Archive | International

07 mai 2017 ~ 0 Commentaire

dossier corée (npa)

drapeau us

État de crise en Asie du Nord-Est

De chronique, la crise coréenne est devenue aiguë depuis l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Sur fond d’instabilité générale, elle se joue à trois niveaux : les rapports de forces mondiaux entre puissances ; les vives tensions à l’œuvre dans l’ensemble de l’Asie orientale ; la rupture ou le maintien du statu quo entre les deux Corée.

À cela, rajoutons encore la situation aux USA, où Trump est tenté de compenser ses échecs en matière de politique intérieure en créant un climat de mobilisation nationale contre une menace extérieure – qu’elle soit russe, chinoise ou nord-coréenne.

Les enjeux de la crise coréenne sont si nombreux que les incertitudes sont grandes et les dangers de « dérapages non contrôlés » réels…

Dossier réalisé par Pierre Rousset

soif

Lire la suite

03 mai 2017 ~ 0 Commentaire

thèses d’avril (npa)

capitla

Les « Thèses d’avril », naissance du parti de Lénine et de Trotski.

Le 7 avril, trois jours à peine après son arrivée à Petrograd, Lénine publiait dans la Pravda un article intitulé « Les tâches du prolétariat dans la présente révolution » qui sera plus tard désigné par le nom de « Thèses d’avril »

Ce texte, publié sous le seul nom de Lénine, constituait un projet de résolution que le comité central des Bolcheviques venait de mettre très largement en minorité.

Il constituait une critique radicale de l’orientation prise, sous l’impulsion de Kamenev et de Staline, par la direction russe des Bolcheviques, qui depuis la révolution de février avait de fait apporté son soutien au gouvernement provisoire, ce qui l’avait aussi amené à envisager de fusionner avec les mencheviques pour réunifier le Parti social-démocrate russe.

Fin des compromis

S’inscrivant en faux contre cette orientation, les Thèses d’avril affirmaient que le gouvernement provisoire ne constituait qu’un gouvernement bourgeois et que la guerre qu’il continuait à mener n’avait pas changé de nature en devenant une guerre de défense révolutionnaire, mais restait une guerre de brigandage impérialiste que les bolcheviques devaient radicalement combattre.

Estimant que le temps des compromis était révolu, Lénine se prononçait contre toute concilia- tion avec les mencheviques et pour la rupture définitive avec la 2e Internationale et les centristes zimmerwaldiens, ce qui l’amenait à suggérer symboliquement aux bolcheviques de renoncer à leur référence à la «social-démocratie» pour créer un nouveau «parti communiste».

En toute logique, cette politique d’opposition au gouvernement amenait Lénine à proposer de s’orienter vers une stratégie de conquête du pouvoir, ce qui constituait une rupture dans sa pensée stratégique, puisqu’il n’avait jusque-là guère pensé de marche vers un socialisme russe que dans le cadre d’une déflagration plus générale du capitalisme européen. Ce saut théorique était permis par la puissance acquise par les soviets, dans lequel il voyait le fonde- ment d’un nouvel « État-Commune », autrement dit d’un État fondé sur les principes de la Commune de Paris.

Vers la République des Soviets

En conséquence, Lénine proposait d’utiliser les possibilités ouvertes par l’installation d’une république démocratique pour se livrer à une vaste opération de propagande pour la création d’une République des Soviets, qui reprendrait les acquis de la Commune de Paris en suppri- mant la police, l’armée et le corps des fonctionnaires. Il se refusait ainsi à toute tentative de mise en place prématurée d’une dictature ouvrière, s’orientant vers une conquête de l’hégé- monie politique qui devait faire toute sa place aux masses paysannes. C’est dans cet esprit qu’il proposait un nouveau programme, faisant de la confiscation de la grande propriété foncière un axe prioritaire.

Si, à leur parution, les Thèses d’avril ne constituaient au sein des Bolcheviques qu’une orientation très minoritaire, un mois plus tard elles étaient devenues hégémoniques dans le parti en raison de l’échec patent de la politique de défense révolutionnaire menée par le gouvernement provisoire. La réorientation imposée par Lénine avait scellé définitivement les projets de réunification du Parti social-démocrate russe et par là même le destin de la Internationale.

Rejoignant la théorie de la « révolution permanente », les Thèses d’avril ouvraient en revanche la voie d’une fusion des Vieux-Bolcheviques avec le groupe de Trotski qui, à son arrivée en mai à Petrograd, fit le constat que plus rien ne le séparait de Lénine. La fusion fut actée en août, donnant ainsi naissance, sur un plan idéologique autant que pratique, au « Parti de Lénine et de Trotski »…

Vendredi 28 avril 2017 Laurent Ripart

https://npa2009.org/

Lire la suite

02 mai 2017 ~ 0 Commentaire

tchétchénie (le huff’)

gays

Rafle d’homosexuels le 1er Mai à Moscou

Persécutions des homosexuels en Tchétchénie: des manifestants contre la situation arrêtés en Russie. Le Kremlin estime que les informations selon lesquelles des tchétchènes gays sont détenus et torturés « ne se confirment pas » en l’état.

Près de 18 militants pour les droits de la communauté LGBT ont été arrêtés ce lundi 1er mai à Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie, alors qu’ils manifestaient contre la persécution d’homosexuels en Tchétchénie, selon un site d’informations local.

Allongés sur le sol, le visage maculé de faux sang et le corps recouvert d’un drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de la fierté homosexuelle, une vingtaine de personnes ont protesté sur l’avenue centrale de Saint-Pétersbourg contre les arrestations de citoyens gays en Tchétchénie, qui ont suscité une vague d’indignation à travers le monde.

Au moins 18 d’entre elles ont été interpellées par des policiers anti-émeutes, a affirmé le site d’informations Fontanka, tandis que l’organisation OVD-Info, spécialisée dans le monitoring des manifestations, a estimé que 17 personnes ont été arrêtées. « Plusieurs personnes ayant troublé l’ordre public lors du défilé (du 1er mai) ont été interpellées », a confirmé à l’AFP une source policière.

Tuer les homosexuels pour « laver l’honneur » des familles

Fin mars, une enquête du journal indépendant Novaïa Gazeta a révélé que les homosexuels sont devenus la cible des autorités en Tchétchénie, société conservatrice où l’homosexualité, considérée comme un tabou, est un crime passible de mort dans la majorité des familles.

Selon le journal, les autorités locales ont arrêté plus de 100 homosexuels et incité leurs familles à les tuer pour « laver leur honneur ». Toujours selon Novaïa Gazeta, au moins deux personnes ont été assassinées par leurs proches et une troisième est décédée des suites d’actes de tortures.

Des homosexuels tchétchènes ayant fui à Moscou ont affirmé à l’AFP avoir été battus et détenus « dans une prison non-officielle », et vivre aujourd’hui la peur au ventre d’être identifiés et traqués par leur famille. Officiellement, une enquête a été ouverte lundi par le Parquet général. Mais les enquêteurs disent n’avoir reçu « aucune plainte officielle » de victime et le Kremlin a estimé que ces informations « ne se confirment pas » en l’état.

02/05/2017

http://www.huffingtonpost.fr/

Lire la suite

25 avril 2017 ~ 0 Commentaire

carhaix palestine (afps)

car1.jpg

car2.jpg

À Carhaix, le 13 mai : « L’apartheid israélien, et dans Gaza en cage, la résistance de la population » avec Pierre Stambul et Sarah Katz

Dans le cadre du 3ème Printemps pour la Palestine de Centre-Bretagne

Samedi 13 mai – 18 h 30
Salle de la CCI, rue Jean Monnet – Carhaix
Pierre Stambul et Sarah Katz,
membres de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix),
de retour de Gaza.
« L’apartheid israélien, et dans Gaza
en cage, la résistance de la population »

Rendez-vous

  • À Carhaix (29), « L’apartheid israélien, et dans Gaza en cage, la résistance de (…) 
    Le samedi 13 mai 2017 à 18h30
    Salle de la CCI,
    rue Jean Monnet – Carhaix

http://www.ujfp.org/

Lire la suite

22 avril 2017 ~ 0 Commentaire

censure (lutte ouvrière)

censure

Censure sur un clip

Comme tous les candidats à la présidentielle, Nathalie Arthaud a droit à 43 minutes sur les médias publics dans le cadre des clips de la campagne officielle. C’est peu, et injuste, comparé aux centaines d’heures d’antenne que monopolisent depuis des mois les candidats que l’on dit grands.

Mais même ces 43 minutes ne sont pas libres. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a censuré des images que Nathalie Arthaud avait choisies pour dénoncer la politique impérialiste du gouvernement français. On y voyait Sarkozy accueillir à bras ouverts Assad et Kadhafi, et Hollande décerner la Légion d’honneur au roi d’Arabie saoudite.

Et ils osent parler de liberté d’expression !

19 Avril 2017

http://journal.lutte-ouvriere.org/

Lire la suite

22 avril 2017 ~ 0 Commentaire

afrique du sud (rfi)

numsa

La Saftu, un syndicat opposé à l’ANC, voir le jour en Afrique du Sud

Cette nouvelle fédération syndicale a été lancée le 21 avril. Elle est farouchement opposée à l’ANC, le parti au pouvoir et à son allié historique, la confédération syndicale Cosatu.

L’Afrique du Sud voit le début d’une nouvelle ère syndicale. Baptisée Saftu pour « South African Federation of Trade Unions » ( Fédération de syndicats sud-africains ), une nouvelle fédération lancée le 21 avril rassemble une vingtaine de syndicats et démarre avec près de 700 000 membres. Ce lancement représente une véritable claque pour sa rivale, la Cosatu. Cette confédération syndicale historique a joué un rôle majeur dans la lutte contre l’apartheid mais qui est aujourd’hui jugée trop proche du pouvoir.

Ferme opposition à Jacob Zuma

Les deux plus gros syndicats de cette nouvelle fédération ont d’ailleurs quitté la Cosatu, dont celui de la métallurgie, Numsa, expulsé pour avoir critiqué le chef de l’Etat Jacob Zuma et son gouvernement.

Pour Irvin Jim, du syndicat de la métallurgie, il faut recréer un syndicat au service des travailleurs. « Pour nous, les travailleurs de la métallurgie, cela a été un long voyage que nous avons été forcés de prendre, raconte-t-il. Je dois vous dire qu’aujourd’hui, nous sommes très heureux qu’une nouvelle fédération soit créée. C’est le début d’un travail difficile pour reconstruire des syndicats qui seront indépendants et qui ne répondront qu’aux travailleurs. »

Parmi les grandes figures de Saftu, on compte d’importants leaders syndicaux et d’autres activistes anti-apartheid autrefois proches de l’ANC, le Congrès national africain.

Cette nouvelle fédération promet d’être un adversaire coriace pour le gouvernement, en train d’être lâché par ses alliés traditionnels que sont le Parti communiste et la Cosatu.

RFI  22-04-2017

http://www.rfi.fr/

Lire aussi :

Le bateau Zuma prend l’eau (Sur le SACP/ PC d’Afrique du Sud)

La puissante confédération syndicale Cosatu lâche Zuma

Le syndicat Numsa crée son propre parti politique

National Union of Metalworkers of South Africa (Wikipedia)

Amandla (Revue de gauche)

Amandla Facebook

Commentaire: Le gouvernement du parti de Mandela (ANC) s’est largement servi dans les caisses du pays le plus riche d’Afrique,  laissant une minorté des blancs s’enrichir, sans que l’immense majorité noire (et quelques blancs et métis) en aient des miettes. Ses alliés du COSATU (syndicat) et du PC (SACP) commencent à le lâcher mais tard, très tard. Parallèlement des militants reconstruisent un syndicat et un parti ouvrier.

Lire la suite

22 avril 2017 ~ 0 Commentaire

russie (anti-k)

vlad

Russie: battu à mort, un journaliste succombe à ses blessures

Journaliste engagé basé à Saint-Pétersbourg, Nikolaï Andrushchenko est décédé après avoir été violemment agressé début mars. Une enquête a été ouverte.

Nikolaï Andrushchenko était un journaliste engagé, co-fondateur du journal conservateur russe Novy Peterburg. Le 9 mars dernier, des inconnus l’avaient violemment frappé dans la rue, le plongeant dans le coma artificiel. Pour l’éditeur du journal, cette agression est sans doute liée à ses activités professionnelles. Le journal écrit en effet beaucoup sur la corruption et sur les actions de protestation.

Poutine en ligne de mire

Nikolaï Andrushchenko lui-même enquêtait sur des sujets sensibles comme l’arbitraire dans la police mais aussi les liens entre les structures criminelles et les autorités, en particulier dans les années 1990, quand Vladimir Poutine travaillait à la mairie de Saint-Pétersbourg. Récemment, il avait participé à un documentaire, Who is Mister Putin, qui retrace la montée au pouvoir du président russe.

Nikolaï Andrushchenko avait été député régional entre 1990 et 1993 aux côtés des opposants au démantèlement de l’ex-URSS. En 2007, il avait été accusé de diffamation et d’extrémisme et condamné à une amende.

RFI  20-04-2017 Muriel Pomponne correspondante à Moscou

http://www.anti-k.org/

Commentaire: Une tradition de dictateurs: Staline a fait disparaître tout le « bureau politique » qui pouvait témoigner sur son passé trouble…

Lire la suite

21 avril 2017 ~ 0 Commentaire

rennes conférence (afps)

rennes

Conférence « La vie à Gaza »
.
Mardi 25 Avril 18h30, Amphithéâtre Erasme,
Sciences-Po Rennes
.
Conférence d’ Ibrahim Awad, Palestinien Gazaoui et professeur de français. Aujourd’hui résidant en France, il viendra nous expliquer la situation de la bande de Gaza et témoigner des conditions de vie imposées là-bas.La bande de Gaza représente une bande de terre de 41 km de long, longeant la mer Méditer- ranée et limitrophe de l’Egypte et d’Israël. Depuis la fin du mandat britannique, ce territoire a beaucoup souffert des conflits entre ses voisins.

C’est en 1993, avec les accords d’Oslo, que la bande de Gaza va être placée sous l’adminis-tration intérimaire de l’autorité palestinienne. Plus tard, en 2005, Israël sera contraint de retirer ses militaires du territoire gazaoui ainsi que des milliers de ses colons. Aujourd’hui, Israël et l’Egypte maintiennent depuis 10 ans un blocus militaire sur la bande de Gaza, et ce, officiellement, en réponse à la montée du Hamas dans cette région.
.
Avec ce blocus, ils imposent à 1,9 million d’habitants de vivre dans des conditions de vie misérables. Gaza est aussi tristement connue pour être fréquemment la cible d’attaques massives à l’encontre des Palestinien.ne.s comme en 2009, et 2012 et en 2014.
.
Associations Germinal, Salam et France Palestine Solidarité (AFPS)
.
.

Lire la suite

20 avril 2017 ~ 0 Commentaire

callac palestine (afps)

printemps-62e94

Printemps de la Palestine – projection

Cinéma d’Argoat – Callac

Lundi 24 avril – 20 h 30

3000 nuits

Un film de Mai Masri

La révolte gronde dans une prison israélienne, où sont détenues des prisonnières politiques palestiniennes. Layal, une jeune institutrice de Naplouse, vient d’arriver, condamnée à 8 ans de prison pour un attentat dans lequel elle n’est pas impliquée, elle s’habitue progressivement à l’univers carcéral. Mais Layal découvre qu’elle est enceinte. Envers et contre tous, elle décide de garder l’enfant.

Débat avec Yves Jardin, responsable AFPS au groupe de travail sur les Prisonniers Palestiniens.

Télécharger le programme

AFPS Centre Bretagne

http://www.france-palestine.org/

Lire la suite

19 avril 2017 ~ 0 Commentaire

assad (souria houria)

war

Le Pen-Mélenchon, même combat en faveur de Bachar al-Assad – par Jean-Pierre Filiu

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont tous deux sacrifié le peuple syrien à une vision littéralement inhumaine des relations internationales.

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont généralement décrits comme des « populistes », avec ou sans les précautions d’usage. Ces deux candidats à la présidentielle s’accordent pourtant pour nier au peuple syrien, non seulement son droit à l’autodétermination, mais sa réalité d’acteur de son propre destin.

LE PEN : BACHAR OU DAECH

Marine Le Pen ne s’embarrasse pas de nuances : la Syrie est confrontée selon elle à un « choix binaire » entre « Bachar al-Assad d’un côté et l’Etat islamique de l’autre ». Elle a exprimé cette prise de position lors de son déplacement à Beyrouth des 20 et 21 février 2017, affirmant que telle était son analyse « depuis le début de la crise syrienne ». Personne n’a relevé que les manifestations pacifiques contre le régime Assad ont éclaté en mars 2011 et que « l’Etat islamique en Irak et au Levant », désigné sous son acronyme arabe de Daech, n’a été proclamé qu’en avril 2013 dans la ville syrienne de Raqqa, soit plus de deux ans après « le début de la crise syrienne ».

Peu importe à la présidente du Front National, auréolée à Beyrouth de sa première rencontre de présidentiable avec un chef d’Etat, le Libanais Michel Aoun. Elle a réitéré au cours de son séjour sa conviction que le maintien de Bachar al-Assad au pouvoir représentait « évidemment aujourd’hui une solution bien plus rassurante pour la France ». L’inconscience le dispute à l’indécence dans la coïncidence entre de telles déclarations et l’hommage rendu par Le Pen aux « soldats tombés pour la France au Liban depuis 1975 », dont les 58 parachutistes du poste Drakkar, tués le 23 octobre 1983, dans un attentat largement attribué aux réseaux de Hafez al-Assad, le père de Bachar.

Marine Le Pen a été reçue avec éclat, le 24 mars 2017, par Vladimir Poutine au Kremlin. Elle renouvelé à cette occasion son soutien inconditionnel à l’intervention russe en Syrie « qui a porté un coup sérieux au fondamentalisme ». Elle n’a pas là plus qu’ailleurs commenté le fait que cette intervention ne vise Daech qu’à la marge et qu’elle a été concentrée, notamment dans la terrible bataille d’Alep, contre les forces opposées à la fois à Assad et à Daech. Après le bombardement chimique sur Khan Cheikhoun, le 4 avril, Le Pen a affirmé « ne croire personne ». Et les exigences qu’elle a posées pour une « enquête internationale indépendante » ne sont pas très éloignées de celles de Bachar al-Assad.

MELENCHON : LE MIRAGE DES GAZODUCS

Jean-Luc Mélenchon a toujours eu beaucoup de mal à accepter l’existence d’un peuple syrien doué de raison et voué à être souverain sur sa terre de Syrie. Cette terre n’est pas pour lui l’un des foyers majeurs de la civilisation universelle, c’est un espace vide où se déploient à loisir les stratégies de domination internationale, à l’image de ce jeu de Risk dont la candidat de la « France insoumise » a peut-être abusé dans sa jeunesse. En Syrie, il n’y a donc pas un dictateur qui opprimeet des opprimés qui lui résistent : non, il y a un chef d’Etat, Bachar al-Assad donc, qui résiste à des projets « de gazoducs et de pipelines » imposés depuis l’étranger.

Qu’aucun de ces projets « de gazoducs et de pipelines » n’ait connu le moindre début de conception, a fortiori de construction, importe peu à Mélenchon, car il tient là la réponse définitive à toutes les interrogations sur la Syrie. On espérait d’un présidentiable une analyse à la mesure de l’enjeu, après le bombardement sur Khan Cheikhoun, puis le raid américain sur Shayrat, deux jours plus tard. Non, le 9 avril, face aux dizaines de milliers de personnes venues l’écouter sur le Vieux-Port de Marseille, il a encore martelé « gazoducs et pipelines », même si « ces guerres ont eu parfois la religion pour prétexte ».

Religion comme « prétexte » et hydrocarbures comme réalité, voilà à quoi est réduite la lutte du peuple syrien pour sa liberté. En revanche, Mélenchon a pris la peine d’affirmer, au cours du Grand Débat du 4 avril 2017, qu’il « faut s’occuper du malheureux lycée Charles De Gaulle à Damas que des compatriotes français s’efforcent de faire vivre admirablement ». Pour mémoire, la France a fermé son ambassade à Damas en mars 2012 et a logiquement appelé ses ressor-tissants à quitter le pays. Le consulat de Beyrouth continue d’assister le millier de Français demeurés malgré tout en Syrie. Le lycée Charles De Gaulle, tout proche du palais présidentiel, est géré par un comité de parents d’élèves, sous l’étroite tutelle du régime Assad et de ses services de sécurité. Si Mélenchon est favorable au rétablissement des relations avec la dictature syrienne, libre à lui de se prononcer franchement en ce sens plutôt que de mettre en avant un « malheureux lycée ».

L’engagement de Marine Le Pen en faveur de Bachar al-Assad a l’avantage d’être clair et affiché. Celui de Jean-Luc Mélenchon se camoufle sous des élucubrations géopolitiques qui suscitent un authentique malaise. Mais l’une et l’autre ont bel et bien rejeté le peuple syrien dans les poubelles de l’Histoire. C’est le fruit pour eux d’une politique constante et réfléchie,  à l’heure même où tous deux briguent l’Elysée.

Souria Houria le 19 avril 2017

https://souriahouria.com/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin