Archive | Europe

26 juin 2013 ~ 0 Commentaire

L’accord de « libre dumping » UE/USA : un faux AMI pire que le vrai

L’accord de « libre dumping » UE/USA : un faux AMI pire que le vrai dans Economie suckers_anti_obama_uncle_sam_middle_finger_poster-p228599595022765467t5wm_400

Tout le monde ne se souvient pas forcément de l’AMI, accord multilatéral sur l’investissement, négocié secrètement par 29 pays de l’OCDE entre 1995 et avril 1997.

Proposant une libéralisation accrue des échanges, il entraîna de vives protestations et fut retiré en octobre 1998. Le projet actuel dit de « partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement » (PTCI) est bien pire. L’administration Obama pousse très fortement à cet accord, sous la pression des multinationales US actuellement à la peine. Elles ont essuyé un cruel échec en Amérique du Sud, un autre échec avec l’ACTA http://tinyurl.com/k663blt , mais remporté une victoire contre les peuples avec l’ALENA http://tinyurl.com/n2lmfpk . Ce projet est désormais leur grande affaire. Du côté européen, les libéraux qui dominent la Commission et la plupart des chefs d’État, y compris sociaux-démocrates, chantent les louanges d’un tel projet. Au nom de quoi ? Au nom de la croissance ! Toutes les « libéra-lisations » et dérégulations, toutes les suppressions des protections sociales ou écologiques, se font au nom de la croissance, alors que la seule croissance visée est en réalité celle des profits des transnationales, via une exploitation plus « libre » des humains et de la nature. C’est fantastique : cela fait plus de vingt ans qu’ils dérégulent tout ce qu’ils peuvent, et cela fait vingt ans que la croissance diminue en tendance pour devenir quasi-nulle.

Un premier constat doit être fait : l’effet Dracula (il meurt si on l’expose à la lumière) a commencé à opérer, et ce n’est pas fini. Ce combat a toutes chances de voir converger nombre de syndicats et d’asso-ciations écologistes, citoyennes, altermondialistes, mais aussi le monde de la culture, celui de la petite et moyenne paysannerie, et bien d’autres qui ont compris que l’objectif n’est pas la coopération des peuples et le bien commun mais la loi de la jungle mondialisée et le profit privé. Le projet actuel de PTCI figure dans un « projet de mandat » de l’UE en date du 12 mars, à l’intention du Conseil européen. Il devait rester secret, mais il a fuité dès avril. Voir ce lien pour le texte intégral, traduit en français par un site militant. http://tinyurl.com/kbryxod Extrait : « L’accord devrait prévoir la libéralisation progressive et réciproque du commerce et de l’investissement en biens et services, ainsi que des règles sur les questions liées au commerce et à l’investissement, avec un accent particulier sur l’élimination des obstacles réglementaires inutiles. L’accord sera très ambitieux, allant au-delà des engagements actuels de l’OMC. »

LES « BARRIÈRES COMMERCIALES » (1) : LES DROITS DE DOUANE Les « barrières » à lever concernent des droits de douane (DD) et surtout des règles et normes du commerce et de l’investissement, considérées par les néolibéraux comme les « obstacles » majeurs. Commençons par les DD. EN MOYENNE, ils sont faibles : 5,2 % pour l’UE, 3,5 % aux USA. Mais la moyenne est l’arbre qui cache la forêt des écarts. Ainsi, pour les seuls produits industriels, les DD sont en moyenne un peu inférieurs aux USA (2,2 % contre 3,3 %), mais par exemple ils sont proches de zéro aux USA pour les matériels de transport, dont l’automobile, alors qu’ils atteignent 7,8 % pour l’UE. La pénalisation de ce secteur européen serait forte.

L’AGRICULTURE SERAIT TRÈS FORTEMENT FRAPPÉE. Les DD sont nettement plus élevés en Europe dans un grand nombre de secteurs essentiels (viande, produits laitiers, minoterie, sucres et sucreries…). L’agro-économiste Jacques Berthelot écrit ceci, dans un texte à lire intégralement (« La folie furieuse de vouloir intégrer l’agriculture dans un accord de libre-échange transatlantique UEEU ») http://tinyurl.com/oot3574 :« Les propositions du mandat de négociation « d’éliminer tous les droits sur le commerce bilatéral » entraîneraient UN SEISME ECONOMIQUE, SOCIAL, ENVIRONNEMENTAL ET POLITIQUE SANS PRECEDENT. C’est une perspective suicidaire, totalement opposée au développement durable que le mandat prétend se fixer comme objectif, un mensonge évident pour mieux faire passer le seul objectif réel d’ouverture totale des marchés dans le seul intérêt des multinationales et des marchés financiers. » Mais, ajoute-t-il, démonstration à l’appui, « les perspectives d’un tel accord, et déjà de l’ouverture des négociations, seraient désastreuses pour les pays en développement (PED), surtout pour les pays ACP (Afrique/ Caraïbes/ Pacifique) ».

LES « BARRIÈRES COMMERCIALES » (2) : LES NORMES ET RÉGULATIONS C’est le risque majeur, car les normes et règles qui encadrent la production, le commerce et l’investissement dans un pays (ou un groupe de pays lorsqu’il y a des normes communes) sont un bon reflet de ce qu’une collectivité et/ou ses dirigeants considèrent comme juste et bon sur le plan social, écologique et économique. Un reflet des biens communs qu’ils estiment devoir « protéger » des appétits lucratifs. Abaisser ou supprimer des normes qui freinent le « libre » commerce et le « libre » investissement revient le plus souvent à réduire des garanties et des exigences de qualités : du travail et de l’emploi, des services et de l’intérêt général, des produits alimentaires ou industriels, etc.

Pour l’agriculture, il existe en Europe des normes d’un niveau le plus souvent supérieur à celles qui existent aux Etats-Unis. « L’accord exposerait les Européens à laisser entrer les pires productions de l’agro-business états-unien : boeuf aux hormones, volailles lavées au chlore, OGM, animaux nourris aux farines animales. Sans parler du fait que les USA ont des systèmes peu contraignants de traçabilité. Et qu’ils ne connaissent pas les « indications géographiques protégées… Adieu les AOC et tout l’immense et patient travail de valorisation des produits qui vont avec » (Mélenchon).

Et les services (près de 80 % de l’emploi en France) ? Il faut distinguer les services publics et les autres. J’évoquerai plus loin la culture, la finance et les assurances. LES SERVICES PUBLICS SONT DIRECTEMENT VISÉS : « l’accord concernera les monopoles publics, les entreprises publiques et les entreprises à droits spécifiques ou exclusifs ». L’accord vise ainsi « l’ouverture des marchés publics à tous les niveaux administratifs, national, régional et local ». Et il devra lutter contre l’impact négatif de barrières comme les « critères de localisation ». Impossible de promouvoir par exemple les services de proximité, dont ceux des associations, dans la fourniture des collectivités locales. L’enseignement et la santé ? Ce sont de grands marchés à étendre, dans un contexte dominé, aux Etats-Unis, par la puissance des hôpitaux et de l’enseignement privés à but lucratif.

DES NORMES UE/US TRÈS FAVORABLES AUX FIRMES US

Le problème est bien résumé par Mélenchon : « contrairement à ce qu’affirme la Commission… les États-Unis et l’Europe n’ont pas « des normes d’une rigueur analogue en matière d’emploi et de protection de l’environnement ». LES ETATS-UNIS SONT AUJOURD’HUI EN DEHORS DES PRINCIPAUX CADRES DU DROIT INTERNATIONAL EN MATIERE ECOLOGIQUE, SOCIALE ET CULTURELLE. Ils ne souscrivent pas à plusieurs conventions importantes de l’OIT sur le droit du travail. Ils n’appliquent pas le protocole de Kyoto contre le réchauffement climatique. Ils refusent la convention pour la biodiversité et les conventions de l’Unesco sur la diversité culturelle. Autant d’engagements souscrits par les pays européens… Un marché commun libéralisé avec les États-Unis tirerait donc toute l’Europe vers le bas… L’exemple vient du Bangladesh. Les trusts européens se sont accordé pour discuter des normes à appliquer, selon eux, à l’avenir… Les trusts yankees ne veulent entendre parler ni de ces discussions ni de normes d’aucune sorte. »

Gérard Filoche complète ainsi : « En apparence, il s’agit de deux blocs économiques d’importance équivalente. La réalité est cependant bien différente, la confrontation opposerait un porte-avion et un chalutier. Les États-Unis sont un géant économique, politique et diplomatique, l’Union européenne est un géant économique mais un nain politique… Les Etats-Unis n’hésitent pas à verser toutes les aides publiques nécessaires au soutien de leurs « champions industriels ». Les articles 107 à 109 du traité de Lisbonne interdisent aux États membres de l’UE de verser des aides publiques aux entreprises… Les marchés publics des Etats-Unis sont réservés à 25 % à leurs PME. Un accord de « libre-échange » avec l’UE n’engagerait que l’Etat fédéral, pas les marchés publics des 50 Etats américains. La Commission européenne, de son côté, supprime à marche forcée toute restriction d’accès aux marchés publics des États-membres de l’Union européenne…

Les salariés des États-Unis ont subi les effets de l’Alena, l’accord de libre-échange entre les États- Unis, le Canada et le Mexique. Ce ne sont pas les salaires et les conditions de vie des salariés mexicains qui ont été tirés vers le haut mais ceux des salariés des États-Unis et du Canada qui ont été tirés vers le bas. Les salariés de l’Europe des 15 n’ont pas vu leurs salaires et leurs conditions de travail tirés vers le haut lorsque l’Union européenne a ouvert grand ses portes aux pays de l’Europe centrale et orientale (les PECO) sans approfondissement démocratique et social préalable. Au contraire… L’accord de libre-échange entre les États-Unis et l’UE soumettrait les salaires et les conditions de travail des salariés européens et américains à une double pression vers le bas : celle du Mexique d’un côté, celle des PECO de l’autre. » Fin de citation.

Même le rapport de Claude Revel, conseillère du commerce extérieur auprès de la Ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq, affirme : « L’accord UE États-Unis à venir sera un accord fondamental par sa portée juridique ; les enjeux en termes de régulation à venir sont énormes. LE RAPPORT DE FORCES EST FAVORABLE AUX ETATS-UNIS ». Ce qui ne l’empêche pas ensuite d’écrire qu’il faut « prendre acte et tirer parti de la tendance vers la délégation de la règle au privé » et de considérer favorablement le fait « que se développe un marché des professionnels de la norme privée ». Comme dans le cas des agences de notation, sauf qu’ici ce sont toutes nos normes de production et de consommations qui leur seraient confiées !

PRODUCTIVISME ET LIBRE DUMPING : ADIEU LA « TRANSITION »

Le projet table sur les exportations comme grand facteur de relance. Il s’oppose donc à toute politique de relocalisation, pourtant écologiquement nécessaire. Il considère même une telle politique comme l’un des « fardeaux réglementaires ». En augmentant le trafic aérien et maritime de marchandises à travers l’Atlantique, la hausse des exportations fera encore grimper les émissions de gaz à effet de serre. La Commission a estimé que cette hausse était à prévoir, mais qu’elle serait limitée : entre 4 et 11 000 tonnes de CO2 par an. On peut en douter. Mais, même limitée, cette hausse va rendre encore plus inatteignables les objectifs officiels de réduction des émissions. « En raison des différences de normes, cet accord sera une incitation au pire productivisme au détriment de la qualité sociale et écologique des produits. Par exemple dans la construction, les normes françaises HQE sont beaucoup plus contraignantes que les normes américaines LEED. Idem en matière de limitation de la pollution automobile ou en matière de production d’énergie. Les constructeurs automobiles français ont d’ailleurs exprimé des réserves sur l’accord. » (Mélenchon)

Pour José Bové : « Ce n’est pas un accord de libre-échange que les multinationales veulent, mais la possibilité de pouvoir attaquer des lois prises par les États qui réduiraient leur profitabilité. Avec la mise en place d’un accord de ce type, les gouvernements et les assemblées se lient elles-mêmes les mains dans le dos. Avec la mise en place d’un accord de ce type, c’est la loi sur la fracturation hydraulique qui sera attaquée et les moratoires sur les OGM qui seront traînés en justice devant un tribunal international hébergé par la Banque Mondiale ».

L’INVESTISSEMENT ET LA FINANCE

En matière d’investissement, le mandat vise à atteindre le « plus haut niveau de libéralisation existant dans les accords de libre-échange ». Des mesures spécifiques de « protection des investisseurs » [ce sont les seuls qu’il faut protéger] devront être négociées, incluant [POINT CRUCIAL] un « régime de règlement des différends entre les États et les investisseurs »…C’était la logique de l’AMI. Mais cette fois, on va plus loin. Car le projet se prononce pour une « LIBERALISATION TOTALE DES PAIEMENTS COURANTS ET DES MOUVEMENTS DE CAPITAUX ». Manifestement, les « investisseurs » des places financières anglo-saxonnes les moins réglementées et les plus spéculatives ont tenu la plume. « Les géants du crédit hypothécaire états-unien pourront ainsi vendre leurs crédits pourris en Europe aux mêmes conditions que dans leur pays d’origine ». (Mélenchon). Autre exemple (Filoche) : « La confrontation entre le secteur des assurances des États-Unis et de notre pays aurait toutes les chances de mettre à mal nos mutuelles et les contrats qui ne peuvent pas (pour bénéficier d’avantages fiscaux substantiels) faire payer les souscripteurs en raison de leur état de santé. »

UNE EXCEPTION (CULTURELLE) QUI CONFIRME LA RÈGLE

Nos champions politiques français en font des tonnes sur l’exception culturelle. Leur idée est de présenter comme une énorme victoire le fait de la préserver, afin de faire passer le reste, soit plus de 95 % des dommages humains sociaux et écologiques prévisibles. Bien entendu, les mobilisations du monde de la culture sont très importantes, comme elles l’ont été pour contrer l’AMI. MAIS ON DEVRAIT CONSIDERER LE CAS DE LA CULTURE et de ses « protections » légitimes (qualité, spécificités nationales et locales, création, diffusion, statuts des personnes, aides publiques, etc.) COMME LE CAS GENERAL. Partout, bien qu’avec des pondérations diverses, il y a des biens communs, donc un besoin de règles écologiques et sociales pour les « protéger ». Les normes de pollution ou d’émissions des véhicules, les normes écologiques des bâtiments, les normes sanitaires, les normes de travail décent et de protection sociale, d’égalité entre les femmes et les hommes dans de nombreux domaines, sont des biens communs au même titre que la « biodiversité » culturelle à préserver. En passant, une lecture féministe de ce projet serait bien utile, car dans de tels cas, ce sont TOUJOURS les femmes qui trinquent le plus. Ce combat est celui des biens communs contre les profits privés d’une infime minorité. Il est vrai qu’en face, « ils ne lâchent rien ». Mais, sur ce coup, il y a de l’espoir. Encore faut-il de larges alliances, en France et en Europe, pour que Dracula s’évanouisse.

Ajout du 15 mai : Les ministres européens du commerce viennent de mandater la Commission européenne pour négocier le PTCI. Comme prévu, l’exception culturelle se trouve pour l’instant exclue des négociations, avec possibilité de rouvrir le dossier. Les choses sérieuses commencent.

Sources  : j’ai utilisé dans ce texte des analyses, accessibles en ligne de : Mélenchon (octobre 2012 http://tinyurl.com/k8wdmzf et mai 2013 http://tinyurl.com/oe2hq49 ), Bové http://tinyurl.com/ldvfkl7 , Jadot http://tinyurl.com/n359e37 , Filoche et Chavigné http://www.filoche.net/ , Attac, Azam dans Politis (30 mai), Thierry Brun dans Politis http://www.politis.fr/Marche-transa…, un super texte de Berthelot sur l’agriculture, repris sur le site de EELV http://tinyurl.com/oot3574 , les Amis de la Terre http://tinyurl.com/plm2vah , la Confédération paysanne http://tinyurl.com/oljpqyc , les sites Médiapart http://tinyurl.com/ll5qvtr , rue89 http://tinyurl.com/qg8v6gp , des syndicats… et quelques autres, plus les textes disponibles eux-mêmes. La position détaillée de la confédération européenne des syndicats http://www.etuc.org/a/11230 est fort intéressante en dépit de son manque de fermeté à mon goût, mais si l’on prend en compte l’ensemble des conditions qu’elle pose pour qu’un tel accord puisse être signé, cela équivaut à refuser à peu près tout ce que vise le projet Obama/Barroso.

http://www.pressegauche.org/spip.php?article14515

Lire la suite

26 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Privatisation de l’eau : Bruxelles recule sous la pression citoyenne (Bastamag)

Privatisation de l’eau : Bruxelles recule sous la pression citoyenne (Bastamag) dans Europe arton2975

« C’est notre devoir de prendre en compte les inquiétudes exprimées par tant de citoyens. » L’initiative citoyenne européenne « l’eau est un droit humain », qui a rassemblé 1,5 millions de signatures, vient de remporter sa première victoire politique. Le 21 juin, le commissaire européen au marché intérieur et aux services Michel Barnier, a en effet annoncé sa décision de retirer le secteur de l’eau du champ d’application d’un projet de directive sur les concessions. Et mentionne très explicitement le rôle de l’initiative citoyenne européenne (ICE) dans sa décision, dont l’un des objectifs est d’exclure les services de l’eau de toute libéralisation.

L’objet de la directive, toujours en négociations, est d’encadrer les relations des collectivités européennes et les sociétés privées exploitant des services publics pour rendre les négociations et contrats plus transparents. Or, ces règles pourraient entraîner la mise en concurrence forcée des régies municipales avec les sociétés privées. « Cela fait à présent plusieurs mois que des voix s’élèvent pour dénoncer le fait que la Commission européenne tenterait de privatiser le domaine de l’eau. Cela n’a jamais été son intention », écrit Michel Barnier. Un courrier de la Commission européenne, décrypté par Basta !, reconnaît pourtant très nettement son soutien à la privatisation des services de l’eau, imposés en Grèce et au Portugal dans le cadre des plans de sauvetage.

La proposition de retirer le domaine de l’eau du cadre de la directive doit maintenant être validée par l’exécutif européen, avant que l’ensemble du texte ne soit soumis au vote au Parlement européen en octobre prochain. Mais d’autres services publics demeurent inclus dans le champ d’application de la directive, comme les soins de santé et les services sociaux, ce qui préoccupe très fortement la Fédération syndicale européenne des services publics. Pour son secrétaire général, « l’avenir de l’Europe ne réside pas dans davantage d’austérité et de concurrence, pas plus que dans le marché intérieur des services publics au profit des entreprises, mais dans la coopération, la solidarité et la construction d’une Europe sociale ». Par Sophie Chapelle (25 juin 2013) http://www.bastamag.net/article3160.html

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

Lire la suite

20 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Le printemps turc ne fait que commencer

Le printemps turc ne fait que commencer dans Europe 317712_325316640909413_1898114838_n

Face à l’autoritarisme du Premier ministre Erdogan et aux politiques néoliberales, liberticides et sécuritaires du gouvernement AKP, nous assistons depuis près de vingt jours à l’irruption d’un formidable mouvement de contestation, dont le projet de destruction du parc public Gezi au profit d’un centre commercial fut l’étincelle. Les manifestations massives autour de la place Taksim, où se trouve le parc, ont contraint la police et l’État à quitter les lieux pendant deux semaines. Gezi fut occupé par des milliers de jeunes dont la plupart n’avait jusqu’à ce jour pratiquement aucune expérience politique. Alors que des rassemblements de solidarité se produisaient chaque jour dans la majorité des villes du pays, le parc Gezi est devenu le théâtre d’une expéri-mentation, d’une anticipation de rapports sociaux non-marchands, basés sur le volontariat, la solidarité et la gratuité.

Le sultan contre-attaque. Illustrant Friedrich Engels sur le fait que les barricades ont une importance plus symbolique que militaire , le matin du mardi 11 juin, des centaines de policiers ont réussi à atteindre Taksim pour l’évacuer à coups de canon à eau et de gaz lacrymogène. Après avoir résisté quelques heures, les occupantEs ont dû se retirer dans le parc cerné par des véhicules anti-émeutes. La tension s’apaisa dans les jours suivants, laissant la place à une sorte de cohabitation entre les résistantEs et la police sur la place Taksim. Ce fut le moment des rencontres entre divers artistes, intellectuels et représentantEs de l’initiative de Taksim avec le Premier ministre, marquant ainsi une période d’attente avant un potentiel dénouement pacifique de la crise. L’appel du préfet d’Istanbul aux parents à retirer leurs enfants de Gezi se solda par l’arrivée de plus d’une centaine de mères d’occupants sur la place, scandant «  les mères sont fières de la jeunesse  ».

Lors de la réunion avec la délégation de Taksim dans la nuit du 13 juin, Erdogan, qui avait déjà dû abandonner le projet d’édification du centre commercial à Gezi, tout en maintenant celui de reconstruction de l’ancienne caserne d’artillerie, proposa de soumettre le projet d’aménagement à un référendum local, qui aurait lieu après la décision du tribunal qui avait déjà imposé l’arrêt des travaux. Le lendemain furent organisés des forums au sein du parc, avec la participation d’un maximum d’occupantEs, pour décider de la position à prendre suite aux propositions d’Erdogan. La plupart des membres de diverses associations et d’organisations politiques et syndicales affirmèrent que la «  résistance de juin  » et l’occupation du parc était une victoire sans précédent et qu’il ne faudrait pas qu’elle se solde par une perte de légitimité dans l’opinion publique, ce qui pourrait aussi faciliter une intervention violente. Ce fut surtout les jeunes «  non organisés  » qui exprimèrent que les revendications n’avaient pas été satisfaites et qu’il fallait continuer l’occupation. Finalement, l’initiative de Taksim déclara que la plupart des organisations et partis allaient démonter leurs tentes, et que leurs membres se relayerait dans la seule tente de l’initiative. Une sorte «  d’occupation représentative  » jusqu’au réferendum.

Un premier acquis. Mais la répression ne se fit pas ­attendre. Dans la soirée du samedi 15 juin, lors de son grand meeting d’Ankara, Erdogan annonça qu’il n’aurait plus de tolérance envers les occupantEs, désignés comme «  putschistes  » laïcistes au services des forces étrangères ­jalouses des progrès éco- nomiques de la Turquie… Et un assaut policier d’une grande violence fut donné pour évacuer le parc Gezi. De même que la répression, la résistance continua toute la nuit. Les conflits reprirent le lendemain. Et défendant le «  respect de la volonté nationale  », le meeting d’Erdogan à Istanbul se transforma en véritable démonstration de force. La place Taksim a éte reconquise par l’État. Mais, c’est sûr, cela ne représente pas une défaite. Bien au contraire, l’engagement et la mobilisation de la jeunesse dans cette «  révolte pour la liberté  » est une première victoire, un acquis dont la gauche radicale a beaucoup de leçons à tirer. Elle nous a entrouvert les portes d’une autre réalité qui, comme dirait Ernst Bloch, n’aurait rien à envier aux rêves. La taupe a trouvé le chemin, elle repassera à coup sûr.

AYDIN Uraz d’Istanbul   * Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 200 (20/06/13). http://www.npa2009.org/

Lire la suite

19 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Halte à la répression en Turquie ! (lcr.be + mrap)

Halte à la répression en Turquie ! (lcr.be + mrap) dans Europe tahrir-taksim1

La LCR et les JAC condamnent la brutale répression du régime de l’AKP contre des manifestant-e-s pacifiques.

Depuis deux semaines, toutes les manifestations sont systématiquement contrées par la manière forte. Un membre des Jeunes Anticapitalistes est sur place en ce moment en Turquie. Ensemble avec les camarades de la section turque de la Quatrième Internationale, Yeni Yol, il a notamment vécu le « nettoyage » de l’occupation pacifique du parc Gezi. Notre camarade témoigne de la brutalité de l’attaque policière, de la destruction du camp de tentes, de l’usage massif des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, ainsi que des assauts lancés contre les hôpitaux de campagne (notamment à l’hôtel Divan). Face à cette violence, il faut saluer la résistance pacifique et exemplaire de plusieurs centaines de milliers de jeunes Turcs. Leurs slogans qui ont retenti toute la nuit du 15 au 16 illustrent leurs revendications démocratiques: « à bas le gouvernement », « tous unis contre le fascisme », « ce n’est qu’un début le combat continue » (quoique le terme « fascisme » ne nous semble pas adéquat pour décrire le régime, nous comprenons que les jeunes l’utilisent pour dénoncer une politique autoritaire, qui s’en prend violemment à toute personne qui ne soutient pas Erdogan, comme si ce soutien était la condition de la citoyenneté). Nous soutenons les mani- festant-e-s dans leur lutte contre la répression et pour une société plus démocratique et appelons à participer aux actions de solidarité en Belgique. Le mouvement ouvrier et la gauche doivent être en première ligne dans cette solidarité!

Par Céline Caudron porte-parole de la LCR JAC (Jeunesses anticapitalistes) Mardi, 18 Juin 2013

http://www.lcr-lagauche.be/cm/index.php?view=article&id=2918:halte-a-la-repression-en-turquie-&option=com_content&Itemid=53

SAMEDI 22 JUIN à 14h : SOLIDARITE AVEC LA RESISTANCE EN TURQUIE

Appel à rassemblement le samedi 22 juin 14 heures, place de la République à Paris. Solidarité avec la résistance en Turquie Solidarité avec Taksim Halte aux violences policières

  Samedi 15 juin, le gouvernement de l’AKP  a opéré une attaque policière très violente alors qu’il n’y avait aucune manifestation sur la Place Taksim et que le Parc Gezi demeurait ce lieu d’un rassemblement pacifiste œuvrant pour le dialogue. Sitôt connue la nouvelle de l’évacuation du parc, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans toute la Turquie pour protester contre ces violences. Toute la nuit, la police est intervenue à grand renfort de gaz, de canons à eau et de tirs de balles en caoutchouc pour disperser la foule dans différentes villes du pays. Cette attaque contre ce  rassemblement pacifique démontre que le gouvernement AKP se saisit du Parc Gezi comme un prétexte avec comme  objectif d’intimider la population et d’exercer la coercition au point d’étouffer toutes les voix d’opposition revendiquant des droits et ainsi de criminaliser toute opposition. Nous nous préoccupons du niveau de violence de la part de la police, qui s’en prend à la fois de manière ciblée contre des personnes et de façon généralisée et abusive contre des foules. Nous demandons l’arrêt immédiat de toutes les violences policières. Nous demandons aux autorités turques que toutes les victimes soient identifiées et impartialement dénombrées,qu’aucune maltraitance ne soit plus commise lors des arrestations, que les responsables de la police à l’origine de telles violences soient poursuivis en justice. Nous exhortons les autorités turques à faire changer, contrôler et sanctionner les procédés inadmissibles de leurs forces de police, afin que de telles exactions ne puissent plus se reproduire. Nous réaffirmons notre solidarité avec la plateforme « Solidarité Taksim « à l’origine du mouvement pour la protection du Parc Gezi. Nous appelons l’ensemble des organisations, des partis politiques, des syndicats et des citoyens épris des valeurs de démocratie et des droits de l’homme à exprimer à leur solidarité en participant à la manifestation de solidarité avec la résistance en Turquie.

Le SAMEDI 22 JUIN à 14h

Place de la République

TOUS ENSEMBLES

SOLIDARITE AVEC LA RESISTANCE EN TURQUIE ET AVEC TAKSIM

SOLIDARITE AVEC TAKSIM

HALTE AUX VIOLENCES POLICIERES

Premier signataires :

  • L’Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie (L’ACORT)
  • Collectif de Taksim
  • Ligue des droits de l’Homme (LDH)
  • Assemblée européenne des citoyens (AEC-HCA France)
  • Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM)
  • Initiatives pour un autre monde (Réseau IPAM)
  • Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
  • Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF)
  • Comité pour le Respect des libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
  • Attac
  • Le Manifeste des libertés
  • La divan de l’oriente et L’occident(Divan)
  • Le MRAP
  • Les Alternatifs
  • Le Parti socialiste
  • Jeunes Radicaux de Gauche
  • Jeunes Écologistes

http://www.mrap.fr/international/asie-et-oceanie/samedi-22-juin-a-14h-solidarite-avec-la-resistance-en-turquie

Lire la suite

17 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Turquie, 600 arrestations après les heurts à Istanbul (OF)

Turquie, 600 arrestations après les heurts à Istanbul (OF) dans Europe femmes-taksim-300x199

La police turque a arrêté près de 600 personnes à la suite des échauffourées dimanche à Istanbul avec des manifestants hostiles au gouvernement de Recep Tayyip Erdogan.

Tout au long de la journée de dimanche, les forces de l’ordre ont affronté à Istanbul des milliers de manifestants cherchant à entrer sur la place Taksim, berceau d’un mouvement de contestation contre le gouvernement depuis fin mai.

« Environ 460 manifestants ont été interpellés par la police à Istanbul dimanche », a indiqué un responsable du barreau d’Istanbul sous couvert d’anonymat. Après leur interrogatoire, ces personnes seront remises en liberté ou déférés devant un procureur, a-t-il souligné. À Ankara, autre théâtre d’affrontements, « entre 100 et 130 personnes ont été interpellées » dimanche, a précisé une responsable du barreau de la capitale. La police peut procéder à quatre jours de garde à vue, selon la loi turque. Politique lundi 17 juin 2013

Lire aussi : Erdogan défend son coup de force à Istanbul

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Turquie.-600-arrestations-apres-les-heurts-a-Istanbul_6346-2203272-fils-tous_filDMA.Htm

Lire la suite

16 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Istanbul

Istanbul dans Europe tumblr_mogalf0hfq1ste7qoo1_1280

Lire la suite

16 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Belfast le 15 juin

Belfast le 15 juin dans Altermondialisme anti-g8-protests-belfast.si_

Lire la suite

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Commémoration de la résistance prolétarienne de Turquie des 15 et 16 juin 1970 (Al’e)

Commémoration de la résistance prolétarienne de Turquie des 15 et 16 juin 1970 (Al'e) dans Europe brief03

Photo: Coup d’état militaire

Dans la seconde moitié des années 1960, une montée des luttes ouvrières s’est affirmée en Turquie.

Sur le plan syndical, cela s’est traduit par la création du «Conseil de solidarité entre les syndicats» en 1967 qui a été à l’origine de la création du DISK: Con- fédération des syndicats ouvriers révolutionnaires. Les militants qui sont à l’origine de cette nouvelle expression du mouvement de classe viennent de l’in- dustrie du verre, de la métallurgie, des pneumatiques et de la presse. L’émergence de syndicats marque une rupture avec une structure syndicale offi- cialiste: le TÜRK-IS, lié aux structures du pouvoir.

Les mesures d’intimidation, les interdictions, la répression n’ont pas pu arrêter une vague de grèves dans les verreries, dans le textile de Kula. Les ouvriers du pétrole de la compagnie nationale vont mener une grève de trois mois. En 1968, les mineurs des mines de charbon de Zonguldak (mer Noire) ont réussi à imposer une convention collective. L’usine de pneumatiques Derby a été occupée. Les mineurs de lignite de la région de Corum ont fait 43 jours de grève. Comme ils n’étaient payés, ils ont organisé eux-mêmes la vente de charbon qu’ils ont extrait lors de la reprise de leur travail. Il a fallu la force militaire pour les faire plier. Les groupes nationalistes d’extrême droite se réorganisèrent dans le Parti du mouvement nationaliste (MHP) du colonel Türkes. Ce sont les célèbres «Loups gris» qui étaient leur bras paramilitaire. Face à cette montée ouvrière, le gouvernement Demirel prit des me- sures pour limiter les droits syndicaux et frapper le DISK qui regroupait 500 000 membres en 1970. Face à ces mesures, une grève fut lancée les 15 et 16 juin 1970. Ce fut un véritable soulèvement contre le pouvoir des patrons et de leur Etat. Le 15 juin, des dizaines de milliers de travailleurs descendent dans la rue. Le 16, le double occupe la rue, malgré la fermeture des routes, le blocage des ponts et l’arrêt des bateaux reliant les rives du Bosphore. Les ouvriers s’attaquent à la fonderie Haymak qui appartenait à un des frères du premier ministre. Des travailleurs sont tués. Des centaines sont blessés. La mobilisation prévue pour le 17 juin doit atteindre un nouveau seuil. La direction du DISK est débordée et son président, Kemal Türkler, lance un appel à la radio comme quoi les travailleurs ne doivent pas s’affronter à «l’honorable armée turque». Ce coup de frein va donner le feu vert à la réaction qui passe à l’offensive. Les militaires vont renverser le gouvernement Demirel et surtout s’attaquer aux travailleurs et travailleuses. C’est un coup d’Etat contre la classe ouvrière, à la différence des coups d’Etat précédents. S’installe alors un état d’urgence prolongé. Ce moment clé de l’histoire doit être rappelé et doit être le thème d’une éducation politique, de la construction d’une mémoire politique et d’un débat de stratégie.  Journée organisée par Bir-Kar de Lausanne

Dimanche 16 juin dès 13h30 Refuge du Laviau à Saint-Sulpice, rue du Centre 47  Journée organisée par Bir-Kar, Lausanne

Le Mouvement pour le socialisme, le site alencontre.org s’associent à cette commémoration.

http://alencontre.org/events/commemoration-de-la-resistance-proletarienne-de-turquie-des-15-et-16-juin-1970-lausanne-16-juin-saint-sulpice

Lire la suite

14 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Bosnie-Herzégovine. Une première depuis 1995: un mouvement réunissant tous les citoyens et citoyennes (Al’e)

Bosnie-Herzégovine. Une première depuis 1995: un mouvement réunissant tous les citoyens et citoyennes (Al'e) dans Europe sarajevo

Les manifestations se succèdent à Sarajevo et dans d’autres villes de Bosnie contre le blocage d’improbables institutions

Depuis une semaine, cortèges et manifestations se succèdent à Sarajevo, mais aussi dans d’autres villes du pays, toujours «bloqué» par la mécanique infernale d’improbables institutions. Mercredi, des milliers de personnes ont défilé à Banja Luka, la capitale de l’entité serbe.

«A bas le nationalisme, vive la Bosnie-Herzégovine citoyenne»: le panneau, rédigé dans les deux alphabets en usage dans le pays, le cyrillique et le latin, flottait au-dessus de la foule massée mardi devant le parlement de Sarajevo. Plus de 10’000 personnes étaient au rendez-vous: des agriculteurs ou des employés dont le salaire n’est pas payé depuis des mois sont venus, en cortège, grossir la foule. Solidaires, les taxis de Sarajevo ont bloqué le trafic durant plusieurs heures. Tout a commencé pour un prétexte presque «futile»: un bébé de trois mois qui avait besoin d’un traitement urgent à l’étranger n’a pas pu voyager, faute de disposer d’un passeport. En effet, depuis le 12 février dernier, les nouveau-nés ne peuvent plus obtenir de numéro national d’identification, en raison d’un désaccord entre les partis politiques sur la nouvelle dénomination des communes de Republika Srpska, l’entité serbe du pays. De ce fait, tous les bébés nés depuis cette date sont des «sans-papiers».

Le 6 juin, quelques centaines de personnes se sont rassemblées devant le parlement de Sarajevo. La foule n’a cessé de grossir tout au long de la journée, et les manifestants ont décidé de «faire le siège» du bâtiment, empêchant les députés de sortir tant qu’ils n’auraient pas adopté une loi réglant le problème. Le texte n’a pas été adopté, mais le «siège» a été levé le lendemain à 4?heures du matin. Depuis, le mouvement se poursuit. Les étudiants sont entrés en action, aussi bien à Sarajevo qu’à Banja Luka, la capitale de la Republika Srpska. D’autres manifestations ont également eu lieu à Zenica, Tuzla, Prijedor, Brcko ou d’autres villes moins importantes du pays.

C’est la première fois depuis la fin de la guerre en 1995 qu’un mouvement commun rassemble ainsi tous les citoyens de Bosnie-Herzégovine.

Pour Darko, militant d’un petit groupe anarchiste de Sarajevo, «la coupe était pleine depuis très longtemps. On se demandait juste quand arriverait l’étincelle qui mettrait le feu»… Cette «étincelle» est peut-être venue de Turquie, pays dont la Bosnie-Herzégovine est toujours très proche, politiquement et culturellement. La semaine dernière, des rassemblements de soutien aux manifestants turcs de la place Taksim avaient été organisés à Sarajevo. Ils ont «fusionné» avec les cortèges de protestation. Mercredi, à Banja Luka, des milliers de protestataires ont bravé l’interdiction de manifester émises par les autorités, les étudiants ayant été rejoints par les retraités et les anciens combattants. Ici aussi, le rapprochement avec le mouvement «Occupy Gezi Park» a été vite fait. Depuis plus d’un an, les citoyens de la ville manifestent régulièrement pour essayer de sauver le parc de Picin, que les autorités locales veulent aussi transformer en centre commercial. «En Republika Srpska, les gens sont habitués à écouter le pouvoir. Tout le monde vit mal, mais il n’y a jamais eu le moindre mouvement social depuis la fin de la guerre», explique la journaliste Dragana Tadic. «La mobilisation pour le parc représentait donc quelque chose d’inédit, le tout début d’une prise de conscience citoyenne.» Ces prémices de «printemps bosnien» inquiètent beaucoup les autorités. Rajko Vasic, le secrétaire général du Parti des sociaux-démocrates indépendants (SNSD), la formation de Milorad Dodik, le président de la Republika Sprska, a dû présenter sa démission après avoir traité, sur son blog, de «bâtards» les étudiants protestataires de Banja Luka. En réalité, la classe politique fait l’objet d’un même rejet dans les deux entités du pays. D’ailleurs, à l’exception du nouveau maire de Sarajevo, le très populaire Ivo Komsic, qui est apparu dans une des manifestations, tous les politiciens du pays sont aux abonnés absents depuis le début du mouvement.Par Jean-Arnault Dérens

Jean-Arnault Dérens est depuis 1998 responsable de la publication Le Courrier des Balkans. Il contribue à diverses publications telles que Le Monde diplomatique, La Libre Belgique, Ouest-France, Le Temps. Il a publié divers ouvrages, dont Balkans, la crise, chez Gallimard dans la collection Folio. Cet article a été publié dans le quotidien Le Temps, en date du 13 juin 2013.

http://alencontre.org/europe/bosnie/bosnie-herzegovine-une-premiere-depuis-1995-un-mouvement-reunissant-tous-les-citoyens-et-citoyennes.html

Lire la suite

13 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Le Portugal en grève générale le 27 juin (esquerda.net)

Le Portugal en grève générale le 27 juin (esquerda.net) dans Austérité greve-geral-marco

Les centrales syndicales CGTP et UGT ont remis vendredi dernier au ministère de l’Economie un préavis de grève générale pour le 27 juin prochain. Pour le secrétaire général de la CGTP, Arménio Carlos, les trois causes de cette grève sont les suivantes :

Tout d’abord, de nombreux travailleurs qui ont voté pour le PSD et le CDS (partis de droite au pouvoir, NdT) se sont rendu compte que la politique du gou- vernement ne bénéficie qu’aux grands groupes économiques et financiers tout en pénalisant les travailleurs. En second lieu, parce que les gens se sont rendus compte que cette grève générale permettra de faire avancer des revendications pour résoudre les problèmes du pays et, en troisième lieu, parce que cette grève est aussi en défense de la dignité.

« C’est une grève générale qui concerne tous les travailleurs du secteur privé, du secteur public et aussi des entreprises d’Etat, mais c’est aussi une grève générale qui vise à défendre les nouvelles générations et, en conséquence, personne ne peut rester indifférent » a souligné Arménio Carlos. « Ou bien nous acceptons ce qu’ils veulent nous imposer, ou bien nous manifestons par la lutte notre indignation pour affirmer que nous ne voulons pas prendre ce che- min. Et cela passe par la sortie de ce gouvernement ». Pour Carlos Silva, dirigeant de l’UGT, « Ce n’est pas le gouvernement qui est en question, ce qui est en question ce sont les politiques du gouvernement et nous espérons qu’avec ce signal il se rende compte qu’il risque de perdre un interlocuteur social ». Carlos Silva a menacé de rompre l’accord de Concertation sociale que son syndicat a signé en janvier de l’année dernière : « Le sujet est sur la table. Nous ne voulons pas laisser tomber l’accord, qui fait partie de la stratégie de l’UGT,  dans le but d’aider le gouvernement et les autres acteurs sociaux à obtenir le prêt de la Troïka de 78 milliards d’euros, mais il appartient au gouvernement d’agir en conséquence ». Dans un communiqué commun, la CGTP et l’UGT affirment que « L’unité des travailleurs portugais dans des formes de lutte dure s’affirme aujourd’hui sans doute plus que jamais, comme une prémisse fondamentale pour obliger le gouvernement à changer le cap d’une politique excessivement marquée par l’austérité et par un agenda idéologique qui inclus des plans de privatisations des services, de destruction de l’Etat Providence et de toute perspective d’avenir pour la société portugaise ».

D’après Esquerda.net :
http://www.esquerda.net/artigo/centrais-sindicais-esperam-grande-ades%C3%A3o-%C3%A0-greve-geral/28163
Traduction française pour Avanti4.be.

http://www.avanti4.be/actualite/article/le-portugal-en-greve-generale-le-27-juin

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin