Archive | Macronie

12 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

14 novembre (supérieur/recherche)

fo 1

ddfff

Lire aussi:

Gilets jaunes, lycéen.es, Macron : prises de positions (Essf)

Le mouvement des gilets jaunes déstabilise Macron (ESSF)

Lire la suite

11 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

jeunes (npa jdd)

npa

Lire aussi:

Lycéens et étudiants mobilisés contre le gouvernement : « Les Gilets jaunes ont ouvert une brèche » (JDD)

Les lycéens se mobilisent pour préserver la « dimension égalitaire » de l’enseignement (Bastamag)

Finistère. Les lycéens de Chaptal mobilisés à Quimper (Côté Quimper)

Lire la suite

11 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

14 décembre (cgt)

cgt

Lire la suite

11 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

macron (attac)

Annonces de Macron

Un enfumage pour préserver l’injustice fiscale et les cadeaux faits aux riches

Alors que l’ensemble du pays est parcouru d’une puissante aspiration à plus d’égalité sociale et fiscale, Emmanuel Macron s’est enfin exprimé, après trois semaines de silence, mais refuse de changer de cap.

Derrière quelques mesures « sociales » qui cachent un affaiblissement de la protection sociale et le refus d’une augmentation générale des salaires, Emmanuel Macron a surtout confirmé les très importants cadeaux fiscaux faits aux plus riches (ISF, Flat tax, etc), son agenda néolibéral (réformes des retraites, de la fonction publique et de l’assurance chômage) et la poursuite de la baisse des dépenses publiques au détriment de la présence et de la qualité des services publics.

L’exécutif pense-t-il vraiment pouvoir se sortir d’une crise sociale et politique majeure en accélérant la mise en œuvre d’une politique largement rejetée dans le pays ?

Emmanuel Macron est toujours le Président des ultra-riches :

il a fait le choix de préserver les intérêts des 1% les plus riches en ne revenant pas sur la suppression de l’ISF, l’allégement de l’Exit tax ou l’instauration de la Flat tax. Contrairement à ce qu’il prétend, l’exécutif n’a pas écouté les exigences populaires exprimées depuis des semaines en faveur de mesures fiscales plus redistributives : il maintient le cap d’une politique profondément inégalitaire et inefficace qui grève le budget de l’État.

L’annonce d’une hausse du SMIC de 100 euros est une véritable arnaque puisque le SMIC n’est pas revalorisé, pas plus que les salaires juste au-dessus du SMIC. Le salaire perçu va augmenter via la hausse de la prime d’activité, qui était déjà dans les tuyaux. Magnifique tour de passe-passe que tente le Président.

Plutôt que de faire financer les hausses de salaires par les entreprises, il fait payer les contri-buables. La défiscalisation des heures supplémentaires profitera d’ailleurs aux salarié·e·s les mieux payé·e·s et qui ont la possibilité d’en faire. C’est par ailleurs des ressources en moins pour le budget de l’État. La désocialisation conduira mécaniquement à une fragilisation de notre système de protection sociale »

Les populations les plus en difficulté sont par ailleurs oubliées :

Aucune augmentation des minimas sociaux n’a été annoncée, tandis que les retraites ne sont toujours pas indexées sur le coût de la vie, une revendication exprimée depuis plusieurs semai-nes. Étudiant·e·s et lycéen·ne·s, mobilisé·e·s dans la rue et largement réprimé·e·s, sont complètement ignoré·e·s par l’exécutif.

Emmanuel Macron s’entête à poursuivre une politique qui consiste à basculer la fiscalité des entreprises sur les ménages et à préserver les intérêts acquis des multinationales (CICE, CIR, etc) et de leurs actionnaires ; alors que les investissements-climat des entreprises françaises stagnent depuis plusieurs années et pourraient même baisser en 2018, l’exécutif rate l’occa-sion de réorienter, par voie réglementaire et fiscale, les investissements privés vers la transi-tion écologique et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays qui sont reparties à la hausse

En refusant de réduire structurellement les inégalités fiscales et sociales dans le pays, Emmanuel Macron confirme avoir endossé son costume de « Président des riches » au détriment des intérêts des plus pauvres et plus précaires, mais également au détriment d’une politique de transition écologique chaque jour plus nécessaire. La baisse confirmée de la dépense publique ne pourra qu’aggraver la situation des services publics et de la protection sociale.

La poursuite de son agenda néolibéral (réformes des retraites, de la fonction publique et de l’assurance chômage) illustre le mépris et l’incompréhension du gouvernement envers les mobilisations en cours. De plus, Emmanuel Macron n’hésite pas à faire un appel du pied à l’extrême-droite sur la question de l’immigration pour tenter de détourner la colère sociale actuelle.

Le pouvoir reste sourd aux exigences légitimes exprimées.

Attac France appelle ses adhérent·e·s, et ses comités locaux à rester mobilisé·e·s et être présent·e·s dans les mobilisations des jours à venir, notamment le vendredi 14 à l’appel d’organisations syndicales et samedi 15 décembre à l’occasion de l’acte 5 du mouvement des « gilets jaunes », pour exiger plus de justice sociale, fiscale et écologique.

lundi 10 décembre 2018
.
.
macron

Lire la suite

11 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

macron (npa)

npa 3

Macron menace et enfume.

Mobilisation générale !

On n’en attendait pas grand-chose, tant les ministres avaient fait un pilonnage sur tous les médias depuis deux jours… et on n’a effectivement pas été déçu. Pour autant, le discours de Macron aura été ce soir très révélateur de la nature de la politique de Macron, même quand il vacille face au mouvement des gilets jaunes.

Première démonstration, celle de la méthode, brutale.

Que le discours de Macron commence par la question des « violences » n’étonnera pas. « Le calme et l’ordre républicain (…) doivent régner », et à quel prix… Des gilets jaunes aux lycéens, touTEs gazés, touTEs tabassés, et Macron promet simplement que ça va continuer.

Ensuite s’affirme toujours le même mépris social.

« Je n’oublie pas qu’il y a une colère, une indignation, beaucoup de Français peuvent la partager », rajoutant sans rire trouver la colère « juste à bien des égards »… De qui se moque-t-il, lui le mandataire des plus riches qui veut maintenant nous faire croire à son empathie envers les plus en difficulté ?

Enfin, le catalogue de mesurettes - égrainées en deux minutes puis suivies de beaucoup de blabla - est l’illustration de la redistribution des richesses sauce macroniste. Nous resservant le plat moisi déjà présenté en son temps par Hollande de l’« état d’urgence économique et social », l’essentiel des mesures présentées montre que le président sait être généreux… avec l’argent public, et sans jamais toucher au capital, au fric des plus riches.

Le salaire des travailleurs au SMIC augmenté de 100 euros ?

Que les capitalistes se rassurent, il ne leur en coûtera rien puisqu’il s’agira seulement d’une revalorisation de la prime d’activité. Des heures supplémentaires ? Oui mais sans impôts ni cotisation sociale… Encore plus fort que Sarkozy ! Une prime de fin d’année pour les salariéEs ? Oui mais à la discrétion des patrons. Et bien entendu, que l’on ne parle pas d’une restauration de l’ISF, « revenir en arrière nous affaiblirait »

C’est pourtant toute sa politique qui nous fait revenir en arrière !

Au final, seuls les retraitéEs qui gagnent moins de 2 000 euros par mois seront satisfait de voir l’injuste hausse de la CSG subie cette année enfin annulée. Tout ça pour ça ?

Après ce discours pour rien, le mouvement des gilets jaunes continue, rejoint par celui de la jeunesse qui connaît mardi une nouvelle journée de mobilisation. « L’acte 5 » se prépare pour le week-end prochain, et tous les mécontentements doivent converger.

L’heure est à la mobilisation générale, pour un blocage du pays, notamment par la grève. Face à ce mouvement profond contre la vie chère, Macron doit céder : mettre fin aux taxes injustes, faire payer les riches, augmenter les salaires et les revenus. Nous pouvons les faire reculer.

Montreuil Mardi 11 décembre 2018

https://npa2009.org/

Lire aussi:

Gilets jaunes en Loire-Atlantique : « Macron nous lâche des miettes de pain » (Le Monde)

Allocution télévisée : Emmanuel Macron concède aux « gilets jaunes » sans rien céder (Le Monde)

Gilets jaunes : A Paris « On est en train d’écrire l’Histoire » (Médiapart)

Introduction à l’ouvrage : « Gilets Jaunes Des clefs pour comprendre » (ESSF)

«Macron tente d’acheter la paix sociale» (Médiapart)

Le Smic et les 100 euros : pourquoi c’est plus compliqué qu’il n’y paraît (JDD)

Smic : mais d’où sortent ces «100 euros» ? (Libération)

Lire la suite

11 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

exit tax (france info)

attac

En plein mouvement des « gilets jaunes »

Le Sénat vote l’allègement de l’ »exit tax » et indigne la gauche

Cette mesure, mis en place sous Nicolas Sarkozy en 2011 avec pour objectif de freiner l’exil fiscal, a été considérablement rabotée sur demande du gouvernement. Le vote des sénateurs n’est pas passé inaperçu. Lundi 10 décembre, une heure avant la prise de parole d’Emmanuel Macron depuis l’Elysée, le Sénat a voté l’allègement de l’ »exit tax » sur demande du gouverne-ment. Ce coup de rabot, en plein mouvement des « gilets jaunes », a fait réagir de nombreuses personnalités de gauche.

Concrètement, « jusqu’à aujourd’hui, les plus fortunés qui partent à l’étranger doivent attendre 15 ans avant de vendre leurs actions, sinon ils payent cet ‘exit tax de 30% sur les plus-values qu’ils réalisent à l’étranger », explique Public Sénat. Avec le vote de lundi, les exilés fiscaux devront attendre seulement entre 2 et 5 ans. En 2017, cette taxe avait permis de récolter 70 millions d’euros, selon Les Echos. (…)

« C’est-à-dire que ceux qui fraudent et qui sont susceptibles de recevoir une amende, eh bien finalement il y a un vote qui fait que ces gens ne vont pas être sanctionnés », a critiqué, de son côté, Olivier Besancenot, cité par le HuffPost. Les sénateurs de gauche ont déposé des amendements de suppression de cet allégement fiscal.

11/12/2018

https://www.francetvinfo.fr

Lire aussi:

Pendant les annonces de Macron, le Sénat a allégé l’exit tax (Le Huff’)

Lire la suite

11 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

nucléaire (libération)

nukehugger

«La loi du marché dit que le nucléaire est mort et la France est en train de devenir une exception»

Selon le rapport World Nuclear Industry Report Status 2018, l’atome n’est plus compétitif et n’a plus le vent en poupe. La plupart des pays préfèrent investir massivement dans les renouvelables. Sauf la France.

Voilà un rapport qui devrait nourrir la réflexion du nouveau ministre de la Transition écologique sur la future trajectoire énergétique de notre pays, le plus nucléarisé au monde avec 57 réacteurs en activité pour 67 millions d’habitants. Enfin, si d’aventure ce document de 285 pages rédigé par neuf experts internationaux se retrouve en bonne place sur le bureau de François de Rugy. Selon le «World Nuclear Industry Report Status 2018», présenté ce mardi à Paris par son coordinateur, le consultant indépendant Mycle Schneider, l’atome bat en retraite un peu partout dans le monde… sauf en France où il fait de la résistance, avec encore 71,6% d’électricité d’origine nucléaire l’an dernier.

En 2017, la production d’électricité nucléaire dans le monde n’a progressé que de 1%, essentiellement grâce à un seul pays: la Chine (+18%), où se concentre désormais l’essentiel des projets nucléaires. La même année, l’électricité d’origine solaire a connu un bond de 35% et celle produite par le vent des éoliennes a augmenté de 17%. Les six réacteurs mis en ser-vice (3 en Chine, 2 en Russie, 1 au Pakistan) n’ont fourni que 7 Gigawatts (GW) aux réseaux électriques, quand les seules énergies renouvelables apportaient 157 GW supplémentaires. Pour Mycle Schneider, «le nucléaire, qui ne représentait plus que 10,3% de l’électricité produite dans le monde l’an dernier contre 17,5 % en 1996, tend à devenir insignifiant par rapport aux énergies renouvelables».

L’atome en chute libre

Exagération de la part d’un expert proche des milieux antinucléaires ? «Je constate que l’Agence internationale de l’énergie nucléaire voit la même chose que nous: l’électricité nucléaire n’est plus compétitive face aux renouvelables et les capacités de production vont chuter considérablement», tacle Schneider. Dans son étude annuelle publiée lundi, l’AIEA prévoit en effet une chute de plus de 10% du parc mondial de réacteurs d’ici à 2030.

Et la part du nucléaire dans le mix énergétique mondial pourrait carrément tomber à 2,8 % en 2050 contre 5,7 % aujourd’hui… Car si 50 réacteurs nucléaires sont en construction dans le monde aujourd’hui, il faut se souvenir qu’il y en avait 234 à la fin des années 70. Mais ça, c’était avant les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima, et l’essor phénoménal des énergies vertes.

Début 2018, on comptait encore 413 réacteurs dans le monde (dont 254 en fonctionnement, les autres étant en maintenance ou en attente de démantèlement) pour une puissance instal-lée de 363 GWe. Mais la capacité installée des énergies renouvelables est désormais large-ment supérieure à celle du nucléaire: l’éolien a passé le cap des 500 GWe et le solaire celui des 400 GWe.

Et près de 300 milliards de dollars (259 milliards d’euros) ont été investis dans les énergies nouvelles à travers le monde en 2017, contre seulement 10 milliards dans le développement de nouveaux réacteurs. La Chine, qui construit encore 16 réacteurs nucléaires en ce moment, semble avoir choisi son camp : à elle seule, elle a investi l’an dernier 126 milliards de dollars dans les énergies renouvelables !

«Energie du passé»

«Il est clair que les renouvelables sont l’énergie de l’avenir et que le nucléaire est l’énergie du passé, et j’espère que ce rapport contribuera au débat en cours en France sur la Program-mation pluriannuelle de l’énergie (PPE) en plaidant pour une sortie de l’atome», assène Jens Althoff, le directeur de la Fondation Heinrich Böll à Paris, un organisme proche des Verts allemands qui est l’un des sponsors du World Nuclear Industry Status Report. Pour lui, «aujour-d’hui, plus personne ne met d’argent dans l’atome sans soutien de l’Etat, la loi du marché dit que le nucléaire est mort et la France est en train de devenir une exception en Europe et dans le monde». 

Alors le nucléaire est-il encore une énergie d’avenir pour le successeur de Nicolas Hulot?  «Spontanément, ma réponse est non», a répondu lucidement François de Rugy dans une interview au Monde daté du 11 septembre. Hulot estimait, lui, qu’il fallait en finir avec cette «folie» du tout nucléaire, avant de jeter l’éponge. Mais pour Rugy, qui doit présenter la nouvelle PPE fin octobre avec l’idée «d’arriver à un équilibre entre 50% de nucléaire et 50% d’énergies renouvelables» à l’horizon 2035, «il faut sortir de la guerre de religion». Manière de renvoyer dos à dos pro et antinucléaires, tout en ménageant le puissant lobby de l’atome.

De quoi agacer Gérard Magnin. Venu apporter son soutien au travail de Mycle Schneider, cet ancien administrateur dissident d’EDF (il a démissionné en 2016 pour signifier son désaccord aux deux réacteurs EPR d’Hinkley Point) craint qu’une fois de plus l’Etat français «bunkérise le nucléaire» au détriment de l’indispensable essor des énergies renouvelables: «Ce rapport se base sur des faits, des données brutes, ce n’est pas une question de « guerre de religions ».»

Fort de son expérience, il estime que les dirigeants d’EDF vont tout faire pour empêcher la fermeture de réacteurs nucléaires d’ici 2030 (alors qu’il faudrait en arrêter 20 pour viser les 50%), avec dans l’idée d’obtenir la construction de plusieurs réacteurs EPR destinés à prendre le relais du parc vieillissant. «Le nucléaire français doit pédaler, toujours pédaler comme sur un vélo sinon il tombe… La formule n’est pas de moi mais du PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy», ironise Gérard Magnin.

La France peut le faire

Un récent rapport commandé par le gouvernement à Yannick d’Escatha, ancien patron du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), et Laurent Collet-Billon, ex-délégué général à l’armement, prône ainsi la construction de six nouveaux réacteurs EPR. Mais après le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, son collègue François de Rugy a calmé les ardeurs du lobby de l’atome: «Il faudrait déjà qu’EDF fasse la démonstration que l’EPR fonctionne, ce qui n’est pas encore le cas», a-t-il dit.

De fait, la livraison de ce gros réacteur en construction à Flamanville dans la Manche, qui devait entrer en service en 2012, vient encore d’être reportée à 2020. Mycle Schneider veut croire qu’avec un coût du nucléaire dépassant les 70 euros le MWh, quand celui du solaire tombe à 50 euros le MWh, EDF devra se rendre à l’évidence: «L’atome n’est plus compétitif et ne le sera plus jamais. Qui achètera leur électricité demain en Europe ?»

Alors que faire ? Pour Gérard Magnin, il faut s’inspirer de l’exemple allemand, «pays qui est passé de 3% d’électricité renouvelable en 2000 à 40% en 2018» : «Si la France a fait un effort comparable dans le nucléaire dans les années 70-80, elle peut le faire aujourd’hui dans les renouvelables.»

Et Mycle Schneider prouve dans son rapport qu’en arrêtant le nucléaire, les Allemands n’ont pas fait plus de charbon, contrairement à ce qui se dit en France (entre 2010 et 2017, la pro-duction d’électricité nucléaire a chuté de 64 TWh, celle des renouvelables a fait un bond de 113 TWh et celle des fossiles a reculé de 28 TWh). Et Magnin de conclure par ce message de service aux gouvernants français : «Les Allemands ne sont pas des romantiques, ils ont pris une décision politique très pragmatique.»

 Jean-Christophe Féraud 11 septembre 2018
.

Lire la suite

10 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

isf / smic (révolution-permanente alternative-libertaire)

Rev

Rétablir l’ISF

Augmenter le SMIC 

Ré-indexer pensions et allocations à l’inflation 

Trois revendications des Gilets Jaunes que devraient défendre tous les travailleurs

Le temps est figé. A quelques encablures du 8 décembre, rarement l’on avait vu le pouvoir politique aussi suspendu. Pour Macron, maintenant, le silence est d’or. Ce samedi 8 décembre, la parole est aux gilets jaunes, au monde du travail et à la jeunesse : rétablir l’ISF, augmenter le SMIC et ré-indexer pensions et allocations à l’inflation, trois des principales revendications des gilets jaunes qu’il s’agirait pour le monde du travail et la jeunesse de défendre en se joignant à cette colère légitime des manifestants qui font, aujourd’hui, trembler le pouvoir en place.

Le gouvernement tente de mettre les revendications des Gilets Jaunes au second plan

Malgré un battage médiatique d’une ampleur rare, le mouvement des gilets jaunes reste largement soutenu par la très grande majorité de l’opinion publique avec près de 66% de soutien. Dans ce contexte, le gouvernement a mis en scène une scénographie digne des plus grands films de guerre. Et il l’applique dans la pratique en moyennant 89 000 membres des forces de l’ordre et 12 blindés.

Plus encore, le gouvernement prévient qu’il est possible qu’il y ait même des morts.

L’Elysée craint même « des gilets jaunes prêts à tuer ». Le scénario idéal pour faire en sorte que le mouvement des gilets jaunes ne soit plus, comme l’affirme L’Opinion, une « affaire de pouvoir d’achat » mais devienne une pure « contestation violente des institutions républi-caines. » La manœuvre est claire : elle vise à faire passer les gilets jaunes pour des sanguinaires et reléguer les revendications au second plan.

Exiger le rétablissement de l’ISF, c’est la base

La suppression de l’ISF l’an dernier, comme une des premières mesures phares, a été l’un des marqueurs du quinquennat Macron. Ce sont ainsi près de 3 milliards d’euros qui ont été direc-tement rendus aux ultra-riches gagnant plus de 1,3 millions d’euros par an.

Dans le même temps, le gouvernement n’a eu de cesse d’enchaîner contre-réforme sur contre-réforme s’attaquant, entre autres, au code du travail, facilitant les licenciements, les coupes dans les APLS, la contre-réforme de la SNCF, la hausse de la CSG, s’attaquant ainsi aux plus précaires. Le rétablissement de l’ISF est devenu l’une des principales revendications des Gilets Jaunes, une revendication qui vise à prendre l’argent où il y en a, à savoir dans les poches des plus grandes fortunes, celles qui nous exploitent. Cette minorité des classes dominantes qui vit sur le dos de la grande majorité, les salariés.

Augmenter le smic pour toutes et tous !

L’une des principales mesures des gilets jaunes est l’augmentation du SMIC, le salaire des plus précaires. Ce dernier sous sa version Smic/horaire est celui qui indexe le travail à temps partiels qui est imposé le plus généralement aux femmes. Si les gilets jaunes veulent que le salaire minimum, reçu par environ 1,65 million de salariés, passe à 1 300 euros net contre 1 185 euros actuellement, c’est la base.

Cela est d’autant plus urgent que selon une étude, entre 2008 et 2016, le revenu disponible moyen des ménages français a diminué de 440 euros annuellement. Une baisse de pouvoir d’achat qui touche d’autant plus les salariés au SMIC, les frais incompressibles comme le logement ou la nourriture ayant augmenté. En ce sens, ce dont il s’agirait, au minimum, pour rattraper le pouvoir d’achat sur les 10 dernières années, serait une augmentation du SMIC de 400 euros pour tous et indexé sur l’inflation !

Ré-indexer pensions et allocations à l’inflation !

Comme pour les salaires et le SMIC, l’une des principales revendications des gilets jaunes consiste à ce que les « retraites et les allocations » soient indexées à l’inflation. En effet, depuis le début du quinquennat, le gouvernement a choisi de désindexer les pensions et les aides sociales (APL, famille, prime d’activité, etc..) de l’évolution des prix à la consommation.

Ce sont ainsi 3,5 milliards d’euros en 2019, près de 7 milliards en 2020, qui ont été coupés des personnes les plus exploitées et précaires. Les étudiants sont par ailleurs en première ligne dans ces attaques avec les multiples rabots contre les APLs alors que le prix des logements ne cesse de monter. Cette désindexation à l’inflation est une attaque de plus contre nos salaires. En ce sens, la revendication de l’indexation des pensions de retraites et des allocations à l’inflation qui a bondi de 1,8% en moyenne en 2018 est non seulement nécessaire mais relève du bon sens. Si le coût de la vie augmente, il faut bien que nos salaires aussi !

Défendre ces revendications minimales pour unir les travailleurs et les classes populaires

Rétablir l’ISF, augmenter le SMIC et ré-indexer pensions et allocations à l’inflation, ces 3 revendications des Gilets jaunes sont les 3 revendications minimales qui pourraient unifier l’ensemble de la classe sur la question du pouvoir d’achat et de la lutte pour de meilleures conditions d’existence.

Ce sont trois revendications qui pourraient permettre de constituer les débuts d’un « cahier de doléances » national des travailleurs et des classes populaires pour s’opposer à la casse sociale que Macron compte bien reprendre s’il réussit à défaire les gilets jaunes. Ce program-me de revendication minimal pourrait être défendu par l’ensemble des travailleurs, salariés, retraités et jeunes.

Ce socle programmatique unificateur pour les travailleurs et les exploités devrait s’enrichir de toute une série de revendications des différents secteurs sociaux qui commencent à entrer dans la danse en s’inspirant des Gilets Jaunes : abroger entre autres l’ensemble des lois Travail, la réforme du rail, ParcourSup et la réforme du bac pour les étudiants et lycéens, mettre fin à la répression quotidienne et au racisme d’État qui affectent les quartiers populaires, etc.

C’est avec un tel programme permettant d’ unifier la lutte contre Macron et en bloquant l’économie, par la grève et sa généralisation, qu’il sera possible de faire du mot d’ordre « Macron Démission » une réalité. Pour cela, il faudra imposer aux directions syndicales qui s’y refusent pour le moment, une première journée de grève générale interprofessionnelle le 14 décembre. Une première date qu’il s’agira ensuite de poursuivre. Ce sera la seule manière de faire céder Macron et son monde.

Lire la suite

10 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

smic (révolution permanente)

casque

Pouvoir d’achat

Pour Pénicaud « augmenter le SMIC détruit des emplois »

Sur le plateau de LCI, Muriel Pénicaud a justifié son refus d’augmenter le SMIC en mobilisant l’argument classique de ceux qui prennent parti pour les actionnaires contre les salariés : cette mesure détruirait des emplois. 

Invitée de LCI dimanche, la Ministre du Travail Muriel Pénicaud a expliqué son refus d’augmen-ter le SMIC en affirmant que « cela détruit des emplois, cela n’est pas la bonne méthode ». Reprenant ainsi une justification classique de tous ceux qui refusent l’augmentation des salai-res, la ministre s’oppose ainsi clairement à l’une des revendications principales des Gilets Jaunes.

Il faut dire pour sa défense que Pénicaud s’y connaît en destruction d’emplois.

Ancienne directrice des ressources humaines de Danone, celle-ci est notamment connue pour avoir supprimé 900 emplois en Europe en 2013 et profité du plan social pour empocher plus d’un million d’euros en revendant des stock-options, c’est-à-dire des droits sur des actions de l’entreprise. Une somme rondelette pour la DRH, correspondant à près de 25 000€ par emploi supprimé.

Le scandale qui entoure Pénicaud, et que l’on tend aujourd’hui à oublier, est ainsi symbolique de la véritable opposition qui structure l’approche du gouvernement : la volonté de privilégier la rémunération des actionnaires sur celle des salariés. L’argument de Pénicaud est d’autant plus faux que l’on sait que la France est le pays qui distribue le plus de dividendes en Europe.

En mai 2018, un rapport de deux ONGs, Oxfam et le Basic, notait ainsi qu’en 2016 les entreprises avaient « reversé près de 15 fois plus de bénéfices à leurs actionnaires (sous forme de dividendes) qu’à leurs salariés (sous forme d’intéressement et participation) ». Les dividendes des actionnaires avaient ainsi augmenté trois fois plus vite que les salaires entre 2009 et 2016.

Si la Ministre se cache derrière les petites entreprises, les artisans et les commerçants pour défendre son argument, la ficelle est là encore un peu grosse. Si les PME et TPE représentent la moitié de l’emploi salarié en France et comptent 26% de salariés au SMIC, c’est avant tout à la pression de la concurrence des grands groupes que sont dues leurs difficultés, quand ces mêmes PME ne font pas partie des grands groupes industriels. Ces déclarations de Pénicaud sont une nouvelle provocation pour une mouvement qui se mobilise contre les inégalités et les bas salaires.

Pablo Morao lundi 10 décembre

http://www.revolutionpermanente.fr/

Lire la suite

07 décembre 2018 ~ 0 Commentaire

christophe aguiton (regards)

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin