Archive | Ecologie & climat

24 mai 2019 ~ 0 Commentaire

grève jeunes (huff’ fr3 france-bleu reporterre of attac)

Nouvelle « grève mondiale pour le climat » pour les jeunes le 24 mai (Le Huffigton Post)

Grève pour le climat : c’est un changement de cap qu’il faut imposer (Attac)

A Rennes, une marche pour le climat adressée aux élus locaux (FR3)

Des milliers de personnes ont à nouveau marché pour le climat ce samedi en France (France Bleu)

En Belgique, les marcheurs du climat ont bousculé la campagne électorale (Reporterre)

.

Lire la suite

24 mai 2019 ~ 0 Commentaire

grève climat (france bleue)

D7T7YK4WwAA3EqN

Les jeunes à nouveau appelés à manifester pour le climat ce vendredi

A deux jours des élections européennes, les jeunes sont à nouveau appelés à manifester pour le climat un peu partout en France, avec une nouvelle « grève mondiale pour le climat ». Des rassemblements sont annoncés dans une centaine de villes du pays.

Ce vendredi, à deux jours du scrutin pour élire les députés européens, les jeunes sont à nouveau appelés à se mobiliser pour défendre le climat. Ils comptent descendre dans les rues pour une nouvelle « grève mondiale pour le climat », la deuxième du genre après celle du 15 mars qui avait mobilisé des centaines de milliers d’étudiants et de lycéens dans le monde et en France.

Une centaine de villes en France

En France, plus de 85 associations et syndicats invitent à se mobiliser, annonce Youth for Climate France. Des appels à la grève sont répertoriés dans plus de 1770 villes réparties dans 90 pays, dont une centaine de villes en France.

Le mouvement appelle notamment à une marche vendredi à Paris (départ à 13h de la place de l’Opéra), ainsi qu’à des rassemblements dans des dizaines d’autres villes en France : Bordeaux, Brest, Nantes, Rennes, Lille, Nancy, Lyon, Marseille, Toulouse, Nice ou encore Laval.

Il faut que « l’écologie soit le sujet central de ces élections européennes », a réclamé Kristof Almasy, de Youth for climate, lors d’une conférence de presse à Paris. Le collectif appelle à des rassemblements devant des institutions européennes comme la Banque centrale européenne à Francfort ou le Parlement européen à Strasbourg et Bruxelles. Kristof Almasy espère un « élan nouveau pour ce mouvement qui grandit et se renforce ».

Les salariés appelés à aller travailler avec un brassard 

Pour les salariés ne pouvant pas se joindre aux marches, le collectif « Citoyens pour le climat » suggère d’aller travailler avec un brassard pour soutenir les grévistes ou d’interpeller son employeur sur le réchauffement climatique et le déclin de la biodiversité.

Samedi, d’autres marches à pied ou à vélo sont prévues dans 80 villes.

Vendredi 24 mai 2019  Géraldine Houdayer

https://www.francebleu.fr/

liberte.jpg petit

Lire la suite

23 mai 2019 ~ 0 Commentaire

climat (brest)

liberte

RENDEZ-VOUS LE Vendredi 24 MAI À 13H30 PLACE DE LA LIBERTÉ ! 

Malgré les 200 000 jeunes en France et 1,7millions à travers le monde mobilisés le 15 mars, rien n’a changé.

Les politiques accordent toujours le droit aux entreprises de produire à outrance, de polluer, d’exploiter les ressources limitées et les salarié⋅e⋅s. Ce n’est pas normal.  Alors pour forcer ceux qui ont le pouvoir, les politiques, les grandes entreprises, à faire changer les choses, mobilisons-nous en masse le 24 mai !

Soyons plus nombreux⋅euses, plus bruyant⋅e⋅s, plus déterminé⋅e⋅s que jamais ! Nous exigeons de vivre dans un environnement soutenable pour la faune (humain⋅e⋅s inclus) et la flore qui nous entourent, mais aussi pour celles à venir. Nous exigeons de réduire drastiquement l’utilisation des énergies fossiles. Nous exigeons de diminuer la surexploitation et la mauvaise redistribution des ressources. Et nous exigeons cela maintenant !

Réserve ton 24 mai, et viens avec nous faire la fête dans les rues de Brest , ramasser des déchets et participer à des ateliers pour comprendre comment tu peux agir pour changer le monde !

Programme détaillé Vendredi 24 mai

Matin : rendez-vous place de la liberté vers 9h pour les motivés, on fera un atelier pancartes et les derniers préparatifs pour le reste de la journée

Midi : On vous propose de venir faire un pique-nique zéro déchet (vous ramenez votre petit plat) toujours place de la liberté

13h30 : rendez-vous place de la liberté pour tout le monde, pour partir en manif. Durant cette manif, nous ferons une cleanwalk, des caddies poubelles seront mis le long du cortège.

Vers 16h : arrivée au cours Dajot, où se tiendront des ateliers :

  • stand d’accueil : eau (et peut-être d’autres boissons et un peu de nourriture)  ramenez vos éco cups (et des gâteaux maisons ou autre ce serait parfait). Informations sur les assos présentes, sur le mouvement, sur les ateliers, et bon endroit où vous manifester si vous voulez participer aux prochains évènements
  • démocratie/citoyenneté : (re)découvrir les modèles de démocratie et en parler
  • dénonciation des lobbies : montrer en quoi notre gouvernement actuel est sous pression (niveau français mais aussi européen)
  • action non-violente : découverte d’un autre moyen que les manifs pour exprimer son mécontentement
  • numérique : pour apprendre à se protéger et l’intérêt de le faire
  • tri des déchets ramassés durant la cleanwalk (à confirmer) (pensez à ramener des gants)
  • Atelier Do It Yourself: fabrication de tawashi (et probablement d’autre chose) > ramenez de vieilles chaussettes si vous en avez
  • stratégies pour sauver la planète : réflexion sur l’objectif de YFC et à la stratégie, le plan à mettre en place pour y arriver
  • convergence des luttes : montrer que les problèmes viennent de notre modèle de société, et qu’il faut s’unir pour parvenir à faire changer les choses
  • Référendum D’initiative Citoyenne : expliquer l’intérêt du RIC, comment il se mettrait en place
  • Réparation de vélos (amenez votre vélo s’il y a de petites réparations)
  • Pierre à l’édifice : montrer les moyens d’action individuelle qui permettent d’avoir un impact sur la société
  • Lien entre écologie et paix, et en quoi la guerre pollue énormément
  • Atelier participatif sur des éléments scientifiques

Fin des ateliers vers 18h30, suivi du départ de la vélorution organisée par le CPLC et BAPAV !

Grève mondiale pour le climat – Brest

Groupe FB Youth for Climate Brest

Lire aussi:

Des actions prévues à Brest pour la grève mondiale pour le climat (Côté Brest)

Lire la suite

22 mai 2019 ~ 0 Commentaire

climat brest

brest fc

Lire la suite

21 mai 2019 ~ 0 Commentaire

glyphosate (france info)

Dans les foires agricoles, des hôtesses chargées de recruter des agriculteurs pro-glyphosate… sans dire qu’elles travaillaient pour Monsanto (France Info)

Lire la suite

21 mai 2019 ~ 0 Commentaire

landunvez (fr3 eaux-et-rivières)

Landunvez : le tribunal administratif annule l’extension de la porcherie Avel-Vor. Une victoire pour les associations (FR3)

La méga porcherie de Landunvez était bien illégale ! (Eaux et Rivières)

Lire la suite

18 mai 2019 ~ 0 Commentaire

marche climat monsanto

IMG_4514

Brest, samedi 18 mai

Lorient : 2 000 personnes pour la marche mondiale contre Monsanto-Bayer (FR3)

.

Lire la suite

17 mai 2019 ~ 0 Commentaire

canada (alter québec)

 aim usa

American Indian Movement (USA)

Canada : le royaume de l’extractivisme

Il semble que le Canada soit impliqué dans les activités minières et les catastrophes environnementales dans Sud. Où se situent ces opérations et qui sont les principaux acteurs de l’entreprise ?

Todd Gordon : Le Canada possède la plus grande industrie extractive au monde, avec des mines en exploitation et des actifs d’exploration sur tous les continents. L’Amérique latine est la région dans laquelle les entreprises canadiennes sont traditionnellement les plus présentes. L’internationalisation de l’industrie a été facilitée par le caractère réglementaire des lois cana-diennes et, partant, par le rôle central que la Bourse canadienne a joué par le passé dans la mobilisation de capitaux d’investissement.

Les sociétés minières canadiennes les plus tristement célèbres au cours des dernières années sont peut-être Barrick Gold et Goldcorp (récemment rachetées par une société américaine), connues pour leur implication dans des violations des droits de l’homme dans plusieurs pays différents. Mais il y a beaucoup d’entreprises canadiennes, y compris des petites entreprises, dont peu de gens auraient entendu parler, impliquées dans des violations des droits de la personne.

ATC : Où sont les plus importantes confrontations avec les peuples autochtones ?

TG : Plusieurs sociétés canadiennes ont été créées au Canada sur des terres autochtones. Ici, ils ont développé leurs compétences en matière de dépossession légale et forcée, de pillage écologique et de contournement des droits des travailleurs.

Sur le plan international, des affrontements importants ont eu lieu avec des peuples autochtones au Mexique, au Guatemala, en Équateur, au Pérou, en Colombie, en Tanzanie, aux Philippines et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, entre autres.

Une étude réalisée dans le cadre du projet Justice et responsabilité des entreprises de la faculté de droit Osgood Hall de Toronto a révélé que, pour la période 2000-2015, des entreprises canadiennes actives en Amérique latine ont été impliquées dans des affrontements qui ont fait 403 blessés.

Les sociétés extractives canadiennes et leurs bailleurs de fonds ne sont presque jamais tenus pour responsables. Ils peuvent exercer une influence dans le pays où les abus se produisent et aucune loi au Canada ne les oblige à rendre des comptes pour les actes de violence perpétrés en leur nom à l’étranger.

À l’heure actuelle, des tribunaux canadiens ont poursuivi contre deux entreprises canadiennes, l’une pour le prétendu recours au travail forcé en Érythrée et l’autre pour son implication présumée dans le viol collectif et le meurtre d’opposants au Guatemala. Les sociétés minières, pétrolières et gazières canadiennes avaient également des liens avec des paramilitaires colombiens.

En cas de catastrophe écologique, telle que des déversements de produits chimiques toxiques, l’entreprise canadienne est rarement pleinement responsable, même si elle est tenue pour responsable. Le défi le plus efficace contre les pratiques prédatrices de ces entreprises ne vient pas des tribunaux, mais des communautés autochtones qui déploient l’action directe et le sabotage. Dans certains cas, ils ont empêché l’exploitation de mines, comme en Équateur.

ATC : Quels types de mouvements et d’organisations existe-t-il au Canada en solidarité avec les mouvements indigènes résistant à ces opérations mondiales ?

TG : Les communautés autochtones sont à l’avant-garde. Les syndicats ont également joué un rôle. Il y a aussi des ONG qui ont fait un travail important de sensibilisation, organisant des tournées à l’étranger pour les Canadiens et essayant de gagner du soutien pour les luttes internationales.

Mais je ne dirais pas qu’il y a un mouvement en soi à ce stade, même si la prise de conscience s’est considérablement accrue au cours des deux dernières décennies. Le Nouveau Parti démocratique ( PS du Canada blog) et les Verts ont formulé des critiques plus cohérentes et le NPD a préconisé une réforme juridique visant les activités internationales des entreprises canadiennes. Les libéraux et les conservateurs n’ont rien fait au gouvernement si ce n’est d’émettre des platitudes autour de la « responsabilité sociale des entreprises ».

ATC : Qu’en est-il du gouvernement libéral Trudeau, avec sa rhétorique respectueuse de l’environnement et ses politiques extractivistes ?

TG : Ce sont des hypocrites qui, contrairement aux conservateurs, essaient d’offrir un vernis progressif à leurs politiques. Ainsi, par exemple, ils prétendent que le gazoduc Trans Mountain, qu’ils ont récemment acheté à Kinder Morgan et qui transportera du gaz naturel de l’Alberta jusqu’à la côte de la Colombie-Britannique via un territoire autochtone, contribuera à réduire les émissions de carbone, car l’Alberta sera plus susceptible de d’accepter des réductions d’émissions si ce pipeline est terminé.

Ils s’efforcent de parler de « réconciliation » avec les peuples autochtones et de reconnaître les injustices du passéMais à un moment donné, ils envoient des paramilitaires pour imposer un blocus sur le territoire autochtone et emprisonner des militants autochtones, comme ils l’ont récemment fait avec les Wet’suwet’en.

À l’échelle internationale, ils parlent d ‘« État de droit » et de « responsabilité sociale des entreprises ». Pourtant, tout comme leurs prédécesseurs conservateurs, ils ont refusé d’intro-duire une loi qui obligerait les sociétés extractives canadiennes à rendre des comptes pour toute violence ou destruction écologique. Les sociétés extractives canadiennes, appuyées par des investisseurs financiers canadiens (et internationaux), ont une présence mondiale importante et les libéraux appuient pleinement le secteur.

Against the Current s’est entretenu avec Todd Gordon, co-auteur (avec Jeffery Webber) de Blood of Extraction : l’impérialisme canadien en Amérique latine sur les activités minières au Canada et à l’étranger. Il est activiste socialiste à Toronto et membre du Toronto New Socialists.

Todd Gordon dimanche 12 mai 2019

http://www.europe-solidaire.org/

http://alter.quebec/

Lire la suite

15 mai 2019 ~ 0 Commentaire

big bang (courrier international)

Changement climatique, “big bang” économique

La température de la Terre augmente de plus en plus vite. Ce bouleversement a déjà des conséquences dramatiques sur l’environnement, et pourtant, explique le Financial Times, les États tardent à prendre les mesures nécessaires pour l’endiguer. La raison ? Pour l’instant, les effets du changement climatique restent des “externalités”, c’est-à-dire des coûts indirects, pour la plupart des individus, qui ne perçoivent pas son incidence négative.

Mais, en réalité, les répercussions sur l’économie seront énormes : lorsque les phénomènes météorologiques extrêmes décourageront les investissements dans le secteur agricole, que certaines zones devenues trop chaudes l’été seront délaissées par les touristes et que le secteur pétrolier s’effondrera, l’économie n’aura plus d’autre choix que de se transformer radicalement. Là, peut-être, les gouvernements prendront les décisions nécessaires.

10/05/2019

https://www.courrierinternational.com/

Commentaire:

D’accord avec le constat, mais le « capitalisme vert » ne peut exister car il lui faut pour vivre « de la croissance », c’est à dire surexploiter les ressources disponible

Lire la suite

14 mai 2019 ~ 0 Commentaire

macron biodiversité (npa)

macron maya

Plan biodiversité : Macron fait du surplace

Il aura suffi que l’IPBES1 dise qu’un million d’espèces animales et végétales (1 sur 8) sont menacées d’extinction à brève échéance, pour que Macron communique et dégaine un « plan pour sauver la biodiversité ».

Personne n’a oublié que, lors de sa conférence de presse du 25 avril, Macron n’a ni évoqué l’écologie, ni même prononcé le mot « biodiversité ». Un détail qui n’arrête pas le « roi de la Terre » toujours prêt à faire miroiter des promesses, surtout en période électorale. Mais qui peut y croire ?

Macron, roi du recyclage !

Rien de nouveau dans ses déclarations. Le « 100% derecyclage du plastique » dont la pollution a été multipliée par dix depuis 1980, a déjà été promis en août 2018. L’élimination des « emballages problématiques » est prévue dans le pacte signé en février 2019 avec la grande distribution.

La « baisse de 50% de l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici 2025 » a été formulée dans les plans Ecophyto de 2007 et de 2018, avec la réussite que l’on connaît !

Cela alors qu’environ 300-400 millions de tonnes de métaux lourds, solvants, boues toxiques et autres déchets issus des sites industriels sont déversés chaque année dans les eaux du monde, que les engrais qui arrivent dans les écosystèmes côtiers ont produit plus de 400 « zones mortes » dans les océans. La « lutte contre le gaspillage alimentaire », déjà l’objet d’une loi qui oblige à donner aux associations les surplus alimentaires, ne sera renforcée d’aucune mesure concrète.

Quand c’est flou… 

Macron promet de « réviser les aides fiscales et budgétaires » et « de compléter le plan biodiversité de Hulot de 2018 », sans aucune précision. Il prévoit « l’extension des aires maritimes et terrestres protégées » (respectivement de 22% et 21%), qui passeraient à 30% d’ici 2022. Mais la plupart de ces espaces n’ont toujours pas de vrai plan de gestion avec des moyens pour le mener.

De plus, les annonces de Macron contredisent le texte voté au Sénat en avril dernier qui, s’il est adopté, confierait aux Fédérations de chasse la gestion de réserves naturelles nationales, et des réserves nationales de la chasse et de la faune sauvage, aujourd’hui sous la responsabilité de l’État. Macron cajole les chasseurs…

La biodiversité n’est pas compatible avec le système 

Macron veut enrayer l’artificialisation des terres. Chiche! Qu’il stoppe les projets inutiles et destructeurs : les projets autoroutiers (Rouen, Stasbourg…), le complexe Europacity au nord de Paris, le bétonnage de la côte prévu à Fréjus, le remplacement du transport des primeurs, par train Perpignan-Rungis, par 25 000 camions…

Qu’il signe l’arrêt du projet de mine d’or en Guyane, des importations d’huile de palme de la raffinerie Total de La Mède (Bouches-du-Rhône)… Fidèle serviteur des grands groupes du BTP, de l’énergie et des banques, il ne mettra jamais à contribution les profits pour enrayer la chute de la biodiversité.

Nul besoin d’un opportuniste de plus !

Ne comptons que sur nos collectifs de lutte pour imposer l’arrêt du saccage de la Terre. Servons-nous des réflexions et des expériences menées, appuyons-nous sur les mobilisations de plus en plus nombreuses dans le monde, amplifions-les, faisons-les converger pour sortir du système capitaliste responsable de la crise écologique majeure.

Commission nationale écologie

  • 1. Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystèmiques.

Mardi 14 mai 2019

https://npa2009.org/

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin