Archive | Humour

04 septembre 2020 ~ 0 Commentaire

cuisine (lutte ouvrière)

ps

Cuisine électorale : vieux pots et soupe rance

La crise sanitaire n’a pas empêché les partis de gauche de tenir fin août leurs universités d’été et de poursuivre leurs grandes manœuvres. Le PS, la France insoumise, Europe écologie- Les Verts ou le PCF cherchent la meilleure configuration d’alliances pour gagner ou sauver des élus lors des élections régionales de 2021.

Les ténors ambitieux de ces partis, Mélenchon, Jadot et les autres, rivalisent pour se poser en candidat « commun » lors de la présidentielle de 2022.

Génération après génération, la même pièce se reproduit, avec l’apparition de nouveaux acteurs quand les anciens sont trop usés et quelques innovations dans les dialogues et le langage.

Longtemps au centre des moutures de l’union de la gauche, le PS reste très affaibli par le quinquennat de Hollande et sa défaite aux législatives de 2017. Il est aujourd’hui concurrencé par les écologistes, qui se sentent pousser des ailes depuis leurs succès aux dernières municipales.

Entre le PS et LFI, c’est désormais à qui sera le plus écologiste.

À Blois où se tenaient les journées du PS, Olivier Faure a multiplié les déclarations d’amour à Yannick Jadot, promettant que « la justice écologique sera le cœur de notre combat » et annonçant « un printemps de la gauche et de l’écologie ».

Aux journées de LFI, près de Valence, Mélenchon a affiché sa complicité avec le maire EELV de Grenoble avant de d’embrayer sur « l’urgence climatique » et « le péril collectif » que représente le réchauffement du climat.

Les écologistes séduisant surtout les cadres et la petite bourgeoisie urbaine, Mélenchon a eu des mots pour les électeurs des classes populaires et les militants ouvriers. Il a dénoncé avec verve les lois du marché, proposé des nationalisations, et même la planification de l’économie.

Parce qu’il sait que le PCF et son réseau militant comptent encore, il a fait le déplacement à Malo-les-Bains pour la journée d’été de ce parti. De leur côté, les dirigeants du PCF n’ont rien d’autre à proposer que « le réchauffement des relations entre toutes les formations de gauche pour battre Emmanuel Macron », selon les mots de Sébastien Jumel, député de Seine-Maritime.

Mais battre Macron pour mettre Jadot ou Mélenchon à l’Élysée ne changera pas plus le sort des travailleurs que le remplacement de Sarkozy par Hollande en 2012.

Que l’union se fasse finalement autour de LFI, d’EELV ou du PS, ou qu’elle ne se fasse pas, cela n’enrayera ni la crise économique ni la crise écologique engendrées par un système capitaliste en faillite.

Ces partis et ces personnalités cherchent le meilleur langage pour séduire le plus grand nombre d’électeurs. Mais une fois installés au sommet de l’appareil d’État, au Parlement ou dans les ministères, ils n’ont d’autres solutions ni d’autres objectifs que de se soumettre aux exigences des capitalistes.

Xavier LACHAU 02 Septembre 2020

Lire la suite

17 août 2020 ~ 0 Commentaire

durable (duval mc)

2011

Lire la suite

15 août 2020 ~ 0 Commentaire

tour et verts (rfi fr3)

verts tour

Tour de France 2021: voix dissonantes chez Les Verts pour le départ de Bretagne

On l’a appris lundi, le Tour de France 2021 ne partira pas de Copenhague mais de Bretagne. Ça sera finalement Brest. Rennes, un temps pressentie, a refusé d’être le point de départ du Tour de France. D’autres villes bretonnes se sont aussi opposées à l’organisation de la compétition sportive, jugée trop polluante et trop onéreuse.

« Un format sportif daté. » C’est comme cela que l’adjointe aux mobilités de Rennes, Valérie Faucheux, a justifié l’opposition des élus Verts de la ville au Tour de France. Un point de vue partagé par Landerneau, qui a refusé d’être une étape de la compétition. La ville aurait du débourser 100 000 euros. Trop cher pour un événement aussi polluant. C’est ce qu’explique Christophe Winckler, élu écologiste de Landerneau.

« C’est tout ce qui va autour qui est abberant. Sur certaines étapes, il y a 3 ou 4 hélicoptères qui tournent en permanence. Je pense que comme moi, beaucoup de gens ont assisté à des étapes. Il y a le déversement de «  goodies  », d’objets en plastique, c’est phénoménal, tout ceci mérité d’être revu. On est sur un modèle du 20è siècle. »

Justement, faire évoluer cet événement sportif, c’est ce qu’ambitionne de faire Brest, d’où partira donc finalement le Tour de France en 2021. Pour le conseiller municipal écologiste Glen Dissaux, il n’était pas question de passer à côté de cette opportunité.

« C’est un énorme événement populaire très fédérateur et justement on considère à Brest qu’on peut utiliser ce genre d’événement pour faire avancer nos idées et pour travailler avec tous les acteurs du territoire vers les objectifs qu’on se fixe, c’est-à-dire travailler sur la question des mobilités des routes, la réduction des déchets, l’empreinte carbone, etc. »

Les voix sont donc dissonantes au sein d’Europe Ecologie-Les Verts et preuve de l’embarras que suscite ce sujet, la direction du parti ne s’est pas exprimée.

Tour de France en Bretagne : la position des écologistes bretons

L’opposition des élus écologistes rennais au grand départ du tour de France en 2021 fait couler beaucoup d’encre. Une encre acide, qui pointe le choix de Brest, où EELV siège aussi au sein de la majorité municipale. Alors y-a-t-il dissension chez les écolos bretons ?

Les Verts brestois 

 » Ils sont au courant que les Verts de Brest ont accepté le Tour de France ? Grâce à leur connerie, Rennes ne se verra peut-être même pas proposer une étape. » :  voilà  le genre de propos qu’on peut lire sur Facebook.

La raison de cette colère : l’opposition des élus EELV (Europe Ecologie Les Verts), membre de la majorité de gauche à Rennes, à la tenue du grand départ du Tour de France 2021 depuis la capitale bretonne.

A Brest, ville d’où la Grande Boucle s’élancera l’an prochain, la question du grand départ du tour fait sourire le chef de file des Verts à la mairie : « Il faut croire que la maire de Rennes ne voulait pas le Tour aussi fort que le maire de Brest », rétorque Ronan Pichon.

L’élu écologiste, membre de la majorité municipale, affirme ne pas avoir été personnellement consulté sur cette question et poursuit : « Les élus Verts de Brest ne sont pas hostiles au départ du Tour, mais il faudra faire un effort sur le bilan moral et écologique.

En terme d’impact carbone et de déchets d’abord. Communiquer en breton et en langage des signes serait  bienvenu. Enfin, le sexisme, avec l’image de la femme que véhicule cet événement doit être questionné (NDLR : à travers les hôtesses). » Si aucun effort n‘est réalisé en ce sens, la tête de file écologiste brestoise promet qu’il le fera savoir haut et fort.

Sur son compte Facebook, son colistier Glen Dissaux, élu Vert à la mairie et vice-président à Brest Métropole, partage ces inquiétudes mais se réjouit de la décision : « Cela nous permettra de mettre en avant le vélo sous toutes ses formes (…) l’utilisation croissante et l’importance sociale du vélo. »

15/08/2020

https://www.rfi.fr/

https://france3-regions.francetvinfo.fr

Lire aussi:

Oui au vélo, non à la Grande Boucle ! Pourquoi les élus écolos se méfient du Tour de France

Lire la suite

11 avril 2020 ~ 0 Commentaire

virus (el diario)

peon

Et maintenant, heu, j’avance… le prolo!

Lire la suite

16 février 2020 ~ 0 Commentaire

formation militaire (insurgente)

fora

35 millions dépensés pour former des militaires 0 reçu

Le ministère de la Défense a investi au cours des sept dernières années plus de 35 millions d’euros pour l’enseignement à des militaires et à des marins, c’est-à-dire ceux appartenant au niveau le plus bas de l’échelle militaire.

C’est un montant qui, année après année, a été pris dans les budgets des trois armées (Terre, Air et Marine), dans celui de la Guardia Civil et dans celui de l’Unité d’urgence militaire (UEM).

Cependant, le Département dirigé par Margarita Robles reconnaît maintenant par écrit qu’aucun militaire n’a obtenu de diplôme depuis que ce programme est en vigueur.

16/02/2020

Source

https://insurgente.org/

Lire la suite

02 février 2020 ~ 0 Commentaire

monarchie (insurgente)

 franco
 Franco, désigne le vieux roi, qui désigne le jeune roi

Objectif: boycotter le roi

Mais que personne ne le voie!

Le Bourbón, (comme Louis 14 blog) et l’ancienne présentatrice de JT, Mme Letizia Rocasolano Ortiz, son épouse, se rendra dans quelques heures au Palais de la rue Carrera de San Jerónimo pour présider la session plénière du Congrès du début de législature.

Là, ils s’attendent à ce que les députés, les sénateurs et les hautes institutions de l’État écoutent, acclament et crient « Vive le roi », après le discours auquel les députés de Bildu, ERC, CUP, Junts et BNG n’assisteront pas, comme ils l’ont annoncé. (Le PNV basque ira)

Les honorables membres de l’UI, Podemos et Más País, d’autre part, seront présents parce que vous ne pouvez pas être impoli avec le chef de l’État.

Peut-être, dans un acte de rébellion révolutionnaire léniniste, ils décideront de ne pas applaudir Sa Majesté mais rien d’autre, leur accommodement au pragmatisme (désormais gouvernemental) ne leur permet pas d’être autre chose que politiquement correct.

Même l’acte de désobéissance monarchique que feront les nationalistes sauf PNV sera brouillé car leurs sièges sont situés en haut de la Chambre et les écarts seront comblés par des parlementaires monarchistes (du PP et du PSOE fondamentalement).

Il ne faut pas qu’on remarque les absents. Ils pourraient sortir le drapeau républicain au moment où Felipe 6 commence à parler, çà ferait du buzz! Chiche? Oseront-ils?

02/02/2020

https://insurgente.org/

Commentaire:

IU et Podemos sont théoriquement « républicains ». 

 

Lire la suite

25 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

cfdt (le canard rp)

canard

Source: Le Canard Enchaîné Mercredi 22 Janvier

« Même si Berger ne veut pas, la base est là », un cortège de militants CFDT (Révolution Permanente)

Lire la suite

20 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

irlande oxfam (the-irish-times le-huff’ lt reporterre)

 Rich-poor-283x300

L’Irlande est le cinquième pays pour le nombre de milliardaires par habitant selon Oxfam

L’État compte 17 personnes ultra-riches, selon un rapport publié avant le forum de Davos.
La liste comprend la famille du magnat du bœuf Larry Goodman, l’homme d’affaires des télécommunications Denis O’Brien et les familles Dunne et Heffernan de Dunnes Stores.

L’Irlande compte le cinquième plus grand nombre de milliardaires par habitant au monde, a déclaré Oxfam dans un rapport avant la conférence du Forum économique mondial dans la station de ski suisse de Davos cette semaine.

Il y a maintenant 17 milliardaires irlandais, dont la grande majorité sont des hommes, classant l’Irlande derrière Hong Kong, Chypre, la Suisse et Singapour en termes d’individus ultra-riches par rapport à la population en général, selon l’ONG.

Les chiffres irlandais reflètent une «tendance mondiale en matière d’inégalité des richesses», les 2 153 milliardaires du monde possédant plus de richesse que les 4,6 milliards qui représentent 60% de la population mondiale.

Oxfam appelle les gouvernements à créer des systèmes fiscaux plus équitables et à éliminer les évasions fiscales pour augmenter les revenus nécessaires pour investir dans les systèmes nationaux de soins et les services publics, sans dépendre du travail non rémunéré et sous-payé des femmes.

Le rapport intervient alors que de nombreux milliardaires du monde se joindront aux dirigeants politiques et aux entreprises ainsi qu’aux célébrités lors du 50e forum de Davos du 21 au 24 janvier.

La liste des milliardaires irlandais comprend: Hilary Weston, de Dublin, qui, avec son mari Galen Weston, dirige un empire international de la mode et de l’alimentation; Patrick et John Collison du géant des paiements Stripe; et John Dorrance III, le petit-fils né aux États-Unis du créateur de la formule de la soupe en boite Campbell. Il a emménagé en Irlande au milieu des années 90.

Qui sont les autres milliardaires irlandais?

La liste, qui s’appuie sur des estimations milliardaires de Forbes et du Sunday Times, comprend également la famille du magnat du bœuf Larry Goodman, l’homme d’affaires des télécommunications Denis O’Brien et les familles Dunne et Heffernan de Dunnes Stores.

Le rapport Oxfam décrit comment la moitié de la population mondiale continue de vivre avec moins de 5 € par jour. Les femmes en particulier « car l’économie mondiale ne récompense pas adéquatement ceux qui effectuent des soins».

Les femmes effectuent plus des trois quarts de tous les soins non rémunérés dans le monde, a déclaré Oxfam. L’organisation a déclaré que cela représente au moins 10,8 billions de dollars (9,7 billions d’euros) par an.

En Irlande, les femmes effectuent 38 millions d’heures de travail de soins non rémunérées chaque semaine, contribuant au moins 24 milliards d’euros à l’économie chaque année, a déclaré Oxfam. C’est l’équivalent d’environ un huitième de l’ensemble de l’économie nationale annuelle.

« Les économies sexistes alimentent la crise des inégalités – permettant à une élite riche d’accumuler de vastes fortunes au détriment des gens ordinaires et en particulier des femmes et des jeunes filles », a déclaré le directeur général d’Oxfam Ireland John Clarken. «Notre système économique à l’envers aggrave les inégalités en sous-évaluant chroniquement le travail de soins – généralement effectué par les femmes et les jeunes filles.»

Il a ajouté: «Le travail de soins non rémunéré est le« moteur caché »qui fait bouger les roues de nos économies, de nos entreprises et de nos sociétés.».

Joe Brennan 20 janvier 2020

https://www.irishtimes.com/

Lire aussi:

En France, 7 milliardaires possèdent plus que les 30% les plus pauvres (Huffington Post)

2 153 milliardaires sont plus riches que 60 % de la population mondiale selon Oxfam (LT)

Rapport Oxfam : Les milliardaires français plus ultra-riches que jamais (Reporterre)

Commentaire:

La revendication d’impôts équitables et de lutte contre l’évasion fiscale vient un peu tard. Ce sont les états (et les gouvernements « de gauche ») qui au nom du « libéralisme » (« moins d’état ») ont organisé leur propre « faillite » en donnant leur « bijoux de famille » au privé! Ils baissent les postes d’inspecteurs des impôts encourageant l’évasion fiscale: l’équivalent de la dette! Ils ont outrageusement baissé les impôts des riches (de 90% à 13%) mais augmenté les taxes sur la consommation populaire. Et bien évidemment « les caisses sont vides ».

Lire la suite

19 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

monarchie (marxist)

poor

Royaume Uni: «Megxit» et la crise de la monarchie

Ces derniers mois, la monarchie a été en crise plusieurs fois, symptôme de la crise du capitalisme.  Maintenant c’est la crise du «Megxit». Renversons cette relique féodale!

L’année 2019 a été dure pour la famille royale. Tout a commencé par une bosse lorsque Phillip, 97 ans, s’est plafonné une autre voiture, avec une mère et son bébé de 9 mois à l’intérieur. Heureusement, il s’est avéré que le code de la route ne s’appliquait pas à lui.

En automne, Boris est allé encore plus loin. En prorogeant le Parlement, il nous a appris que littéralement aucune des lois ne s’applique à Son Altesse Royale! Les tribunaux ont dû se tortiller et se retortiller pour annuler la prorogation de Boris sans décider accidentellement que la reine avait enfreint la loi. Vous voyez, c’est tout à fait impossible.

Sa Majesté était très mécontente des actions de Boris, qui ont révélé les pouvoirs illimités dont elle dispose officiellement en vertu de la constitution britannique. Mais la cerise sur le gâteau de cette annus horribilis royale était sans aucun doute l’acte de génie en relations publiques du prince Andrew en novembre, qui a mis son innocence hors de doute dans l’affaire du réseau international d’exploitation sexuelle de Jeffrey Epstein.

On ne peut qu’imaginer l’atmosphère à la table du déjeuner royal le lendemain de Noël. Alors que Leurs Altesses Royales s’asseyaient devant des sandwichs froids à la dinde; priaient-ils pour que 2020 soit l’année où le patrimoine de la Maison Royale augmente? Si tel est le cas, à quel point ils doivent être déçus. Malgré le discours de Noël de la Reine sur la réconciliation et la guérison des vieilles blessures, l’année a débuté avec discorde et division. Oubliez le Brexit, c’est le «Megxit» dont nous devons nous inquiéter.

« Megxit »

Tous les signes sont là. Harry et Meghan ont d’abord quitté la maison familiale pour s’installer dans leur propre appart, rénové pour 2,4 millions d’euros d’argent des contribuables. Puis le couple royal a déclaré unilatéralement son indépendance sur instagram.  Cela n’a sûrement pas surpris les observateurs royaux aux yeux d’aigle, quand les deux ont finalement annoncé qu’ils se retiraient en tant que membres de la famille royale et faisaient une pause pour «indépendance financière».

Le jeune couple a notre plus profonde sympathie pour cette aventure. Janvier est une période difficile pour la plupart des gens. Une fois le loyer, la taxe municipale et les factures sortis, il ne reste généralement pas grand-chose, sinon rien du tout, pour la plupart des parents.

Bien qu’il ait une femme et un jeune enfant, Harry était jusqu’à récemment, à l’âge de 35 ans, obligé de vivre chez son père. Il n’a pas de source de revenu indépendant et est obligé de compter sur la succession de Charles pour 1 milliard de livres sterling, le duché de Cornwall et  les maigres revenus de sa grand-mère.

A quoi ressemblera «l’indépendance financière»? Cela signifiera-t-il faire appel au crédit? Meghan sera-t-elle obligée de chercher un travail d’actrice?  «L’indépendance financière» signifie renoncer à 5% de leurs revenus qui proviennent de la subvention de la souveraine. 95% proviennent de la succession du Prince Charles. Et en renonçant à ces 5%, ils reculeront devant des tâches vitales telles que couper des rubans.

Ces nouvelles équivalent à une grêle de bombes nucléaires pour les éditeurs de tabloïds. Le lendemain matin, le Daily Mail nous a donné 17 pages «d’analyses». Pendant ce temps, le Daily Star a déclaré: «Dégage Harry!». L’année dernière, tout était au top lorsque la duchesse a dépensé 64 000 £ pour une robe et maintenant les tabloïds sont soudainement indignés par la débauche du couple, le Daily Star exigeant de rendre les 2,4 millions de £ dépensés pour leur maison!

Alors que Harry et Meghan entament leur voyage pour monétiser la marque royale, que leur réserve l’avenir? Des fast food «Royal Sussex» peut-être? Des produits dérivés comme des shampooings ou des lunettes de soleil? Selon Influencer Marketing Hub, ils pourraient gagner 34 000 $ pour un seul article sponsorisé. Certains estiment que leur marque pourrait rapporter jusqu’à 500 millions de livres sterling la première année.

Pilier de l’établissement

Un riche parasite veut rompre les liens familiaux pour devenir encore plus riche. De quoi parle-t-on? Pour la classe dirigeante, ce n’est pas une tempête dans une tasse de thé. Il s’agit de bien plus que du potentiel de gain futur d’un couple de gosses de riches devenus influenceurs Instagram.

Cela remet en question l’essence même d’un élément clé de leur propre règle. The Economist, un journal connu pour accueillir avec enthousiasme les bébés royaux et pour donner des conseils judicieux aux millionnaires britanniques, a averti que la ponction d’argent des Sussex pourrait être catastrophique pour un bastion du capitalisme britannique. Dans un article intitulé « Harry, Meghan et Marx », ils ont expliqué:

«Marx a prédit que le capitalisme détruirait tous les vestiges de la féodalité, qu’il briserait «les liens féodaux hétéroclites qui liaient l’homme à ses « supérieurs naturels», selon le Manifeste communiste». Ce n’est pas pour rien que la classe dirigeante a préservé et renforcé ce «vestige de la féodalité» en particulier:

« Dans « La Constitution anglaise »: loin de saper le capitalisme, la monarchie, sous sa forme britannique, l’a renforcé, agissant comme un ciment dans une société divisée en classes antagonistes et détournant les masses des vraies sources de pouvoir. Il a injecté de l’apparat, de la romance, du mystère et du drame dans la vie des Britanniques, atténuant le triste destin de n’être un rouage du capitalisme.  »

Ces mots expriment un haut degré de conscience de classe de la part des représentants du capital. La monarchie britannique a toujours servi de vitrine pour le règne des patrons. La pompe et la cérémonie de l’institution, son apparence et sa solennité sont censés inspirer la crainte et la révérence.

Les fonctions réelles de l’État, en tant qu’outil répressif de la domination de classe, reçoivent une sorte de «dignité». Nous sommes censés croire que tout cela est une partie ancienne de notre patrimoine national. C’est, bien sûr, un non-sens, et les patrons le savent. L’apparat «antique» date presque entièrement du règne de Victoria, dont le début a coïncidé avec la montée des chartistes (premiers prolétaires blog) et dont la fin a coïncidé avec l’aube de l’ère du capitalisme monopoliste.

Le secret et l’isolement de la famille royale sont un ingrédient clé de tout le spectacle. En restant à l’écart, l’institution est censée garder un peu de mystère. Comme l’a dit Walter Bagehot en 1867, «Son mystère est sa vie. Nous ne devons pas laisser entrer la lumière du jour sur la magie. » Et voici le problème du déménagement des Sussex. Il a apporté et continuera d’apporter beaucoup de lumière à cette institution la plus trouble.

On nous a dit jusqu’à présent que si la famille royale jouit d’une richesse énorme, elle a le devoir de servir la nation. Avec le dernier tour d’Harry, il s’avère que vous pouvez tout simplement prendre le fric et courir. Le «service et le devoir» ne sont que des foutaises dont vous pouvez vous passer. Et rien n’est moins «mystèrieux» que la course au pognon.

Jusqu’où les Sussex iront-ils pour ratisser large? Un bouquin peut-être? Vont-ils répandre des saletés sur leurs proches? Que découvrirons-nous de cette institution vénérée? Une chose est sûre: elle perdra sa capacité d’inspirer autre chose que du mépris. Cela fait perdre le sommeil à certains stratèges de la classe dirigeante. Pour reprendre les mots de l’Economist:

«[Le] duc et la duchesse de Sussex sont sur le point de donner raison à Marx. Ils représentent le danger le plus profond pour la monarchie depuis que Bagehot a brandi sa plume [...]  »

Crise de la monarchie

La crise de la famille royale est vraiment remarquable. Elle a réussi à survivre à toutes les crises des trois derniers siècles et pourtant elle sombre dans la crise la plus profonde qu’elle ait connue depuis le 17è siècle.

Un point d’interrogation grandit sur leur règne. Et cela juste au moment où la classe dirigeante en a le plus besoin. Ce n’est pas un hasard. La crise du capitalisme provoque un tumulte sans précédent et entraîne des batailles de classe de plus en plus dures. Des événements révolutionnaires seront à l’ordre du jour en Grande-Bretagne. C’est à cette époque que la monarchie doit sortir de l’ombre et que son pouvoirs apparaît pour ce qu’il est: une police d’assurance pour la classe dirigeante.

Mais si la monarchie avant pouvait éviter les crises c’est une tâche impossible avec ces parasites totalement détachés. La Reine ne rajeunit pas vraiment. Et une fois que la science n’aura plus les moyens de prolonger son règne, la délicate question de la transition vers un nouveau monarque se posera.

En tant que lumière permanente pour nos vies, elle a été plus ou moins acceptée comme «faisant partie du mobilier». Le roi Charles c’est une toute autre question. Il aurait dû être le dernier monarque britannique il y a 400 ans. Notre résolution du Nouvel An: que le roi Charles soit le dernier monarque britannique et que cette décennie marque l’aube d’une République socialiste en Grande-Bretagne.

Ben Curry 16 janvier 2020

https://www.marxist.com/

Lire la suite

18 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

macron (révolution permanente)

varennes

Macron exfiltré d’un théâtre parisien sous pression des manifestants

L’information est confirmée par plusieurs journalistes présents sur place : Macron aurait été exfiltré d’un théâtre parisien pour fuir les manifestants venus l’interpeller sur réforme des retraites. 

La scène, confirmée par plusieurs journalistes présents sur place, est inédite : un président exfiltré sous les huées alors qu’il pensait pouvoir assister sans être inquiété à une représen-tation dans le théâtre parisien des Bouffes du Nord.

Inédite mais à l’image d’un pouvoir autoritaire et détesté par une large partie de la population. À l’image de la violence de ses contre-réformes et du modèle néolibéral qu’il cherche à imposer et de l’arrogance macronienne vis-à-vis de ceux qui veulent contester. Un pouvoir le pied à terre, bien loin de l’illusion jupitérienne du début de mandat.

La majorité présidentielle s’est dépêchée de réagir à l’annonce sur les réseaux sociaux et les plateaux télé. Aurore Bergé – qui continue de nier l’exfiltration malgré la confirmation de plusieurs journalistes – s’est fendue d’un tweet dénonçant la « force » et la « violence » de cette action devant le théâtre et invoquant la « démocratie ».

Cette ligne de défense du président est particulièrement hypocrite dans le contexte actuel, venant de la part d’un gouvernement toujours plus impopulaire, atteignant avec peine les 20% de soutiens, qui cherche à imposer son projet de réforme de retraites face à un mouvement de contestation qui est considérée « justifié » par 66% de la population.

Sa réforme est d’ailleurs devenue tellement impopulaire que le gouvernement cherche à passer en force à l’Assemblée Nationale où il dispose pourtant d’une majorité, choisissant la voie d’une procédure d’accélérée, des ordonnances et même possiblement d’un 49-3.

D’autre part, aucune « violence » n’apparait sur les différentes images filmées sur place. Au contraire, c’est une ambiance bon enfant qui a accueilli le président de la République avant la charge des forces de l’ordre pour déloger l’entrée et exfiltrer le président.

Une action pacifique bien loin de la violence devenue habituelle des forces de répression contre le mouvement social qui s’est largement accentuée depuis l’arrivée au pouvoir de Macron, à l’image des dizaines de mutilés du mouvement des Gilets Jaunes et des nombreuses images de violences policières depuis le 5 décembre.

Avec l’exfiltration de Macron, c’est bien le symbole d’un pouvoir toujours plus autoritaire et détesté qui s’est exprimé.

Georges Camac samedi 18 janvier

https://www.revolutionpermanente.fr/

Commentaire:

« Révolution Permanente » est un courant du NPA

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin