Archive | International

23 février 2018 ~ 0 Commentaire

cuba-débat (à l’encontre.ch)

che 2

La solitude de Raúl Castro

«Personne ne critique Staline en ma présence.» Raúl Castro

Le 24 février, Raúl Castro fêtera ses dix ans à la tête de l’Etat cubain. (Il occupa le poste de président par intérim depuis que Fidel Castro avait pris sa retraite pour des raisons de santé à l’été 2006 et fut élu président en février 2008.) Si tout se passe comme prévu, Raúl Castro quittera la présidence cubaine, en avril 2018, à l’âge de 86 ans. Il laissera inachevée sa tentative d’instaurer un «socialisme prospère et durable». L’ère post-Castro approche à grands pas. Dans ce commentaire pour El Barrio Antiguo et le site mexicain 30-30, je fais une brève évaluation sur une longue période pour situer l’ère raúliste dans la large épopée qui a commencé avec le triomphe de Staline en URSS.

L’ADN du communisme cubain

Le révolutionnaire Léon Trotsky, dans ses dernières années de vie, a défini l’Union soviétique sous Staline comme un «totalitarisme». Trotsky, à son tour, avait repris ce concept d’un autre exilé bolchevique, Victor Serge, qui résumait bien les origines de la dégénérescence stalinien- ne. D’une part, Serge a affirmé qu’il était certain que la dictature de fer du parti bolchevique exercée pendant la guerre civile «contenait les germes du stalinisme».

D’autre part, Serge a aussi insisté sur le fait que le bolchevisme et la révolution «contenaient d’autres germes, en particulier ceux d’une nouvelle démocratie». Le régime de Staline fut la victoire de certaines «semences» sur d’autres, sa contre-révolution triomphant sur des personnages comme Trotsky et Serge.

Le totalitarisme de Staline a été imposé au moyen d’un cannibalisme politique qui a nécessité l’effusion de litres et de litres de sang.

En revanche, les nouveaux États qui ont rejoint le «bloc socialiste» après la Seconde Guerre mondiale sont nés totalitaires. En leur sein, il n’y avait pas besoin d’un bain de sang entre les communistes qui étaient en faveur de la normalisation de l’état d’exception (en temps de paix) et les partisans communistes favorables à un retour et à une consolidation d’une nouvelle démocratie. Les nouveaux États socialistes, alignés d’une manière ou d’une autre sur Moscou, n’ont fait que reproduire le modèle stalinien dans leur pays. Cuba, bien sûr, était l’un parmi ces États.

La touche caribéenne

Contrairement aux autres «révolutions communistes», à Cuba, le Parti communiste n’était pas l’initiateur de la révolution, mais un produit de cette dernière. Le Parti communiste cubain a tenu son 1er Congrès en 1975, bien qu’il ait été fondé en 1965 (six ans après la révolution).

Jusqu’à ce moment-là (et en partie plus tard), le bastion du pouvoir politique résidait dans les Forces armées révolutionnaires (FAR), dont l’origine était l’armée rebelle: la guérilla de Fidel Castro qui renversa Fulgencio Batista [en 1959]. C’est pourquoi le titre que Fidel Castro mettait prioritairement en avant était celui de son rôle de Commandant en chef, et non celui de Secrétaire général du Parti, comme Staline par exemple. A Cuba, l’armée n’était pas le bras armé du parti, mais le parti fut le bras politique des forces armées.

Comme d’autres révolutions communistes propres (autonomes) par exemple la You- goslavie, le Vietnam ou la Chine, Cuba ne fut pas seulement une marionnette de Moscou. Toutefois, le communisme cubain s’est affirmé au cours de la même décennie où s’est inten- sifiée la rupture entre la Chine et l’Union soviétique [dès 1965]. Les dirigeants cubains, con- frontés à ce dilemme, décidèrent d’arrimer leur jeune révolution au camp soviétique (URSS). Cuba conservera un degré d’autonomie, tout comme Israël n’a jamais perdu la sienne face à Washington. Cuba ira même jusqu’à imposer des choix politiques à Moscou, comme son impli- cation dans la guerre d’Angola [1975], où les FAR enverront des troupes contre l’armée sud- africaine du régime d’apartheid.

Cette autonomie se traduit finalement de la sorte: l’effondrement de l’Union soviétique n’a pas entraîné l’effondrement du régime cubain socialiste. Comme la Corée du Nord, la Chine et le Vietnam, Cuba a survécu.(…)

Alencontre  23 février  2018

 Ramón I. Centeno

http://alencontre.org/

Lire aussi:

Cela s’est passé un 24 février 1965, Che Guevara prononce un discours mémorable à Alger (Babzman)

 

Lire la suite

22 février 2018 ~ 0 Commentaire

cédric herrou (rtl)

herrou

Loi asile et immigration : « L’extrême droite est au pouvoir », assure Cédric Herrou

 Alors que Gérard Collomb présente la loi asile et immigration ce mercredi en Conseil des ministres, l’agriculteur Cédric Herrou assure que le Front national n’aurait « pas mieux fait »

Gérard Collomb présente ce mercredi 21 février en Conseil des ministres son projet de loi sur l’asile et l’immigration, un texte très critiqué par les associations et qui fait des vagues jusque dans la majorité pour sa logique de fermeté. Défendu par le ministre de l’Intérieur comme un texte « équilibré », le projet de loi vise à réduire à six mois les délais d’instruction de la demande d’asile et à faciliter la reconduite à la frontière pour les déboutés.

Si Édouard Philippe a évoqué les principes « d’humanité » et de « d’efficacité » vis à vis de ce texte, Cédric Herrou se montre beaucoup plus ferme. L’agriculteur, condamné à plusieurs reprises pour avoir aidé des migrants à la frontière italienne, dénonce un projet de loi complètement « fou ».

« C’est la criminalisation de personnes qui ont souffert, qui ont été victimes de torture, de guerre, de dictature. Ces personnes, on a le devoir de les protéger et la seule réponse de l’État, c’est de les mettre en prison, déplore-t-il. C’est inhumain et dangereux ».

L’extrême droite n’appartient pas au Front national et à la famille Cédric Herrou, agriculteur

Selon lui, le Front national n’aurait « pas mieux fait » : « L’extrême droite est au pouvoir, l’extrême droite n’appartient pas au Front national et à la famille Le Pen. Des lois comme celles-ci sont des lois d’extrême droite ». Et de poursuivre : « Dégager un demandeur d’asile, une personne qui aurait dû être protégée par l’État français et qui risque la vie, fait que la France va être complice de meurtres ».

Le pire de chaque pays européen ?

Dès lors, il attaque très sévèrement l’action de l’État. « Avec cette nouvelle loi, le gouvernement s’est inspiré des autres pays européens en prenant le pire. On prend le pire de l’Allemagne, le pire de l’Italie… Mais l’Allemagne a accueilli un million de personnes, rappelle-t-il. La France, avec 100.000 personnes, est complètement débordée. C’est une crise migratoire alors qu’on est la cinquième puissance mondiale ».

Face à la montée de l’extrême-droite dans certains pays, Cédric Herrou assure que les gens sont « mal informés ». « On mélange immigration et asile. Les demandeurs d’asile n’ont pas décidé de venir en France. Ces gens souffrent. Et ce n’est pas avec du racisme, avec du mépris, avec de la prison qu’on construit une nation. C’est avec de l’amour, de la compréhension et de la construction », conclut l’agriculteur.

21/02/2018 Yves Calvi et Claire Gaveau

http://www.rtl.fr/

Lire la suite

21 février 2018 ~ 0 Commentaire

morlaix afrin (le télégramme)

ypg

Liberté d’expression. 40 personnes au kiosque

Le rassemblement s’est déroulé sous forme de prises de parole sur la situation à Afrin, enclave kurde en Syrie, attaquée par l’armée turque.

Une quarantaine de personnes se sont réunies sur la place des Otages, mardi soir, pour « défendre le droit de manifester et s’exprimer démocratiquement ». Ce rassemblement faisait suite à l’interdiction, par le préfet du Finistère, d’une manifestation de soutien aux peuples kurdes, samedi 17 février. « C’est du jamais vu à Morlaix, jusqu’ici, le droit de manifester ne se marchandait pas », a lancé Laurent Baudry, l’un des porte-parole du rassemblement.
.

Hommage à Kendal Breizh

Le Plourinois ne digère pas non plus la mise « dos à dos des combattants de la liberté, qui ont battu Daesh en Syrie, et une dictature qui enferme tous ses opposants », en référence aux agressions dont des manifestants pro-kurdes auraient été victimes, samedi 10 février, à Brest.

.
Sous des drapeaux du Parti communiste et de Breizhistance, des prises de parole sur la situation à Afrin, l’enclave kurde au nord-ouest de la Syrie attaquée par l’armée turque, ont émaillé le rassemblement.
.
Un hommage a également été rendu à Kendal Breizh, le Breton tué le 10 février, aux côtés des forces kurdes. Ismaël Dupont, l’élu communiste de l’opposition, a regretté la « difficulté de mobiliser la population sur les conflits internationaux ». Laurent Baudry a appelé à de nou- veaux rassemblements, tous les samedis, à 12 h, devant le kiosque. « Inlassablement, jusqu’à la fin de la guerre ».
.
  21 février 2018
.

Lire la suite

18 février 2018 ~ 0 Commentaire

brest marche

b2

b3

b5

b4

Marche depuis la Place de la Liberté jusqu’à la Maison des Mineurs, attaquée la semaine dernière

Lire la suite

18 février 2018 ~ 0 Commentaire

kendal breizh (le peuple breton + npa + le huff’ )

kendal breizh (le peuple breton + npa + le huff' ) dans Altermondialisme Kendal-Breizh-3

Kendal Breizh est tombé au combat, à Afrîn

La guerre au Rojava semble loin. Elle l’est beaucoup moins quand on apprend la mort de combattants que l’on connaît. Kendal Breizh, militant libertaire breton, est tombé.

L’émotion était vive au local de l’association des Kurdes de Rennes (Amara) en apprenant le décès de Kendal Breizh. Ce militant internationaliste, originaire de Bretagne, a été tué au cours d’un bombardement de l’armée turque contre le canton d’Afrîn où il s’était rendu après avoir lutté contre l’État islamique, d’abord à Raqqa puis dans la région de Deir-ez-Zor.

Brittophone, Kendal Breizh avait choisi dès son départ de communiquer avec différents médias militants en Bretagne pour témoigner de ce qu’il vivait. Le Peuple breton avait été de ceux-là. Aussi, il est tout à fait logique que lui soit rendu ici un hommage.

Anti-impérialiste, anti-fasciste, anti-sexiste et écologiste, favorable aux idées du municipalisme libertaire et au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, Kendal Breizh avait rejoint les YPG. Il avait suivi une formation, appris le kurmanji.

Depuis peu, il avait donné sa véritable identité à plusieurs amis restés en Bretagne et prévenu sa famille.

Lors de notre dernier échange, il nous avait expliqué (en breton) qu’« à côté d’Afrîn, les combats à Raqqa ha Deir-ez-Zor étaient faciles », qu’« Afrîn était beaucoup plus dur et plus dangereux » et que c’était la raison pour laquelle il avait décidé de faire savoir à quelques uns où il était. Une cérémonie à sa mémoire aura lieu d’ici peu en Bretagne.

Gael BRIAND 18 février 2018

http://lepeuplebreton.bzh/

Lire aussi:

Rojava : Vive la résistance d’Afrin ! (NPA)

Rojava : Afrin résiste à Erdogan (NPA)

.

Lire la suite

13 février 2018 ~ 0 Commentaire

morlaix afrin (npa)

brest

Le rassemblement pacifique pro YPG samedi 10 février à Brest

Dans le cadre de la journée de solidarité avec Afrin, soutenue par la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan, le NPA 29 appelle au rassemblement ce samedi 17 février à Morlaix devant le kiosque à 12H, afin de protester contre l’intervention militaire de la Turquie dans la région d’Afrin au Rojava.

Des militants rassemblés à Brest dimanche ont été agressés par une dizaine d’individus regroupés derrière un drapeau turc . Cette agression a fait 5 blessés dont 2 sérieusement parmi les Kurdes qui se sont interposés pour protéger les manifestants.

Le NPA, solidaire des Amitiés Kurdes de Bretagne et des victimes de cette agression , dénonce cette nouvelle provocation . Il condamne les déclarations du Président de la République Emmanuel Macron qui en traitant les kurdes syriens « de terroristes potentiels » ne peut qu’encourager de tels agissements.

Le NPA réaffirme sa condamnation de l’intervention militaire de la Turquie et sa solidarité avec Afrin. L’agression criminelle d’Erdogan doit être condamnée sans aucune ambiguïté

Lire la suite

11 février 2018 ~ 0 Commentaire

hdp turquie (jdd)

hdp

Quel est l’avenir du parti kurde face à Erdogan?

Le Parti démocratique des peuples (HDP) se réunit dimanche en congrès afin d’élire de nouveaux dirigeants et d’essayer de faire entendre sa voix, alors qu’il est en butte à une répression politique accrue.

Pour le parti prokurde, il s’agit de désigner un successeur au charismatique Sela- hattin Demirtas, emprisonné depuis novembre 2016.

« C’est surtout l’occasion de nous rassembler et d’essayer de trouver de nouveaux moyens de résister et de lutter contre la politique d’Erdogan », estime Ayhan Bilgen, député et porte-parole du HDP. La tâche est d’autant plus rude dans le contexte de l’offensive lancée le 20 janvier par l’armée turque contre les Kurdes de Syrie, dans le canton d’Afrin, au nord-ouest du pays.

Le HDP est le seul parti qui s’oppose à la guerre, et ses partisans en payent le prix.

En quelques semaines, plusieurs centaines de ses membres ont été arrêtés pour avoir critiqué l’intervention militaire sur les réseaux sociaux. Ils sont allés rejoindre derrière les barreaux les milliers de militants et d’élus du HDP, de plus en plus isolé sur la scène politique turque. La ferveur guerrière et nationaliste qui s’est emparée de l’opinion publique risque par ailleurs de compliquer les possibilités d’alliance électorale sans lesquelles ce parti doit se contenter de ses seules places fortes dans l’est du pays.

Cet écueil du repli sur sa base électorale, oubliant la gauche et les libéraux turcs dont les voix lui avaient permis de dépasser le seuil des 10% aux dernières élections de 2015, menace l’organisation kurde. Pour Ayhan Bilgen, « le HDP n’est pas un parti ethnique, et je crois que l’ensemble de la Turquie a besoin plus que jamais d’un parti qui se fasse l’écho du combat pour la démocratie et les droits de l’homme ».

Zeynep, l’une des militantes, parmi les 30.000 partisans à faire le déplacement à Ankara, estime pour sa part qu’il faut que le HDP « arrête de se concentrer sur les dynamiques électo- rales et se coordonne avec la société civile, les associations et les syndicats pour appeler les gens à se mobiliser, à descendre dans la rue ». Une stratégie risquée, à l’heure de l’état d’ur- gence. Le président Recep Tayyip Erdogan a prévenu ceux qu’il appelle les « traîtres ». « S’ils sortent dans la rue, ils le paieront très cher ».

11 février 2018

http://www.lejdd.fr/

Commentaire: Le HDP n’est pas seulement le parti des kurdes, il fédère des forces laïques, féministes et LGBTI, dont l’équivalent du NPA.

Lire aussi:

Parti démocratique des peuples (Wikipédia)

La liberté de dire « Non » (Inprecor)

Métamorphose idéologique du PKK (1/2)

Métamorphose idéologique du PKK  (2/2)

Lire la suite

10 février 2018 ~ 0 Commentaire

brest rassemblement kurdistan

b4

b6

b7

b8

Un rassemblement sous la pluie qui a eu le droit à une provocation « spontanée » orchestrée par une poignée de « militants turcs » venus nous traiter d’agents de daesh!

Organisations présentes: AFPS, UEP, Ensemble!, POID, NPA, UDB etc…

Collectif du Pays de Morlaix de Solidarité avec Afrin:

AGRESSION ISLAMO-FASCISTE DES PRO ERDOGAN à la manifestation de solidarité avec Afrin à Brest cet après-midi !

Lors du rassemblement à Brest en soutien avec Afrin à l’appel des Amitiés Kurdes de Bretagne, ou une délégation du Collectif du Pays de Morlaix de solidarité avec Afrin était présente, un groupe d’islamo-fasciste, arborant le drapeau turc ont violemment agressé le rassemblement composé entre autre de femmes, d’enfants en bas âge, 5 personnes blessés, des kurdes, dont certains visiblement gravement (au yeux)… Les agresseurs ont été repoussé par les manifestants aux cris d’Erdogan Fasciste, Afrin solidarité…La police est arrivé et aurait arrêté 3 fascistes, les autres ayant pu s’enfuir. Les blessés ont été emmenés à l’hôpital et devraient portés plaintes dans la foulée.
Nous ne pouvons admettre que les fascistes turc se comportent en toute impunité lors d’un rassemblement pacifiste en solidarité avec Afrin !
La riposte la plus large doit être apportée à cette agression inadmissible.
Le Collectif du Pays de Morlaix de Solidarité avec Afrin apporte toute sa solidarité avec les personnes blessées et nous appelons à la vigilance contre ce déferlement de haine. Nous ne nous laisserons pas intimider et appelons dés aujourd’hui à un rassemblement le samedi 17 février à 12 heures au kiosque à Morlaix
Fascistes hors de nos rues !
Solidarité avec Afrin !
Troupes fascistes hors du Rojava !
Des photos et vidéos de l’agression devraient prochainement être publiés.

Le MRAP solidaire des Amitiés Kurdes de Bretagne

les complices en France d’ Erdogan ne nous feront pas taire !

Dans le cadre de la journée de solidarité avec Afrin, soutenue par la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan, l’antenne de Brest des Amitiés Kurdes de Bretagne organisait ce samedi 10 février, un rassemblement , afin de protester contre l’intervention militaire de la Turquie dans la région d’Afrin au Rojava.

Les militants rassemblés ont été agressés par une dizaine d’individus regroupés derrière un drapeau turc . Cette agression qui a fait 5 blessés dont 2 sérieusement parmi les Kurdes qui se sont interposés pour protéger les manifestants vient après plusieurs autres.

Le MRAP, solidaire des Amitiés Kurdes de Bretagne et des victimes de cette agression , dénonce cette nouvelle provocation . Il condamne les déclarations du Président de la République Emmanuel Macron qui en traitant les kurdes syriens « de terroristes potentiels » ne peut qu’encourager de tels agissements.

Les Kurdes qui, à Kobanè, ont été les premiers à affronter et à faire reculer Daesh, ne sont pas des terroristes, ils les combattent.

Le MRAP réaffirme sa condamnation de l’intervention militaire de la Turquie et sa solidarité avec Afrin. Il demande au Président Emmanuel Macron de condamner sans aucune ambiguïté cette agression.

Erdogan ne nous fera pas taire !

Lire la suite

08 février 2018 ~ 0 Commentaire

brest kurdes (akb))

akb

Nous ne pouvons rester insensible à la situation actuelle dans le Nord de la Syrie.

L’antenne de Brest des Amitiés kurdes de Bretagne organise un  rassemblement ayant pour objet de protester contre l’intervention  militaire de la Turquie dans la région d’Afrin en Syrie.

A Brest,  samedi 10 février à 14h 30 Place de la Liberté, à proximité du
Monument aux Morts Esplanade Général Leclerc, square Mathon, avec prise
de parole.

Tous les Brestois sont invités à soutenir cette action. Un appel est lancé à tous les militants des organisations démocratiques : partis politiques*, syndicats, associations.

Les Amitiés Kurdes de Bretagne

*Le NPA soutien

 

Lire la suite

05 février 2018 ~ 0 Commentaire

semences (grain)

Choisissez vos sous titres en cliquant sur « CC »

Le Collectif des Semences d’Amérique Latine présente le documentaire « Semences : bien commun ou propriété des entreprises ? »

Produit conjointement par huit organisations d’Amérique Latine et édité par Radio Mundo Real, le documentaire « Semences : bien commun ou propriété des entreprises ? » expose les expériences et les luttes des mouvements de défense des semences locales en Amérique Latine, actifs en Équateur, au Brésil, au Costa Rica, au Mexique, au Honduras, en Argentine, en Colombie et au Guatemala.
.
Les grandes protagonistes du documentaire sont les semences locales des communautés paysannes et des peuples indigènes.
.
Le documentaire traite de la défense de ces semences en tant que partie intégrante de la défense du territoire, de la vie et de l’autonomie des peuples : la relation entre les femmes indigènes et les semences locales, l’échange de semences dans les communautés, l’histoire de l’origine du maïs, la valeur sacrée des semences, les cérémonies maya sur leur importance, le commerce et les échanges, et les expériences locales de collecte et de gestion des semences.
.
Sont également présentées les luttes contre les lois sur les semences, contre l’UPOV 91 et contre l’imposition de semences transgéniques, la dénonciation de la dévastation qu’elles impliquent, et la résistance aux fumigations et à l’expansion de l’agro-industrie.
.
Le documentaire est disponible en espagnol avec sous-titres français, anglais et portugais. [1] Nous vous invitons à le regarder et à le partager pour continuer à défendre les semences en tant qu’héritage des peuples au service de l’humanité sur le chemin de la souveraineté alimentaire.
.
Le Collectif des Semences d’Amérique Latine se compose de:
.
ANAFAE, REDSAG, Red de Biodiversidad, Grupo Semillas, Acción Ecológica, Articulación Nacional de Agroecología, Acción por la Biodiversidad et GRAIN.
.
 29 janvier 2018
.

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin