expression sur le terrain social et politique des bouleversements engendrés par la mondialisation financière et l’é-  puisement d’un système qui se traduit dans une crise économique globale. Dans ce dossier d’été, nous allons modestement essayer de montrer, au-delà de la diversité des conditions et des rythmes, l’émergence d’un nouveau mouvement de contestation social et politique, d’une nouvelle radicalité.
Mondialisation, crises et révoltes Nous vivons une ère de révoltes massives, aux formes et aux degrés divers. Ces révoltes renvoient à deux composantes de la situation économique mondiale : la poursuite de la mondialisation capitaliste et la crise du système.
La globalisation capitaliste ébranle sociétés et liens traditionnels. C’est aujourd’hui que s’accomplissent pleinement les intuitions prophétiques de Marx dans le Manifeste : tous les liens traditionnels sont brisés « pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’hom- me, que le froid intérêt, les dures exigences du « paiement au comptant » (…) les eaux glacées du calcul égoïste. Elle [la bourgeoisie] a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale ».

Mardi 6 août 2013Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 206 (01/08/13)

Lire la suite

08 août 2013 ~ 0 Commentaire

La justice chilienne enterre les mineurs une seconde fois (LO)

La justice chilienne enterre les mineurs une seconde fois (LO) dans International

La plainte des 33 mineurs chiliens contre les propriétaires de la mine dans laquelle ils étaient restés bloqués 69 jours à la suite d’un éboulement, a été classée sans suite par la justice chilienne. « Il n’y a pas d’élément pour soutenir une quelconque accusation », a déclaré le procureur d’Atacama. Un scandale, puisque l’entreprise minière n’a jamais pris les mesures de sécurité requises, comme par exemple une échelle dans la cheminée de ventilation, ce qui aurait permis aux mineurs de sortir de la mine après l’accident.

Au Chili comme partout, la justice est du côté des patrons.

http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/breves/#6

Chili : la colère des mineurs de Copiapo

Il y a exactement trois ans, le 5 août 2010, la mine d’or et de cuivre de Copiapo au Chili s’effondrait sur 33 mineurs, les enterrant pendant 69 jours. À l’époque, le sort de ces travailleurs et leur sauvetage avaient ému le monde entier et toutes les télévisions avaient fêté leur libération.

Trois ans après, c’est dans l’indifférence la plus totale que la plainte que les mineurs avaient intentée contre l’État et les propriétaires a été classée sans suite. Pourtant, lors de leur libération, le président de l’État chilien Sebastian Pinera, homme d’affaires milliardaire, avait clamé haut et fort qu’il engagerait des poursuites contre les responsables, s’engageant à améliorer les conditions d’exploitation des mines. Dis- tribuant à qui mieux mieux des morceaux de roches provenant de la mine, il s’efforçait toute honte bue de se forger une popularité sur le drame de ces mineurs.

Trois ans après, à l’issue de ce procès, l’un des mineurs confiait : « Ils m’ont enterré une seconde fois. »... sous des montagnes de papier, pourrait-on ajouter, puisque le ministère public défend le sérieux de ses investigations en se vantant des 112 tomes et des 20000  pages de dossier, mais sa conclusion est un véritable déni de justice. Toutes les preuves, au premier jour, accusaient les propriétaires de la mine ainsi que l’État, principal client et à ce titre coresponsable de la catastrophe. Cette mine avait été fermée en 2007 suite à un accident mortel. Elle avait été rouverte en 2008, de manière irrégulière selon un géologue, car les conditions structurelles avaient été radicalement modifiées par le premier accident. Mais ce sont bien les services de l’État qui ont délivré le permis d’exploitation, alors que les mises aux normes exigées, la ventilation et les galeries de secours n’ont jamais été réalisées. Cet « oubli » a pourtant été la cause principale du drame puisque les mineurs, lors de l’éboulement, n’ont disposé d’aucune sortie de secours.

Les mineurs réclament à l’État 500 000 dollars chacun, soit 376 000 euros. Pour ces rescapés, le retour à la vie normale ne s’est pas fait sans difficulté : seuls quatre d’entre eux sont retournés à la mine, d’autres ont monté un commerce avec les 10 000 dollars accordés par un millionnaire chilien en mal de publicité. Les autres vivotent tant bien que mal, en essayant de surmonter leur traumatisme. Quant aux propriétaires de la mine, ils sont sortis revigorés du procès, prêts à demander des comptes à l’État qui « avait eu le culot », d’après eux, de leur faire supporter 25 % des frais de sauvetage des mineurs. Ces mêmes propriétaires s’étaient dès l’accident présentés comme des victimes, arguant être de petits patrons en difficulté, peinant, après cet accident, à payer les salaires. Ces vautours sortent pour l’instant vainqueurs du procès mais les mineurs ne comptent pas en rester là : leur porte-parole Luis Urzua a annoncé leur intention de faire appel et de saisir l’Orga- nisation internationale du travail (OIT), en ajoutant : « Nous ne nous battons pas pour l’argent mais pour l’exemple ! » Aline URBAIN

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2349&id=30

Lire la suite

07 août 2013 ~ 0 Commentaire

Le lobby nucléaire se réjouit de nous avoir piégé (Odn)

Le lobby nucléaire se réjouit de nous avoir piégé (Odn) dans Ecologie & climat 27a26743654017b3ce3f51dd340bbe3c

Nous avons évoqué dernièrement le cas de la centrale nucléaire de San Onofre (Californie), fermée par son propriétaire tant elle était dans un état déplorable après 40 ans de mauvais service. Aujourd’hui, par l’intermédiaire de son agence de presse World nuclear news, le lobby nucléaire mondial (la World nuclear association) se réjouit des difficultés d’approvisionnement électrique rencontrées par la Californie.

Oui, il faut le dire, sortir du nucléaire est difficile… mais ce n’est absolument pas parce que le nucléaire serait indispensable ou incontournable. Simplement, lorsqu’une puissante source centralisée de production d’électricité cesse de fonctionner et que rien n’a été prévu pour prendre la suite, il y a inévitablement des problèmes. On retrouve la même problématique dans tous les pays nucléarisés lorsque des fermetures de centrales nucléaires sont décidées ou même simplement envisagées.
C’est donc ce qui se passe en Californie, bien que la fermeture de la centrale nucléaire de San Onofre soit totalement justifiée. Le lobby nucléaire se réjouit donc du « prix à payer » pour cette fermeture. C’est du niveau de la cour de récré : « Bien fait pour vous, fallait pas fermer la centrale, na ! ». Mais voilà : le nucléaire coûte très cher dans les deux cas, qu’on laisse fonctionner une centrale ou qu’on l’arrête. Du coup, autant l’arrêter…  Paying the price for San Onofre nuclear power plant closure WNA, 25 juillet 2013 : http://bit.ly/12OazFD

Lire la suite

06 août 2013 ~ 0 Commentaire

« Situation d’urgence » à Fukushima, alors que l’eau radioactive se déverse dans l’océan (LM+ S&A)

 

Une « situation d’urgence » a été déclarée, mardi 6 août, par l’Autorité de régulation nucléaire japonaise (NRA) à la centrale de Fukushima, où de l’eau hautement radioactive se déverse toujours dans l’océan Pacifique, sans que l’opérateur Tepco (Tokyo Electric Power) soit en mesure de la contenir. 

Selon la NRA, cette eau contaminée est en train de monter vers la surface et dépasse les limites légales d’écoulement radioactif, plus de deux ans après la catastrophe – accident nucléaire le plus grave depuis Tchernobyl, causé par un séisme et un tsunami qui avaient provoqué une panne de grande envergure dans la centrale. L’ampleur de la menace posée par l’eau contaminée et ses conséquences sur l’environnement halieutique ne sont pas connues avec certitude. Mais les fuites radioactives de ce type peuvent affecter la santé des animaux marins puis celle des hommes qui consommeraient leur chair.

TRITIUM, STRONTIUM, CÉSIUM… Dimanche, Tepco a communiqué pour la première fois une estimation des fuites radioactives dans l’océan. Bilan : entre vingt et quarante mille milliards de becquerels se sont déversés de mai 2011, soit deux mois après l’accident, à juillet 2013. A la fin de juillet, la compagnie était revenue sur sa théorie selon laquelle l’eau chargée de tritium, de strontium, de césium et d’autres éléments radioactifs stagnait sous terre, et avait avoué qu’elle atteignait l’océan. Un revirement survenu au lendemain d’élections sénatoriales qui se sont soldées par la victoire du Parti libéral-démocrate du premier ministre Shinzo Abe, largement favorable au nucléaire. A la suite de cet aveu, l’autorité nucléaire japonaise a prévu d’enquêter sur ces fuites et de surveiller la contamination de l’océan.

Tepco avait toutefois assuré que l’impact de cette fuite radioactive dans le Pacifique était limitée et que les analyses d’eau de mer « ne montraient pas d’augmentation anormale des taux de radioactivité ». Pourtant, dans des mesures prises dans un puits situé entre les réacteurs et la mer, Tepco avait enregistré un niveau de radioactivité de plusieurs dizaines de milliers de fois supérieur à la dose limite admise pour de l’eau de mer – niveau qui grimpait encore au mois de juillet. « Nous ne savons toujours pas quelle est la cause précise de ces fuites, qui sont plus compliquées que nous ne le pensions », avait aussi déclaré Tepco, qui fait l’objet de critiques récurrentes pour sa façon, jugée malhonnête, d’informer le public. Pour l’instant, Tepco n’a prévu que des solutions temporaires pour pallier le problème. L’opérateur de la centrale injecte un produit chimique souterrain afin de solidifier les sols et d’éviter que les eaux radioactives ne s’écoulent, mais, selon le quotidien japonais Asahi, il n’est pas efficace au niveau des nappes phréatiques.

Tepco critiqué Dans la centrale, chaque jour, 3 000 techniciens et ouvriers travaillent d’arrache-pied pour préparer le démantèlement du site, mais ils sont en permanence confrontés à de nombreuses avaries dans des lieux qui leur restent inaccessibles à cause de la radioactivité. Tepco a été très critiqué pour son manque de réactivité face aux conséquences du tsunami et à la fusion des réacteurs. Dans les premières semaines qui ont suivi la catastrophe, le gouvernement japonais avait autorisé Tokyo Electric Power à déverser en urgence des milliers de tonnes d’eau contaminée dans le Pacifique. Mais la diffusion de ces eaux toxiques a été vue d’un très mauvais œil par les pays voisins et les pêcheurs japonais. Depuis, la compagnie a promis qu’elle ne déverserait pas d’eau irradiée sans le consentement des localités voisines. LeMonde.fr avec AFP | 06.08.2013 à 08h32 • Mis à jour le 06.08.2013 à 11h35

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/07/25/le-risque-sanitaire-du-nucleaire-est-encore-mal-evalue_3453230_3244.html

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/07/19/fukushima-2-000-travailleurs-presentent-un-risque-accru-de-cancer-de-la-thyroide_3450216_3244.html

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/08/06/situation-d-urgence-a-fukushima-en-raison-de-la-montee-des-eaux-radioactives_3457854_3244.html

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/crise-nucleaire-au-japon/20130805.OBS2205/fukushima-l-operateur-quantifie-les-fuites-radioactives-dans-l-ocean.html

 

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin