Archive | Ecologie & climat

03 mai 2013 ~ 0 Commentaire

Areva exporte le risque nucléaire en Turquie (Sdn)

Areva exporte le risque nucléaire en Turquie (Sdn) dans Ecologie & climat marmara

Construire une centrale nucléaire dans un pays sujet à de violents séismes ? C’est le projet d’Areva, qui va signer demain un contrat pour la construction de quatre réacteurs Atmea en Turquie.

Areva exporte le risque nucléaire en zone sismique

Selon le quotidien Nikkei, Areva et le japonais Mitsubishi Heavy Industry ont remporté un gros contrat, qui doit être signé vendredi 3 mai, pour la construction d’une centrale nucléaire à Sinop, au bord de la Mer Noire. Déjà sensiblement touchée par les retombées de l’accident de Tchernobyl [1], cette région n’est pas à l’abri du risque sismique [2]. Après avoir vendu le combustible MOX qui a fondu dans le réacteur n°3 de Fukushima et fortement contribué à la contamination au plutonium du Japon, l’entreprise française souhaite-t-elle être complice d’un nouveau désastre si un fort séisme survient en Turquie ? Cela ne semble pas inquiéter Areva, qui projette aussi de construire des réacteurs EPR en zone sismique en Inde.

Flop en série pour les réacteurs d’Areva ?

Areva propose d’ailleurs à la Turquie des réacteurs Atmea, un modèle qui n’a encore jamais été construit. Faut-il y voir une confirmation que l’EPR, trop cher, trop complexe et sujet à de nombreux défauts, fait désormais honte à Areva pour qu’elle propose à la Turquie un modèle qui n’existe que sur le papier en lieu et place du « fleuron » de l’industrie nucléaire française ?

Une impasse pour la Turquie

Il est extrêmement regrettable que la Turquie, qui dispose d’un excellent potentiel pour le développement des énergies renouvelables, ait fait le choix de recourir au nucléaire. Dangereuse et chère, cette technologie est également inefficace pour répondre aux enjeux énergétiques les plus urgents. Au regard des temps de construction de l’EPR, la Turquie doit s’attendre à voir arriver bien tard un hypothétique courant produit par les réacteurs Atmea.

Contact : Martial Chateau – 02 43 94 72 88

Lire la suite

30 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Insecticides. Trois interdictions européennes (LT)

Insecticides. Trois interdictions européennes (LT) dans Ecologie & climat 3536908879-300x296

30 avril 2013

Trois insecticides mortels pour les abeilles, dont le Cruiser OSR, vont être interdits d’utilisation dans l’Union européenne pendant deux ans à compter de décembre, a annoncé hier la Commission européenne à l’issue d’un vote serré.

Quinze pays, dont la France et l’Allemagne, ont voté en faveur de cette interdiction. Huit, dont le Royaume-Uni, l’Italie et la Hongrie, ont voté contre et quatre, dont l’Irlande, présidente en exercice de l’Union, se sont abstenus. Par rapport au projet initial, la Commission a toutefois été contrainte d’accepter plusieurs modifications, notamment de différer l’interdiction du 1er juillet au 1er décembre pour les semences traitées et accepter la poursuite des tests pour rallier les suffrages de l’Allemagne.

La Commission a en revanche rejeté la demande de la Hongrie d’autoriser des dérogations nationales. Concrètement, la Commission va suspendre pendant deux ans l’utilisation de trois néonicotinoïdes présents dans des pesticides pour quatre types de cultures: le maïs, le colza, le tournesol et le coton. L’interdiction sera proportionnée, car elle ne concernera que certaines cultures et certaines périodes de l’année pendant lesquelles les abeilles sont actives.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/insecticides-trois-interdictions-europeennes-30-04-2013-2087421.php

Lire la suite

30 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Fessenheim. Dix ans de plus sous conditions de travaux pour le réacteur n°2 (LT)

Fessenheim. Dix ans de plus sous conditions de travaux pour le réacteur n°2 (LT) dans Ecologie & climat fessenheim_113155604_0-300x224

29 avril 2013 à 15h50

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a autorisé lundi EDF à poursuivre, pour dix années supplémentaires, l’exploitation du réacteur numéro 2 de la centrale de Fessenheim, doyenne des centrales nucléaires françaises, à condition d’y effectuer d’importants travaux de renforcement.

Comme en 2011 pour le réacteur numéro 1 de Fessenheim, de conception identique, l’ASN impose notamment à EDF d’augmenter la résistance du radier, la dalle de béton située sous la cuve du réacteur, et la mise en place d’un système de refroidissement de secours. Sur le réacteur numéro 1, le montant des travaux est estimé à entre 30 et 40 millions d’euros. Ces deux prescriptions, qui visent à améliorer la résistance de ce second réacteur en cas d’accident grave, similaire à celui survenu en mars 2011 à Fukushima, « doivent être achevés d’ici au 31 décembre 2013 pour le réacteur numéro 2″, précise l’ASN.

Hollande avait promis une fermeture d’ici 2016


« D’une manière générale, la conception identique des deux réacteurs situés sur le même site a conduit à imposer au réacteur numéro 2 des prescriptions semblables à celles du réacteur numéro 1″, explique le communiqué. « La décision de l’ASN intègre également quelques prescriptions spécifiques au réacteur 2, liées à des écarts ou modifications ponctuels », ajoute le texte.  La sécurité des centrales françaises avait été épinglée par l’Union européenne à l’automne 2012. Fin janvier, la direction de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) avait déjà indiqué s’attendre à ce que l’ASN prescrive les mêmes travaux pour les deux réacteurs et dit qu’elle les réaliserait indépendamment de la volonté annoncée du président François Hollande de fermer l’installation d’ici à la fin 2016.

Première tranche de travaux terminée fin juin


Pour le réacteur numéro 1, la direction de la centrale précise avoir investi 10 millions d’euros dans un nouveau dispositif de pompage dans la nappe phréatique, destiné à le refroidir en cas d’accident « ultime ».  Quant aux travaux de renforcement du radier, qui doivent éviter qu’en cas d’accident grave, le corium (mélange de produits radioactifs en fusion) ne perce la dalle en béton, ils sont estimés entre 20 et 30 millions d’euros par EDF. Ces travaux, entamés il y a deux semaines, doivent être achevés fin juin.

  • AFP

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/fessenheim-dix-ans-de-plus-sous-conditions-de-travaux-pour-le-reacteur-n-2-29-04-2013-2087293.php

Commentaire: 30 à 40 millions d’euros et fermer en 2016,  soit c’est du gaspillage éhonté, soit une couleuvre spécial EELV!

Lire la suite

27 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Tchernobyl, la mort des enfants en prime (Odn)

Tchernobyl, la mort des enfants en prime (Odn) dans Ecologie & climat poupee-tchernobyl-300x231

A la veille du 27e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, survenue le 26 avril 1986, Yves Lenoir, président de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus, montre comment la mortalité infantile s’est accrue dans les pays ayant fourni les plus gros contingents de « liquidateurs » : Russie, Ukraine, Belarus, Lettonie, Lituanie. Au total, ses calculs révèlent un excédent d’au moins 62 730 décès d’enfants avant l’âge d’un an, entre 1986 et 2012. Pendant ce temps, l’IRSN du sieur Repussard déroule sa désinformation annuelle : minimiser les conséquences, prétendre à l’incertitude, rassurer la population, protéger l’industrie de l’atome. Les enfants de Fukushima, de Tchernobyl et d’ailleurs apprécieront…

Etude publiée sur Médiapart : http://bit.ly/YU0k0D
Désinformation de l’IRSN :
http://bit.ly/ZRfmEm

Source: observatoire du nucléaire

Lire la suite

27 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Japon : les nouvelles normes de sécurité compromettent la relance du nucléaire (Odn)

Japon : les nouvelles normes de sécurité compromettent la relance du nucléaire (Odn) dans Ecologie & climat journal78-230x300

Intéressantes informations publiées par Les Echos (comme quoi tout arrive) : à propos de la mise aux normes des centrales nucléaires au Japon, « Plusieurs analystes ont assuré que cette mise aux normes pourrait retarder de plusieurs semestres la relance des centrales et même entraîner la fermeture définitive de certaines d’entre elles. ». Espérons juste qu’il s’agira de la fermeture définitive de « la plupart » d’entre elles, et si possible de toutes !
On notera aussi que la nouvelle autorité de sûreté nippone a déclaré « Nous avons découvert que le Japon était très en retard par rapport aux principes de sécurité adoptés à l’étranger ». Sans pour autant donner crédit à la prétendue « sûreté » qui serait en vigueur « à l’étranger », on remarquera le caractère stupéfiant de cet aveu : de longue date, tous les « experts » prétendaient que le Japon était à la pointe de la sûreté nucléaire ! Nous aurait-on menti ?

Article des Echos : http://bit.ly/11hsLXy

Source: Observatoire du nucléaire

Lire la suite

27 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Areva, une mine redémarre au Niger, menace d’une nouvelle grève (Odn)


Areva, une mine redémarre au Niger, menace d'une nouvelle grève (Odn) dans Ecologie & climat areva-300x225

Nous avons évoqué à de nombreuses reprises la façon dont la France atomique, par le biais de la multinationale radioactive Areva, pille l’uranium du Niger depuis 40 ans. Non content de s’attribuer cet uranium à un tarif dérisoire, Areva exploite aussi les travailleurs africains : question de cohérence probablement ! Mais voilà, ça commence à ruer dans les brancards. Une grève de 48 heures a eu lieu dans la mine de la Cominak (filiale d’Areva). Les mineurs exigent de meilleures rémunérations. On les comprend, d’autant qu’ils respirent des poussières d’uranium qui ont de fortes « chances » de condamner la plupart de ces travailleurs au cancer du poumon…

Dépêche Reuters : http://bit.ly/10tX7Ls

Source: Observatoire du nucléaire

Lire la suite

27 avril 2013 ~ 0 Commentaire

55 milliards dans le nucléaire, ce ne sont pas des coûts…. mais « des investissements » (Odn)

 

55 milliards dans le nucléaire, ce ne sont pas des coûts.... mais

Il suffisait d’y penser : des milliards dans les énergies renouvelables, ou dans la sortie du nucléaire, cela coûte cher. Mais des dizaines de milliards dans le nucléaire, par contre, ce sont juste… des « investissements ». Que le PDG d’EDF, le sarkozyste Proglio, présente les choses de cette façon parfaitement partiale, avec la plus grande mauvaise foi, rien de surprenant. Il est par contre désolant de constater que divers médias reprennent tels quels les « éléments de langage » de Proglio

Article de La Tribune.fr : http://bit.ly/11pt958
Dépêche AFP :
http://bit.ly/11E0P1E


Source: Observatoire du nucléaire

Lire la suite

27 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Enfouissement des déchets nucléaires : la Croix est la bannière (de l’Andra) (Odn)

Enfouissement des déchets nucléaires : la Croix est la bannière (de l'Andra) (Odn) dans Ecologie & climat 1357538026-s8a-300x240


La Croix parle de Cigéo, le joli nom trouvé par l’Andra (Agence nationale des déchets radioactifs) pour rendre « acceptable » un véritable crime : l’enfouissement des déchets nucléaires. Mais, dans cet article, aucune réflexion sur le principe même de l’enfouissement, aucune parole accordée aux citoyens qui se battent contre ce projet.
Non, à la grande joie de l’Andra, La Croix reste dans les clous définis par le lobby de l’atome : on peut débattre, certes, mais sans remettre en cause la « pertinence » du projet. Il est donc question du « dimensionnement du projet Cigéo » ou « de la nature et de la quantité de déchets qui devront être enfouis ». Car, La Croix fait passer le message, les déchets « devront » être enfouis.
On n’oublie pas non plus « le développement économique associé à Cigéo », c’est à dire en d’autres termes les sommes qui vont être versées aux élus qui collaborent au projet : une véritable « corruption légale », avec l’argent public. Mais, de toute évidence, pas de quoi choquer la morale de La Croix, qui se fait bannière de l’Andra.
Article complaisant de La Croix : http://bit.ly/13m3kWy

 

Lire la suite

26 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Débat public sur l’enfouissement des déchets radioactifs (Sdn)

Débat public sur l’enfouissement des déchets radioactifs (Sdn) dans Ecologie & climat lascaux-196x300

26 avril 2013 

le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce une mascarade et une pure entreprise de communication

Ignorance, provocation ou funeste présage ? La conférence de presse de lancement du débat public sur Cigéo, le projet d’installation destinée à l’enfouissement des déchets nucléaires à 500 m sous terre, a lieu… ce 26 avril, jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl ! Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », ce débat n’est qu’une mascarade et une vaste entreprise de la communication destinée à mieux imposer l’enfouissement des déchets pour permettre la poursuite du nucléaire.

Enfouissement des déchets : un désastre en préparation 

En présentant le projet Cigéo comme sûr, l’Andra occulte les études indépendantes qui montrent que tous les enjeux de sûreté n’ont pas été pris en compte. Le projet CIGEO est destiné à accueillir les déchets les plus radioactifs, qui pour certains resteront radioactifs pendant plusieurs millions d’années. Mais sur de si longues périodes, qui peut avoir la prétention de garantir la stabilité du sous-sol ? Qui pourra prévenir d’éventuelles infiltrations d’eau [1] conduisant à la remontée en surface de la radioactivité ? La soi-disant « réversibilité » est un leurre : si un problème survient d’ici quelques siècles, il sera tout simplement impossible de récupérer les déchets et de contenir la radioactivité.

Une vaste opération de communication pour faire accepter le nucléaire et ses déchets

Le débat public qui doit commencer en mai n’est pas destiné à remettre en question le projet. Cette procédure constitue avant tout une opération de communication destinée à marteler que l’enfouissement est « LA » solution au problème des déchets et que l’Andra maîtrise tous les risques !  Elle n’est pas non plus destinée à poser la question majeure, celle de la production des déchets. Imposer cette poubelle nucléaire est avant tout un moyen pour l’État et l’industrie nucléaire de faire croire à la maîtrise des déchets, afin de pouvoir poursuivre la production d’électricité nucléaire le plus longtemps possible.

Une imposture pseudo-démocratique de plus

Le nucléaire s’est toujours imposé par la force et les débats publics sur le sujet ne sont qu’un leurre. En 2005, les conclusions d’un précédent débat préconisaient de ne pas enfouir les déchets. Un an après, la loi votée est allée à l’encontre de ces préconisations, présentant cette option comme la seule solution ! En 2013, tout laisse penser que notre parole ne sera pas mieux entendue. Dernière étape avant la phase industrielle du projet, ce nouveau débat n’est qu’un simulacre de démocratie pour faire croire que les citoyens ont été consultés.

Aux côtés de nombreuses associations locales, le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce cette imposture où « l’important, c’est surtout de participer ! ». Il n’existe qu’une solution au problème des déchets : arrêter d’en produire au plus vite ! Nucléaire : de la mine aux déchets, nous sommes tous concernés !

En savoir plus sur le projet Cigéo à Bure : http://groupes.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/BURESTOP_2013_V5.pdf


Nucléaire : de la mine aux déchets, tous concernés !

Contacts :

Laura Hameaux – 06 85 23 05 11 François Mativet – 06 03 92 20 13

Chargée de communication :

Charlotte Mijeon – 06 64 66 10 23

Notes

[1] L’exemple du site d’Asse, en Allemagne, présupposé stable et étanche et déjà envahi par des mètres cubes d’eau, montre que ce risque est réel.

http://groupes.sortirdunucleaire.org/debat-cigeo-mascarade

Lire la suite

25 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel (Bastamag)

Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel (Bastamag) dans Ecologie & climat 13741-2009325-northbynorthwest_4-300x228

Interdits depuis 2009, les épandages aériens de pesticides se poursuivent en France, grâce à des dérogations préfectorales.

Les Antilles, l’Aquitaine et la Champagne sont les principales régions concernées. Défaut d’informations, risque de dispersion, contournement de la réglementation : plusieurs associations et élus montent au créneau. Un dossier révélateur de l’incapacité de la France à prendre le chemin de pratiques agricoles moins gourmandes en chimie. Explications.

Si vous vous promenez le long d’un vignoble de Champagne, d’un champ de maïs en Aquitaine, ou d’une bananeraie antillaise, méfiez-vous des aéronefs ! Car il n’y a pas que dans La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock que l’on pulvérise des pesticides depuis le ciel, au risque d’intoxiquer de malchanceux passants. Aquitaine et Champagne-Ardennes sont les deux régions métropolitaines les plus aspergées en produits chimiques par voie aérienne, derrière la Martinique dont les bananeraies battent tous les records, et devant les rizières de Camargue et de Guyane. Céréales, vergers, betteraves, colza ou tournesol ne sont pas épargnés dans plusieurs régions.

800 opérations d’épandage aérien ont été recensées en France en 2012. En majorité en Outre-mer. « Cela dure quelques secondes, rapporte Fabrice Mirouraud, voisin de châtaigneraies traitées depuis le ciel, et président de l’association corrézienne Allassac ONGF. Les engins arrivent vrombissant, à très basse altitude, ils lâchent leurs nuages empoisonnés et s’en vont. » Son association a porté plainte il y a plus d’un an contre des épandages illégaux (sans dérogation) ou non réglementaires dans 17 communes de Corrèze. « Les pilotes sont des as. Ils larguent les produits pile au bon endroit. Le problème c’est qu’ensuite, ils ne contrôlent plus rien. Et que la volatilité de ces nuages chimiques est très élevée, explique François Veillerette, porte-parole de Générations futures. Il y a donc un vrai risque d’exposition des espaces situés à proximité de la zone d’épandage. »

Par Nolwenn Weiler (25 avril 2013)

http://www.bastamag.net/article3054.html

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin