Archive | Macronie

27 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

A Paris, malgré l’interdiction, la solidarité s’est exprimée (npa)

npa jeunes

Plus que jamais, la lutte pour les droits du peuple palestinien doit continuer

Les interdictions et intimidations de Hollande, Valls et Cazeneuve n’y auront rien fait, ce sont encore des milliers de personnes qui sont venus aujourd’hui à Paris place de la République pour crier leur révolte contre l’intervention militaire d’Israël à Gaza.

Alors que le bilan de cette intervention est à l’heure actuelle de près d’un milliers de morts dans la bande de Gaza, alors que les grandes puissances gesticulent mais ne font rien, Cazeneuve, le ministre de l’intérieur n’a rien trouvé de mieux que de traiter d’ « irresponsables » ses organisateurs. En criminalisant la solidarité avec le peuple palestinien, c’est bien ce gouvernement qui est « irresponsable », comme l’a précisé dans l’unité l’ensemble du mouvement de solidarité lors d’une conférence de presse ce matin.

Le rassemblement place de la République s’est déroulé jusqu’à sa dispersion offi- cielle de façon tout à fait pacifique. Les incidents, minoritaires, n’ont eu lieu qu’après l’appel à la dispersion par les organisateurs, incidents qui montrent que les déploiements policiers impressionnants sont tout à fait inutiles… Seule l’autorisation de la manifestation aurait pu les prévenir, comme cela a été notamment le cas mercredi dernier.

Alors que d’autres rassemblements en régions ont aussi réunis aujourd’hui des milliers de personnes, le NPA affirme que cette journée de manifestation ne peut rester sans lendemain. Plus que jamais, la lutte pour les droits du peuple palestinien doit continuer.

NPA, Montreuil, le 26 juillet 2014

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article32615

Lire la suite

27 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Les retraites nouvelle cible de la cours des comptes (cgt)

hollande

La Cour des Comptes considère que l’objectif de rattrapage des revenus des retraités par rapport aux actifs est atteint. Elle propose donc dans son dernier rapport une hausse de leur imposition.

Dans son dernier rapport sur la sécurité sociale, la Cour des comptes préconise de faire davantage participer les retraités à la solidarité nationale.

D’après la Cour des comptes, les différentes niches fiscales et sociales qui s’appliquent aux retraités représenteraient un manque à gagner de 12 milliards d’euros pour l’État et la sécurité sociale.

Selon le Président de la Cour Didier Migaud , « les retraités sont dans une situation financière plus favorable que les actifs, notamment les jeunes.. Et l’objectif de ces avantages, qui était de réduire l’écart avec les actifs, est atteint. »

Revue des mesures préconisées par la Cour des comptes :

- Supprimer progressivement l’abattement de 10% alors qu’ils n’ont plus de frais professionnels (gain de 2,7 milliards d’euros).

- Supprimer progressivement l’exonération des majorations de pensions pour les parents de 3 enfants (gain de 800 millions d’euros).

- Aligner le taux de CSG appliqué aux pensions de retraite sur celui des actifs. Ce qui soumettrait les 7,9 millions (49%) de retraités aujourd’hui assujettis à une CSG de 6,6% à un taux de 7,5% (gain de 1,2 milliard d’euros).

Autre injustice, on a plus de patrimoine à 70 ans qu’à 30 ans…. c’est dingue non ?

C’est vrai aussi que les honteux retraités qui ont connu l’époque de travailler plus pour gagner plus, (48h hebdo et 3 puis 4 semaines de congés) et préparé leur retraite en économisant, sont « has been » en regard des 35h , 5 semaines de congés et RTT.

Mais c’est vrai aussi qu’il faut éviter de parler :

·*   Des sénateurs

·*   Des députés qui ont la retraite, à vie, après 2 mandats (10 ans)

·*    Des ministres qui ont la retraite, à vie, après 8 mois de ministère

* Des députés européens qui ne paient pas un centime de CSG

*  des actionnaires surtout qui ont vu leurs revenus « exploser » ces dernières années (43 MILLIARDS DE DIVIDENDES ONT ETE VERSES en 2013) malgré la crise (dont ils sont responsables en ponctionnant les bénéfices plutôt que de les réinvestir)

Ne parlons pas non plus des Présidents de la République en retraite Chirac, Sarkozy et bientôt un troisième : Hollande. Ex : Sarko coûte environ 1 500 000 € à la nation chaque année (chauffeurs, retraite, gardes du corps, personnels, voyages, etc., etc…)

Et que dire de l’Ex Future Femme de Hollande qui a coûté plus de 480 000 € aux contribuables.

http://cgt.ales.over-blog.com/article-les-retraites-nouvelle-cible-de-la-cour-des-comptes-124233963.html

Lire la suite

25 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Interdiction de la manifestation parisienne

obama

Hollande-Valls récidivent et musèlent la solidarité avec les Palestiniens

La préfecture de Police de Paris a décidé d’interdire la manifestation prévue ce samedi à Paris. En interdisant une nouvelle fois une manifestation de solidarité avec la Palestine, après la démonstration faite par 25.000 personnes mercredi soir qu’un défilé autorisé se passe sans incidents, Hollande et Valls franchissent un nouveau seuil dans l’épreuve de force qu’ils ont engagée contre le mouvement de solidarité avec les Palestiniens.

Alors que l’offensive israélienne se poursuit, de plus en plus violente, contre les Pales- tiniens de Gaza et désormais de Cisjordanie (plus de 800 morts, une école de l’ONU bom- bardée, etc.), cette nouvelle interdiction démontre une fois de plus la volonté du gouver- nement de museler toute opposition à son soutien à la guerre menée par l’Etat d’Israël, en s’en prenant au droit fondamental de manifester.

Le NPA appelle l’ensemble des forces de gauche et démocratiques, syndicales, asso- ciatives et politiques, à exprimer leur refus de cette interdiction et à témoigner, plus que jamais, de leur solidarité active avec la lutte du peuple palestinien.

Montreuil, le 25 juillet 2014

http://npa2009.org/communique/interdiction-de-la-manifestation-parisienne-hollande-valls-recidivent-et-muselent-la

Commentaire: Guy Mollet, 1er ministre socialiste a engagé l’armée française avec la Grande Bretagne et Israel contre l’Egypte qui avait nationalisé le canal de Suez.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Mollet

Lire la suite

25 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Ne rêvez pas, mme royal, le prix de l’électricité ne peut qu’augmenter (reporterre)

nucleairefrance

Jeudi dernier, Ségolène Royal a annoncé l’annulation de la hausse de 5 % des tarifs EDF qui devait intervenir au début du mois d’août.

Mais la ministre recule l’échéance : les prix de l’électricité sont structurellement à la hausse. Il vaudrait mieux s’y préparer en organisant les économies d’électricité. Dans les treize cen- times/kWh (kilowatt-heure) que payent aujourd’hui les ménages, la production d’électricité compte pour environ cinq centimes, son transport et sa distribution pour 4,3 et les taxes pour 3,7.

Voyons d’abord la production. En France, nous dit-on, l’électricité restera particulièrement bon marché puisqu’elle provient à 75 % du nucléaire dont les coûts de production sont totale- ment maîtrisés et pour 15 % par des centrales hydrauliques amorties depuis belle lurette.

Rien n’est pourtant moins sûr. L’âge moyen des centrales nucléaires en France est de vingt-sept ans et leur durée de vie prévue de quarante. D’ici dix ans la moitié des réacteurs devrait être, soit remplacée, soit réhabilitée pour en prolonger de dix ou vingt ans la durée de fonctionnement.

Le coût de production de l’électricité nucléaire va augmenter

Dans les deux cas, le coût de production va s’envoler :

La remise à niveau des réacteurs, ce qu’EDF appelle «le grand carénage», devrait faire passer, même en adoptant les prévisions manifestement très optimistes d’EDF en la mati- ère, le coût de 4,5 centimes/kWh actuellement à plus de 6,5 et plus probablement sept ou huit centimes.

Quant à la construction d’un parc d’EPR, on sait déjà qu’elle conduirait à des coûts de pro- duction supérieurs à 7,7 centimes même si l’effet de série improbable espéré par EDF ve- nait réduire de 25 % les coûts d’investissement qu’on constate aujourd’hui à Flamanville ou en Finlande. Du côté des renouvelables, pas d’espoir à court et moyen terme de voir les éoliennes terrestres fournir du courant à moins de sept centimes le kWh et les éoliennes offshore à moins de dix ou douze centimes.

Charbon et gaz: l’impasse

Côté fossile, il reste bien les cycles combinés à gaz naturel dont les coûts de production se situent vers six à sept centimes/kWh et surtout les centrales à charbon, alors que le prix de ce combustible s’est effondré à la suite du boom des gaz de schiste aux Etats-Unis. Mais ce serait entrer en complète contradiction avec les engagements de la France en termes d’é- missions de gaz à effet de serre pour la stratégie charbon et prendre un risque économique important pour la stratégie gaz naturel dont le marché européen est soumis à des tensions géostratégiques majeures.

On voit que dans tous les cas, les coûts de production des moyens futurs vont pas- ser de cinq centimes aujourd’hui à sept ou huit centimes/kWh, une augmentation de 40 à 60 % sur une grosse part de la production qu’il faudra bien répercuter un jour sur le consommateur.

Une hausse des coûts de transport et de distribution

Et du côté transport et distribution ? Le réseau de transport français, largement dimensionné par la production nucléaire, est relativement jeune et donc en bon état. Réseau de transport d’électricité (RTE) devra cependant investir pour adapter son réseau à l’arrivée des énergies renouvelables (parcs éoliens, centrales solaires). C’est une toute autre affaire pour le réseau de distribution dans lequel il est indispensable d’investir massivement dans les années qui viennent pour enrayer la dégradation du service au consommateur qui s’est manifestée depuis une dizaine d’années. Pas d’économies donc à espérer de ce côté mais plutôt une hausse des coûts à prévoir… Une augmentation des tarifs de l’électricité de 15 à 20 % dans les années qui viennent semble donc bien justifiée.

La solution pour ne pas payer plus : économiser la consommation domestique

Mais ce n’est pas pour autant que la facture des ménages est condamnée à augmenter proportionnellement. 15 à 20 % d’économie d’électricité domestique à coûts nuls ou très faibles sont en effet accessibles à court terme en France si l’on s’y attelle enfin sérieu- sement. A preuve, les allemands qui ont réussi à stabiliser la consommation électrique domestique des ménages en 2010 au niveau de celle de l’année 1998 alors que la nôtre, équivalente à la même époque, avait augmenté en 2010 de 28 % !Benjamin Dessus

jeudi 24 juillet 2014 Source : Benjamin Dessus pour Reporterre

Lire aussi : Le nucléaire coûte de plus en plus cher, selon la Commission d’enquête parlementaire !

Merci de soutenir Reporterre :

Ne rêvez pas, mme royal, le prix de l’électricité ne peut qu’augmenter (reporterre) dans Ecologie & climat pixelgif-3a13a12-08765

http://www.reporterre.net/spip.php?article6182

Lire la suite

25 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Travailleurs français immigrés, mêmes patrons, même combat! (lo)

affiche-cnt-francais-immigres-meme-patron-meme-combat

Ce mercredi le gouvernement annonce vouloir modifier le droit des étrangers en France. Mais en réalité, il ne modifie fondamentalement rien à la politique répressive et d’expulsions en place depuis des années. Il vise même à imposer de nouvelles contraintes aux immigrés comme la désignation d’un lieu de résidence pour les demandeurs d’asile avec menace sur les allocations s’ils le quittent. Pour bénéficier du renouvellement de leur titre de séjour, les travailleurs étrangers devront prouver qu’après leurs journées de travail, ils ont assisté aux cours de français obligatoires, etc. !

Rien ne distingue cette soi-disant gauche de la droite, y compris sur ce terrain. À un tel point que le gouvernement espère sur ce texte recueillir les voix de l’UMP! 23 juillet 2014

http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/breves/#2

Lire la suite

23 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Pleure pas la bouche pleine! (npa)

Quand après 1 semaine à le laisser tranquille, je me prépare à rendre visite à mon TAM.

Pierre Gattaz, patron des patrons, a de quoi se réjouir: « la séquence des deux derniè- res semaines a été bonne », écrit-il dans une tribune publié par le Figaro.

En effet, la trajectoire de baisse des «charges» du Pacte de responsabilité sera bien entérinée dans la loi, les créations d’emplois ne sont toujours pas à l’ordre du jour et la prise en compte de la pénibilité est reportée.

Mais cela ne lui suffit pas, et il continue son combat pour l’injustice sociale…

Pensant que le gouvernement doit faire mieux et plus fort, il lui propose une bonne douzaine d’idées, comme l’abandon de la taxe à 75 % sur les très hauts revenus, la sup- pression des seuils sociaux, la baisse du SMIC, la généralisation du travail du dimanche et des horaires de travail jusqu’à 21 heures…

Soit une destruction massive du code du travail, de nos conditions de vie et de travail. Le tout dans une situation de chômage exponentiel. Gattaz appelle cela «redresser la Fran- ce». Son «partenaire social» privilégié, le gouvernement, n’est pas en reste et fait légiférer frénétiquement ces prochains jours. Pas moins de trois grandes lois sont en voie d’adoption. Toutes en faveur de la politique du Medef.

La loi de finances rectificative pour 2014, déclinaison du Pacte de responsabilité, permet à l’État de réaliser 1,6 milliards supplémentaires d’économies: cela annonce des économies sur des services publics qui seront en partie privatisés et dont pourront bénéficier seuls ceux qui pourront payer.

La loi rectificative sur le financement de la sécurité sociale acte l’allègement des coti- sations sociales des employeurs et le gel des pensions de retraite au dessus de 1 200 eu- ros. Enfin, le vote de la réforme ferroviaire, contre laquelle les cheminots ont pourtant mené une grève forte et longue, permettra l’ouverture totale à la concurrence.

Décidément, ce gouvernement défend magnifiquement les intérêts et les profits des patrons. Nous ne devons compter que sur nos propres forces pour le combattre, avec tous ceux et toutes celles qui le voudront. Que la rentrée soit une rentrée de luttes et de victoire !

Roseline Vachetta Hebdo L’Anticapitaliste – 252 (24/07/2014)

Lire la suite

23 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Palestine: la conversion de manuel valls (politis)

mercimanu-660x345

Manuel Valls a opéré sur le conflit proche-oriental une spectaculaire volte-face, jusqu’à désapprouver l’initiative palestinienne à l’ONU.

Nous avons été nombreux à connaître Manuel Valls, maire d’Évry, honorant de sa présence les « Six heures pour la Palestine » qui se tiennent chaque année dans sa ville. Nous l’avons vu, en 2002, accueillir chaleureusement Leïla Shahid, alors déléguée de la Palestine en France, à l’occasion du jumelage d’Évry-Ville nouvelle avec le camp de Khan Younis. Nous pouvons encore relire ses mots prononcés à la tribune de la Mutualité, un certain 20 novembre 2002, quand il jugeait la situation « révoltante » et dénonçait « la colonisation qui viole le droit international ».

Et soudain, en 2010, changement de cap !

Non seulement le maire boude ces réunions, mais la salle du conseil municipal, qu’il prêtait volontiers jusqu’en 2009, se referme devant les organisateurs. En avril 2011, il interdit même un débat soutenu par le collectif Palestine-Évry Essonne au prétexte que celui-ci aurait des thèses « assez radicales ».

Mais où est la « radicalité » ?

Un des animateurs de ce collectif, Jacques Picard, conseiller régional EELV-Les Verts, rapporte cette anecdote : « Une seule fois, la communauté juive du Centre Essonne est intervenue en protestation muette et non-violente. À la demande de ce groupe d’un débat dans le même lieu avec des intervenants plus proches des thèses de l’État d’Israël, Manuel Valls refusa et rappela que “ce conflit n’était pas symétrique, qu’il y avait bien un agresseur et un agressé, un faible et un fort, un processus de colonisation”  [1]… »

On mesure aujourd’hui l’ampleur du revirement. Faute de pouvoir l’expliquer, on peut au moins le constater. Le 17  juin 2011, sur la radio Judaïca de Strasbourg, Manuel Valls déclare : « Par ma femme  [2], je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël. » Le 24 septembre 2012, interviewé sur iTélé, il exprime son opposition à la demande de reconnaissance de la Palestine à l’Onu, dénonçant dans les mêmes termes que ceux de Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, un acte « unilatéral ».

La conversion s’est-elle opérée sous l’influence de nouveaux liens tissés dans sa vie privée ? Mais d’autres, qui ont un conjoint juif ou même franco-israélien, ne se sentent pas tenus pour autant de condamner la demande de recon-naissance de la Palestine à l’ONU…

Est-ce alors que le très ambitieux maire d’Évry et futur ministre avait jugé que la Palestine, ça ne faisait pas assez chic dans un profil de présidentiable ?

Plus troublant encore : ces images du tout nouveau ministre de l’Intérieur refusant de serrer la main au président tunisien Moncef Marzouki, invité le 18 juillet dernier à s’exprimer à l’Assemblée nationale. On reste infiniment perplexe devant ce geste plus viscéral que politique.

Notes:

[1] Tribune sur le site Mediapart, le 18 avril 2011.

[2] La violoniste Anne Gravoin, qu’il a épousée en 2010.

http://www.politis.fr/Palestine-la-conversion,20134.html

Lire la suite

21 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

La solidarité avec les palestiniens est légitime (npa)

mercimanu-660x345

Et n’a rien à voir avec de l’antisémitisme!

François Hollande et Manuel Valls ont fait le choix scandaleux d’amalgamer la lutte pour les droits du peuple palestinien à l’antisémitisme et sont aujourd’hui, en raison des interdictions prononcées contre les manifestations, les premiers responsables des incidents qui peuvent avoir lieu en marge de celles-ci.

Le NPA condamne, comme il l’a toujours fait, tous les propos et actes antisémites où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent, du FN comme des amis de Soral et Dieudonné, ou d’au- tres dangereux irresponsables qui travestiraient la solidarité légitime avec les Palestiniens.

Le mouvement de solidarité avec le peuple palestinien et le NPA ne confondent pas la  population juive, ici ou en Israël, croyante ou non, avec la défense de la politique coloniale de l’Etat d’Israël. À l’inverse de ce que font aujourd’hui notamment le CRIF, qui affirme que les Juifs de France soutiennent Israël, et de la Ligue de Défense Juive (LDJ), qui appelle à des rassemblements pro-Israël devant des synagogues. Le conflit israélo-palestinien n’est pas un conflit religieux mais bel et bien un conflit politique.

Au vu de la situation, du bilan macabre de ces dernières heures (plus de 500 morts pales- tiniens, majoritairement des civils, notamment des enfants et des femmes), il est urgent d’exiger de l’Etat d’Israël la fin de l’offensive terrestre et des bombardements dans la bande de Gaza. Il est urgent d’exiger de l’Etat d’Israël la fin du blocus de la bande de Gaza, le respect des résolutions de l’ONU, le respect des droits du peuple Palestinien.

C’est pour défendre ces revendications que le NPA appelle toutes les organisations politiques, syndicales et associatives à manifester Mercredi prochain, à 18 h 30 à République, et à se joindre aux autres initiatives dans toute la France.

Montreuil le 21/07/2014

http://npa2009.org/communique/la-solidarite-avec-les-palestiniens-est-legitime-et-na-rien-voir-avec-de-lantisemitisme

Lire la suite

20 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Appel à nou­velle mani­fes­tation à Paris mer­credi 23 juillet 18h (Afps)

Cartel-17J-Madrid-1

Appel à nou­velle mani­fes­tation à Paris mer­credi 23 juillet 

Atteintes à la liberté d’expression

En inter­disant la mani­fes­tation prévue le 19 juillet à Paris en faveur des droits du peuple pales­tinien notre gou­ver­nement est-​​il en train d’inventer une exception fran­çaise pour ce qui concerne la liberté d’expression?

On peut le craindre lorsque l’on rap­proche l’exploitation qui a été faite des inci­dents en marge de la mani­fes­tation du 13 juillet à Paris (dont la res­pon­sa­bilité incombe clai­rement à la Ligue de Défense Juive), les décla­ra­tions gou­ver­ne­men­tales rap­portées par la presse, et les inter­dic­tions ou ten­ta­tives des auto­rités admi­nis­tra­tives d’interdire les ras­sem­ble­ments ou mani­fes­ta­tions à Nice, à Paris ou ailleurs, qui étaient appelés en réaction à l’agression israé­lienne contre la popu­lation de Gaza.

Faut-​​il le rap­peler? Nous ne tolérons pas, nous ne tolé­rerons jamais, que des paroles ou des actes anti­sé­mites déna­turent nos actions pour le droit inter­na­tional, pour les droits nationaux du peuple pales­tinien, contre la poli­tique israé­lienne et les crimes commis par l’État d’Israël.

La loi fran­çaise condamne et réprime les propos et les actes anti­sé­mites: c’est très bien ainsi. Mais tout ce qui va au-​​delà de la simple appli­cation de cette loi, sous couvert de lutte contre l’antisémitisme ou contre une sup­posée « impor­tation du conflit israélo-​​palestinien en France », comme les cir­cu­laires Alliot-​​Marie/​Mercier qui ne sont tou­jours pas abrogées, ou les limi­ta­tions du droit de mani­fes­tation, consti­tuent des atteintes insup­por­tables à la liberté d’expression.

La seule expression auto­risée, dans l’avenir, serait-​​elle celle qui est for­matée par les com­mu­niqués du gou­ver­nement israélien, de son armée, de son ambassade en France et de ses relais habi­tuels ?

Il est inad­mis­sible de s’abriter der­rière de tels argu­ments pour empêcher des mani­fes­ta­tions paci­fiques demandant l’application du droit inter­na­tional et l’arrêt de bom­bar­de­ments sur une popu­lation civile.

Ceux qui se pré­tendent pom­piers en pro­clamant ver­tueu­sement qu’ils ne veulent pas « importer le conflit israélo-​​palestinien en France » ne sont-​​ils pas les pires incen­diaires lorsqu’ils confondent sciemment la lutte contre l’antisé-mitisme et le soutien à la poli­tique cri­mi­nelle de l’État d’Israël, ou lorsqu’ils cèdent aux pres­sions de Néta­nyahou dans leur prise de position ?

Le Col­lectif National pour une Paix Juste et Durable entre Pales­ti­niens et Israé­liens * demande :

L’application pleine et entière du droit consti­tu­tionnel de mani­fester en France,

Une enquête impar­tiale et indé­pen­dante sur les inci­dents de la rue de la Roquette

La dis­so­lution de la LDJ, groupe ultra-​​violent d’extrême-droite, déjà interdit aux États-​​Unis.

Et toujours l’abrogation des scandaleuses circulaires Alliot-​​Marie /​ Mercier

Col­lectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israé­liens et Palestiniens, dimanche 20 juillet 2014

http://www.france-palestine.org/Appel-a-nouvelle-manifestation-a,24033

Lire la suite

19 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

Syndicats: on continue comme avant? (npa)

 negocier

Valls et Berger le défendent partout : non, la 3e conférence sociale du gouvernement Hollande n’a pas été un échec.

«Il y a un tas d’avancées qui montrent qu’il fallait être autour de la table», s’est félicité Laurent Berger de la CFDT. «Ca valait le coup d’être l », affirme Carole Couvert (CGC). «Nous avons atteint nos objectifs», a estimé l’UNSA…

Pourtant, les résultats immédiats et concrets de la conférence sont maigres : mise en place d’un comité de suivi des aides aux entreprises, modulation du forfait social, création d’un observatoire des rémunérations ou encore coup de pouce aux effectifs de jeunes très en difficulté qui bénéficieront de la garantie jeune. Et la tenue d’une réunion à «haut niveau», en septembre, pour lever les obstacles à l’apprentissage. Dans la foulée, Valls a confirmé l’ouverture d’une discussion sur les seuils sociaux et la modernisation du «dialogue social» en entreprise.

Théâtre d’ombres Les menaces patronales et les «graves» décisions (initiées par Soli- daires) prises par la CGT, FO et encore plus laborieusement par la FSU, relèvent de mises en scènes un peu lourdes. La conférence sociale ne se limite pas à deux jours de « In » mais fait suite à une quinzaine de réunions préparatoires auxquelles toutes les organisations syndicales ont participé sans formuler d’objections majeures. Quant aux négociations pro- grammées en conclusion de la conférence, à ce jour, personne n’a annoncé leur boycott… Au contraire.

Le «clash» provoqué par Valls quelques jours avant la conférence sociale, avec l’an- nonce du report de la mise en place des dispositions sur la pénibilité et sur les minimas ho- raires pour les CDD, est à la fois une provocation, et l’affirmation et la confirmation que le gouvernement est, avant tout, à l’écoute du Medef.

Il a fourni une bonne occasion pour la direction confédérale CGT de faire semblant de répondre aux nombreuses et diverses contestations et injonctions visant à obtenir le retrait de la CGT de la conférence sociale: une dizaine de structures importantes, Union départe- mentales, fédérations auxquelles il faut ajouter des interventions nominales de plusieurs responsables clairement identifiables.

Malgré des nuances sur le fond et dans la forme pour demander le retrait de la CGT, toutes ces interventions convergeaient sur une exigence: ne pas continuer à cautionner le pseudo «dialogue social» proposé par Valls et Hollande. Moins spectaculaire que la mise en minorité de Thibault sur le Traité constitutionnel européen en 2005, cette contestation rejoint, tant par ses acteurs que sur le fond politique, les préoccupations de la «marche du 12 avril».

De ce fait, elle pourrait bien cristalliser une opposition durable à la ligne imposée par Lepaon et ses soutiens, malgré la diversité des courants qui la composent. La FSU s’est, quant à elle, distinguée de la CGT par sa plus grande lenteur et plus grande indécision, avant de finalement se retirer in extremis. Pour FO, l’opposition de la direction confédérale ne sau- rait effacer la réalité des structures qui, dans les entreprises et les branches, passent plus de temps à négocier et signer des accords de reculs sociaux qu’à mobiliser les salariéEs. À la CFDT, le recentrage et l’épuration opérés depuis 1995 (1) rendent aujourd’hui invisible toute forme de contestation.

Pendant la rupture, le «dialogue social» continue… La question du dialogue social ne se limite pas aux seules conférences sociales. Des entreprises au niveau national, ce sont des centaines de réunions, rencontres, négociations, commissions, auxquelles participent les organisations syndicales. Même si les statistiques du ministère ne rendent pas compte de la diversité des situations, elles montrent que, si les syndicats «réformistes» signent largement des accords, CFTC: 88 %, FO: 90 %, CFE-CG: 91 % et CFDT: 93 %, la CGT est à 84 %.

Ce sont des statistiques basées sur les entreprises où les syndicats cités sont pré- sents. Tout ceci concourt grandement à la constitution d’appareils de spécialistes coupés de l’activité syndicale et dont l’activité de négociateurs l’emporte sur la construction du rapport de forces nécessaire, y compris dans les négociations.

Les postures politiques des responsables confédéraux vis-à-vis des politiques de droite ou de «gauche» et leurs décalage avec les préoccupations des salariéEs, ne sont qu’un des aspects des pratiques syndicales. Mais elles n’aident pas à la construction d’un syndicalisme «lutte de classe» qui, de l’entreprise au niveau national, se donne les moyens d’affronter les politiques patronale et gouvernementales.  Robert Pelletier

Voir l’interview de René Mouriaux dans la revue l’Anticapitaliste n°56 de juillet, en ligne ici à partir du 28 juillet. Hebdo L’Anticapitaliste – 251 (17/07/2014)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin