Archive | Ecologie & climat

08 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Solidarité avec les blessé-e-s et les inculpé-e-s !

unnamed

Non à l’aéroport et son monde !

Le 22 février, plus de 50 000 personnes se rassemblaient à Nantes pour la plus grande manifestation du mouvement anti-aéroport.

Déclarée illégale par la préfecture, elle s’est rapidement heurtée à un dispositif répressif ahurissant : des centaines de policiers surarmés encadraient le cortège tandis qu’un immense mur anti-émeute barrait pour la première fois de l’histoire des luttes nantaises le cours des 50 otages. Les politicien-ne-s et leurs médias ont parlé de « saccages » et de « dévastations », déplorant la violence qui s’est exprimée après que certain-e-s manifestant-e-s aient tenté de passer par le parcours prévu initialement.
Cependant, le pouvoir et ses complices se gardent bien de rappeler la férocité extrême de la répression qui s’est abattue sur la manifestation. Le 22 février, des centaines de personnes ont été atteintes par les armes policières. Au moins trois d’entre elles ont perdu l’usage d’un œil suite à des tirs de flashballs. Beaucoup ont respiré des gaz lacrymogènes, été sonnées par des grenades assourdissantes, blessées par des grenades de dés-encerclement ou repoussées par des canons à eau.

Quelques semaines plus tard, le 31 mars, les médias annonçaient triomphalement un premier « coup de filet » suite aux investigations d’une cellule d’enquête spéciale. Neuf camarades ont été perquisitionnés et arrêtés à l’aube. Deux ont été immédiatement relâchés, l’un d’eux n’était même pas à Nantes le jour de la manifestation. Quatre ont été jugés en comparution immédiate, sans avoir pu préparer leur défense. La lourdeur des condamnations peine à masquer le vide des dossiers – les seuls éléments véritablement à charge étant les aveux des prévenus. Trois d’entre eux ont été condamnés à des peines de prison ferme. Lors de cette parodie de procès, le juge Tchalian n’a pas hésité à doubler les réquisitions du parquet pour jeter notre camarade Enguerrand directement en prison. Un an ferme pour quelques pavés et fumigènes.

La répression policière et judiciaire à laquelle le mouvement contre l’aéroport et son monde a été confronté le 22 février et les semaines qui ont suivies n’a qu’un seul but : terroriser ceux et celles qui se révoltent et entrent en lutte contre l’emprise du capitalisme sur les espaces dans lesquels nous vivons. Il s’agit d’atteindre le mouvement social dans sa chair et dans son âme, d’en mutiler ou d’en emprisonner certain-e-s pour mieux atteindre tou-te-s les autres. Les condamnations et les mutilations du 22 février ne sont pas de simples applications de la loi ou de techniques de maintien de l’ordre : elles sont hautement politiques. Ce véritable terrorisme d’État est un coup de semonce qui exprime clairement ce qui attend ceux et celles qui lui résistent.

Aujourd’hui, ce sont Enguerrand, Quentin, Damien, Emmanuel, Philippe, J. et G. qui sont touchés. Cela aurait pu être n’importe lequel d’entre nous. Le simple fait de participer à une manifestation justifie pour l’État et sa « justice » la perte d’un œil ou l’envoi en taule.

La violence de la répression que nous subissons ne doit en aucun cas entamer notre détermination - nous ne ferions que leur donner raison. Le meilleur soutien que nous puissions apporter à nos camarades blessé-e-s et emprisonné-e-s, c’est bien de continuer le combat. Notre lutte n’a jamais été aussi puissante, et nous n’avons jamais entrevu de si près un avenir libéré du béton. Aujourd’hui plus que jamais, il s’agit de ne rien lâcher contre l’aéroport et le monde qui le produit.

Face au pouvoir assassin qui mutile et emprisonne, nous avons une arme qu’il ne peut pas nous enlever. Dans une lettre datée du 8 avril, Enguerrand déclarait : « La force de la solidarité militante est implacable. » – et de fait, nous lui donnons raison. Les marques de soutien aux blessé-e-s et aux inculpé-e-s de la lutte sont d’ores et déjà nombreuses et disparates, à l’image de la diversité des composantes du mouvement. Le nombre des actions possibles est infini. Organiser un concert ou une collecte pour soutenir matériellement les inculpé-e-s et leurs proches. Appeler à une manifestation (pacifiquement casqués ?) pour exprimer sa révolte face aux crimes policiers. Recouvrir les murs de sa ville de peinture ou d’affiches pour que personne n’ignore ce qu’il se passe …

Toute initiative est la bienvenue pour apporter un peu de réconfort à nos camarades et rappeler au pouvoir notre rage et notre détermination. Face au silence complice du spectacle médiatique, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour rendre au mot « justice » sa véritable signification. Nous encourageons avec ardeur toute action de solidarité contre la répression du mouvement anti-aéroport – qu’elle soit collective ou individuelle, à Nantes comme ailleurs, aujourd’hui comme toujours.

Pas de justice, pas de paix !
Solidarité avec les blessé-e-s et les inculpé-e-s !
Non à l’aéroport et son monde !

MANIFESTATION
Samedi 17 mai 2014
15h – Préfecture de Nantes

Appel ouvert à tous les collectifs et organisations qui s’y reconnaîtront.

Liste provisoire : Comité de soutien à Enguerrand, Collectif de l’université de Nantes contre l’aéroport, SLB UL-Naoned, Solidaires Étudiant-e-s, Solidaires 44, Collectif de Rezé contre l’aéroport, Front Anticapitaliste 44, Alternative Libertaire, NPA, Voie Prolétarienne – OCML, Action Antifasciste Nantes, Ensemble, Breizhistance, Assemblée du mouvement anti-aéroport du 6 mai, Groupe J. Déjacque de la Fédération Anarchiste,PG, Ensemble…

Pour écrire au comité de soutien à Enguerrand ou signer cet appel : soutien.enguerrand(AT)riseup.net

Lire la suite

07 mai 2014 ~ 0 Commentaire

L’université européenne de la paix nous écrit

8 mai

lette1lett2leetre3

Le Npa est pour la sortie du nucléaire, civil et militaire dans les 10 ans qui viennent et pour le désarmement unilatéral.

Lire la suite

05 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Une étude scientifique montre que les ogm n’équivalent pas les plantes normales (reporterre)

ogm

Des chercheurs viennent de montrer que le principe « d’équivalence en substance » avancé par les fabricants d’OGM pour imposer leurs produits n’est pas fondé. Cette étude menée sur le soja pourrait remettre en cause les autorisations des plantes transgéniques. (Parce qu’il vont se laisser faire? note du blog)

Une équipe de chercheurs (T. Bøhn, M. Cuhra, T. Traavik, M. Sanden, J. Fagan, R. Primicerio) du Centre de Biosécurité de l’université de Tromsø (Norvège) vient de publier dans la très respectable revue Food Chemistry (du groupe néerlando-britannique Elsevier Science) les résultats de leur étude comparative portant sur 31 lots de soja cultivés dans l’Iowa (Etats-Unis). Ces échantillons de soja ont été répartis en trois groupes :

 soja génétiquement modifié (GM) pour tolérer le glyphosate (le principe actif de l’herbicide Round up de Monsanto) ;

soja non modifié cultivé en « conventionnel » c’est-à-dire avec intrants chimiques ;

soja non modifié cultivé en agrobiologie.

L’étude rapporte que les graines de soja génétiquement modifié « Roundup Ready » (RR) de Monsanto contiennent des résidus de glyphosate et de l’acide aminométhylphosphonique (principal produit de dégradation chimique du glyphosate) respectivement à des taux moyens de 3,3 et 5,7 mg /kg. C’est la preuve que le glyphosate s’accumule dans le soja Roundup Ready.

L’article décrit aussi la différence de composition nutritive entre soja GM et soja non GM.

Le soja biologique contient plus de sucres (glucose, fructose, saccharose, maltose), significativement plus de protéines, plus de zinc et moins de fibres que les sojas conventionnels ou génétiquement modifiés. Les fèves de soja biologiques contenaient également moins d’acides gras saturés et d’acides gras polyinsaturés (oméga- 6).

Disposant de 35 critères différents pour caractériser chaque échantillon de soja, l’équipe affirme pouvoir « distinguer, sans exception, soja génétiquement modifié, soja conventionnel et biologique », ce qui ruine le concept « d’équivalence en substance » avancé par les fabricants d’OGM pour imposer leurs produits et s’affranchir des expérimentations et du principe de précaution.

Accumulation d’herbicide dans la graine et différence de composition entre deux végétaux de la même espèce selon que l’un est génétiquement modifié et l’autre pas : si, comme il se doit, les gouvernements et les autorités sanitaires s’en emparent, cette étude peut déclencher la remise en cause de toutes les autorisations de mise sur le marché des OGM. Un séisme industriel, scientifique, idéologique, qui pourrait sonner le glas d’une époque.

Gilles Luneau (Global Magazine) lundi 5 mai 2014

Lire aussi : Les Faucheurs volontaires ont arraché près de Toulouse des OGM interdits

http://www.reporterre.net/spip.php?article5798

Lire la suite

05 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Il faut diviser par trois les émissions mondiales de gaz à effet de serre (reporterre)

refugees

Pour la première fois depuis trois millions d’années, la concentration de gaz carbonique dans l’atmosphère a dépassé durant un mois en continu, en avril, le seuil de 400 ppm. La ten- dance au réchauffement global s’aggrave. Pour la limiter, pour rester à un réchauffement limité à 2°C, il faut diviser les émissions mondiales par trois, explique le climatologue Hervé Le Treut.

L’information est passée presqu’inaperçue : l’atmosphère de la planète a passé en ce mois d’avril un cap géologiquement historique. Elle a connu durant un mois, pour la première fois depuis trois millions d’années, une concentration de gaz carbonique supérieur à 400 ppm (particules par million). Ce résultat est donné par un institut de recherche des Etats-Unis, la Scripps Institution of oceanography, qui tient un relevé régulier de cette concentration à Mona Laua, un observatoire situé dans le Pacifique, à Hawaï. Alors que les trois volets du nouveau rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sont parus, Reporterre a interrogé le climatologue Hervé Le Treut, directeur de l’Institut Pierre Simon Laplace.

Quelle idée générale tirez-vous de la publication des trois volets du rapport du GIEC cette année ?

Hervé Le Treut - Le premier mot est celui de confirmation. Le rapport confirme dans tous les secteurs de l’analyse les tendances qui avaient été envisagées pour certaines dès les années 1950, pour d’autres dans les années 1970. L’ordre de grandeur de ce réchauffement coïncide avec ce qu’envisageaient les modèles, tout comme des phénomènes telle que la fonte des glaciers, ou des impacts que l’on peut craindre sur le vivant et sur les systèmes hydriques. L’autre constat est qu’on continue à émettre des gaz à effet de serre et que le problème s’aggrave. L’alerte est plus forte, parce que les échéances se rapprochent.

Pour éviter l’aggravation de la situation, dit-on souvent, il faudrait diviser par deux les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2050.

Maintenant, diviser par trois.

Par trois ?

On émettait dans les années 1950 entre un à deux milliards de tonnes de carbone par an. Dans les années 1970, on a passé le seuil qui paraît raisonnable si on ne voulait pas susciter des dynamiques trop rapides dans le système climatique : trois ou quatre milliards de tonnes de carbone. On est arrivé en fin de siècle, lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992, à six ou sept milliards de tonnes de carbone. Nous en sommes aujourd’hui aux alentours d’une dizaine de milliards de tonnes de carbone. C’est une accélération très rapide, et les objectifs qu’on s’était donné il y a une quinzaine d’années sont maintenant dépassés.

Pour quel résultat faut-il diviser par trois les émissions d’ici 2050 ?

Une certaine stabilité du climat, dans la perspective de ne pas dépasser 2°C de réchauffement par rapport à l’ère pré-industrielle. C’est un objectif qui est une ligne de mire, même s’il y a des incertidudes à tous niveaux Il y a même des modèles qui disent que passé 2070 ou 2080, il faudrait avoir des émissions négatives.

Passer de dix milliards de tonnes de carbone en émissions annuelles à trois milliards en 2050, pour espérer rester à 2°C de réchauffement.

Ce sont des ordres de grandeur, mais c’est ça. Et ensuite, il faudrait encore diminuer jusqu’à ne plus émettre du tout. Ce sont des choses très difficiles à concevoir mais c’est une ligne de mire qui me parait très importante. On parle de diviser par trois les émissions, mais pour l’ins- tant, elles n’ont pas commencé à diminuer. Les négociations qui viennent doivent se concen- trer sur le premier pas dans cette direction, qui est de commencer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Il faut réussir à ce qu’un ensemble de pays le plus large possible com- mencent à diminuer leurs émissions le plus tôt possible. Parce qu’il y a un lien très fort entre le moment où cette diminution s’enclenchera et les efforts qu’on aura à faire par la suite.

Pourquoi ?

Parce qu’on n’a pas seulement un effet mécanique – plus on monte, plus il faut redescendre -, mais aussi plus on monte, plus on stocke du carbone qui reste longtemps dans l’atmosphère. Donc il faut enclencher la marche arrière le plus vite possible.

En tant que scientifique, vous lancez cette alerte, avec d’autres climatologues, depuis plus de vingt ans. N’êtes-vous pas parfois désespéré du manque de réaction apparente des sociétés ?

La situation pourrait être bien pire, beaucoup de pays se dotent de plans de réduction. Il se produit aussi une prise de conscience beaucoup plus large qu’il y a quelques années. Des pays comme la Chine qu’on critique beaucoup est un pays qui a mis en place un plan de maî- trise de sa démographie, qu’on peut critiquer sur le plan éthique, mais qui a sa pertinence par rapport au problème. C’est aussi un pays qui est conscient que son territoire est restreint, ses ressources limitées, des dégâts liés en termes de pollution atmosphérique, de la possibilité des cyclones. De même, les émissions des pays occidentaux n’ont pas beaucoup augmenté par tête d’habitant dans les dernières décennies, voire ont pu décroître dans certains pays. Mais ce qui augmente, c’est la part de la population mondiale qui veut avoir accès au type de déve- loppement dont on profite, elle est animée d’un désir extrêmement puissant, c’est là qu’est aujourd’hui le nœud du problème, combiné avec le fait qu’on n’a pas trouvé d’alternative suffisante en termes quantitatifs à l’usage des hydrocarbures.

On a discuté d’une limitation à 2°C, mais si on ne parvenait pas à limiter les émis- sions, le réchauffement global pourrait aller au-delà, vers 4° C et plus. Quelles seraient les différences entre un monde réchauffé à 2 °C et un monde à 4°C ?

On a beaucoup de mal à se projeter au-delà d’un changement climatique en continuité avec ce qu’on vit maintenant. Parce qu’il y a dans le système climatique beaucoup d’éléments de rétro- action qui ne sont pas pas bien connus, et qui vont se déclencher,ou pas, dans le cas d’un réchauffement plus fort. On sait que la température a des conséquences directes sur la fonte des glaciers et de la banquise arctique, qu’elle impacte la végétation continentale et le vivant en général. Les faunes et les flores devront migrer et aller vers les pôles pour trouver des tem- pératures optimales. Mais le déplacement est peut-être impossible assez rapidement à partir d’un certain seuil. Entre 2 et 4°C, on est dans cette frontière qui exclut la possibilité de migra- tions pour beaucoup d’espèces. Il y a par ailleurs une dynamique de l’atmosphère, avec la possibilité d’événements extrêmes, qui pourrait changer si le réchauffement est plus important.

Pouvez-vous quand même imaginer en quoi un monde à 4 ° C serait différent ?

Ce qui sera très différent, c’est la capacité à s’adapter. C’est surtout cette vitesse d’adaptation qui posera des problèmes très différents. On a vu dans un passé lointain des mondes plus chauds qu’aujourd’hui, ils étaient certainement habitables, il y avait des hommes partout sur la planète. Par contre, s’adapter à des changements aussi forts et encore plus sur une planète si densément peuplée, où on ne peut pas aller n’importe où, va nécessairement poser des problèmes beaucoup plus forts.

Des problèmes humains, des tensions ?

Je n’aime pas jouer au devin, mais on peut facilement imaginer qu’avoir des contraintes aussi fortes serviront de déclencheur à toutes sortes de tensions, conjuguées avec d’autres effets, sur la biodiversité, sur l’alimentation, etc. Il faut essayer de rendre le monde de demain le moins dangereux possible.

Propos recueillis par Hervé Kempf Entretien avec Hervé Le Treut lundi 5 mai 2014

http://www.reporterre.net/spip.php?article5805

Lire la suite

03 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Bové et greenpeace fauchent un champ d’ogm (jdd)

ogm_logo

Le candidat à la présidence de la Commission européenne, le député européen José Bové (EELV), a fauché vendredi un champ de maïs OGM près de Toulouse en compagnie de militants de Greenpeace.

Le Conseil d’Etat doit rendre une décision lundi quant à un arrêté pris par le gouvernement contre la culture de MON 810, du maïs transgénique de la firme Monsanto.

Plusieurs dizaines de faucheurs volontaires emmenés par le député européen José Bové ont arraché vendredi des plants de maïs transgénique dans un champ en Haute-Garonne, en présence de militants de Greenpeace. Les faucheurs avaient identifié une parcelle de 11 hectares située à Saubens, à une quinzaine de kilomètres au sud de Toulouse, récemment plantée selon eux de graines de MON 810, du maïs génétiquement modifié de la firme américaine Monsanto.

Tandis que les militants de Greenpeace déployaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: « OGM, Contamination en cours » ou « Un champ de trouvé, dix de cachés? », les faucheurs ont procédé à l’arrachage de plants encore jeunes pour les remplacer par des graines de maïs bio. « On intervient pour mettre en avant le fait que des agriculteurs, malgré la politique gouver-nementale et malgré le fait que 80% des Français ne veulent pas du maïs transgénique, sèment quand même des OGM pour passer en force », a expliqué à l’AFP un faucheur volontaire, Dominique Masset.

Selon les militants, la parcelle avait été plantée à la hâte et « en présence d’un huissier », quelques jours avant la parution au journal officiel le 15 mars d’un nouvel arrêté d’interdiction de la culture de MON 810 par le ministère de l’Agriculture. Le Conseil d’État, saisi en référé par l’Union française des semenciers et l’Association générale des producteurs de maïs (AGPM) qui contestent cet arrêté, doit rendre sa décision lundi. Mais, font valoir les faucheurs, quelle que soit la décision du Conseil d’Etat, la grande majorité de la population française est opposée à la culture de maïs OGM et l’Assemblée nationale a adopté mi-avril une proposition de loi interdisant la culture de maïs transgénique, qui doit encore être adoptée définitivement.

« Les semenciers, Monsanto en tête, essayent de passer en force » « En 2008, Nicolas Sarkozy avait dit: ‘On ne veut pas d’OGM pesticide dans les champs’. En 2012, quand François Hollande a été élu, il a dit: ‘Il n’y aura pas d’OGM pesticide dans les champs’. Les semenciers, Monsanto en tête, essayent de passer en force. C’est pour ça que les faucheurs sont ici aujourd’hui », a expliqué à la presse le député européen d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), José Bové.

Dans un communiqué, Greenpeace demande « au gouvernement la neutralisation de ce champ OGM, ainsi qu’une enquête approfondie sur les autres cultures potentiellement existantes sur le territoire ». Selon les faucheurs, deux parcelles au moins sont actuellement plantées de maïs transgénique, celle de Saubens et une autre dans un département voisin de Midi-Pyrénées. « Les deux champs sont sous surveillance. Si le gouvernement n’agissait pas comme on le veut, les deux parcelles seront neutralisées avant floraison, c’est-à-dire avant qu’elles puissent contaminer les autres champs », a averti José Bové. O.F. (avec AFP) – leJDD.fr vendredi 02 mai

 

http://www.lejdd.fr/Societe/Jose-Bove-et-Greenpeace-fauchent-un-champ-de-mais-OGM-664386

Commentaire: Comment finir en taule, juste pour vouloir faire respecter la loi!

Lire la suite

02 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Insécurité nucléaire: tous aux abris!

tintin

C’est le Président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) qui le dit en personne : la prétendue « sûreté » nucléaire française mérite 12 ou 13 sur 20, pas plus. Avec une telle médiocrité, on se demande bien par quel miracle il ne s’est pas encore produit un Fukushima français, mais ça ne saurait tarder.

On notera d’ailleurs la réactivité fabuleuse d’EDF qui tente de mieux protéger la centrale du Tricastin contre les inondations : « Ce chantier de 15 millions d’euros était exigé par l’Autorité de sûreté nucléaire après l’inondation de la centrale du Blayais (Gironde) qui aurait pu causer une catastrophe en 1999. » 15 ans plus tard, il était temps !

Autre mesure « rassurante » : un nouveau statut juridique pour les centrales nucléaires afin de punir plus sévèrement… les antinucléaires. Concernant les vrais risque, des exercices sont organisés mais  « Contrairement au précédent exercice, qui s’était joué un jour de brouillard, les militaires ont, cette fois-ci, pu compter sur l’apport indéniable de l’hélicoptère. ». En clair, les terroristes sont priés de ne pas passer à l’action les jours de brouillard ! Merci d’avance…

Autre plaisanterie : la nouvelle tentative française de faire fonctionner un surgénérateur de type Superphénix, cette fois sous le joli prénom d’Astrid, devra avoir une sûreté « au moins équivalente à celle de l’EPR ». L’EPR, ce réacteur tellement complexe et dépassé qu’EDF et Areva n’arrivent même pas à le construire !

On souhaite donc beaucoup de courage aux valeureux antinucléaires du Sud-Est qui vont marcher 300 kilomètres pour dénoncer les risques incommensurables causés par l’industrie nucléaire, en particulier au Tricastin, à Marcoule (site d’Astrid), à Cadarache, etc.

La sûreté nucléaire notée entre 12 et 13 sur 20 par le président de l’Autorité de sûreté !

AFP, 17 avril 2014 : http://bit.ly/1h61peg
Risque d’inondation : EDF réagit… avec 15 ans de retard !
Le Dauphiné libéré, 25 avril 2014 : http://bit.ly/1mLMlK1
Nouveau statut juridique des centrales nucléaires : contre… les antinucléaires
AFP, 17 avril 2014 : http://bit.ly/1kkCCXY
Attaques terroristes : pas les jours de brouillard svp !!!
La Dépêche du Midi, 18 avril 2014 : http://bit.ly/1hGqOiw
Gag : la sûreté d’Astrid doit être « au moins équivalente à celle de l’EPR » !
ASN, 17 avril 2014 : http://bit.ly/1lnTwG1
300 kilomètres pour dire stop au nucléaire
France Bleu, 25 avril 2014 : http://bit.ly/1rruR3r

Lire la suite

02 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Fukushima, encore et toujours (et pour longtemps) odn

Naoto-Matsumura1

Naoto Matsumura, surnommé « le dernier homme de Fukushima », vient de faire une tournée en Europe et particulièrement en France, intervenant dans de nombreux médias. Des voix se sont élevées contre cette initiative, craignant qu’elle ne laisse croire que l’on pouvait finalement vivre correctement en zone contaminée et que cela ne fasse le jeu de l’industrie nucléaire, susceptible de récupérer l’affaire à son profit.

Ces craintes étaient légitimes mais, grâce à l’excellent Blog de Fukushima, nous pouvons constater que ce risque a été évité. Il serait en effet bien surprenant que l’industrie nucléaire tente de « récupérer » un homme qui n’a de cesse de la dénoncer, de pointer ses mensonges, ses contaminations, qui a manifesté avec les vigies devant l’OMS (cf http://bit.ly/PMBDo8 ), etc.

Pour sa part, notre ami Olivier Cabanel publie sur Agoravox un de ces documents dont il a le secret, bourré de références, et qui démonte totalement le mythe ignoble que les pronucléaires tentent d’installer, à savoir que Fukushima aurait fait « zéro mort ».

Enfin, notons que le dénommé Tenzin Gyatso, connu pour occuper l’emploi de Dalaï-Lama, est un vieil imbécile qui s’est prononcé pour le nucléaire lors de son récent voyage au Japon. Il ne va toutefois pas jusqu’à proposer le stockage des déchets radioactifs à Lhassa : un manque certain de cohérence assez peu étonnant de la part du chef d’un système social et politique féodal.

A propos du « dernier homme de Fukushima »
Le Blog de Fukushima, 22 avril 2014 : http://bit.ly/QU6pMz
Fukushima, le mythe du « zéro morts »
Agoravox, 4 avril 2014 : http://bit.ly/1kkJX9X
Le Dalaï-Lama gravement irradié au Japon
Les Echos.fr, 22 avril 2014 : http://bit.ly/1twKGd1
Décryptage des manoeuvres du lobby nucléaire à Fukushima
Radio-Galère, 24 avril 2014 : http://bit.ly/1hM8a4A

http://www.observatoire-du-nucleaire.org

Lire la suite

02 mai 2014 ~ 0 Commentaire

De tchernobyl à l’epr, la france atomique au sommet du ridicule (odn)

rechauffement

Ce sont les experts ukrainiens qui le disent : « Nous savons déjà que les technologies nucléaires françaises ne sont pas trop bonnes, mais nous réalisons tout de même le projet Arche dont personne n’a besoin. ». Tchernobyl était déjà un drame effroyable alors, effectivement, pourquoi avoir laissé les français aggraver la situation ?

Les Finlandais sont tout aussi furieux : 10 ans après avoir commandé un EPR à la France, ils comprennent à quel point ils ont fait fausse route. Le réacteur devait entrer en service en 2009, or il est loin d’être terminé et la facture a été multipliée par 3… en attendant pire.

Nous avons à plusieurs reprises évoqué le cas désespéré du dénommé Bernard Bigot, grand chef incompétent du Commissariat à l’énergie atomique . C’est d’ailleurs justement parce qu’il est incompétent qu’il en est le chef, et bien entendu grassement rémunéré pour raconter des salades (radioactives).

Pour mémoire, après un terrible séisme au Japon en juillet 2007, votre Observateur du nucléaire préféré a débattu dans l’émission « C dans l’air » (France5) avec Bigot le bien nommé : ce dernier, tout de morgue et de suffisance, décréta que la sûreté nucléaire était parfaite au Japon, son contradicteur préconisant au contraire la fermeture immédiate de dizaines de réacteurs nippons pour éviter une catastrophe. Trois ans après, c’était Fukushima.

Mais les déroutes de Bigot le nigaud ne le découragent pas, bien au contraire : il réclame désormais 35 nouveaux réacteurs en France, bien qu’EDF et Areva se montrent incapables d’en construire un seul ! Guignol n’a qu’à bien se tenir…

Bigot doit néanmoins affronter la concurrence de deux autres zozos, Bernard Accoyer et Gérard Larcher, ex-présidents de l’Assemblée et du Sénat : dans une tribune publiée par l’Express, ils se prononcent pour le nucléaire ET pour les gaz de schistes. Pour « lutter contre le co2″ ET pour produire du co2. Plic et Ploc.

Tchernobyl: l’arche ne garantira pas la sécurité (expert ukrainien)
Ria-Novosti, 23 avril 2014 : http://bit.ly/QQgpHd
EPR : le quotidien finlandais de référence dénonce son coût exorbitant
Techniques-ingenieur.fr, 15 avril 2014 : http://bit.ly/QUSSo2
Gag : le grand schtroumpf du Commissariat à l’énergie atomique veut 35 réacteurs
Industrie-techno.com : 10, avril 2014 : http://bit.ly/1loe8y3
Accoyer et Larcher: non à la réduction du nucléaire, oui à la recherche sur le gaz de schiste AFP, 29 avril 2014 : http://bit.ly/1fMm72A

http://www.observatoire-du-nucleaire.org

Lire la suite

02 mai 2014 ~ 0 Commentaire

Combat antinucléaire gagnant à taïwan (odn)

Combat antinucléaire gagnant à taïwan (odn) dans Ecologie & climat
Manifestation antinucléaire massive à Taïwan

Dès février 2013, dans notre revue hebdo n°39, nous évoquions la situation à Taïwan et en particulier le sort du peuple Tao qui reçoit en « cadeau », sur l’île des Orchidées, les déchets nucléaires. C’est donc avec plaisir que nous avons entendu ces jours-ci un excellent reportage de France-info sur ce sujet précis. 

Par ailleurs, la mobilisation antinucléaire ne faiblit pas, par exemple les étudiants ont carrément occupé le Parlement pendant 24 jours. Les pronucléaires se sont encore signalés par leur bêtise, en particulier un député chauffard, mais aussi la police qui a tapé sur des journalistes pris pour de « vulgaires » manifestants (cf http://bit.ly/1ko9jDE ).
A propos de répression, signalons le cas emblématique de Lin Yi-hsiung, en grève de la faim à 73 ans, qui lutte depuis si longtemps contre le nucléaire au prix de conséquences terribles : il a été torturé, sa mère et deux de ses filles ont été assassinées en 1980. Finalement, les courageux manifestants ont obtenu le gel du chantier d’une centrale nucléaire, commencé en 1999 (!), en attendant un éventuel référendum qui leur donnerait inévitablement raison. A suivre…
Taïwan : le combat du peuple Tao contre le nucléaire
France-Info, 11 avril 2014 : http://bit.ly/1m46Az5
La course folle d’un manifestant taïwanais sur la voiture d’un député pronucléaire
France 24, 28 avril 2014 : http://f24.my/1kfUWji
Grandes manifestations antinucléaires à Taïwan
AFP Vidéo, 27 avril 2014 : http://bit.ly/1kn6eUq
Militer contre le nucléaire à Taïwan : tortures, assassinats et grèves de la faim
RTI.org, 28 avril 2014 : http://bit.ly/1iwVM8z
Taïwan: les anti-nucléaires obtiennent le gel du chantier d’une centrale
AFP, 28 avril 2014 : http://bit.ly/1ryUnnx

Lire la suite

02 mai 2014 ~ 1 Commentaire

Le scandale de la voiture électrique-nucléaire (odn)

Le scandale de la voiture électrique-nucléaire (odn) dans Ecologie & climat

Voiture électrique, voiture nucléaire 

Prenons tout de suite les devants : il ne s’agit pas de faire la promotion de la voiture thermique (essence ou diesel), elle-même une calamité environnementale. Ni d’ «interdire» de se déplacer, à condition toutefois de ne prendre sa voiture que lorsqu’on ne peut faire autrement.

Il s’agit par contre d’affirmer haut et fort que la voiture électrique est, elle aussi, terriblement polluante, de contester les publicités la faisant passer pour un véhicule «propre» ou « écologique », et de dénoncer la compromissions de divers élus qui offrent l’espace et l’argent public à la mafia de la voiture électrique et nucléaire.

Le problème pour cette mafia est qu’il n’y « pas assez de bornes de recharge » pour que le nombre de voitures électriques décolle, et réciproquement. Alors, l’argent public est en passe d’être massivement capté pour développer un réseau de bornes de recharge et permettre ainsi aux constructeurs automobiles et multinationales de l’énergie de faire leur business.

Mme Frédérique Massat ressemble à une députée, elle siège même à l’Assemblée nationale, mais elle n’est en fait qu’un pion avancé de la mafia de la voiture nucléaire. Elle a publié un rapport parlementaire et une proposition de loi en ce sens, de toute évidence en recopiant la propagande mensongère des industriels.

La Région Haute-Normandie se signale pour sa part en ajoutant 5000 euros au bonus prétendument « écologique » de 6300 euros déjà offert par l’Etat pronucléaire aux bobos qui s’offrent une voiture électrique, ou plutôt qui se la font offrir par l’argent public.

Les édiles de Paris, Lyon et Bordeaux ont, eux, offert l’espace public à la multinationale polluante Bolloré pour installer ses Bluecar (respectivement Autolib, BlueLy, BlueCub) : une incroyable main-basse su la ville basée sur un énorme mensonge : pour une voiture électrique, 7 à 10 voitures devaient disparaître de la ville. En réalité, il n’y a aucune voiture en moins et, pire, ce sont surtout des utilisateurs de transport en commun qui sont captés par Bolloré !

Face à ce scandale inouï, l’Observatoire du nucléaire s’est levé et a contraint dans un premier temps les constructeurs à rectifier leurs publicités mensongères. Ensuite, les citoyens sont invités à se rebeller et à débrancher les voitures électriques en charge sur l’espace public : à bon entendeur !

Frédérique Massat, une députée au service de la mafia électrique
Rapport, 15 avril 2014 : http://bit.ly/1nNo8jT
Proposition de loi, 15 avril 2014 : http://bit.ly/1iljODj
Bornes de recharge : une proposition de loi présentée le 6 mai prochain
Breezcar, 16 avril 2014 : http://bit.ly/1fzHT9D
La Haute-Normandie offre l’argent public à la mafia de la voiture nucléaire
Le Figaro, 2 avril 2014 : http://bit.ly/1pTEHKE
« On a raté l’objectif : Autolib’ ne supprime pas de voitures »
Le Monde, 26 mars 2013 : http://bit.ly/1jdt956
L’Observatoire du nucléaire contraint BlueCub à modifier ses publicités
Observatoire du nucléaire, 3 avril 2014 : http://bit.ly/1nyGPuy
Stéphane Lhomme appelle à débrancher les Autolib, BlueLy, BlueCub
France3, 8 avril 2014 : http://bit.ly/1hr2eU3

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin