Archive | Ecologie & climat

10 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

azf, un crime total (npa 3)

azf, un crime total (npa 3) dans Ecologie & climat azf-manif-contre-total_nouvelobs.1243258855

Le 21 septembre 2001 survient, sur le site Grande-Paroisse (AZF) de Toulouse, la plus grave catastrophe industrielle de notre temps en France, dans une usine qui fabrique des engrais azotés (nitrate d’ammonium) et où travaillent 460 salariéEs à statut Grande-Paroisse (une filiale de Total).

L’explosion a fait 31 morts (dont 21 salariés AZF et sous-traitants), des dégâts à plusieurs kilomètres à la ronde : 77 000 déclarations de sinistre dont 10 000 dommages corporels, 25 000 logements touchés, 59 écoles, 1’hôpital, des usines voisines, etc.

Immédiatement relayé par les médias, Total invoquera la piste terroriste, on est 10 jours après le 11 septembre. La direction du groupe fera tout du premier jour jusqu’à la fin du procès pour embrouiller l’enquête et la justice : les hypothèses les plus farfelues ont été avancées, de l’arc électrique à la chute d’une pièce d’aéronef en passant par la météorite… Et aujourd’hui encore, Total conteste l’accident chimique dû au mélange de produits incompatibles.

Les patrons ont organisé l’omerta. Soit la version «on se sert les coudes»: ause extérieure car les usines sont forcements irréprochables en matière de sécurité… Soit la version  taisez vous sinon l’usine va fermer » : comme souvent, ce chantage à l’emploi va marcher auprès des salariés et des syndicats. Et les militants qui oseront parler, dans mais surtout en dehors de l’usine, seront montrés du doigt comme voulant fermer l’usine.

Grande-Paroisse condamnée, mais Total s’en sort Les expertises et enquêtes décidées par des organisations CGT, ont démontré que la catastrophe était due à la mauvaise gestion des rebuts engrais explosifs, à l’organisation du travail et à la sous-traitance qui a amené à mélanger des produits incompatibles.

Les patrons ont bien essayé de fausser le procès pour semer le doute, en faisant intervenir des experts plus ou moins farfelus. Ils ont utilisé tous les moyens pour échapper à la justice, avec même des discours des plus nauséabonds, y compris racistes, contre un intérimaire.

Tout a été fait pour cacher la vérité. Le premier procès s’est conclu par une relaxe générale des prévenus «au bénéfice du doute» qui a été ressentie comme un véritable déni de justice par les parties civiles. Le parquet, la CGT, le CE d’AZF Toulouse et les associations de victimes ont fait appel.

Le second procès, qui a débuté le 3 novembre 2011, a permis aux militantEs CGT, partie civile contre Total, et aux associations, de se rapprocher, de créer des liens pour faire condamner la société Grande-Paroisse (propriétaire de l’usine) et son directeur. Mais malheureusement, Total et son patron ont échappé à la condamnation.

Malgré ce verdict, les mêmes politiques de désorganisation du travail sont menées sur ces sites à risque avec les mêmes conséquences pour la sécurité, la santé des salariéEs et des populations. En 2009, année du premier procès, 5 salariés du groupe Total en France ont perdu la vie en essayant de la gagner, et à chaque fois, les directions de site ont désigné les victimes comme responsables de leur mort. CorrespondantEs

http://npa2009.org/arguments/totalement-capitaliste

Lire la suite

10 novembre 2014 ~ 1 Commentaire

100 % françafrique (npa 4)

100 % françafrique (npa 4) dans Altermondialisme 1817739_6_2801_ebiowei-48-ans-transporte-un-bidon-vide-pour_0e18107fe014f520ae324479ba99959c
La puissance de Total s’est construite grâce à la politique impérialiste de la France en Afrique…

Après la Seconde Guerre mondiale, de Gaulle savait que les indépendances des pays étaient inéluctables. Il confie donc à Foccart le soin de préparer ce change- ment politique sans altérer les intérêts de Paris. La question de l’énergie est une importance stratégique. Ainsi, deux activités vont être sous surveillance: le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) qui lancera en 1983 Areva, et le Bureau des recherches de pétrole, ancêtre d’Elf Aquitaine.

Et quand on parle de surveillance, le mot n’est pas trop fort puisque la gestion du CEA sera confiée à Raoul Dautry, ancien ministre de l’Armement, et, pour le pétrole, Pierre Guillaumat, ancien ministre des Armées, puis en charge du contre-espionnage… Dès le début, Elf se comportera en bras armé et financier occulte de la diplomatie française, ne reculant devant aucun coup tordu. Elle financera la guerre du Biafra, puis celle du Congo Brazzaville en armant les deux camps. Elle soutiendra les pires dictatures de l’Afrique, et se révélera une formidable machine à corrompre, participant sans rechigner le moins du monde aux financements des partis de droite puis de gauche en France.

Ces millions proviennent du pillage des sous-sols africains comme l’explique Loïk Le Floch-Prigent ancien PDG d’Elf : « Imaginez… Là-bas, le pétrole est trouvé très bon marché, il sort à 3-4 dollars. Et il est revendu à 80 » (1). C’est ce qui permettra à Total d’être le géant pétrolier absorbant la société Elf, éclaboussée par le plus grand scandale politico-financier de la Ve République.

Nouvelle entreprise, vieilles pratiques douteuses Avec Total, nous sommes toujours dans l’opacité financière, avec une kyrielle de sociétés dont certaines sont basées dans les paradis fiscaux, moyen idéal pour mettre en place des politiques de corruption.

En effet, de graves soupçons pèsent sur Total. Après avoir versé 400 millions de dollars pour mettre fin à l’enquête des USA sur la corruption en Iran, de nou- velles affaires sont évoquées. En Libye, pour des versements de commissions à de hauts dignitaires à l’époque de Kadhafi (2). Au Cameroun, accusé de soudoyer le directeur général de la Société nationale des Hydrocarbures (3). En Algérie, il s’agit de surfacturation pour faire sortir les devises du pays (4). Nuhu Ribadu, l’ancien patron de l’agence nigériane anti-corruption, révèle notamment ce que le pays a perdu: «29 milliards de dollars à cause de prix inférieurs à ceux du marché dans la vente de gaz à la compagnie NLNG, dont Shell, Total, ENI et la société nationale de pétrole NNPC sont actionnaires» (5).

Une exploitation dangereuse pour l’environnement Si pour l’instant, le lobby de Total en France n’arrive pas à infléchir les politiques sur l’exploitation du pétrole non conventionnel, comme l’huile de schiste, Total s’en donne à cœur joie à Mada- gascar, un des pays les plus pauvres de l’Afrique. Pour son malheur et celui de la population, il possède un des plus grands gisements de sables bitumineux. Le permis d’exploitation est détenu par la société Madagascar Oil Ltd. Total en a acquis 60 % suite aux interventions de Sarkozy en 2008 auprès de l’ex-président Ravalomanana (6).

Comme à son habitude, l’entreprise Total va profiter de la faiblesse de l’État pour entreprendre une exploitation extrêmement néfaste pour l’environnement, avec des effets catastrophiques pour les populations aux alentours, comme elle le fait déjà au Nigeria dans la région du delta du Niger. Avec ses comparses Shell et ANI, notre major française a transformé cette magnifique région en une immense zone de marée noire, où toute activité vivante a disparu. Les habitantEs de cette région, après une terrible répression, n’ont pu s’opposer à la pollution liée aux activités de ces compagnies qui continuent impunément.

Enfin, Total mène des opérations de prospection gazière et pétrolière au large du Sahara occidental, en accord avec le Maroc qui occupe illégalement ce territoire, se rendant ainsi complice de la politique colonialiste. Bref, Total c’est en quelque sorte la quintessence de la Françafrique. Paul Martial

http://npa2009.org/arguments/totalement-capitaliste

Lire la suite

09 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

birmanie: dictature et désastres environnementaux (npa 5)

All-is-stable-now-in-Burma1

*
Une entreprise qui convoite l’exploitation des ressources pétrolières et gazières de par le monde a besoin de stabilité pour faire ses affaires : ni guerre ni troubles sociaux. Lors d’une interview en avril 2014, Christophe De Margerie déclarait : « Tout le monde veut de l’énergie propre, mais on ne veut pas souvent en payer le prix… ». Il parlait du coût financier bien sûr… mais également des questions géopolitiques. Les liens de Total en Birmanie en sont un bon exemple.

Ce pays est un des plus riches du monde en ressources naturelles diverses. Ses réserves en hydrocarbure sont faibles par rapport à celle de l’ensemble de la planète, mais elles arrivaient en première place, dans les revenus en devises du pays, pour entretenir l’armée et les politiciens corrompus. Total a donc été le partenaire principal et la première source de revenus de la junte militaire jusqu’en 2011.

Au prétexte des conflits ethniques et indépendantistes, non seulement Total confiait la sécurité de son personnel et de ses installations à l’armée, mais de 1995 à 1998, elle s’est appuyée sur les forces armées birmanes qui ont littéra- lement mis en esclavage une partie de la population locale pour la construction terrestre du gazoduc de Yadana jusqu’à la Thaïlande.

Mis en cause en France suite à une plainte de travailleurs birmans en 2002, le groupe pétrolier a finalement bénéficié d’un non-lieu en 2006 pour des raisons de procédure, alors que la justice avait reconnu la réalité du travail forcé. En octobre 2007, en pleine répression des mouvements pro-démocratiques en Birmanie par les militaires, de Margerie réitérait : « Ce pétrole, on est bien obligé d’aller le chercher là où il est. Ce serait plus simple s’il y en avait au Club Med ! »

Les affaires restent les affaires Aung San Suu Kyi, opposante célèbre, Prix Nobel de la Paix et désormais élue au parlement, a déclaré en 2012 n’avoir aucune intention de demander à Total de quitter son pays. Dans une Birmanie en pleine transition démocratique, si de nombreux prisonniers politiques ont été libérés, certains sont toujours en prison en raison de leurs activités politiques, leur origine ethnique ou leur religion, et d’autres continuent d’être arrêtés. Les autorités exproprient les paysans des terres convoitées pour des projets d’extraction et déplacent des villages.

Le groupe, qui se veut socialement responsable comme c’est à la mode dans les entreprises aujourd’hui, a créé un site Web spécialement dédié à ses activités en Birmanie afin de répondre à ses détracteurs. Il met en avant ses actions dans le domaine du développement socio-économique local… Total cherche à cacher le désastre environnemental et l’accaparement de terres que provoquent ses projets pétroliers et gaziers.

Ainsi, pour son implantation en terre Egi au Nigeria, Total, qui fait partie des nominés, va-t-elle cette année remporter le « Prix Pinocchio » décerné par l’association écologique les Amis de la Terre ? Christine Schneider

http://npa2009.org/arguments/totalement-capitaliste

Lire la suite

08 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

rémi fraisse: manifestation le 8 novembre (essf)

604sivens-tt-width-604-height-416
Mort pour avoir manifesté au Testet, halte aux violences policières

Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens lors de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d’opposants au barrage. Il a été tué par l’explosion d’une grenade offensive de la gendarmerie

Ce drame n’est pas un accident, il est le résultat de plusieurs mois de violences policières croissantes envers les opposant-e-s pour imposer un projet inutile dont la pertinence est aujourd’hui même remise en cause par un rapport d’experts: trop coûteux, ne répondant pas aux besoins réels, entrainant des dégradations et destructions environnementales sans prise en compte des solutions alternatives possibles et existantes.

La répression à laquelle ont fait face les opposants au barrage, n’est pas isolée. De peur de voir se multiplier les résistances et les alternatives comme à Notre-Dame-des-Landes, le gouvernement crée un climat de violences et de cri- minalisation des mouvements sociaux et écologiques. Des dizaines de syndi- calistes ont été poursuivis suite à des grèves, mardi dernier encore des militants ont été condamnés par la justice pour avoir contesté la ferme des 1000 vaches.

Un jeune manifestant de 21 ans est mort. Cet acte ne peut rester sans réa- ction. Dans plusieurs villes, nombreux sont ceux qui ont voulu exprimer leur indignation face à cet acte horrible, défendre notre droit à manifester, à résister aux politiques qui vont à l’encontre des intérêts de la majorité de la population. Là encore, le pouvoir politique a répondu par la répression en interdisant des rassemblements ou manifestations.

Jeudi 6 novembre des milliers de lycéens de la région parisienne ont manifesté sans incidents exigeant la vérité sur la mort de Rémi et l’arrêt des violences policières.

Dans une tentative de pseudo dialogue, Ségolène Royal affirme à la fois son soutien au maintien d’un projet au Testet et à un modèle agricole dépassé des- tructeur d’emplois et de l’environnement. Elle a aussi appelé «à l’évacuation du terrain, site d’une occupation illégale»! A ces déclarations s’ajoute le propos de Manuel Valls qui rappelle que «la détermination de l’Etat à voir le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes se réaliser est intact».

Nous, organisations signataires de cet appel, ne renoncerons pas face aux menaces et aux violences policières. Nous appelons à l’amplification des mobilisations et demandons :

  • L’arrêt immédiat des travaux et l’abandon définitif du projet de barrage et de tous les projets inutiles.
  • Que toute la vérité soit faite sur les circonstances de la mort de Remi Fraisse. Il faut établir les responsabilités à tous les niveaux.
  • Nous voulons faire cesser la politique répressive du gouvernement. Aujourd’hui c’est un manifestant qui a été tué mais nous rappelons que les violences policières font fréquemment des victimes notamment dans les quartiers populaires.

Manifestons tous et toutes ensemble samedi 8 novembre 2014 à 14h Bastille

Organisations signataires :

Attac, Les Amis de la Terre, Les Alternatifs, Alternative Libertaire (AL), Ensemble, Europe Écologie Les verts Île de France, Europe Écologie Les Verts, Fédération Anarchiste (FA), Les Jeunes Écologistes, Mouvement des Objecteurs de Croissance (MOC), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti Communiste Ouvrier de France (PCOF), Parti de Gauche (PG), Union Syndicale Solidaires.

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article33463

Lire la suite

08 novembre 2014 ~ 1 Commentaire

il y a 10 ans, mourrait sébastien briat (odn)

il y a 10 ans, mourrait sébastien briat (odn) dans Ecologie & climat SebastienBriatAvricourt

Sébastien Briat

Le 7 novembre 2004, en manifestant contre un transport ferroviaire de déchets nucléaires, le jeune Sébastien Briat était happé par le train et décédait.

Il reste dans nos mémoires au même titre que Vital Michalon, tué par une grenade de la police le 31 juillet 1977 en manifestant contre la construction du surgénérateur Superphénix. Ils ont été rejoints dernièrement, dans un combat différent mais finalement très similaire, par Rémi Fraisse, tué lui aussi par un grenade lancée par les forces dites de l’ «ordre». Cette revue de presse leur est dédiée.

L’Observatoire du nucléaire attaqué par Areva :procès en appel le 19 novembre à 13h30 à Paris

Dossier « Procès d’Areva contre l’Observatoire » : http://bit.ly/1bmR5yV

Vous trouverez le résumé de cette édifiante affaire ci-dessous et plus encore sur notre site web. Ce qui est certain, c’est que le géant Areva va tenter de faire disparaître le minuscule Observatoire du nucléaire qui, de toute évidence, représente un grand danger pour la multinationale de la contamination, du mensonge et de la corruption.

Les citoyens de région parisienne sont invités à un Rassemblement de soutien à 13h devant le Tribunal, 4 boulevard du Palais, métro Cité. Le procès aura ensuite lieu à 13h30, l’entrée de la Cour d’appel étant au 34 quai des Orfèvres (évitez le 36, vous y seriez en grand danger !).

Observatoire du nucléairehttp://www.observatoire-du-nucleaire.org

Lire la suite

08 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

le nucléaire français ridiculisé par la «drone de guerre» (odn)

3JohnCole-Scranton_MercuryNews

Et une reconnaisance du Père Nöel?

Si une équipe de télé veut vous interviewer devant une centrale nucléaire, les gendarmes se précipitent et menacent de confisquer les caméras : « on ne filme pas la centrale ».
Par contre, des drones munis de caméras (en attendant que ce soient des bombes) entrent dans les centrales, filment la configuration du site jusqu’au moindre détail, et repartent tranquillement. EDF et les «autorités» françaises étalent leur impuissance, leur incapacité à assurer la « sécurité » et en sont réduites à prétendre, contre toute évidence, que ces survols « ne mettent pas en danger les centrales« . Une fois de plus, comme à propos des chantiers catastrophiques des réacteurs EPR en Finlande et à Flamanville, l’industrie nucléaire française est la risée du monde entier. Hélas, le ridicule ne tue pas…
Drones : l’Observatoire du nucléaire au JT de 20h de France2
France2, 30 octobre 2014 : http://bit.ly/1xjbWfg 

Drones : l’Observatoire du nucléaire au JT 19:45 de la 6
M6, 30 octobre 2014 : http://bit.ly/13Mv9x5

« Il faut fermer les centrales le plus vite possible »
FranceBleu, 30 octobre 2014 : http://bit.ly/1y8OmSB

Salon du nucléaire… et des pompes funèbres !

Nous alertions le mois dernier sur le «Bourget du nucléaire», un salon sensé célébrer le supposé renouveau de l’industrie atomique, ce que nous contestions formellement en assurant au contraire qu’il s’agissait des « derniers soubresauts d’une industrie finissante ».

Et, effectivement, cette « salonade » s’est transformée en chemin de croix pour les nucléocrates : quasiment aucun contrat signé, et une ambiance dépressive, ponctuée par l’annonce du débarquement du PDG d’EDF.

Commentaire d’un sous-traitant d’EDF recueilli par l’Usine nouvelle: «Nous risquons de montrer une fois de plus que la filière française est désorganisée alors que précisément le WNE avait pour but de montrer l’alignement des acteurs de la filière tricolore!». Et encore, c’était avant le déclenchement de la « drone de guerre»!

A propos de ridicule, on notera la construction pour rien d’un internat près d’une centrale nucléaire: malgré le bourrage de crânes permanent réalisé sur les élèves avec la collaboration de la hiérarchie de l’Éducation nationale, trop peu d’enfants ont décidé de sacrifier leur santé et leur avenir…

Défilé fin de règne au salon du nucléaire
Politis, 16 octobre 2014 : http://bit.ly/10z3DBd

Le Bourget du nucléaire boude l’annonce du nouveau PDG d’EDF
Usine nouvelle, 15 octobre 2014 : http://bit.ly/1uAm3ig

Un internat à 430.000 euros pour rien
L’union, 11 octobre 2014 : http://bit.ly/10Yertw

Réacteurs fissurés (suite)

Nous avons souvent évoqué l’affaire des réacteurs belges aux cuves fissurées, situation aussi ridicule que dangereuse et qui fait peser sur le plat pays un véritable risque de pénurie, ce qui démontre une nouvelle fois qu’un pays nucléarisé est continuellement sous la menace de mauvaises surprises.

Bien sûr, EDF ne pouvait manquer de se joindre au festival. Outre les fissures déjà connues sur les réacteurs français, qui continuent néanmoins à fonctionner, on note aussi des fissures dans la cuve d’un réacteur détenu par EDF en Écosse. En attendant de nouvelles révélations…

Des fissures trouvées sur la cuve d’un réacteur d’EDF en Écosse
Courrier international, 7 octobre 2014 : http://bit.ly/1x8UElS

Les cuves nucléaires d’EDF dans le viseur de Thierry Gadault
La Lettre A, 2 octobre 2014 : http://bit.ly/1x8VyPl

Observatoire du nucléairehttp://www.observatoire-du-nucleaire.org

Lire la suite

08 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

scoop: edf n’aime pas les énergies renouvelables (odn)

capsizun_600

Excellente enquête de Reporterre qui montre comment EDF tente par tous les moyens d’empêcher l’île de Sein de de venir autonome sur le plan énergétique. Non pas que la quantité d’énergie en jeu soit massive, mais EDF craint énor- mément que l’île de Sein ne donne des idées à d’autres collectivités, et pas forcément insulaires…

Pendant ce temps, même si elle n’est pas subitement devenue raisonnable et sobre, l’Allemagne poursuit méthodiquement son programme de sortie du nucléaire et de développement des énergies renouvelables. Les ricanements des nucléocrates s’estompent peu à peu, laissant place à l’effroi : bientôt, la population française comprendra dans quelle impasse elle a été dirigée par le lobby atomique…
La bataille de l’Île de Sein contre EDF pour l’autonomie énergétique
Reporterre, 3 octobre 2014 : http://bit.ly/1s8T0eT

Transition énergétique : fantasmes français, réalité allemande
LeMonde.fr, 7 octobre 2014 : http://bit.ly/1zci3pH

Risques nucléaires « ordinaires »…

Chaque jour, un peu partout en France, des matières nucléaires sont transportées en camions et en trains, mettant en danger la population. De même, d’innom- brables sites nucléaires irradient et contaminent impunément leur environnement. Et encore, il ne s’agit là que du fonctionnement «ordinaire» de l’industrie nucléaire, en dehors des incidents et autres accidents. C’est dire.

« Stop EPR, ni à Penly ni ailleurs » veut sensibiliser aux risques des transports nucléaires
Paris-Normandie, 16 octobre 2014 : http://bit.ly/1xiNDOv

Site de Comurhex : la CRIIRAD montre les failles
LaDépêche, 20 octobre 2014 : http://bit.ly/1ppVJWC

Le flop de la voiture électrique (suite)

Malgré un battage permanent, le mondial de l’auto, et des publicités TV omniprésentes de Renault pour sa Zoé radioactive (instrumentalisant même un pauvre gamin), les ventes de voitures électriques sont restées infimes en octobre : 0,67% du total. Il paraîtrait que la campagne d’information de l’Observatoire du nucléaire n’y serait pas pour rien…

Auto électrique : la grande arnaque
Reporterre, 4 octobre 2014 : http://bit.ly/1D2BZLi

Transition énergétique : le mythe de la voiture électrique
Politis, 9 octobre 2014 : http://bit.ly/1y8ghlA

La voiture électrique, pas si écolo !
France5 : http://bit.ly/1qkD2hJ

Observatoire du nucléairehttp://www.observatoire-du-nucleaire.org

Lire la suite

08 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

fukushima, tchernobyl (odn)

Sans titre 1

Sortie du livre/dvd « TCHERNOBYL FOREVER »
Enfants de Tchernobyl Belarus : http://bit.ly/1tgnRX8

La présentation de ce livre/dvd aura lieu vendredi 14 novembre 2014 lors d’un événement public organisé de 15h à 21h à la Mairie du 2ème arrondissement de Paris que le Maire, Jacques Boutault, met gracieusement à disposition des associations Photographisme et Enfants de Tchernobyl Belarus pour l’occasion, en présence d’Alexey Nesterenko de l’Institut Belrad.

Fukushima : les habitants interdisent l’entreposage de déchets radioactifs
Vivre-apres-fukushima.fr, 26 octobre 2014 : http://bit.ly/10rVUob

Comme tous les mois depuis le lancement de cette revue de presse, et pour quelques centaines de milliers d’années à venir, il nous faut rappeler que le 26 avril 1986 et le 11 mars 2011 ne sont que les dates de début des catastrophes de Tchernobyl et Fukushima.

Des millions de gens vivent aujourd’hui encore dans les zones contaminées d’Ukraine et Biélorussie, et il faut saluer l’action courageuse et opiniâtre de l’association « Enfants de Tcherbobyl-Bélarus », longtemps soutenue par la regrettée Solange Fernex.

Près de Fukushima, des habitants se mobilisent pour refuser l’entreposage chez eux de centaines de milliers de tonnes de déchets contaminés. Les autorités japonaises avaient pourtant trouvé logique de leur en faire cadeau : après tout, lorsqu’une région est déjà irradiée, pourquoi ne pas en profiter ?

Areva attaque l’Observatoire du nucléaire
Procès en appel au Tribunal de Paris
13h30 – Mercredi 19 novembre 2014

Rassemblement de soutien à 13h devant le
Tribunal, 4 boulevard du Palais, métro Cité

RAPPEL:Vous pouvez aider l’Observatoire du nucléaire :

http://observ.nucleaire.free.fr/proces-areva-souscription.htm

Lire la suite

06 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

la planète brûle, hollande rajoute du pétrole!

fourm

Le cinquième rapport du GIEC sur le climat qui vient d’être rendu public est plus alarmant que le quatrième, qui lui-même était plus inquiétant que le troisième, qui…

Rien d’absolument nouveau, seulement la confirmation de la catastrophe. La poursuite des politiques menées ces vingt dernières années aboutira à l’aug- mentation de la température d’ici 2100 entre 3,7 et 4,8 °C – et jusqu’à 7,8 °C en tenant compte de l’incertitude climatique.

La combustion des combustibles fossiles: gaz, charbon, pétrole, est l’arme du crime social et écologique perpétré sous nos yeux. Le système capitaliste est le criminel avec sa logique de «toujours plus»: toujours plus d’énergie, toujours plus de marchandises, toujours plus de transports pour toujours plus de profits.

Tous les chiffres sont là, incontournables! Pour avoir une chance de ne pas dépasser 2 °C de réchauffement en 2100, ce qui ne permettrait que de contenir l’élévation du niveau des mers à une quarantaine de centimètres au-dessus du niveau actuel (!), 80 % des réserves connues de combustibles fossiles doivent rester sous terre et ne jamais être exploitées.

Que fait Hollande qui se pique d’organiser dans un an le sommet climat COP21? Il choisit de visiter la province d’Alberta au Canada, champion mondial du pétrole sale, extrait des sables bitumineux en sacrifiant la forêt boréale et les popu- lations autochtones, en souillant terres et fleuves, en empoisonnant l’atmosphère.

Mais il n’y va pas pour admirer le paysage, plutôt en agent commercial de Total. Son message est clair: «Je souhaite que la France puisse continuer à mettre en valeur les immenses richesses du Nord-Ouest canadien, que ce soit dans les techniques d’exploitation, de transformation, d’acheminement des hydrocarbures ou que ce soit dans la construction d’infrastructures».

Il ne sauve même pas les apparences ! Sa justice criminalise celles et ceux qui se mobilisent contre les grands projets productivistes destructeurs du climat et de la planète, sa police les brutalise et assassine Rémi. Ce gouvernement est autant l’ennemi du climat et de l’environnement que des exploitéEs et des oppriméEs. C’est aussi contre lui que nous devons construire une mobilisation puissante pour changer ce système, pas le climat ! Christine Poupin Mercredi 5 Novembre 2014

 

Lire la suite

06 novembre 2014 ~ 0 Commentaire

rémi fraisse: entre 15 et 20 lycées bloqués par des manifestants (jdd)

L'entrée du lycée Ravel, à Paris, bloqué par des élèves, jeudi 6 novembre.

Protestant contre les violences policières, dix jours après la mort de Remi Fraisse, des lycéens ont bloqué jeudi matin les portes de leurs établissements à Paris. Entre 15 et 20 lycées sont concernés.

Entre 15 et 20 lycées sont touchés à Paris par un mouvement de protestation lié à la mort de Rémi Fraisse, selon les informations de BFMTV. Sur Twitter, des photos de lycées bloqués circulent depuis le début de la matinée.(…)

Le mouvement a été initié par le MILI (Mouvement Inter Luttes Indépendant). Les organisations syndicales classiques comme l’UNL et la Fidl n’ont pas suivi l’appel. Une manifestation doit avoir lieu à 11 heures, place de la Bastille à Paris. (…)

http://www.lejdd.fr/Societe/Remi-Fraisse-entre-15-et-20-lycees-bloques-par-des-manifestants-699026

 

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin