Archive | Economie

02 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

Brest, Jabil : nouvelle période de chômage partiel en vue (OF)

Brest, Jabil : nouvelle période de chômage partiel en vue (OF) dans Brest et région jabil

Chômage partiel en vue chez Jabil

Pour la troisième fois en trois années consécutives, Jabil devrait être touché par une mesure de chômage partiel. La reprise d’activité n’est toujours pas au rendez-vous. La période commencerait le 14 octobre pour s’achever le 30 avril. À l’heure actuelle, le site brestois emploie 160 personnes. Le site de Gallargues (15 personnes) qui dépendait de Brest a quant à lui été fermé le 30 juin.

Immobilier cédé Le site de Kergaradec devenu trop grand depuis le déménagement d’Alcatel dans la zone de Prat-Pip à Guipavas a été cédé en partie à l’agence immobilière J2D. Au total, 54 000 m2 comportant deux bâtiments et un restaurant ont été vendus. Selon nos informations, la direction chercherait à louer un local plus petit, plus conforme avec son activité. Aujourd’hui, seulement 20 % du site serait exploité.

Nouveaux patrons Le site brestois a connu un changement à sa tête. Ludovic Hareng a succédé à Michel Petit. La tâche n’est pas aisée : il faut trouver de nouveaux débouchés pour remonter la pente. Problème : l’avenir de Jabil est intimement lié aux décisions prises par Alcatel, qui reste son principal client. Et les perspectives d’Alcatel ne sont pas spécialement bonnes. Le nouveau P-DG doit s’exprimer le 8 octobre. « Suivant l’annonce qu’il fera, cela pourrait nous faire très mal », annonce Serge Roudaut, secrétaire du comité d’entreprise. Il redoute qu’Alcatel renonce à l’activité de centraux téléphoniques d’entreprise qui n’est plus compétitive aujourd’hui, à cause des évolutions technologiques d’Internet et de la concurrence chinoise, particulièrement féroce. Économie mercredi 02 octobre 2013

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Brest.-Jabil-nouvelle-periode-de-chomage-partiel-en-vue_40779-2234584——29019-aud_actu.Htm

Commentaire: Jabil est un exemple de lutte combative et prolongée pour défendre l’emploi.

Lire la suite

27 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

FMI et Banque mondiale : l’heure du bilan (Cadtm)

FMI et Banque mondiale : l’heure du bilan (Cadtm) dans Altermondialisme fmi

En 2014, la Banque mondiale et le FMI auront 70 ans d’existence. En octobre 2013, elles tiennent comme d’habitude leur réunion annuelle à Washington. De nombreuses organisations, dont le CADTM, appellent ensemble à une semaine d’action contre la dette illégitime et les institutions financières internationales qui se déroulera à l’échelle internationale du 8 au 15 octobre 2013 |1|.

  • 1) Depuis leur création en 1944, la Banque mondiale (BM) et le FMI ont soutenu activement toutes les dictatures et tous les régimes corrompus du camp allié des États-Unis.
  • 2) Ils piétinent la souveraineté des États en violation flagrante du droit des peuples à disposer d’eux-même du fait notamment des conditionnalités qu’ils imposent. Ces conditionnalités appauvrissent la population, accroissent les inégalités, livrent les pays aux transnationales et modifient les législations des États (réforme en profondeur du Code du travail, des Codes miniers, forestiers, abrogation des conventions collectives, etc) dans un sens favorable aux créanciers et « investisseurs » étrangers.
  • 3) Bien qu’ils aient détecté des détournements massifs, la BM et le FMI ont maintenu, voire augmenté, les montants prêtés aux régimes corrompus et dictatoriaux alliés des puissances occidentales (voir le cas emblématique du Congo-Zaïre de Mobutu après le rapport Blumenthal en 1982).
  • 4) Ils ont aidé par leur soutien financier la dictature d’Habyarimana au Rwanda jusqu’en 1992, ce qui a permis de quintupler les effectifs de son armée. Les réformes économiques qu’ils ont imposées en 1990 ont déstabilisé le pays et exacerbé des contradictions latentes. Le génocide préparé depuis la fin des années 1980 par le régime d’Habyarimana est perpétré à partir du 6 avril 1994, faisant près d’un million de morts chez les Tutsis (et les Hutus modérés). Par la suite, la Banque mondiale et le FMI ont exigé le remboursement de la dette contractée par le régime génocidaire.
  • 5) Ils ont soutenu d’autres régimes dictatoriaux de l’autre camp (Roumanie de 1973 à 1982, Chine à partir de 1980) afin d’affaiblir l’URSS avant son implosion en 1991.
  • 6) Ils ont soutenu les pires dictatures jusqu’à ce qu’elles soient renversées. Exemples : le soutien emblématique à Suharto en Indonésie de 1965 à 1998, à Marcos aux Philippines de 1972 à 1986, à Ben Ali en Tunisie et à Moubarak en Égypte jusqu’à leur renversement en 2011.
  • 7) Ils ont activement saboté des expériences démocratiques et progressistes (de Jacobo Arbenz dans la première moitié des années 1950 au Guatemala aux sandinistes au Nicaragua dans les années 1980 en passant par Salvador Allende au Chili de 1970 à 1973).
  • Huit) La Banque et le FMI exigent des peuples, victimes des tyrans qu’ils financent, le remboursement des dettes odieuses que ces régimes autoritaires et corrompus ont contractées.
  • 9) De même, la Banque et le FMI ont exigé de pays qui ont accédé à l’indépendance à la fin des années 1950 et au début des années 1960 qu’ils remboursent les dettes odieuses contractées par les anciennes puissances coloniales pour les coloniser. Cela a été notamment le cas en ce qui concerne la dette coloniale contractée par la Belgique auprès de la Banque mondiale pour compléter la colonisation du Congo dans les années 1950. Rappelons que ce type de transfert de dettes coloniales est interdit par le droit international.
  • 10) Dans les années 1960, la Banque mondiale et le FMI ont soutenu financièrement des pays comme l’Afrique du Sud de l’apartheid et le Portugal qui maintenait sous son joug des colonies en Afrique et dans le Pacifique alors que ces pays faisaient l’objet d’un boycott financier international décrété par l’ONU. La Banque mondiale a soutenu un pays qui en avait annexé un autre par la force (annexion du Timor oriental par l’Indonésie en 1975).

26 septembre par Eric Toussaint Lire la suite

Lire la suite

26 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Edito, crise: an 5

Edito, crise: an 5 dans Crise djOZU

Ce n’est pas une crise, c’est un hold up!

Il y a cinq ans, la faillite de la banque Lehman Brothers le 15 septembre 2008 marquait aux yeux de tous le début de la crise économique mondiale. Cependant, si les crises économiques démarrent généralement dans la sphère financière, leurs origines réelles se trouvent dans la logique profonde du capital : la production pour le profit.
Dès la crise de 1857, Marx comparait les économistes qui voient dans la spéculation l’origine des crises à ces charlatans qui croient que la fièvre est à l’origine des maladies alors qu’elle n’en est que le symptôme.
Les gouvernants annoncent périodiquement la fin de la crise, comme aujourd’hui à l’occasion du petit rebond de la zone euro… Plus réaliste, le quotidien économique les Échos a publié le 16 septembre une analyse intitulée « Crise : et si nous étions en 1934 ? », mettant l’accent sur les différentes phases de la grande crise des années 30. Lors de celle-ci, certains pays, comme les USA, avait semblé en passe de redémarrer avant de replonger dans la récession en 1937.
La crise actuelle est du même ordre. L’Europe est le maillon faible, mais les incertitudes sont fortes dans le reste du monde. De ce type de crise, le capitalisme ne sort pas sans modification majeure, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur les plans sociaux et politi- ques. Le fil conducteur des politiques bourgeoises est clair : faire payer la crise à « ceux d’en bas », par la pression sur les salaires et les revenus sociaux, la casse du droit du travail et l’austérité.
Le 12 mai dernier, le quotidien américain New York Times a publié une tribune de deux spécialistes de la santé publique intitulée « Comment l’austérité tue », insistant sur l’impact des politiques d’austérité en termes de suicides et de mortalité supplémentaires.
Ils évaluent ainsi à 4 750 le surplus de suicides aux USA entre 2007 et 2010. Ces politiques ne tuent pas que les hommes, elles détruisent la planète à travers la course effrénée à des sources d’énergie à bas prix, dont témoignent aussi bien le gaz de schiste que la quasi-indifférence des décideurs à ce qui se passe à Fukushima.
Alors oui, plus que jamais et malgré les difficultés, la lutte contre le capital est justifiée et indispensable. Non seulement contre les attaques quotidiennes, mais aussi pour une alternative socialiste à ce système mortifère.

Henri Wilno Jeudi 26 septembre 2013 Publié dans : Hebdo L’Anticapitaliste – 210 (26/09/2013)

Lire la suite

24 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Gaz de schiste : la loi anti-fracturation bientôt annulée ? (Bastamag)

Gaz de schiste : la loi anti-fracturation bientôt annulée ? (Bastamag) dans Ecologie & climat porcs

Une trentaine de militants ont occupé le 21 septembre la plate-forme de forage de la compagnie états-unienne Hess Oil, à Jouarre, en Seine-et-Marne.

Pendant plus de cinq heures, la foreuse a été immobilisée et recouverte d’une banderole « Stop Forages » par le collectif des « Dindons de la farce ». Un nom qui fait écho à l’embrouillamini qui se déroule en coulisse, entre pétroliers, juristes et institutions. La loi du 13 juillet 2011 interdit bien la fracturation hydraulique pour extraire les gaz de schiste. Mais tous les permis de recherche ciblant les hydrocarbures non-conventionnels n’ont pas été annulés (voir la carte). C’est le cas du permis de Château-Thierry, sur lequel s’est basé la compagnie américaine Hess Oil pour forer à Jouarre.

Dans ce cas, que se passe-t-il autour du derrick ? Officiellement, rien d’incompatible avec la nouvelle législation, se défend la société américaine qui a réalisé plusieurs forages préparatoires cette année sur le site. Hess Oil prétend qu’il ne s’agit là que d’un programme de recherche destiné à analyser les réserves de pétrole conventionnel et d’une simple mise à jour cartographique du sous-sol du bassin parisien. « Pourquoi cherche-t-elle des hydrocarbures qu’elle ne pourrait pas exploiter ? interroge le collectif. Difficile d’imaginer qu’un industriel entreprenne ces opérations coûteuses (12 millions d’euros par forage, soit plusieurs dizaines de millions d’euros par permis) sans attendre un possible retour sur investissement. »

Les collectifs « non au pétrole et gaz de schiste et de houille » craignent que l’interdiction de fracturation hydraulique ne soit bientôt levée. La compagnie texane Schuepbach, dont deux permis d’exploration ont été annulés, a en effet déposé un recours qui sera examiné par le Conseil constitutionnel ce 24 septembre. La compagnie demande l’annulation des articles 1 et 3 de la loi interdisant la frac- turation hydraulique [1]. Motifs : la loi serait à la fois discriminatoire car elle autorise la fracturation pour la géothermie, et inintelligible car elle ne définirait pas précisément la notion de « fracturation hydraulique ».

Si le Conseil constitutionnel retoquait la loi, une période de non-droit s’ouvrirait pendant laquelle les titulaires de permis encore valides pourraient forer. Les collectifs sont inquiets car les dix recours juridiques « demandant le maintien de la loi ont tous été rejetés par le secrétaire général du Conseil constitutionnel, sans avoir été transmis pour être examinés sur le fond ». La décision devrait être rendue début octobre. Par Sophie Chapelle (24 septembre 2013) http://www.bastamag.net/article3324.html

Notes

[1] - Article 1er : Interdiction de l’exploration et de l’exploitation des huiles et gaz de schiste par des forages utilisant la technique dite de la fracturation hydraulique de la roche en application du principe de précaution inscrit à l’article 5 de la Charte de l’environnement.
- Article 3 : Modifications du code de l’environnement visant à encadrer l’octroi de la concession de mines et la délivrance de certains permis exclusifs de recherches, en imposant notamment l’organisation préalable d’une enquête publique.

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

Lire la suite

22 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

France, 8 000 emplois détruits dans les centres d’appels (OF)

France, 8 000 emplois détruits dans les centres d’appels (OF) dans Crise licenciement-caricature-actionnaire

 Quelques 8 000 emplois dans les centres d’appels seront détruits d’ici fin 2014, à la suite de la guerre des prix qui se joue sur le marché de la téléphonie mobile. C’est ce qui ressort des chiffres d’un syndicat professionnel, cité par le Journal du dimanche. « Depuis un an,
4 000 emplois ont été détruits en France et 4 000 autres suivront dans l’année qui vient. La profession, qui compte 55 000 salariés dans l’Hexagone, a été décimée à hauteur de 15 % en deux ans », affirme le Syndicat des professionnels des centres de contact (SP2C). Le journal affirme que la chute des prix provoquée par l’arrivée sur le marché de Free Mobile en janvier 2012 a été compensée par les opérateurs en taillant dans les coûts, notamment dans les services de relations clients. Emploi dimanche 22 septembre 2013
Commentaire: Attention ne pas confondre la « bonne concurrence qui est favorable aux clients », avec la vraie , celle qui opprime les salariés!

Lire la suite

20 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

La doctrine « trop grandes pour être condamnées » ou comment les banques sont au-dessus des lois (Cadtm)

La doctrine « trop grandes pour être condamnées » ou comment les banques sont au-dessus des lois (Cadtm) dans Crise vampires

Dans une période caractérisée par le pouvoir économique et politique croissant du système financier au niveau mondial, l’utilisation de ressources publiques pour sauver des entités bancaires est devenue un lieu commun.

Que ce soit à Chypre, en Grèce, au Royaume-Uni ou aux États-Unis, les sauvetages bancaires d’institutions impliquées dans des affaires de corruption, de fraude et de spéculation sont, les uns après les autres, justifiés par le fait qu’elles sont trop grandes pour faire faillite (Too Big to Fail). Selon ce raisonnement, la banqueroute de grandes banques menace la stabilité financière et économique de leur pays de résidence, d’où l’utilisation nécessaire de l’argent public afin d’éviter une mise en faillite.

Rabâché inlassablement par tous les médias possibles, cet argument est malheureusement devenu un élément rebattu du discours politique dans une bonne partie du monde. Il n’est dès lors plus surprenant d’entendre un fonctionnaire public en Espagne, au Portugal ou en Irlande signaler qu’il n’y a pas d’alternative à l’application de coupes drastiques dans les dépenses publiques, ceci afin d’assurer la solvabilité et la stabilité des banques. Le comble, c’est que transférer de l’argent public aux banques ne suffit plus, il faut en outre protéger les banques et leurs dirigeants des conséquences légales et juridiques des activités illégales et criminelles menées par nombre d’entre eux. Aujourd’hui, les banques sont non seulement trop grandes pour faire faillite, mais aussi trop grandes pour être condamnées.

Le point clef de la nouvelle doctrine visant à offrir un blanc-seing aux banques, indépendamment des activités illégales dans lesquelles elles sont impliquées et des conséquences sociales de celles-ci, a été résumé par Eric Holder, procureur général des États-Unis. Interrogé au sein du Sénat étasunien sur la position de la Cour des Comptes quant à la condamnation des banques étasuniennes et de leurs dirigeants pour des actes de corruption et de fraude, Holder souligna que « ces institutions sont si grandes qu’il est difficile de les poursuivre en justice, et le faire montre qu’effectivement, si on les inculpe pour activités criminelles, cela peut avoir des répercussions négatives pour l’économie nationale, voire mondiale » |1|.

Les retombées de cette position sont claires. Le fait que les excès et la spéculation financière aient causé la pire crise économique du siècle dernier n’a aucune importance. Que de tels excès soient associés a une épidémie de fraudes |2|, à tous les niveaux d’opérations des entités financières, est insignifiant. Et ce n’est qu’un détail si, suite aux pratiques frauduleuses des banques, 495 000 personnes au moins aux États-Unis ont été expulsées illégalement de leurs logements |3| et les fonds de pensions des pays développés ont perdu près de 5400 milliards de dollars |4|. Le rôle des banques est apparemment si important et indispensable que leur fonctionnement transcende les requêtes légales et constitutionnelles des sociétés modernes. Dès lors, la justice détourne le regard des banques et des dirigeants responsables d’actes de corruption et de fraude pour leur éviter de passer ne serait-ce qu’un jour en prison. En fin de compte, on ne peut tout de même pas poursuivre en justice un dirigeant d’une institution bancaire qui « ne fait que le travail de Dieu » |5|, des mots de Lloyd Blankfein (CEO de Goldman Sachs).

Les arguments ci-dessus pourraient prêter à sourire si les conséquences de la doctrine « trop grandes pour être condamnées » n’étaient pas régulièrement visibles par le biais de plusieurs affaires judiciaires très médiatisées, ces derniers mois, des deux côtés de l’océan. Les affaires se suivent et la justice se borne à des amendes qui représentent bien souvent une maigre fraction des bénéfices issus d’activités illégales, sans qu’aucun dirigeant ne soit inquiété. Trois exemples suffisent pour témoigner de l’absurdité de la situation actuelle : le jugement sur les expulsions illégales de logement (« foreclosures ») aux États-Unis, HSBC épinglée pour blanchiment d’argent des cartels de la drogue également aux États-Unis, et l’affaire sur la manipulation du taux LIBOR au Royaume-Uni. 20 septembre par Daniel Munevar

Lire la suite: http://cadtm.org/La-doctrine-trop-grandes-pour-etre

Lire la suite

19 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

«La violence des riches» (Al’e)

«La violence des riches» (Al'e) dans Crise tumblr_mhrdeyrMPh1rph0vbo1_500

Les plans sociaux se succèdent, en France, à un rythme toujours plus soutenu.

Comme une sombre fatalité que nous finissons par admettre, le chômage augmente et se traduit dans l’abstraction de chiffres et de statistiques qui semblent nous immuniser contre la réalité dramatique qu’ils reflètent de loin.  La finance mondialisée nous apparaît comme un univers d’une inextricable complexité.  Tout en sachant que certains en tirent de fabuleux bénéfices, l’opacité et l’apparente autonomie du système décourage notre pouvoir d’indignation et de révolte.

Nous sommes d’autant plus mûrs pour la servitude volontaire et le renoncement que l’adversaire, celui qu’on pouvait facilement identifier comme l’exploiteur, le profiteur, le spéculateur, semble s’être volatilisé derrière une ingénierie tentaculaire et incontrôlable qu’on désigne comme la mondialisation économique…

Deux sociologues des riches, observateurs aigus et sereins des grands bourgeois, de leur mode de vie et de reproduction sociale mettent ici leur connaissance de ce petit monde très interconnecté au service d’une entreprise de déniaisement. Ils élargissent leur focale pour faire apparaître sous un même regard les riches et ceux qui subissent les conséquences de leur appât du gain.  Bref ils montrent la nature et l’étendue de la violence des riches. Violence symbolique mais aussi terriblement concrète, lorsqu’elle se traduit par des vies brisées, amputées de tout projet d’avenir, des régions sinistrées, une jeunesse livrée à elle-même sans la moindre perspective.

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot montrent que cette «violence de classe» a ses agents, ses stratégies et ses lieux. Ils alternent dans leur livre les enquêtes, les portraits et les analyses de données chiffrées. Avec eux nous passons d’une étonnante séance de projection d’un film sur la casse industrielle dans la vallée de la Meuse.  Du grand auditorium du Medef, avenue Bosquet, à Aulnay-sous-Bois dans le bus qui mène les ouvriers à l’usine PSA.  Ces salariés ont vécu des mois sous la pression d’une rumeur de fermeture alimentée par l’existence d’une note interne révélée par la CGT, une annonce volontairement retardée pour cause de période électorale. Après la divulgation de cette note, la direction n’a pas démenti, laissant les salariés à leur angoisse, un bon moyen de paralyser l’action et la résistance…

On ne sait ce qui, des délocalisations programmées, de la considérable plus-value foncière espérée sur le site dans le cadre de la réalisation du Grand Paris ou de la réputation sulfureuse des ouvriers d’Aulnay a déterminé ce choix, pour réduire les effectifs de PSA mais le résultat est là. Au total 11200 emplois seront supprimés dans le groupe, dont 3000 à Aulnay.  Une entreprise qui a bénéficié des largesses de l’Etat et qui a versé de substantiels dividendes à ses actionnaires. D’ailleurs, les auteurs rappellent que les dividendes dans les bénéfices distribués sont en augmentation constante, passant de 3% en 1982 à 12% aujourd’hui. Ce n’est pas la crise pour tout le monde.

Tout ça est connu, en quoi le livre des Pinçon-Charlot apporte-t-il un éclairage nouveau ? C’est la question de la violence exer- cée par cette situation qui rend subitement très concrets les abus qui en sont la cause et leurs conséquences sur les gens. Les sociologues sont parvenus à une connaissance précise et lucide des mécanismes de la domination.  Ils permettent de renverser la perspective.

Par exemple sur la criminalisation de la contestation sociale, ils rappellent que les journalistes libéraux ne mentionnent jamais la violence des riches et que la loi d’amnistie des faits commis lors des mouvements sociaux ou d’activité syndicale promise par le candidat Hollande est toujours à l’état de projet et que le président s’est finalement déclaré opposé à une telle loi, même si 80 députés socialistes ont manifesté leur soutien au projet.

De même sur la fraude à la Sécurité sociale, montée en épingle par l’ancien président en son temps. Celle du salarié qui prend quelques jours d’arrêt maladie de complaisance ne représente que 1% des fraudes sociales, alors que 80% est imputable aux employeurs qui ont recours au travail dissimulé. La fraude fiscale est également une forme de violence faite à ceux qui manquent ainsi leur part de la redistribution.

«Cet escamotage des fortunes – ajoutent les auteurs – sert d’arme aux membres de l’oligarchie pour exiger des peuples qu’ils remboursent les déficits et les dettes dus à la spéculation financière débridée et mondialisée». Et ils concluent en retournant à ceux qui taxent indistinctement de «populisme» toute opposition aux politiques qui aggravent la misère sociale en faisant grossir les grandes fortunes qu’il est temps de faire à nouveaux frais la critique du «bourgeoisisme».  Publié par Alencontre le 19 – septembre – 2013 Par Jacques Munier

http://alencontre.org/europe/france/la-violence-des-riches.html

Lire la suite

17 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Gestion de l’eau : Berlin ne veut plus de Veolia (Bastamag)

Gestion de l’eau : Berlin ne veut plus de Veolia (Bastamag) dans Economie 12+01+13+Aggl%27eau+008

Véolia quitte Berlin. Le géant français de l’eau a annoncé publiquement avoir trouvé un terrain d’entente avec les autorités berlinoises pour leur revendre ses parts dans le service de l’eau de la capitale allemande, Berlinwasser. L’entreprise présente ce retrait comme un « plan d’économies » du groupe pour éponger sa dette, une version relayée par la presse française. Derrière le rideau de la communication, l’histoire est tout autre. C’est plutôt par dépit que Veolia quitte la capitale allemande, poussée vers la sortie par ses habitants. Comme à Paris, il s’agit en fait d’une remunicipalisation du service de l’eau, obtenue de haute lutte par les citoyens berlinois.

Le contrat avec Veolia a été signé en 1999. Il représente alors le plus important partenariat public privé (PPP) de l’histoire, en Allemagne. Veolia s’est associée à l’entreprise énergétique allemande RWE et, au départ, à l’assureur Allianz. La teneur du contrat est initialement maintenue secrète, sans doute parce que ses clauses offraient des conditions particulièrement favorables aux partenaires privés en termes de profits garantis.

Référendum populaire contre Veolia Face à l’augmentation des prix de l’eau, les citoyens berlinois organisent un référendum populaire en 2011 (une possibilité prévue par la constitution berlinoise), malgré l’opposition acharnée des gouvernants de la ville. 660 000 Berlinois, soit plus d’un quart de l’électorat, prennent part au vote. Et se prononcent massivement pour la divulgation des contrats et le retour sous régie publique. La Commission européenne et la Commission allemande de la concurrence s’en mêlent également. Cette dernière estime que le contrat signé avec Veolia viole la loi allemande, et impose une baisse de 18% du prix de l’eau !

La ville-État de Berlin – aujourd’hui à nouveau gouvernée par une « grande coalition » entre sociaux-démocrates et conservateurs – cède finalement à la pression. Et décide de remunicipaliser le service, à l’image de la capitale française et de nombreuses villes européennes. C’est RWE qui fait le premier pas, en 2012, en revendant ses 25% de parts dans le service de l’eau berlinois, malgré les pressions et recours judiciaire de Veolia. L’entreprise française va finalement vendre à son tour sa participation restante (25%) dans Berlin-wasser pour 590 millions d’euros. A cela s’ajoutent 54 millions supplémentaires liés à des opérations financières diverses. Le groupe omet de préciser qu’il s’est battu bec et ongle contre la remunicipalisation.

Après l’eau, l’électricité ? Porte-parole des opposants à la privatisation, la « Table-ronde berlinoise de l’eau » (Berliner Wassertisch) s’est félicitée du départ définitif de Veolia, mais estime que la somme consentie à la firme française est trop importante [1]. Les militants craignent que le coût de la cession ne pèse sur la gestion du service pendant de nombreuses années. Cela empêcherait notamment une future baisse du prix de l’eau, ce qui s’est produit à Paris suite au passage en régie sous l’égide d’Eau de Paris. Les partisans du service public estiment que Veolia et RWE ont déjà engrangé suffisamment de profits, depuis 1999, grâce à la hausse des prix et à la réduction drastique des effectifs, des travaux de maintenance et des investissements effectués.

L’Allemagne connait depuis quelques années un vigoureux mouvement de remunicipalisation des services publics. Le 3 novembre prochain, les Berlinois se prononceront dans le cadre d’un nouveau référendum populaire sur le retour en régie publique de leur réseau de distribution d’électricité. La « Table-ronde berlinoise de l’eau » ne compte d’ailleurs pas en rester là. « Maintenant, nous devons contrôler et pousser vers l’avant nos politiciens », déclare Dorothea Härlin, membre fondatrice de la Table-ronde. « Nous devons les empêcher de poursuivre la gestion de l’eau orientée vers les profits qui a si longtemps prévalu ici. C’est pourquoi la Table berlinoise de l’eau a déjà publié l’ébauche d’une Charte berlinoise de l’eau comme instrument participatif de démocratie directe, en vue d’une gestion démocratique, transparente, écologique et sociale de l’eau à Berlin. »  Par Olivier Petitjean (17 septembre 2013), avec l’Observatoire des multinationales

Notes [1Lire ici (en allemand).

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

http://www.bastamag.net/article3262.html

Lire la suite

17 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Pas touche aux barrages (Jdd)

Pas touche aux barrages (Jdd) dans Economie rich-poor-283x300

L’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques détenues par EDF divise le gouvernement et les députés de gauche.

Le feuilleton dure depuis trois ans. Mardi, la députée PS de l’Isère Marie-Noëlle Battistel rendra un rapport très attendu sur l’ouverture à la concurrence des barrages. Rarement un travail parlementaire a été aussi sensible et secret.

Vraie mine d’ »or bleu », les 400 concessions hydrauliques, détenues à 80% par EDF, produisent l’équivalent de 27 réacteurs nucléaires pour un prix pratiquement deux fois moins élevé : 25 à 30 euros le mégawattheure contre 42 euros dans le nucléaire. Avec François Brottes, autre élu PS de l’Isère, qui a évoqué le sujet avec François Hollande, elle tente de déjouer l’injonction de Bruxelles d’ouvrir ce marché très convoité à la concurrence. Mais les ministres de l’Économie (Moscovici), du Budget (Cazeneuve) et de l’Écologie (Martin) viennent de trancher en faveur de l’ouverture. Les appels d’offres doivent débuter au premier semestre 2014.

Mardi, à trois jours de la conférence environnementale, le rapport de Marie-Noëlle Battistel devrait marquer une vraie fracture entre les députés et le gouvernement. Au ministère de l’Écologie, on ne s’attend pas « à ce que les députés changent d’avis ». Plusieurs sources indus-trielles pensent savoir que le rapport proposera, parmi les critères d’attribution, que le concessionnaire soit tenu de vendre l’électricité aux particuliers français. Une manière d’exclure les étrangers et de favoriser les nationaux EDF, GDF Suez et le « petit » Direct Énergie. Le gouver-nement pourrait aussi être tenté de réclamer une redevance élevée pour décourager les concurrents mus par l’envie de faire un « coup financier ». M.P. – Le Journal du Dimanche dimanche 15 septembre 2013

http://www.lejdd.fr/Economie/Pas-touche-aux-barrages-628997

Lire la suite

14 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

Des pauvres plus pauvres, des riches plus riches (AE)

Des pauvres plus pauvres, des riches plus riches (AE) dans Austérité taxe_pauvres

Les nouvelles sur le front de la pauvreté en France ne sont pas bonnes.

L’Insee, en publiant les résultats de son enquête sur les revenus des ménages en 2011, confirme ce que les organismes de terrain pressen-taient : le nombre (8,7 millions) et le taux (14,3 %) de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté a augmenté en 2011 pour la troisième année consécutive. Entre 2008 et 2011, le nombre de personnes en situation de pauvreté a progressé de 900 000, dont 200 000 entre 2010 et 2011[1]. Quant au taux de pauvreté, il a progressé de 1,3 point depuis 2008, et de 0,3 point entre 2010 et 2011, un ralentissement que l’Insee souligne, mais qui n’est qu’une médiocre consolation. Conséquence de la crise, bien sûr. Mais elle n’est pas la seule raison de cette paupérisation croissante.

En effet, entre 2008 et 2011, le niveau de vie médian (celui tel que moitié de la population concernée dispose de plus et moitié de moins) du vingtième le plus aisé de la population a progressé de 3,3 %,tandis que celui du dixième le moins favorisé a diminué de 1,8 % : malgré la crise les premiers ont vu leur niveau de vie augmenter de 200 € par mois, les seconds l’ont vu diminuer de 15 € . Encore ces chiffres sous- estiment-ils légèrement la réalité, car la hausse des prix frappe davantage les ménages les plus pauvres en raison de la hausse rapide des loyers et de la part plus importante de l’alimentation dans leur budget.

Toujours est-il que l’affirmation selon laquelle « les pauvres deviennent plus pauvres et les riches plus riches », infondée jusqu’en 2008 en France, est devenue une réalité. Ce n’est donc pas seulement la crise qu’il convient d’incriminer, mais aussi la répartition des revenus.

Autre observation qu’il vaut la peine de souligner : parmi les adultes d’âge actif (18-60 ans) en situation de pauvreté, la grande majorité travaillent (2 millions) ou sont au chômage (1million), et seuls 1,4 million (étudiants non compris) sont inactifs. La progression de travailleurs pauvres est continue depuis 2005, et ce sont ainsi 200 000 travailleurs supplémentaires qui, depuis cette date, sont tombée en-dessous du seuil de pauvreté. Ceux qui parlent d’« assistanat » pour dénoncer l’aide sociale savent-ils seulement que les pauvres d’âge actif sont des travailleurs en emploi dans près d’un cas sur deux ? Quant aux enfants et jeunes de 15 ans ou moins, 300 000 d’entre eux sont venus grossir les chiffres de la pauvreté depuis la même date.

Enfin, dernière observation, parmi les pauvres, ce sont les plus pauvres dont le nombre augmente le plus. En effet, l’Insee mesure deux seuils de pauvreté : le premier, le plus usité, est égal à 60 % du niveau de vie médian (soit 977 euros, ce qui correspond à environ le double du RSA « socle » actuel), le second étant égal à 50 % du niveau de vie médian (soit 790 euros, à peu près l’équivalent du minimum vieillesse actuel). Or, si le nombre de personnes en-dessous du seuil de 60 % a augmenté de 200 000, neuf dixièmes de cette progression résultent de l’augmentation du nombre de personnes en-dessous du seuil de 50 %. Un constat inquiétant, car il signifie que ceux qui tombent dans la trappe à pauvreté voient leur sort se dégrader profondément. Denis Clerc – Alternatives économiques - 13 Septembre 2013


[1] L’Insee ayant utilisé pour déterminer les revenus du patrimoine une enquête de 2010, cette nouvelle enquête l’a amené à revoir à la hausse les chiffres de la pauvreté en 2010. En revanche, les chiffres des années antérieures s’appuient sur une enquête « patrimoine » de 2004, si bien qu’ils ne sont pas tout à fait comparables.

http://alternatives-economiques.fr/blogs/clerc/2013/09/13/des-pauvres-plus-pauvres-des-riches-plus-riches/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin